Mon AlloCiné
Bienvenue Parmi Nous
Bandes-annonces
Casting
Critiques spectateurs
Critiques presse
Photos
VOD
Blu-Ray, DVD
Musique
Secrets de tournage
Box Office
Récompenses
Films similaires
News
note moyenne
3,1
514 notes dont 123 critiques
7% (9 critiques)
32% (39 critiques)
24% (29 critiques)
22% (27 critiques)
10% (12 critiques)
6% (7 critiques)
Votre avis sur Bienvenue Parmi Nous ?

123 critiques spectateurs

speedjay

Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 179 critiques

4,0Très bien
Publiée le 24/10/2012

Excellente surprise ! Le sujet n'étant pas des plus réjouissants, on pouvait s'attendre à un minimum d'ennui, eh bien il n'en est rien !

Camille D.

Suivre son activité 1 abonné Lire sa critique

0,5Nul
Publiée le 21/10/2012

Je ne peux m'empêcher de garder en mémoire, LA TETE EN FRICHE : le film est joli d'un bout à l'autre. En ce qui concerne ce dernier film, je n'ai même pas réussi à aller jusqu'à la fin, tellement la jeune actrice joue faux !!!!

defleppard

Suivre son activité 51 abonnés Lire ses 2 094 critiques

3,5Bien
Publiée le 20/10/2012

Un peintre déprimé rencontre une adolescente en perdition . Belle rencontre bien orchestrée avec une réalisation qui tient la distance . 3 étoiles et demie.

Sylvain G.

Suivre son activité 0 abonné Lire sa critique

4,5Excellent
Publiée le 18/10/2012

Fin, subtil, drôle , émouvant. Ce film explose de vérité, de sincérité, contrairement aux critiques lapidaires que je viens de lire. J'ai été subjugué par la performance d'acteur des deux rôles principaux. C'est rare. L'histoire est banale. Le jeu et le déroulement profondément géniaux et optimistes. La jeunesse, la beauté et l'insolence de Marilou ravivent la flamme d'un peintre qui se croit déchu. Jeanne Lambert est formidable de beauté et de candeur. La sagesse du vieux peintre, qui s'est aigri et a perdu la vitalité de son art rend les armes devant la fougue et l'énergie régénératrice de Marilou. Tout est subtil sans jamais devenir lourdingue ou élitiste. J'ai été emporté et transporté par ce film, par la grâce de Marilou, la métamorphose de Taillandier qui portent un message d'espoir et de compréhension transgénérationnelle. La jeunesse et la vieillesse ont des choses à se dire. Un bain de jouvence très enthousiasmant. Bravo.

ARIF ERMURATOGLU

Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 39 critiques

0,5Nul
Publiée le 18/10/2012

J'ai rarement été déçu par les films de Jean Becker, mais celui-ci est l'exception qui confirme la règle... On ne croit pas un seul instant à cette histoire cousue de fil blanc. Et que cette Jeanne Lambert joue mal !!!

loeildeaude

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 271 critiques

3,5Bien
Publiée le 15/10/2012

Emprunt de clichés et de caricatures, ce film déçoit de prime abord... Puis il décontenance... Et soudain il séduit... J'ai entrevu Pompom et voilà que le clin d'œil de l'été meurtrier se fait franchement présent... S'ensuit un film merveilleusement interprété sous la bienveillance éternelle de Miou-Miou... Et tout s'illumine. Merci;-))

B L

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 48 critiques

2,0Pas terrible
Publiée le 14/10/2012

Patrick Chesnais, excellent comme à son habitude, arrive en partie à faire oublier la lourdeur du scénario, l'accumulation de clichés, la prestation désastreuse de sa jeune partenaire. Au total un téléfilm pas désagréable....rien de plus

XIV

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 240 critiques

4,0Très bien
Publiée le 01/10/2012

Bouleversant Patrick Chesnais toujours très entier dans ses interprétations. Mélo plausible et un brin anti conformiste. Bref un bon moment

tixou0

Suivre son activité 215 abonnés Lire ses 1 511 critiques

4,0Très bien
Publiée le 15/07/2012

Patrick Chesnais rejoint ici d’autres grands comédiens : Adjani, Depardieu, Villeret, Serrault, Gamblin, Dussolier, Balasko, Lhermitte, Auteuil, Darroussin, Dupontel, Gisèle Casadesus… Tous ont assuré (et certains plusieurs fois) des rôles principaux dans les réalisations de Jean Becker (en se limitant à la période 1983 et après), et l’on s’épuiserait à « lister » les interprètes des « seconds rôles », tous talentueux, et souvent très connus (Galabru, Cluzet, Magimel, Suzanne Flon…. Miou-Miou et Jacques Weber). Jean Becker est d’abord un metteur en scène d’acteurs, qu’il aime et qui le lui rendent bien (pour le plus grand plaisir des spectateurs). Il porte ici à l’écran un roman (comme toujours, sauf pour « Elisa ») - un livre homonyme d’Eric Holder (écrivain déjà adapté au cinéma, par exemple en 2009 : « Mademoiselle Chambon », le 4ème « long » de Stéphane Brizé) et en (co)assure comme souvent l’adaptation (et même le dialogue) - avec les romanciers François d’Epenoux (dont c’était l’œuvre qui était adaptée avec « Deux jours à tuer », alors par Eric Assous et Jérôme Beaujour) et Marie-Sabine Roger, l’auteur du livre « La Tête en friche » !). Le cinéaste s’est trouvé en connivence avec l’univers de Holder, dont son fils lui conseillait la découverte avec « Bienvenue parmi nous », l’écrivain s’attachant avec délicatesse et poésie aux histoires modestes, aux sentiments « ordinaires » qui ont aussi sa faveur (même si voulant réaliser une histoire « optimiste et lumineuse », il a dû pour ce faire réorienter la trame scénaristique vers un exposé minutieux, au jour le jour, de l’évolution vers plus de légèreté des deux personnages principaux, au départ l’un comme l’autre très « chargés », très « noirs » : un suicidaire et une ado abandonnée à elle-même). Dans « Bienvenue parmi nous » selon Jean Becker, on ne peut aussi s’empêcher de noter au passage des familiarités avec ses films précédents : encore un peintre (comme le « Dupinceau » de « Dialogue avec mon jardinier »), mal dans sa peau (voir « Deux Jours à tuer »), en position de « Pygmalion » (comme « Margeritte » - et oui, avec deux « t », elle y tenait – ouvrant un « Germain » illettré à la magie de la lecture dans « La Tête en friche »), avec une « Galatée » ado déboussolée (comme « Elisa »). On peut même tenter un parallèle avec les pêcheurs des « Enfants du Marais » (« Taillandier » est pêcheur, transite par le Marais..) sans oublier le moment où Marylou (un titre de chanson comme « Elisa ») regarde à la télévision « L’Eté meurtrier » (un douloureux passage où « Elle » tente de communiquer avec sa mère battue et ne peut que l’étreindre) – prémonitoire du drame qui va bientôt concerner la jeune fille…… La « pauvre » et le « riche ». La jeune fille et le vieux monsieur. Opposés (ou complémentaires ?). Où d’aucuns auraient espéré une amourette coquine façon « Galettes de Pont-Aven » entre le vieux portraitiste et la lolita, c’est d’amour filial qu’il est ici question : Marylou n’a pas de père (seulement des « beaux-pères », dont le dernier en date bat sa mère et essaie de l’abuser), et Taillandier des grands enfants (et deux petites-filles encore enfants). Pas de « Femme et le Pantin », mais une chaste version plutôt du « Pygmalion » de Shaw (et où l’artiste a finalement autant à gagner que son modèle). Des leçons d’évidence, un peu oubliées aujourd’hui (voire méprisées) : transmettre est un devoir et un plaisir, comme être enseigné de l’expérience des aînés à l’autre bout - les générations différentes, même éloignées en termes d’années, ont grand agrément à tirer les unes des autres. Les 2 ici s’enrichissent mutuellement : l’ado se construit affectivement (et intellectuellement aussi), quand l’artiste sclérosé (dont le travail antérieur : peindre toujours la même femme, avec ou sans chapeau, accoudée face à la mer, avait atteint son terme depuis longtemps) renaît à son contact vivifiant en retrouvant envie et inspiration. Chacun fait un pas vers l’autre, déjà pour se comprendre (les codes et le langage sont différents), et puis pour apprendre (l’effet « courte échelle »). Chesnais/Lambert : un couple « père/fille » qui fonctionne (Chesnais joue avec jubilation sur ses trois registres de fond habituels : taciturne, bougon mais aussi léger, et la débutante a des faux airs d’Adjani au même âge, en plus poupin et sans yeux bleus). On ne saurait par ailleurs trop louer le soin apporté aux seconds rôles (le sculpteur confident Max/Weber et l’épouse/Miou-Miou) et même aux rôles de complément (boucher, armurier, réceptionniste, serveur etc.) « croqués » avec pertinence. Après Jacques, le réalisateur d’«Antoine et Antoinette » (récompensé en 1947 à Cannes, par l’équivalent de la Palme d’Or - le « Grand Prix du festival International du Film »), de « Casque d’Or », « Touchez pas au grisbi », « Le Trou », disparu prématurément à l’âge de 53 ans alors qu’il montait ce dernier, ses fils Jean (qui a aujourd’hui 79 ans) et Etienne, directeur de la photographie (qui aura collaboré avec son frère sur « L’Eté meurtrier » et « Elisa »). Louis, le fils de Jean, également acteur et réalisateur (« Les Papas du Dimanche »), est surtout producteur (et celui des films de son père depuis « Effroyables Jardins », en 2003). Le sang des Becker coule aussi dans les veines d’Aurélie et Thibault Vaneck, les « Ninon » et « Nathan » de « Plus Belle la Vie », via une de leurs grand-mères, Sophie, fille de Jacques et sœur de Jean et Etienne, veuve de Pierre Vaneck (lequel joua notamment dans le « Deux Jours à tuer » réalisé par son beau-frère en 2008 – son dernier rôle). On peut même rappeler que Françoise Fabian fut la deuxième épouse de Jacques Becker (et sa veuve, en 1960) – elle a le même âge que son ancien beau-fils. Une belle famille du cinéma français ! « Bienvenue parmi nous » est le 9ème film de la « deuxième période » de Jean Becker, débutée avec « L’Eté meurtrier » (à ce jour son plus beau succès) en 1983, qui rompait avec 17 ans d’inactivité – il avait réalisé 4 premiers films de 1961 à 1966 (2 polars et 2 comédies, avec Belmondo en vedette dans 3 sur 4 d’ailleurs) et la série à succès « Les Saintes Chéries » pour la télévision en 1965. Comme son père Jacques, Jean Becker, c’est la vérité, la simplicité et la clarté, la pudeur et l’élégance. Ni racolage, ni vulgarité. Volontiers « rural » et nostalgique. Un réalisateur « classique ». Le « boboland » déteste déjà « Bienvenue parmi nous » : « pépère », « désuet », « bien-pensant » etc. (pensez un peu : même pas un ou deux vrais « cassos » à se mettre sous la dent - Marylou, qui habite en HLM défraîchie, qu’on regrette de ne pas visiter, paraît elle bien proprette - pas le moindre handicapé ou alcoolique ou drogué à l’horizon..). Gageons que ce « Bienvenue parmi nous » saura quand même trouver son public, même « poussiéreux », celui pour qui se voir conter dans les règles une histoire et en éprouver de l’émotion semble être l’essentiel. Aucun des films de Jean Becker n’a fait depuis 1983 moins de 1 million d’entrées (les meilleurs scores étant pour « Elisa », « Les Enfants du Marais » et « Un Crime au Paradis », tous trois au-dessus des 2 millions, sans oublier les 5 millions dépassés de « L’Eté meurtrier »). Comme son père (dont il a été l’assistant sur plusieurs films, dont « Le Trou », avant d’être celui de Duvivier et Verneuil) le réalisateur met un point d’honneur à être un auteur complet, qui écrit (ou au moins contrôle) son scénario et ses dialogues, ainsi que son montage (il travaille toujours à cet égard depuis 1983 avec Jacques Witta, « césarisé » deux fois, et d’abord pour «L’Eté meurtrier »). Direction d’acteurs très fine : s’il ne joue pas sur l’improvisation, il part à la quête du moindre « tressaillement d’âme » chez ses acteurs, pour rendre au maximum justice aux caractères élaborés sur le papier - à la recherche de l’appropriation des personnages, bien plus qu’à leur simple interprétation. Mise en scène au cordeau. De la « belle ouvrage ». Quelques qualités, semble-t-il….

Alizée A.

Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 79 critiques

3,5Bien
Publiée le 15/07/2012

Je n'avais jamais vu à l'écran Patrick Chesnais et Jeanne Lambert, j'ai donc découvert leur jeu d'acteur pour la première fois, en regardant : Bienvenue parmi nous qui raconte l'histoire de Mr Taillandier, un homme de la soixantaine qui a brusquement cessé de peindre. En pleine déprime, il décide de partir de chez lui, sans but précis et sans donner d’explication à ses proches. Au cours de son périple, il fait l’étrange rencontre d’une adolescente égarée, Marylou, que sa mère a rejetée. Les deux âmes étant égarée, ils vont vite avoir besoin l'un de l'autre. J'ai beaucoup appécié, le film rencontre quelques longueurs mais ça ne plombe pas le film puisque de toute façon tout le film est fait sur une note calme et douce. Point négatif c'est la musique qui repasse en boucle et en boucle à chaque scènes où il n'y avait pas de dialogues. A la fin j'en avais comme qui dirait marre. Les deux acteurs jouent bien ensemble et font un bonne paire. Film que je conseille de regarder.

Emma L.

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 8 critiques

4,0Très bien
Publiée le 12/07/2012

Au début, j'ai eu du mal à "rentrer" dans l'histoire. C'est vrai que ce n'est pas très gai. Patrick Chesnais joue un rôle de dépressif, on sent qu'il n'est pas bien. Mais de fil en aiguille, on s'attache vraiment aux personnages et on a envie de savoir comment Marylou va s'en sortir. C'est vraiment un très beau film !!

evil_live

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 29 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 11/07/2012

Sympa . On retrouve le niveau des deux derniers films de Jean Becker et l'émotion est au rendez-vous...

Gilles312

Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 554 critiques

2,5Moyen
Publiée le 10/07/2012

Que dire sur ce film, il n'est ni mauvais, ni bon, le scénario est très épuré et les acteurs sont assez moyens, la jeune actrice joue même pas très bien. Un gentil film sans prétention qui ne nous emmène pas bien loin, juste se dire qu'il y avait mieux à faire.

John Henry

Suivre son activité 70 abonnés Lire ses 543 critiques

1,0Très mauvais
Publiée le 05/07/2012

Cela faisait longtemps, oh oui longtemps, que je n'avais pas vu d'aussi mauvais acteurs. Et les acteurs, c'est comme les footballeurs, quand ils sont mauvais, c'est parfois que l'entraineur - réalisateur les fait déjouer. Je ne sais pas si cette jeune fille est très mauvaise ou si Jean Becker dirige de plus en plus mal ses acteurs. Mais étant donné que toute la distribution est catastrophique (bref sauvetage de Weber), je pencherais pour la seconde option. Après, quand on n'y croit jamais, c'est compliqué de rentrer dans le film. Et une fois qu'on y est, on se rend compte que c'est pratiquement le vide. Une histoire qui fleure bon les années 80, dans un cinéma ampoulé. Restent quelques moment sincères entre les deux. Tout au plus. Dommage.

ogerardin

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 131 critiques

4,5Excellent
Publiée le 04/07/2012

Patrick Chesnais est excellent, drôle, sensible à la fois, on se plait à regarder ce film du très bon Jean Becker, il ne déçoit jamais. On en redemande. Je recommande ce film

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top