Notez des films
Mon AlloCiné
    Antoinette dans les Cévennes
    note moyenne
    3,8
    976 notes dont 157 critiques
    répartition des 157 critiques par note
    14 critiques
    54 critiques
    50 critiques
    28 critiques
    7 critiques
    4 critiques
    Votre avis sur Antoinette dans les Cévennes ?

    157 critiques spectateurs

    Christoblog
    Christoblog

    Suivre son activité 430 abonnés Lire ses 1 255 critiques

    4,0
    Publiée le 17 septembre 2020
    Antoinette, c'est Laure Calamy. Et c'est peu dire que cette dernière porte tout le film, et trouve ici un rôle à la mesure de son talent, qui est immense. Son personnage de fille bien en chair, romantique et un peu nunuche, popularisée par la série Dix pour cent, s'irise ici d'une palette de sentiments intenses et inattendus. Résumons brièvement le pitch du film : Antoinette, amoureux d'un homme marié, rejoint celui-ci qui randonne sur le chemin de Stevenson avec sa femme et sa fille. Bien sûr, l'initiative est ridicule et d'une certaine façon désespérée : on se doute bien que cela ne va pas évoluer vers une issue heureuse. L'intérêt du film est donc ailleurs, dans l'évolution progressive d'Antoinette sur les chemins cévenols. C'est évidemment dans le cheminement, et non dans le but poursuivi, qu'Antoinette va progressivement se transformer. Cette subtile évolution du personnage est très agréablement servi par la fine écriture de la réalisatrice scénariste Caroline Vignal. Le film propose un cocktail réjouissant de scènes franchement drôles, de lignes narratives très amusantes (la réputation d'Antoinette qui la précède sur le chemin), de moments intenses et décalés (la belle conversation entre Antoinette et Eleonore), d'évocations feutrées du périple stevensonien (Le personnage de Patrick doit beaucoup à la Modestine de Voyage avec un âne dans les Cévennes), de beaux paysages et de personnages secondaires croqués avec tendresse et acuité. Sans être renversant, Antoinette dans les Cévennes présente un grand nombre de qualités, qui en font une comédie fine et agréable, digne du label que lui a accordé le Festival de Cannes.
    Ufuk K
    Ufuk K

    Suivre son activité 202 abonnés Lire ses 861 critiques

    3,5
    Publiée le 17 septembre 2020
    " Antoinette dans les Cévennes " présenté cette année au festival de Cannes est une comédie romantique plaisante. En effet même si ce n'est pas le film du siècle et l'ensemble soit convenu , j'ai pris plaisir à suivre cette histoire farfelue qui navigue entre le genre romantique et celui de l'humour avec des séquences drôles et une Laure Calamy qui illumine le film .
    Cinemadourg
    Cinemadourg

    Suivre son activité 170 abonnés Lire ses 812 critiques

    2,0
    Publiée le 17 septembre 2020
    L'énorme problème de cette comédie est... que ce n'est pas drôle !! A part 2 ou 3 moments risibles où Antoinette galère avec son âne buté (pléonasme), ce film est plutôt plombant et navrant tant cette pauvre maîtresse d'école vit un calvaire du début à la fin avec son amour unilatéral pour un homme marié. Sur un coup de tête, elle décide de partir faire une randonnée pédestre d'une semaine avec une mule prénommée Patrick. La raison est simple : son amant a prévu de faire cette même excursion avec sa femme et sa fille et elle rêve de le croiser... Cette histoire m'a un peu miné et pas du tout donné le peps qu'on pourrait attendre d'une bonne comédie : aucun rire et pire, des moments embarrassants et une ambiance légèrement morose totalement déconcertante. Il reste la fraîcheur naïve de l'actrice Laure Calamy et la beauté des paysages des Cévennes : c'est peu, trop peu. Pénible. Site CINEMADOURG.free.fr
    PLR
    PLR

    Suivre son activité 117 abonnés Lire ses 957 critiques

    3,0
    Publiée le 16 septembre 2020
    La bande-annonce particulièrement bien formatée fait que l’attente est forte et que le spectateur est dans les meilleures dispositions pour pressentir de l’excellence. Finalement non, pas excellent. Bon oui, pas forcément tant que ça non plus d’ailleurs. Côté attente, il y a Laure Calamy, enfin dans un rôle principal, elle qui a crevé l’écran plusieurs fois dans des seconds rôles pas si secondaires que ça. Côté attente aussi, un âne au centre du scénario. J’ai toujours pensé que dans les festivals, il faudrait décerner un prix spécifique pour tout animal n’étant pas qu’un simple accessoire narratif mais tenant réellement un rôle. Faute d’autres prétendants, l’âne Patrick aura le prix. Mais bon… l’attente a été si forte qu’il manque quand même quelque chose. Plus qu'une seule chose. Et enfin, les Cévennes, la nature, une sorte road movie bucolique et romantique aussi, avec une vague idée de ce que faisait parfois Eric Rohmer. Il y a ce qu’il faut avec ces prétendants qui viennent tour à tour tenter leur chance auprès d’Antoinette. Tiens, sur le registre Rohmérien, Marie Rivière figure dans la distribution des rôles (Claire, l’une des randonneuses). Mais malgré toutes les qualités, l’originalité surtout, la satisfaction n’est pas pleine et entière. Paradoxe, c’est à cause de la bande-annonce !
    Sterwerze
    Sterwerze

    Suivre son activité 16 abonnés Lire ses 51 critiques

    3,5
    Publiée le 17 septembre 2020
    Film drôle avec de très jolis plans. l'actrice principale interprète avec brio son rôle. On ne s'ennuie pas.
    traversay1
    traversay1

    Suivre son activité 1035 abonnés Lire ses 3 330 critiques

    3,5
    Publiée le 30 août 2020
    Tous les garçons s'appellent Patrick. C'est Godard qui le prétendait dans un court-métrage de ses débuts. Pour les ongulés, le prénom est moins fréquent mais c'est bien celui que porte l'âne de Antoinette dans les Cévennes, véritable vedette masculine du film. Ce n'est que le deuxième long-métrage réalisé par Carole Vignal, après 20 ans de silence, et gageons qu'elle n'attendra pas autant de temps pour tourner à nouveau, étant donné que le succès devrait être au rendez-vous des aventures d'Antoinette avec son compagnon à quatre pattes (une sorte de comédie romantique entre les deux randonneurs qui, comme le genre l'affectionne, débute plutôt mal, d'autant plus que l'âne est un animal obstiné, c'est bien connu). Antoinette dans les Cévennes repose en très grande partie sur les épaules de Laure Calamy qui démontre, mais on s'en doutait déjà, qu'elle a largement les capacités pour un premier rôle, se révélant assez irrésistible de drôlerie. Attention tout de même à ne pas en faire trop, cela peut être son péché mignon, et à ne pas non plus se Karine Viardiser, car elle semble parfois copier, involontairement, sans doute, les mêmes attitudes bougonnes devant l'adversité. Il est indéniable que le film est plaisant, joliment écrit, bien que manquant un peu d'épaisseur narrative, en ayant en tête que le voyage est plus important que la destination. C'est vrai, mais admirer la splendeur des Cévennes fait aussi partie du périple, sur les traces de Stevenson. Dommage que les vacances d'été soient terminées, il est certain que le film fera beaucoup pour le tourisme local. Quitte à rebaptiser certains quadrupèdes autochtones Patrick, Bernard, Kevin ou encore Lætitia ou Sylvie, puisque le droit d'ânesse existe, faut-il le rappeler ?
    SebLefr3nch
    SebLefr3nch

    Suivre son activité 99 abonnés Lire ses 602 critiques

    4,0
    Publiée le 17 septembre 2020
    Rafraîchissant, drôle, plein d'espoir, dépasser ses limites ; voici ce qu'il me vient à l'esprit juste après la séance. Caroline Vignal signe une comédie qui nous réconcilie avec les comédies françaises grâce à la rencontre entre Antoinette et Patrick. C'est simple et très efficace, ça nous donne le sourire et on ne souhaite qu'une chose, c'est qu'Antoinette soit heureuse. Bien filmé, la réalisatrice sublime son actrice Laure Calamy qui prouve encore et encore qu'elle est une excellente actrice. Par les temps qui courent, ce film fait du bien au moral et donne envie de partir en solitaire pour avoir son Patrick sur le chemin de Stevenson.
    Francis S.
    Francis S.

    Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 75 critiques

    2,0
    Publiée le 16 septembre 2020
    Stevenson ne reconnaîtrait pas ces Cévennes là. Antoinette n'est d'ailleurs pas dans les Cévennes, elle dans un mélo fade et gnangnan qui n'amuse qu'elle. Plusieurs scènes sont d'une grande niaiserie - telles le prologue à l'école ou le réveil en forêt avec lapin, hibou, renard et biche de service. Les amourettes de notre instit en vadrouille sont aussi improbables qu'ennuyeuses. Au fond, le seul qui tienne bien son rôle, c'est l'âne. Stevenson, reviens !
    dejihem
    dejihem

    Suivre son activité 44 abonnés Lire ses 534 critiques

    4,5
    Publiée le 18 septembre 2020
    Cela faisait un petit moment que j'avais repéré Laure Calamy dans un grand nombre de seconds rôles. Elle est vraiment extraordinaire, pétulante et exubérante. C'est un régal de la voir jouer, et encore plus avec un âne.
    lionelb30
    lionelb30

    Suivre son activité 111 abonnés Lire ses 1 990 critiques

    2,0
    Publiée le 19 septembre 2020
    Frustrant , l’idée de départ est classique mais amusante et le film sauvé par l'actrice principale. Sinon , aucune intrigue , trois quart du film sur la randonnée en elle même , certes les paysages sont beaux mais il se passe quasiment rien durant tout le film.
    7fabcool7
    7fabcool7

    Suivre son activité 26 abonnés Lire ses 561 critiques

    2,5
    Publiée le 20 septembre 2020
    Je m'attendais à mieux en vue des critiques mais au bout d'un moment je me suis ennuyé un peu avec Laure Calamy en train de tirer cet âne, Patrick. Rigolé 2 ou 4 fois comme d'autres gens! Vaut mieux revoir des comédies comme 'venise n'est pas en Italie, la c'htite famille, le sens de la fête, nicky Larson ou le Jeu, le retour du héros. En tout cas, à voir aussi pour les superbes cuissettes de cette très bonne et belle actrice qui tient le film & pour les décors aussi. En faites ce n'est pas vraiment une grosse comédie. Peut-être une suite mieux réussi et + drôle...
    Padami N.
    Padami N.

    Suivre son activité 42 abonnés Lire ses 493 critiques

    3,5
    Publiée le 16 septembre 2020
    le film est drôle et surtout il est porté par L.Calamy. excellente.il est rempli de tendresse et de dérision.pas trop de temps mort.
    Citrouilleman
    Citrouilleman

    Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 471 critiques

    2,5
    Publiée le 17 septembre 2020
    Un film frais et sympathique, avec une très belle interprétation de Laure Calamy mais malgré cela, le film est souvent peu drôle et à la limite de l'ennuyeux. Un avis mitigé en somme. Mouais...
    Yves G.
    Yves G.

    Suivre son activité 489 abonnés Lire ses 2 055 critiques

    2,0
    Publiée le 22 septembre 2020
    La trentaine gentiment barrée, Antoinette (Laure Calamy) est professeure des écoles à Paris. Elle est la maîtresse d’Alice, une ravissante gamine de CM2. Elle est aussi la maîtresse de Vladimir (Benjamin Lavernhe), le papa d’Alice qui lui avait promis une semaine en amoureux, loin de sa femme, mais s’en décommande au dernier moment pour partir randonner en famille dans les Cévennes. Sous le coup de la déception, Antoinette prend une décisions irraisonnée : elle partira elle aussi sur les traces de Vladimir et sur celles de Louis Robert Stevenson, sans autre compagnie que celle de l’âne Patrick. Caroline Vignal a peut-être longuement hésité dans le titre du choix de son film. « Maîtresse » aurait été assez drôle, insistant sur le double statut d’Antoinette – professeure d’école est décidément une profession incline à l’adultère puisque Laetitia Dosch incarne un rôle similaire dans Les Apparences qui sortira demain. Autres options qui auraient mis en avant l’élément asin, en référence et en hommage au célèbre Au hasard Balthazar de Bresson : « Hystérique avec Patrick » ou bien « Pas de panique avec Patrick » selon qu’on aurait voulu souligner le caractère passionné de l’héroïne ou au contraire l’apaisement qu’elle trouvera en compagnie de son âne. Finalement la réalisatrice a opté pour « Antoinette dans les Cévennes », affublant son héroïne d’un prénom aimablement désuet, plus versaillais que cévenol – là où la tentation aurait pourtant été grande de l’appeler Solène, Mylène ou Madeleine. Le titre n’est pas si mauvais ; car c’est bien d’Antoinette dont le film parle, ne la quittant pas d’une semelle alors qu’elle la bat dans les chemins rupestres de Lozère. "Antoinette dans les Cévennes" n’est pas un énième vaudeville de l’infidélité conjugale, comme le titre « Maîtresse » l’aurait à tort sous-entendu. Cette histoire là, qui constitue le moteur dramatique et comique du film, est pliée en une seule scène, laissant le scénario orphelin à son mitan. Antoinette dans les Cévennes est plutôt le portrait d’une trentenaire hospitalière, qui ouvre généreusement son cœur et son lit, qui réussira à soigner un chagrin d’amour sur les pans du mont Lozère, comme Robert Louis Stevenson un siècle et demi plus tôt. La critique a accueilli avec enthousiasme la prestation de Laure Calamy. Et elle a eu raison. Elle obtient enfin le grand rôle qu’elle méritait après avoir tenu tant de fois les seconds rôles ("Roulez jeunesse", "Mademoiselle de Joncquières", "La Dernière Folie de Claire Darling", "Nos batailles", "Seules les bêtes", "Une belle équipe"…). Excellant dans tous les registres, elle réussit à nous faire rire et à nous faire pleurer. À nous faire rire et à nous faire pleurer ? C’est vite dit. Conquis par le charme de l’actrice – sans oser évoquer ses mini-shorts de peur de passer pour un goujat – j’en perds mon objectivité. Car les passages les plus drôles d’"Antoinette…" ont été largement éventés par la bande-annonce. Quant aux passages les plus touchants, il faut vraiment être fleur bleue pour se laisser émouvoir par les bobos, vite consolés, d’une bobo parisienne.
    jspl
    jspl

    Suivre son activité 20 abonnés Lire ses 231 critiques

    0,5
    Publiée le 17 septembre 2020
    Autant voir un bon documentaire sur les Cévennes. Film désolant de niaiserie, de dialogues creux, de vulgarité. L'actrice du rôle principal ne joue pas, elle ricane. Tout est désespérant.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top