Notez des films
Mon AlloCiné
    Le Procès
    note moyenne
    3,8
    830 notes dont 89 critiques
    répartition des 89 critiques par note
    23 critiques
    26 critiques
    16 critiques
    13 critiques
    8 critiques
    3 critiques
    Votre avis sur Le Procès ?

    89 critiques spectateurs

    Estonius
    Estonius

    Suivre son activité 231 abonnés Lire ses 1 053 critiques

    2,0
    Publiée le 16 septembre 2017
    Ça commence assez mal avec ce conte philosophique abscons en guise de prologue. Ensuite le film commence bien et à un bon rythme pendant environ trois quarts d'heure, et puis plus on avance moins ça fonctionne. On a compris qu'on était dans un système absurde, le répéter à foison ne sert à rien, ça bavarde, ça part dans tous le sens et ça nous prend la tête. Alors bien sûr il y a ces plans fabuleux, ces mouvements de foules (nous impressionner avec une simple sortie de bureau, c'est assez fort !) ces travelings de folie, ces plans séquences incroyables, cette caméra qui est partout, au-dessus, en dessous… ce travail sur les décors, la photo, la direction d'acteurs sans faute (Moreau et Schneider sont charmantes). Orson Welles n'arrête pas de nous dire qu'il sait filmer, en revanche raconter une histoire surtout quand elle est si tordue, c'est une autre paire de manche.
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 1571 abonnés Lire ses 8 738 critiques

    3,0
    Publiée le 26 juillet 2010
    L'incroyable aventure de Joseph K, arrêtè et condamnè sans explications! Lorsque "Le procès" sort en 1962, la plupart des critiques et commentaires se concentrent sur la prètendue trahison par rapport au roman de Kafka! Adaptè dans un style baroque et expressionniste par un Orson Welles qui trouve son inspiration loin d'Hollywood et ses paillettes, l'oeuvre de Kafka est ètonnante! Plongèes, contre-plongèes, travellings, profondeur de champ, plans sèquences, même lorsque Welles semblent se parodier lui-même et se livrer à un simple exercice de style, c'est brillamment rèalisè! Un film fascinant comme son casting (Anthony Perkins, Romy Schneider, Jeanne Moreau, Elsa Martinelli, Madeleine Robinson, Suzanne Flon, Akim Tamiroff) ou plus l'oeuvre avance, plus le dècor est surchargè, plus l’espace rèservè au personnage se rèduit, plus le montage s’active...
    scorsesejunior54
    scorsesejunior54

    Suivre son activité 110 abonnés Lire ses 694 critiques

    2,5
    Publiée le 16 mars 2007
    Ce que l'on ne peut absolument pas reprocher à "The Trial" qu'a réalisé Orson Welles en 1963, c'est bel est bien son originalité. Notre ami cinéaste s'est attelé à une adaptation du célèbre roman de Kafka et l'assume complètement dès la première séquence. La logique du rêve excluant tout principe de récit traditionnel occupe vite le devant de la scène et malgré quelques hésitations, celle-ci parvient vite à s'imposer. Véritable démonstration de force du génie visuel de son metteur en scène, l'oeuvre se révèle bâtie autour de très nombreuses plongées et contre-plongées, travellings immenses et plans-séquences venant les uns après les autres. La grande force de cette démarche réside dans le fait que la caméra rentre directement dans l'action : en effet, au lieu de présenter un cadre classique, elle parvient à pénétrer dans le champ de la meilleure manière possible, en nous rapprochant des personnages mis en relief. L'espace est géré par une intelligence diabolique renforçant ma bonne impression à ce niveau. Le montage est admirablement utilisé et ce, sans aucun abus. Les changements de rythme sont maîtrisés tout comme l'utilisation de la musique dont on regrette pourtant la présence trop discrète. Venons-en à l'écriture : le scénario est plutôt mal construit, s'engouffrant trop souvent dans un joyeux bordel ni abstrait ni franchement compréhensible. Certains dialogues sont interminables et inutiles, donnant une très nette impression de parlotte. L'interprétation, si elle assure, n'excelle pas et ne réussit pas toujours à donner l'épaisseur escomptée. Les protagonistes exposés ne sont pas suffisamment creusés pour que l'on puisse s'y intéresser sans temps mort. Rythme terne, ensemble ne décollant pas mais quelques éclats de génie par-ci par-là concluent un film atypique et destabilisant mais bien trop bancal pour convaincre.
    loulou451
    loulou451

    Suivre son activité 59 abonnés Lire ses 1 346 critiques

    5,0
    Publiée le 13 avril 2010
    S'attaquer à l'oeuvre de Kafka n'est pas une mince affaire. Il est juste que ce fut Orson Welles, autre génie (du cinéma celui-ci) qui releva le gant. Et avec quelle justesse ! On retrouve ici tout l'univers absurde, noir et fatal du roman de Kafka. Plans vertigineux, abus du grand angle, jeux d'ombres et de lumières finissent par rendre justice à ce "Procès", inclassable et inadaptable à l'écran. Welles aime Kafka et ça se voit. Il plonge Anthony Perkins au coeur de cet univers unique et morbide. Un très grand moment de cinéma.
     Kurosawa
    Kurosawa

    Suivre son activité 235 abonnés Lire ses 364 critiques

    2,0
    Publiée le 30 septembre 2015
    N'ayant pas lu le texte de Kafka, je ne ferai donc aucune remarque concernant la fidélité de l’adaptation de Welles. Le film commence en tout cas de façon tout à fait remarquable avec une ouverture qui annonce un propos philosophique fort et une condamnation du totalitarisme percutante. Cette promesse est tenue lors d'une première demi-heure déstabilisante où les dialogues absurdes s'harmonisent à une mise en scène brillante qui fait alterner des plans d'ensemble où l'architecture des décors équivaut à celle de l'abstraction d'un cauchemar et des gros plans en contre-plongée qui semblent représenter l'incompréhension du protagoniste vis-à-vis de son accusation. Mais une fois les règles de la réalisation et la critique judiciaire établies, le film se complaît dans une étrangeté monotone qui s'étire sans nuancer ou faire progresser le comportement de ce mystérieux Joseph K. (Anthony Perkins), qui semble lui-même se désintéresser de son accusation. Le film ne devient alors qu'une suite de scènes dépourvues d'enjeux, qu'ils soient formels, dramatiques ou psychologiques et laisse place à l'ennui le plus total (heureusement que la belle Romy Schneider vienne dire bonjour pour me sortir de ma torpeur). "Le Procès" se définit par un hermétisme d'abord envoûtant avant de laisser indifférent, la faute à une ambiance qui n'évolue jamais et qui perd lentement son pouvoir de fascination.
    Arthur Debussy
    Arthur Debussy

    Suivre son activité 77 abonnés Lire ses 477 critiques

    4,0
    Publiée le 23 avril 2017
    Le chef d'oeuvre d'Orson Welles? Certainement. Une fois n'est pas coutume, le génie de son style trouve un scénario à sa hauteur en l'adaptation du «Procès» du génial l'écrivain tchèque Franz Kafka. De la première à la dernière seconde Welles maîtrise TOUT, véritable démiurge écrasant le long métrage de sa voix, de son physique imposant et de sa caméra virtuose. L'apogée de son talent cinématographique est mise au service d'une oeuvre immense, angoissée et intense, et Welles accomplit bien plus qu'une adaptation réussie en portant à l'écran l'univers torturé de Kafka : tout en prolongeant par l'image et le son la transcription de ses tourments, il dépasse l'oeuvre originale tout en la réactualisant dans notre étouffante société post-industrialisée et bureaucratique, rendant d'autant plus pertinente la vision pessimiste de l'écrivain. Emaillé de scènes impressionnantes et de plans hallucinés, interprété par des acteurs au sommet de leur art, extrêmement abouti et formellement parfait, «Le Procès» est un long métrage prodigieux, réalisé par un surdoué. Il demeure le plus brillant témoignage du réalisateur maudit, ce qui veut tout dire. Magistral. [4/4] http://artetpoiesis.blogspot.fr/
    Caine78
    Caine78

    Suivre son activité 795 abonnés Lire ses 5 023 critiques

    2,0
    Publiée le 4 octobre 2010
    Quand Orson Welles disait que le procès était le meilleur film qu'il avait jamais tourné, il ne trompait en réalité que lui-même. Car même si il faut reconnaitre une grande maitrise technique à ce film et un certain sens du malaise bien rendue ici, il est tout de même profondément ennuyeux. C'est tout de même ennuyeux pour un film qui se veut important. Sinon, il faut reconnaitre la qualité du casting, notamment avec la belle prestation d'Anthony Perkins. Sentiment mitigé.
    cylon86
    cylon86

    Suivre son activité 482 abonnés Lire ses 2 991 critiques

    3,0
    Publiée le 19 octobre 2011
    Welles adapte Kafka et retranscrit parfaitement l'univers de l'auteur avec ce film troublant où chaque plan est admirablement travaillé et où le décor (Orsay, pas encore rénové à l'époque) a une importance toute particulière, accentuant un sentiment de malaise permanent. Parfois un peu lent et vraiment déroutant, "Le Procès" offre à Anthony Perkins et une pléiade d'acteurs de solides rôles.
    Julien D
    Julien D

    Suivre son activité 365 abonnés Lire ses 3 097 critiques

    3,5
    Publiée le 18 octobre 2010
    Seul Orson Welles pouvait réussir, grâce à mise en scène à la fois pesante, expressionniste et onirique et à son casting prestigieux (les deux plus belles actrices de l'époques y sont tout de même réunies), à relever le défi délicat de retransmettre le pouvoir devenu fou de l'administration judiciaire qu'avait parfaitement dépeint Kafka dans son roman.
    GabbaGabbaHey
    GabbaGabbaHey

    Suivre son activité 130 abonnés Lire ses 1 582 critiques

    4,5
    Publiée le 26 mars 2011
    Un des meilleurs films d'Orson Welles, "Le Procès" est un film absolument saisissant, des les premiers instants et jusqu'a la fin on est accroché a l'histoire, aux acteurs... Le scenario est brillant, apportant beaucoup de suspens et d'incertitude, avec un soupçon de poésie et de philosophie. Orson Welles réalise la un film d'une grande intensité, un film tres intelligent et marqué par une mise en scène extraordinaire, le cinéaste bien connu pour le qualité visuelle de ses films ne déçoit pas : le jeu avec l'ombre, la lumière, les reflets... Certaines scenes sont vraiment incroyable ! Un chef d'oeuvre.
    Santu2b
    Santu2b

    Suivre son activité 101 abonnés Lire ses 777 critiques

    3,0
    Publiée le 21 novembre 2010
    D'un point de vue personnel, ce film rappelle énormément de souvenirs. En effet l'an dernier j'étais en terminale L et en cours de littérature, on étudait en parallèle le film et le chef d'oeuvre de Kafka. Dans cette comparaison, il est important de signaler o combien Welles a considérablement cerné l'ouvrage de son auteur. Tout en donnant une reflexion sur la justice il reprend la principale idée du livre : l'entourage, la société écrasent l'individu. Tourné en partie à Paris (d'ou le bon nombre d'acteurs français) et servi par l' étourdissant Anthony Perkins, cet oeuvre a le mérite d'instaure un climat étrange et oppressant. Un conseil : lisez d'abord le livre.
    Anaxagore
    Anaxagore

    Suivre son activité 92 abonnés Lire ses 135 critiques

    5,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    Même si la critique internationale place Citizen Kane au-dessus de tout, Le Procès constitue selon mon goût le plus grand chef-d'oeuvre de maître Orson. Il s'agit d'une réussite absolue, à compter parmi les plus grandes de l'histoire du cinéma! Welles a compris de l'intérieur le monde surréel et halluciné de Kafka et nous le fait ressentir d'une manière quasi physique dans les fibres les plus intimes de notre être. Il parvient à recréer, sous la forme d'un archétype, l'univers concentrationnaire des régimes totalitaires et arrive à rendre, comme nul autre, leur atmosphère d'asphyxie intellectuelle. Le film a été tourné pour une part en Yougoslavie et, pour le reste, à Paris, dans les combles de la gare d'Orsay, avant restauration. De la sorte, Welles met en place un décor proprement hallucinant, surréaliste et oppressant qui sert de cadre idéal au jeu merveilleux des acteurs. Perkins est un monsieur K remarquable, Orson en personne campe un avocat tout à fait inoubliable et Romy Schneider est irremplaçable dans son rôle de vamp mystérieuse. Que dire enfin des images et de la réalisation, sinon qu'elles sont dignes du plus antihollywoodien de tous les réalisateurs américains? Le Procès? Parmi les vingt films que j'emporte sur mon île!
    Jahro
    Jahro

    Suivre son activité 31 abonnés Lire ses 380 critiques

    2,5
    Publiée le 9 mars 2015
    Orson Welles s’offre une relecture à sa sauce de l’inachevé chef d’œuvre de Kafka. Son meilleur film, à l’entendre – vérifions ça. Au moins une chose est sure, le maître s’est investi. S’écartant profondément de l’intrigue initiale, il applique son surréalisme d’esthète à l’univers de persécution brumeuse qui hantait la carrière du tchèque. Formellement, son travail est extraordinaire. Des plans magistraux, des cadrages somptueux, une lumière magnifique, des acteurs dirigés avec précision, on est là sur les terres d’un grand homme. Un grand homme qui sait aussi s’entourer : pour construire son casting et son financement, il est allé faire ses courses dans le haut du panier international. Ainsi à son aise, il peut laisser libre cours à ses inspirations, s’adonner à ses instincts les plus audacieux. Hélas on ne saisit pas grand-chose à son salmigondis scénaristique, caché derrière la verve narcissique et la démonstration technique d’un génie qui ne s’ignore nullement. On ne sait plus très bien si Anthony Perkins, à peine sorti de sa Psychose, subit la fièvre du tribunal ou de sa propre maladie mentale. En fait, on n’y comprend goutte, sinon que le professeur est en train de nous donner un cours. A tout prendre, on ne va pas se plaindre. Pas trop.
    Backpacker
    Backpacker

    Suivre son activité 29 abonnés Lire ses 638 critiques

    4,5
    Publiée le 12 mars 2014
    Le grand Orson Welles nous régale d'un casting époustouflant et d'une atmosphère des plus oppressantes et étranges à souhait. Inutile de préciser qu'Anthony Perkins est totalement bluffant. Cependant, cette adaptation de Kafka aurait légèrement gagné en efficacité si elle n'avait pas été ralentie par quelques longueurs... On frise tout de même le chef-d'oeuvre!
    Antoine D.
    Antoine D.

    Suivre son activité 18 abonnés

    5,0
    Publiée le 22 novembre 2018
    Monsieur K (Anthony Perkins) est surpris à son réveil par des policiers qui lui annoncent son arrestation, mais pourquoi ? La réalisation d’Orson Welles est toujours grandiose, l’usage du clair obscur, la profondeur de champ, et cette mise en scène claustrophobique.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top