Mon AlloCiné
    Dumbo
    Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Dumbo" et de son tournage !

    Historique de Dumbo

    Dumbo est une adaptation en prise de vues réelles du dessin animé du même nom des studios Disney. Ce film datant de 1941 est basé sur l'histoire écrite par Helen Aberson et illustrée par Harold Pearl, parue quant à elle deux ans plus tôt. Il s'agit du cinquième long métrage d'animation de la célèbre firme aux grandes oreilles, après Blanche-Neige et les Sept Nains (1937), Pinocchio (1940), Fantasia (id.) et Le Dragon récalcitrant (1941).

    Naissance du projet

    Derek Frey, qui est à la tête de Tim Burton Productions depuis 2001, a eu l’idée de faire de Dumbo un long-métrage en prise de vues réelles en 2014, lorsqu’un scénario écrit par Ehren Kruger a atterri sur son bureau. Si ce dernier était déterminé à conserver l’essence du film original, il savait qu'il lui faudrait développer l’histoire. Il explique : "Je me posais une question : si Dumbo avait été un véritable éléphant volant se produisant réellement au temps de l’âge d’or des cirques, quel effet aurait-il eu sur les gens de cette époque ? Je voulais explorer les rapports entre ces artistes itinérants et ce que vit Dumbo."

    Tim Burton et ses acteurs fétiches

    Après ses prestations mémorables dans Batman, le défi (1992), Mars Attacks ! (1996) et Big Fish (2003), Danny DeVito retrouve Tim Burton pour la quatrième fois avec Dumbo. Mais ce n'est pas le seul acteur du long métrage à refaire équipe avec le célèbre réalisateur. Eva Green était ainsi dans Dark Shadows (2012) et Miss Peregrine et les enfants particuliers (2016), et Michael Keaton dans Beetlejuice (1988), Batman (1989) et Batman, le défi. Enfin, Alan Arkin jouait un personnage dans Edward aux mains d'argent (1990).

    Concevoir Dumbo

    Dumbo est entièrement créé par ordinateur, tout comme sa mère, Mme Jumbo. Tim Burton a fait appel au créateur de personnages Michael Kutsche pour concevoir l’apparence du l'éléphanteau. Le défi était assez clair : comment reprendre ce personnage animé connu de tous et lui donner vie dans un film tourné en prises de vues réelles ? Au final, Dumbo a été conçu comme une sorte d’hybride combinant le charme du personnage original et la dimension nécessaire à lui faire prendre pour les besoins d’un film en prises de vues réelles. Kutsche explique :

    "L’essence du graphisme du classique animé est toujours présente dans notre version. Nous avons consulté les feuilles de modèles originales chez Disney pour nous en inspirer. Le problème, c’est qu’on ne peut pas simplement prendre un bébé éléphant réaliste et lui ajouter des oreilles énormes ; ça ne fonctionne pas. Nous avons dû injecter un peu de magie, pour ainsi dire, pour faire accepter l’idée d’un éléphant volant. C’est à peu près la même chose que pour la conception des licornes. Ce ne sont pas seulement des chevaux avec une corne ; ils ont une anatomie légèrement différente qui les rend uniques. Nous sommes finalement arrivés à une sorte de ‘souvenir amélioré’ de l’image d’un bébé éléphant plutôt qu’à une copie photoréaliste."

    Pressentis

    Will Smith a été approché pour jouer Holt Farrier, ex-artiste de cirque chargé de s’occuper de l'éléphanteau aux grandes oreilles, mais a refusé la proposition pour se consacrer à Aladdin où il campe le génie. Chris Pine et Casey Affleck ont eux aussi été sollicités, avant que Colin Farrell n'obtienne le rôle, jouant ainsi pour la première fois dans un film de Tim BurtonTom Hanks a quant à lui refusé de jouer le méchant pour pouvoir se consacrer au drame de guerre Greyhound.

    Figurants

    Dumbo nécessitait la présence de centaines de figurants, un maximum de 850 ayant même été atteint pour la journée la plus chargée.

    Spécialiste du cirque

    Pour donner plus d’authenticité au film, Tim Burton et son équipe ont fait appel à de véritables artistes de cirque. Kristian Kristof, un Hongrois dont la famille vit dans cet univers depuis quatre générations, a été engagé pour partager sa connaissance encyclopédique du monde du cirque et aussi ses contacts. Mais dans le monde du cirque, les possibilités étaient infinies. Kristian Kristof a donc travaillé avec Leila Jones, basée au Royaume-Uni, pour sélectionner une grande variété de numéros à présenter au réalisateur Tim Burton. Celui-ci a finalement choisi un éventail multiculturel d’artistes, dont des jongleurs, des clowns, des lanceurs de couteaux, des contorsionnistes, un dresseur de chiens et bien d’autres surprises.

    Une grande variété de costumes

    L’équipe de la chef costumière Colleen Atwood a créé ou fourni plus de 200 costumes pour les artistes et 500 autres pour la foule des spectateurs. Pour illustrer la dimension grandiose et démesurée de Dreamland, Tim Burton et son équipe ont imaginé une sorte de pièce montée humaine mettant en scène 54 danseuses, des costumes spectaculaires et une chorégraphie complexe. Le chorégraphe Kristian Kristof s’est associé à un de ses homologues de Kiev, en Ukraine, pour créer un ‘gâteau’ à deux couches composé d’environ 20 danseuses. Il raconte : "Quand j’ai montré une première séquence chorégraphiée à Tim Burton, il m’a dit qu’il avait adoré et que ça correspondait exactement à ses attentes, mais qu’il voulait encore plus grand.  ‘Plus grand à quel point ?’, ai-je répondu, et il m’a dit : ‘Ajoute simplement un niveau’. Avec 30 ou 40 danseuses de plus, ça lui allait très bien !"

    Tim Burton et Disney

    Tim Burton s'était déjà investi dans des films Disney avec Alice au pays des merveilles et Frankenweenie qu'il a réalisés. Il a par ailleurs commencé sa carrière en travaillant comme animateur pour le célèbre studio (sur Taram et le chaudron magiqueRox et Rouky et Tron) et a écrit l'histoire de L'Etrange Noël de Mr Jack, qui est aussi un long métrage d'animation Disney. Le réalisateur atypique a également officié en tant que producteur sur James et la pêche géante.

    Décors et animaux

    Parvenir à assembler les décors réels et les animaux générés par ordinateur était l'une des principales difficultés du film. Hayley Williams, la superviseuse des effets spéciaux, raconte : "Sur l’un de nos premiers décors, il y avait une scène dans laquelle des éléphants descendent d’un train en arrivant au cirque. Lorsqu’un pachyderme se positionne sur une rampe en bois, on s’attend à ce que celle-ci ploie sous le poids de l’animal. Mais comme les éléphants étaient créés en postproduction, nous avons dû en construire une que l’on pouvait faire ployer, puis installer un dispositif à vérin hydraulique sous celle-ci afin de la tirer vers le bas. Nous avons programmé un système de contrôle et avons travaillé avec les animateurs, qui pouvaient nous dire s’ils voulaient que l’éléphant marche plus ou moins vite, ou s’il fallait que les pas soient un peu plus espacés."

    Représenter l'éléphant

    Même si Dumbo a été généré par ordinateur, le tournage a exigé la présence d’un personnage réel sur le plateau. C’est à ce moment-là qu’est intervenu David White, concepteur d'effets spéciaux et prothésiste maquilleur, qui a travaillé sur des blockbusters comme Captain America: First AvengerMaléfique ou Les Gardiens de la galaxie. Il a durant sa carrière, créé des créatures capables de répondre à une grande variété de besoins, comme la prise en compte du volume dans l’espace ou encore la création d’un « partenaire de jeu » (un point de repère qui permet aux acteurs d’interagir). Il explique : "L’équipe tenait à voir à la caméra un éléphant qui se rapprochait le plus possible de ce que serait le résultat final, afin de savoir comment l’éclairer et voir en temps réel l’ensemble des couleurs et des textures. Nous nous sommes donc attaqués à la conception d’un « vrai » Dumbo."

    6 éléphants

    Au total, six versions différentes du petit pachyderme ont été créées pour réaliser des tests avant le début du tournage. David White se souvient : "On a aligné tous ces Dumbo les uns à côté des autres. Ils étaient tous de couleur différente – A, B, C, D, E, F – ; ils avaient des yeux de couleur différente, des poils de taille et de texture variées. Tout le monde a donné son avis sur le ton qui fonctionnait le mieux, entre le gris et le marron. En fin de compte, cela s’est avéré très utile parce que les couleurs se reflètent sur les costumes et les décors." La maquette grandeur nature était par ailleurs modulable : "Nous avons fait en sorte que la tête et les oreilles soient détachables. Ainsi, lorsque vous étiez sur le plateau et que vous aviez besoin d’un point de repère sans être obligé d’interagir avec le corps entier de Dumbo, c’était beaucoup plus simple", termine le concepteur d'effets spéciaux et prothésiste maquilleur.
    Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
    • Joker (2019)
    • Ad Astra (2019)
    • Au nom de la terre (2019)
    • Gemini Man (2019)
    • Un jour de pluie à New York (2018)
    • Downton Abbey (2019)
    • Deux Moi (2018)
    • Rambo: Last Blood (2019)
    • J'irai où tu iras (2018)
    • La Vie scolaire (2018)
    • Ça : Chapitre 2 (2019)
    • Le Dindon (2018)
    • Portrait de la jeune fille en feu (2018)
    • Chambre 212 (2019)
    • Alice et le maire (2018)
    • Ceux qui travaillent (2018)
    • Maléfique : Le Pouvoir du Mal (2019)
    • Sœurs d'armes (2018)
    • Once Upon a Time… in Hollywood (2019)
    • Inséparables (2018)
    Back to Top