Notez des films
Mon AlloCiné
    Parole de flic
    note moyenne
    2,5
    144 notes dont 24 critiques
    répartition des 24 critiques par note
    5 critiques
    2 critiques
    2 critiques
    4 critiques
    7 critiques
    4 critiques
    Votre avis sur Parole de flic ?

    24 critiques spectateurs

    RENGER
    RENGER

    Suivre son activité 1706 abonnés Lire ses 5 470 critiques

    1,0
    Publiée le 12 mai 2011
    Parole de flic (1985) a beau être un navet, c'est surtout un polar à la gloire de l'acteur Alain Delon, qui durant plus de 90 minutes, se met en avant et fait le beau, occupant ainsi plus des trois quart des plans tournés. Producteur, scénariste, acteur principal et même chanteur (lors du générique de fin), il occupe plusieurs postes à la fois et y prend du plaisir. N'hésitant pas à afficher à la fois ses côtés viril & ténébreux, exhibant sa musculature toujours aussi intacte à 50 ans, entre la scène de fight en Afrique ou l'entraînement sportif où il explose un sac de sable à coup de poing, Alain Delon en impose, en fait des tonnes, surjoue, la caméra épouse ses prestations physique et capture son regard bleu azur, bref vous l'aurez compris, mieux vaut être un un grand amateur de l'acteur pour adhérer pleinement au film (sans y voir tous ses défauts). A ses côtés, on retrouve la jeune (et radieuse) Fiona Gelin (à 22 ans, impossible pour elle d'être crédible dans son rôle), Jean-François Stévenin & Vincent Lindon. Un vigilante-movie qui aura tout de même amassé plus de 2,5 millions de curieux dans les salles hexagonales.
    pierrre s.
    pierrre s.

    Suivre son activité 76 abonnés Lire ses 2 462 critiques

    1,0
    Publiée le 8 janvier 2016
    Alain Delon à la plage, Alain Delon au cimetière, Alain Delon à la muscu... Le film est un étalage de séquences à la gloire de l'acteur. Et après tout ça, il va tranquillement tuer tout le monde.
    chucknorris66
    chucknorris66

    Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 89 critiques

    5,0
    Publiée le 31 juillet 2008
    3 ans avant "Ne réveillez pas un flic qui dort", le duo Pinhero-Delon faisait déjà dans le nawak le plus total avec ce gros nanar bien made in de chez nous. Le scénario est quasi-identique au film susnommé plus haut, si ce n'est qu'Alain Delon est un ex-flic qui vit en Afrique, où il passe le plus clair de son temps à jouer au poker, à se friter avec le Stallone local. Mais ce bonheur ne pouvait pas durer : 5 minutes après le début du film, il apprend la mort de sa fille et se rend dans la banlieue lyonnaise pour découvrir et tuer les assassins. Mais auparavant, le réalisateur a cru bon de nous gratifier d'une scène d'entrainement, quasi copier-collé de "Rocky", qui nous prouve qu'Alain Delon, 50 balais, il peu quand même jouer au d'jeun (ou au con, c'est selon). Faut le voir faire un footing avec son jogging à capuche, du grand portnawak. Après cette scène d'anthologie, Alain Delon va utiliser son pouvoir de télépathie pour trouver tout seul les méchants et tous les buter, sans que cela ne gêne personne. Au bout de 4 morts, les flics, qui savent que c'est lui depuis le début du carnage, vont commencer à lever le p'ti doigt (ces fonctionnaires, quelle bande de feignasse) mais Alain Delon va bien entendu s'en sortir et ceux en balançant sa bagnole dans le Rhône. La police, déjà fatiguée, va conclure qu'il est mort sans prendre la peine de tenter de retrouver le corps. Après ce coup de maître, Alain Delon va squatter une péniche, puis se déguiser en clown pour capturer le méchant au cirque avant de rejoindre sa petite amie, une flic qui a survécue a un tir de fusil a pompe a bout portant (tout est vrai j'invente rien, je vous jure !!!). Comme "Ne réveillez pas un flic qui dort", c'est un mélange de "Magnum Force" et d'"Un justicier dans la ville". Et comme "Ne réveillez pas un flic qui dort", c'est un gros nanar qui n'a même pas l'excuse d'avoir un petit bugget.
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 4194 abonnés Lire ses 10 398 critiques

    0,5
    Publiée le 23 septembre 2018
    Un nanar made in France comme on n'en fait plus aujourd'hui! Le nirvana ultime de la mèdiocritè où Alain Delon incarne un policier à la retraite qui se lance sur la piste des assassins de sa fille chèrie! Que ce soit dans une île au large de l'Afrique ou dans la belle ville de Lyon, l'histoire est tellement mauvaise que ça en devient drôle...mais involontairement! Le rapprochement avec Clint Eastwood alias "Dirty Harry" est inèvitable! On s'ètonne de voir l'acteur mythique de "Plein soleil" ou "Le samouraï" s'ègarer dans ce polar catastrophique des 80's qui rèunit par ailleurs une bonne distribution (Jacques Perrin, Jean-François Stèvenin, Stèphane Ferrara, Vincent Lindon...). On est dans le bas du panier du policier tout venant! Pourtant "Parole de flic" de Josè Pinheiro est plus qu'une simple oeuvre! il dèsigne une vèritable pratique : celle de regarder volontairement un Delon beau et athlètique pour en retirer du plaisir! C'est au demeurant efficace mais bien nul spoiler: (la scène de fight en ouverture, le final au cirque Pinder...) et le mot n'est pas trop fort...
    NomdeZeus
    NomdeZeus

    Suivre son activité 41 abonnés Lire ses 1 044 critiques

    1,5
    Publiée le 16 janvier 2015
    Ah, les années 80! Époque si particulière où Alain Delon enchainait les navets contenant le mot « flic » dans leurs titres. En l’occurrence, Parole de Flic est une véritable déclaration d’amour à notre gloire nationale: Delon corrige un gros black a main nue et rend folles d’amour toutes les congolaises, Delon fait de la gymnastique avec classe, Delon détruit à lui seul un gang de mafieux et se jette dans le Rhône pour échapper à 60 policiers sans jamais se décoiffer, etc… Je ne m’attarderai même pas sur le coté kitch et raciste du film pour seulement insister sur l’absence totale de réalisme du scénario qui fait passer la banlieue Lyonnaise pour un quartier chaud de Bogota. Un bon gros nanar bien de chez nous.
    VodkaMartini
    VodkaMartini

    Suivre son activité 32 abonnés Lire ses 410 critiques

    0,5
    Publiée le 29 septembre 2006
    Du très, très grand Delon dans sa période "n'importenawak". Fiona Gélin est aussi expressive qu'une moule à gauffres, mais c'est normal car elle n'est pas humaine vu qu'elle se prend un coup de fusil à pompes en plein torse et qu'elle survit. Notre cher Alain national essaie de nous faire croire qu'il a le même âge que dans "Plein Soleil" et pour ça, il s'habille comme un "djeun" de l'époque, ce qui veut dire comme un clown à peine evadé d'un institut pour grands malades mentaux. Le reste n'est qu'une tentative de polar testosteroné telle que doit se l'imaginer un teckel hermaphrodite. Courez-y!
    Le comptoir du cinéphage
    Le comptoir du cinéphage

    Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 351 critiques

    1,0
    Publiée le 28 décembre 2009
    Epoque "vigilante" pour alain delon. Il s'octroie le role d'un vieux briscard qui va faire payer a tout le monde le mal qu'on lui a fait. Ce serait plutot sympathique si Delon n'était pas aussi ridicule. Il faut le voir en jean année 80, bombers et converse a 40 balais. La scene de fin dans un cirque est un sommet de non-sens involontaire.
    anonyme
    Un visiteur
    1,0
    Publiée le 14 mai 2008
    A la soupe!
    cheyennehondo
    cheyennehondo

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 251 critiques

    5,0
    Publiée le 2 août 2010
    Un des meilleurs films d'Alain Delon à mon gouts. Un policier à la retraite revenu pour se venger.Pas pourri le retraité A voir
    NeoLain
    NeoLain

    Suivre son activité 823 abonnés Lire ses 4 726 critiques

    1,0
    Publiée le 1 septembre 2012
    Alain Delon dans un polar bien mou du genoux. Attention parce que là, on peut y voir un Delon bodybuildé, il se bat, il boxe et s'entrainement à la Rocky, bref... Dans tout ça un peu tout de même y gagner quelques bons moments comme sa vengeance qui orchestrer sur les tueurs tendance extrême droite et ayant tuer sa fille. Violence assez gratuite mais c'est la bienvenue parce que sinon le film serait un navet.
    Incertitudes
    Incertitudes

    Suivre son activité 64 abonnés Lire ses 1 913 critiques

    2,0
    Publiée le 17 octobre 2018
    Dans la lutte opposant Alain Delon à Jean-Paul Belmondo, je me demande qui était le plus ridicule exceptée cette guéguerre elle-même. Belmondo, au moins, gardait une certaine classe et sa gouaille. Delon...Laissez-moi rire. D'ailleurs, tout le début du film se déroulant en Afrique prête à rire. On se croirait limite dans une parodie des Nuls. Voir Delon faire semblant de se battre avec un grand noir, l'humilier parce que c'est Delon. Avec toutes ces femmes noires en arrière-plan qui s'extasient pour pas grand-chose...D'humiliation, il en sera beaucoup question. Lorsqu'il reçoit un télégramme l'informant du meurtre de sa fille, il est détruit. Il est détruit mais joue l'abattement comme un pied. A titre de comparaison, rien à voir avec la prestation de Sean Penn dans Mystic River de Clint Eastwood. S'il tenait tellement à sa fille, pourquoi ne la tenait-il pas près d'elle au lieu de l'envoyer en France faire ses études six longs mois par an pendant que monsieur se la coule douce sur son île ? Mystère. Une fois rentré en France pour faire le ménage, il se fera sauter dessus illico par une Fiona Gélin peu farouche. Vingt-trois ans à l'époque. Quand Delon en avait cinquante. Bon, après, Anne Parillaud dans Dans la peau d'un flic avait bien vingt et un ans. C'est un habitué. Bien qu'étant retiré du métier depuis dix ans tout rond, il progressera dans l'enquête sans trop de soucis. Je parlais d'humiliation. Un ancien indic' lui dira ce qu'il voudra savoir en se faisant torturer. Il en sera de même pour ses prochaines victimes. Comme s'il éprouvait un plaisir sadique à jouer avec la nourriture avant de la manger. Là où la police lyonnaise n'avançait à rien en son absence, lui, découvre tout en une poignée de scènes le plus souvent filmé en gros plan, les sourcils froncés, torse nu. C'est le reproche qu'on pourrait faire à Delon et ce qui résumerait sa carrière. Un très grand acteur dans les années soixante et soixante-dix qui se laisse enfermer par sa caricature dans les années quatre-vingt jusqu'à finir par être totalement ridicule. Ce n'est pas en copiant le scénario de Magnum Force en montrant des bandes fascistes exécutant le sale travail avec lui au milieu pour les arrêter qu'il adoucira son image. S'étant alors installé en Suisse et ne cachant pas sa proximité avec Jean-Marie Le Pen. Inexplicablement, le public suivra. J'espère qu'il en aura profité sur le moment car ce sera la dernière fois.
    pietro bucca
    pietro bucca

    Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 978 critiques

    2,5
    Publiée le 21 novembre 2015
    Autant j'aime beaucoup Delon, autant dans ce film ou il se la joue survitaminé façon Bébel, je trouve qu'il s'est un petit peu égaré. Le scénario ne se tient qu'a la vengeance, et le film est vraiment sans surprise. Peu crédible avec la flic qui s'amourache de lui. Un peu lourd au final.
    Yannickcinéphile
    Yannickcinéphile

    Suivre son activité 733 abonnés Lire ses 4 025 critiques

    3,0
    Publiée le 8 janvier 2016
    Parole de flic est un polar violent que n’aurait pas renié un Walter Hill par exemple. C’est un solide film d’action, dont on regrettera quand même un scénario simple et un peu téléphoné, mais qui reste bien emballé. Le casting est convaincant, avec Delon qui trouve un rôle certes plus simple que ses meilleurs, mais qu’il mène avec efficacité, charisme, et conviction. On aurait pu l’aimer un peu plus expressif, car il ressemble par moment à un rock Seagal ici, mais enfin, ça reste tout à fait solide compte tenu de ce à quoi on assiste, un film brutal, direct, sans fioriture. Le reste du casting compte de bons interprètes, pas forcément très connus comme Fiona Gélin, mais ça tient la route, et on s’amusera aussi à voir dans des seconds rôles quelques têtes bien connues à l’instar de Stévenin et de Lindon. Dans l’ensemble c’est un bon point. Le scénario est une histoire de vengeance basique, assez prévisible dans l’ensemble. On se doute de toutes les « surprises » de l’intrigue. Se désintéressant un peu de l’enquête, le métrage se concentre sur la violence directe, l’action, le rythme ébouriffant. Ça reste caricatural, parfois c’est un peu risible, mais force est de constater que la recette fonctionne bien, et que l’on prend plaisir à suivre notre héros dans ses tribulations nocturnes et violentes. Formellement rien à dire de particulier. L’ambiance est typique d’un polar urbain, nocturne, sombre, avec des lieux interlopes, c’est globalement de belle tenue avec la belle surprise de fin. Reste que la mise en scène est un peu simpliste quand même (les attaques en particulier c’est relativement minimaliste). C’est un point assez négatif. La bande son aurait aussi pu être plus tranchante, là c’est pour le moins mineur, voire très mineur. Enfin, Parole de flic reste un polar violent, toujours percutant, mais c’est un Delon mineur malgré tout. Sans le recommander outre mesure, pour autant si vous tombez dessus par hasard et que vous aimez le cinéma du genre de celui de Walter Hill, vous ne serez probablement pas déçu. 3.
    AMCHI
    AMCHI

    Suivre son activité 1437 abonnés Lire ses 5 483 critiques

    3,0
    Publiée le 9 septembre 2010
    Parole de flic ne fait pas partie des grands polars d'Alain Delon mais cela reste un film très plaisant à voir. Delon se la joue un peu Eastwood, c'est prenant et rythmé. Rien de spécial mais c'est efficace.
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 3 avril 2014
    un très bon polar avec une superbe interprétation de Alain Delon. à voir et à revoir donc sans aucune modération.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top