Notez des films
Mon AlloCiné
    Seule la Terre
    Bande-annonce Seule la Terre
    6 décembre 2017 / 1h 44min / Drame, Romance
    De Francis Lee
    Avec Josh O'Connor, Alec Secareanu, Gemma Jones
    Nationalité britannique
    Bande-annonce Ce film en VOD
    Presse
    3,7 17 critiques
    Spectateurs
    4,3 903 notes dont 87 critiques
    noter :
    0.5
    1
    1.5
    2
    2.5
    3
    3.5
    4
    4.5
    5
    Envie de voir

    Synopsis et détails

    Johnny travaille du matin au soir dans la ferme de ses parents, perdue dans le brouillard du Yorkshire. Il essaie d’oublier la frustration de son quotidien en se saoulant toutes les nuits au pub du village et en s’adonnant à des aventures sexuelles sans lendemain. Quand un saisonnier vient travailler pour quelques semaines dans la ferme familiale, Johnny est traversé par des émotions qu’il n’avait jamais ressenties. Une relation intense naît entre les deux hommes, qui pourrait changer la vie de Johnny à jamais.
    Titre original

    God's Own Country

    Distributeur Pyramide Distribution
    Récompenses 4 prix et 9 nominations
    Voir les infos techniques
    Année de production 2017
    Date de sortie DVD 02/05/2018
    Date de sortie Blu-ray -
    Date de sortie VOD 01/04/2018
    Type de film Long-métrage
    Secrets de tournage 7 anecdotes
    Budget -
    Langues Anglais
    Format production -
    Couleur Couleur
    Format audio -
    Format de projection -
    N° de Visa 147774

    Regarder ce film

    En VOD
    à partir de (9.99 €)
    à partir de (5.99 €)
    à partir de (3.99 €)
    Voir toutes les offres VOD
    Service proposé par
    En DVD BLU-RAY
    neuf à partir de 26.00 €
    Seule la terre
    Seule la terre (DVD)
    neuf à partir de 35.59 €
    Voir toutes les offres DVD BLU-RAY

    Bande-annonce

    Seule la Terre Bande-annonce VO 1:40
    Seule la Terre Bande-annonce VO
    244 030 vues

    Acteurs et actrices

    Josh O'Connor
    Rôle : Johnny Saxby
    Alec Secareanu
    Rôle : Gheorghe Ionescu
    Gemma Jones
    Rôle : Deidre Saxby
    Ian Hart
    Rôle : Martin Saxby
    Casting complet et équipe technique

    Critiques Presse

    • Bande à part
    • aVoir-aLire.com
    • CinemaTeaser
    • Culturopoing.com
    • Ecran Large
    • Le Dauphiné Libéré
    • Le Journal du Dimanche
    • Le Parisien
    • L'Humanité
    • Sud Ouest
    • Télérama
    • La Voix du Nord
    • Le Figaro
    • Le Monde
    • Positif
    • Première
    • Studio Ciné Live

    Chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de AlloCiné, de 1 à 5 étoiles. Retrouvez plus d'infos sur notre page Revue de presse pour en savoir plus.

    17 articles de presse

    Critiques Spectateurs

    Sebastien  C.
    Sebastien C.

    Suivre son activité 1 abonné Lire sa critique

    5,0
    Publiée le 6 décembre 2017
    Film qui reste en mémoire après l’avoir vu en avant première il y a quelques semaines mais déjà un peu marre des raccourcis de quelques-uns uns qui le compare à Brokeback Mountain. Ce chef d’œuvre de 2005 parlait surtout de l’empechement d’assumer là sexualité, c’etait un incroyable mélodrame, ce qui n’est pas le sujet de God’s Own Country. Les personnages sont gays, ils l’assument et l’homophobie n’est pas en ...
    Lire plus
    Roman G.
    Roman G.

    Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 100 critiques

    5,0
    Publiée le 8 décembre 2017
    Un film émouvant et d'une sensibilité incroyable. Une œuvre à fleur de peau. Comment aimé sans avoir connu l'amour, l'affection des siens. Une œuvre ou la douceur rencontre la violence. Une histoire dans l'univers agricole anglais. Sans jamais tombé dans la caricature, ce film apporte un regard sur la différence, l'errance et l'amour naissant. Une des plus belles scène de baiser d'amour. Une œuvre incontournable.
    zimmervinc
    zimmervinc

    Suivre son activité 33 abonnés Lire ses 64 critiques

    5,0
    Publiée le 6 décembre 2017
    ce film sensible émouvant et aussi d'une grande violence m'a beaucoup touché on découvre le monde agricole d'un coin paumé de GB et l'histoire d'un jeune homme privé d'amour qui grâce à " l'étranger" va enfin découvrir l'amour. très belles images
    Stephenballade
    Stephenballade

    Suivre son activité 202 abonnés Lire ses 1 197 critiques

    4,0
    Publiée le 8 décembre 2017
    Attention mesdames et messieurs : "Seule la terre" est plus une romance qu’autre chose. Certes le monde agricole sert de cadre à l’histoire. Mieux : il tient un rôle prépondérant. D’ailleurs, en regardant le premier long métrage de Francis Lee, je me suis demandé s’il n’y avait pas quelque chose de personnel dans ce rapport avec ces terres battues par le vent, l’humidité et le froid. Il n’y a qu’à voir comment il montre ce ...
    Lire plus
    87 Critiques Spectateurs

    Photos

    13 Photos

    Secrets de tournage

    Le choix du Yorkshire

    Francis Lee a choisi de tourner Seule la Terre au Yorkshire parce qu'il a grandi dans les collines isolées des Pennines, dans le West Yorkshire. Le metteur en scène a longtemps été fasciné par ce paysage désolé et par les gens qui s’y raccrochent coûte que coûte, gagnant leur vie en exploitant quelques hectares d’une terre peu hospitalière. Il précise : "Quand j’étais petit, je ne réalisais pas le pouvoir d’attraction exceptionnel... Lire plus

    Festival de Dinard

    Seule la Terre a remporté le Hitchcock d'Or, la statuette la plus convoitée au Festival du film britannique de Dinard. Le réalisateur Francis Lee, absent lors de la remise de prix, a confié à son comédien Ian Hart la mission de le recevoir.

    Construire une grande histoire d’amour

    Via Seule la Terre, Francis Lee a voulu raconter une histoire d’amour sincère et sans complaisance, et saisir le sentiment de joie mêlée d’appréhension qui accompagne la naissance d’une relation. Le réalisateur voulait que l'on voit les personnages de Johnny et Gheorghe tomber peu à peu amoureux l’un de l’autre et se demander comment concilier leurs différences. Il explique : "Je souhaitais explorer les moments que deux personnes partagent q... Lire plus
    7 Secrets de tournage

    Dernières news

    Get Out en tête, Grave dans le Top 2017 d'Empire
    NEWS - Vu sur le web
    samedi 9 décembre 2017
    Comme chaque année, le magazine Empire a dévoilé la liste de ses vingt films préférés. Et si le numéro 1 ("Get Out") n'est...
    Sorties cinéma : avec Santa & Cie, Alain Chabat fait un beau cadeau à Paris !
    NEWS - Box Office
    mercredi 6 décembre 2017
    Le Père Noël est passé de bonne heure en 2017 ! Alain Chabat fait le meilleur démarrage parisien avec son Santa & Cie, film...
    8 news sur ce film

    Si vous aimez ce film, vous pourriez aimer ...

    Voir plus de films similaires

    Pour découvrir d'autres films : Les meilleurs films de l'année 2017, Les meilleurs films Drame, Meilleurs films Drame en 2017.

    Commentaires

    • elriad
      Si beaucoup y voient du Brokeback Mountain, c'est parce qu'il s'agit de deux hommes virils et taiseux qui vont faire l'apprentissage de l'amour dans une nature aride et sauvage. Car pour le reste, il n'est question ici nullement d'homophobie. ce petit film dons l'action se situe dans un Yorkshire rural à l'accent incompréhensible, Johnny Sexby s'étiole dans l'alcool pour oublier une vie qu'il n'a pas demandé à vivre, entre un père lourdement handicapé et une grand-mère qui n'a pas beaucoup de tendresse à offrir avec La ferme, les vaches, les brebis et les naissances. Alors ils vont faire appel à un saisonnier. Pour quelques jours. En forme de parcours initiatique, cette virée dans les landes venteuses verra le passage à l'âge adulte comme l'éclosion d'un amour sauvage et puissant entre ces deux jeunes hommes. Assumé et très réussi, Seule la terre n'a pas volée la flopée de prix qu'il a obtenu.
    • Fa F
      quand l'étranger arrive, il apporte la douceur, la stabilité, les sentiments et, avec sa maturité, son regard neuf, montre la beauté des choses qui entourent. il y a un air de Brockeback mountain dans ce film qui se déroule au rythme de la vie du climat anglais et des non dits. même s'il manque d'enjeu, que les émotions sont retenues, Seule la terre reste plaisant à suivre.
    • Shanea
      Enfin un film où l'homophobie ne vient pas tout gâcher, certes c'est peu réaliste mais on se concentre sur d'autres problèmes ici ! des plans magnifiques et un titre qui prend tout son sens durant le visionnage.
    • Henri Mesquida
      Francis Lee propulse ses personnages dans un environnement âpre dont il radicalise les traits. Le quotidien difficile des petits exploitants du Yorkshire pose le cadre d'un récit d'apprentissage qui travaille les contrastes sans les opposer. La peinture de la vie paysanne, au réalisme très appuyé, permet au cinéaste de construire un film qui évolue au rythme de la respiration de son héros, longtemps étouffée, enserrée, explosant parfois, se comprimant à nouveau, se libérant enfin.Jeune mâle enfermé dans son enclos, coincé dans une ferme dans laquelle on attend presque tout de lui (mère disparue, père amoindri par un AVC, grand-mère veillant au grain), Johnny ronge son frein avant de s'abrutir le soir au pub du coin. Mal dompté, consommant le sexe comme la bière lors de coïts sans lendemains, le jeune homme semble voué à un destin auquel il se refuse encore.Lorsque Gheorghe apparaît, tout se trouve en place pour le bouleversement attendu. La maîtrise de Francis Lee consiste alors à répondre aux attentes tout en déplaçant le jeu. La première étreinte improbable, deux corps se débattant dans la boue, s'affranchit de tout réalisme pour imposer un érotisme électrisant et brutal. Il faut en effet qu'un dompteur conduise Johnny à accepter de devenir le jeune homme qu'il n'a jamais été, il faut que Gheorghe gravisse une colline pour que Johnny le rejoigne et perde son regard dans l'horizon des landes.Après une première partie presque convenue, mais réussie, la narration surprend par la justesse et la générosité avec laquelle elle conte le début de l'histoire d'amour : pas de repli ou de rejet de la part de Johnny, pas de rebuffade mais un glissement enfantin et une acceptation de la tendresse que Gheorghe lui impose. Respirant à pleins poumons, se sentant enfin libre, le jeune homme ne mesure pas encore à quel point sa perception du monde change.La mise en scène adopte le parti pris animal du film. La caméra doucement mouvante, le travail sonore épuré et précis, la volonté de rendre compte de la beauté des paysages sans faire beau, la manière de filmer simplement les corps nus et de capter un sourire, un regard, une main posée sur la peau, épouse les respirations narratives. Le cadre étouffe comme il ouvre le regard, se resserre sur un détail, reprend un bol d'air, se pose un instant.De quasiment tous les plans, Josh O'Connor se métamorphose constamment. Semblant parfois très jeune ou beaucoup plus âgé, magnifique de beauté brute ou presque laid, il nourrit Johnny d'une profonde densité. Dans un registre moins contrasté, Alec Secareanu lui fournit un parfait contrepoint en incarnant une sorte d'imparable sagesse. Tournant de manière chronologique, le cinéaste permet à ses comédiens d'enrichir leurs rôles au fur et à mesure que le récit avance. Assortie d'une période d'immersion durant laquelle les acteurs ont travaillé dans des fermes, la méthode porte ses fruits et densifie une histoire par ailleurs très simple. Subtilement esquissés, les personnages du père et de la grand-mère se débarrassent des clichés pour lui apporter une richesse supplémentaire : s'il s'agit de préserver l'essentiel, le bonheur de Johnny en fait aussi partie.La rigueur formelle et narrative de Seule la terre met à nu un fil romanesque à la puissance savamment contenue dont les éruptions vives bouleversent sans feinte. Dans sa volonté d'inscrire une histoire d'amour homosexuelle dans la campagne de son enfance, Francis Lee réalise un premier long métrage d'apparence rude mais profondément délicat. Loin du paradoxe, cette dualité signe la singularité du film.
    • Henri Mesquida
      ??
    • Bello C.
      C’est quoi “ les valeurs traditionnelles “?les homosexuals existent depuis la naissance de humain, c’est un parti de “la tradition ” !
    • Bello C.
      C’est quoi “les valeurs traditionnelles ” ?Les homosexuelles existent depuis la naissance de humain, c’est un parti de “la tradition ”
    • nikos182
      j'avoue avoir du mal a comprendre son raisonnement sur la nature , c'est une perle une phrase pareil ^^
    • nikos182
      quel est le rapport avec les valeurs ? l'attirance sexuel est un instinct
    • yapi75
      Morale gauchiasse, zorro prêtre de la morale gauchiste, j'ai l'amour de la nature qui fait tant d'hétérosexualité, les anus n'ont pas d'ovaires ... que des citations qu'on croirait tirées d'un site identitaire catho ultra réac ou bien d'un forum yahoo (gangréné depuis longtemps par les individus de ton espèce). Bref une réponse qui respire l'amour et l'ouverture d'esprit ^^
    • Mick1048
      En 25 jours ils ont fini par le diffuser ^^
    • xlr8
      Comment as-tu fait pour le voir ?
    • R?da Thoustra
      Homophobie ça veut rien dire. Tu ne fais que répéter comme un âne la morale gauchiasse que tu as entendu et faîte tienne sans réfléchir, sans oser une quelconque divergence, et tu viens la gueule enfarinée essayer de jouer au zorro prêtre de la morale gauchiste - ta morale tu te l'enfonces bien au fond à droite. J'ai pas la phobie des homos. Par contre j'ai l'amour de la nature qui fait tant d'hétérosexualité. Les anus n'ont pas d'ovaires.
    • R?da Thoustra
      ta morale de gauchiste tolérant jusqu'à inviter la merde au repas, j'en veux pas. Tu peux te la garder.
    • yapi75
      L'homophobie, c'est avoir des valeurs traditionnelles ?
    • Hunnam29
      J'espère que c'est du troll...
    • R?da Thoustra
      D'après la bande d'annonce c'est une relation gay qui va se former. Dommage car le reste m'avait donné envie d'aller le voir. J'ai des valeurs traditionnelles.
    • Le Bod's
      Avec justesse et simplicité, Seule la terre est un très beau voyage initiatique au coeur d’un décor qui y est pour beaucoup dans la réussite du film. https://www.lacritiquerie.c...
    • yapi75
      Un film beau, âpre et poignant. La chanson The Days de Patrick Wolf clôt magnifiquement ce bijoux.
    • jereffuse
      Pppffffff mais l’histoire est tellement plus réaliste !!!!!
    Voir les commentaires
    Back to Top