Super
  • Séances
  • Bandes-annonces
  • Casting
  • Critiques
    • Critiques Presse
    • Critiques Spectateurs
  • Photos
  • DVD, VOD
  • Le saviez-vous ?
Note moyenne :   3,5 pour 967 notes dont 200 critiques  | 
  • 16 critiques     8%
  • 61 critiques     31%
  • 67 critiques     34%
  • 35 critiques     18%
  • 14 critiques     7%
  • 7 critiques     4%

200 critiques spectateurs

Trier par 
Critiques les plus utiles
  • Les plus récentes
  • Les membres ayant fait le plus de critiques
  • Membres ayant le plus d'abonnés
mightyduck

1 abonné | Lire ses 10 critiques |

  4 - Très bien

On a donc (après Kick-Ass et le méconnu Defendor) à nouveau droit à la genèse d’un super-héros « réaliste » qui, largué par sa chère et tendre, décide d’aller se confronter à la chienlit locale sans autres pouvoirs que sa meilleure volonté… Si ce n’est qu’au côté cynique et faux-cul du film de Matthew Vaughn se substitue un ton d’une surprenante noirceur qui n’évite ni le tragique ni le grotesque d’un tel postulat. James Gunn agrippant son sujet comme nul autre avant lui, montrant pour la première fois à l’écran quelle dose de démence il faut pour seulement songer à revêtir un costume et, sérieusement, penser à ainsi aller rendre justice. Sans même parler des conséquences… Le réalisateur (dont on ressent à chaque plan qu’il a fait ses classes au sein de la compagnie Troma, spécialisée en films trashs et décalés) livre un produit qui ne ressemble à rien d’autre : ouvertement absurde, alternant le comique et l’ultra violent et n’hésitant jamais à torpiller son récit de brusques ruptures de ton qui font soudainement surgir la terrible solitude des personnages… Puisque Super, ce n’est au fond que cela : des gens écrasés par la vie qui luttent pour entrevoir la lumière - quitte à emprunter les voies les plus tortueuses… Sans doute ce qui explique la persistante mélancolie qui reste en tête bien longtemps après la fin du générique…

http://globulle-bd.blogspot.fr/

Alex*56*

45 abonnés | Lire ses 267 critiques |

  3.5 - Bien

Super est un film assez trash et décalé pour un film de ce genre . Un mélange entre Kick-Ass et God Bless America pour moi . Et un mélange de ces deux films ( bien que God Bless America soit sortis après Super ) donne un bon défouloir à l'humour noir ! Par contre j'ai trouvé la première partie un peux lente , et l'anthropomorphisme des personnages en diable ça ma gêné , j'ai trouvé que sa faisait film amateur et que ça n'avait rien à faire dans ce genre de film . Ainsi que la partie où il "comprend" ce qu'il a à faire après cette fait plaquer , le passage ou Spoiler :des tentacules sortent de son imagination , lui découpent le cerveau et le "doigt de dieu" lui touchant le cerveau , comme pour désigner l'élu , j'ai trouvé ça un peux grotesque quand même , il y avait surement mieux à faire . Mais la deuxième partie est juste énorme , ce qui coïncide avec l'arrivée du "super" personnage de Ellen Page ( excellente dans son rôle au passage ) . Des scènes de folies et d'humour glauques , un défouloir en perspective pour nos deux comparses ! Il y a également quelques incohérence, mais dans le principe même du film , ne sont pas forcement important . Petit exemple , Spoiler :le flic tué dans la maison du "héro" , à moins que Dexter soit passé par là , il serait déjà en prison , comme pour tout les autres meurtres façon boucherie . En bref un bon film défouloir que je vous conseillerais . Si vous avec aimez Kick-ass ou God Bless America c'est juste un peux plus trash que Kick-ass et dans la veine de God Bless America .


Angela Ki La

24 abonnés | Lire ses 544 critiques |

  5 - Chef d'oeuvre

Là ou Kick ass respecte les règles du genre, en collant dans les pattes du super loser, un couple de vrais héros qui font le travail à sa place, Super remet les choses à leur place, ou comment réussir à être un super héros quand on a pas de super pouvoirs. D’abord il faut perdre sa femme, (normal, trop sexy pour toi), ensuite avoir la révélation divine, les super-héros sont après tout juste des demi-dieux contemporains, se trouver une arme primitive, une clé à molette fera l'affaire, et tomber sur un partenaire encore plus barge, et là, Ellen Page m’a réellement bluffée, elle est parfaitement géniale. En croit qu’elle sur joue, et on se rend compte qu'elle est juste le pôle négatif du couple. Lui, vieux, abruti, asexué comme tous les super-héros, elle serial killer refoulé, ado assoiffée de sexe. Le moment ou ils attendent en costume que quelque chose se passe, assis près des poubelles, et il ne se passe rien, comme souvent dans la vraie vie, c’est à mourir de rire. Le mythe du super-héros reçoit un violent coup sur la tête, la violence est montrée pour ce qu’elle est, incontrôlable, gratuite, ou carrément disproportionnée. La mise en scène simple comme dans un documentaire, conceptuelle comme dans une pub, propre et lisse, les intertitres et trucages font volontairement amateur, avec un faux happy end, mais on va dire que c’est Dieu qui l’a voulut ainsi. Tout cela aboutit à un OVNI du tonnerre, un film de super-héros réaliste, il faut le voir pour le croire, ceci est un petit chef-d’œuvre d'humour noir. Super!

CRASH-ThePunisher-Bandicoot

3 abonnés | Lire ses 176 critiques |

  2.5 - Moyen

Film porté sur l'humour noir et le second degré. Si le casting est plutôt bon (mention spéciale à Ellen Page, très bonne dans le rôle de l'acolyte complètement barrée), le côté "trash" (peut-être trop présent pour un film de ce genre) est assez dérangeant en fin de compte. Donc, à réserver aux amateurs du genre!

AMANO JAKU

24 abonnés | Lire ses 332 critiques |

  5 - Chef d'oeuvre

Après visionnage de ce film, je dois dire que je suis assez énervé par rapport à toutes les critiques que j’ai lues ou entendues considérant "Super" comme un ersatz raté de "Kick-Ass" (voire même de film « opprtuniste »). J’aimerais un monde où les critiques de cinéma soient tous des cinéphiles avertis et non des gros connards qui pondent des articles de merde en regardant juste la bande-annonce d’un film (pour les moins nuls) ou même sans l’avoir vu (la crème des crèmes là). Tout d’abord sachez que l’idée de "Super" a germé dans la tête de James Gunn 3 années avant qu’il ne réalise "Horribilis" en 2005, soit 6 ans avant la sortie du comic Kick-Ass aux USA, ce qui correspond donc à 8 années avant l’adaptation ciné de l’œuvre de Millar !! Alors avant de déblatérer des conneries, regardez des interviews ou, minimum syndical dans notre monde, allez sur Wikipé !! Si la connerie était un sport, la France aurait toute les médailles d’or sans exceptions à tous les J.O…. Aparté terminé, revenons-en à "Super" : nous suivons donc Frank D’Arbo, cuisinier pataud d’un fast-food assez blasé de la vie. Son seul rayon de soleil c’est sa magnifique femme Sarah, qu’il a rencontré lorsque tous les deux étaient dans un très mauvais chapitre de leur vie. Un jour, il découvre que sa promise a de nouveau succombé aux charmes de sa némésis (la drogue) en partant avec un dealer. Désespéré et prêt à en finir avec son existence, Franck est alors touché par une illumination divine et décide de devenir un combattant du mal. Il choisit alors d’être un super-héros, mais il n’y connait rien. Il se rend alors dans une boutique de comics pour en apprendre plus sur le sujet et va faire la connaissance de la vendeuse Boltie. Leur rencontre va faire naître un nouveau justicier : Crimson Bolt, l’homme à la clé à molette. Et bien pour être franc, "Super" est en fait presque un anti-Kick-Ass, les deux films n’abordant pas le thème de la même façon : ici pas de super-héros décalé aux folles aventures réjouissantes et bourrines, juste un pauvre type paumé qui décide de se battre pour récupérer la seule chose à laquelle il tient. Le fait que Franck décide de faire cela après « une vision divine » (sorte d’épiphanie qui ravira les fans de Lovecraft ou de Urotsukidoji, selon que vous soyez plus littérature fantastique ou plus animation japonaise) fait de lui un illuminé au sens le plus négatif du terme. Franck peut donc nous inspirer de l’antipathie tant il est pathétique, tout comme il peut nous inspirer de la compassion dans le fait que l’on peut tout à fait comprendre son ras-le-bol et sa révolte. Voilà la principale différence (et elle est importante) entre "Kick-Ass" et "Super". James Gunn réussit tout de même à contrebalancer le côté glauque de son histoire par un humour certes décalé mais très appréciable. Toute la partie « apprentissage » de Franck est parsemé de moments très sympathiques (l’attente de la première nuit, le trip de la barbe à la bibliothèque, se changer dans une voiture aux yeux de tous). Mais ce comique n’a rien à voir avec celui de " Kick-Ass" : c’est toujours avec cynisme, un arrière goût amer comme pour nous rappeler la âpre réalité des faits. Mais ce n’est que pour mieux amener le dernier acte du film : le comique disparaît aussitôt et on se retrouve carrément dans une ambiance de polar noir ou un vigilante movie ("Un Justicier dans la Ville", ça vous parle ?). Puis le film se termine sur un fin inattendue (mais tellement logique vis-à-vis du déroulement de l’histoire) mais positive, un retour à la normale qui nous fait mieux respirer après tous ses évènements, tout comme Franck lors du dernier plan, confiant en l'avenir pour la première fois de sa vie. Un petit mot sur les acteurs car j’adore les prestations du duo principal : Rainn Wilson, pour la première fois en tête d’affiche (on a plus l’habitude de le voir dans des rôles secondaires comme dans "Galaxy Quest", "La Maison des 1000 morts", "Ma Super Ex" ou "Transformers 2"), campe un incroyable Franck, nous faisant ressentir toute la mélancolie de son personnage. Et puis on a l’opposé direct : la survoltée Boltie, jouée par une Ellen Paige en très grande forme qui adore être la muse de films sortant de l’ordinaire ("Hard Candy", "Juno" et "Bliss"). Il paraît même que la complicité entre les deux acteurs sur le tournage était très forte, cela étant sûrement du en partie au fait qu’ils se soient déjà rencontrés sur un autre tournage, celui de "Juno". Quand aux rôles secondaires, chacun apporte son charisme personnel à son personnage avec justesse, que se soit Liv Tyler en ex-junkie paumé, Kevin Bacon en salopard hautain ou bien Michael Rooker en méchant homme de main. James Gunn nous livre un peu de fraîcheur dans le monde des super-héros, nous livrant une version plutôt « réaliste » du sujet, nous livrant une joli alternative drôle, punchie et touchante. Grand bravo car oser c’est casse-gueule mais, comme ici, ça fait parfois mouche ! J’attends désormais avec impatience son adaptation « normale » des "Gardiens de la Galaxie" sous la bannière de Marvel.

jaribaud

48 abonnés | Lire ses 296 critiques |

  3.5 - Bien

Suite à la (très) longue liste de super-héros ayant élu leur nouveau domicile au cinéma, on en est tout naturellement venu à se poser la question (par curiosité ou lassitude) "et si monsieur-tout-le-monde décidait vraiment de devenir un super-héros?". Et c'est ainsi que deux films, entrés en production quasi-simultanément, ont vu le jour en faisant le même raisonnement. D'abord Kick-Ass, adaptation jouissive du comic éponyme de Mark Millar, suivant les premiers pas (pour le moins difficiles) d'un ado dans la voie sacrée de ses "supers-modèles". Puis un autre film, bien plus fauché, qui n'a malheureusement pas bénéficié de la même attention que son prédécesseur. Son nom? Super. Des points communs entre ces deux créations, il y en a. Bien sûr, on joue surtout du ridicule de la situation que ce soit l'un ou l'autre, mais la différence par contre se remarque dans le traitement. Là où Kick-Ass détourne habilement le genre en en respectant néanmoins la forme (le jeune amené à devenir un super-héros), Super décide d'aller vraiment à contre-courant en nous collant aux basques d'un homme d'âge mûr mais dont le cerveau à l'air d'avoir quelque peu pourri avec les années. Loser total, Franck D'Arbo (Rainn Wilson, mémorable) est un simple employé dans un restaurant. L'air complètement à côté de ses pompes n'est pas là pour rien: son existence est aussi intéressante que celle d'un sac poubelle. Entre la salle de cuisine où il passe 8h par jour et ses prières tardives à Dieu, on se demande même comment l'idée de l'abréger ne lui a jamais effleuré l'esprit. Même l'arrivée de Sarah (Liv Tyler, convaincante) semble ne rien changer au quotidien déplorable de Franck. Jusqu'au jour où l'ange de Franck (il la considère comme une apparition divine) décide de le quitter pour Jacques (Kevin Bacon, impeccable comme toujours). Là -enfin!- Franck se décide à faire quelque chose. Se doutant que Jacques est un "méchant", le bougre prend la décision de troquer son habit naturel d'anti-héros puissance 1000 pour le costume de super-héros afin de sauver sa femme. Vous me voyez venir, rien ne va se passer comme prévu. Parce que Franck n'est pas taillé pour être un super-héros bien sûr, mais parce que Franck est surtout un super-inadapté. Ce qui nous vaut une bonne heure et demie de rigolade, n'ayant rien à envier à son "concurrent" Kick-Ass. Les diverses "visions divines" de Franck sont proprement délirantes, tout comme ce qu'on voit du feuilleton "Le Vengeur Sacré" -source d'inspiration pour notre super-zéro. Mais tous ces moments de délire pur sont autant de coups portés au puritanisme américain. Et ce n'est pas en avançant dans l'intrigue que ça s'arrange. L'arrivée de Libby (Ellen Page, parfaite), employée un rien hystérique, va permettre au film de continuer sur la lancée sans y perdre sa férocité. Au contraire même: ce qui restait du politiquement correct est passé au lance-flamme pendant toute la dernière partie. Jusqu'à un épilogue trop sage, le film se sera révélé être un brillant passage à tabac des conventions du genre, doublé d'une critique pour le moins mordante. Dommage qu'il n'ait pas rencontré le même succès que Kick-Ass, car malgré cette fin trop douce et une réalisation quelquefois approximative, Super s'est révélé bien plus intéressant que la majorité des films du genre.

EuKlyptus

0 abonné | Lire ses 2 critiques |

  4 - Très bien

J'ai lu un petit paquet de critiques sur ce film, et je suis assez étonnée (et déçue) de voir que beaucoup disent qu'il s'agit d'un "ersatz médiocre de Kick Ass" ... Vous croyez franchement que "Super" se veut être un film simple d'action a regarder en débranchant son cerveau (car soyons honnête, Kick Ass est un très bon film, mais il n'y a pas a réfléchir une seconde.). Le seul point commun entre "Super" et "Kick Ass" est le sujet : une personne lambda devient un super-héros. C'est tout. Le fond et la forme des deux films n'ont rien a voir. Je rapprocherais plus "Super" de "God Bless America", ou on nous jette à la figure la détresse d'un homme, triste et excédé par le monde qui l'entour. On nous vend la réalité de ce que serait un super-héros aujourd'hui : un homme assez dingue pour croire qu'il peut changer quelque chose à lui tout seul. On nous montre des décors "moches" parce que le monde de ce pauvre homme EST moche. On nous montre des combats volontairement ridicules et des morts grotesques parce que c'est ça l'idée, ça dérange de voir comme c'est ridicule et grotesque de mourir, surtout en ajoutant les jets de sang à n'en plus finir, grotesque absolu ( Tarantino en aura assez usé pour qu'on le comprenne.) C'est ==> réaliste <== , ça se passerai comme ça, Spoiler :pas de happy end, voué à l'échec. Alors, le paragraphe ci-dessus vous fait vraiment penser à "Kick-Ass" ? Moi, pas une seconde. Et j'imagine que c'est tout ça que les personnes qui comparent "Super" a "Kick Ass" en disant qu'il s'agit d'une "pâle copie" n'ont pas compris. Ils voulaient simplement voir de l'action et bien se marrer ... Je ne dis pas qu'il est parfait, mais j'ai beaucoup aimé ce film, assez rude pour les nerfs, qui laisse un sentiment d'amertume. Pour ce qui ont aimé aussi, "God Bless America" vous ravira tout autant !

Gourmetdefilms

10 abonnés | Lire ses 519 critiques |

  3 - Pas mal

Un film qui se distingue par une pointe d'originalité, quelques passages drôles et les personnages des 2 supers héros. Il y a de belles choses dans la forme excepté l'anthropomorphisme, mais hélas je n'ai pas trouvé le scénario sensass.

Redzing

52 abonnés | Lire ses 2044 critiques |

  3 - Pas mal

Plaqué par sa femme, un loser au bout du rouleau décide de devenir un super héros, et combat le crime à la manière forte. L'idée n'est pas neuve, mais le traitement de "Super" est intéressant. Le film est tourné comme un drame, cependant l'humour noir, et le décalage entre la violence employée par le protagoniste et ses principes puritains ringards sont assez amusants. Et Rainn Wilson est touchant dans le rôle du héros de pacotille. En outre, "Super" pointe les incohérences des comics, et surtout se veut politiquement incorrect. La mise en scène reste relativement sage (on s'attendait à quelque chose d'un peu plus déjanté), mais le film tire tout de même sur les extrémistes religieux, le télévangélisme, les médias, ou le système policier. Amusant.

love-deathmovies-and-song-rock

16 abonnés | Lire ses 605 critiques |

  3 - Pas mal

Une comédie barre , débile , déjantée , violent . Voilà les maître mots de ce film . Mais qui fait trop pence a un sous kick ass

Précédente Suivante
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • ...
  • 20

Donnez votre avis sur ce film

Les meilleurs films de tous les temps
Vidéos liées à ce film
Direct 2 DVD N°36 - Décembre 2011 (1/2)
Direct 2 DVD N°36 - Décembre 2011 (1/2)

218 580 vues

4 vidéos liées à ce film
Playlists
7 vidéos
20 ans après : Qu'a dit le cinéma du génocide rwandais ?
5 vidéos
LA SHORT PAUSE #8 - 5 courts métrages à déguster
4 vidéos
Les 5 vidéos qu'il fallait voir cette semaine
Toutes les playlists
Tous les meilleurs films au ciné