Mon AlloCiné
Camille Claudel, 1915
note moyenne
3,0
545 notes dont 120 critiques
13% (15 critiques)
24% (29 critiques)
21% (25 critiques)
22% (26 critiques)
12% (14 critiques)
9% (11 critiques)
Votre avis sur Camille Claudel, 1915 ?

120 critiques spectateurs

conrad7893

Suivre son activité 114 abonnés Lire ses 1 553 critiques

1,5
Publiée le 21/02/2014
malgré l'interprétation magistrale de Juliette BINOCHE, qui n'a pas hésité pour ce film à se montrer sans fard, je me suis ennnuyé litéralement. Le rythme lent du film voulu pour montrer l'enfer de l'internement psychiatrique m'a gêné. l'acteur jouant Paul CLAUDEL est un piètre acteur trop de scènes répétitives et sans intérêt même l'atout réalité en mettant en scène de vrais malades n'arrive pas faire décoller ce film bien triste
nath777

Suivre son activité Lire ses 5 critiques

2,0
Publiée le 15/03/2013
Malgré la sublime interprétation de Juliette Binoche, je me suis ennuyée!
brunetol

Suivre son activité 117 abonnés Lire ses 171 critiques

2,0
Publiée le 14/03/2013
La performance de Binoche est souvent remarquable. Le film démarre très bien, on retrouve la science du cadre et les audaces de Dumont. Et puis les longueurs s'accumulent, entrecoupées de fulgurances souvent dûes à l'actrice. Et puis Paul Claudel arrive, et le film s'effondre, on passe à une sorte de pauvre téléfilm de France 3 Côte d'Azur, avec un réalisateur/auteur qui s'est contenté de lire quelques mémoires et lettres de Claudel, d'en surligner des passages et de les recopier pour les confier à un comédien semi-professionnel dont il a gardé exprès les prises foirées (texte oublié, porte de voiture vintage qui résiste...). Dumont, en bon provocateur misanthrope, jubile sans doute, il nous a bien eu, mais cette façon de casser ses jouets est lamentable, et on sort de là révolté car Binoche, elle, semble s'être donnée sans compter.
stebbins

Suivre son activité 298 abonnés Lire ses 1 783 critiques

4,0
Publiée le 17/03/2013
Quelque chose de l'ordre de la transfiguration, du dépassement et de l'émotion pure, fabriquée et filmée telle quelle : Camille Claudel 1915, le dernier long métrage de Bruno Dumont, est le film de l'incarnation. Après un Hors Satan marqué par l'abstraction terrestre l'auteur de La Vie de Jésus livre un bel ouvrage cinématographique, éventuelle transposition visuelle et sonore de la relation épistolaire unissant une soeur à son frère. Le résultat est impressionnant, au sens littéral du terme : l'évidence des plans, entre captation et composition pittoresque, participe à cette beauté mêlée de pudeur et de meurtrissures ; Juliette Binoche, totalement impliquée dans le rôle-titre, travaille l'évolution particulièrement complexe de Camille : elle habite le personnage, nous conviant à estimer la direction unique de Bruno Dumont et sa méthode dramatique échappée d'un film de Robert Bresson. Du cinéma sans tapages ni tricheries : voici ce que le poème tortueux Camille Claudel nous propose, accusant le cynisme ambiant actuel au gré d'une superbe parabole existentielle sur la Vérité du Moi. Un film assez sublime.
Aspro

Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 341 critiques

2,5
Publiée le 20/10/2013
Difficile et incroyablement discorde, le réalisateur Bruno Dumont est reconnu pour ses portraits poignants et pénible de la vie moderne, qui se situent quelque part entre drame réaliste et altérité avant-garde. Son dernier long métrage, Camille Claudel 1915 , est un biopic et demeure tout aussi taxer, mais manque curieusement l'élégance et la provocation qui fait habituellement sa marque si nécessaire. Pendant les premières années du 20ème siècle, Camille Claudel (Juliette Binoche) est l'une des plus éminentes femmes sculpteurs de France, amassant de nombreux mécènes, marchands et un revenu modeste de son travail. Cependant, dès 1905, Claudel montre des signes de maladie mentale, détruisant plusieurs de ses statues et accusant son ancien amant, Auguste Rodin, de tenter de la tuer. Ces signes de paranoïa ont valu le diagnostic de schizophrénie , Paul Claudel (Jean-Luc Vincent), l'ayant admis dans un hôpital psychiatrique en milieu rural. Dumont prend ainsi son influence dans les lettres envoyées entre Claudel et son frère au cours de cette incarcération, agissant comme une fenêtre sur sa vie au sein de cette institution. Le travail de Dumont a toujours mis l'accent sur ​​la corporéité de l'existence humaine, la distillation souvent de ses personnages jusque dans leurs os métaphysiques . Camille Claudel 1915 n'est pas différent, chronique de la routine de sa protagoniste , fatigant optimisme et sa veillée sans fin pour le retour de son frère. Pendant ce temps, nous observons l'intégration forcée de Claudel avec ses codétenus, aboutissant à un mélange d'affection, d'empathie et de dégoût , une émotion poussée sur le public par la décision controversée de Dumont d'utiliser des acteurs handicapés . L'état mental de Claudel est laissée intentionnellement vague, permettant au public de déchiffrer sa santé mentale par eux-mêmes. Cependant, malgré cette curieuse ambiguïté, le film reste très fragile sur la psychologie de l'artiste. La caméra de Dumont est rarement autorisée à quitter l'enceinte de l'hôpital psychiatrique, nous confiner dans une grande partie de la même manière que notre héroïne tragique, à l'approche étonnamment minimaliste et graveleux du réalisateur français en créant un sentiment palpable de l'oppression et de l'anxiété nerveuse. Lorsque nous sommes autorisés à partir, c'est seulement pour rejoindre le frère e de Claudel, dont les actions pénibles et monotones font atteinte à un film construit autour d'une performance vraiment captivante de Binoche. Ce détournement de l'observation individuelle, et pourtant incroyablement bienveillant et humble s'avère, en fin de compte, n'être qu'un conte hypnotique méditatif dans une épuisante et pénible corvée. À la fois beau et pourtant aussi laid, Camille Claudel 1915 n'est qu'un petit exemple de la véritable capacité de Dumont et cela reste une expérience décevante. 2.5/5
roger pierre

Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 13 critiques

2,0
Publiée le 17/03/2013
Drôle de sentiment devant le nouveau film de Bruno Dumont. Sentiment à la vision de "Camille Claudel 1915" que le réalisateur et l'actrice n'ont pas fait le même film. Sentiment renforcé par la lecture des divers entretiens qu'ils ont donnés à deux. Juliette qui travaille avec un coach/ psy dans le dos de Dumont ? Où est ici la radicalité du travail mené jusqu'à présent par le cinéaste dans ce qui fait la force de son cinéma, à savoir le travail avec des noms comédiens ? Embarrassé par ces longs plans séquences sur le visage d'une actrice qui "joue" (quoiqu'elle en dise) face à un cinéaste que le "jeu" rebute .... Bouffée d'oxygène lorsque arrive le personnage de Paul Claudel. Moment magnifique de cinéma lorsqu'il écrit seul dans sa chambre, torse nu. Voilà ce qu'il me reste de ce "Camille Claudel 1915" .
Marianne B.

Suivre son activité Lire sa critique

0,5
Publiée le 26/03/2013
Ce film ne fait vibrer que Juliette Binoche et Dumont qui s attarde sur des plans sans fin et sans intéret á part une belle nature et un beau mur... Le jeu vire dans le pathos misérabiliste. Il n´y aucun contraste dans le jeu des sentiments, ça pleure ou ça prie en souriant béatement. De plus, il y a une véritable ignorance de ce que pouvait etre un asile à cette époque. Le travail de recherche est plat. Prendre une dizaine de résidants de la meme Maison d´Accueil Spécialisée pour traduire la complexité de l´enferment asilaire relève de la paresse et du mépris pour tous ceux qui sont concernés par ce monde. Ici c´est ´´Juliette chez les fous´´. Ce qui me choque le plus, c´est le regard porté sur ces résidants qui ont été ´´recrutés´´, il y a un effet de monstration qui manque de subtilité et de réflexion sur la maladie mentale et l´enfermement. Ce film manque de pudeur et de profondeur. Une platitude vulgaire. Bravo seulement à J. Binoche d´avoir réussi à tenir un role si pauvre aussi longtemps seule.
gemini-hell

Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 395 critiques

1,5
Publiée le 10/04/2013
Bruno Dumont avait réussi jusqu’ici à échafauder au travers de ses films un univers singulier, constamment exigeant et d’une parfaite cohérence. Il aura fallu qu’il embauche, une fois n’est pas coutume, une « star » comme tête d’affiche pour se planter magistralement et entacher ainsi un si beau palmarès. « Camille Claudel 1915 » évoque les thèmes de la privation de liberté, de l’abandon, du renoncement ; des thèmes forts donc mais qui ne réussissent jamais à susciter notre empathie tant le style et le contenu scénaristique du film sont ampoulés, creux et désespérément dévitalisés. Le metteur en scène s’attarde de manière interminable et injustifiée sur ses personnages principaux (Camille et son frère) rendant certaines scènes particulièrement éprouvantes à suivre. Juliette Binoche nous gratifie avec lourdeur de son abécédaire de toute la gamme d’émotion que l’on peut faire passer sur le visage (et on y a largement droit, le réalisateur ayant oublié de dire « coupez » lors du tournage et ayant omis de monter correctement son film), chiale à n’en plus finir et ânonne son peu de texte.
thocq

Suivre son activité Lire ses 5 critiques

4,5
Publiée le 30/03/2013
Quel grand film! Merci madame Binoche. C'est le temps de la folie, de l'enfermement que nous ressentons tout au long de ce film. C'est l'angoisse de la maladie mentale que nous vivons. C'est la solitude qui nous sidère dans ce film, cet enfermement intérieur, cette tristesse. Je ne me suis pas ennuyé 5 minutes. Dans un monde où l'on pense que seule l'action et l'agir peut nous remplir, ce film nous emmène dans les contrées de la lenteur et du vide.
JeffPage

Suivre son activité 27 abonnés Lire ses 531 critiques

4,5
Publiée le 30/03/2013
Bruno Dumont livre un film magnifique sur le calvaire de Camille Claudel. Photographie magnifique et jeu d'acteurs exceptionnel font de ce film l'un des meilleur film français de ce début d'année.
hipolou

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 16 critiques

4,0
Publiée le 16/03/2013
très beau film mais difficile. Juliette Binoche fait un travail remarquable j'espère qu'elle sera sélectionnée pour les futurs cesars.. ne vous attendez pas à voir un film facile..la vie de Camille Claudel dans un asile pendant quelques semaines au milieu de vrais malades mentaux . sa seule préoccupation étant d'attendre son frère Paul . Je l'imaginais comme cela! un type insignifiant imbu de son intellect!
Frédéric D

Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 5 critiques

5,0
Publiée le 20/03/2013
Excellente soirée au-Ciné St-Leu lundi soir autour du film Camille Claudel 1915 de Bruno Dumont, suivi d'une discussion avec l'association freudienne, et d'un documentaire (assez applaudi à la fin car assez remarquable) sur le tournage du film. Avec des réalisateurs de ce calibre, tournant jusqu'à présent avec des acteurs non professionnels (ici avec d'authentiques malades mentaux et infirmières seulement placés dans des costumes et des décors pour s'ajuster avec l'année 1915), avec cette dialectique entre la folie et la normalité, le spirituel et le quotidien, on est en lieu d'acquérir pour le moins de l'humilité tant le niveau d'exigence est élevé. Les "résidents" sont plus "vrais" que nature (et lorsqu'on voit le documentaire on prend aussi conscience de leur propre travail de création de leur personnage, malgré leurs réels handicaps).Juliette Binoche, seule actrice professionnelle du film doit être dans une improvisation réelle tout en maîtrisant à la perfection les mots et les gestes de Camille Claudel. Elle ose, elle prend le risque et c'est formidable. Tout comme l'autre acteur professionnel du film, Jean-Luc Vincent dans le personnage de Paul Claudel, symétrique de Camille, mais tout aussi enfoncé dans sa propre forme de folie, comme lorsque nu, écrivant dans sa chambre il questionne son bras. Seule note un peu discordante à mon sens, et à l'inverse du travail des acteurs professionnels et des résidents, le personnel soignant en costume forme un contrepoint par son jouer-faux... Mais le résultat est là. Le film de ces 3 jours de 1915 (un point dans les 30 ans de son internement psychiatrique) est d'une maîtrise, d'un lumineux (un brasier de passion intérieure et d'une lumière contemplative extérieure), d'un niveau de lecture imbriqué alors que tout est en dépouillement ! Aussi on ne peut que dire, chapeau bas monsieur Dumont. Je ne vous connaissais pas en tant que réalisateur, mais comme disent les jeunes, "Total respect". C'est grand, c'est beau, ça lave, ça rachète de toutes ces séances convenues de cinéma commercial, proprettes que je vois souvent. On en ressort grandi. On peut même dire que dans cette forme de cinéma très prisée aujourd'hui autours du spirituel comme dans le "A la merveille" de Terrence Malick, vous apportez une vrai valeur ajoutée, et pas seulement de l'esthétique creuse, où quand on ressort on ne sait pas quel film on a vu et ce qu'il s'y est passé. Merci encore.
gimliamideselfes

Suivre son activité 841 abonnés Lire ses 3 670 critiques

4,0
Publiée le 14/03/2013
Je ne sais que dire, chaque film de Bruno Dumont est un petit événement en lui-même, simplement parce qu'il est le meilleur cinéaste en activité (bon en théorie Godard est encore en activité). Dumont a une vision du cinéma que j'adore, il est dans le non jeu, dans la beauté brute, dans quelque chose de bressonien. Pour le meilleur bien entendu. Le seul film de lui m'ayant déçu c'était Twenty-nine palms. Il faudrait peut-être que je le revoie, qui sait ? Mais là passer après trois films merveilleux que sont Flandres, Hadewijch et Hors Satan il fallait s'accorcher. En fait ma principale crainte envers ce film c'était Binoche, bien que je l'aime bien (malgré des choix de films récemment qui sont bien nuls), mais elle ne colle pas avec le cinéma de Dumont qui est le cinéma des inconnus qu'on ne verra jamais ailleurs que devant sa caméra et du coup leur personnage pouvait exister. Parce que le jeu d'acteur qui consiste à en faire des caisses pour imiter la vrai vie, genre Bale si tu me lis, je parle de toi (entre autres), c'est dégueulasse et inutile. Bresson n'avait-il pas dit (de tête) qu'un acteur qui joue César imite César dont le propre n'était pas d'imiter ? Si justement et il a raison. Crainte justifiée vu que Binoche a réussi à imposer à Dumont un coach pour l'entraîner à jouer Claudel. Berk. Et du coup pendant toute la première partie du film je voyais Binoche tenter de jouer Claudel. ça me dérange moins de voir une actrice être elle-même ou dans un personnage, parce qu'on y croit, mais voir Binoche dans cet exercice périlleux ça ne m'a pas convaincu. Mais malgré tout on a des fulgurances de génie chez elle mais surtout dans l'ambiance développée par Dumont. J'ai aimé dans cette première partie tous ces malades mentaux, ces bonnes soeurs, ça j'ai vraiment adoré, il n'y avait pas de tricherie (ou du moins je ne le sentais pas). Et que dire de la photographie ? c'est sublime, lorsqu'une pâle lueur vient éclairer le visage de Binoche qui mange se repas dehors parce que des malades tapent sur la table avec une cuillère jusqu'à que ça devienne insupportable, c'est bien, vraiment bien. Petit à petit j'ai réussi à accepter Binoche dans le film. Et puis vient pour moi le clou du film : Paul Claudel, frère de Camille dont la venue était annoncée au début du film. Le type habité par la foi. C'est quelque chose. Et non ici pas de contre jour + contreplongée dégueulasse, le type arrive, se met à genou et débite un texte beau à en chialer. Là, j'ai retrouvé tout ce que j'aime chez Dumont. Et ce personnage est vraiment génial. Il porte tout en scène, sans doute la meilleure du film où Camille se plaint à son frère de son traitement et la caméra zoom sur le visage de Binoche qui est beaucoup plus Claudel qu'au début et là mon corps tremble, vibre, ce zoom d'une lenteur et d'une précision qui vient met le visage de Binoche de plus en plus gros, de plus en plus énorme, on ne peut plus lui échapper. C'est insoutenable. Et elle se met à parler du bon Dieu, comme quoi il ne fait pas grand chose pour elle. Et là, on a Paul Claudel qui coupe court à la tirade de sa soeur en hors champ avec sa voix magnifique. Car non, on ne médit pas de Dieu. Oh putain c'était beau. C'était merveilleux. Et durant toute la fin du film j'ai oublié mes réticences du début et j'étais heureux. Comme le baiser dans Hors Satan, j'ai été libéré de mes maux. J'étais bien, ce plan final sur Binoche aurait pu durer une heure… Pendant quelques secondes j'ai connu la plénitude. Alors d'un côté oui je suis déçu et peut-être qu'avec Binoche je me suis monté la tête et pourri le film tout seul, mais putain quelle fin, quelle puissance. Quelle économie dans les plans, et encore ils auraient pu être beaucoup plus long. Quelque part j'ai envie d'oublié ma déception et de dire que j'ai adoré, parce que j'ai adoré. J'ai même ri. Malgré tout ce que je peux reprocher au film (Binoche en fait), Binoche a quand même, avec Dumont, à me faire goûter au bonheur et ça personne ne pourra me l'enlever.
Plog_Le Comte

Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 224 critiques

0,5
Publiée le 16/03/2013
S'il fallait résumer le dernier film de Bruno Dumont en quelques mots, une phrase comme celle-ci suffirait : des gens marchent sur des graviers. "Camille Claudel 1915" est l'évocation des premiers mois d'internement de la sculptrice, interprétée ici par Juliette Binoche - visiblement en manque de légitimité auteuriste, dans un asile du sud de la France. Il ne se passe presque spoiler: suite sur Plog Magazine, les Critiques des Ours (lien ci-dessous)
---> KENTIN <---

Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 55 critiques

1,5
Publiée le 29/04/2013
On ne s'étonnera pas de voir la presse "cinéphilique-exigente" encenser Bruno Dumont. Tous les codes du film d'auteur complaisant sont là. On filme longuement les regards "qui sont censés dire tellement", on joue des plans sur les visages (les plus beaux paysages du cinéma, n'est ce pas ?), la réalité crue, etc... etc... Peut-on infliger à son spectateur cette idéologie austère du cinéma, sans scénario à peu près intéressant, des personnages à peu près existant ? Camille Claudel 1915 est de ces films qui bégayent sur des vieilles habitudes. Ce fera plaisir aux inrocks ou au monde (surement, je n'ai pas vérifié), mais le spectateur lui crie au supplice.
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top