Mon AlloCiné
Effets secondaires
Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Effets secondaires" et de son tournage !

Retrouvailles

Avec Effets secondaires, Steven Soderbergh s'est entouré de collaborateurs avec qui il avait déjà travaillé par le passé : Scott Z. Burns n'est autre que le scénariste de Contagion où figurait déjà Jude Law. Dans la catégorie des acteurs retrouvés, citons Channing Tatum à l'affiche de Magic Mike (2012) et Piégée (id.), Catherine Zeta-Jones qui interprétait l'un des rôles de Traffic (2000) et Ocean's Twelve (2004), mais aussi Vinessa Shaw que le réalisateur a dirigée quand elle avait 16 ans dans Fallen Angels.

Le bal des actrices

Steven Soderbergh souhaitait donner le rôle principal d'Effets secondaires à Lindsay Lohan, qui a même auditionné trois fois. Mais les producteurs ont préféré choisir Rooney Mara du fait des problèmes judiciaires de la tête d'affiche de Lolita malgré moi. Le fait que le cinéaste comptait à l'origine caster Lohan n'est pas surprenant, puisqu'il avait déjà fait des choix inattendus de ce type dans Girlfriend Experience avec l'actrice pornographique Sasha Grey et Piégée avec la combattante Gina Carano. A noter aussi que nombreuses comédiennes, dont Emily BluntAmanda SeyfriedMichelle Williams ou Blake Lively, ont été plus ou moins envisagées pour interpréter Emilie.

Guerre contre la tristesse

Steven Soderbergh et le scénariste Scott Z. Burns ont eu l'idée d'Effets secondaires après avoir fait le constat que la société n'acceptait pas que les gens puissent être tristes, mais devaient se maintenir à tout prix dans une sorte d'équilibre constant entre bonheur et malheur, ce qu'ils n'estiment pas naturel.

Inspiration

Scott Z. Burns a eu l'idée d'écrire le scénario d'Effets secondaires il y a 10 ans, alors qu'il était scénariste pour la série télévisée médicale Wonderland. Cherchant à écrire un thriller atypique, il a collaboré avec le producteur Sasha Bardey, qui était à cette époque directeur adjoint du service psychiatrique d'un hôpital que le scénariste avait visité. Burns avait un temps envisagé de réaliser lui-même Effets secondaires, avant de finalement confier les rênes à Steven Soderbergh ; celui-ci s'est inspiré d'un court métrage de 4 minutes, Side Effects May Include, écrit et réalisé en 2008 par Shad Clark.

Un autre homme

Channing Tatum trouve dans Effets secondaires un rôle à contre-emploi. C'est un choix de Steven Soderbergh, qui le dirige pour la troisième fois (les deux hommes ont aussi collaboré une quatrième fois sur Logan Lucky en 2017). Le travail avec l'acteur a donc été de nature très différente qu'à l'accoutumée, et s'est avant tout porté sur sa voix : "Je voulais qu'il parle différemment et il a travaillé très dur avec un répétiteur pour trouver une élocution plus saccadée, plus énoncée. Si vous comparez avec sa voix dans "Magic Mike", notre précédent film ensemble, il parle très différemment", déclare le réalisateur.

An Englishman in New York

Steven Soderbergh a proposé à Jude Law le rôle du Dr. Banks au moment où ils venaient de terminer le tournage de Contagion. Le réalisateur a décidé de conserver l'accent britannique de l'acteur, pour le distinguer à la fois des autres protagonistes de l'histoire, tous américains, et du lieu-même de l'intrigue, la ville de New York.

Une actrice prometteuse

Rooney Mara, premier rôle d'Effets secondaires, a été véritablement révélée en 2011 par David Fincher, grâce au film Millenium : Les hommes qui n’aimaient pas les femmes aux côtés de Daniel Craig, après son rôle de la petite amie de Mark Zuckerberg dans The Social Network (également de Fincher).

L'homme aux mille visages

Le directeur de la photographie Peter Andrews et le chef monteur Mary Ann Bernard sont en réalité des pseudonymes derrière lesquels se cache le réalisateur Steven Soderbergh lui-même.

Un montage instantané

Un montage était effectué par Steven Soderbergh après chaque journée de tournage, ce qui permettait au réalisateur de connaître immédiatement la direction que prenait le film. Le producteur Lorenzo di Bonaventura raconte : "Nous voyions tous les jours des choses que nous n'aurions normalement vu que quatre ou cinq semaines après le tournage. C'est un gros avantage car Soderbergh a ainsi l'occasion de vérifier très vite si les choix qu'il a fait donnent le résultat escompté. Il peut calibrer les performances presque instantanément."

Comme un Hitchcock

Jude Law a comparé Effets secondaires à un film hitchcockien, pour sa capacité à surprendre le spectateur grâce à de nombreux rebondissements.

Science et drogues

Steven Soderbergh a reconnu une certaine similitude entre les thèmes d'Effets secondaires et de Contagion, réalisé en 2011. En effet, les drogues et le milieu médical sont au centre des deux histoires, bien que le contexte soit différent dans chaque film.

35 minutes cruciales

Le premier tiers du film a été la partie la plus délicate et cruciale à réaliser selon Steven Soderbergh. Ces 35 premières minutes ont ainsi fait l'objet d'un peaufinage extrême, le metteur en scène ayant même retourné certaines scènes pour arriver au résultat voulu.

Réalisation expérimentale

Steven Soderbergh a été momentanément tenté de filmer exclusivement Rooney Mara dans la première partie d'Effets secondaires, afin de capturer le spectateur dans les sentiments du personnage, même lorsqu'elle s'adresse à d'autres protagonistes du film. Le réalisateur voulait que la subjectivité soit la plus totale possible.

Triomphe berlinois

Effets secondaires a été nommé dans pas moins de neuf catégories à la Berlinale 2013, dont celles de Meilleur Film, Meilleur Réalisateur, Meilleur Acteur et Meilleur Scénario.

Pas le dernier

Effets secondaires était censé être le dernier film de Steven Soderbergh.

Un film new-yorkais

Steven Soderbergh a beaucoup regardé les films Liaison fatale (1988) et Klute (1972) avant le tournage d'Effets secondaires. Même si leurs sujets sont très différents, il voulait s'en inspirer pour leur atmosphère new-yorkaise. Le réalisateur a également privilégié les décors naturels pour accroitre le réalisme de son film : "J'ai décidé que l'important, c'était que les lieux semblent naturels dans le film. Il n'y a pas de montage. Je ne vais pas là où l'un de mes personnages n'a pas été", explique-t-il. Le tournage dans un centre psychiatrique encore en activité, similaire à une prison, au milieu de véritables patients, a marqué les esprits de l'équipe et des acteurs.
Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
  • Les Animaux fantastiques : Les crimes de Grindelwald (2018)
  • Bohemian Rhapsody (2018)
  • Le Grand Bain (2018)
  • Un homme pressé (2018)
  • Le Jeu (2017)
  • A Star Is Born (2018)
  • Sale temps à l'hôtel El Royale (2018)
  • En liberté ! (2017)
  • Un Amour impossible (2018)
  • Les Chatouilles (2018)
  • Kursk (2018)
  • Fou d'amour (2015)
  • Red (2010)
  • Millenium : Ce qui ne me tue pas (2018)
  • Capharnaüm (2018)
  • Chacun pour tous (2017)
  • Au Poste! (2018)
  • Christ(off) (2017)
  • Crazy Rich Asians (2018)
  • Les Animaux fantastiques (2016)
Back to Top