Notez des films
Mon AlloCiné
    Vincere
    note moyenne
    3,7
    758 notes dont 135 critiques
    répartition des 135 critiques par note
    34 critiques
    43 critiques
    19 critiques
    24 critiques
    7 critiques
    8 critiques
    Votre avis sur Vincere ?

    135 critiques spectateurs

    Gonnard
    Gonnard

    Suivre son activité 133 abonnés Lire ses 1 930 critiques

    1,0
    Publiée le 17 janvier 2012
    Si les productions sur Hitler sont légion, on peut en revanche compter sur les doigts d'une seule main celles consacrées à Mussolini. "Vincere" vient donc combler un vide cinématographique. Non seulement il le fait, mais il adopte en outre un point de vue bien original, celui d'Ida Dalser, premier amour du futur Duce. Autant dire que le film bénéficie d'un a priori largement positif, d'autant que les critiques se veulent bien élogieuses. Et pourtant, grosse déception. Premier talon d'Achille, la clarté du scénario. Malgré les diverses indications chronologiques et spatiales, le spectateur se retrouve vite perdu. Fondation de "Il popolo d'talia" à une date incertaine, marche sur Rome expédiée en deux coups de cuillère à pot, plus d'indication après les accords de Latran de 1929... La pédagogie n'est visiblement pas le point fort de Marco Bellocchio. Se rattrape-t-il sur la qualité de la réalisation ? Pas vraiment. Il expérimente timidement quelques effets visuels, essentiellement dans la première demi-heure d'ailleurs, mais ensuite plus rien.Le reste s'avère très conventionnel. Autre item de notation, le réalisme. Il est toujours aventureux de mêler images d'archives et scènes de film, mais Marco Bellochio s'en tire haut la main. On peut juste regretter le choix de Filippo Timi pour incarner Mussolini. Nul besoin d'être physionomiste et de bosser au FBI pour s'apercevoir qu'il ne ressemble en rien au Duce dont le menton est à peu près trois fois plus large (un vrai bulldog). Du coup, on a du mal à y croire, ce qui est d'autant plus regrettable que le travail de recherche historique est impeccable. Dernier regret, le spectacle proposé. Les deux heures de film sont interminables, on s'ennuie à mourir. Faut bien reconnaître que la vie de l'autre névrosée n'a rien de palpitant. Quelques scènes coupées ainsi que des rajouts sur la politique fasciste n'auraient pas été superflus. Au final donc, une œuvre à découvrir certes, mais au risque d'être déçu.
    Hotinhere
    Hotinhere

    Suivre son activité 66 abonnés Lire ses 2 526 critiques

    4,0
    Publiée le 2 novembre 2012
    Le destin bouleversant d'Ida Dalser, la femme cachée et mère de l'enfant de Bénito Mussolini. Allegorie de la justice bafouée : impressionnant et magnifiquement interprété.
    velocio
    velocio

    Suivre son activité 453 abonnés Lire ses 2 249 critiques

    1,0
    Publiée le 25 novembre 2009
    Comment écrire quelque chose de serein sur un film de 2 h 08 minutes pendant lequel on a vécu un véritable calvaire pendant 1 h 25 et qui, d'un seul coup, devient tout à fait tout autre pendant les dernières 40 minutes. De ce film qui était en compétition à Cannes 2009, beaucoup ont dit ou écrit qu'il s'apparentait à un opéra. C'est probablement vrai pendant ces fameuses 85 premières minutes. Malheureusement pour moi, cela ressemble à un opéra de Verdi et non de Monteverdi, Haendel ou Mozart ! C'est grandiloquent, pompeux, la musique, quand elle intervient, est tonitruante, sans aucune nuance. Quel ennui ! Et pourtant, le sujet est intéressant : Mussolini, son amour secret avec Ida Dalser, son fils Albino, la montée du fascisme en Italie. Pendant les dernières 40 minutes, le film se calme et met principalement l'accent sur Ida Dalser. Giovanni Mezzogiorno est absolument prodigieuse dans ce rôle de maîtresse répudiée et, malgré tout le mal que, globalement, je pense de ce film, je lui aurais donné sans hésitation le prix d'interprétation féminine même si Charlotte Gainsbourg était, pour une fois, plutôt bonne dans "Antichrist". On évitera le zéro étoile infamant pour les 40 dernières minutes et, surtout, la prestation de Giovanni Mezzogiorno.
    alain-92
    alain-92

    Suivre son activité 253 abonnés Lire ses 1 078 critiques

    5,0
    Publiée le 26 novembre 2009
    Le sujet est fort et magnifiquement mis en scène. L'interprétation hors pair ! Un très grand film ...
    cineccita
    cineccita

    Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 1 400 critiques

    2,0
    Publiée le 15 décembre 2009
    Le film occulte complètement l'aspect historique pour se cantonner sur la femme cachée de Mussolini. Dommage car l'intérêt devient limité, cette femme qui répète toujours la même chose devient fatiguante.
    vanou97
    vanou97

    Suivre son activité 27 abonnés Lire ses 633 critiques

    3,0
    Publiée le 22 février 2012
    Vincere est un peu trop ancré dans le clacissisme, stylistiquement noir, mais les images d'archive rendent doute l'authenticité au film. La musique omniprésente, le jeu expressionniste des acteurs et la mise en scène sont remarquables.
    jfharo
    jfharo

    Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 1 232 critiques

    2,5
    Publiée le 4 décembre 2009
    Un film un peu poussif avec de grandioses envolés et une photo sublime, et des acteurs fabuleux .
    anonyme
    Un visiteur
    0,5
    Publiée le 15 février 2013
    le sujet était intéressant, voire singulier vu le personnage traité, hélas marco bellocchio se perd dans cette histoire singulière et méconnue qui rend le film ennuyant du début à la fin
    gimliamideselfes
    gimliamideselfes

    Suivre son activité 1542 abonnés Lire ses 3 710 critiques

    4,5
    Publiée le 10 décembre 2009
    50 premières minutes absolument sublime, une mise en scène, un duo d'acteur énorme… Une musique magnifique, une bestialité rare, le personnage de Mussolini m'a vraiment fasciné, cette bête, cet animal brutal… Le film ne sera jamais aussi bon que durant sa première heure, la seconde est bonne, avec des très bonnes idées (je garde la femme grimpant au grillage sous la neige (splendide) ou la contre plongée de la statue de Benitio Mussolini… Le fils singeant son père… Et la fin, splendide.
    Julien D
    Julien D

    Suivre son activité 657 abonnés Lire ses 3 461 critiques

    2,0
    Publiée le 28 août 2012
    Si la mise en scène pleines d'images d'archive et aux aspects d'opéra reste bien fichu, l'histoire est très décevante. Si elle est passionnante dans la première heure où l'on voit Mussolini, être narcissique plein de grandes ambitions, monter en puissance tel un rouleau compresseur écrasant tout sur son passage en parallèle à son histoire d'amour (avec de splendides rapprochements entre les pulsions sexuelles et politiques du Duce), la seconde heure entièrement basée sur le drame vécut par sa femme et son fils illégitime sombrant tout deux dans la folie à force d'être traités de menteurs est bien plus ennuyeux et n'a plus aucun intérêt historique.
    soniadidierkmurgia
    soniadidierkmurgia

    Suivre son activité 441 abonnés Lire ses 3 409 critiques

    4,0
    Publiée le 5 décembre 2009
    Vincere nous emmène voir du côté de la face obscure du pouvoir mussolinien. Son film fait habilement écho à l’actualité brûlante de l’Italie en proie aux frasques sexuelles de son leader charismatique, Silvio Berlusconi. Autre temps, autres mœurs les médias n’avaient pas encore l’emprise atteinte en 2009 qui ferait qu’il serait difficile même pour un dictateur de murer au silence une maîtresse répudiée. Le combat d'Isa Dalser est vain et souvent incompréhensible mais ses motivations nous apparaissent clairement comme guidées par la même soif de reconnaissance et de pouvoir que celui qu’elle prétend aimer. Plutôt mourir que de renoncer au statut qu’elle pense être le sien en qualité de mère du premier fils du Duce. L’enfant lui-même n’a que peu d’importance et il sera sacrifié à la quête du Graal d’Isa n’ arrivant jamais à se situer entre une mère enfermée dans un hôpital psychiatrique et un père dont il admire les discours ampoulés aux actualités cinématographiques. Réduit à faire de grotesques imitations du grand homme devant ses camarades de lycée, il mourra victime du manque d’amour de sa mère. A travers le destin de cette femme, première à être tombée sous le charme vénéneux de Benito on comprend mieux la folie qui a pu s’emparer de tout un peuple. Pourtant quand Bellochio nous jette à la face les grimaces de contentement du dictateur perché sur son balcon de la place Veneziana lors de ses discours romains on se dit que la mégalomanie sans limite du bonhomme aurait dû alerter l’opinion internationale bien avant qu’il ne devienne le modèle de Hitler. Les images d’archives désormais à la disposition de chacun n’ont pas empêché nos amis transalpins de s’amouracher d’un autre bouffon sans doute encore plus vulgaire. Filmé souvent dans l’obscurité et en plan serré Vincere se veut inquiétant comme un cauchemar que l’Italie aurait enduré près de vingt ans et dont elle est ressortie exangue.
    traversay1
    traversay1

    Suivre son activité 1032 abonnés Lire ses 3 330 critiques

    4,5
    Publiée le 25 novembre 2009
    Les meilleurs cinéastes italiens, de Rossellini à Scola, ont toujours su relier la Grande Histoire à des récits intimes d'individus anonymes dont le destin en a été bouleversé. Avec Vincere, Marco Bellochio trace le portrait d'une femme au courage inaltérable, meurtrie, bafouée, toujours combattante, même internée, elle, la femme ignorée de Mussolini. Dans un style puissant et ample, le réalisateur décrit l'Italie fasciste avec brio, passant à une manière lyrique quand il évoque la destinée de cette femme (et de son fils Benito) hors du commun. D'une beauté sombre (quelle image somptueuse !), le film intègre des archives extraordinaires du Duce en "représentation" et des bandes d'actualité. Elles sont subtilement utilisées dans cette oeuvre qui est sublimée par la performance héroïque de Giovanna Mezzogiorno. L'un des plus beaux films de Bellochio (70 ans) qui a trouvé là un sujet à sa (dé)mesure.
    lorenzo fly
    lorenzo fly

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 807 critiques

    0,5
    Publiée le 25 mars 2012
    Pénible à visionner jusqu'au bout, Vincere est un film banal, classique utilisant des images d'archives et une photographie plutôt sombre qui n'a pour but que d'endormir son auditoire. Au niveau de l'intrique, on nous sert l'histoire d'une amante de Mussolini sans grande originalité. Perte de temps!!
    Justjack
    Justjack

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 310 critiques

    0,5
    Publiée le 6 septembre 2010
    Des critiques presses totalement incompréhensible pour un tel navet. Le film gagnerait très largement à avoir quarante minutes en moins. Quel ennui, malgré le thème très intéressant le film est totalement sans intérêt, l'interprétation est parfois moyenne, la mise en scène lourde et hors d'âge, bref ne vous fiez pas aux critiques presses et évitez de vous ennuyez pendant 2 longues heures. Pour une fois le festival de cannes a été très avisé de ne rien donner au film.
    Sylvain P
    Sylvain P

    Suivre son activité 143 abonnés Lire ses 1 184 critiques

    2,0
    Publiée le 2 août 2010
    Dans un style un peu daté, Vincere retrace la vie de la première compagne de Mussolini et son combat lorsque celui-ci décidera de l'oublier. La présence continue et massive de la musique, la présence d'image d'archives, la lenteur assumée en font un film surprenant. Les acteurs rendent vie à ces personnages de façon magistrale.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top