Notez des films
Mon AlloCiné
    21 nuits avec Pattie
    note moyenne
    2,8
    1428 notes dont 211 critiques
    répartition des 211 critiques par note
    12 critiques
    50 critiques
    60 critiques
    42 critiques
    25 critiques
    22 critiques
    Votre avis sur 21 nuits avec Pattie ?

    211 critiques spectateurs

    Jorik V
    Jorik V

    Suivre son activité 620 abonnés Lire ses 1 087 critiques

    2,0
    Publiée le 18 novembre 2015
    Les frères Larrieu nous avait laissé avec l’agréable souvenir du plutôt réussi « L’amour est un crime parfait », virage de leur cinéma reconnaissable entre tous vers le film policier qu’ils se sont admirablement appropriés. Ils reviennent ici à ce qu’ils savent faire de mieux : une chronique qui parait d’abord primesautière et enjouée mais qui devient vite rébarbative à force de ne rien raconter. Ou plutôt de raconter plus ou moins l’éveil du désir sexuel d’une drôle de manière. On a certes un certain plaisir à voir des acteurs tels qu’André Dussollier mais surtout la toujours excellente Karin Viard débiter des dialogues aussi crus dans un naturel confondant. Mais, si l’on rit des premiers échanges coquins, cela lasse vite une fois la surprise passée. Et malheureusement, plus le film avance, plus il prend une direction de mauvais goût. La jolie chronique hédoniste et épicurienne se transforme en farce de très mauvais aloi avec fantasmes glauques traités de manière tout à fait triviale. Une idée de cinéma osée mais qui nous mettraient presque mal à l’aise. Avec le recul, bien que les paysages soient magnifiques et que l’on rencontre encore de drôles d’énergumènes propres au cinéma des frères Larrieu, on se rend compte qu’il ne se passe quasiment rien durant près de deux heures et que l’on s’ennuie plus les minutes passent. La dernière partie étant d’ailleurs vraiment peu engageante. Le charme bucolique des films de la fratrie n’opère malheureusement pas cette fois-ci et on est loin de la réussite de leur meilleur film à ce jour, « Peindre ou faire l’amour », en dépit d’un joli casting et de quelques scènes mémorables.
    benoitG80
    benoitG80

    Suivre son activité 2649 abonnés Lire ses 1 410 critiques

    3,0
    Publiée le 26 novembre 2015
    "21 nuits avec Pattie" lorgne du côté de la provocation sans aucune ambiguïté, pour un film pour le moins ambigu ! Les frères Larrieu ont mis le paquet pour que la sauce prenne et pas qu'un peu quant à l'écriture des personnages !!! Si bien qu'un sentiment d'amusement se mêle confusément à une sensation de gêne, on peut rire évidemment des situations plutôt scabreuses, des dialogues imagés et crus, du côté déjanté du scénario mais jusqu'à un point où notre "bonne" conscience nous rattrape et se réveille un peu quelque part... Briser les tabous en abordant le thème du sexe, de la mort puis surtout de la nécrophilie aussi crûment finit par déstabiliser et déranger un minimum tout de même. Peut-on rire de tout par n'importe quel biais, et de n'importe quelle façon ? En insistant de manière aussi lourde et appuyée sur ce sujet, les Larrieu, tout en voulant être drôles, légers et insouciants dans leur approche et leur démarche, arrivent à faire au final, l'effet contraire d'autant plus que le film semble en rajouter une couche à celle précédente, comme si toutes les idées possibles et tous les fantasmes relatifs à ces sujets semblaient bons et indispensables à décliner aussi exhaustivement. Et tout cela dure pendant deux bonnes heures !!! Les hommes sont dans leur majorité, décrits comme de bons gros rustres un peu (beaucoup) limités, sauf bien sûr notre écrivain sensible et élégant, interprété par André Dussolier... Quoique ce dernier cache bien son jeu jusque dans une scène qu'il prend plaisir à lire et à décrire outrageusement et ce, dans la perversion la plus totale... Et là, il faut s'accrocher absolument et pouvoir entendre ce qu'il a à confesser ! Karin Viard joue la nymphomane accomplie plus qu'à fond, et avec un naturel désarmant à couper le souffle quant au vocabulaire employé, à l'instar, dans une moindre mesure, de son jeu situé dans le même registre dans le récent "Lolo" ! Parmi ces énergumènes en tous genre pour le moins curieux, Isabelle Carré semble ailleurs et quasiment flotter en devenant presque irréelle, un peu comme l'est sa défunte mère ! L'éclairage qui la cerne et l'auréole renforce encore cette impression presque surnaturelle ou fantastique, au contraire de la musique bien trop présente et pesante... Sous la chaleur de l'été, seuls les très beaux paysages et ce petit village de l'Aude, semblent bien paisibles et rassurants en se demandant s'ils méritent autant leurs habitants ! On se verrait en effet bien là-bas assurément mais pas tout à fait dans ces conditions. Pour le coup et en conclusion, je reste très friand de l'esprit et de la forme loufoque au possible, ce que j'aime particulièrement découvrir au cinéma, mais plus réticent sur le fond qui s'aventure sur le thème de la mort d'une manière plutôt houleuse. Difficile à cerner dans ses intentions, ce film a de quoi questionner, amuser mais aussi déranger sur bon nombre de points épineux... Gratuit ou pas, message ou pas, telles sont les questions qui résultent de cette dernière réalisation de Jean-Marie et Arnaud Larrieu dont l'ambiance extrêmement libérée, délibérément décomplexée et vraiment assumée comme telle, pourra poser problème à certains.
    selenie
    selenie

    Suivre son activité 1576 abonnés Lire ses 4 877 critiques

    4,0
    Publiée le 26 novembre 2015
    Un film atypique et singulier. Les dialogues sont tous merveilleux de justesse, et si ceux de Karin Viard sont particulièrement crus ils ne sont jamais vulgaires et ont même une certaine poésie (érotique certe !). Plus que le deuil il s'agit avant tout d'un joli film libertaire, qui ne manque pas de fantaisie même dans la gravité et qui mêle amoureusement chair et verbe sans jamais trop en dévoiler. À déguster !
    César D.
    César D.

    Suivre son activité 24 abonnés Lire ses 616 critiques

    3,0
    Publiée le 30 novembre 2015
    autant le dire tout de suite, l'atout majeur de ce film est sans conteste la grande, la fabuleuse, l'inimitable Karine Viard. rien que de la voir débiter ses histoires de cul, tout en détails et vulgarité, et ce, sans l'ombre d'une gêne, ça vaut le coup de se déplacer dans les salles. Isabelle Carré est très bien aussi, comme d'hab, mais son rôle est très similaire à ceux qu'elle nous offre depuis des années. pas de surprise de ce côté là, donc.
    alain-92
    alain-92

    Suivre son activité 253 abonnés Lire ses 1 078 critiques

    3,5
    Publiée le 1 décembre 2015
    D'emblée la très belle photographie de Yannick Ressigeac nous plonge dans le "deuxième lieu d’origine avec les Pyrénées, un lieu d’adoption." déclarent les réalisateurs. Des hameaux en plein cœur le la Montagne Noire comme décor. Des personnages, pour le moins farfelus, vont entraîner le spectateur dans un univers plein de gaieté, de rires, d'insouciance et de savoureuses fêtes de villages. "Il y avait aussi l’idée d’une inversion, avec un discours sur la sexualité qui peut être perçu comme masculin, mais par une femme. Nous aimions cette provocation. La vraie Pattie parle du sexe des hommes comme d’une obsession. Elle reste fixée sur une idée…" a déclaré Jean Marie Larrieu. À l'écran, la formidable Karin Viard incarne cette femme libérée. Les dialogues frappent fort et donnent, dès le début du film, un élan débridé, joyeux aussi. Face à Pattie, Isabelle Carré, beaucoup plus silencieuse, écoute, découvre, et nous séduit. Autour de ces deux femmes André Dussolier rayonne. Mathilde Monnier offre de très poétiques et beaux moments dans quelques silencieuses apparitions. Sergi López, Laurent Poitrenaux, Philippe Rebbot et le toujours excellent Denis Lavant, sont de la fête pour notre plaisir.
    L'Info Tout Court
    L'Info Tout Court

    Suivre son activité 272 abonnés Lire ses 845 critiques

    4,0
    Publiée le 16 janvier 2016
    21 nuits avec Pattie est un Alice aux pays des merveilles moderne, une fable sur la libération de soi. Les frères Larrieux nous plongent dans un été où fantastique, érotique et comédie se mêlent. Le film devient alors une bulle fascinante, dont il est difficile de se détacher tant les interprètes sont bons et la mise en scène talentueuse. Un petit bijou. Pour en savoir plus, lisez notre critique complète sur :
    Daniel C.
    Daniel C.

    Suivre son activité 105 abonnés Lire ses 704 critiques

    4,0
    Publiée le 7 décembre 2015
    Itinéraire de femme(s) entre jouissance, féminité, rencontre de l'homme et confrontation à la mort. Ce qui est formidable dans cette intrigue, c'est le ton léger proche de la comédie, qui domine le plus souvent alors qu'il est finalement question de savoir si mère et fille peuvent accéder au désir simultanément. Peut-on être mère et femme ? Qu'une mère soit dans le désir implique-t-il que sa fille en paie le prix ? Ou bien n'y a-t-il pas plutôt place pour tout un chacun et tout une chacune... Belle leçon sur la quête subjective de son propre désir, sur la rencontre du fantasme, de sa possible traversée pour se confronter à son au-delà. Les dialogues sont souvent truculents, suscitant de généreux éclats de rires dans la salle. Une parole se déplie et se déploie sur le sexe, cette parole s'énonce pour être entendue. Un récit donne forme à des images, une autre scène prend corps et donne vie au désir et à ses aléas. La nudité est rare dans ce film, alors qu'il ne parle "que de cul" ! Il y a de la métaphore, du rêve, du dépassement du réel dans ce film. La chorégraphie de la mort est aussi mise en scène. Voici un film hautement psychanalytique, au sens où il balise nombre d'étapes parcourues au cours d'une analyse ou d'une psychothérapie, dont la visée serait d'entendre le désir et ses aléas.
    poet75
    poet75

    Suivre son activité 213 abonnés Lire ses 685 critiques

    3,0
    Publiée le 28 novembre 2015
    Des idées de scénario et de mise en scène, il y en a, dans ce film qui exalte le plaisir féminin tout en accordant d'une manière audacieuse eros et thanatos. Caroline (Isabelle Carré) descend dans un coin perdu du sud de la France pour y organiser les funérailles et de sa mère et y rencontre quelques hurluberlus parmi lesquels se détache Pattie (Karin Viard). Cette dernière entreprend aussitôt de raconter ses exploits sexuels à la première qui avoue être en panne de désir. Dans le même temps, voilà que disparaît le corps de la morte et qu'on se met en chasse d'un éventuel nécrophile. Tout ça est amusant, divertissant, mais finit par être lassant, l'enjeu essentiel de l'histoire étant de savoir si oui ou non Caroline renouera avec le désir. Un film qui ne manque pas d'originalité certes, mais qui est d'un intérêt très relatif. 6/10
    Fidelou
    Fidelou

    Suivre son activité 44 abonnés Lire ses 367 critiques

    3,0
    Publiée le 28 novembre 2015
    C’est l’été dans une belle demeure de l’Aude. La proprio, une avocate volage, vient de mourir. Caroline, sa fille qui ignorait sa double vie, rapplique pour préparer les obsèques. On fait d’abord la connaissance de Pattie, censée s’occuper de la maison et qui saute sur tous les types alentour. Seul le sexe de ses amants l’intéresse et elle parle cruement de ses ébats amoureux. Caroline est tout son contraire, donc sévèrement coincée sur ce qui obsède l’autre. La nympho qui accueille l’oie blanche : il y a du déniaisement dans l’air ! Depuis « Peindre ou faire l’amour, jusqu’à « l’Amour est un crime parfait », les frères Larrieu nous ont habitué à beaucoup parler de la chose, sans pour autant la montrer. Mais qu’est qui a donc bien pu leur prendre pour y mêler cette fois-ci deux variations « abracadabrantesques » ? D’abord une histoire de fantôme avec le cadavre de Saza, qui s’en va et qui revient. Et puis cette présence surréaliste d’un écrivain, ancien amant de la défunte, qui se vit en incarnation de J.-M. Le Clézio ! Magie des morts et fantasmes des vivants n’arrangent pas le scénario hésitant d’un film au genre incertain. Si Karine Viard ne s’en tire pas si mal en « bombasse » libertine et qu’Isabelle Carré à la naïveté requise pour son rôle, on a un peu plus de mal André Dussolier. A part son moment d’égarement avec Pattie, il a du mal à se départir d’un certain cabotinage. L’amour chez les Larrieu, c’est un sujet dont on parle tant qu’on finit par ne plus savoir à quoi ça ressemble. 21 nuits avec Pattie, c’est pas un pied terrible !
    Serge V
    Serge V

    Suivre son activité 65 abonnés Lire ses 419 critiques

    1,0
    Publiée le 27 novembre 2015
    un scénario abracadabrant à tendance intellectuelle, des dialogues vulgaires et répétitifs,une vision de la femme comme souvent dégradante (je me souviens de la pauvre sabine azéma vivant une belle histoire d'amour avec un ours dans le voyage aux pyrénées) ,cette fois les frères larrieu entraînent andré dussolier,isabelle carré et karin viard dans leurs délires , karin viard sort des énormités avec aisance et naturel, elle semble ne connaître qu'un seul mot (quatre lettres pour désigner le sexe de l'homme! ), je préfère me la rappeler dans des films ou elle montre une autre facette de son talent! isabelle carré de son côté a un rôle plus digne mais les frères larrieu ne pouvaient laisser passer çà ( voir la scène finale avec sergi lopez!) j'allais oublier, bien entendu le film est encensé par les critiques professionnels !
    pascal.cli@wanadoo.fr
    pascal.cli@wanadoo.fr

    Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 23 critiques

    3,0
    Publiée le 23 novembre 2015
    Très déçu par le film, pourtant les teasers étaient alléchants .. Les acteurs (hormis Dussolier )sont bons: Viard en nympho est amusante sans plus , Carré ne chouine pas ( pour une fois). L'histoire est peu convaincante et le film laborieux!
    traversay1
    traversay1

    Suivre son activité 915 abonnés Lire ses 3 182 critiques

    4,0
    Publiée le 30 novembre 2015
    Les frères Larrieu détonent dans le cinéma français par leur fantaisie, leur audace et leur absence de tabous. On imagine assez bien des tournages festifs et hédonistes, d'autant plus quand la belle nature de la Montagne noire y tient un rôle important. Les acteurs aiment jouer sous leur direction, ce n'est pas un secret, et il en ressort généralement des prestations assez inattendues, loin en tous cas de leurs emplois habituels. Dans 21 nuits avec Pattie, Isabelle Carré, Karine Viard, André Dussolier et d'autres, dont Sergi Lopez et ce fou de Denis Lavant, jouent véritablement une partition qui leur est peu commune avec un plaisir évident. Le film ne s'impose pas par sa narration rigoureuse, ce n'est pas l'habitude avec les Larrieu, mais par son atmosphère fantastique, transgressive, grivoise, macabre et joyeuse à la fois qui n'aura sans doute pas l'heur de plaire à tout le monde tant ses dialogues tantôt fins tantôt égrillards et souvent drôles font tout pour repousser le sens des convenances. De ceux-ci, 21 nuits avec Pattie n'a que faire, composant à un hymne à la vie (et à la mort) débridé et sacrilège.
    ferdinand75
    ferdinand75

    Suivre son activité 129 abonnés Lire ses 2 750 critiques

    3,5
    Publiée le 28 novembre 2015
    Un très beau film encore des frères Larrieu , toujours atypique , différent de la production française traditionnelle .On est proche de la veine bucolique et naturaliste , de « Peindre ou faire l’amour ». Moins virulent et moins contestataire que « Les derniers jours du monde » .Ici Caroline vient pour l’enterrement de sa mère, Zaza qu’elle n’a pas revu depuis des années. Cette dernière s’était retiré dans la Causse ( Aude) pour vivre une vie hédoniste, proche de la nature ,du plaisir des sens ( piscine superbe, voisins paillards, bons vins..) . Mais le cadavre disparaît et le film commence un peu comme un policier. Très vite l’enquête laisse place à une réflexion sur le bonheur, sur la nécessité de prendre son temps, de savourer les plaisirs de la vie et la recherche d’un Hédonisme salvateur. Caroline qui arrive de la ville, se laisse petit à petit séduire et charmer par ce petit microcosme. Et puis dans le dernier quart d’heure, on passe à une réflexion douce sur la mort , sur l’âme, sur les corps, sur les priorités de la vie. La dernière nuit de Caroline, courant dans les hautes herbes sous les éclairs, en plein orage est magnifique. Elle se réveillera au petit matin comme transformée, couchée sur un lit de mousse sauvage, prête à vivre une 2e vie.. Isabelle Carré est encore radieuse, à l’affiche de deux films en même temps, la meilleure actrice de la génération des quadra nous éblouit . Si sensible, naïve et timide au début du film, coincée dans un mariage usé et usant, mais qui se libère petit à petit pour finalement retrouver toute sa sensualité en fin de film, et demander à son mari, qu’elle vient de retrouver par hasard dans un superbe plan d’aurore boréale, de lui « faire l’amour sauvagement, car son engin est magnifique , et qu’ elle est toute mouillée » . Sergi Lopez, même dans sa courte apparition est impeccable, égal à lui même. Bien sûr Karine Viard nous enchante par sa diction précieuse de ses textes érotiques, résumant ses aventures de libertine assumée, formidable, une délectation... Belle composition de Denis Lavant en diablotin lubrique, qui excite toutes les femmes, et bonne prestation de Dussolier qui s’adapte bien au cinéma des Larrieu . Une maestria de réalisation des deux frères, avec par exemple ce Zoom avant, ralenti, de plusieurs minutes sur le visage de Carré, qui nous récite l’explication de l’enlèvement , résolvant l’intrigue avant l’heure. Un plan à voir et à revoir. Formidable expertise cinématographique. Un grand moment de cinéma, même si on atteint pas tout à fait la hauteur de leurs meilleurs films (i.e.l'excellent "Un homme, un vrai"). Le cinéma des Larrieu est toujours un régal d’originalité et de poésie. Courrez le voir.
    EricDebarnot
    EricDebarnot

    Suivre son activité 137 abonnés Lire ses 1 262 critiques

    3,5
    Publiée le 4 décembre 2015
    "21 Nuits avec Pattie" marque le retour des frères Larrieu au style de cinéma qu'on aimait tant quand ils ont débuté : une célébration sans remords ni regrets de ce que la vie a de plus enivrant, de plus gai. La "ré-initiation" aux plaisirs charnels d'une jeune femme coincée (Isabelle Carré, très touchante), d'abord à travers les mots de la fameuse Pattie (Karin Viard, enthousiasmante dans ses confidences délurées !), puis grâce au désir débridé d"une bande de mâles assez improbable (la palme revenant au priapisme de l'éternellement renversant Denis Lavant !), est un thème a priori rebattu, mais les frères Larrieu réussissent à en rendre chaque étape (ou presque...) surprenante, touchante et surtout follement amusante. La sympathie que "21 Nuits avec Pattie" manifeste envers la nécrophilie - immense Dussollier en JMG Le Clesio (ou pas ?) - montre également que le désir de "choquer le bourgeois" reste toujours vif chez les Larrieu, même au sein d'une peinture assez consensuelle de l'harmonie naturelle avec les paysages magnifiques des montagnes de l'Aude, et c'est tant mieux. Mais là où les Larrieu nous perdent, malheureusement, c'est dans leurs tentatives de créer des ambiances fantastiques délétères, à la manière d'un Weerasethakul, entre fantômes familiers et bêtes surnaturelles dans la forêt : d'un seul coup, leur cinéma, si juste, si épatant jusque là, se met à sonner terriblement faux, et l'on décroche - non sans une certaine amertume - d'un film qui était pourtant parti pour être un mini chef d’œuvre bucolique, une sorte de Conte d'été romehrien graveleux, et c'est vraiment dommage... Il nous restera quand même cet étonnement devant les chroniques lumineuses des parties de fesse de Pattie, et ces instants de bonheur fugaces mais forts devant la frémissement éblouissant de la nature sous le soleil. Et ça, ce n'est pas rien !
    Benito G
    Benito G

    Suivre son activité 212 abonnés Lire ses 2 674 critiques

    3,5
    Publiée le 31 décembre 2015
    Voici une petite comédie burlesque de fin d'année! Tout s'emboite comme il faut. De l'émotion, du rire, et un coté à double tranchant. Qui plus ait joué pour la grande majorité par des "inconnus". LE réalisateur à tenter de parler de sexe et c'est chose faite. Sans que cela soit vulgaire (par rapport au scène, explicite... Une sorte de conte funèbre emmener par la sexualité! Effectivement le film par dans tout les sens, mais d'un coté cela y fait son petit charme. Mais la rigueur de cet théma est plutôt dans les dialogues, le jeu, la musicalité, l'homme et ses parties^^. Tout cela a été réussit sans tomber dans l'obscène, ni la vulgarité. C'est vrai que c'est vaguement cru (mais selon les films, les films cultes par exemple ; on s'en soucis pas des moments crus). N2anmoins on peut reconnaître qu'il fallait faire cela avec finesse pour faire un film sur un comique de situation à l'humour un peu "noir" ; alliant comme sujet le thème de la sexualité et celui de la mort (chose qui est pourtant inévitable et encore plus avec les pubs et j'en passe)... On regrette quelques longueurs mais ouf, cela signe la fin.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top