Mon AlloCiné
Seule la Terre
note moyenne
4,2
280 notes dont 34 critiques
35% (13 critiques)
38% (14 critiques)
27% (10 critiques)
0% (0 critique)
0% (0 critique)
0% (0 critique)
Votre avis sur Seule la Terre ?

34 critiques spectateurs

Stephenballade

Suivre son activité 123 abonnés Lire ses 912 critiques

4,0Très bien
Publiée le 08/12/2017

Attention mesdames et messieurs : "Seule la terre" est plus une romance qu’autre chose. Certes le monde agricole sert de cadre à l’histoire. Mieux : il tient un rôle prépondérant. D’ailleurs, en regardant le premier long métrage de Francis Lee, je me suis demandé s’il n’y avait pas quelque chose de personnel dans ce rapport avec ces terres battues par le vent, l’humidité et le froid. Il n’y a qu’à voir comment il montre ce paysage superbement désolé, offrant des points de vue magnifiques sans qu’aucune bâtisse voisine ne vienne gâcher la beauté du décor. Indéniablement, le cinéaste a mis tout son cœur dans tout ce qui compose la vie de ce lieu reculé : le clapotis de l’eau, les oiseaux qui piaffent Spoiler: d’impatience sous un grand hangar abritant des graines de céréales fraîchement récoltées (tu penses ! une vraie mine d’or pour eux), le bruit du vent (suffisamment orchestré pour qu’il soit mélodieux), l’entrechoc des pierres… Et puis la façon qu’il a de montrer les rapports privilégiés avec les bêtes Spoiler: (tiens ! mais j’y pense : il n’y a pas de chien…), que ce soit lors de la surveillance des gestations ou des agnelages, ou encore une prise de vue sur un genre de scarabée (un lucane cerf-volant me semble-t-il). Si vous n’avez jamais vu naître un agneau, allez-y ! C’est trop chou ! Si mignon que vous aussi aurez envie de prendre cette petite bête dans les bras. Eh bien oui, comme Francis Lee est resté attaché à ce berceau de verdure vallonné, il y a quelque chose de personnel : il suffit d’aller faire un tour dans les anecdotes de tournage pour s’apercevoir que le réalisateur a grandi sur ces terres, à proximité immédiate du lieu de tournage. Pour toucher le cœur du spectateur, Francis Lee a intégré sans détour une histoire d’amour. Bien sûr, en lisant le synopsis, vous saurez que cette romance n’est pas hétérosexuelle, ce qui peut rebuter les homophobes. En fait le caractère de cette relation n’a que peu d’importance (si ce n'est l'actualité), ce qui fait que j’inviterai presque les homophobes à aller voir ce film. Tout simplement parce que cette romance est sincère. Brute et sincère. J’accorde le fait que c’est assez cru, si cru que ça peut mettre mal à l’aise et qu’on se prend à espérer que ça ne va pas être comme ça tout le long du film. Bon je vous rassure, de ce côté-là, on n’arrive pas au niveau de la scène hot de "La vie d’Adèle", mais on n’en est pas loin. Cela dit, "Seule la terre" se décrit en deux parties, axées sur le personnage principal : la déchéance puis la rédemption. Au départ, je m’étais fourvoyé en pensant que Johnny, puisque c’est son nom (oh misère ! ce film est sorti le jour du décès de notre Johnny national !) collectionnait les aventures de façon tout à fait classique. Spoiler: Je veux dire hétéro. Il n’en est rien. Nous le retrouvons à travailler du matin au soir dans la ferme de ses parents, véritable tombeau de ses ambitions personnelles si toutefois il en avait. En découle un mal-être qu’il noie dans la bouteille au pub tous les soirs (ou presque), un comportement irrespectueux envers ses propres parents et des paroles tyranniques voire injurieuses envers… envers… ben vous verrez. Par la même occasion, vous verrez le côté rustre et peu avenant des exploitants isolés, ainsi que les plats faits avec les moyens du bord. Des plats simples mais si bons. Et puis les choses commencent à changer dès lors que Johnny se trouve en face de quelqu’un muni d’une autre carrure. Fini ces relations à sens unique, fini ces relations aux sentiments non partagés, au cours desquelles Johnny n’a l’air de faire ça que « pour l’hygiène » si je puis me permettre l'expression. Sauf que ça ne le soulage en rien. Son mal-être persiste. Jusqu’à ce qu’il soit confronté à quelque chose de nouveau. Ce quelque chose qui vous bouleverse jusqu’au plus profond de votre être. Ce quelque chose qui vous pousse irrémédiablement tant au niveau physique que mental vers quelqu’un. Ça se voit et c’est très bien mis en images. Un simple regard, un simple geste suffisent pour se comprendre. C’est ce qu’on appelle la symbiose, là où les mots paraissent bien maigres pour décrire ce qui nous anime. Certes on pourrait dire qu’il n'y a pas assez de dialogues, mais le jeu d’acteurs comble ce manque qui n’en est pas un. Les silences sont explicites, que ce soit entre Johnny et son nouvel amour, ou entre Johnny et ses parents. On pourrait regretter qu’il manque un petit « I love you » à la fin, mais la fin ô combien déchirante proposée par les larmes de Johnny remplace avantageusement ces mots si communs et souvent si mal utilisés. Josh O’Connor montre un bel étalage de ses talents en art dramatique. C’est par lui que le final émouvant à souhait arrive, tant on a l’impression qu’il donne tout ce qu’il a. Mais si cette émotion est présente, on la doit aussi à Ian Hart dans la peau de ce père diminué par les dures et interminables journées de labeur restées non sans conséquences, alors que jusque-là le regard envers son fils était sans arrêt empli d’une vive aversion, comme s’il le considérait comme un bon à rien. Je mettrai même ma mention spéciale sur lui pour avoir su si bien retranscrire les signes extérieurs d’une hémiplégie droiteSpoiler: , de la jambe au bras, en passant par la bouche tordue et les difficultés d’élocution. "Seule la terre" serait alors un grand film ? Pas tout à fait : Francis Lee est tombé dans le piège des effets visant à appuyer certaines scènes. Ça commence dès le début du film par ce long plan sur la ferme, avec pour seul bruit le vent, ou cet autre long plan sur le téléphone mal raccroché, pour ne citer que ces maladresses qui finalement donnent des effets de longueur. Le plus embêtant est que la première partie aurait tendance à nous pousser vers la sortie tant c'est cru et limite violent. Mais au final, c’est un bien joli film, à mon goût pas suffisamment distribué en salles, mais c’est le prix à payer lorsqu’on passe par un producteur indépendant. Par contre, je mettrai un bémol sur l’absence d’interdiction par rapport au jeune public en dépit de l’authenticité de ce film. Evitez d’y amener des moins de 14 ans, voire moins de 16…

Roman G.

Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 91 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 08/12/2017

Un film émouvant et d'une sensibilité incroyable. Une œuvre à fleur de peau. Comment aimé sans avoir connu l'amour, l'affection des siens. Une œuvre ou la douceur rencontre la violence. Une histoire dans l'univers agricole anglais. Sans jamais tombé dans la caricature, ce film apporte un regard sur la différence, l'errance et l'amour naissant. Une des plus belles scène de baiser d'amour. Une œuvre incontournable.

Sebastien  C.

Suivre son activité 0 abonné Lire sa critique

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 06/12/2017

Film qui reste en mémoire après l’avoir vu en avant première il y a quelques semaines mais déjà un peu marre des raccourcis de quelques-uns uns qui le compare à Brokeback Mountain. Ce chef d’œuvre de 2005 parlait surtout de l’empechement d’assumer là sexualité, c’etait un incroyable mélodrame, ce qui n’est pas le sujet de God’s Own Country. Les personnages sont gays, ils l’assument et l’homophobie n’est pas en ligne de mire. Non, il s’agit d’un film sur l’apprétissage des sentiments, de la tendresse. Tout n’est que réussite dans ce film. Les acteurs (seconds rôles compris) les paysages sublimes et bien sur le rendu sur la complexité des sentiments. Un grand et beau film d’amour qui donne à réfléchir et qui contraste avec l’hyper exigence des relations du monde citadin ou l’œil frise en permanence, ou les tentations sont multiples ce qui en devient le mal du siècle en terme de célibat. Ce film n’a pas volé les prix multiples qu’il a récolté en 2017 et il mériterait de continuera sa moisson en 2018.

zimmervinc

Suivre son activité 32 abonnés Lire ses 52 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 06/12/2017

ce film sensible émouvant et aussi d'une grande violence m'a beaucoup touché on découvre le monde agricole d'un coin paumé de GB et l'histoire d'un jeune homme privé d'amour qui grâce à " l'étranger" va enfin découvrir l'amour. très belles images

L4urent

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 9 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 10/12/2017

Brut, intense, émouvant. Peu de musique, des paroles réduite au minimum, on est immergé dans le monde de nos personnages.

Laurent Cambon

Suivre son activité 109 abonnés Lire ses 846 critiques

4,5Excellent
Publiée le 10/12/2017

Rustre et brutal, ce sont à peu près les deux qualitatifs que l'on retient de ce jeune John, qui vit en pleine campagne, auprès d'une grand-mère pas forcément des plus habile dans la relation humaine, et un père très affaibli par un AVC qu'il vient de subir. Entre deux vêlages de bêtes, ou travaux de pâturages, le jeune-homme a des rapports sexuels avec des garçons de passage dont il n'attend pas grand-chose, sinon un peu de plaisir arraché à son quotidien austère. Mais tout se renverse quand son père fait venir dans la ferme familiale, un jeune commis, absolument sublime, tout droit sorti de Roumanie. Pour une fois, on nous propose un cinéma qui ne traite pas l'homosexualité masculine du côté des discriminations sociales, ou de l'érotisme forcené. Au contraire, le cinéaste, lui-même issu du milieu rural, traite son sujet avec pudeur et délicatesse. "Seule la terre" est un film résolument romantique dans la lignée moins dramatique d'un "Brokeback Mountain". La réussite du film provient d'une photographie absolument merveilleuse. L'image rend compte d'un univers bucolique qui se perd dans une continuité de brouillards, de pluies, de couchers de soleil, et de paysages tous aussi magnifiques les uns que les autres. Il n'y a jamais d'impudeur ou de grossièreté dans la manière dont Francis Lee filme les étreintes amoureuses des deux héros. Le réalisateur fait un film qui rend hommage à la beauté, qu'elle soit perceptible dans la relation entre ces deux jeunes gens ou la formidable poésie qui se dégage des paysages.

Bertie Quincampoix

Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 687 critiques

3,5Bien
Publiée le 04/12/2017

Film sensible, émouvant et très intime sur l'histoire d'amour entre un jeune paysan anglais et un travailleur agricole roumain, Seule la terre est aussi un portrait tendre et désabusé d'un Royaume-Uni des campagnes ayant connu des bouleversements complets depuis un demi-siècle, comme dans tous les pays d'Europe de l'ouest. Le long-métrage, qui, en creux, en dit beaucoup sur le monde d'aujourd'hui, offre aussi de nombreux plans mélancoliques sur les paysages du Yorkshire, dont le réalisateur est originaire. À la fois très actuel et intemporel.

velocio

Suivre son activité 250 abonnés Lire ses 1 825 critiques

3,5Bien
Publiée le 02/12/2017

A 47 ans, pour son premier long métrage, le réalisateur anglais Francis Lee s’est attaché à peindre un monde qu’il connait bien, celui des paysans du Yorkshire, et il a tourné son film à 10 minutes de la ferme de ses parents, près de Keighley, là où il a passé sa jeunesse. Durant l’année 2017, "Seule la terre" a été présenté dans un très grand nombre de festivals et il a obtenu de nombreuses récompenses dont, chez nous, en septembre dernier, le Hitchcock d’Or du meilleur film britannique, la plus haute récompense du Festival de Dinard. "Seule la terre" mélange avec justesse deux volets différents : la description particulièrement bien rendue du travail quotidien dans une ferme du Yorkshire et celle d’une relation homosexuelle qui s’établit entre deux jeunes hommes, représentant une forme de rédemption pour au moins l’un d’entre eux. Tout juste peut-on regretter que le réalisateur fasse preuve, parfois, d’un peu trop de complaisance dans sa description des rapports physiques entre les deux hommes.

traversay1

Suivre son activité 351 abonnés Lire ses 2 642 critiques

4,0Très bien
Publiée le 17/12/2017

Plus qu'à Brokeback Mountain, invariablement et malencontreusement cité, c'est à Ander, magnifique film de Roberto Caston, que Seule la terre fait penser. L'histoire était celle de l'irruption d'un émigré péruvien dans la vie d'un paysan basque. Changement de lieu et d'âge pour le personnage central du film de Francis Lee, mais la trame narrative n'est pas très éloignée et la manière non plus, rude et en boutant les clichés qui semblent coller aux relations homosexuelles à l'écran. Seule la terre n'est pas loin non plus d'être un documentaire très réaliste sur la vie d'un fermier du Yorkshire, son travail au quotidien, l'amour des animaux, les conflits de génération, la solitude masquée par des excès de boisson et de sexe. Mais c'est la splendide relation amoureuse entre le paysan et l'employé venu de Roumanie qui fait de Seule sur la terre, une oeuvre terriblement romanesque en même temps qu'ancrée au sol en profondeur. On verra aussi, dans cette ouverture aux autres et ce dépassement des a priori comme le symbole d'une opposition au Brexit et au repli sur soi. Ce n'est sans doute pas l'objectif premier de Francis Lee mais cet aspect-là n'a rien d'anodin. Mais à vrai dire, rien ne l'est dans ce film admirablement écrit, excellemment mis en scène et remarquablement interprété.

pedro Toulouse

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 5 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 15/12/2017

Quelle puissance ! J’ai mis du temps à me reconnecter en sortant. Subtilité et sensualité dans la relation entre les 2 personnages principaux . Film peu bavard mais tout est dans un regard une attitude. La nature, paysages et animaux sont montrés avec amour et justesse. Tout est à sa place dans cet Monde brut sauf ce jeune fermier qui cherche la sienne. Grandiose

Vanessa Z.

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 11 critiques

4,0Très bien
Publiée le 12/12/2017

Ce film m'a bouleversée, il est vraiment magnifique! Tout est juste, sobre, pudique et cru à la fois, délicat, sensible...très paysages sont beaux, le rapport aux animaux, la sensibilité refoulée du jeune héros (qui s'appelle Johnny😉)...je ne voulais pas sortir de la salle et quitter les protagonistes, j'en suis encore émue...formidable moment qui me suit...

Ufuk S.

Suivre son activité 140 abonnés Lire ses 523 critiques

4,5Excellent
Publiée le 10/12/2017

" seule la terre " acclamé par la critique est un drame sentimental poignant. En effet nous y suivons le dur quotidien d'un jeune paysan qui doit aussi accepter son homosexualité. Le film est réussit car le scénario est fluide , avec un super cadre et des acteurs qui joue juste dans cette belle romance gay.

RogerMyGod

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 2 critiques

4,0Très bien
Publiée le 10/12/2017

Le film nous donne à voir le monde animal sous une rare beauté qu'il faut comprendre ici comme la caisse de résonance de l'existence humaine : la vie, (la mort), l'amour. Et cela, seule la terre du Yorkshire pouvait s'en faire l'écho.

Albator94z

Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 248 critiques

4,0Très bien
Publiée le 10/12/2017

Je modifie ma critique puisqu’elle a été censurée (super la liberté d’expression sur Allo Ciné, consternant ! De la rudesse à la tendresse, on est touché par cette relation amoureuse qui éclôt malgré un terrain hostile ...

Kevin P.

Suivre son activité 0 abonné Lire sa critique

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 09/12/2017

Super film très sincère avec des acteurs remarquables et touchants. Et Enfin, une très belle histoire gay qui se termine en conte de fée ! Car souvent ce n'est pas le cas. Tout est très bien filmé avec des paysages magnifiques et des animaux très émouvants (naissance d'un veau et d'un brebis). On constate que les acteurs maîtrisent bien leur sujet et connaissent leur métier de fermiers. De plus, la musique du film est géniale chantée à la fin par Patrick Wolf the days. Moi je suis ravi de voir ce bon film qui donne beaucoup d'espoir et de bonheur.

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top