Mon AlloCiné
    Laurence Anyways
    note moyenne
    4,2
    2732 notes dont 300 critiques
    24% (72 critiques)
    41% (124 critiques)
    17% (52 critiques)
    8% (24 critiques)
    3% (9 critiques)
    6% (19 critiques)
    Votre avis sur Laurence Anyways ?

    300 critiques spectateurs

    Cinélucas
    Cinélucas

    Suivre son activité Lire ses 3 critiques

    4,0
    Publiée le 25 juillet 2012
    De l'audace, un souffle de liberté, une claque aux préjugés. Faut-il nécessairement être jeune et/ou étranger à l'hexagone pour oser, pour s'autoriser à penser et à dire les choses autrement ?
    RENGER
    RENGER

    Suivre son activité 350 abonnés Lire ses 5 435 critiques

    3,0
    Publiée le 17 août 2012
    Troisième long-métrage à seulement 23 ans pour le (très mature) québécois Xavier Dolan, après nous avoir sidéré avec J'ai tué ma mère (2009) et nous avoir laissé sur notre faim avec Les amours imaginaires (2010), il nous revient avec cette fois-ci, un film fleuve de… 160 minutes (!). Laurence Anyways (2012) narre l’histoire de Laurence, un professeur de littérature qui, venant d’atteindre la trentaine souhaite devenir une femme, un projet qui lui tient particulièrement à cœur et pour cause, cela fait années qu’il en rêve, pour lui, il aurait dû naître femme. Nous sommes à la fin des années 80, le film va suivre durant toute une décennie la lente transformation physique opérée par Laurence, de ses sacrifices en passant par des peines de cœur, de ses désillusions aux rencontres qui le marqueront à jamais. Xavier Dolan dresse des portraits touchants, sincères et tellement criant de vérité que l’on se prend rapidement d’affection pour le tandem incarné par Melvil Poupaud & Suzanne Clément. Dolan est parvenu à insuffler énormément de choses, passant de la colère à la tristesse en un claquement de de doigts. Le jeune réalisateur a sublimé son film, à commencer par sa direction artistique où l’on y retrouve de magnifiques acteurs, de Nathalie Baye en passant par Melvil Poupaud ou l’impressionnante Suzanne Clément (que l’on pouvait déjà retrouver dans le premier film de Dolan), ajoutez à cela une B.O électro collant parfaitement à l’univers du film (très années 80/90), des décors en passant par les costumes (les immondes gros pulls en laine). On aura aussi une pensée aux acteurs (et actrices) formant le groupe des "Five Roses", nous redonnant le sourire à la moindre réplique. Au final il en résulte une histoire d’amour impossible et au combien déchirante, dressant aussi le portrait de la transsexualité (chose relativement rare sur grand écran), magnifiquement interprété et mis en scène, seule regret et pas des moindre, que la durée importante du film se soit fait ressentir à plusieurs reprises. Signalons enfin que le film fut nominé à sept reprises lors du 65ème Festival de Cannes, mais ne remporta qu’un seul trophée (mais amplement mérité), celui du Prix d'interprétation féminine pour Suzanne Clément.
    taudier
    taudier

    Suivre son activité Lire ses 3 critiques

    0,5
    Publiée le 5 janvier 2013
    perso j'ai pas tenu 10 min, je sais pas quel est le pire : le jeu des acteurs, les plans de caméra, les dialogues
    Backpacker
    Backpacker

    Suivre son activité 29 abonnés Lire ses 638 critiques

    4,5
    Publiée le 3 juin 2015
    Un prodige génial en la personne de Xavier Dolan est né! Le jeune réalisateur québécois est l'auteur d'une oeuvre impressionnante de réalisme mais aussi d'onirisme, qui va complètement à l'encontre des clichés éculés sur la sexualité. Melvil Poupaud et Suzanne Clément, impressionnants dans leur réalisme, convainquent aisément en donnant corps à des personnages magnifiques d'une très grande humanité. En outre, l'excellent choix des musiques et la qualité exceptionnelle des images dont certains plans relèvent tout bonnement de l'art nous permettent d'oublier quelques longueurs. Une oeuvre essentielle et très brillante qui permet à Xavier Dolan d'accéder au rang des réalisateurs les plus prodigieux de sa génération en frisant le génie.
    cineccita
    cineccita

    Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 1 011 critiques

    4,0
    Publiée le 3 août 2012
    Les dialogues sont d'une grande intelligence. Melvil Poulpaud nous offre une interprétation magistrale. Ce film est un hymne au droit à la différence. Bravo Xavier Dolan, malgré ton jeune âge tu oses sans tabou.
    ArnoRuoms
    ArnoRuoms

    Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 61 critiques

    4,0
    Publiée le 22 février 2013
    Melvil Poupaud plus travestit que transsexuel (dommage), Suzanne Clément vole la vedette à Poupaud et quand on voit Nathalie Baye, on a juste envi de la voir plus souvent dans les films. 2h40 c’est long, mais finalement bien assez pour raconter une histoire pareille. On peut dire que Laurence Anyways est le film de la consécration pour Xavier Dolan.
    Thomas P
    Thomas P

    Suivre son activité 20 abonnés Lire ses 484 critiques

    4,0
    Publiée le 13 août 2012
    Dolan revient avec un sujet de société intéressant et peu exposé dans la fiction. Le jeune réalisateur sait toujours aussi bien habiller sa mise en scène par l’ambiance visuelle et sonore offrant quelques scènes savoureuse pour nos sens. Le traitement du sujet, le changement sexe et toutes les répercussions sociales que cela engendre, a quant à lui été abordé par une succession d’éléments venant un peu alourdir l’ensemble. Parallèlement, quelques scènes et des dialogues forts nous marquent. Xavier Dolan reste un réalisateur plein d’avenir.
    Julien De Coninck
    Julien De Coninck

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 80 critiques

    3,5
    Publiée le 8 août 2012
    Un film agaçant et prétentieux à l'image de son réalisateur. Il serait toutefois injuste de nier son talent et la puissance romantique qui se dégage de certaines scènes. L'atout majeur du film, l'interprétation de Suzanne Clément, incandescente.
    Ewen Blake
    Ewen Blake

    Suivre son activité 63 abonnés Lire ses 424 critiques

    3,5
    Publiée le 16 juin 2016
    Un film sur la norme. Un monstre hybride de deux heures trente à qui il m'a semblé manquer quelque chose sans que je ne sache mettre un mot dessus. Laurence Anyways décrit un amour immense, qui donne envie de vivre intensément et de ne jamais vieillir. Dolan et Suzanne Clément nous offre l'une des scènes les plus intenses que je n'ai jamais vu : le restaurant.
    ocelot
    ocelot

    Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 760 critiques

    4,5
    Publiée le 29 juillet 2012
    C'est le premier film que je vois de ce jeune réalisateur et franchement j'ai été épaté. Seul reproche: peut-être un peu long par moment.
    bschneid
    bschneid

    Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 10 critiques

    0,5
    Publiée le 20 décembre 2012
    Bon, j'ai regardé ce film sur les conseils d'une copine un peu artiste et cultivée qui critique le fait que je n'apprécie que des navets à gros budget. Elle a effectivement raison, je n'ai même pas compris que le film devait se passer dans les années 90, j'aurais dû m'en apercevoir vu que dans 95% du film on ne voit que des déchêts tirer sur leurs clopes pour se donner un semblant d'existance. Heureusement pour moi j'ai bien compris le flash back de fin où les personnages de 1990 sont encore mieux habillés que durant tout le reste du film. Ma copine, elle, ne l'a pas compris... Bref, ce film est une merde, ma copine me trouve encore plus con, j'ai vraiment gagné ma soirée. Sincèrement, arrêtez de voir de l'intelligence dans des personnages inconsistants. En 1990 des connards finis comme les deux protagonistes du film n'existaient plus, Laurence serait mort d'une maladie sexuellement transmissible et Fred se serait suicidée comme toute personne normale l'aurait ferait.
    Ruben L
    Ruben L

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 20 critiques

    0,5
    Publiée le 8 août 2012
    Tout est mauvais dans ce film. Le '' très branché réalisateur'' est comme tout les '' branchés '' : un imposteur. Le thème meme est un exemple de la décadence de l'occident : on peut changer de sexe comme on veux avec seulement quelques conséquences. Mais, on PEUT changer de sexe ? Vive notre époque ...
    CinemaCritics
    CinemaCritics

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 2 critiques

    3,5
    Publiée le 1 juillet 2012
    Jeu sur les notions d'esthetique et de discernement. Puisque que Dolan utilise le "désir d'être une femme" de l'écrivain comme un prétexte cinematographique, un prétexte pour un sujet travesti... L'amour entre deux personnes est un enjeu esthétique, que ceux qui croient au vieux prétexte des sexes consultent les stats des divorces... (ou leur sexologue).
    Paradis Inanimé
    Paradis Inanimé

    Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 99 critiques

    5,0
    Publiée le 19 juillet 2012
    Xavier Dolan signe avec "Laurence Anyways" une oeuvre à la fois ambitieuse, maîtrisée et inspirée. Véritable feu d'artifice d'émotions et de couleurs, le film charme par son aspect visuel et sonore, mais également par la force des émotions qu'il parvient à susciter chez le spectateur. La mise en scène est splendide entre ralentis, effets de couleur et de style, filtres et envolées lyriques servies par une bande son éclectique empruntant tour à tour à la pop des années 80, à Vivaldi, The Cure et Beethoven. Une nouvelle fois, Dolan s'impose comme un fantastique faiseur d'images. Les acteurs sont formidables, Suzanne Clement en tête, à la fois fragile et puissante, elle livre une prestation d'une extrème justesse. Melvil Poupaud est surprenant et touchant dans la peau de cet homme qui veut devenir femme. Plusieurs thèmes sont soulevés à travers cette histoire d'amour hors du commun : la question de l'identité sexuelle, l'acceptation de soi,l'acceptation de l'autre, l'acceptation de la différence. Touchant, prenant, stylé, "Laurence Anyways" est à la fois un veritable plaisir visuel et un torrent d'émotions. Formidable.
    rickfromcasa
    rickfromcasa

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 26 critiques

    4,0
    Publiée le 4 juin 2012
    Ce réalisateur n'a que 23 ans ( et déjà plusieurs films derrière lui) pourtant Laurence anyways est un film mature et maîtrisé . Il s'agit d'une histoire d'amour peu banale puisque dans le couple à priori Hétéro l'homme veut devenir femme.Bien que ce film fasse 2h40 on ne voit pas le temps passer . Mevil Poupaud est grand ( pas seulement par la taille ) Nathalie Baye nous offre une scène d'anthologie dans sa cuisine....Suzanne Clément est vraie dans ce rôle de femme déboussolée. Quelques reproches : qu'est ce que c'est que cette manie de faire des films au format 4/3 : chers réalisateurs pensez un peu aux spectateurs des derniers rangs !!! La musique est très présente voire trop ( attention aux oreilles sensibles ) . Il conviendra de voir le film avec des sous-titres en français (l 'accent canadien n'étant pas édulcoré )
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top