Notez des films
Mon AlloCiné
    Babel
    note moyenne
    3,8
    19087 notes dont 1287 critiques
    répartition des 1287 critiques par note
    486 critiques
    393 critiques
    106 critiques
    152 critiques
    85 critiques
    65 critiques
    Votre avis sur Babel ?

    1287 critiques spectateurs

    gabdias
    gabdias

    Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 1 196 critiques

    3,0
    Publiée le 12 janvier 2015
    Histoires de destins croisés entre le Mexique, le Japon et le Maroc qui vient clôturer la trilogie débutée avec Amours Chiennes et 21 grammes. Superbe intrigue, superbe emboîtement des différents scénarios, casting mêlant superstars et inconnus qui fonctionne à merveille, seules quelques longueurs et lenteurs de rythme viennent ternir la finition.
    François S.
    François S.

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 54 critiques

    5,0
    Publiée le 31 décembre 2014
    Babel, c'est un peu le film de la maturité pour Inarritu. Sur une superbe partition de Gustavo Santaolalla, le cinéaste dépeint des destins qui s'entrecroisent, nous rappelle que tout est lié. Aussi à l'aise au Maroc, au Mexique ou au Japon, aussi talentueux pour filmer les grands espaces que les relations intimes d'un couple, les visages, les regards, les situations d'urgence, Inarritu dirige d'une main de maître Cate Blanchett et Brad Pitt (période pré-"Tree of life") et nous pose, en filigrane, la question : "Pourquoi courons nous?"
    xavierch
    xavierch

    Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 1 167 critiques

    3,0
    Publiée le 14 novembre 2014
    Un film intéressant, à part peut-être la partie japonaise, qui a peu de lien avec le reste. Le film est de ce fait beaucoup trop long, il aurait mérité d'être un peu plus concis, mais les acteurs sont tous très bons.
    JimBo Lebowski
    JimBo Lebowski

    Suivre son activité 239 abonnés Lire ses 1 059 critiques

    4,5
    Publiée le 12 novembre 2014
    "Babel" s'est offert à moi au milieu de la nuit après avoir farfouillé lascivement pendant 5 bonnes minutes dans mon disque dur pour trouver un truc regardable, un choix par défaut car d'avantage fatigué de dénicher le bon film au bon moment, et aussi ras le bol d'expérimenter les derniers navets d'horreur des années 2010. Je me suis donc lancé sans infos dans ce long métrage, je ne sais plus qui me l'a conseillé d'ailleurs, en tout cas il est resté un moment dans la poussière de mon téraoctet, je savais juste qu'il y avait Brad Pitt dedans, c'est tout ... Puis je vois le nom de Inárritu au générique, (futur) mister "Birdman", le type qui a réalisé le très bon "21 Grammes" (qu'il faudrait que je revois au passage), ah mais oui mais c'est bien sûr ! Ce fameux style "21 Grammes" se fait en quelque sorte ressentir mais ici point de puzzle, plutôt 4 histoires se rejoignant plus ou moins les unes aux autres par le biais de découpages se recollant grâce au montage et à la trame narrative, en fait on est plus dans l'axe "rubik's cubique" d'un "Magnolia" de P.T. Anderson. On démarre dans le désert du Maroc avec une vente de fusil paraissant totalement anodine qui sera le point de départ d'un lent effet boule de neige, deux gosses s'amusent à tester l'arme en tirant du haut des montagnes sur des véhicules traversant les routes sinueuses, puis après avoir canardé sans trop d'habileté un bus, il stoppe brusquement, les garnements s'enfuient. Fondu enchaîné sur deux autres enfants courant dans le living-room d'une maison gardée par une nourrice mexicaine dans la ville de San Diego, on remarque donc ce procédé propre à Inárritu, ce cut abrupte et déconcertant, mais l'intrigue du premier acte est planté donc on attends de voir comment les bouts vont se relier, et c'est là tout le but du film, on veut y avancer sans ligne directive, le film ne compte pas nous prendre par la main et c'est tant mieux. Les situations se construisent et évoluent pour cibler les différents enjeux de Amelia, du couple interprété par Brad Pitt et Cate Blanchett et de ces deux jeunes marocains sur quatre faces distinctives, au Maroc et aux États-Unis donc, puis au Mexique, et, beaucoup plus surprenant, au Japon où on suit une adolescente sourde et muette. Cette dernière vignette reste mystérieuse pendant la majeure partie du film dans le sens ou elle semble être en totale inéquation avec le reste de l'histoire, elle aborde la détresse de cette handicapée entre conflit paternel et désirs sexuels inassouvis à fleur de peau, le montage fait en sorte que les parties s'enchaînent avec celle ci, et le dénouement nous donnera enfin son importance et en fera, malheureusement, la faiblesse principale du film, j'y reviendrai. Pour ce qui est de la mise en scène c'est saisissant, sans grands défauts même si parfois la composition musicale instrumentalise un peu trop les sentiments du spectateur, mais ça fonctionne tout de même et la réalisation reste fluide, les acteurs sont au top (Cate Blanchett en tête, comme très souvent), globalement Inárritu maîtrise totalement son sujet, et nous, brave spectateur, on est littéralement immergé (comme quoi le hasard fait bien les choses, le choix quasi désinvolte de ce visionnage m'a comblé au bout d'une demi heure ...). Ce qui uniformise principalement ces quatre situations c'est la décente aux enfers des protagonistes avec un rythme concordant et sensitif, c'est dur et pessimiste, c'est vraiment puissant, encore une fois une preuve d'orchestration du réalisateur mexicain tout à fait admirable, qui au passage a été récompensée au Festival de Cannes par le prix de la mise en scène en 2006, légitimement je pense. Puis vient donc ce fameux dernier acte nous donnant la cohérence de la partie japonaise, et c'est une vraie déception car on sent clairement le scénario bâclé, comme si c'était un petit détail via un personnage à l'autre bout du monde qui aurait causé tout ce fait divers, mais ça n'est pas tout à fait convainquant, paraissant trop comme un pseudo climax raté, car l'élaboration du personnage de l'handicapée semble du coup avoir été instaurée pour volontairement nous dérouter sans lien direct avec les trois autres vignettes (qui pour le coup étaient tout à fait lisibles entre elles), on peut assimiler ça à une sorte d'effet papillon, mais comme c'était attendu pendant plus de 2h, et franchement on se demandait comment ça allait être expliqué pour tout dire, ça tombe légèrement à plat et pour un final c'est un peu mal venu. Heureusement qu'une dernière partition musicale divine opère pour limite se faire pardonner et terminer sur un joli travelling optimiste. Globalement "Babel" m'a beaucoup plu, une vraie belle surprise, avec ses moments de grâce, cette mise en scène extraordinaire, ce montage audacieux et ce rythme hautement efficace, reste ce petit raccourci scénaristique qui fait tâche, assez dommage car Inárritu n'est pas passé loin de pondre un grand film, il restera "juste" excellent, tout de même !
    CH1218
    CH1218

    Suivre son activité 26 abonnés Lire ses 1 666 critiques

    4,0
    Publiée le 10 novembre 2014
    Du Maroc au Mexique, en passant par la ville de Tokyo, des fragments de vies sont unis les uns avec les autres par un incident aussi tragique qu’involontairement inconscient. Au-delà de son intensité et de la force émotionnelle qui lui est donnée, seule l’adolescente sourde-muette en pleine crise et en recherche de repères, sort légèrement de ce trait d’union. « Babel » est un puzzle dramatique et humain magnifiquement mise en scène par Alejandro González Iñárritu, où la plupart des rôles, qu’ils soient interprétés par de parfaits inconnus ou des acteurs confirmés (Brad Pitt, Cate Blanchett, Gael Garcia Bernal), sont véritablement poignants. Un beau film choral intéressant, mais qui souffre, malgré ces indéniables qualités, de quelques longueurs et laisse certaines questions en suspens.
    NewBoorn
    NewBoorn

    Suivre son activité 38 abonnés Lire ses 576 critiques

    5,0
    Publiée le 5 novembre 2014
    Iñárritu signe tout simplement un grand film, qui m'a bouleversé. Mais avant de parler du contenu, il faut tout d'abord parler de ce qui pour moi constitue la qualité première de ce film : la réalisation, notamment au niveau de la photographie. Le réalisateur méxicain nous offre vraiment des images somptueuses des 4 coins du monde, et filme ses protagonistes au plus près pour plus d'intimité. Ces derniers sont interprétés par une remarquable distribution, vraiment tous au niveau rien à dire. Et puis, la touche qui fait que le film se détache, je parle bien évidement de sa construction, pas si originale que ça mais aux petits oignons. Une oeuvre complète, qui choque, touche, et impressionne visuellement parlant. Le final est poignant.
    Nicolas K
    Nicolas K

    Suivre son activité 92 abonnés Lire ses 56 critiques

    3,0
    Publiée le 13 octobre 2014
    Appréciant tout particulièrement les films choraux, celui-ci ne déroge pas à la règle de part sa construction scénaristique maitrisée en tout point. L'histoire est prenante dès le départ, mais s'enlise dans des longueurs incessantes et d'une bande-son qui part dans des solos interminables ralentissant quant à lui la totalité du film. Le lien unissant tous ces personnages est soignée et ne manque pas de s'attarder sur le thème du hasard et ses "frasques". Les acteurs sont plutôt bons, alternant entre stars et inconnus au bataillon. La beauté de ce film réside dans son scénario.
    Sebastien s
    Sebastien s

    Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 345 critiques

    2,0
    Publiée le 29 septembre 2014
    L'histoire peut creer des évenements à la chaine mais la sensibilité recherché n'est pas là, Brad pitt ne fait pas la différence dans ce film.
    mazou31
    mazou31

    Suivre son activité 35 abonnés Lire ses 931 critiques

    4,0
    Publiée le 23 septembre 2014
    Histoire de destins croisés provoqués par un don anodin (un peu le concept de l’aile de papillon), une histoire longue mais intense, captivante malgré de petites baisses de régime dans les chapitres japonais. Mais aussi une histoire emplie d’humanité, de celle qui se révèle dans la proximité de la mort inattendue, de celle qui outrepasse les différences culturelles (Babel). La mise en scène est irréprochable, la photographie, naturelle comme urbaine, admirable et le montage quasiment génial. Autre caractéristique remarquable : l’interprétation très homogène, où les stars ne prennent aucun avantage sur les non-professionnels, est sans faute. Une belle œuvre, souvent poignante, parfois glaçante, qui met bien en scène les petits bipèdes que nous sommes.
    NiERONiMO
    NiERONiMO

    Suivre son activité 26 abonnés Lire ses 353 critiques

    3,5
    Publiée le 22 août 2014
    Parmi la génération dorée de cinéastes mexicains, on trouve notamment Del Toro et Cuarón, que j’estime grandement, ainsi que… Iñárritu. Un autre talent parait-il, et qui s’est notamment illustré au travers d’un trio de films pouvant être regroupés sous la bannière de thématiques communes ; le dernier en date s’intitule Babel, et bien que sceptique au départ j’ai enfin pris le temps de découvrir l’univers propre à Iñárritu, soit le récit de drames humains différents, mais pourtant infiniment reliés entre eux. Et bien que ce ne soit pas ma première expérience en terme de narration non linéaire, tels qu’avec les moins fins Pulp Fiction et Sin City, force est de constater que Babel est particulier ; il y a d’abord la direction, il faut le reconnaître, talentueuse d’Iñárritu, mais les transitions brusques entre intrigues ne m’ont pour leur part pas convaincu. Pas de quoi fouetter un chat, la mise en scène du cinéaste étant parfaite, mais l’ensemble ne transcende pas ; question de goût probablement. Dans un même ordre d’idée, la BO pourtant récompensée de Gustavo Santaolalla ne m’a pas autant transporté qu’escompté, et que dire du potentiel dramatique côté scénario : sans pour autant faire dans le sensationnel, il y a une sorte d’effet de trop devant une telle accumulation de crise physique comme émotionnelle de l’être humain, les protagonistes étant confrontés à un large éventail de situations peu enviables. Il subsiste d’ailleurs une inégalité d’attrait entre les diverses intrigues, certaines étant par exemple plus convenues, cousue de fil blanc ou encore légères en terme de cohérence (Santiago et Amelia) ; en somme la sauce prend difficilement, et la durée peu négligeable du long-métrage n’arrange guère le tout, fort de nombreuses longueurs propices à l’ennui. Heureusement, la mise en scène réussie d’Iñárritu sauve le tout, au même titre qu’un casting excellent (Brad Pitt, Adriana Barraza ou encore Rinko Kikuchi…), de quoi laisser penser que Babel avait l’étoffe de faire bien mieux… quel dommage. Une petite déception donc, mais le cinéaste mexicain se fend là d’un long-métrage globalement réussi, aussi il convient de recommander le visionnage de cette œuvre ô combien singulière, brillante de par le recoupement intelligent de ses intrigues.
    sly-stallone88
    sly-stallone88

    Suivre son activité 52 abonnés Lire ses 2 218 critiques

    4,5
    Publiée le 16 juillet 2014
    plusieurs histoires qui se rejoignent, un film très intéressant dans la mise en scène et qu'on regarde avec un grand plaisir !!!
    Victor D
    Victor D

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 397 critiques

    3,0
    Publiée le 18 juin 2014
    Un film très intéressant mais qui sent trop le réchauffé. La narration, qui fait la réputation de tous les films de Alejandro Gonzalez Inarritu, est bonne, le film a beau durer 2h15, on s'ennuie jamais et "Babel" réussit à garder notre intention jusqu'à la fin. Pourtant, la narration est moins bonne que les précédents du réalisateur, elle est trop scolaire. Le scénario a des idées intéressantes mais celui-ci n'est pas assez fourni pour susciter l'émotion ou l'admiration. Les acteurs sont tous très bons, Gael Garcia Bernal et Brad Pitt en tête, dommage que Cate Blanchett ait un rôle qui montre que très peu de son talent. Bref, une déception et un sentiment de déjà-vu pour un film bon et intelligemment réalisé.
    LK-92
    LK-92

    Suivre son activité Lire ses 18 critiques

    3,5
    Publiée le 25 mai 2014
    Le scénario, vraiment astucieux, de relier le destin de plusieurs personnages dispersé sur la planète via un objet est plaisant a suivre. L'interprétation des acteurs, et la réalisation sont soigné. Cependant le film est un peu long et lent et surtout la fin, la chute, est beaucoup trop facile, dommage. Film dans le même style que 11h14 de Greg Marcks, a voir pour les amateurs du genre.
    antony Z.
    antony Z.

    Suivre son activité 33 abonnés Lire ses 827 critiques

    3,5
    Publiée le 22 mai 2014
    Un sujet universel, une réalisation et une mise en scène exceptionnelle le tout porté par un casting multi culturelle composé à la fois d'amateurs et de pros dont 2 parmi les plus grands (Pitt & Blanchett). Ce film chorale est brillant par son montage et sa fluidité où petit à petit les morceaux de puzzle se rejoignent. C'est une version moderne de l'ancien testament. Il s'agit d'une réflexion sur l'incommunicabilité, le silence et l'isolement psychologique à travers 4 destins dispersés à travers le monde et liés par un même évènement tragique. Le lien est beaucoup moins direct quant à la destinée de la jeune Japonaise sourde et muette ce qui la détache légèrement de l'intérêt porté à ces destins croisés. Mais elle permet l'accentuation de la trame principale de l'incommunicabilité en appuyant sur cette solitude et l'isolement extrême en apportant une touche de sensibilité grave. Elle apporte également une confrontation culturelle et sociale quant aux autres personnages.
    Meryn Fuckin' Trant
    Meryn Fuckin' Trant

    Suivre son activité 36 abonnés Lire ses 356 critiques

    2,5
    Publiée le 20 mai 2014
    "Babel" est simplement l'histoire d'un fusil et des répercussions que celui-ci aura sur la vie de trois familles, qui vivent à trois endroits différents de la planète et parlent trois langues différentes. Le propos est intéressant et bien servi, le réalisateur choisissant exactement les bons exemples pour pointer du doigt plusieurs vérités générales sans paraître borné, des thèmes aussi nombreux et équitablement traités que l'acceptation de la différence, la brutalité policière, l'oisiveté des ambassades, la paranoïa des USA ou encore les préjugés racistes, il y en a trop pour les compter. Seulement le film souffre d'un gros manque de connexions entre les quatre histoires, qu'il s'agisse de ces thématiques (souvent propres à une seule partie) ou des liaisons de l'intrigue, on s'attend à un résultat plus homogène. Et si jolis les paysages soient-ils, si bonne l'interprétation soit-elle, j'ai tout de même eu la désagréable impression de voir quatre films différents avec des transitions plutôt grossières à quelques exceptions près. L'alternance des histoire sert l'intérêt et heureusement, prises à part ces intrigues ne sont pas si intéressantes que ça, même si elles ne sont pas chiantes non plus. Certains moments témoignent d'un vrai engagement de l'auteur pour son propos, mais la forme est loin d'être aussi marquante et le résultat final s'avère très inégal. Malgré un constat décent, "Babel" n'aura pas su parler à mon cœur, dommage.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top