Le cochon de Gaza
  • Séances
  • Bandes-annonces
  • Casting
  • Critiques
    • Critiques Presse
    • Critiques Spectateurs
  • Photos
  • DVD, VOD
  • Musique
  • Le saviez-vous ?
Note moyenne :   3,7 pour 1 207 notes dont 243 critiques  | 
  • 28 critiques     12%
  • 103 critiques     42%
  • 75 critiques     31%
  • 23 critiques     9%
  • 6 critiques     2%
  • 8 critiques     3%

243 critiques spectateurs

Trier par 
Les plus récentes
  • Critiques les plus utiles
  • Les membres ayant fait le plus de critiques
  • Membres ayant le plus d'abonnés
pfloyd1

9 abonnés | Lire ses 808 critiques |

   3.5 - Bien

Malgré les apparences,"le cochon de gaza" est un film "frais" et original par son scénario.L'histoire en elle meme est une agréable surprise et on se surprend à sourire souvent.Les acteurs jouent bien et la réalisation est impeccable.Mi drame,mi comedie c'est une bouffée d'air frais dans un univers qui nous est completement inconnu à nous les occidentaux:la bande de Gaza.

Mega-Man O'Blaise

13 abonnés | Lire ses 148 critiques |

   4 - Très bien

Une comédie légère au coeur d'un conflit pour le moins sérieux. C'est émouvant et drôle à la fois. Bien joué!


olihabs

0 abonné | Lire ses 4 critiques |

   4 - Très bien

Un film qui sort totalement des sentiers battus. Un éclectisme peut être lié à la diversité des gens qui ont fait de ce film une jolie fable humaniste et burlesque. Un film cosmopolite donc pour aborder un sujet non moins cosmopolite. A commencer par son réalisateur, journaliste français, qui vit en Uruguay, une co-production franco-germano-belge, le tournage en hébreu et en arabe réalisé à Malte, le tout interprété par d'excellents acteurs : un énergique israélien d’origine irakienne (déjà excellent dans "La visite de la fanfare", une impeccable actrice tunisienne née en Italie et un cochon (ou probablement plusieurs) sorti d'un filet de pêche !!! Dans ce Cochon, au départ détesté par les deux camps, tout est vraiment très bon, excepté peut être un final quelque peu onirique à mon goût.

tuco-ramirez

15 abonnés | Lire ses 620 critiques |

   3 - Pas mal

Un pêcheur palestinien pauvre remonte dans ses filets un cochon. Que faire de la bête impure ? La vendre afin d’améliorer le quotidien… L’idée est bonne, mais à qui ? Le cochon n’est ni hallal ,ni casher… Dans une Palestine truffée de militaires israéliens, de barbus et de colons ; Jafaar doit se démener pour trouver une solution. Un film français incroyablement atypique. Sous forme de fable humaniste et burlesque, Sylvain Estibal distille un message de paix autour d’une situation d’un absurde absolu. Très drôle dans sa première heure surtout, Sasson Gabay (Jafaar) campe un charlot arabe lunaire. La fin, trop onirique à mon goût, perd en intensité. On retiendra surtout un scénario original pour un une comédie plus profonde qu’il n’y paraît en premier lieu.

Pegeo

3 abonnés | Lire ses 33 critiques |

   4 - Très bien

« N'est pas Corneille qui veut », lançait Racine à son producteur Louis Legrand tout en lorgnant Titus d'un regard porcin avant de jeter son dévolu sur Bérénice (La Reine de Palestine, pas la Béjo*, aux yeux d'une si sombre beauté qu'un empereur s'y perdrait sans remord). Dans Le Cochon de Gaza, Sylvain Estibal renoue avec la tragédie antique en la replaçant toutefois dans un contexte politique actuel, ce qui lui fait perdre en crédibilité. Qui pourrait en effet imaginer que, de nos jours, l'idéologie et la raison d'état peuvent encore empêcher les hommes de faire des affaires et les femmes d'en avoir ? Selon les statistiques de l'ONU, le XXIème siècle sonne le glas des conflits utérins et la hache de guerre est définitivement enterrée sous les décombres des palais de Bagdad. C'est vous dire les progrès effectués depuis l'époque où Ajax célébrait l'Aïd devant Troie. Jafaar n'était qu'un pêcheur pauvre, il va devenir un pauvre pécheur un jour que Dieu était d'humeur taquine. Ayant maille à partir avec un cochon vietnamien venu aux bains en Terre Sainte, son bon cœur l'entraîne à lui donner asile sur son chalutier en attendant de l'exfiltrer de cette bande de Gaza refermée sur elle-même telle un trou noir se regardant dans le miroir au point de snober la communauté internationale et interdire les régates humanitaires, preuve de l'ostracisme d'une population trop fière de sa disette endémique pour s'ouvrir à la gastronomie occidentale. Même l'ONU, pourtant prompte à aider les réfugiés de bâbord comme de tribord, refuse d'accueillir le suidé naufragé, trop occupée qu'elle est à construire des écoles avec des sacs de riz. Heureusement, pour les israéliens - sans qui la vie dans le désert serait aussi morne qu'une plaine wallonne après le passage de l'Empereur et Ur-i-Salem, la ville de la paix, un simple cimetière de martyrs, saints, prophètes et autres fiers-à-bras pré-apocalyptiques dont on pourrait vendre avec profit les reliques et autres produits dérivés aux touristes asiatiques avec le même succès que les Tours Eiffel clignotantes fabriquées par leurs enfants dans des centres d'esclavagisme climatisés - heureusement donc, pour les israéliens, et bien qu'ils aient tué le veau d'or depuis des siècles, dans le cochon tout est bon, à condition toutefois qu'il garde ses pantoufles et mette sa petite laine quand il sort, on ne sait jamais, dès fois qu'il s'enrhume au vent mauvais d'une roquette ou d'un chasseur-bombardier en rase-mottes, parce qu'il faut bien que les militaires, ces grands enfants, laissent exploser leur amour de la farce lorsque la chair est faible et les chèvres rétives. (Ça y est, j'ai retrouvé la touche point.) Ainsi se renoue l'ancienne alliance sémite qui fit la joie de Nabuchodonosor à l'époque bénie où Ishtar hésitait entre la guerre et l'amour, ce qui laissait encore une chance à l'humanité. Mais je vous parle d'un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître. Depuis, les enfants du tiers-monde ont dévoré les murs des écoles made in ONU, tandis que s'écroulent ceux des nôtres, aux frontons desquelles Marianne s'étiole dans sa robe d'espérance rongée aux mites par les nouveaux aristocrates du bâtiment et de la télé réunis. A court d'argument, Jafaar décide de frapper un grand un coup et embrasse le métier de martyr, très en vogue parmi les jeunes de la gazouillante cité gazaouie frappée par le chômage et la désolation, ce qui leur permet de s'éclater une bonne fois pour toute et montrer ce qu'ils ont dans les tripes. L'accès à cette profession de foi se fait sans diplôme, ce qui leur va à ravir puisque l'ONU n'a toujours pas retrouvé les plans du lycée qu'elle doit bâtir avec les stocks de corned-beef périmé qu'elle vient enfin de recevoir. Malheureusement pour le héros, son cochon lui joue un tour à sa façon et le martyr du pauvre pêcheur se prolonge ad vitam eternam. Avec deux femmes sur les bras, l'une plus belle que l'autre, et la bourse toujours vide, une vie de galérien s'annonce et l'horizon bouché par le mur de la honte n'en devient que plus sombre. Fuyant ce que d'aucuns prendraient pour le paradis, il finit par atteindre sa Terre Promise et s'aperçoit qu'elle ressemble furieusement à sa terre natale. Tout est dit. L'humour de Dieu est inhumain, les juifs en savent quelque chose. [...] La suite et mes autres critiques absurdes sur http://ad-absurdum.eklablog.net/

matthieubocopin

23 abonnés | Lire ses 694 critiques |

   4 - Très bien

Un film très drôle, intelligent et d'une fraicheur remarquable. Un vrai sens du burlesque (qui n'est pas sans rappeler un Tati ou un Chaplin... la parole en plus...) dans un contexte difficile. Même quand le sérieux reprend ses droits, le film parvient à distiller une malice "non-sensique" des plus savoureuses. Les situations cocasses s'enchaînent afin de mieux souligner l'absurdité d'un conflit israélo-palestinien (semble-t-il...) sans fin. Le message est évidemment utopiste (la fin du film le montre bien...) voire naïf, mais le ton léger et la conviction beaucoup plus appuyée à défendre des idéaux font bon ménage... Un film qui fait du bien...

Ancien utilisateur

   3 - Pas mal

un film sympathique qui se laisse regarder, un dernier tiers de film un peu en baisse. à voir.

jafago

5 abonnés | Lire ses 524 critiques |

   2.5 - Moyen

D'abord il faut dire que l'idée de départ est génial . D'ailleurs toutes les situations autour du cochon sont excellentes , j'étais emballé et puis la dernière demi heure m'a totalement déçu , on est tombé dans le grand n'importe quoi sous pretexte de faire passer un message de paix .

Abillios

2 abonnés | Lire ses 53 critiques |

   4 - Très bien

Une comédie surprenante et même un peu déjantée. Elle réussit à nous faire subtilement rire avec une idée de scénario toute simple. Le ton décalé se marie très bien avec les acteurs et le contexte même s'il n'est pas le plus abordable. C'est un film que je conseille volontiers ! Ruez-vous dessus car c'est une perle rare, on ne voit plus beaucoup de comédies aussi bonnes.

HaDag_Nahash

3 abonnés | Lire ses 367 critiques |

   3 - Pas mal

Film surcoté par les médias, mais bon ça reste sympa et bon enfant, les scènes comiques s'enchainent, pas mal de bonnes répliques malgré des répétitions un peu lassantes. Vaut le coup d'oeuil.

Précédente Suivante

Donnez votre avis sur ce film

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Vidéos liées à ce film
Le cochon de Gaza Bande-annonce VF
91 397 vues
Le cochon de Gaza Bande-annonce VO
621 005 vues
Le cochon de Gaza Extrait vidéo VF
2 492 vues
8 vidéos liées à ce film
Playlists
5 vidéos
LA SHORT PAUSE spéciale Batman - 5 courts métrages à déguster
5 vidéos
LA SHORT PAUSE #10 - 5 courts métrages à déguster
4 vidéos
Les 5 vidéos buzz de la semaine #23
Toutes les playlists
Tous les meilleurs films au ciné