Mon AlloCiné
    Sandra
    note moyenne
    4,0
    110 notes dont 24 critiques
    33% (8 critiques)
    21% (5 critiques)
    38% (9 critiques)
    8% (2 critiques)
    0% (0 critique)
    0% (0 critique)
    Votre avis sur Sandra ?

    24 critiques spectateurs

    Rita L.
    Rita L.

    Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 15 mai 2018
    Je n’ai jamais rien vu d’aussi beau. Pour ne pas spoiler je ne dirai pas ce quels sont les sujets tragiques traités avec intelligence. Ce film vaut tous les livres de psychanalyse.
    Arthur Debussy
    Arthur Debussy

    Suivre son activité 76 abonnés Lire ses 477 critiques

    4,0
    Publiée le 31 octobre 2017
    Enfin ! J’ai pu découvrir à l’occasion d’une rétrospective Visconti à la Cinémathèque de Paris ce long métrage tant loué par des personnes que je tiens en haute estime (Anaxagore et Max6m) et que j’attendais de regarder depuis une bonne dizaine d’années. Et je peux dire que le résultat fut à la hauteur de mes attentes. Du titre magnifique (« Vaghe stelle dell'Orsa » - « Pâles étoiles de la Grande Ourse », tiré d'un poème de Leopardi) en passant par le générique de début puis par le film en lui-même, tout concourt à en faire le véritable chef-d’œuvre de Luchino Visconti, soit le film qui condense toutes ses préoccupations artistiques et personnelles, servi par une esthétique exceptionnelle. Un peu de contexte d’abord : Visconti est l’héritier de l’une des plus anciennes familles aristocratiques d’Italie. Il fut donc aux premières loges de la décadence progressive de cette caste, minée par les transformations sociales, économiques et militaires. Ses films portent ainsi la marque de cette grandeur en perdition, dépassée par les évènements, sonnant comme la fin d’un monde, du « Guépard » en passant par « Les Damnés ». Deuxième information de taille pour comprendre sa filmographie : il était homosexuel. Son œuvre porte donc la marque de la honte, du non dit, de la culpabilité, à l’image des « Damnés », encore, ou de « Mort à Venise ». « Sandra » rassemble tout cela : il est question d’un frère et d’une sœur, héritiers d’une riche famille italienne, dont le père, Juif, mourut à Auschwitz, et dont la mère est psychologiquement instable. A ces tourments, s’ajoute une trame scénaristique tragique, puisque la sœur, Sandra, est victime de l'amour incestueux et possessif de son frère depuis leur adolescence. Fort heureusement, Visconti ne s’attarde pas sur les détails sordides d’une telle histoire, tout au contraire, avec beaucoup de retenue, de pudeur et de suggestion (des valeurs qui semblent totalement impensables par la plupart des cinéastes, voire des artistes d’aujourd’hui), il se penche davantage sur les sentiments douloureux de ses personnages. Visconti joue beaucoup sur le temps qui passe et qui charrie son lot de souvenirs inconsolables. Un temps qui semble d'ailleurs arrêté dans le palais familial des Luzatti, lieu austère et inquiétant, alors que paradoxalement on entend tout du long le tic-tac d'une horloge, qui vient matérialiser ce temps si cruel pour notre héroïne. Dans ce long métrage, Luchino Visconti dépeint des sentiments subtils, contrariés, abimés, tel un scientifique ou un fin psychologue examinant des êtres humains se débattre dans la toile du destin, à l'image des héros de la tragédie grecque antique. Le cinéaste italien disait d'ailleurs se référer dans ce film aux personnages d'Electre ou d'Oreste. Il montre également combien il peut être difficile de s'extraire d'un passé éprouvant, lorsque le présent ne se tourne pas vers le futur mais sans cesse vers ce qui a été. Il est terrible de voir tout le remord de Sandra, tout ce qu’elle endure sous la coupe de son frère, pervers et manipulateur. Mais ces évènements ne seraient pas ce qu’ils sont sans l’esthétique époustouflante de ce long métrage, de loin le plus beau visuellement parlant de toute la filmographie de Visconti… et sans la beauté envoûtante de Claudia Cardinale, absolument magnifique dans ce long métrage, avec une présence physique extraordinaire, presque animale et proche de la statuaire grecque. Le noir et blanc de la photographie y est contrasté et renforcé par de somptueuses prises de vues de Genève et Volterra, une petite ville de la Toscane italienne, ainsi que de la nature environnante (ces arbres qui ploient sous le vent…). Véritable astre noir, traversé sur la fin d’un mince rayon d’espoir, « Sandra » est un film choc, aussi bien sur le fond que sur la forme, avec une économie de moyens qui force le respect. Heureusement tout de même que le dénouement apporte un peu d’air, car la majeure partie du long métrage s’avère étouffante, entre ces sentiments refoulés, cette culpabilité oppressante, cette menace sourde, une noirceur tout de même contrebalancée par la luminosité des prises de vues. Nous sommes donc loin de la grandiloquence et de l’académisme des œuvres ultérieures du cinéaste italien, injustement préférées et plus connues que ce chef-d’œuvre crépusculaire qui mériterait enfin une sortie en DVD digne de ce nom !
    elleffe
    elleffe

    Suivre son activité 1 abonné

    5,0
    Publiée le 3 juin 2017
    Superbe film, immense metteur en scène, grands acteurs, super histoire, musique qui alimente l'émotion. Merci à la filmothèque du quartier latin de nous permettre de voir de tels chefs d'oeuvre. A ne pas rater si on en a l'occasion. Mention particulière à Claudia Cardinale belle et grandiose et Jean Sorel un acteur pas suffisamment connu
    traversay1
    traversay1

    Suivre son activité 547 abonnés Lire ses 1 393 critiques

    2,5
    Publiée le 3 août 2016
    Vu il y a fort longtemps et peu apprécié à ce moment-là. Une nouvelle vision s'imposait. Après la splendeur du Guépard, Visconti revient au noir et blanc et filme une histoire très sombre dans une villa toscane. Atmosphère morbide, tragédie grecque à base d'inceste, de trahison et de dégoût, Sandra exacerbe les défauts (moins voyants dans d'autres films) du cinéaste, en particulier un certain formalisme et un excès d'effets mélodramatiques. Il y a cependant quelque chose de fascinant dans ce ratage (pas d'accord avec certains viscontiens prétendent qu'il s'agit d'une de ses oeuvres majeures), comme un écho aux thèmes du film et à la personnalité trouble du personnage de Sandra, que Claudia Cardinale joue avec une sensualité, euh, troublante.
    Peter Franckson
    Peter Franckson

    Suivre son activité 15 abonnés Lire sa critique

    3,0
    Publiée le 19 juillet 2016
    Sandra (Claudia Cardinale), retourne avec son mari américain dans son village d’enfance de Toscane et dans la maison familiale. Son père est mort dans un camp d’extermination nazi et sa mère (Marie Bell), remariée spoiler: (son mari aurait dénoncé le père de Sandra) , souffre de troubles psychiatriques. Elle retrouve son frère (Jean Sorel) pour qui elle éprouve un amour incestueux. C’est bien joué, bien filmé et photographié mais on a du mal à s’intéresser à l’histoire.
    Schwann
    Schwann

    Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 261 critiques

    4,0
    Publiée le 27 février 2013
    Visconti brille avec Vague Stelle dell'Orsa (vers emprunté au poète italien Leopardi). Il défait les verrous de son scénario petit à petit, et également ceux de la société. A l'instar d'un Thomas Mann (Sang réservé par exemple), il magnifie la relation entre Claudia Cardinale et Jean Sorel, dans une atmosphère d'après-guerre dans un petit village italien. Loin d'être son plus connu, il mérite d'être vu.
    Michel H
    Michel H

    Suivre son activité Lire ses 2 critiques

    2,5
    Publiée le 1 février 2013
    Ben quoi ! Ils sont joué au docteur quand ils étaient p'tits. Film démodé ; les acteurs sur-jouent. Je mets tout de même 2,5 parce que c'est Visconti.
    stillpop
    stillpop

    Suivre son activité 45 abonnés Lire ses 1 444 critiques

    3,0
    Publiée le 7 juillet 2012
    L'histoire d'une belle fille qui vient dans une belle voiture dans une belle demeure retrouver son beau frère, enfin, son frère qui est bô. Les films de cette période paraissent sulfureux car il parlent d'une morale qui a éclaté dans les années Gainsbourg, hélas les années moralistes laïques d'aujourd'hui sont encore plus angoissantes sur la liberté de nos perversités. Donc on pourrait sourire du scandale entendu, mais ça ne fonctionne pas car c'est d'actualité. Contrairement aux aficionados, ce n'est pas le film où La Cardinale est la plus belle, mais suave et sensuelle, sans aucun doute. Pourtant le frère lui vole presque la vedette, du niveau de Trintignant ou Delon. Le scénario se porte mollement sur les révélations successives dans une fausse atmosphère capiteuse. Le noir et blanc correspond bien au sujet, cependant le traitement et le grain son trop lourds pour donner une merveille comme “Mort à Venise”. Certes, c'est beau, mais tellement elliptique et un peu surrané dans les dialogues que le film fait daté. Il reste une certaine intensité dramatique, une belle photographie et de magnifiques acteurs, de quoi combler un dimanche après-midi de cinéphile.
    Dory D.
    Dory D.

    Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 125 critiques

    4,0
    Publiée le 28 mai 2012
    Ils sont beaux, ils sont jeunes, leur demeure est magnifique... mais leur passion est interdite. De très beaux plans, dans un noir et blanc limpide.
    spider1990
    spider1990

    Suivre son activité 644 abonnés Lire ses 1 564 critiques

    3,5
    Publiée le 1 mai 2012
    Un simple sujet renforcé par une atmosphère de toute beauté. Une lenteur imposante qui se fait un peu dissoudre grâce à une mise en scène gracieuse menée par un grand cinéaste italien. Je pense que si le film avait plus de consistance il aurait pu s'élever aux yeux du monde. L'amour est parsemé d'embûches et il faut s'imposer des limites au lieu de se faire du mal comme pour cet amour impossible.
    Jean-françois Passé
    Jean-françois Passé

    Suivre son activité 100 abonnés Lire ses 231 critiques

    3,5
    Publiée le 1 mai 2012
    Tout l'univers de Visconti dans ce drame familial ou à l'occasion d'une commémoration et avec l'aide d'un tiers , le mari , tout remonte à la surface , l'amour , l'inceste , la trahison , la folie ...une réussite peu connu en France das l'oeuvre de ce cinéaste majeur
    Fred Limousin
    Fred Limousin

    Suivre son activité 22 abonnés Lire sa critique

    5,0
    Publiée le 1 mai 2012
    La plus belle femme du monde dans son rôle le plus troublant. A voir ou à revoir sans modération.
    gemini-hell
    gemini-hell

    Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 395 critiques

    3,5
    Publiée le 30 avril 2012
    Drame familial et relations troubles entre un frère et une sœur au sein d’une famille provinciale particulièrement aisée en Toscane. L’atmosphère du film est oppressante et le choix du noir et blanc souligne cet étouffement. Les déambulations des protagonistes au sein de cette immense demeure, comme figée dans le temps, évoquent des figures fantomatiques irrémédiablement embourbées dans leur passé névrotique, à l’exception du mari de Sandra, spectateur impuissant face au conflit qu’il découvre. La caméra de Visconti scrute au plus près les réactions de ses personnages dont les interactions ne peuvent que susciter l’affrontement. Claudia Cardinale endosse ici avec une force intérieure rare un personnage extrêmement complexe ; le méconnu et superbe Jean Sorel compose un Gianni des plus ambigus. Pas forcément séduisant, « Sandra », rarement diffusé tout autant que son successeur « L’Etranger », mérite le détour et la curiosité du cinéphile et admirateur de l’oeuvre du Maître italien.
    cylon86
    cylon86

    Suivre son activité 478 abonnés Lire ses 2 991 critiques

    3,0
    Publiée le 26 avril 2012
    Ce n'est pas le film le plus connu du cinéaste mais il n'en reste pas moins intéressant. Éprouvant à regarder, "Sandra" joue surtout sur l'ambiance avec une lumière particulièrement soignée et sur les non-dits. Visconti nous parle (comme dans "Les Damnés") d'une famille pourrie de l'intérieur où le désir de l'inceste est sans cesse présent entre le frère et la sœur. On s'ennuie parfois mais on n'en reste pas moins fasciné au fur et à mesure que l'intrigue se dévoile. Claudia Cardinale est vraiment sublime et en espèce de sosie d'Alain Delon, Jean Sorel interprète à merveille le frère rongé de désir.
    hpb
    hpb

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 123 critiques

    3,5
    Publiée le 9 octobre 2010
    (vu au festival de Lyon Lumière 2010) Plus que l'intrigue c'est l'ambiance de ce film que je retiendrai . L'histoire manque quelque peu de surprise et d'originalité et repose somme toute sur des éléments basiques : rapport incestueux histoire de famille "honteuse" que l'on veut cacher. Aussi tout l'intérêt du film réside dans l'atmosphère sombre et la complexité des rapports psychologiques entre les personnages que savait très bien exploiter Visconti. Les acteurs, à commencer par Claudia Cardinale) sont excellents. Et puis cette ambiance "noir et blanc" des année 60 possède un charme indéniable.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top