Mon AlloCiné
La Part des Anges
Bandes-annonces
Casting
Critiques spectateurs
Critiques presse
Photos
VOD
Blu-Ray, DVD
Musique
Secrets de tournage
Box Office
Récompenses
Films similaires
News
note moyenne
4,0
3572 notes dont 477 critiques
10% (47 critiques)
49% (235 critiques)
32% (151 critiques)
6% (31 critiques)
1% (5 critiques)
2% (8 critiques)
Votre avis sur La Part des Anges ?

477 critiques spectateurs

tuco-ramirez

Suivre son activité 33 abonnés Lire ses 962 critiques

4,0Très bien
Publiée le 12/12/2012

Robbie, un jeune père écossais bagarreur, passe devant la justice pour violences répétées. Le tribunal, une vraie cour des miracles, statue : pour Robbie, grâce à sa paternité, ce sera des travaux d’intérêts généraux. Le jeune homme n’est pas sauvé pour autant ; la famille des plaignants n’a qu’une seule envie : lui faire la peau. Son beau père veut le voir déguerpir et quitter la vie de sa fille et de son petit fils. Lors des TIG, il côtoie une équipe de bras cassés et un éducateur particulièrement investi de sa mission. Le thème du film : la rédemption. Robbie peut-il se racheter une conduite et redémarrer dans la vie ? Avec ses compères de TIG, des branquignols purs jus, il se lance dans le casse du siècle aux fins fonds de l’Ecosse profonde. Dans une distillerie, un whisky de grande envergure doit se vendre aux enchères. Leur projet est de ponctionner dans le tonneau pour le revendre et de refourguer un nectar basique à la place. Ken Loach sanctionne par là le snobisme bourgeois des experts de whisky qui se font rouler dans la farine par de jeunes banlieusards pas toujours très futés. C’est malin comme victoire de luttes des classes. Le film débute au tribunal. Ce démarrage très vif et ancré dans la réalité sociale comme tout le début du film s’inscrit parfaitement dans le cinéma engagé auprès des plus faibles de Loach. Au milieu du gué, il prend le chemin de la comédie italienne des 50’s par ce projet d’entourloupe surréaliste. 2 films en 1 et deux fois plus de plaisir pour deux fois d’ennui. Les dialogues fleuris et hauts en couleurs sont à l’image de ces Pieds Nickelés. Un grand moment de plaisir et de comédie qui personnellement m’a aussi redonné envie de m’intéresser au whisky.

abribus_2001

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 2 critiques

2,5Moyen
Publiée le 12/12/2012

C'est un film bien cool, on ne s'ennuie pas, les acteurs sont sympas et incompréhensibles (en bref : écossais), mais il n'y a pas grande ambition là-dedans. Vous m'excuserez l'expression mais ça ne va pas ch*er loin. donc film vu avec plaisir mais vite oublié.

Le S de Bordeaux

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 32 critiques

4,0Très bien
Publiée le 10/12/2012

Encore un super film anglais! Font toujours super bien dans le social les anglais , pour faire saisir la résilience des êtres humais face à l'inflexible connerie de la société. Merci Monsieur Loach, de ce moment de grâce. Vous nous faîtes rire de l'a dureté du monde, sans vous prendre trop au sérieux, ni nous prendre trop de haut.

Terence B.

Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 153 critiques

4,0Très bien
Publiée le 05/12/2012

La Grande-Bretagne, la vie, la jeunesse, ses problèmes. Tels sont les thèmes de prédilection de Ken Loach. Après avoir présenté plus d’une dizaine de films à Cannes et remporté la palme d’or en 2006 avec Le Vent se Lève, il revenait pour cette 65ème édition avec La Part des Anges. Il n’en repart pas bredouille : Nanni Moretti lui décerne le prix du jury. Il faut dire que le film a su apporter un peu de légèreté dans la compétition, et ainsi conquérir le cœur des jurés. Il est indéniable que La Part des Anges est un Loach pure souche. Et pour cause, comme dans l’ensemble de ses films, le cinéaste fait du social. Le scénariste Paul Laverty et lui-même, un peu comme cul et chemise, s’amusent avec les personnages qu’ils créent, tout en n’omettant pas d’intéresser le spectateur aux problèmes endurés par le peuple britannique et particulièrement ici, la jeunesse anglo-saxonne de la classe moyenne, délaissée, repliée sur elle-même, vivant de petits trafics en tout genre et virant progressivement dans la délinquance. La mise en scène de Loach, qui reste sobre et sans artifices, demeure pourtant touchante, nous amenant au plus près de la situation et des personnages. On les découvre, on les comprend et on s’y attache. Mais si le film tape dans le social et aborde des sujets importants, il n’empêche qu’il reste empreint de légèreté d’optimisme et de finesse. C’est ce qui fait la force du cinéma de Loach. Par sa mise en scène simple et intelligente, il nous embarque dans un voyage prenant, grâce à un savoureux mélange entre humour, tendresse et sérieux. La Part des Anges devient alors une œuvre agréable, distrayante, et pourtant instructive et intéressante. Loach a donc créé et imposé son style au travers de sa filmographie : filmer le quotidien, les gens, la vie, et raconter des histoires. Même si il peut sembler superficiel, il n’en est rien. Tout comme ses autres films, La Part des Ange gagne à être creusé et approfondi. La légèreté apportée n’est pas poussée aux dépends de la sincérité des propos tenus, et n’entache pas la face sérieuse du film. Au-delà de ses sujets de préoccupation, Loach est aussi finalement un défenseur de la culture britannique. Après avoir considéré les guerres entre les deux Irlande(s), raconté l’histoire d’un dépressif de Manchester, il part ici à l’assaut de la tradition écossaise. Et qui dit Ecosse, dit kilt et, bien entendu, whisky. Ce dernier, justement, sert de trame au film. Un groupe de jeunes, aux limites de la délinquance et condamnés à des travaux d’intérêt général, sont initiés au goût du whisky et partent à la conquête d’un précieux Malt Mill. Le scénariste, ayant avoué être pauvre en connaissances sur le sujet, a donc effectué un beau travail de recherche et part pour écrire le script, sur la route des distilleries d’Ecosse, transmettant ainsi sur le papier le charme envoûtant de la brume des landes écossaises. Mais ce n’est pas le seul hommage à la culture écossaise rendu dans le film. Outre l’apparition de monuments et de paysages verdoyants (au passage, sublimes), Loach semble faire aussi quelques petits clins d’œil, notamment dans une scène, à la cinématographie du pays, et particulièrement au Trainspotting de Danny Boyle, qui se déroulait lui aussi en Ecosse. En résumé, La Part des Anges est un film parlant de sujets graves mais toujours avec finesse, légèreté, humour, et optimisme, comme il l’avait d’ailleurs fait avec Looking for Eric quelques années plus tôt. A savourer donc sans se prendre la tête, pour se divertir, s’évader ou apprendre. Bien joué Ken ! Vous aimez le cinéma ? Retrouvez cet article ainsi que d'autres sur http://lestempscritiques.wordpress.com Vous pouvez également suivre notre page Facebook : www.facebook.com/pages/Les-Temps-Critiques/538038402888344

nogan72

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 233 critiques

3,5Bien
Publiée le 05/12/2012

Un beau film plein de messages positifs et qui dégage une joie de vivre. Même si on peut dire pas mal de choses, que pour un Ken Loach c'est un peut facile et qu'il ne nous bouleversera pas comme un Sweet Sixteen ( du même réalisateur ), mais sait une jolie comédie et on passe un agréable moment avec c'est quatre petit "voyou" dont on s'attache très vite.

Mr Massacre

Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 119 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 03/12/2012

Ce qui commençait comme un film social à la Loach se transforme à mi-parcours en un film de Spoiler: braquage (Ocean's Eleven dans la campagne écossaise). Loach lance beaucoup de pistes intéressantes (Spoiler: le rejet par la société de celui qui souhaite se réinsérer, le risque de replonger faute de mieux, la violence familiale, etc.) mais les abandonne en cours de route pour nous laisser avec une comédie Spoiler: à happy end. Mais surtout, le message du film est douteux : c'est par Spoiler: la roublardise que l'on s'en sort, ou par Spoiler: un don incroyable quasiment tombé du ciel... Cela laisse bien peu d'espoir — et quitte à laisser peu d'espoir, Loach aurait mieux fait de faire un film réaliste, car dans la réalité, son personnage Spoiler: serait resté dans la panade.

Fabrice C.

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 17 critiques

1,0Très mauvais
Publiée le 29/11/2012

Film pas terrible, lent, acteurs mediocre, histoire prévisible, je me suis ennuyer.... Passer votre chemin vous allez vous ennuyer... Il est selon moi, anormalement trop bien coté.

bendar

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 8 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 28/11/2012

Ce film est un vrai plaisir ! C'est une aventure humaine avec des personnages vrais et attachants... grandiose !!

vanou97

Suivre son activité 26 abonnés Lire ses 641 critiques

3,5Bien
Publiée le 25/11/2012

Quand la Grande Bretagne nous offre son cinéma, c'est fidèle à son habitude, lent mais subtile avec une vraie histoire. Il nous dévoile ici La Part des Anges ; la partie du volume d'un alcool qui s'évapore pendant son vieillissement en fût. Ken Loach réutilise un thème social fort avec cette jeunesse qui ne voit aucune perspective d'avenir, la mise en scène est bien pensée. Ce n'est pas pour rien que le Prix du jury Festival de Cannes édition 65 a été décerné à "La Part des anges"

elisebeunier

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 14 critiques

4,5Excellent
Publiée le 23/11/2012

Super ! A la fois drôle, plein de suspense, et avec un fond de critique sociale. A voir quelle que soit votre humeur !

Kilian Dayer

Suivre son activité 50 abonnés Lire ses 838 critiques

3,5Bien
Publiée le 23/11/2012

Ken Loach alterne les hauts et les bas. Il est ici toutefois dans son meilleur, offrant, avec la part des anges, une nouvelle comédie sociale, s’il en est, fidèle à son mode de fonctionnement. Le film offre ce que Ken Loach sait faire de plus pertinent, le mélange d’acteurs professionnels et d’amateurs, une peinture franche des richesses et misères de la Grande-Bretagne profonde, un récit simple d’accès mais socialement engagé. Ici se mélangent les petits mondes des travaux d’intérêts généraux et l’univers de la filiale du Whisky. Détour donc vers l’Ecosse, pays des kilts, qui n’ont pas été oubliés, de la tourbe et des banlieues industriels miséreuses. Oui, si Danny Boyle avait tué l’innocence de ce pays de prime abord touristique avec le très bon trainspoting, Loach lui, plus fort de ce côté-là, nous délivre le pour et le contre, les merveilles comme la misère sociale. L’on commence donc par faire connaissance avec le milieu déliquescent de Glasgow, d’une poignée de petite frappe sans le sous, victime d’un système judiciaire qu’ils provoquent eux-mêmes et faisant connaissance lors de travaux d’intérêts généraux. Des amitiés naissent entre les exécutants de peines, mais surtout avec leur responsable, le brave Harry, faisant découvrir à un petit groupe insolite les richesses du Whisky. De là, s’entame un récit aventureux aboutissant de manière certes conventionnelle mais aussi amusante. Bref, des bas-fonds de la banlieue de Glasgow, de la drogue, des bagarres, vers une reconnaissance dans le milieu du Whisky, un alcool national typique synonyme ici de porte de sortie d’une vie sans lendemain. Les acteurs, pour la plupart faisant leurs premiers pas, sont bons, voire très bon pour ce qui est du personnage principal. Bref, Loach creuse dans la population locale à la recherche de vécus pouvant être utiles à son film et déniche une bande d’écossais aux allures du cru, aux tronches indéboulonnables. La bêtise de certains fait rire, la motivation d’un autre amène le récit et leurs destins, liés, même si celui de Robby prime, est la source d’interrogation. Coté réalisation, la part des anges, par ailleurs un formidable titre, offre quelques beautés paysagères d’exception, nous faisant naviguer entre Ecosse rurale et Ecosse grise, pauvre et industrialisée. La part des anges est donc un film de très bonne qualité, un film juste, parfois drôle, parfois émouvant, bien interpréter, je pense notamment à la confrontation victime/agresseur. Le parcours du jeune Robby et de ses compagnons s’avère plutôt intéressant, ancré dans une société que Ken Loach s’efforce de dépeindre le plus précisément possible, en dévoilant tous les aboutissants. Une comédie dramatique qui nous rappelle que Ken Loach est toujours bien présent, même si son dernier Irish Road s’était avéré très décevant. 14/20

jm6455

Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 445 critiques

4,0Très bien
Publiée le 19/11/2012

Ken Loach a toujours la patte pour traiter ses comédies "sociales" et le résultat espéré et attendu est bien présent. Un film à la fois plein d'humour, émouvant et touchant avec une palette de comédiens très attachants et qui jouent admirablement leur partition. On est rarement déçu par les œuvres de Ken Loach.

cinemarium

Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 104 critiques

4,0Très bien
Publiée le 12/11/2012

Drôle, révoltant, émouvant, La part des anges est un véritable concentré d'émotions qui se laisse déguster avec un immense plaisir. Du grand Ken Loach. La critique complète sur: www.cinemarium.fr

marie_chou

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 186 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 12/11/2012

Un film mélangeant drame et comédie qui réussit à divertir sans prétention ...

Nicolas M.

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 11 critiques

4,0Très bien
Publiée le 11/11/2012

Je ne m'attendais pas à grand chose, juste lu quelques bonnes critiques sur ce site même. C'est sans doute pour cette raison que j'ai eu cette aussi bonne surprise : on ne s'ennuie pas, on rigole franchement, et pour les non-initiés comme moi, on ne demande plus qu'a découvrir le whisky. Les acteurs sont impeccables dans leurs rôles de paumés et on suit le sourire aux lèvres leurs péripéties. Je m'en vais de ce pas découvrir la filmographie de Ken Loach, et vous recommande chaleureusement de visionner ce film, si possible en VO pour encore mieux s'imprégner des personnages !

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top