Notez des films
Mon AlloCiné
    Cuban Network
    note moyenne
    3,3
    762 notes dont 75 critiques
    répartition des 75 critiques par note
    6 critiques
    23 critiques
    25 critiques
    13 critiques
    8 critiques
    0 critique
    Votre avis sur Cuban Network ?

    75 critiques spectateurs

    benoitG80
    benoitG80

    Suivre son activité 2538 abonnés Lire ses 1 410 critiques

    3,5
    Publiée le 5 février 2020
     Cuban Network » est cette fois pour Olivier Assayas un retour à un cinéma concret et au moins assez instructif ! En effet après un « Personal Shopper » plutôt déconcertant et décevant, qui m’aura incité à éviter « Doubles vies », nous voici en présence de faits historiques sur un fond de politique qui vaut vraiment le détour, à savoir cette période de contre-revolution à Cuba sous la dictature de Fidel Castro... Si le film a un peu de mal à mettre en place les différentes situations qui concernent les personnages principaux, au risque de perdre le spectateur, on comprend mieux le pourquoi du comment, par la complexité et le dessous des cartes que chacun dissimule ! Alors autant bien s’accrocher dans ce dédale où l’espionnage n’a pas dit son dernier mot... Cette peinture s’articule donc principalement autour de René Gonzàlez (Édgar Ramirez, très juste) et de son épouse Olga restée à Cuba, dont Pénélope Cruz endosse le rôle avec assez de simplicité et d’humilité. Si cette histoire vraie nous est contée suivant un déroulement finalement plutôt tranquille, elle le fait par un biais bien particulier car ici on considère avant tout l’impact sur le vécu personnel et familial... Impact d’ailleurs plutôt finement analysé par rapport aux choix de vie et d’engagement politique, avec toutes les conséquences et de rebondissements qui en découlent. Ce qui donne une dimension humaine assez forte à ces prises de position, en plaçant les questionnements, la culpabilité, l’inquiétude et le stress à une place primordiale, tout en permettant mieux de comprendre les différents enjeux. Maintenant pour un film qui tire vers le thriller d’espionnage, il manque peut-être à l’ensemble une certaine tension, ou un sentiment de drame latent, voire une expression de la peur tout au long de ce récit historique pour le rendre encore plus passionnant. Comme si ce film avait été trop calculé ou maîtrisé dans sa réalisation... Il n’empêche que « Cuban Network » a un côté fortement enrichissant par tout ce pan d’histoire qu’il sera toujours utile et intéressant de découvrir ou de redécouvrir, en reprécisant ainsi les tenants et les aboutissants de cette période trouble entre Cuba et les États-Unis.
    poet75
    poet75

    Suivre son activité 203 abonnés Lire ses 685 critiques

    3,0
    Publiée le 30 janvier 2020
    Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’Olivier Assayas ne craint pas de faire le grand écart au point de changer complètement de genre d’un film à un autre. Après avoir exploré (avec pas mal de brio d’ailleurs) le petit monde des éditeurs parisiens dans Doubles Vies (2019), c’est un film d’action pur et dur qu’il nous propose, situé entre La Havane et Miami, sans compter des incursions au Honduras ou à Porto-Rico. Les Cubains qui, au cours des années, ont réussi à fuir le régime instauré par Fidel Castro, ont, pour la plupart, trouvé refuge à Miami, restant ainsi à proximité de leur patrie d’origine. Parmi eux, certains se sont regroupés avec l’intention de tout entreprendre pour renverser le gouvernement actuel et instaurer la démocratie. Olivier Assayas, se basant sur des personnages réels, raconte donc, à grands traits, les destinées entrecroisées de plusieurs Cubains ayant réussi à rejoindre la Floride. On en distingue quatre : René González (Edgar Ramirez) qui a fui en avion, laissant à La Havane sa femme Olga (Penélope Cruz) ainsi que sa fille, Gerardo Hernandez (Gael Garcia Bernal), Juan Pablo Roque (Wagner Moura) et José Basulta (Leonardo Sbaraglia). Tous sont engagés par les activistes clandestins pour mener des actions, en particulier en tant que pilotes d’avions, pour venir en aide aux Cubains désireux de fuir leur pays, mais aussi pour d’autres missions plus risquées, comme de survoler la capitale cubaine afin d’y disperser des messages tombant du ciel. Le film multiplie les actions de bravoure, les scènes d’action, au risque de donner le tournis. Certes, on ne risque pas de s’ennuyer, mais il n’est pas impossible de ressentir une dose plus ou moins grande de frustration. Car on aimerait bien comprendre davantage les motivations des personnages, mais le réalisateur ne nous en laisse guère le loisir. Il préfère nous étourdir ou nous surprendre. Car, on peut le préciser sans en dévoiler la teneur, le scénario ménage, en son milieu, une grosse surprise, un retournement de situation qu’on n’avait pas forcément vu venir. Mais, en vérité, cette surprise, déclinée à toute vitesse par une voix off assez peu judicieuse, si elle est réelle, ne change pas grand-chose à l’impression que nous pouvons avoir, celle d’être en présence de personnages sans grande consistance. Un seul échappe un peu à ce grief, c’est René González, parce qu’il est davantage présent à l’écran et, surtout, parce qu’on s’est laissé toucher par le sort réservé à sa femme et à sa fille. Ce sont d’ailleurs les personnages féminins qui sont, de loin, les plus touchants dans ce film, ce sont les seuls capables de susciter la sympathie. C’est le cas de Ana Margarita Martinez (Ana de Armas), superbe jeune femme qui se décide à épouser Juan Pablo Roque, sans trop savoir à qui elle a affaire. C’est le cas, encore bien davantage, de la femme de René González, interprétée tout en beauté et en nuances par Penélope Cruz : elle illumine le film par sa grandeur d’âme et son abnégation, elle est, à elle seule, le personnage inoubliable de cette histoire.
    PLR
    PLR

    Suivre son activité 97 abonnés Lire ses 880 critiques

    3,5
    Publiée le 31 janvier 2020
    D’ordinaire, quand un film a pour fil conducteur des relents de guerre froide et qu’il met en scène la lutte entre le monde dit libre et la menace communiste, le parti pris est clair et net et on sait qui sont les gentils et qui sont les méchants. Mais ici, c’est beaucoup plus fin, beaucoup plus réaliste certainement, surtout beaucoup plus conforme à l’Histoire contemporaine. Ce faisant, c’est un film éminemment politique. Et comme il n’y a jamais meilleur scénario que ceux qui sont inspirés de faits authentiques, sous réserve de quelques adaptations, on a là un excellent thriller. Seul bémol, le choix narratif mélange des périodes et des lieux, à coup de retours en arrière, pour revenir au présent ou après, comme les pièces en désordre d’un puzzle. Et si on ne savait d’avance vers quoi on va grosso-modo, l’assemblage, la lisibilité et donc la compréhension pourraient s’en trouver perturbés. Les autorités cubaines n’ont pas interdit le tournage sur leur île. Elles ont eu bien raison car elles s’en sortent finalement bien et n’ont, une fois n’est pas coutume, pas le plus mauvais rôle. La production (internationale) n’étant pas du tout américaine, ceci explique certainement cela. Ouf !
    traversay1
    traversay1

    Suivre son activité 730 abonnés Lire ses 3 179 critiques

    3,0
    Publiée le 3 février 2020
    Cuban Network est un film d'espionnage mais n'a pas grand chose à voir avec ce qu'on a l'habitude de voir dans ce genre codifié par les anglo-saxons, principalement. Pourtant quelque chose cloche dans le film d'Olivier Assayas, un certain manque de crédibilité dans l'enchaînement des circonstances, sans doute, alors même que le film se base sur des faits réels qui ne remontent guère qu'à une vingtaine d'années. Malgré un rythme alerte et une limpidité des situations, nonobstant quelques coups de théâtre, il y a quelque chose d'un peu factice dans Cuban Network, à l'instar des accents cubains que l'on sent très travaillés, mais faux, chez Penélope Cruz, Edgar Ramirez et Gael Garcia Bernal qui font leur possible pour faire exister leurs personnages mais sans y réussir totalement (plus convaincante est l'interprétation d'Ana de Armas qui, elle, est vraiment cubaine). Fort divertissant néanmoins, Cuban Network a par ailleurs un grave talon d'Achille : ses dialogues, d'une assez consternante banalité. Assayas n'a pas voulu ou pas su jouer sa partition sur un mode satirique, il aurait peut-être dû.
    Yves G.
    Yves G.

    Suivre son activité 417 abonnés Lire ses 1 808 critiques

    3,5
    Publiée le 30 janvier 2020
    Cuba. 1990. L'île communiste, privée du soutien de l'URSS étouffe sous l'embargo américain. Sans prévenir personne, René Gonzalez (Edgar Ramirez) décide de faire défection, abandonne sa femme et sa fille et rejoint Miami aux manettes d'un avion de tourisme. Quelques mois plus tard, un autre officier de l'armée de l'air cubaine le rejoint. Les deux hommes rejoignent à Miami la Fédération nationale américo-cubaine, un groupe de résistance anti-castriste qui porte secours aux réfugiés cubains qui tentent de gagner les côtes américaines à bord d'embarcations de fortunes mais qui est aussi impliquée dans le trafic de drogue et la réalisation d'actions violentes sur l'île. Olivier Assayas est décidément un réalisateur à plusieurs facettes. Il réalise des grands drames bourgeois ("Les Destinées sentimentales" adapté de Chardonne, "L'Heure d'été"…) ou de petits thrillers futuristes ("Demonlover", "Boarding Gate"…). Les pieds solidement ancrés en France, il a la tête tourné vers l'Asie - dont il fut l'un des premiers à s'intéresser au renouveau du cinéma alors qu'il était critique aux Cahiers - et vers l'Amérique latine. Ce "Cuban Network" s'inscrit dans la veine de "Carlos", le biopic-fleuve qu'il avait tourné en 2010 avec, déjà, Edgar Ramirez dans le rôle titre. Son scénario est foisonnant, avec ses nombreux personnages et ses multiples rebondissements, plus ou moins inspirés d'une histoire vraie. Mais, sauf à se faire accuser de dévoiler le ressort du film, on ne peut évoquer l'histoire vraie dont il s'inspire. "Cuban Network" se regarde comme une mini-série. C'est sa principale qualité. Mais c'est aussi son principal défaut. Pendant plus de deux heures, on ne regarde pas sa montre tant l'action est dense et le film prenant. On est immédiatement en sympathie avec René Gonzalez, le héros du film, autour duquel toute l'histoire se construit, et avec sa femme, interprétée à la perfection par la toujours parfaite Penelope Cruz. La galerie de personnages cubains qu'ils croisent, castristes, anti-castristes, espions et agents doubles, est croustillante. À commencer par Walter Moura, l'acteur brésilien rendu célèbre par son interprétation de Pablo Escobar dans la série à succès Narcos. Un coup de chapeau à Ana de Armas dans un rôle ingrat, belle comme le diable. Mais, on se demande si ce matériau, si riche, ne se serait pas précisément mieux prêter à la réalisation d'une mini-série. Le scénario est si dense qu'on aurait aimé qu'Olivier Assayas prenne un peu plus de temps pour le raconter. Je me plains souvent que les films soient trop longs. Je regrette que "Cuban Network" ait été trop court. Jamais content...
    AMANO JAKU
    AMANO JAKU

    Suivre son activité 216 abonnés Lire ses 756 critiques

    3,5
    Publiée le 27 février 2020
    Pour son nouveau film, Olivier Assayas choisit une nouvelle fois de fouiller les arcanes de la géopolitique, et plus précisément la houleuse relation entre les États-Unis et Cuba dans les années 90 : plusieurs ressortissants cubains ont quitté leur nation pour rejoindre les USA en prétextant vouloir suivre le régime en place ; il s'avéra spoiler: qu'il s'agissait en fait d'agents doubles chargés d'infiltrer les groupes terroristes anticastristes afin d'empêcher de futurs attentats sur leur île natale . "Cuban Network" est un bon film avec un sujet certes un peu complexe (s'attaquer à 10 années de l'Histoire en seulement 2h de film n'est pas une mince affaire !) qui privilégie autant la politique que l'humain, oscillant en permanence entre le drame familial et le thriller d'espionnage. On y découvre notamment ce fabuleux jeux de joutes mensongères entre Cuba et les USA où se dévoilent les convictions idéologiques de chacun jusqu'à ne plus savoir lequel des ces deux pays est le plus torturé et manipulateur ( spoiler: notamment lorsqu'on apprend que d'un côté la lutte patriotique révèle une implication dans le trafic de drogue sud-américain, et de l'autre que la grande institution du FBI accepte la mort d'innocents perpétuée par des terroristes au nom de la sainte Nation ). Mais on nous dévoile aussi la douleur de couples partagés entre leur patriotisme et leur amour conjugal : peut-on mettre ses opinions sur un piédestal au détriment de ses sentiments et vice-versa ? S';il y avait un réel défaut à pointer, c';est sa narration : l'histoire s'attarde sur beaucoup (trop ?) de personnages rendant quasi impossible une quelconque identification ou empathie de la part spectateur, d'autant plus que certains ne sont introduits que pour un évènement précis et on ne reparle plus du tout d'eux par la suite ; rajoutons à cela que les temporalités se mélangent avec pas mal de flashbacks, ce qui fait que le film se perd dans sa démonstration chronologique et se retrouve par moment relativement particulièrement confus. Même si on comprend pourquoi ce choix stylistique a été adopté (éviter de trahir trop rapidement le rôle réel de chaque protagoniste), il n';en demeure pas pour autant facile à suivre. Sinon, on peut tout de même noter la justesse de la prestation du casting qu'il s'agisse des hommes (Édgar Ramírez, Gael García Bernal, Wagner Moura, Leonardo Sbaraglia, Tony Plana) ou des femmes (Penélope Cruz, Ana de Armas, Osdeymi Pastrana Miranda, Gisela Chipe) : de très belles performances. "Cuban Network" est au final un film très intéressant qui plaira aux fans d’histoire et aux amateurs de films d'espionnage mais dont la structure narrative vous demandera tout de même un petit effort de concentration.
    Mrik S.
    Mrik S.

    Suivre son activité 41 abonnés Lire ses 6 critiques

    3,5
    Publiée le 10 mars 2020
    Un sujet dingue, méconnu sur les relations Cuba / USA et sur la fin de la guerre froide, porté par des comédiens de qualité et une mise en scène étonnante.
    xando
    xando

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 50 critiques

    5,0
    Publiée le 29 janvier 2020
    Un film d'espionnage passionnant qui s'attache aussi à l'intime de ses personnages. Des acteurs très convaincants et en premier lieu la formidable Pénélope Cruz. Le film nous parle d'une page de l'histoire cubaine très peu connue ici en France.m et vraiment stupéfiante.
    ffred
    ffred

    Suivre son activité 461 abonnés Lire ses 3 145 critiques

    3,0
    Publiée le 30 janvier 2020
    Revoilà déjà Olivier Assayas tout juste un an après le très agréable Doubles vies. Changement radical de sujet et de style pour cette évocation d'évènements qui se sont déroulés entre Cuba et la Floride dans les années 90. Entre espionnage, thriller et chronique familiale on s'y perd parfois. Le tout reste cependant rythmé de bout en bout et plutôt bien fait. Les acteurs ne s'en sortent pas trop mal. Edgar Ramirez et Penelope Cruz forment un joli couple. Mais on ne s’attache pas vraiment aux personnages, ni même aux faits présentés. La situation de Cuba est toujours difficile aujourd'hui pour la population. Très différent mais bien plus parlant sur la condition du pays, j'ai largement préféré le très beau Retour à Ithaque de Laurent Cantet en 2014. Ce Cuban Network se laisse regarder sans déplaisir mais ne laissera pas un souvenir impérissable dans ma mémoire cinéma...
    zorro50
    zorro50

    Suivre son activité 81 abonnés Lire ses 217 critiques

    2,5
    Publiée le 29 janvier 2020
    Un film d’Olivier Assayas sans grand intérêt, mais il a déjà fait pire que çà. Ce n’est pas un film intéressant car il est trop nourri, et l’on passe constamment du coq à l’âne à 100 à l’heure, sans plus savoir où on en est, sans parler que souvent cela ressemble davantage à un documentaire politique qu’à un vrai film. On dirait un résumé de 2 heures d’une série télé de 24 épisodes d’une heure chacun. Je n’ai pas aimé mais je suis persuadé qu’en série télé menée à un rythme normal, ce sujet intéressant ferait un excellent spectacle.
    velocio
    velocio

    Suivre son activité 388 abonnés Lire ses 2 133 critiques

    2,5
    Publiée le 30 janvier 2020
    Ce qui intéressant pour moi quand je vais voir un film de Olivier Assayas, c'est le doute quant au jugement que je porterai à la fin de la projection : il y a des films de ce réalisateur que je considère comme étant de très grandes réussites ("L'heure d'été", "Sills Maria") et d'autres, plus nombreux en fait, que je n'ai pas du tout aimé ("Clean", "Après mai", "Personnal shopper", ...). Qu'allai-je donc penser de "Cuban network", inspiré par un livre du journaliste, homme politique et écrivain brésilien Fernando Morais, "The Last Soldiers of the Cold War" ("Les Derniers Soldats de la guerre froide") ? Eh bien, cette fois ci, je ne suis dans aucun des 2 extrêmes. En effet, d'un côté, Assayas a fait d'une histoire compliquée un film compliqué à suivre, pas toujours très clair, voire parfois carrément maladroit dans la présentation des faits, des faits réels, avec des personnages qui existent ou ont existé réellement. Toutefois, de l'autre côté, plusieurs choses sont à mettre à son crédit : dans ce film d'espionnage, rien d'ostensiblement spectaculaire. On peut même considérer que le "twist" qui intervient au milieu du film ne l'est pas assez ! Tout en ne cachant rien des difficultés économiques de Cuba, amplifiées par le boycott américain, Assayas ne se montre pas du tout manichéen dans son film : c'est ainsi que Assayas n'hésite pas à montrer les rapports entre certains cubains anti-castristes exilés en Floride et des trafics de drogue et à faire des espions cubains infiltrés en Floride des hommes et des femmes pour lesquel.le.s on ressent de l'empathie. Tourné aux Canaries et à Cuba, le film présente une distribution haut-de-gamme, avec notamment Penélope Cruz, Édgar Ramírez, Gael García Bernal et Ana de Armas. Quant à la musique, on la doit à Eduardo Cruz, le frère de Penélope. En fait, ce film est à la fois trop long et trop court. Une mini-série comme l'avait été "Carlos" du même Assayas, eut été préférable. Mini-série dans laquelle le rôle de Carlos était interprété par ... Édgar Ramírez.
    Min S
    Min S

    Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 279 critiques

    4,0
    Publiée le 1 février 2020
    J'ai passé un bon instant cinéma avec cubain network, acteurs de qualité, une histoire intéressante, belle réalisation, j'ai pas vu le temps passer.
    DCP87
    DCP87

    Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 9 critiques

    4,0
    Publiée le 17 février 2020
    Découvert en avant première lundi soir, très prenant, on retrouve avec plaisir des comédiens de talent dans une intrigue d'espionnage qui change de ce qu'on peut voir en la matière d'habitude.
    Pierre Nicolas Sylvain
    Pierre Nicolas Sylvain

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 12 critiques

    5,0
    Publiée le 29 janvier 2020
    La brochette de comédiens est super. On se laisse embarquer dans cette intrigue et quand on pense que c'est une histoire réelle derrière, c'est assez incroyable. Un bon moment de cinéma.
    RPari
    RPari

    Suivre son activité Lire sa critique

    5,0
    Publiée le 29 janvier 2020
    Un grand thriller sur une histoire vraie passionnante entre Cuba et Miami. Des acteurs au top. À ne pas manquer!
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top