Bienvenue à Gattaca
  • Séances
  • Bandes-annonces
  • Casting
  • Critiques
    • Critiques Presse
    • Critiques Spectateurs
  • Photos
  • DVD, VOD
  • Musique
  • Le saviez-vous ?
Note moyenne :   4,2 pour 23 060 notes dont 909 critiques  | 
  • 500 critiques     56%
  • 262 critiques     29%
  • 77 critiques     9%
  • 38 critiques     4%
  • 16 critiques     2%
  • 1 critique     0%

909 critiques spectateurs

Trier par 
Critiques les plus utiles
  • Les plus récentes
  • Les membres ayant fait le plus de critiques
  • Membres ayant le plus d'abonnés
JeanVacances

106 abonnés | Lire ses 207 critiques |

   5 - Chef d'oeuvre

Alors que la modification génétique est un sujet plus ou moins d'actualité, "Bienvenue a Gattaca" en parlait déjà, 10 ans plus tôt. Premier long métrage d'Andrew Niccol (futur réalisateur de "Lord of war" et futur scénariste du "Truman show"), ce film dégage une beauté rare. La photographie est de grande classe et donne au film un univers clair-obscur dans un monde à la fois futuriste et très rétro. La réalisation est sobre mais d'une grande habileté et les interprétations sont excellentes, Jude Law, parfait en handicapé au potentiel intellectuel et physique rare hanté par ses démons, prouve une nouvelle fois qu'il n'est pas qu'un beau gosse alimentant juste la presse à scandales, Ethan Hawke, Uma Thurman et les seconds rôles lui rendant bien la pareille. Quand au scénario, il est original et d'une grande force d'écriture. L'histoire est remarquable et passionnante du début à son terme qui clos l'histoire de façon admirable. Entre film de science-fiction, œuvre visionnaire, film sentimental et émouvant et production au suspense intense, "Bienvenue à Gattaca" joue sur plusieurs tableaux sans trop s'y égarer. Moi qui ne suis d'habitude pas un grand amateur de films futuristes, j'ai été conquis !

Edgar L.

21 abonnés | Lire ses 131 critiques |

   4.5 - Excellent

Voilà du cinéma intelligent, qui ne prend pas le spectateur pour plus bête que nous ne le sommes ! On est proches du chef-d’œuvre avec ce film futuriste qui n'en fait pourtant pas des tonnes. Un film qui fait réfléchir, car cette présentation d'un "Monde meilleur" de NicUne oeuvre d'anticipation qui vous marquera certainement pour longtemps. Voilà un thriller haletant que je ne peux que vous conseiller de découvrir au plus vite !

http://edgarlagachette.blogspot.fr/2013/05/sele...


Lynette de Paname

19 abonnés | Lire ses 126 critiques |

   5 - Chef d'oeuvre

Dans un monde futuriste parfait, "Gattaca" est un centre d'études et de recherches spatiales pour des jeunes gens au patrimoine génétique créé de toutes pièces et donc impeccable. Jérôme, candidat idéal, voit sa vie détruite par un accident tandis que Vincent, enfant naturel de l'amour (et non "créé"), rêve de partir pour l'espace. Chacun des deux va permettre à l'autre d'obtenir ce qu'il souhaite en déjouant et manipulant les lois intransigeantes de Gattaca. Alors que la modification génétique est un sujet plus ou moins d'actualité, "Bienvenue a Gattaca" en parlait déjà, 10 ans plus tôt. Premier long métrage d'Andrew Niccol (futur réalisateur de "Lord of war" Lord of War [Blu-ray] et futur scénariste du génial "Truman show" Truman Show [Blu-ray] ), ce film dégage une beauté rare. La photographie est de grande classe et donne au film un univers clair-obscur dans un monde à la fois futuriste et très rétro. La réalisation est sobre mais d'une grande habileté et les interprétations sont excellentes, Jude Law, parfait en handicapé au potentiel intellectuel et physique rare, hanté par ses démons, prouve une nouvelle fois qu'il n'est pas qu'un beau gosse alimentant juste la presse à scandales. Ethan Hawke, Le Cercle des poètes disparus [Blu-ray] Uma Thurman Pulp Fiction [Blu-ray] et tous les seconds rôles lui rendent bien la pareille. Quand au scénario, il est original et d'une grande force d'écriture. L'histoire est remarquable et passionnante du début à son terme qui clos le film de façon admirable. Un grand hall. Des jambes qui s'y pressent, sur le sol lisse, raides. Les pas résonnent, rebondissent sur le plafond de verre où l'on peut percevoir les fusées qui décollent, traçant des lignes dans le ciel azur que personne, du moins aucun de ces "Valides", ne regarde. Leur tête, jamais inclinée, reste droite. Ils se suivent, à la file, les mains dans le dos, ne regardent pas non plus par terre. Ils ne regardent rien, car même s'ils le voulaient, il ne verraient que le vide de leur visage fermés, et n'entendraient que le son de leurs pas, leurs pieds claquant sur le sol, le sol propre, que les (seuls) vrais humains, les "Invalides", nettoient. Qu'ils nettoient, et font briller, comme les étoiles et les astres que seuls les Valides peuvent toucher. Sur ce sol propre, ce monde si sale, et ces tableaux de visages et de corps si beaux, si parfaits, se dessine quelque chose de tragique. Ce qui se veut rassurant se révèle inquiétant. Parce ces hommes parfaits ne sont pas parfaits : car ils n'ont AUCUNE imperfection ... Pas d'effets spéciaux grandiloquents, juste cette musique de regards. C'est en un sens, un film totalement terrifiant, avec, toutefois une fin pleine d'espérance ... Entre film de science-fiction, œuvre visionnaire, film sentimental émouvant et production au suspense intense, "Bienvenue à Gattaca" joue sur plusieurs tableaux sans jamais s'y égarer. Un chef d'Oeuvre de la Science Fiction avec de très grands acteurs, qu'il faut voir absolument !

jaribaud

57 abonnés | Lire ses 305 critiques |

   4.5 - Excellent

Force est de constater que Andrew Niccol est un homme qui met un point d'honneur à faire usage d'originalité. Scénariste de très grand talent, il est aussi créateur d'univers atypiques. Après l'univers de la téléréalité grandeur nature de The Truman Show, et avant celui du marchand d'arme dans Lord of war, Niccol nous a offert, avec Bienvenue à Gattaca, une nouvelle vision du futur. Peu réjouissante, il faut bien l'avouer. Dans ce monde, la perfection est un critère impitoyable, et provoque une vraie césure entre deux nouvelles classes de la société: les génies et les autres. Les génies sont pour la plupart issus de fécondation, dans laquelle la science apporte sa touche, en défiant "le hasard". C'est à dire, toutes les prédispositions aux maladies, aux traits de caractère déficiants...Dans ce monde ou l'eugénisme et la discrimination sont de mise, Vincent, personne normale, décide de braver la loi et de prendre l'identité d'un autre, afin d'accomplir son rêve: aller dans l'espace. Si défier le système est déjà difficile, maintenir ce secret alors que Gattaca est cernée par les forces de l'ordre, cherchant à y résoudre un meurtre, va s'avérer encore plus ardu. Niccol à toujours su trouver des sujets qui donnent furieusement envie, de par leurs originalités, et d'autre part, parce qu'il nous renvoie également une image de notre monde actuel. La société eugéniste de Gattaca peut donc être un miroir de la société moderne, qui tend vers l'uniformisation, ou plus simplement le racisme sous toute ces formes. Une des autres points forts du film, au delà du script, de la réalisation (classieuse, jamais tape-à-l'oeil), revient à l'interprétation « uniformément » parfaite. Ethan Hawke est très bien en Vincent, jonglant entre le calme olympien des génies et la tension inhérente à son statut de criminel. Jude Law est le maillon fort du casting, dans le rôle du génie cédant son identité à Vincent. Névrosé, porté sur l'alcool, Law est juste génial. Uma Thurman est également parfaite, en génie dont les certitudes sont un peu ébranlées par ses sentiments pour Vincent. La musique de Michael Nyman, magnifique, reste encore longtemps dans notre tête, après la vision du film. Un des meilleurs films d'anticipation des vingt dernières années, pour moi, pas moins.

AMANO JAKU

45 abonnés | Lire ses 408 critiques |

   5 - Chef d'oeuvre

L’histoire nous amène dans un futur proche où la société discrimine les personnes non plus par rapport à la couleur de leur peau ou à leurs origines sociales, mais par rapport à la qualité de leur patrimoine génétique : l'eugénisme est donc devenu banalité puisque tout le monde « choisit » son enfant en sélectionnant toutes ses caractéristiques (taille, poids, couleurs des cheveux, couleurs des yeux...) et en évitant tout problèmes futurs (maladies génétiques et mentales, comportements violents, prédisposition aux drogues...) ; bref on cherche absolument à concevoir des individus « parfaits » qui pourront exister au sein de cette société « idéale ». La notion de CV ou d’entretien n’existe plus : on se contente de vous faire un test sanguin ou un examen d’urine afin de voir si vous êtes « qualifié » pour le job. Au sein de l'institut de recherche spatiale Gattaca, Vincent Freeman a réussi à duper tout le monde car il a toujours rêvé de partir dans l'espace et compte bien y arriver coûte que coûte. Mais combien de temps va-t-il encore pouvoir caché son statut d' « impur » ?... Pour sa première réalisation (et son premier scénario !), Andrew Niccol nous propose une vision du futur qui fait peur et qui montre que l'intolérance peut malheureusement aller très loin. Cette intolérance est incarnée par cet eugénisme qui a fini par se démocratiser au point de devenir la norme sociétaire et que les caractéristiques génétiques ont désormais pris le pas sur toute forme d'émotion ou de compétence. Oui, car c'est bien cela le côté terrifiant au sens propre de "Bienvenue à Gattaca", c'est que le système a accepté cette situation : tout le monde joue le jeu, sans que cela ne leur pose de problèmes ou d'états d'âmes (regardez les parents du héros : le sang ne signifie plus rien, c'est absolument dingue !) Il faut bien admettre que tout cela est traitée d'une manière remarquable : si vous vous attardez sur l'environnement de cette société, vous verrez qu'on a l'impression d'être dans les années 70 (vêtements, coiffures, voitures, architecture des bâtiments de la ville), ce côté rétro renforce la vision de ce monde froid mais nous prouve aussi que même si la société est capable d'aller dans l'espace, si on peut travailler avec des ordinateurs puissants et si la médecine permet de faire ce que l'on veut ; l'être humain en lui-même n'a pas évolué, il fait du sur place. L'individualité est étouffée pour le bien d'une communauté totalement formatée. Au milieu de tout ça, on a le héros, Vincent, qui subi cette société depuis sa naissance et qui la refuse : il veut prouver qu'il vaut autant qu'une personne soi-disant « pure », porteur en lui d'une croyance d'une force qui va bien au delà de notre perception. Si la société pense que l'on peut enfermer, contenir et contrôler la nature, Vincent est la preuve vivante que rien n'est contrôlable, identifiable ou quantifiable : il est le grain de sable capable de bloquer l'engrenage. Si ce message type « Crois en toi et tu arriveras toujours à réaliser tes rêves ! » semble sortir d'une morale de dessin animé et pourra donc en rebuter plus d'un, il est pourtant totalement cohérent au sein d'un monde où plus personne ne pense par soi-même et suit aveuglement l'idéologie en place. Ce n'est pas pour rien que tout le film se concentre autour de la rivalité entre Vincent et son frère : ils représentent les deux faces de ce monde, le yin et le yang. Voilà, la grande force de "Bienvenue à Gattaca" c'est son scénario, alors si vous vous attendez à de l'action non-stop et des effets spéciaux à foison, vous vous êtes trompés de film ! Au niveau du casting, alors là il faut tirer notre chapeau au duo principal : Ethan Hawke et Jude Law sont tout simplement magistraux et prouvent à leurs détracteurs qu'ils sont autre chose que des belles gueules. Leur complicité est telle que l'on croit sans hésitation à cette relation ambigüe qu'entretiennent ces « faux jumeaux », à un tel point que la fin du film est une séquence chargée à 300% en émotions : poignante, terrible, mélancolique...et qui sublime le chemin qu'ils ont accompli, les sacrifices qu'ils ont enduré pour réussir leur quête interdite. Au niveau des seconds rôles, même s'ils sont assez discrets, on peut noter le jeu très sobre mais ô combien juste d’Uma Thurman en femme recherchant la perfection ainsi que la prestation subtile de Xander Berkeley, dont le personnage ne rélèvera sa véritable importance qu'au dernier acte du récit. Avec "Bienvenue à Gattaca", Andrew Niccol dresse une virulente critique de l’eugénisme en nous dépeignant un monde sans violence apparente, parfaitement propre, mais dont la véritable violence apparaît par l'intermédiaire de la discrimination génétique. Cette vision du futur très pessimiste qui nous est proposé peut tout de même nous paraître terriblement proche, au point de nous interroger sur une telle société. Le film fascine aussi bien esthétiquement qu'intellectuellement, et va assez loin dans sa réflexion sur la nature humaine et notre comportement en société de façon très intelligente. C'est ce qui fait de "Bienvenue à Gattaca" une petite perle : tout simplement l'un des meilleurs d'anticipation jamais réalisés.

B-Lyndon

30 abonnés | Lire ses 44 critiques |

   5 - Chef d'oeuvre

Un grand hall. Des jambes qui s'y pressent, sur le sol lisse, raides. Les pas résonnent, rebondissent sur le plafond de verre où l'on peut percevoir les fusées qui décollent, traçant des lignes dans le ciel azur que personne, du moins aucun de ces "Valides", ne regardent. Leur tête, jamais inclinée, reste droite. Ils se suivent, à la file, les mains dans le dos, ne regardent pas non plus par terre. Ils ne regardent rien, car même s'ils le voulaient, il ne verraient que le vide. Le vide de leur visage fermés, et n'entendraient que le son de leurs pas, leurs pieds clapant sur le sol, le sol propre, que nous les vrais humains, les "Invalides", nettoyons. Que nous nettoyons, et que nous faisons briller, comme les étoiles et les astres que seuls les Valides peuvent toucher. Sur ce sol propre, ce monde si sale, et ces tableaux de visages et de corps si beaux, si parfaits, se dessine quelque chose de tragique. Ce qui se veut rassurant se révèle inquiétant. Parce ces hommes parfaits ne sont pas parfaits : car ils n'ont pas d'imperfections. Le film vacille autour de ce paradoxe, tout en l'approuvant, et déplore une époque pleine de rires. Pleines de larme. Ce bonheur de vivre, ce bonheur des risques, le mystère de la mort et cette humanité à jamais perdue. Pas d'effets spéciaux grandiloquents, juste cette musique de regards. C'est en un sens, un film effrayant. Mais quand, à la fin, Ethan Hawke, avant de monter jusqu'aux astres, retombe en enfance, seul avec son frère emporté par les vagues, ce grand bleu assombri dans lequel Vincent et son frère se suivent, se doublent, se défient, et se sauvent, cela redonne à croire au destin, inévitable, et rend la vie à sa juste valeur : celle que l'on ne choisit pas, au même titre que la couleur de notre peau, et à celle de nos yeux, et son mystère permanent. 18/20.

Mulholland-mind

21 abonnés | Lire ses 151 critiques |

   5 - Chef d'oeuvre

Tout le monde doit avoir un film référence qui a amorcé sa passion du cinéma, moi c'est celui-ci. Je me sent en parfaite symbiose avec ce film, porté par la somptueuse musique d'un Michael Nyman aux porte de la perfection.

Alex*56*

66 abonnés | Lire ses 288 critiques |

   4 - Très bien

Bienvenue à Gattaca est un très bon film de Science-fiction . Andrew Niccol nous sert des mises en scènes excellentes , sa façon de filmer dans ce film est encore mieux mise en valeur grâce à des acteurs plus que convaincants , en particulier Jude Law excellent dans son rôle . La touche féminine est aussi présente avec Uma Thurman , un des seuls rôle principal féminin du film. Ce film n'est pas non plus si attractif mais son scénario est vraiment original et plutôt grandiose pour l'époque , les méthodes de technologie présente dans le film sont vraiment bien fait pour un film qui a plus de 15 ans , et du coup on est pris dans le suspense qui s'installe tout au long du film pour un assez beau final . En bref je vous conseillerais de voir ce film rien que pour son originalité et ses bons acteurs .

puce6386

107 abonnés | Lire ses 902 critiques |

   4.5 - Excellent

Un film de science-fiction, ingénieux et inventif, qui nous entraine dans un univers froid et aseptisé. Ethan Hawke, Jude Law et Uma Thurman sont très bons. Une réalisation qui ne peut laisser indifférent !

Marine D.

7 abonnés | Lire ses 151 critiques |

   5 - Chef d'oeuvre

"Bienvenue à Gattaca" est un film vraiment merveilleux qui fait réfléchir quant à l'égalité entre les Hommes. Je n'affectionne pas les films de science fiction mais peut-on réellement le classer dans cette catégorie. "Bienvenue à Gattaca" est à la fois effrayant de vérité (la discrimination génétique pouvant être associer à n'importe quel autre) et rempli d'espoir. Ethan Hawke qui est pourtant un être imparfait finira par réaliser son rêve à l'aide de Jude Law. Sans effets spéciaux tape à l'oeil , le scénario se suffit amplement. Un pur chef d'oeuvre.

Précédente Suivante
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • ...
  • 91

Donnez votre avis sur ce film

Les meilleurs films de tous les temps
Vidéos liées à ce film
Bienvenue à Gattaca Bande-annonce VO
36 247 vues
Bienvenue à Gattaca Bande-annonce (2) VO
15 229 vues
Playlists
5 vidéos
LA SHORT PAUSE spéciale Batman - 5 courts métrages à déguster
5 vidéos
LA SHORT PAUSE #10 - 5 courts métrages à déguster
4 vidéos
Les 5 vidéos buzz de la semaine #23
Toutes les playlists
Tous les meilleurs films au ciné