Notez des films
Mon AlloCiné
    Undercover - Une histoire vraie
    note moyenne
    3,6
    826 notes dont 73 critiques
    répartition des 73 critiques par note
    2 critiques
    29 critiques
    26 critiques
    13 critiques
    3 critiques
    0 critique
    Votre avis sur Undercover - Une histoire vraie ?

    73 critiques spectateurs

    garnierix
    garnierix

    Suivre son activité 48 abonnés Lire ses 169 critiques

    4,0
    Publiée le 4 janvier 2019
    Ce film aurait pu s’intituler ‘Motor City’ ou ‘Motown’, le surnom de Detroit, tant le film nous en met plein les yeux des images lugubres de cette ville. Esthétique propre à émouvoir ? Ce film est la pauvre histoire réelle d’un ado, comme un écho de la ville, né peu après une des émeutes les plus sanglantes des États-Unis à Detroit –qui cinquante ans après est toujours la ville la moins sûre des États-Unis (15ème ville la plus violente au monde), où sans doute violence et insécurité remontent à cette époque du film, quand les gangs de rue et les trafics de drogues étaient déjà installés. Ado blanc dans une ville à majorité afro-américaine. D’où "White Boy Rick", le titre original de ce film –au titre français fade et repoussant (Undercover: Une histoire vraie). L’accueil a été très froid outre-Atlantique ; la promotion a été bâclée en France, avec en plus la mauvaise idée de sortir pendant les vacances de nouvel-an… Voilà donc un film qui a quelque chose pour être mal-aimé ! Et pourtant, c’est un bon film, réaliste et émouvant. L’auteur avait déjà filmé la survie d’un soldat oublié dans l’Irlande cinglée des années 70, film bien accueilli : Yann Demange (un français qui travaille outre-Manche) aime sûrement les causes perdues… Mais l’accueil initial de ce film-là n’est pas mérité. Le sujet traité est universel. Il ne s’agit pas tant des noirs, ou de la drogue, ou du FBI, ou de la corruption. Il s’agit avant tout des gens qui ‘se défendent’ (pour reprendre une expression d’Émile Ajar), nés dans une société inculte, désespérée, sans repère spirituel, décadente. Mais de gens sensibles, comme tout humain. C’est sans doute pourquoi l’auteur a fait jouer Matthew McConaughey, qui excelle pour interpréter la fragilité humaine (qu’elle soit violente, déjantée, ou non). C’est lui, le père, le héros du film, avec Detroit, et non l’ado, son fils, quasiment condamné de naissance. On ne voit d’ailleurs pas assez évoluer le père, lui qui dit à son fils avant qu'il ne flambe complètement "c'est si facile de se tromper de route même si le trajet est court". A.G.
    Emmanuel C
    Emmanuel C

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 2 critiques

    4,5
    Publiée le 9 janvier 2019
    C'est un Matthew McConaughey (Richard Wershe Sr.) en père largué, par une Amérique qui lui échappe, par un fils aux velléités mafieuses et par une fille toxico, qui donne au film sa narration. Personnage à la recherche d'un monde qui ne sera plus, McConaughey tente de sauver son âme, de survivre alors que tout s’effondre. Detroit offre à Yann Demange l'opportunité de mieux filmer encore son propos et faire de la ville un reflet, si ce n'est la réalité même, de ce fiasco annoncé.Tantôt glacée, tantôt trop chaude, toujours abîmée, la ville du Michigan explicite la chronologie du film et l'état du monde, sa géographie qui se calque chaque jour un peu plus sur la démographie ethnique. Dans ces instants, il peut encore être grand-père d'une petite fille métis, son fils (Richie Merritt) peut encore trafiquer avec les Noirs et faire la taupe pour les Blancs, mais tout est déjà trop tard. Les lendemains qui arrivent sauront achever tous les reliquats d'espoir nés de trafiques d'armes ou de drogue. Aux qualités des images nettes et celles des interprétations justes vient se mêler une bande originale réussie. Seul le titre se retrouve hors-champ de cet accomplissement.
    poet75
    poet75

    Suivre son activité 201 abonnés Lire ses 685 critiques

    3,0
    Publiée le 2 janvier 2019
    Le sous-titre français l’affirme : l’histoire est vraie, c’est celle de Richard « White Boy Rick » Wershe qui, est-il précisé à la fin du film, a été libéré de prison en 2017 après y avoir passé trente ans de sa vie. Le pire, c’est que, quand il fut arrêté, jugé et condamné à Detroit en 1987, il n’était qu’un adolescent de 17 ans et déjà père d’une fillette. Il n’en fut pas moins condamné en vertu d’une loi draconienne concernant le trafic de drogue. Le film raconte, par quels enchaînements, un si jeune homme a fini par être assujetti à une aussi lourde peine. D’entrée, le cinéaste montre le garçon, qui n’a encore que quatorze ans, entraîné par son propre père à un marché aux armes. Ce dernier, en effet, se livre à un petit trafic d’armes à feu qui lui donne à peine de quoi vivre. Toujours est-il qu’avec un père comme celui-là, le jeune Richard ne tarde pas à être repéré et par la police et par le FBI qui parviennent sans trop de peine à le convaincre de s’introduire dans le milieu de la drogue afin de leur servir d’informateur. Adolescent fragile d’à peine 14 ans à ce moment-là, comment Richard pourrait-il entrevoir le piège funeste qui se referme déjà sur lui ? Car d’informateur pour le FBI, il ne tarde pas à devenir lui-même un trafiquant. Les sommes d’argent qu’il gagne ainsi lui permettront, espère-t-il, de faire sortir de la misère non seulement son père mais sa sœur, déjà à moitié détruite elle-même par la drogue. Dans la ville sinistrée qu’est Detroit dans le courant des années 80, le trafic bat son plein. Le jeune Rick se trouve pris dans un engrenage fatal. On ne fréquente pas impunément le milieu de la drogue. Quant à la police et au FBI, même quand ils jurent leurs grands dieux qu’on peut leur faire confiance, il vaut mieux se méfier… En mettant en scène des méthodes policières pour le moins douteuses sinon corrompues, le réalisateur a fait un film puissamment politique. C’est le point fort d’un film qui, d’un autre côté, n’offre pas de grandes surprises. Il laisse plutôt une impression de déjà-vu. L’une des scènes ultimes, se déroulant à la prison, fait néanmoins surgir l’émotion. spoiler: Quand un père, même « mauvais », visite son fils emprisonné, cela ne peut laisser dans l’indifférence. Aussi « mauvais » soit-il, le père, dans ce film, aime vraiment ses enfants, son détenu de fils et sa paumée de fille.
    btravis1
    btravis1

    Suivre son activité 63 abonnés Lire ses 519 critiques

    3,0
    Publiée le 8 janvier 2019
    Rien de bien original, mais les années 80 sont bien reconstituées, l'histoire se suit avec plaisir. On pouvait s'attendre à un peu mieux du réalisateur du film 71, mais l'histoire, inspirée de faits réels, ne permettait peut-être pas de sortir de ce cadre assez formel. Donc pas une véritable confirmation pour ce réalisateur prometteur.
    dominique P.
    dominique P.

    Suivre son activité 493 abonnés Lire ses 2 027 critiques

    4,0
    Publiée le 8 janvier 2019
    Ce film raconte une histoire vraie. Le film est de bonne facture, rien à dire. C'est terrible toute cette histoire et ce monsieur qui a fait 30 ans de prison, quelle vie gâchée. J'ai apprécié ce film et le reconstitution des années 80 est très bien.
    ATHMOS.ONER
    ATHMOS.ONER

    Suivre son activité 106 abonnés Lire ses 232 critiques

    4,0
    Publiée le 7 janvier 2019
    En matière de biopics sur les trafiquants de drogue, vous pensiez avoir tout vu ? Normal, le sujet a été traité maintes et maintes fois. Qu’à cela ne tienne, qui avait déjà vu une histoire vraie à propos d’un dealer de 14 ans de surcroît, filmée par un réalisateur Français (Yann Demange) ?! Oui, tout cela peut faire trembler et pourtant, rien ne vous avait préparé à « Undercover »… L’action se situe à Détroit entre 1984 et 1987, mieux qu’une reconstitution, on se sent réellement revenu dans les années 80, que ce soit le grain de l’image, les couleurs, les costumes très variés, la musique… Tout est parfait et bien entendu les voitures ont la part belle puisque nous sommes dans la capitale des constructeurs automobiles US qui connait le début d’une longue crise, notamment liée à la concurrence des voiture Japonaises. L’âpreté de la ville, de son climat (météo et ambiance générale), de ses problèmes (épicentre de la consommation de drogue et d’achat d’armes) sont superbement rendus. La direction de la photographie est excellente et propose des plans aussi variés qu’imprévisibles, un grand bravo à Tadd Radcliffe ! Détroit s’écroule avec fracas, comme celui produit de façon percutante par une boite à rythme qui pause la basse d’un bon vieux rap de l’époque, parfaitement distillé tout au long du film. C’est dans ce contexte que « White Boy Rick » navigue entre une sœur défoncée au crack, un père qui prend des largesses avec sa licence de vente d’armes et une scolarité quasi inexistante. Sur ces mauvaises bases, cet adolescent va tour à tour devenir revendeur d’armes, informateur du FBI, dealer et enfin trafiquant de drogue. Pur produit de Détroit, ville dur comme l’acier, la plongée en enfer est aussi ahurissante qu’authentique. Le fait que Richard Wershe Jr. soit porté à l’écran par un ado qui n’a jamais joué de sa vie y est pour quelque chose. Richie Merritt est un mélange de débonnaire, d’inconscience et de détermination totalement crédible, il est épaulé par le généreux et aguerri Matthew McConaughey. Superbe portrait d’une Amérique sous l’ère Reagan « say no to drug » dont les injustices sociales, politiques, juridiques et policières éclatent et résonnent encore de nos jours… Voilà la première très bonne surprise inattendue de 2019.
    Yves 4.
    Yves 4.

    Suivre son activité 42 abonnés Lire ses 303 critiques

    4,5
    Publiée le 8 janvier 2019
    Superbe , malheureusement touchant car histoire vraie. Un jeune se retrouve en prison à vie malgré sa contribution pour faire tomber un gang de la drogue. la galère.. à vie. respect.
    djams
    djams

    Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 121 critiques

    3,5
    Publiée le 8 janvier 2019
    Ce film explique comment la police des Etats-Unis a décidé d'enrayer l'épidémie de drogue à New York. Elle utilisait des habitants de ses quartiers qu'elle exploitait pour avoir des informations sur ces trafiquants. Le bon coté des choses c'est spoiler: qu'elle arrivait à mettre la main sur des trafiquants mais le mauvais coté des choses c'est que ce n'était jamais les grands trafiquants qui étaient appréhendés. J'apprends à travers ce film qu'ils utilisaient d'une manière inhumaine les gens pour arriver à leurs fins c'est-à-dire sans reconnaissance du travail fourni pour les aider. Le pire c'est qu'ils étaient même manipulés pour le faire ! Alors quand c'est le cas parce qu'on a décidé de vendre à son tour de la drogue pour s'en sortir parce qu'on en connait les ficelles grâce à la police, est-ce condamnable ? Je maintiens que non ! Quand on fait un choix, l'être humain est sensé pesé le pour et le contre avant. S'il décide de faire ce choix c'est qu'il est prêt à en subir les conséquences c'est-à-dire la prison. Le film s’apitoie sur le sort de cet infiltré devenu vendeur de drogues parce qu'il a été utilisé et jeté en prison par la police. Doit-on s'en étonner ? Non ! Il a peut-être aidé à arrêter des trafiquants mais ça ne lui donne pas le droit de briser celles des jeunes et moins jeunes à qui il vend sa drogue et qui leur pourrit la vie !
    Iris M
    Iris M

    Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 77 critiques

    4,0
    Publiée le 3 janvier 2019
    Génial !!!! Un film rythmé , les dialogues sont excellents, le jeu des acteurs est sans fausses notes. On s’attache au personnage principal, cet ado qui n’a décidément pas une vie comme les autres ! A voir !!
    desiles ben
    desiles ben

    Suivre son activité 26 abonnés Lire ses 203 critiques

    4,0
    Publiée le 2 janvier 2019
    Très beau portrait d'un adolescent que sa naïveté, ses rêves d'une vie meilleure, ses amitiés dangereuses et sa fascination pour le clinquant vont entraîner dans une spirale de malheurs. Le générique de fin fait froid dans le dos...
    Hervé L
    Hervé L

    Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 305 critiques

    3,0
    Publiée le 3 janvier 2019
    Une histoire intéressante qui mets en scène un adolescent naïf peu éduqué typique de la jeunesse américaine pour qui l espoir d une vie meilleure ne passe que par l argent facile. La duplicité de son entourage médiocre ou corrompu l entraînera à sa perte et l amour ne le sauvera pas. Un bon film mais une mise en scène molle qui rends compte de l immense ennui de cette société US sans culture
    Alice025
    Alice025

    Suivre son activité 621 abonnés Lire ses 982 critiques

    2,5
    Publiée le 8 janvier 2019
    Deuxième film de l'année inspiré de faits réels, le sujet est intéressant mais la réalisation reste trop molle. Rick Jr est un adolescent qui fut indic avant de finir trafiquant de drogue. Pour gagner de l'argent facile suite à ses rêves de vie meilleure, il va finir par se faire attraper. L'histoire est très (trop) linéaire et la relation père/fils n'est pas vraiment vibrante mis à part une scène ou deux. Ça se regarde, mais ça ne marque pas. cinephile-critique.over-blog.com
    William Dardeau
    William Dardeau

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 91 critiques

    2,5
    Publiée le 7 janvier 2019
    Après le très honorable 71 (2014 ), Yann Demange se lance dans le polar dur à l’américaine, à base d’infiltration chez les maffieux. Entreprise courageuse, car le genre est jalonné de grandes réussites, tels Donnie Brasco , Rush ou Les Infiltrés. Là il s’agit d’un adolescent blanc infiltrant les gangs black pourvoyeurs de drogue à Detroit dans les années 80, histoire semble t’il authentique . La description de la capitale du Michigan totalement corrompue est impressionnante. Et le trio père (Matthew McConnaughey) fils ( Richie Merrit) et fille (Bel Powley) est convaincant en famille déglinguée mais finalement solidaire. L’ensemble n’est toutefois pas très original ; on a quand même l’impression d’avoir vu tout cela à plusieurs reprises. Le film se laisse voir, mais il ne restera pas dans les annales
    CRITICATOR
    CRITICATOR

    Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 372 critiques

    1,0
    Publiée le 27 décembre 2018
    long ennuyeux sans interêt j'ai failli m'endormir , biopic raté , je ne recommande pas ,même si les acteurs sont pas mauvais , trop de longueur, aucun rythme, suspens inexistant
    Burno Malnou
    Burno Malnou

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 11 critiques

    5,0
    Publiée le 30 août 2019
    Qui peux raconter avoir vu une série belge ? Vous après avoir tenter de voir UNDERCOVER . De la MDMA en tong et une enquête atypique des "stups" dans un camping, voila le pari osé mais réussi de cette série. Le tout dans un humour aussi grinçant qu'un grain de sable dans une moule belge. A ne pas rater, cette série est envoutante avec un scénario déroutant, ah oui important , c'est en plus inspiré d'une affaire réelle... quand la réalité dépasse la fiction !!!
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top