Mon AlloCiné
Moonlight
Note moyenne
4,2
38 titres de presse
  • CinemaTeaser
  • Critikat.com
  • Elle
  • Le Monde
  • Le Parisien
  • Le Point
  • Les Inrockuptibles
  • L'Humanité
  • Libération
  • Marianne
  • Marie Claire
  • Studio Ciné Live
  • Télé 7 Jours
  • Voici
  • VSD
  • 20 Minutes
  • aVoir-aLire.com
  • Culturebox - France Télévisions
  • Direct Matin
  • Ecran Large
  • La Croix
  • Le Dauphiné Libéré
  • Le Figaro
  • Le Journal du Dimanche
  • Le Journal du Dimanche
  • Le Nouvel Observateur
  • Les Fiches du Cinéma
  • Les Inrockuptibles
  • Ouest France
  • Paris Match
  • Sud Ouest
  • Transfuge
  • L'Express
  • Positif
  • Première
  • Télérama
  • Cahiers du Cinéma
  • Chronic'art.com

Attention, chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de AlloCiné, de 0.5 à 5 étoiles.

38 critiques presse

CinemaTeaser

par Renan Cros

Le film n'a pas peur du beau, du sentimental, de l'étreinte furieuse qui fait couler les larmes.

La critique complète est disponible sur le site CinemaTeaser

Critikat.com

par Fabien Reyre

Ce soin apporté à l’écriture, ce désir de saisir avec acuité toute l’humanité de chaque personnage, de ne pas céder aux facilités scénaristiques, de privilégier le hors-champ et les ellipses autant que possible, hissent le film vers des sommets de délicatesse (...).

La critique complète est disponible sur le site Critikat.com

Elle

par Françoise Delbecq

L'évolution de Chiron est bouleversante. Prisonnier d'un destin, le trafic de drogue, il apprend les codes, les utilise pour survivre. Mais, au fond de lui, c'est un homme sensible et doux que la caméra sublime comme si elle en était tombée amoureuse.

Le Monde

par Thomas Sotinel

Avec grâce et fluidité, Barry Jenkis raconte l’apprentissage d’un Noir homosexuel dans un ghetto de Miami.

Le Parisien

par Catherine Balle

Elevé par une mère accro à la drogue dans un quartier pauvre de Miami, Jenkins a filmé au plus près, presque comme un documentaire, les trois acteurs qui incarnent Chiron aux différents âges. Ceux-ci semblent parfois regarder la caméra, rendant palpable la douloureuse quête d'identité du personnage.

La critique complète est disponible sur le site Le Parisien

Le Point

par Victoria Gairin

Un à un, les clichés sont désamorcés. Jenkins accompagne d'ailleurs pour cela la sobriété de son scénario d'une bande originale quasi lyrique et d'éloquents silences qui font toute la force du film.

Les Inrockuptibles

par Romain Blondeau

Pirater le vieil imaginaire hétérocentré du gangster-movie, tordre les faux-semblants et exalter I indifférenciation des genres : telle est la beauté ultramoderne de ce rayonnant "Moonlight" (...).

L'Humanité

par L.M.

Un film au sommet.

Libération

par Didier Péron

Le magnifique film de Barry Jenkins suit le parcours d’un jeune Noir homosexuel issu d’un quartier pauvre de Miami, depuis son enfance jusqu’à l’âge adulte. Une quête d’identité traversée par le rejet et l’insulte qu’illumine une approche pleine d’élégance et d’empathie.

La critique complète est disponible sur le site Libération

Marianne

par Frédéric Bas

Barry Jenkins réussit là où d'autres ont souvent échoué : faire oublier tous les présupposés et connotations de son sujet. (...) Un film rare et sensible.

Marie Claire

par La rédaction

Epaule par un casting phénoménal, le réalisateur déploie un récit d'émancipation qui ose le lyrisme, le style, et dont l'émotion et la beauté sauvage imprimeront les mémoires. Un futur classique.

Studio Ciné Live

par Sophie Benamon

Un choc.

Télé 7 Jours

par Frédéric Bas

Magnifique.

Voici

par La Rédaction

Une quête d'identité émouvante et magnifique.

VSD

par Bernard Achour

Orchestrées avec un élan romanesque et un réalisme magistralement tenus, trois étapes formatrices d’une vie d’homme composent ce film bouleversant.

20 Minutes

par Caroline Vié

(Une) chronique poignante (...).

La critique complète est disponible sur le site 20 Minutes

aVoir-aLire.com

par Romain Dubois

Barry Jenkins échappe à tous les écueils et signe un film d’un romantisme et d’une sensibilité inouïs.

La critique complète est disponible sur le site aVoir-aLire.com

Culturebox - France Télévisions

par Jacky Bornet

"Moonlight" prend le contrepied des clichés en vigueur (l’esclave, le trafiquant, la Mama, le bon flic…) par un personnage qui rompt avec une approche emblématique, archétypale, pour une vision plus personnalisée, intériorisée.

La critique complète est disponible sur le site Culturebox - France Télévisions

Direct Matin

par La Rédaction

Mahershala Ali ("House of Cards") est séduisant en dealer paternaliste.

Ecran Large

par Geoffrey Crété

Derrière l'étiquette du mélo à Oscars, il y a donc un film plus farouche et fragile.

La critique complète est disponible sur le site Ecran Large

La Croix

par Marie Soyeux

Le récit repose sur une structure qui, sans paraître originale, touche à la virtuosité. Les informations y sont distillées avec un léger décalage, rappelant que toute connaissance – des autres et de soi-même – n’est pas donnée mais conquise à force d’attention.

La critique complète est disponible sur le site La Croix

Le Dauphiné Libéré

par Jean Serroy

Incarné par trois acteurs différents, trois portraits qui se suivent et s’assemblent pour donner une autre image que celle des clichés traditionnels. La cause des blacks, dans un film qui répond bien à son titre : en douceur plus qu’en âpreté.

Le Figaro

par Etienne Sorin

Superbe portrait d'un garçon sensible d'un ghetto noir de Miami.

La critique complète est disponible sur le site Le Figaro

Le Journal du Dimanche

par Stéphanie Belpêche

Parti pris passionnant, les trois acteurs qui incarnent le héros sont très différents les uns des autres afin de montrer comment ses choix et le monde ont façonné son corps.

Le Journal du Dimanche

par Stéphanie Belpêche

Parti pris passionnant, les trois acteurs qui incarnent le héros sont très différents les uns des autres afin de montrer comment ses choix et le monde ont façonné son corps.

Le Nouvel Observateur

par Nicolas Schaller

Ce film est une claque, à triple détente. On se croit d'abord face à une chronique du ghetto type "Boyz N the Hood", on craint le virage mélo doloriste façon "Precious". Or, c'est vers une déchirante romance homo, un "In the Mood for Love" gay que le cinéaste nous entraîne.

La critique complète est disponible sur le site Le Nouvel Observateur

Les Fiches du Cinéma

par Aude Jouanne

Un récit inégal mais porté par une esthétique irréprochable.

Les Inrockuptibles

par Romain Blondeau

Pirater le vieil imaginaire hétérocentré du gangster-movie, tordre les faux-semblants et exalter l'indifférenctiation des genres: telle est la beauté ultramoderne de ce rayonnant "Moonlight".

Ouest France

par La Rédaction

Dans la lignée de Gus Van Sant, une date dans l'histoire du cinéma indépendant américain.

Paris Match

par Karelle Fitoussi

Plaidoyer pour la liberté et déclaration de guerre aux clichés, son clair de lune romantique sur fond de trafic de drogue fait la nique aux stéréotypes et transcende les codes de la virilité.

Sud Ouest

par Sophie Avon

"Moonlight" fonctionne comme la mémoire de Chiron. Par bouffées. Ellipses et reliefs qui donnent le sens d’une vie. En adaptant le texte autobiographique de Tarell Alvin McCraney, le réalisateur Barry Jenkins a opté pour une combustion douce, en trois âges, avec des étincelles ici et là, et une manière sourde d’épouser le mutique apprentissage de Chiron.

La critique complète est disponible sur le site Sud Ouest

Transfuge

par Nathalie Dassa

"Moonlight" s'avère l'une des excellentes surprises de 2017. Barry Jenkins (...) nous offre ici son "Boyhood" chez les blacks, dont le traitement sur l'homosexualité, la masculinité et les premiers émois se révèle d'une intelligence rare.

L'Express

par Christophe Carrière

"Moonlight" ne se veut ni enragé ni engagé et c'est bien pour cela qu'il est réussi. Il l'aurait été encore plus si le metteur en scène avait raccourci quelques séquences et s'il avait atténué les effets de style.

Positif

par Jean-Dominique Nuttens

Malgré des affèteries, une bande originale branchée qui détourne parfois l'attention de l'essentiel et des épisodes un peu trop attendus sur les violences que subit le jeune Chiron, Barry Jenkins nous attache à son personnage (...).

Première

par Frédéric Foubert

Politiquement, sociologiquement, "Moonlight" est un film important. Cinématographiquement ? C'est plus compliqué. Barry Jankins a un talent indéniable pour capter la lumière caressante des soirs de Floride, mais le dispositif de son film (...) ne provoque jamais le vertige de "Boyhood", son évident modèle (...).

Télérama

par Samuel Douhaire

Le parti pris visuel et narratif est audacieux, mais pas toujours abouti. C'est probablement une question de dosage : la mise en scène est un peu trop poseuse quand le cinéaste chronique l'enfance et l'adolescence du héros... et un peu trop posée quand il évoque sa métamorphose à l'âge adulte.

La critique complète est disponible sur le site Télérama

Cahiers du Cinéma

par Jean-Philippe Tessé

Le film n’est pas déplaisant, mais il a beau faire les yeux doux et désigner du doigt sa sobriété, on voit trop la superficialité de la mise en scène et de l’image.

Chronic'art.com

par Louis Blanchot

A force d’être maintenue à l’état d’eau frémissante, cette chronique de l’effacement retient en otage toutes les énergies tragiques de son intrigue, comme si le film craignait lui-même, comme son personnage, de se laisser cerner complètement.

La critique complète est disponible sur le site Chronic'art.com
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top