Mon AlloCiné
Sur la route
Bandes-annonces Casting Critiques spectateurs Critiques presse Photos VOD Blu-Ray, DVD
Musique Secrets de tournage Box Office Récompenses Films similaires News
note moyenne
2,9
3022 notes dont 434 critiques
6% 25 critiques
18% 78 critiques
27% 118 critiques
27% 119 critiques
14% 59 critiques
8% 35 critiques

434 critiques spectateurs

Trier par
Critiques les plus récentes
  • Critiques les plus utiles
  • Par les membres ayant fait le plus de critiques
  • Par les membres ayant le plus d'abonnés
Lima Gigi

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 19 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
• Publiée le 22/04/2014

en regardant le film , je senti le besoin de prendre le volant et s'évader . un excellant film : réalisation , jeux d'acteurs , la musique . un peu court le passage de Kristen Stewart mais elle a marqué le film par sa forte présence.

soniadidierkmurgia

Suivre son activité 151 abonnés Lire ses 2 737 critiques

3,5Bien
• Publiée le 14/04/2014

“Sur la route” fait partie de ces œuvres réputées inadaptables au même titre que « Madame Bovary », «A la recherche du temps perdu », « Voyage au bout de la nuit » ou « L’attrape-cœurs ». Celui qui s’y risque se heurtera aux exégètes de l’auteur qui hurleront fatalement au sacrilège. Walter Salles n’a pas échappé à la malédiction, son film étant un échec au box-office et peu apprécié de la critique en général. Il est clair que ceux qui connaissent l’œuvre de Kerouac ne pourront retrouver dans le film le foisonnement du livre écrit par Kerouac d’une seule traite sur un tapuscrit (Kerouac était une virtuose de la Remington) de 36 mètres de longs à partir des notes prises et assemblées lors de ses errances sur le vaste continent qu’il traverse plusieurs fois dans le sens de la largeur, y intercalant une escapade très créative au Mexique. C’est sans doute trop attendre d’une adaptation cinématographique que de vouloir y retrouver intégralement l’esprit de l’auteur. L’ambition de Salles, lui aussi habité par les grands espaces, était de rendre l’humeur d’une démarche qui constitua le ciment de la beat generation dont Kerouac refusera toujours d’embrasser totalement le prosélytisme et la recherche de respectabilité qui piègera ses compagnons de route que furent Allan Grinsberg et William Burroughs. Cette volonté de ne jamais vieillir en ne se posant nulle part est clairement incarnée dans le personnage de Dean Moriarty (Garrett Hedlund) en recherche d’identité faute de la présence d’un père qu’il suppose devenu clochard à Denver et qui passe son temps entre l’absorption d’alcool et de benzédrine et une frénésie sexuelle dévastatrice . Le narrateur, Sal Paradise qui est en réalité une représentation à peine romancée de Jack Kerouac lui-même, se nourrit de la présence à ses côtés du fantasque Dean pour alimenter ses rêves d’écriture. Les grands espaces remarquablement filmés ne semblent être pour cette petite communauté qui se compose et se recompose au gré des rencontres qu'un simple décor entre deux étapes de beuverie et de débauches sexuelles. Walter Salles n’omet pas les grands moments de doute qui envahissent souvent Dean et Sal face à la vacuité de leurs existences et les dégâts affectifs induits par leur manque d’implication notamment dans leurs relations avec les femmes. Ce tourbillon qui les entraîne souvent au bord du précipice peut faire peur comme à Dean qui songe plus souvent qu’à son tour à en finir. Le film, témoignage d’une époque autant que d’une œuvre peut sans aucun doute servir d’introduction à l’univers de Kerouac plus méconnu qu’on le croie généralement et contribuer à désacraliser cette vie au bord des routes parfois magnifiée de manière un peu simpliste par les road movies qui ont fleuri depuis les années 70. Un film appliqué mais au final un peu vain comme la vie somme toute assez monotone et addictive des héros de « Sur la route ». Mais pouvait-il en être autrement ? On notera en sus de la magnifique photographie d'Eric Gautier la qualité de la reconstitution des décors d'époques qui donnent la crédibilité indispensable à ce type de films.

Lucy_Nemma

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 93 critiques

3,5Bien
• Publiée le 08/04/2014

J'ai lu le livre avant de voir le film et je pense que c'est absolument nécessaire pour concevoir et replacer l'esprit de la beat generation dans le film. Je ne 'ai pas été déçue comme ça peut souvent être le cas dans les adapatations de roman. Surtout que celui de Jacques Kerouac était réputé inadaptable et que je me suis fait cette réflexion lors de la lecture du livre, me préparant au pire. Mention spéciale à Sam Riley qui selon moi campe le personnage de Sal Paradise avec brio. Un peu moins convaincue pour le personnage de Dean, dont le caractère a été vidé de sa substance, s'attachant plus à son côté bipolaire et désespéré, moins à sa personnalité loufoque et grande gueule. Il y a donc du plus et du moins mais dans l'ensemble, plutôt satisfaisant.

lilybelle91

Suivre son activité 16 abonnés Lire ses 909 critiques

1,0Très mauvais
• Publiée le 15/02/2014

D'est en Ouest,d'Ouest en Est, du nord au sud,du Sud au Nord, de New York à San Francisco, de San Francisco à New York, de New York à Mexico, de Mexico à Denver, de Denver à New York..etc...etc...etc...A l'instar du soporifique "Carnets de voyages" Walter Salles s'inscrit définitivement comme le roi du road movie qui ne raconte pas grand chose, voir rien du tout ! Sur la route...jusqu'au bout de l'ennui !!!

Cyril Marchand

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 32 critiques

2,0Pas terrible
• Publiée le 14/02/2014

Une histoire bancale sur des paumés de la vie. On s'ennui!!!

loumay

Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 6 critiques

4,0Très bien
• Publiée le 30/01/2014

À mon sens, un film en adéquation avec le roman de Jack Kerouac qui avait ce style si particulier d'écrire sans fin, comme le rouleau sur lequel il a écrit le manuscrit. Des phrases à n'en plus finir : un rythme qui ne ressort pas dans la longueur des phrases mais dans la rythmique donnée par les mots. Ce rythme des mots fidèle au beat du jazz, musique de la Beat Generation.

OldMartini

Suivre son activité 68 abonnés Lire ses 1 724 critiques

0,5Nul
• Publiée le 24/01/2014

Il n’y a rien eu de plus douloureux pour un cinéphile en 2012 que de regarder cet OVNI du cinéma, pourtant tiré du roman Jack Kérouac classé parmi les 100 meilleurs romans du XXe siècle en langue anglaise. A l'instar de Central do Brasil et Avril brisé, Walter Salles se réinvente dans le genre du road-movie à travers Sur la route. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cette mode n’est pas mais alors pas du tout taillée pour lui ! Le cadrage, plus que paresseux, ne captive que très rarement et les quelques dialogues intéressants ne parviennent pas à durer dans la continuité. Et ce n’est pas le très mauvais jeu d’acteur de Kristen Steward qui rattrapera ce bide sidéral tant sur le fond que sur la forme. Quand on pense que Salles a emprunté le même chemin que celui proposé dans le film afin de s’imprégner un maximum des sensations des protagonistes et de l’ambiance qu’elle en dégage, une seule question peut venir à l’esprit : A-t-il réellement pris la bonne route ? Peut-être s’est-il trompé à une intersection.

Hélène S.

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 17 critiques

3,5Bien
• Publiée le 31/12/2013

Parcours initiatique comme beaucoup de road movies...j'ai bien aimé, quelques longueurs mais une belle ambiance ! !

Alexiouss

Suivre son activité 15 abonnés Lire ses 86 critiques

3,5Bien
• Publiée le 08/12/2013

un road movie à travers les USA dans les années 50 des jeunes perdus, en décalage avec la société se cherchent et se trouvent et se perdent un film choc dérangeant montrant une jeunesse dépravée les acteurs sont excellents mention spéciale à garret heldund charismatique dans le rôle de dean, qui trace sa route sûrement l'actrice kristen stewart casse enfin son image de belle, naive , mais reste très en dessous des autres comédiens de beaux paysages j'ai bien aimé ce film qui peut choquer certains

SpiderBaby

Suivre son activité 26 abonnés Lire ses 619 critiques

4,0Très bien
• Publiée le 29/11/2013

Cette adaptation d'un roman réputé inadaptable tient plutôt la route. Réussite visuelle et fidélité sur au moins deux axes clefs du bouquin 1- Kerouac n'est pas le perso principal, il se place en simple observateur 2- La part de noirceur, de destruction, de galère, de ces vagabonds n'est pas omise. Le piège de la représentation fantasmée et édulcorée en est ainsi évité.

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top