Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
La Chute de l’Empire américain
note moyenne
4,0
631 notes dont 88 critiques
17% (15 critiques)
44% (39 critiques)
27% (24 critiques)
5% (4 critiques)
2% (2 critiques)
5% (4 critiques)
Votre avis sur La Chute de l’Empire américain ?

88 critiques spectateurs

traversay1
traversay1

Suivre son activité 471 abonnés Lire ses 3 001 critiques

4,5
Publiée le 20/02/2019
Le plaisir d'un récit rondement mené et riche en ruptures de ton. C'est cela avant tout La chute de l'empire américain qui, malgré son titre, n'a rien d'une suite du mythique Le déclin de l'empire américain et des Invasions barbares. Denys Arcand aurait d'ailleurs pu reprendre le titre d'un de ses (savoureux) premiers films ; La maudite galette. L'argent et la quête obsessionnelle des hommes pour en avoir toujours plus, tel est le thème limpide de cette chronique sociale qui se déguise parfois en polar nerveux voire en comédie romantique, soit un cocktail de genres comme l'ont souvent été les longs-métrages du cinéaste québécois comme les méconnus et brillants Jésus de Montréal et De l'amour et des restes humains. Ne pas oublier également que Arcand a réalisé quelques documentaires marquants en ces jeunes années et qu'il reste le dernier des metteurs en scène de sa province de la "vieille" école, reconnue pour son ironie et don humour décapant (les noms de Gilles Carle et de Claude Jutra, par exemple, ne disent sans doute rien à beaucoup de spectateurs de La chute de l'empire américain). Le film d'Arcand utilise à son profit le cynisme de ses personnages et de son époque avec un effet boomerang, d'une exquise causticité, en égouttant des stéréotypes et des archétypes (les flics, l'homme d'affaires, l'escort, l'employée de banque, les délinquants ...) comme des serpillères pour en tirer les vers d'une comédie ô combien humaine. Mais fondamentalement, au-delà de son aspect moraliste et goguenard, constantes du cinéma d'Arcand, c'est l'architecture narrative qui séduit ainsi que sa manière satirique, volontairement candide. In fine, la seule valeur qui trouve grâce aux yeux du réalisateur dans le monde d'aujourd'hui, c'est l'amour. Il est vrai que la plastique affolante de la sublime Maripier Morin aurait de quoi faire oublier à beaucoup la couleur de l'argent.
dominique P.
dominique P.

Suivre son activité 379 abonnés Lire ses 1 875 critiques

4,5
Publiée le 24/02/2019
Ce film est particulièrement excellent à tous les niveaux. C'est passionnant, c'est bien réalisé et bien joué, aucun moment d'ennui pendant deux heures. Cette histoire est audacieuse, réaliste, dénonciatrice du pouvoir de l'argent. Ce film réussit parfaitement ses deux missions : divertissement et réflexion.
Aulanius
Aulanius

Suivre son activité 60 abonnés Lire ses 1 477 critiques

3,0
Publiée le 27/02/2019
Sympa et plutôt original. Je parle pas spécialement de l'histoire en elle-même mais surtout dans la façon dont s'est amené. Avec un sujet sérieux et parfois de la violence, le réalisateur apporte cette touche d'humour qui provoque un mélange subtil. Les acteurs sont bons et le côté québécois a du charme. Pas besoin de sous-titres, on arrive à tout comprendre. Il se passe toujours quelque chose mais j'avoue que 2h10, c'est un peu trop long. Je pense que l'on aurait dû réduire le tout pour que ce soit plus direct. Bande originale au top, rien à redire de ce côté là. Mais, parce qu'il y a un mais, je déplore ce côté Robin des Bois des temps modernes, c'est insupportable. En 2018, on mérite mieux que cette morale que l'on nous resserre sans cesse. Je trouve aussi un peu lourd les relations entre chaque protagonistes, on ne voit ça que dans les films et justement, ça casse un peu le côté réaliste. A part ça, c'est une jolie découverte et celà m'a donne envie de regarder les deux autres longs métrages de la trilogie. Bon film à toutes et à tous ! 12/20.
circusstar
circusstar

Suivre son activité 30 abonnés Lire ses 534 critiques

4,0
Publiée le 08/04/2019
C’est une excellente comédie, c’est drôle, l’histoire est franchement bien écrite. Les acteurs et actrices sont excellents. Les situations sont cocasses. J’ai vraiment été emballée par ce film.
poet75
poet75

Suivre son activité 169 abonnés Lire ses 621 critiques

4,0
Publiée le 22/02/2019
Mais pourquoi le québécois Denys Arcand éprouve-t-il le besoin de donner à ses films des titres grandiloquents ? C’est d’autant moins pertinent que les intrigues ne s’accordent généralement pas à autant d’emphase. Quoi qu’il en soit, après « Le Déclin de l’Empire américain » (1986) et « Les Invasions barbares » (2003), voici « La Chute de l’Empire américain » ! Oublions ces titres peu adéquats. Les contenus des films restent, eux, plutôt alléchants et le film qui sort aujourd’hui est peut-être le plus captivant des trois. Nul doute, Denys Arcand est en pleine forme du point de vue des trouvailles de scénario et de mise en scène. Ou, plus exactement, il brille par la qualité des personnages qu’il a imaginés et, en particulier, de deux d’entre eux. Ce sont eux qui donnent du caractère au film en engendrant de multiples surprises. L’histoire que met en scène le réalisateur n’est pas d’une folle originalité mais les personnages, eux, le sont et c’est grâce à leur présence que le film fascine. L’intrigue se base sur une histoire de braquage qui tourne mal, ce qui n’a rien d’inédit au cinéma. Mais, et c’est à cause de cela que le film suscite l’intérêt, par un concours de circonstances, les millions de dollars canadiens dérobés se retrouvent en possession d’un livreur qui passait par là, à ce moment précis. Ce livreur, prénommé Pierre-Paul (Alexandre Landry), c’est lui le personnage central et c’est lui qui, par excellence, échappe aux conventions du genre et à tous les clichés. C’est un personnage étonnant, en effet, créant toujours la surprise. Il donne au film un ton et une originalité qui font mouche. Citant volontiers les grands philosophes, livreur de profession, bénévole dans une association d’aide aux sans-abris, ne refusant jamais de donner la pièce à ces derniers quand il les croise, il n’imagine pas moins tout un stratagème pour mettre en sécurité le magot dont il s’est emparé à la faveur des événements. Pour ce faire, il trouve un soutien de poids en la personne de Sylvain Bigras (Rémy Girard, vétéran des films de Denys Arcand), un ex détenu qui en a profité pour étudier le droit fiscal et imaginer des combines pour mettre à l’abri de grosses sommes d’argent. Le personnage est plus conventionnel. Mais quelqu’un d’autre se joint à ce duo, en la personne d’une call girl (Maripier Morin) qui se fait nommer Aspasie, du nom d’une courtisane de l’antiquité grecque. Or cette prostituée de luxe, d’un charme redoutable, que Pierre-Paul a pu faire venir à son domicile grâce à l’argent dont il s’est emparé, révèle, elle aussi, des facettes inattendues, surprenantes chez quelqu’un de cette sorte. Non seulement ce n’est pas seulement le profit qui l’intéresse, mais elle se montre même capable d’une générosité qui interpelle.spoiler: Le film trouve ainsi son point d’orgue, lorsqu’un sdf, muet de stupeur du fait de la prodigalité dont il est le bénéficiaire, est longuement étreint par la belle Aspasie. Rien que pour cette scène, ce film mérite d’être applaudi !
islander29
islander29

Suivre son activité 266 abonnés Lire ses 1 758 critiques

3,5
Publiée le 20/02/2019
Symboliquement, le film commence avec une télé parlant De Price, l'actuel gardien des Canadiens (hockey sur glace)...Le décor est planté , on est à Montréal….je trouve qu'il y a une certaine habileté du film, à démonter les injustices sociales, en, nous parlant des lobbies financiers, d'évasion fiscale….d'un côté les très riches, de l'autre les sdf...Le contraste à certains moments est saisissant…..L'histoire de ce jeune couple (l'étudiant philosophe, Alexandre Landry, la call girl Maripier Morin) est orchestrée avec beaucoup d'humour ( écoutez les blagues sur les citations de philosophes Aristote, Platon, Socrate en début) et avec pas mal de dynamisme. Les dialogues sont un des points forts du film, mais le scénario aussi…..Il y a un passage où j'ai fermé les yeux (scène de torture , mais pour le reste cette dénonciation du monopole de l'argent, (source de la chute de l'Amérique suivant l'auteur) est assez subtile et brillante (sans lourdeur à signaler (rien de lancinant))...Mon seul petit reproche sera la technique très académique et sans aucune surprise (en photographie, travelling ou musique)...mais était ce le but du réalisateur ? Sans être un chef d'œuvre à La Scorsese, ou à la Oliver Stone, ce film a quand même le mérite d'exister et d'être intéressant….Je conseille, sans insister…..
yeepee
yeepee

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 25 critiques

4,5
Publiée le 19/02/2019
Vu en avant-première, j'ai passé un très bon moment. Denys Arcand sait se faire attendre, pas mal d'années se sont écoulées au final entre ses 3 petits chef-d’œuvres, mais je ne lui en veux pas, le résultat est jubilatoire!
ATHMOS.ONER
ATHMOS.ONER

Suivre son activité 94 abonnés Lire ses 223 critiques

4,0
Publiée le 26/02/2019
A 77 ans, Denys Arcand pourrait logiquement lever le pied et pourtant, il conclut sa trilogie avec une ironie féroce et jubilatoire. « La Chute de l’Empire Américain » est une fable un brin angélique mêlée à un polar rocambolesque qui tire sur les méfaits du capitalisme et les dérives financières. Ce menu roboratif peut sembler indigeste, voir maladroit, il n’en est rien ! Comme par magie, tout fonctionne, parfois un peu trop gentiment mais ça passe toujours comme une transaction financière en Suisse. Le film fourmille de détails pertinents sur nos vies, sur notre acceptation de règles absurdes qui ne privilégient que les plus aisés, sur les moyens limités de la police et les conséquences que cela peut avoir… Les faits de sociétés sont démontés un à un, sur un ton à l’humour corrosif et réjouissant, qui finit tout de même par faire grincer des dents. La mécanique des montages financiers en prend plein les dents en or et c’est un véritable plaisir de retrouver Pierre Curzi en financier respectable et protégé par le système, alors que son métier consiste à favoriser l’évasion fiscale. Les autres acteurs ne sont pas en reste : Rémy Girard en motard magouilleur est parfait de cynisme et d’expériences de vie de malfrat. Alexandre Landry porte parfaitement le paradoxe de l’argent sur son visage. Enfin, Maripier Morin apporte son lot de surprises et fait office d’une très jolie cerise sur le gâteau dont les parts financières sont copieuse ! Mélange de genre réussi, ce film divertissant n’oublie pas de dénoncer notre rapport à l’argent jusqu’à éclabousser et corrompre des personnes pourtant altruistes et intelligentes. La chute est belle et bien là.
Ya c
Ya c

Suivre son activité Lire ses 4 critiques

1,5
Publiée le 25/02/2019
Quelques situations drôles, quelques répliques drôles, mais mon dieu que c'est mal écrit. C'est dune paresse et d'une superficialité dérangeantes, d'autant plus que le film débute par une critique sévère de philosophes.. on dirait un scénario écrit par un adolescent qui découvre l'écriture et la lecture. Une intrigue sans obstacle aucun, ni opposition. Aucun débat moral entre les personnage, ça manque de nuance et de profondeur dans les propos. Lorsqu'on essaye de faire rire avec un sujet grave il faut aller jusqu'au bout et proposer une pensée. La c'était du foutage de gueule carrément Les deux policiers dont l'un est présenté comme matheux, sont ridiculisés. Les mafias auxquelles le protagoniste a volé l'argent n'ont aucun rôle dans l'intrigue malgré leur apparition tout au long du film. Lorsqu'on ne sait pas écrire un scénario on fait appel à de vrais scénaristes. Cerise sur le gâteau, la scène finale, de vrais pauvres regardent le spectateur droit dans les yeux pour le culpabiliser , finir une comédie sur une note d'émotion et de culpabilité, c'est de la manipulation malsaine et irrespectueuse. Et puis quel est le rapport avec la chute de l'empire américain ?
Lolotelol
Lolotelol

Suivre son activité Lire sa critique

0,5
Publiée le 03/03/2019
Un intrigue prévisible, des longueurs monumentales, pour un final se voulant être une séquence émotion mais tellement à côté de la plaque..... Dommage de mettre une poupée barbie pour devoir capter l'attention à défaut d'être capable de faire un bon film avec une actrice réellement charismatique... Tellement pathétique et mysogine... J'ai perdu ma soirée
Olivier S
Olivier S

Suivre son activité Lire ses 3 critiques

1,0
Publiée le 03/03/2019
Nul, archi nul. Incroyable comme ce film peut être si mauvais à tous les niveaux. Le scénario est débile et complètement invraisemblable. Les acteurs dans leur majorités sont très mauvais. Il est plein de clichés mysogines. Ponctué de séquences informatives et moralisatrices sans aucun intérêt. Et pour finir absence total de rythme et humour plus que médiocre. A fuir absolument !!
Yves G.
Yves G.

Suivre son activité 303 abonnés Lire ses 1 576 critiques

2,0
Publiée le 05/03/2019
Titulaire d'un doctorat en philosophie, Pierre-Paul Daoust (Alexandre Landry) est d'une intelligence supérieure. Mais loin d'être un atout, cette qualité l'a selon lui empêché de trouver sa place dans la société. Il végète dans un emploi de livreur quand un enchaînement hasardeux de circonstances le met en possession du butin considérable d'un hold-up. Que faire de cet argent tombé du ciel ? Comme l'annonce son affiche, "La Chute de l'empire américain" est le troisième volet d'une trilogie commencée vingt ans plus tôt. Si "Le Déclin de l'empire américain" (1986) avait pour thème le sexe et "Les Invasions barbares" (2003) la mort, "La Chute..." parle de l'argent et de son pouvoir corrupteur. J'ai découvert Denys Arcand adolescent. Je me souviens de mon enthousiasme devant "Le Déclin..." et, trois ans plus tard, "Jésus de Montréal". Tout me plaisait dans le cinéma iconoclaste de ce réalisateur québecois : son refus des convenances, son humour corrosif, sa façon ironique de s'emparer des sujets les plus graves et l'exotisme que possède, de ce côté-ci de l'Atlantique, le vocabulaire fleuri de ses acteurs. Trente ans plus tard, la recette est éventée. La mayonnaise ne prend plus. Si Denys Arcand n'a rien perdu de sa rage contre les inégalités sociales et contre le capitalisme qui enrichit scandaleusement une minorité et laisse sur le trottoir des hordes d'itinérants (québécisme pour SDF), sa façon de le dénoncer fonctionne à vide. Il invente une histoire abracadabrante autour du butin échu à Pierre-Paul. Pour écouler cette manne, le livreur-philosophe s'entoure d'un repris de justice (Rémy Girard), d'un avocat véreux (Pierre Curzi) et d'une ravissante "escort" (Maripier Morin qu'on espère revoir très vite). L'enchaînement des situations vise un double but sans toujours l'atteindre : nous faire rire et réfléchir sur le pouvoir corrupteur de l'argent. Mais le scénario souffre d'un vice rédhibitoire : sous couvert d'épingler une société dominée par l'argent, il fait le paradoxal éloge de sa possession.
Edouard T
Edouard T

Suivre son activité Lire sa critique

0,5
Publiée le 24/02/2019
C'est un très mauvais film. Le réalisateur n'arrive à créer d'empathie pour aucun personnage, ce qui est la pire marque d'incompétence pour un raconteur d'histoire. Le film est bourré d'incohérences sans lesquelles l'intrigue ne peut pas avancer. Deux rôles secondaires (un flic et un mafieux) sont extrêmement mal joués. La mise en scène n'est pas minimaliste, elle est juste paresseuse. Le film ne trouve jamais son ton, oscillant entre une comédie tiédasse et un thriller mou. Mais le pire, c'est que le réalisateur, qui voulait livrer un message anto-capitaliste, exprime tout le contraire sans le faire exprès. Une arnaque.
desiles ben
desiles ben

Suivre son activité 20 abonnés Lire ses 187 critiques

2,0
Publiée le 24/02/2019
le film démarre sur les chapeaux de roue mais s'enlise rapidement dans des discussions interminables sur ce que le héros va pouvoir faire de son argent, entrecoupées de critiques sur les paradis fiscaux, la bienveillance du gouvernement canadien envers les dictateurs africains richissimes etc. etc. j'ai fini par m'ennuyer...
Christiane H
Christiane H

Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 1 540 critiques

0,5
Publiée le 25/03/2019
La bande d’annonce attrayante, le titre tape à l’œil, une découverte du scénario mis en scène, la comédie à première vue avec ces accents québécois francophones au pays du caribou. De la philosophie galère qui ne gagne pas des masses, l’imitation de la communauté haïtienne sur les gangsta rap anglophones cités banlieusards, hip hop un hold-up qui tourne le mal d’argent, ensuite le réchauffement climatique dans tout ce cinéma. La scène choc m’a scotché sur mon siège, la méthode germanique sur les positions non naturelles, une véritable torture contorsionniste imposée de force inhumaine. J’en reviens sur cette ambiance de plomb, c’est tout le film en entier qui part en vrille dans ces inexplicables débordements, le sujet dont je n’arrive pas à saisir, les personnages sont chauds bouillants show devant, désolé, c’était nul. L’empire américain s’écroule tel un château de carte en un souffle, emportant son voisin royaume vassal cinématographique, bête et naïf constat du capitalisme outrancier, quelques astuces où mettre son argent dépôt pendant les vacances, la culpabilité bigote comme cliché final.
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top