Mon AlloCiné
    Chaînes conjugales
    note moyenne
    4,0
    260 notes dont 50 critiques
    26% (13 critiques)
    56% (28 critiques)
    10% (5 critiques)
    6% (3 critiques)
    0% (0 critique)
    2% (1 critique)
    Votre avis sur Chaînes conjugales ?

    50 critiques spectateurs

    Attila de Blois
    Attila de Blois

    Suivre son activité 121 abonnés Lire ses 1 610 critiques

    4,5
    La réalisation de "A Letter to Three Wives" fut initialement proposé à Ernst Lubitsch qui, malheureusment, décéda durant le tournage de "That Lady in Ermine". C'est effectivement le genre d'histoire que Lubitsch appréciait. Cependant, lorsque l'on voit ce que Joseph L. Mankiewicz en a fait, on n'y perd pas au change. "A Letter to Three Wives" est un petit bijou qui mêle habilement humour, romance et suspens. S'appuyant sur des flashbacks, le cinéaste nous laisse entrevoir quelques fragments de la vie de ces trois couples non sur un ton sarcastique. Les dialogues sont eux-même croustillants et ce n'est pas pour rien que le film gagna deux oscars, celui du meilleur réalisateur et celui du meilleur scénario. Je le conseille vivement.
    gimliamideselfes
    gimliamideselfes

    Suivre son activité 907 abonnés Lire ses 2 629 critiques

    4,5
    Bon film, bon scénario, bons acteurs, très intéressant, très bien mis en scène, que demander de plus ? Mankiewics joue avec son spectateur, le fait sourire, le fait douter, espérer. On est comme ces femmes dont on explore le vécu. De plus la narration est pas mal du tout. Des bonnes idées à la pelle.
    cylon86
    cylon86

    Suivre son activité 467 abonnés Lire ses 2 991 critiques

    4,0
    Mankiewicz signe là un film qui repose avant tout sur son scénario, parfaitement écrit avec de brillants dialogues (la tirade de Kirk Douglas contre la radio) et nous livre une étude critique non dénuée de cynisme des mœurs américaines au travers de trois flash-backs montrant les parcours de différents couples. La mise en scène est d'une admirable perfection et les acteurs sont exceptionnels.
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 1470 abonnés Lire ses 8 622 critiques

    4,0
    L'une des grands films de Joseph L. Mankiewicz! Le film raconte brillamment l'histoire de trois femmes (inoubliables Jeanne Crain, Linda Darnell et Ann Sothern) qui, pendant une journèe, se demandent lequel de leurs èpoux est parti avec une rivale! spoiler: Elles s'aperçoivent en fin de compte que les trois maris sont restès fidèles , ce qui ne fait que renforcer leurs mènages! Cet hommage au couple est bien sûr supèrieur à l'ènoncè de cette intrigue boulevardière, somme tout assez banale! A l'arrivèe, "A Letter to Three Wives" est une rèussite qui a reçu l'Oscar du meilleur rèalisateur et du meilleur scènario! Y a pas à dire mais c'est dans le genre « moralisant » de la comèdie de moeurs que ce diable de Mankiewicz excella! Marivaudage, malentendus, quiproquos...rien ne manque ici pour passer un bon moment...
     Kurosawa
    Kurosawa

    Suivre son activité 212 abonnés Lire ses 354 critiques

    4,0
    Trois femmes, trois couples et trois flashback pour tenter de savoir avec quel mari est partie la mystérieuse Addie Ross, laissée astucieusement hors-champ pendant tout le film. Mais moins que de faire deviner laquelle des trois amies a été trompée, il s'agit surtout de réaliser une étude précise du couple et tout ce qui pourrait le mener à sa fin. Entre la peur de Deborah de ne pas être à la hauteur de son mari et de ne pas s'adapter à sa nouvelle ville, le zèle de Rita auprès de sa patronne afin d'obtenir une promotion et la manipulation de Lora Mae pour attirer Porter, les trois portraits ne sont pas tendres avec les femmes et soulignent donc, à travers une écriture d'une grande finesse (une habitude chez Mankiewicz), leurs caractères exigeants, dominateurs et égoïstes. Souvent critique avec ces femmes qui tentent de comprendre leurs erreurs, le film touche par son ton grinçant, que ce soit dans sa moquerie des mœurs des classes aisées ou à travers sa tirade contre la société de consommation (Kirk Douglas en très grande forme). Pourtant, loin de charger ostensiblement ses personnages, le film leur témoigne une bienveillance et relativise du même coup leurs défauts. C’est bien ce curieux mélange de sarcasme et de douceur qui fait la singularité de « A Letter to Three Wives », savoureuse comédie au happy-end surprenant et malicieux.
    soniadidierkmurgia
    soniadidierkmurgia

    Suivre son activité 199 abonnés Lire ses 2 105 critiques

    4,5
    Avec ce film, Mankiewicz s’essaye à la comédie romantique. La construction du scénario est simple, trois amies qui s’en vont en croisière pour une journée avec des adolescents dans le cadre d’un œuvre de bienfaisance reçoivent un billet d’une de leurs « amies » leur annonçant qu’elle va partir avec le mari de l’une d’entre elles. Lequel ? Là est toute la question. Quand je dit « ami » des trois femmes je devrais plutôt dire égérie des 3 époux qui ne jurent que par la classe et la distinction de la fameuse Amy. Cette femme qui est le noeud central de l’intrigue n’apparaîtra jamais à l’écran autrement que furtivement de ¾ dos dans une seule scène. Ce parti pris de Mankiewicz vise peut-être à nous démontrer que selon lui la femme idéale n’existe pas et qu’elle se construit uniquement dans les fantasmes des hommes et par ricochet dans ceux des femmes construit sur le mode de la rivalité. Adroitement Mankiewicz nous emmène par 3 flash-back dans l’intimité des trois couples. Il en ressort comme c’est très bien dit dans les bonus que la vie de ses trois femmes s’est bâtie et se déroule dans l’adversité. Jeanne Crain a du mal à s’habituer à la vie bourgeoise de cette riche banlieue ayant été élevée dans une ferme. Ann Sothern doit faire des compromissions pour mener sa carrière et assumer le train de vie auquel elle aspire face à un Kirk Douglas entièrement tourné vers son métier d’enseignant en lettre. De son côté Linda Darnell après avoir réussit à séduire son patron pour se sortir de sa très modeste condition vit mal le malentendu sur lequel s’est bâti le couple qu’elle forme avec Paul Douglas qui fait ici ses débuts à l’écran. Les préoccupations sociales de Mankiewicz sont donc présentes malgré son choix initial de traiter son sujet sur le mode de la comédie. Mais tout ceci est filmé et joué avec tellement de grâce et de légèreté que l’on est emporté le charme des six personnages qui sont tous très attachants. Bien sûr la plupart des 3 scènes relèvent du roman photo et un autre que Mankiewicz nous aurait livré un produit facilement assimilable à une sitcom. Mais voilà, c’est Mankiewicz qui est à la baguette et ça change tout.
    cbio
    cbio

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 96 critiques

    0,5
    une bonne idée de départ mais beaucoup trop de longueurs et de bavardage. les acteurs ne sont pas exeptionnels.
    Clément Mari
    Clément Mari

    Suivre son activité 59 abonnés Lire ses 74 critiques

    5,0
    Mankiewicz met en scène avec la grande subtilité qui le caractérise cette comédie sur les rapports sociaux en s'interressant aux troubles conjugaux de trois couples. Un scénario intelligent, un découpage très fin, des acteurs attachants, tout est réuni pour un divertissement sans failles. Le film n'est pas sans évoquer la série Desperate Housewives (intérêt pour les personnages féminins, peinture de la banlieue aisée, chronique des tragédies du quotidien et même voix off d'un personnage absent).
    Yoloyouraz
    Yoloyouraz

    Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 566 critiques

    2,5
    Un classique qui enchante grâce à sa superbe galerie de personnage, et ce malgré son scénario complexe ou sa réalisation sans génie.
    EricDebarnot
    EricDebarnot

    Suivre son activité 125 abonnés Lire ses 910 critiques

    4,0
    Récemment réédité en DVD dans une version correcte, "Chaînes Conjugales" démarre allègrement comme une version originelle de "Desperate Housewives" (frivolité des épouses oisives, détachement des maris un peu veules, et cette voix sublime - pas vraiment d'outre-tombe ici, mais pas loin - qui commente l'action avec une distance cruellement ironique...), avant de s'épanouir de manière complètement paradoxale : entre le mélodrame classique - jeu tendu et intense des actrices, toutes trois sublimes (mention particulière à la renversante Linda Darnell, me semble-t-il injustement oubliée aujourd'hui !) - et le thriller sociologique, le spectateur ne sait plus trop quoi penser, d'autant que Mankiewicz redouble de dialogues étincelants et de coups de poker dans sa mise en scène (ah ! cette idée géniale de ne jamais voir LA séductrice !). "Chaînes Conjugales" séduit et déconcerte tout autant, peut-être parce que le cinéma d'aujourd'hui a abandonné ce niveau de richesse et de complexité.
    Tanezir
    Tanezir

    Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 583 critiques

    4,0
    J'ai bien aimé le concept de la femme fatale qui envoûte les maris de ses amis et qui par la même occasion les rend folles et provoque chez elles une violente prise de conscience les poussant à faire une sorte de travail psychologique sur elle-même. On ne voit jamais Addie Ross ce qui renforce encore plus le côté mystérieux de la personne. La réalisation est pas mal et le scénario de base est solide donc forcément le film se tient. Les acteurs jouent bien et par conséquent on a un film qui tient parfaîtement la route même si ce n'est pas ce que j'ai préféré dans tous les films que j'ai vu. J'espère ne pas l'oublier trop vite.
    cocolapin-2la-foret-des-revebleu
    cocolapin-2la-foret-des-revebleu

    Suivre son activité 19 abonnés Lire ses 105 critiques

    5,0
    Le premier grand film de Mankiewicz, et sans doute mon préféré. Il n'a certes pas la brillance de la Comtesse aux pieds nus, autre chef d'oeuvre, ni le suspense de Soudain l'été dernier, ni non plus l'élégance d'Eve, mais il rend pour l'époque un ton curieux, neuf, disséquant avec ironie la vie de la classe moyenne et haute d'une petite ville près de New York. A la fois mélodrame et comédie de moeurs, Chaînes Conjugales s'appuie sur des dialogues étincelants (Mankiewicz est le plus grand dialoguiste du cinéma américain avec Billy Wilder) et une interprétation d'une grande qualité : il donne à trois actrices méconnues probablement leurs meilleurs rôles. La fragilité juvénile de Jeanne Crain fait merveille, l'élégance tendue d'Ann Sothern est inoubliable, et Linda Darnell, femme à la beauté ravageuse, mi pute mi reine, est tout simplement sublime. Chez les hommes, on peut certes oublier un Jeffrey Lynn un peu fade pour s'intéresser aux deux Douglas, Kirk et Paul, tous deux aussi prodigieux que leurs partenaires féminines. Le discours de Kirk sur la publicité est un vrai régal, tout comme les joutes oratoires de Paul avec Linda, savoureuses et dignes d'une screwball comedy ! On accompagne réellement ces trois femmes dans leur combat quotidien du maintien de la vie de couple, profondément moderne, aussi bien dans sa description des héroïnes (Rita qui gagne plus que son mari, Deborah qui change soudainement de milieu social, Lora Mae qui a lutté pour améliorer sa vie) que dans la description de la vie des Américains à cette époque ! Un vrai bijou, sur lequel Marc Cherry a dû délirer tant ou peut penser à Desperate Housewives avec cette sublime voix off qui commente l'action, ce portrait de l'Amérique...
    emily_g
    emily_g

    Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 130 critiques

    5,0
    Premier chef d’œuvre de Mankiewicz, « Letter to three wives » est un modèle d’intelligence et d’orfèvrerie hollywoodienne. Mais c’est sa modernité qui ne cesse de surprendre : narration quasi expérimentale (une narratrice omnisciente qui n’est autre que le refoulé des trois personnages féminins), acuité du discours politique (l’Amérique comme le lieu où la violence est socialement agrégée) et vision sans fard des rapports de couple (qui sont avant tout un lieu de duel, un mélange de pulsions et de calcul, souvent destructeur). Au cœur du film, des femmes qui subissent tout autant la violence des règles sociales (sans mariage pas d’issue) que celle d’un bonheur domestique dont elles semblent ironiquement les principaux architectes (les hommes ont aussi leurs combats, mais peuvent encore se réfugier derrière une assurance toute virile). Alors que pour les héroïnes, le bonheur est toujours fragile, le vernis prêt à s’effriter. Sous ses allures de mélodrame sophistiqué, le film est ainsi une charge violente contre le modèle d’une société obsédé par le bonheur. La peur du refoulé est ainsi permanente, tout comme l’angoisse de l’humiliation - chacune des trois femmes subira un outrage dans ce récit en apparence si léger. On retrouve bien là ce mélange de cynisme et d’humanisme qui caractérise le cinéma de Mankiewicz, toujours près à nous plonger dans la violence de nos contradictions sans cesser de nous divertir, toujours à ouvrir la brèche d’une réflexion puissante sur nos constructions sociales et nos éternels jeux de pouvoir.
    QuelquesFilms.com
    QuelquesFilms.com

    Suivre son activité 83 abonnés Lire ses 985 critiques

    4,0
    Un scénario malin et un brin pervers. Une femme qui attise tous les désirs masculins et toutes les jalousies féminines, mais que l'on ne verra jamais à l'écran. Une observation ironique de la vie de couple à travers trois flash-back et trois portraits de femmes obsédées par l'ascension sociale. Adaptant un roman de John Klempner, Mankiewicz structure habilement un film psychologique à suspense, en jouant sur une belle gamme de tons : caustique, nostalgique, sentimental. Certains dialogues, très aiguisés, confèrent à ces Chaînes conjugales une élégance cruelle. Voici ce que François Truffaut a écrit sur ce film : "Un contenu brillant, intelligent, où tout n'est qu'élégance, goût et raffinement, un contenant quasiment diabolique de précision, d'adresse, de science, un sens de la durée des plans et de l'efficacité des effets (...), voici l'art de Joseph Mankiewicz."
    Harp0
    Harp0

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 2 critiques

    4,5
    Comédie avec un second degré délicieux et un esprit des plus sarcastique. Des dialogues ciselés qui font mouche viennent compléter le tout. Un magnifique Mankiewicz !
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top