Mon AlloCiné
Mystères de Lisbonne
Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Mystères de Lisbonne" et de son tournage !

Prix Louis-Delluc

Les Mystères de Lisbonne a reçu le prix Louis-Delluc qui récompense annuellement le meilleur film français, tel le prix Goncourt pour la littérature. "C'est tout à fait exceptionnel qu'un film de cette longueur soit ainsi récompensé. Cela prouve que lorsque l'on croit à des projets, même aussi atypiques que celui-là, cela peut réussir. Ce prix est une reconnaissance : le risque et l'audace sont encore payants au cinéma," a déclaré Paulo Branco, producteur historique du film.

Origine du projet

C'est le producteur indépendant Paulo Branco qui a pris les initiatives en envoyant au réalisateur les trois livres dont est issu le film, et qui ont permis à l'auteur Camilo Castelo Branco de devenir une véritable référence au Portugal. Raoul Ruiz est emballé mais, devant l'ampleur de l'histoire, ne voit pas comment faire un feuilleton de moins d'une vingtaine d'heures. "L'exploit", selon ses propres mots, de rendre le projet plus "visible" revient au scénariste Carlos Saboga qui, malgré la refonte globale nécessaire, a su garder tout l'esprit, "sans pratiquement rien perdre".

Le choix du feuilleton

A l'instar de la production d'Olivier Assayas, Carlos, le projet de Raoul Ruiz est présenté en deux formes, l'une pour le cinéma et l'autre pour la télévision. A propos de ce format série, qu'il expérimentait en tant que réalisateur, Ruiz confie son plaisir: un plaisir pris à la construction de l'histoire que la production en épisodes induit : "C'est un organisme avec un foie excellent, il peut digérer tout. Du coup tout est possible. Il peut y avoir du Balzac comme il peut y avoir de la merde", commente-t-il.

Question de genre

Si le projet est inclassable au niveau du format, il l'est tout autant sur la question du genre. Une caractèristique que le réalisateur revendique : "Narratif, il ne l'est pas puisqu'il ne respecte ni les trois actes, ni les conflits centraux, ni la théorie de la volonté qu'implique la fabrication du cinéma américain "quelqu'un veut quelque chose". Et il n'est pas expérimental non plus, il est un tout. Le film est construit selon un principe de plans-séquences qui intègrent d'autres plans que le spectateur imagine."

Trouble temporel

Le fait de mélanger les souvenirs et le temps présent tel qu'il a été envisagé pour ce film, amène un doute sur le placement du temps. Le spectateur ne peut plus affirmer savoir où est le présent. Il y a pourtant bien deux facettes d'un même personnage, l'une adulte et l'autre enfant, mais l'adulte n'est peut-être qu'une simple hypothèse, un rêve de l'enfant en train de mourir. Et ce flou imprègne le spectateur qui accède de façon plus intime au projet du réalisateur.

Casting portugais et francais

Adepte des réalisations dans la langue de Molière, Raoul Ruiz a cette fois construit ses dialogues entre deux langues, couplant le français au portugais, en fonction de l'histoire. On retrouve ainsi tout une équipée d'acteurs francophones tels que Clotilde Hesme ou Julien Alluguette pour des rôles récurrents ; ainsi que les participations spéciales de Léa Seydoux, Malik Zidi et Melvil Poupaud (25 ans après L' Ile au trésor).

Fin d'une boucle

Les allers-retours avec le passé ne concernent pas que les personnages: Raoul Ruiz a vécu avec ce projet une sensation similaire. En effet c'est en tant qu'assistant sur des séries novelas chiliennes que le réalisateur a débuté. "La boucle est bouclée", confiait-il, ému.

Un film "testament"

Raoul Ruiza tourné son film dans des conditions très difficiles. Souffrant, il devait subir une greffe du foie et n'était pas sûr d'y survivre. Le cinéaste avoue avoir mis dans chacun de ses plans ce "quelque chose d'inéluctable", ce "dramatisme", lié au sentiment que "chaque jour était une conquête."

Festivals

Malgré son format atypique, la confiance faite au talent du réalisateur a conduit le projet à être retenu par quelques festivals indépendants de renom, manifestations qui présentent d'ailleurs la particularité d'avoir toutes lieu entre septembre et novembre, au moment où le film sort en France. Parmi celles-ci, on peut noter le Festival de Toronto, de New York ou encore de Vienne et São Paulo.
Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
  • Glass (2019)
  • Green Book : Sur les routes du sud (2018)
  • Ben Is Back (2018)
  • Les Invisibles (2018)
  • Edmond (2018)
  • Creed II (2018)
  • L'Incroyable histoire du Facteur Cheval (2017)
  • Le Grand Bain (2018)
  • Doubles Vies (2018)
  • La Mule (2018)
  • Aquaman (2018)
  • Qu'est-ce qu'on a encore fait au Bon Dieu ? (2018)
  • Mia et le Lion Blanc (2018)
  • Bohemian Rhapsody (2018)
  • Colette (2018)
  • YAO (2018)
  • A Star Is Born (2018)
  • Holy Lands (2018)
  • Une Affaire de famille (2018)
  • Les Frères Sisters (2018)
Back to Top