To Rome with Love
  • Séances
  • Bandes-annonces
  • Casting
  • Critiques
    • Critiques Presse
    • Critiques Spectateurs
  • Photos
  • DVD, VOD
  • Le saviez-vous ?
Note moyenne :   2,8 pour 2 323 notes dont 422 critiques  | 
  • 25 critiques     6%
  • 85 critiques     20%
  • 134 critiques     32%
  • 104 critiques     25%
  • 50 critiques     12%
  • 24 critiques     6%

422 critiques spectateurs

Trier par 
Les plus récentes
  • Critiques les plus utiles
  • Les membres ayant fait le plus de critiques
  • Membres ayant le plus d'abonnés
Robin M.

26 abonnés | Lire ses 258 critiques |

  1.5 - Mauvais

http://lecinemaduspectateur.wordpress.com/2012/07/13/to-rome-with-love-quantite-ou-qualite/ Woody Allen s’est toujours placé dans le rôle du génie incompris, sauf que dans son cas, ce n’est pas le reste du monde qui ne le comprend pas, mais lui même. Cette posture psychologique face à son propre art lui a toujours permis d’éviter les foudres de la presse qui reçoit ses films en chefs d’oeuvre ou tièdement. Mais, il est certain que Woody Allen est entrain de couler. Son radeau esquissé par “Minuit à Paris” ne fonctionne finalement pas. Sans doute que l’air parisien lui sied mieux que celui de Rome. Depuis “Match Point” en 2005, film étonnant dans sa filmographie, Woody Allen se perd dans un voyage européen qui s’éternise. Il est le cinéaste de la ville, le cinéaste de la classe bourgeoise d’un New-York dont il est l’âme. Mais, le Woody Allen globe-trotteur ne rassemble dans son sac à dos que les mauvais côtés de son cinéma. Certes, il a toujours des éclairs de génie: le rôle de Pénélope Cruz dans “Vicky Cristina Barcelona” (le seul grand rôle de l’actrice non-écrit par Almodovar), l’alter-égo de Allen dans “Whatever Works”… Mais son cinéma est devenu bavard. On peut dire que Allen a toujours été le cinéaste des dialogues, le scénariste de la parole. Mais, le contenu n’est plus. Il reste seulement un assemblage de phrases creuses. Où est passé l’humour si spécial de l’auteur ? Pour palier sa vision péjorative de sa filmographie, Woody Allen a toujours dit qu’il privilégiait la quantité à la qualité, en espérant que dans le tas, un ou deux films seraient réussis. Mais, vu les chefs d’oeuvre qu’il laisse derrière lui, ne devrait-il pas maintenant prendre le temps de faire des films aboutis. “To Rome With Love” donne l’impression d’être un film fait à la va-vite. La réalisateur ne se pose pas sur la ville de Rome, il la survole seulement. Il n’apporte qu’une vision superficielle de Rome et de ses habitants. Les clichés pleuvent sur Rome, les monuments à voir sont vus. Mais dans tout cela, Woody Allen ne crée rien. Certains se plaignaient du côté carte postal du Paris allenien, mais que diront-il alors du Rome qu’il dessine ? “To Rome With Love” montre le nouvel amour du cinéaste pour le film choral. Sauf que l’intérêt du film choral ne réside qu’uniquement dans l’entrelacement des histoires. “Babel” de Alejandro Gonzales Inarritu n’aurait certainement pas la même saveur si les histoires n’étaient pas relier par la vente d’un fusil des années auparavant. “To Rome With Love” n’est alors qu’un banal film à sketchs. Woody Allen aurait du moins éparpiller son scénario dans la futilité de certaines histoires: la partie avec Benigni est si mauvaise que sa présence à l’écran en devient agaçante, l’inutilité du rôle de Alec Baldwin dans le segment Eisenberg-Page. Mais l’esprit de Woody Allen perce quand même de temps à autre le brouillard qui s’abat sur son film. Le Segment Eisenberg-Page rappelle le trio amoureux de “Vicky Cristina Barcelona” sans folie meurtrière, le côté doux et soft. N’oublions pas également la partie qui marque le retour en tant qu’acteur de Allen. C’est dans cette partie que ressort l’absurdité comique qui parcourt certains films de son oeuvre. Sa frénésie, son débit de parole, et les travers de son personnage sont le charme même des scénarios alleniens. Cependant, les moments de répit dans la lourdeur de “To Rome With Love” sont bien trop minces pour oublier les défauts et les ficelles (si visibles) de ce film touristique. Il ne reste plus qu’une chose à faire pour sauver le cinéma de Woody Allen: lui offrir un billet pour New-York.

psychalec

0 abonné | Lire ses 33 critiques |

  4 - Très bien

Très beau film de Woody Allen où il nous offre l'une de ses meilleures performances d'acteurSpoiler :imbecile. On trouve les éléments classiques d'une bonne histoire, la présentation de nos héros, un narrateur de talent et une accroche déluré qui évolue. La magie du film opèrent tout le long grâce à la performance de nos acteurs et star. Certains risquent d'être assez perdu d'autre retrouvant un film détonant comme seul Woody sait les faire.


olivierperrault

0 abonné | Lire ses 7 critiques |

  2 - Pas terrible

Certainement une affiche d'acteurs que j'aime. Meme Baldwin. Woody, toujours à mourir de rire. Roberto, pétillant et frais. Pénélope ... craquante. Je n'oublie pas la ville en arrière plan qui est majeure pour ma notation de 2*. En revanche, scénario, je n'ai pas eu le génie de comprendre. OK, parodie de la société actuelle. Décousue, espace temps incohérent, et surtout, des histoires non liées. Je ne conseille pas.

jclgro

2 abonnés | Lire ses 286 critiques |

  3.5 - Bien

Ce n'est pas un chef d'oeuvre mais un Woody Allen est toujours agréable. Les actrices sont très belles, Pénélope Cruz joue bien même en italien, et on est content de retrouver Alec Baldwin en meilleure forme et enfin Woody Allen comme acteur. Une jolie carte postale de Rome

Dale_Barbara

1 abonné | Lire sa critique |

  4 - Très bien

On peut lui reprocher un certain nombre de choses à ce nouveau film de Woody Allen mais il faut reconnaître que l'artiste a conservé son talent. Le film est servi par de très bons acteurs, et il m'a fait rire. L'humour de W. A. est singulier, et ses fans s'y retrouveront. Je recommande !

-Vinz-

28 abonnés | Lire ses 240 critiques |

  2.5 - Moyen

To Rome with love, c'est 4 courts métrages totalement inégaux pour un résultat à la fois surprenant par moment, ennuyant bien trop souvent...

Olso

1 abonné | Lire ses 23 critiques |

  2 - Pas terrible

Une vraie déception pour le Woody Allen 2012. A peine drôle (les aventures de Benigni, Spoiler :célèbre du jour au lendemain, bof, les seules scènes faisant sourire : le chanteur d'opéra-savon - au sens "propre"), une distribution bizarre (Allen est-il crédible en père d'une jeune mariée ??!). L'intérêt principal du film : de nombreux dialogues en italien !

Indiana

14 abonnés | Lire ses 174 critiques |

  4 - Très bien

ALors la un très bon woody allen que j'ai vue en VO alors encore plus dans le film j'ai vraiment adoré , encore des histoire puisque ce son plusieurs histoire de fou !! a la fois romantique, drole avec un allen en acteur très drole comme toujour ^^ ma note : 17/20

ISAO12

6 abonnés | Lire ses 952 critiques |

  1 - Très mauvais

A la veille de partir pour Rome avec mon amoureuse , je m'attendais à un film magique comme le précédent Woody aallen ... qu' elle ne fut pas ma déception devant une telle daube sans intéret , ni humour ni intelligence. Heureusement Rome fut sublime loin de ce film déplorable .

flemar

13 abonnés | Lire ses 92 critiques |

  2 - Pas terrible

Je cherche toujours la trame de ce film...je ne dois etre pas assez intello bobo...aucun interet ...toujours les memes thèmes...ce Woody est chiant...c est du vu et revu ...c est long...même pas drôle...même les acteurs sont décevants...même les rues de Rome sentent le studio hollywoodiens...c est nombriliste ...bref j ai pas aimé...

Précédente Suivante

Donnez votre avis sur ce film

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Vidéos liées à ce film
Penélope Cruz au musée Grévin
Penélope Cruz au musée Grévin

516 vues

8 vidéos liées à ce film
Playlists
7 vidéos
20 ans après : Qu'a dit le cinéma du génocide rwandais ?
5 vidéos
LA SHORT PAUSE #8 - 5 courts métrages à déguster
4 vidéos
Les 5 vidéos qu'il fallait voir cette semaine
Toutes les playlists
Tous les meilleurs films au ciné