Notez des films
Mon AlloCiné
    Tolkien
    note moyenne
    3,8
    1362 notes dont 130 critiques
    répartition des 130 critiques par note
    13 critiques
    48 critiques
    43 critiques
    22 critiques
    3 critiques
    1 critique
    Votre avis sur Tolkien ?

    130 critiques spectateurs

    traversay1
    traversay1

    Suivre son activité 716 abonnés Lire ses 3 179 critiques

    4,0
    Publiée le 20 juin 2019
    Parler de biopic quand il ne s'agit que de l'évocation d'une dizaine d'années d'une existence, qui en compta plus de 80, c'est évidemment exagéré mais le terme est devenu une facilité d'écriture qui décourage l'envie de rectifier. Passons. Tolkien raconte les années d'apprentissage d'un futur écrivain célèbre à travers sa scolarité, les figures romantiques de sa mère et de son amie/fiancée, sans oublier son expérience traumatisante de la guerre. Le film multiplie les allusions visuelles et discursives de l'oeuvre à venir, sans doute pour donner de l'intérêt à une vie qui, pour le reste, pourrait sembler bien peu spectaculaire au plus grand nombre des spectateurs, attirés par le nom de l'auteur et espérant vraisemblablement des indices sur la genèse de ses romans, bien postérieurs à l'époque décrite dans le film. Celui-ci est pourtant captivant parce qu'il rend compte d"une certaine éducation anglaise où il faut vaincre les préjugés de classe pour s'intégrer et même y avoir simplement accès quand on est orphelin et sans grandes ressources. Rien de palpitant a priori là-dedans mais la mise en scène de Karukoski, avec un scénario plus sage que celui de Tom of Finland, son précédent film, ne manque pas de panache, privilégiant un romanesque à l'ancienne, plus dans la passion que dans l'académisme. Par certains côtés, Tolkien rappelle le merveilleux Another Country ou encore Le cercle des poètes disparus avec l'insistance sur cette communauté de l'amitié formée par Tolkien et 3 de ses coreligionnaires. D'une grande fadeur diront certains, délicat et sensible, sans être mièvre, peut-on aussi argumenter et finalement relativement humble face à un auteur qui gardera une grande part de mystère (tant mieux). C'est un portrait fantasmé, peut-être, qui décevra les fans du Hobbit, mais joliment réalisé et interprété par Nicholas Hoult.
    RedArrow
    RedArrow

    Suivre son activité 686 abonnés Lire ses 1 083 critiques

    4,0
    Publiée le 24 juin 2019
    Que savons-nous de John Ronald Reuel Tolkien ? Bon, ok, le bonhomme a quelques "petits écrits" à son actif qui ont tout simplement fait renaître le genre de la fantasy pour ensuite en devenir les représentants les plus emblématiques à travers l'histoire de la littérature. Au fil de sa bibliographie, il n'a cessé de développer (et ce jusqu'à sa mort) une des plus grandes mythologies littéraires au bestiaire impressionnant et avec un langage propre à chacune de ses créatures. Même aujourd'hui, près d'un demi-siècle après sa mort, qui n'a jamais entendu les noms de Frodon, Bilbo, Gollum, Aragorn ou Sauron à jamais entrés dans la culture populaire ? Et, si vous n'avez pas lu ses oeuvres, vous vous êtes forcément aventurés à un moment ou à un autre en Terre du Milieu grâce à la caméra de Peter Jackson qui a réussi à mettre des images sur la richesse infinie du monde inventé par cet auteur... Mais sinon que savons-nous réellement de lui ? À moins de s'être renseigné sur son parcours, seules peut-être l'image d'un professeur d'Oxford ou la photo d'un vieil homme posant avec sa pipe viennent immédiatement en tête à l'évocation du nom de Tolkien et c'est à peu près tout. Cette faille de la mémoire collective autour d'un nom pourtant connu de tous a donc donné l'idée de ce biopic a priori un brin opportuniste en surfant sur les bribes restantes du succès des films de Peter Jackson par l'intermédiaire de l'irruption de leur imagerie dans la vie de Tolkien mais aussi risqué car le film doit tout autant séduire et ne pas trahir les fervents passionnés de l'écrivain que les plus néophytes qui ne demandaient pas forcément à en savoir plus... Comme vous l'avez peut-être déjà compris, l'auteur de ces lignes fait partie de la deuxième catégorie de spectateurs et, par conséquent, cette critique ne reviendra pas sur la véracité des faits rapportés, leur agencement ou les oublis plus ou moins volontaires (le rapport à la religion notamment), d'autres le feront bien mieux par leurs connaissances sur le sujet. D'abord, dépouillé de l'imaginaire qui accompagne obligatoirement la vie de Tolkien, le film de Dome Karukoski est formellement un biopic tout ce qu'il y a de plus classique. Telle qu'il nous est retranscrit ici, le début de son existence emprunte des voies similaires à celles de bon nombre d'écrivains de l'époque dont le parcours marqué par le monstruosité de la guerre a déjà donné lieu à divers traitements cinématographiques. En se concentrant sur la jeunesse de Tolkien, Dome Karukoski choisit un cheminement narratif maintes fois usités par ce genre de films : partir d'un événement capital, ici le traumatisme de la Grande Guerre, pour faire subir au héros une crise de "comment-j'en-suis-arrivé-là ?" aigüe et, ainsi, provoquer des allers-retours temporels entre le passé et ce moment précis avant de le rejoindre chronologiquement. Le procédé est archi-connu et la réalisation de Dome Karukoski au diapason de ce déroulement classique ne viendra jamais vraiment le bousculer. "Tolkien" n'en demeure pas moins correctement exécuté mais, en dehors des apparitions de l'univers de son auteur, l'approche reste académique la plupart du temps et les prise de risques en termes de mise en scène à leur niveau minimal. D'ailleurs, en ce qui concerne le mélange entre le réel et les jalons des futurs récits de Tolkien, ne vous attendez pas à voir débarquer sans cesse des elfes et des orques dans des danses endiablées à l'écran comme peut le laisser présager la bande-annonce, le film utilise bien ce procédé, dans un premier temps de manière un peu facile pour montrer à quel point la rationalité n'a plus sa place devant les horreurs de la guerre, mais il n'en abusera jamais et en révélera tout le potentiel par la suite (le dernier acte sur le front est absolument superbe en ce sens !). En réalité, "Tolkien" ne sera jamais plus fort que lorsqu'il l'utilisera plus implicitement et complètement au service de son angle choisi pour raconter la "naissance" de l'écrivain : la création littéraire au travers des influences d'une vie. Au cours de la dizaine d'années d'existence sur laquelle il se concentre, le film va s'efforcer de démontrer que tout ce constituera par la suite l'essence de l'oeuvre de Tolkien était déjà bien là, des événements ou des rencontres déterminants pour l'écrivain et que son esprit a assimilé pour ensuite les régurgiter dans le contexte de la fantasy. Une mère lui donnant le goût de l'évasion par les histoires, un statut social à part l'obligeant à être toujours dans un rôle d'observateur des classes aisées qu'il côtoie, sa passion et son don incroyable pour les langues, un groupe d'amis soudés par une foi en l'émancipation artistique inébranlable, une amitié en son sein encore plus forte que les autres, un professeur/mentor à barbe blanche, un proviseur autoritaire en son royaume, un amour "éternel", les ténèbres des affrontements de la guerre et encore bien d'autres diverses allusions nous feront nous passionner sur la manière de relier les points du processus de création du jeune Tolkien. Certes, ils ne seront encore que des silhouettes dans le brouillard de son imagination fertile mais impossible de ne pas y voir là les esquisses d'une certaine communauté, de la relation Frodon/Sam, d'un certain Gandalf, de la pureté amoureuse entre Aragorn et Arwenn, de l'obscurité du monde des Orcs et tant d'autres éléments qui deviendront indissociables de ses futurs récits. En ayant judicieusement choisi de privilégier cet angle créatif, "Tolkien" parvient sans mal à transcender le côté standard de sa forme de biopic pour nous immiscer dans les rouages de l'esprit de l'écrivain. Et puis, encore mieux, on ne l'attendait pas forcément là mais le film va également nous emporter avec lui sur le terrain de l'émotion. L'espèce d'innocence des sentiments qui deviendra aussi un socle essentiel de ses histoires habitait déjà bien entendu son auteur dans ses conviction et son rapport aux autres. Ainsi, tout ce sur quoi se bâtit les croyances et convictions du jeune homme semble habité par la pureté de sa vision et la force de son implication émotionnelle dans l'évolution de son groupe d'amis, de son histoire d'amour et de sa vie en elle-même se met à irradier de manière irrésistible, surtout dans la dernière partie du film où les conséquences de la guerre fêlent à jamais la carapace d'optimisme naïf de Tolkien. Les panneaux finaux sur le futur de l'auteur scelleront définitivement l'importance de cette dimension sentimentale du biopic en nous faisant découvrir ses oeuvres à venir comme une forme de revanche sur la vie, de correction sur les aléas d'une existence, avec l'envie presque obligatoire de s'y replonger... Mené par un excellent Nicholas Hoult à la fois bien sûr au cœur aux événements mais également toujours dans une forme de retrait, de réinterprétation permanente de la vie de son personnage par les yeux de son imagination, "Tolkien" est donc un biopic qui, sous son ancrage dans les stéréotypes les plus connus du genre, parvient à dessiner et à nous faire ressentir la puissance créatrice de son personnage à travers l'exacerbation de ses émotions. Par l'incontestable réussite de cette approche, le film de Dome Karukoski devient une sorte de prologue/intermède parfait à visionner avant une nouvelle lecture des romans de Tolkien ou un énième visionnage des films de Peter Jackson où l'ombre de l'auteur derrière les mots et les images prendra désormais une toute autre envergure...
    Sherlock76
    Sherlock76

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 2 critiques

    5,0
    Publiée le 20 juin 2019
    Après avoir vu le film Tolkien, je me prononcerai pas sur la fidélité de cette œuvre vis à vis de la vie de l'auteur, entre autres, du Seigneur des Anneaux. De nombreux documentaires parlent très bien de l'écrivain. Mais je peux dire que ce film est beau, simplement beau. Un hymne à la magnificence des langues et de leurs mots, du son qu'ils ont, ainsi que du sens qu'ils prennent. Une ode à l'amitié, à l'amour, à l'art en général. Plutôt que d'une biographie, il s'agit d'une invitation à lire ou relire l’œuvre de cet immense écrivain, mais pas seulement, tant les mots nous enchantent dans de nombreux ouvrages. Une invitation, aussi, à les écrire et les aimer. J'ai trouvé beaucoup de moments superbes dans ce film où, de plus, l'image et la musique, elfique, contribuent à s'émouvoir.
    Eliott O
    Eliott O

    Suivre son activité Lire sa critique

    5,0
    Publiée le 20 juin 2019
    Une film merveilleux qui retrace la vie de cet écrivain exceptionnel : si vous aimez le seigneur des anneaux allez le voir sans tarder
    Jérémy T.
    Jérémy T.

    Suivre son activité Lire sa critique

    4,5
    Publiée le 22 mai 2019
    J'ai adoré ce film! Excellent! Merveilleux! Je vous invite à regarder ma vidéo pour voir ma critique complète ! : https://www.youtube.com/watch?v=K4i7uSXxQx4&t=1s :)
    Germainauclair15
    Germainauclair15

    Suivre son activité Lire sa critique

    5,0
    Publiée le 19 juin 2019
    Film très émouvant ! J’ai rarement vu des acteurs jouer aussi bien. L’histoire est prenante et les personnages attachants. Excellent film! Il nous rappelle l’aspect poétique original des œuvres de Tolkien passé sous silence dans les films de Peter Jackson.
    lionelb30
    lionelb30

    Suivre son activité 90 abonnés Lire ses 1 903 critiques

    3,0
    Publiée le 20 juillet 2019
    Debut tres interressant historiquement de la societe anglaise du debut du 20eme siecle. Dommage que la deuxieme partie soit un peu longuette et repetitive.
    dominique P.
    dominique P.

    Suivre son activité 512 abonnés Lire ses 2 027 critiques

    3,0
    Publiée le 23 juin 2019
    Ce film est très classique, très académique et donc malheureusement soporifique. La réalisation est très belle mais cela manque de vigueur.
    Émilien Bartoli
    Émilien Bartoli

    Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 213 critiques

    2,5
    Publiée le 30 juin 2019
    Mieux vaut avoir quelques éléments en mains avant de pousser la porte de la salle pour voir ce qu'on peut qualifier de pré-biographie, une fiction a priori très libre vis-à-vis des faits réels qui se clôt au moment où le héros entame son émancipation d'auteur. Par cet aspect, il rappelle le récent Colette, choisissant là aussi de se pencher sur une courte période au lieu d'un biopic de nature classique, relatant une mise en train plutôt qu'une consécration. Or certains fans du Hobbitt ou du Seigneur des anneaux seront susceptibles de s'en tenir là, de juger inintéressant tout le développement autour du traumatisme de la première guerre mondiale ou de la fondation de ce club très sélect avec trois amis étudiants de bonne famille. Le voir sous le prisme des éléments manquants et non de ce qui s'y trouve. Une fois régulé ce niveau d'attente, on peut se plonger avec délectation dans ce récit sobre et raffiné de la naissance d'une passion, de l'amour pour la langue littéraire et l'exhortation à la créativité. Il y a une familiarité certaine avec un film culte comme Le cercle des poètes disparus, tout juste nuancée par un cadre moins universel. Les références aux futures œuvres de l'auteur sont bien présentes, mais loin d'être limpides. Ainsi l'équilibre est précaire entre le fil rouge scolaire et les flashforwards nous envoyant sur les champs de bataille de la Grande Guerre. Un problème de structure manifeste puisque nous sommes ballotés parfois de l'un à l'autre sans justification précise. Les séquences sur le front s'avèrent particulièrement énigmatiques, laissent tout juste échapper quelques indices pour permettre aux spectateurs de se raccrocher aux branches. C'est en fin de compte le verset sentimental de l'histoire qui produit les meilleures scènes (le « scandale » au restaurant) et soulève les meilleurs thèmes (la nécessaire marginalité, la langue comme vecteur de sens), la partition d'une Lily Collins solaire en future Mme Tolkien y est aussi pour quelque chose. Si ce n'est pas exactement le film qu'on était en droit d'espérer en termes de fantaisie, d'originalité, d'imagination (un comble), on tient néanmoins une narration efficace qui donne de la chair à tous les personnages secondaires, les rend infiniment sympathiques en dépit de leurs origines sociales aisées (à l'exception de JJR lui-même), pas une sinécure dans un long-métrage. L'approche intimiste permet d'associer le spectateur à chaque action, de littéralement participer aux mêmes jeux que les acteurs, de se projeter dans cette bourgade anglaise au début du XXe siècle. De quoi profiter d'un bon film sans ressasser l'idée du film immense qu'il aurait pu être sous la direction d'un créatif de la trempe d'un Tim Burton, Michel Gondy ou Wes Anderson (liste non exhaustive). La simplicité de la forme a le mérite d'éviter la sortie de route par excès d'ambitions.
    zorro50
    zorro50

    Suivre son activité 81 abonnés Lire ses 217 critiques

    3,5
    Publiée le 19 juin 2019
    Cette biographie est copieusement romancée et exagérément flatteuse, mais comment faire moins pour un auteur de cette envergure ? Cependant, ce film se laisse regarder avec plaisir. Un long métrage incontournable pour les fans inconditionnels du "Hobbit" et du "Seigneur des Anneaux".
    EdouFox
    EdouFox

    Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 9 critiques

    4,0
    Publiée le 28 juin 2019
    Si vivre d’une passion artistique n’est pas simple aujourd’hui, qu’en était-il le siècle dernier, à l’époque de J.R.R Tolkien ? À Birmingham, foyer de penseurs et d'industriels, quatre étudiants ont l’ambition de changer la facette du monde, par l’expression de leurs talents respectifs : la musique, la peinture, la poésie, et l’écriture… On fait tourner des livres, non des pétards, à la bibliothèque universitaire ou dans les salons de thé. Dans cette ambiance et cette époque superbement bien retranscrites, j’ai aimé rêver avec eux. Naissent des liens indéfectibles, et pour le jeune Tolkien un univers magique, influencé par des épisodes parfois heureux, parfois traumatisants. Les allers-retours temporels, peut-être trop récurrents, ont l’avantage de rythmer l’ensemble. Car ce biopic était un pari risqué, dans le sens où de grande chose peuvent surgir de personnes menant une vie sans relief. Je craignais une exploitation un peu « facile » de la Grande Guerre, et des visions oniriques. Ce ne fut pas le cas.
    twixocean
    twixocean

    Suivre son activité 16 abonnés Lire ses 2 critiques

    5,0
    Publiée le 22 juin 2019
    Très beau film. Émouvant et bien joué. J'ai adoré et en ai eu les larmes aux yeux jusqu'à la fin. Je le conseille vivement.
    Cpt-Mc-Givre
    Cpt-Mc-Givre

    Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 32 critiques

    5,0
    Publiée le 4 juillet 2019
    Un excellent biopic sur Tolkien dont j'ignorais qu'il était décédé il y a si peu de temps (1973). Le seul bémol à lui reprocher étant finalement qu'on ne voit pas grand chose sur la création du Seigneur des Anneaux. Passé ce détail, le film reste une pépite dont les dialogues vous enchanteront par leur riche vocabulaire (ce qui n'existe malheureusement plus aujourd'hui).
    Jakemall
    Jakemall

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 31 critiques

    5,0
    Publiée le 19 juin 2019
    UN film exceptionnel relatant la vie du grand Tolkien et servi avec un casting au top! Si vous voulez comprendre la vie et l'inspiration de l'homme qui inventa l'univers de la Terre du Milieu, c'est bien ce film qu'il faut aller voir! Seul inconvénient, le côté religieux très ancré dans la vie et les récits de Tolkien a été mis de côté, sinon le reste est réussi!
    Emma155
    Emma155

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 16 critiques

    4,0
    Publiée le 21 juin 2019
    Un très beau film qui évoque la jeunesse de Tolkien jusqu'à la rédaction de sa première oeuvre, et qui décrypte ce qui a pu être la source de son inspiration. Je précise qu'il pourra largement plaire même aux personnes qui comme moi connaissent peu l'auteur et son oeuvre : il parle de l'Angleterre du début du 20ème s., ses universités, ses salons de thé, de jeunes gens épris d'art et de littérature, d'amitié, des premiers émois amoureux, de rêves de jeunesse, de guerre aussi, de la lutte pour vivre, bref du passage à l'âge adulte... il fait en cela beaucoup penser au Cercle des poètes disparus. Un très bon moment, avec des acteurs tous vraiment bons y compris les enfants, très convaincants.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top