Mon AlloCiné
    Clip
    note moyenne
    3,4
    182 notes dont 34 critiques
    9% (3 critiques)
    15% (5 critiques)
    32% (11 critiques)
    26% (9 critiques)
    12% (4 critiques)
    6% (2 critiques)
    Votre avis sur Clip ?

    34 critiques spectateurs

    Plog_Pépite
    Plog_Pépite

    Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 271 critiques

    2,5
    Publiée le 2 mai 2013
    Avec ses récits multiples pertinents mais à la provoc' facile, Clip est un film intéressant sur la jeunesse et sur la Serbie. Il y a l'histoire "d'amour", avec un a minuscule à tirer du côté de l'@ : relation désaxée et artificielle entre Jasna et Djole, pensée et vécue à travers le prisme sale et pornographique de YouTube, YouPorn et leurs semblables. Il y a la maladie du père et les difficultés de la famille à faire face. Et au milieu de tout ça il y a un contexte social pourri, sale et difficile, mêlé à tous les niveaux mais repoussé par les jeunes personnages qui font mine de ne pas être affectés. Mais affectés, ils le sont forcément, même si leurs fêtes, leur tendance au "binge drinking" et au sexe sale et facile, tendent à prouver le contraire... Jasna en est la preuve quand elle craque finalement vers la fin, face à la maladie du père, à la misère des enfants d'un orphelinat... Elle craque également quand sa relation "à rebours" avec Djole se casse la gueule à nouveau : de l'ignorance, le dédain, l'humiliation et sa façon de la traiter comme une pute ; à une relation plus complexe où il rencontre sa mère et écoute mêmes ses confidences... cette relation atypique est rendue ... La suite sur Plog Magazine, les critiques des ours : lien ci-dessous.
    Yves G.
    Yves G.

    Suivre son activité 335 abonnés Lire ses 364 critiques

    4,0
    Publiée le 15 mai 2013
    Jasna a 15 ans. Elle vit dans une banlieue grise de Belgrade. Son père se meurt ; sa mère le veille ; sa soeur cadette est encore une enfant. Jasna, elle, s'ennuie Avec une bande de copines, elle cherche à s'évader d'un quotidien terne et sans espoir. Elle tombe amoureuse d'un garçon de son école mais ne sait pas le lui dire sinon en sombrant dans une surenchère de sexe, d'alcool et de drogue. Le film est l'histoire de sa lente dégradation filmée sur un téléphone mobile et mise en ligne sur YouTube. La jeune réalisatrice Maja Milos aurait pu sombrer dans le voyeurisme glauque ou dans l'esthétisation bimbo en filmant une accumulation de scènes crues Elle réussit à se maintenir sur la corde raide Comme dans Kids de Larry Clark - dont l'ouverture reste pour moi un traumatisme inoubliable - elle trouve le ton juste pour montrer sans fard une jeunesse désorientée, à la fois très pudique dans ses sentiments et totalement impudique dans son comportement. Les acteurs amateurs sont d'une remarquable justesse. Notamment l'héroïne Isidora Simijonovic qu'on aimerait revoir - malgré son patronyme imprononçable. Et le scénario parvient à nous étonner jusqu'à la conclusion qui n'est pas celle qu'on redoutait.
    Robin M
    Robin M

    Suivre son activité 56 abonnés Lire ses 258 critiques

    4,0
    Publiée le 10 mai 2013
    Pour un premier long-métrage, il y a toujours cette excitation chez le spectateur de vivre et permettre l’émergence d’un nouveau réalisateur. Une excitation qui naît de la volonté d’un sang neuf dans un monde cinématographique qui se définit à travers les sorties calibrées des « Grands ». Clip de Maja Milos déconcerte. On pense d’abord que pour exister, la réalisatrice serbe choisit de choquer gratuitement et de plonger son cinéma dans les abysses des comportements humains. Elle prône un voyeurisme dérangeant qui flirte avec les limites de la pornographie. Mais, Clip est finalement un film intimiste dont la provoque n’est que la réponse à la volonté de tout montrer sans rien cacher, de ne pas jouer sur un hors-champs qui ne sert finalement qu’à éviter la censure. Maja Milos s’inscrit alors dans la lignée du cinéma-vérité. Elle décuple l’interaction entre le sujet et le spectateur par le biais de ce portable qu’utilise constamment Jasna (Isidora Simijonovic). Sa caméra lie directement le spectateur et le protagoniste, dresse une connexion sensorielle qui fait que le spectateur ressent presque mimétiquement les émotions de son alter-égo filmique. Le cinéma-vérité se détermine par son inscription dans un contexte social précis. C’est un cinéma anthropologique qui capture une société à un moment donné à travers les agissements d’un personnage censé être représentatif du milieu dans lequel il évolue. Jasna est ainsi le symbole de la jeune Serbie dévastée et débridée. Ses adolescents condensent les dérives de la société post-yougoslave : nationalisme exacerbé avec la revendication du Kosovo ; violence dans la société (passage à tabac, machisme) ; population pauvre (orphelinat, maladie) ; alcoolisme et droguée. Dans cette Serbie campagnarde dévastée, ils n’essayent que d’échapper à leur condition de vie. Lorsque Jasna se libère enfin de son mutisme sur son père, Djole lui dira d’ailleurs « Je vais te remonter le moral » en préparant des rails de cocaïne montrant ainsi que les substances servent à fuir momentanément un quotidien de misère. Clip est un long-métrage trash et légèrement pornographique, mais c’est avant tout le parcours initiatique d’une jeune fille perdue. Comme cette jeunesse serbe, Jasna est en quête d’elle-même. Débridée et sexualisée à outrance, elle serait l’illustration de cette musique techno serbe profondément misogyne qui prône l’asservissement de la femme. Dans un climat culturel vantant presque la prostitution, les jeunes femmes se (dé)vêtissent et offrent leur corps aux hommes. Dans cette génération « clip », c’est par les réseaux sociaux (Facebook) et les vidéos (portables) que les histoires se font et se défont. Cependant, Jasna passe de la sexualité bestiale et débridée (fellation, coup à la va-vite) aux sentiments avec Djole. Elle est la première à prendre conscience d’un changement, elle s’ouvre par un « je t’aime, je pourrais tout faire pour toi » dont la réponse violente de Djole sera « Tu as qu’à apprendre à bien sucer ». D’un plan cul, ils deviennent petit à petit plus intime s’offrant même un premier baiser et certaines confidences. C’est du sang et des coups que surgit une dernière fois l’amour comme-ci seuls les excès pouvaient engendrer le vrai et le sincère. La vie est faite de passion à l’image du film de Maja Milos. De son radicalisme tant visuel que scénaristique, elle arrive à dégager une certaine bienveillance. Rien n’est gratuit. Clip est une expérience sur les limites du spectateur : ce qu’il peut endurer de voir, ce qu’il peut endurer de ressentir, jusqu’où peut-il y avoir une identification. Clip est une réussite, un grand coup dans le paysage cinématographique. A bientôt Maja.
    barakafrette
    barakafrette

    Suivre son activité Lire ses 4 critiques

    1,5
    Publiée le 1 décembre 2013
    Si je devais résumé mon sentiment sur ce film je dirais; qu'il utilise sans retenu les phénomènes qu'il dénonce, à savoir la pornographie et la violence dans les rapports "amoureux" chez les jeunes, et leur impossibilité à verbaliser leur sentiments . Si le sujet est intéressant et actuel la réalisation ne nous épargne pas les très gros plans de pénétration, un plan séquence sur le visage de la très jeune fille pratiquant d'une fellation, une scène de domination... Le tout filmé avec complaisance. Une complaisance qui me fait interroger sur l'arrière pensée marchande de la productrice et de la réalisatrice; " scènes porno à fond avec notre comédienne de 14 ans, ça va les choquer, mais comme ça on va en parler". Un bon sujet gâché par une mise en scène "putassière".
    Charlotte J
    Charlotte J

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 8 critiques

    1,0
    Publiée le 4 mars 2013
    J'ai vu ce film au Festival Premier Plans d'Angers. Enfin, je n'ai vu qu'une partie du film puisque je suis sortie de la salle au bout de 30 min. On nous avait prévenu du contenu du film. J'ai vraiment essayé de m'accrocher, pour comprendre ce que voulait dénoncer la réalisatrice. Mais après avoir supporté des scènes obscènes dans lesquels des adolescentes se léchaient les seins en classe, la fellation filmée à 3 centimètres de la scène a été fatale: je suis sortie. La réalisatrice voulait surement réveiller les moeurs, alarmer les gens sur la décadence des jeunes [entre nous qu'elle généralise trop, c'est pas partout comme ça, heureusement], mais on est trop dégouté et mal à l'aise pour tenter d'y appercevoir une quelconque crititque de la société. Ce film se rapproche plus du film porno que du film dénonciateur.
    Nekky Makko
    Nekky Makko

    Suivre son activité 19 abonnés Lire ses 33 critiques

    2,5
    Publiée le 22 avril 2013
    ah la la... parfois, c'est difficile de critiquer objectivement un film... Pour la petite histoire, ce film m'a été conseillé par un ami qui connait mon gout pour les films "étranges" et qui donne un profond malaise quand on les voit... Eh bien j'ai pas été déçu, j'ai été LARGEMENT dérangé par sa vision et pas pour de "bonnes" raisons, je l'avoue... Pour résumer mon propos en une phrase: ce film dérange et choque. En fait, le film est ni bon ni mauvais, il décrit bien une situation déjà décrite dans pas mal de films et et documentaires a savoir le mal être des ados et leurs dérives dans l'alcool, la drogue et le sexe... De ce coté là, le film arrive tant bien que mal a souligner ce message... non, en fait le problème en ce qui ME concerne vient de l'actrice principale et plus particulièrement son age au moment du tournage de ce film (2011 je n'ai pas de réel problème avec les films ayant des scènes de sexe explicites, j'en ai déjà vu un certain nombre (l'Empire des Sens, Intimité, Fantasmes, Baise moi, le Diable au Corps, Romance X, Ken Park,...) En fait, je ressens un profond malaise quand on sait que cette actrice, quand elle a tournée ces scènes, n'avait que 14 ans a ce moment là... et (attention les yeux...) spoiler: voir une gamine de 14 ans se faire sodomiser (hors champ donc surement simulée... j'espere....) et pratiquer une fellation avec éjaculation en gros plan entre autres est pour le moins PERTURBANT!!! Y'avait vraiment pas moyen de trouver une actrice majeure qui fasse assez jeune sans pour autant que ça tourne a une sex tape de détournement de mineure??? O_O Enfin bref... je ne sais pas si ce film est a conseiller ou a interdire... A vos risques et périls. EDIT: je viens de m'apercevoir que j'ai oublié de préciser que les scènes explicites étaient heureusement doublées par des actrices pornos... étrangement, j'ai quand même un doute avec certaines...
    Plog_Le Comte
    Plog_Le Comte

    Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 222 critiques

    1,0
    Publiée le 18 avril 2013
    Que dire de "Clip"? Pas grand chose hélas, car au bout de 1h42, le film peine à accumuler du contenu, aussi bien au niveau visuel que narratif ou moral. Quoiqu'il en soit, le film semble aligner toutes les idées reçues sur la Serbie : villes moches, taggées et en ruines, les hommes sont des boeufs qui boivent comme ils respirent et les filles sont spoiler: suite sur Plog Magazine, les Critiques des Ours (lien ci-dessous)
    vuvuzela
    vuvuzela

    Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 324 critiques

    3,0
    Publiée le 18 avril 2013
    Les critiques ne reflètent pas le portrait du spectateur moyen de ce film, dont je suis. On y va pour voir du cul, en long, en large, et en travers, sous prétexte de film d'auteur. Peut-être est-ce par lâcheté de ne pas franchir les portes d'une vraie salle porno, ou la recherche illusoire d'un cinéma porno intello-éducatif à la Ovidie... Peu importent les motivations. Et donc il y en a, ouais, ça ne manque pas. Ce n'est pas sulfureux comme l'unique scène de fellation du Brown Bunny de Vincent Gallo, la technique est celle de la quantité. Sur la forme impossible de ne pas penser aux Larry Clarck. Sur le fond il y a ,esquissé timidement, une scène où nos jeunes serbes scandent un antiaméricanisme alors que leur mode de vie est une caricature extrême du consumérisme étasunien MTV, et il y a, répétitivement sur le mode de la fuite en avant, une façon compulsive de se saouler et d'utiliser ce que Dieu nous a donné entre les jambes. Il apparaît que la filmographie serbe comporte quelques références de films crus dérangeant, et que la jeune réalisatrice s'inscrit dans ce mouvement. Pourquoi pas? A partir de là, certains y verront l'expression angoissée de l'adolescence à l'heure de la perte des repères traditionnels par la mainmise du supranational sur les politiques, et par les conséquences de la prolifération des nouvelles technologies de circulation de l'image sur les rapports sociaux. C'est ce que veut être ce film. On dit que dans un cadeau c'est l'intention qui compte. On dit que c'est celui qui aime qui a raison; heureux les fans du message de Clip, qui, oui, a de nombreux échos dans la vie authentique. D'autres jugeront cette débauche de zooms et de comportements irresponsables comme une simple source d'ennui. C'est ce que ce film est. Il y a peu d'amour dans tout ça? C'est surtout qu'il y a beaucoup d'amour broyé. Avec moins de sexe, Larry Clarck nous offre des œuvres plus viscérales sur la perdition juvénile, et sur l'amour adolescent où meurt l'innocence infantile, et c'est jamais bon de mourir pour une époque de la vie, mais souvent nécessaire. La tragédie vient du fait que si aucune époque de vie ne vient efficacement remplacer la précédente, par faute de la société ou incapacité personnelle, cela devient un chant du cygne, car même si on ne meurt pas vraiment c'est l'épisode majeure de référence d'une existence. Clip reprend cette pose. Je ne dirais pas c'est bien, ou c'est mauvais. J'y étais allé pour voir du cul, et j'en ai vu. Je me suis également inquiété pour la gamine de 14 ans, cela n'empêche pas... La force du film tient peut-être dans les acteurs pornos ayant doublés les pénétrations. Gloire à eux, techniciens de l'ombre... Les décors sont de Donald Caldwell et Roger Hart.
    fasskinder
    fasskinder

    Suivre son activité 20 abonnés Lire ses 232 critiques

    3,5
    Publiée le 17 avril 2013
    voilà un film qui ose, prend des risques et raconte la vie et les amours 2.0 des jeunes d'aujourd'hui.... en france, on n'a droit qu'à LOL, coquillettes et autres soupes indigestes !
    Frabrun
    Frabrun

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 17 critiques

    4,0
    Publiée le 4 mai 2013
    --> On oublie de dire que ce film a été censuré à l'est ! C'est pour cette raison que je me suis immédiatement précipité au ciné pour voir de quoi il s'agissait. J'ai toujours eu un attrait pour les films qui dérangeaient. De plus, la critique de mauvaise foi est une excellente publicité... Je ne comprends pas ceux qui rejettent ce film. Vous vous attendiez à quoi ? Bisounours ? Evidemment il n'est pas question de bien-pensance ici, mais d'une vérité cruelle que les détracteurs refusent d'admettre ! J'admire et je félicite la réalisatrice d'avoir levé le voile sur la jeunesse en perdition, et je peux vous assurer que 90% des jeunes français sont comparables à ceux du film, et non je ne suis pas extrême dans mes propos, simple constat autour de moi. Très bon boulot. -->Cela dit, "Clip" ressemblerait plus à un documentaire sur la jeunesse, plutôt qu'un film. Il manque (ou alors je ne l'ai pas décelé) un message fort, qui aurait sublimé la réalisation. Il n'en est rien. D'où le côté raté, et décevant du film. Vraiment dommage.
    Charles-Arrete
    Charles-Arrete

    Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 75 critiques

    2,0
    Publiée le 23 mai 2013
    Clip (de son vrai nom Klip) est le premier long-métrage de Maja milos. Jeune réalisatrice, en 2008 elle finit ses études au Département de réalisation de l’université des arts dramatiques de Belgrade. Après quatre court-métrages ( « Interval », « Si tu t’imagines », « Les cousins » et « Poudre »), elle se lance dans la réalisation de ce « Clip » aux allures de spring breakers violent et assumé. Jasna, une adolescente de 16 ans s’ennuie dans sa petite ville en périphérie de Belgrade. Le dialogue avec ses parents est définitivement coupé, seuls son portable et ses amis comptent. Jasna tombe alors follement amoureuse de Djole, un adolescent un peu plus vieux et très provocateur. Ainsi s’enchaine l’histoire de cette fille à la rencontre de la drogue, de l’alcool et surtout du sexe. L‘idée de ce film a germé dans la tête de Maja Milos après avoir visionné multiples clips vidéos de portable sur le net montrant des beuveries, des sextapes etc. Durant ce film les séquences crues et violentes s’enchainent sans trop laisser au spectateur le temps de s’adapter à la qualité mauvaise des plans. Rappelons que le film est composé en grande partie de vidéos de portable (Non Broadcast pour les intimes). C’est alors qu’on découvre le quotidien d’une fille un peu perdue dans un monde sauvage et hostile, un monde de béton et de dureté. Retrouvez la critique entière sur :
    Juanitto
    Juanitto

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 225 critiques

    1,5
    Publiée le 23 août 2013
    Bien que ce film ait le mérite d'être très fidèle au réalisme social de la banlieue de Belgrade, il est nettement moins persuasif du côté de l'histoire... On est en cesse balancé entre 3 types de scène redondantes (Le domicile familiale, la fête, les rapports sexuels) sans jamais que cela ne transcende le spectateur. On aimerait s'attacher au personnage principal mais la sauce ne prend pas et l'ennui s'installe. Contrairement au film "Nuit#1" qui est assez similaire d'un point de vu rythme et environnement restreint, le charme n'opère pas du tout.
    ffred
    ffred

    Suivre son activité 335 abonnés Lire ses 2 112 critiques

    3,0
    Publiée le 27 avril 2013
    Voilà le film qui relègue définitivement Spring Breakers au rang de film pour enfants ! C'est peu de dire que l'on en sort quelque peu décontenancé. Certes le propos, les dialogues et les images sont crus (et carrément pornographique), mais ce n'est pas le plus gênant. Le problème est de comprendre l'intérêt de la chose. Pour dresser ce portrait sans concession de la jeunesse serbe (et des ados en général), fallait-il absolument nous imposer...
    S M.
    S M.

    Suivre son activité 20 abonnés Lire ses 453 critiques

    5,0
    Publiée le 20 décembre 2013
    "Klip" est un film serbe très dur, sur l'adolescence. Ici, tout est montré de manière crue et (malheureusement) crédible. On est proche d'un "Ken Park" de Larry Clark. La jeune actrice principale, Isidora Simijonovic est époustouflante. Premier long-métrage de Maja Milos, jeune réalisatrice serbe qu'il faudra suivre. Un film qui marque à jamais.
    mati01
    mati01

    Suivre son activité 31 abonnés Lire ses 72 critiques

    2,5
    Publiée le 27 août 2013
    je suis partagé. d'un côté la vie de cette nana est pathétique et on s'ennuie très vite devant ce déballage de chair et de sexe. d'un autre côté ça a un côté assez fascinant de voir cette jeunesse se perdre dans l'alcool, la drogue, le sexe dégueu.. ça a un côté larry clarck. le film aurait été mieux sans les scènes de sexe non simulées (surtout les gros plans en fait), ça n'apporte rien de plus et même ça baisse le niveau du film. filmé avec un portable, l'image n'est jamais belle, il y a par contre 1 scène magnifique d'où l'affiche est tirée. Jasna a les cheveux trempés de sueur et elle danse comme en transe sur de la techno; la dernière scène est à la fois magnifique et cruelle
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top