Mon AlloCiné
    Insomnia
    note moyenne
    3,5
    8367 notes dont 471 critiques
    9% (41 critiques)
    41% (194 critiques)
    32% (153 critiques)
    14% (64 critiques)
    3% (15 critiques)
    1% (4 critiques)
    Votre avis sur Insomnia ?

    471 critiques spectateurs

    Le Loubar
    Le Loubar

    Suivre son activité 23 abonnés

    3,5
    Publiée le 2 juin 2018
    Un superbe face-à-face. Insomnia, réalisé par Christopher Nolan, est souvent décrié comme étant l’œuvre la plus faible de sa filmographie. Personnellement, je le trouve presque au même niveau qu'un Prestige ou qu'un Memento. J'adore ce film, et pour plusieurs raisons. Tout d'abord, son scénario : un flic endurci se retrouve convoqué en Alaska pour enquêter sur le meurtre d'une jeune fille ; après avoir repéré le tueur, celui-ci s'enfuit et, dans la confusion du brouillard, le flic abat son équipier. Il accuse ensuite le tueur et s'enfonce dans une spirale de mensonges et une insomnie sans limite (aidée par le fait que le soleil ne se couche pas en cette saison en Alaska), puis va jouer une sorte de jeu d'intérêt mutuel avec le tueur, car chacun des deux hommes a besoin de l'autre pour ne pas être puni pour son meurtre respectif. L'un des reproches fait le plus souvent à ce scénario est son manque d'originalité et sa prévisibilité ; je trouve que cette histoire est juste classique, racontée volontairement de façon linéaire (pour montrer le poids des jours d'insomnie qui s'écoulent) et qu'elle n'est pas si banale que ça. La thématique principale du film est la vérité : spoiler: Will Dormer cherche à faire éclater la vérité en coinçant le tueur de Kay ; cependant on apprend qu'auparavant il a falsifié les preuves d'une de ces affaires pour coincer un coupable, ce qui fait qu'il a menti. Par ailleurs, en tuant son coéquipier, il accuse le tueur de Kay et ment pour se protéger, ce qui va provoquer chez lui une culpabilité très forte. Le personnage d'Ellie, policier intègre, est celui de tout le film qui représente le mieux cette vérité et est vraiment "toute blanche" du début à la fin. La culpabilité due au mensonge est accentuée par l'insomnie : tant qu'il n'a pas la conscience tranquille, Will n'arrive pas à dormir. De plus, tout le jeu de la lumière du film découle de ce principe : la lumière représente la vérité, la justice et est présente dans tout le film du début à la fin, pour éblouir Will et même l'aveugler (là où la lumière est en temps normal un symbole d'espoir). Cette notion de culpabilité est représentée par le parallèle avec le meurtrier de la jeune fille, Walter Finch : comme lui, il n'a pas tué délibérément mais dans un excès de colère, puis de panique. Le policier est alors au même niveau que le meurtrier du fait de ses mensonges. De plus, à la fin du film, lorsque Will et Walter s'abattent mutuellement, dans ces derniers instants le policier dit à Ellie de conserver la balle, preuve qu'il est responsable de la mort de son équipier, et ainsi de ne pas faire les mêmes erreurs que lui (tomber dans le mensonge). C'est seulement à ce moment-là qu'il parvient à s'endormir (pour de bon). Le film est vraiment intéressant de ce côté-là car il analyse les notions de culpabilité et de mensonge. Au niveau de la réalisation, là encore Christopher Nolan fait du très bon travail : les paysages sont magnifiques, le travail sur la lumière est juste bluffant, l'utilisation de montages pour montrer l'insomnie de Will est très efficace, et la BO de David Julyan est complètement dans l'esprit du film, noir et inquiétante. Les acteurs sont tous excellents : en tête Al Pacino dans le rôle du flic, qui le joue à merveille (un peu dans la continuité de son rôle dans Heat tant le policier est endurci par sa carrière), Robin Williams est époustouflant dans le rôle du meurtrier involontaire, montrant à la perfection son côté désespéré, et Hilary Swank joue à merveille le jeune policier droit et admirateur de l'ancien, intègre tout au long du métrage. Pour les fans de thrillers noirs, psychologiques, maîtrisés et plutôt complexes malgré une structure classique.
    saifujiwara
    saifujiwara

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 31 critiques

    4,5
    Publiée le 20 juin 2016
    Un excellent film porté par un Al Pacino en grande forme dans une rôle très sombre, ainsi qu'une belle performance de Robbin Williams. On sera aussi fan du paysage (tourné en Alaska) !
    Val K.
    Val K.

    Suivre son activité

    3,5
    Publiée le 12 juin 2016
    Meurtre en Alaska, ambiance brumeuse, lumière du jour persistante, l'inspecteur Al Pacino ne trouve pas le sommeil, perturbé par l'inquiétant Robin Williams ou taraudé par sa conscience ... Une performance d'acteurs, une intrigue qui se dévoile pas à pas !! Nature et eau sont également des personnages importants de ce long métrage. Du grand Christophe Nolan !
    Thibault F.
    Thibault F.

    Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 150 critiques

    2,5
    Publiée le 31 mars 2016
    Insomnia apparaît comme une oeuvre mineure dans l'immense filmographie de Christopher Nolan. C'est pourtant un fait indéniable qui convient pourtant ici, d'en concevoir un argumentaire. Thriller/policier sympathique qui tient non pas par son enquête mais par son duo de personnage angoissant (où le gentil n'existe pas) entre le flic au lourd secret campé par Al Pacino et le tueur psychopathe méconnaissable joué par le regretté Robin Williams. Pourtant, la réalisation austère et un scénario sans surprise accentue la faiblesse de Nolan pour ce film. On est loin de la créativité d'un Mémento ou d'un Inception. Cela reste un divertissement convenable mais qui ne parvient pas à tirer une atmosphère suffisamment suffocante (les caprices de la nature, l'Alaska et son isolement) pour parvenir à marquer les esprits. Très décevant...
    Der Metzgermeister
    Der Metzgermeister

    Suivre son activité 27 abonnés Lire ses 143 critiques

    2,5
    Publiée le 17 février 2016
    Peut être le film le moins personnel de Nolan. Pas assez prenant, peu surprenant ( un comble pour une intrigue si prometteuse, et en plus si on est habitué à être surprit par le magicien Nolan ) et au final décevant pour ce qui est du final ) Je me raccroche finalement aux bonnes performances de Pacino et de Robin Williams. Certaines scènes sont assez excitanotes ( les deux courses poursuites d'Al Pacino notamment ) mais le reste est assez prévisible. Un comble pour un film de Nolan.
    Geo' S
    Geo' S

    Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 8 mars 2016
    Un excellent polar qui nous tient en haleine tout du long. A noter qu'on apprécie plus le film sans avoir lu le synopsis avant, celui ci nous raconte en réalité les 3/4 du film ... Les flashs récurents et le fait que les personnages principaux se retrouvent piégés comme des rats nous prouvent bien qu'on regarde un film de Christopher Nolan, alors du coup je m'attendais à un énorme retournement de situation qui nous conduit au dénouement, mais pas dans ce film! Étant un fan du genre, et étant habitué à me prendre une claque à la fin de chacun de ses films, j'en serais presque un peu déçu! Ça sera le petit bémol qui fait que ce film ne sera pas mon Nolan préféré, mais ça reste malgré tout un très bon film A voir !
    Karim A.
    Karim A.

    Suivre son activité 8 abonnés Lire sa critique

    3,5
    Publiée le 26 janvier 2016
    Un rythme lent, Al Pacino a sommeil mais doit résoudre l'affaire, son asthénie est contagieuse, on perds toute notre énergie quand on le voit... Ses démons remontent à la surface, et nous font couler avec lui... Bon film dans la transmission des émotions et de l état de fatigue et de sommeil du héros.
    Meryn Fuckin' Trant
    Meryn Fuckin' Trant

    Suivre son activité 36 abonnés Lire ses 187 critiques

    2,0
    Publiée le 24 janvier 2016
    Voilà le seul film de Christopher Nolan à auquel je n'accorderai pas la moyenne. C'est triste. Mais ce troisième film est de loin de moins Nolan de tous les Nolan, on n'y retrouve rien de ce qui fait la patte du réalisateur si ce n'est son obsession pour les inserts -et encore, c'est plus propre au genre policier qu'au réalisateur lui-même. Le film aurait pu être réalisé par n'importe qui et c'est bien dommage, compte tenu de la personnalité particulièrement marquée de son réalisateur. Et ce n'est pas l'intrigue qui le sauvera, l'enquête est banale, la relation ambiguë entre le flic et le tueur ne débouche sur rien et l'environnement qui représente la seule touche d'originalité (le soleil ne se couche jamais) reste largement sous-exploité et n'apporte rien au film. On ne s'ennuie pas au point de s'assoupir mais contrairement à ce que le titre pourrait laisser penser il n'y a pas non plus grand-chose pour nous tenir éveillé ni nous captiver, le film se laisse suivre sans jamais passionner. Certains pourront trouver dans le casting plutôt alléchant une sorte de bouée de sauvetage, et si pour ma part j'ai été très convaincu par la justesse du jeu d'Al Pacino, ça n'a pas suffit pour autant. Nolan reste mon réalisateur préféré et c'est pourquoi ça me blase de n'avoir apprécié dans son film que l'interprétation de son acteur principal et les quelques belles images de glaciers. Le vilain petit canard de sa filmographie.
    Pitrerie
    Pitrerie

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 5 critiques

    3,5
    Publiée le 22 janvier 2016
    A travers l'Alaska où le jour ne disparaît parfois jamais, Nolan traite ici de l'insomnie, la vraie. Une vraie bonne idée de départ, qui s'essouffle assez vite, notamment à cause d'un scénario assez banal et d'une mise en scène paresseuse.
    Yannickcinéphile
    Yannickcinéphile

    Suivre son activité 219 abonnés Lire ses 1 413 critiques

    4,0
    Publiée le 10 décembre 2015
    Insomnia est un film que j’ai vu plusieurs fois, sans en faire la critique. Je me lance donc, et je commencerai logiquement par le casting, de belle qualité. Il s’appuie notamment sur le face à face Pacino-Williams, dans des rôles qui sont taillés sur mesure pour eux. Pacino est excellent en flic au bout du rouleau qui s’enlise dans le n’importe quoi, et Williams, à mon sens, aurait tellement mérité plus de rôle de psychopathe et de pervers ! En tout cas chacun est bien à sa place, et même si j’aurai aimé une présence un peu plus notable de Williams, ça tient. Ils sont épaulés par la charismatique Hilary Swank, et par quelques seconds rôles soignés bien que le film repose beaucoup sur la confrontation de ses deux acteurs principaux. Le scénario, machiavélique est judicieux. Pour ma part je mettrai quand même deux petits bémols. Le premier sur le rythme, pas toujours très enthousiasmant, et le second sur le caractère redondant de certaines séquences qui viennent un peu enliser le métrage, surtout dans sa seconde partie. Malgré tout, on ne pourra nier que le film a une histoire originale, prenante, et qu’on se laisse prendre au jeu jusqu’au final un soupçon convenu par rapport à ce que l’on pouvait espérer. Cette histoire bénéficie bien sûr vivement du lieu de l’intrigue. L’Alaska, peut utiliser dans le cinéma américain. Cela donne des décors superbes, une photographie de belle qualité, et Christopher Nolan se fait très plaisir en tant que metteur en scène. Il y a une vraie authenticité et singularité qui se dégage de ce Insomnia, qui indéniablement séduira par ses qualités plastiques, que j’aurai aimé doubler de qualités musicales supérieures. J’aurai bien vu une bande son plus punchie, comme dans Ghost Writer, histoire justement de mettre plus de tension, et de tirer un peu le spectateur d’une relative léthargie qui peut le saisir quelquefois. En conclusion Insomnia reste un thriller soigné, intriguant, et attrayant. C’est un film appliqué, propre, doté d’un casting au point, et si j’ai mis des bémols, ceux-ci ne saurait plomber suffisamment le métrage pour le faire dégringoler sérieusement dans mon estime. 4.
    videoman29
    videoman29

    Suivre son activité 71 abonnés Lire ses 432 critiques

    4,5
    Publiée le 7 décembre 2015
    Les talents de réalisateur de Christopher Nolan ne sont plus à démontrer et des films comme « Interstellar » ou « Inception » sont là pour le démontrer. Avec « Insomnia », le cinéaste ajoute un grand polard à son palmarès déjà riche en pépites de tout genre. L'intrigue nous transporte en Alaska, au cœur d'une tranquille petite ville de pêcheurs dans laquelle un meurtre a été commis. Les faits sont tellement inhabituels, dans ce coin reculé du monde, que deux flics New-Yorkais sont envoyés pour renforcer la police locale. L'environnement glacial et la clarté perpétuelle dans lesquels évoluent les personnages permettent à Nolan de créer une ambiance lourde et oppressante qui sert parfaitement l'enquête policière. L'histoire est encore sublimée par le duel à mort que se livrent les deux personnages principaux interprétés par Al Pacino et Robin Williams. Ces deux acteurs d'exception rivalisent de charisme et de talent et offrent une prestation inoubliable. La jeune et jolie Hilary Swank leur donne la réplique avec une conviction et une générosité qui compensent largement son relatif manque d'expérience. Un très bel exercice de style au suspense parfaitement maîtrisé et qui laisse une trace indélébile dans les mémoires. Excellent !
    Sébastien Decocq
    Sébastien Decocq

    Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 3 critiques

    3,5
    Publiée le 3 novembre 2015
    Avec le succès critique de Memento, Christopher Nolan entrait dans la cour de ces réalisateurs indépendants qui intéressent les grosses productions hollywoodiennes, qui attendent l’occasion pour faire appel à un cinéaste de talent et de le mettre à la tête d’un plus gros projet. Ce fut le cas de la Warner, qui demanda à Nolan de s’occuper d’Insomnia, remake d’un film norvégien encensé par les médias. Mais il n’est pas rare qu’Hollywood ruine leur réputation, empêchant ces réalisateurs d’user convenablement de leur talent pour finalement livrer au public un produit fade et sans âme. Christopher Nolan s’est-il fait happer par la machinerie hollywoodienne au point de faire honte à ses œuvres précédentes ? Que nenni ! En même temps, il faut dire que la Warner lui a offert un scénario taillé sur mesure, à savoir un thriller qui se préoccupe autant de l’enquête principale que des personnages en jeu. D’autant plus que le protagoniste de Will Dormer rappelle les héros nolaniens vus dans Following et Memento : une personne hantée par quelque chose (ici, par son passé et son crime), plongée au cœur d’une machination (le chantage fomenté par le tueur) et qui se retrouve livrée à lui-même (ne voulant ne rien révéler à ses collègues) tout en étant manipulée par l’antagoniste (le tueur se servant de la situation pour se sortir d’affaire). Une trame taillée sur mesure pour le cinéaste, qui se retrouve avec un concept scénaristique pour le moins original, le héros atteint d’insomnie, servant à complexifier l’ensemble et à donner plus d’enjeux à l’ensemble. Et si vous vous rappelez des films précédents de Nolan, où ce dernier avait réussi à transformer de simples enquêtes en scripts terriblement labyrinthiques, Insomnia version américaine s’annonçait comme la nouvelle œuvre majeure du cinéaste. Petit problème au tableau : contrairement à Following et Memento, Christopher Nolan n’est pas le scénariste d’Insomnia, et cela se ressent grandement. Le cinéaste s’amusait jusqu’ici à distordre la chronologie de ses histoires pour se jouer du spectateur, pour le surprendre pleinement avec un climax qui lui faisait voir le film d’un autre œil. Sur Insomnia, n’ayant pas vraiment de liberté sur le projet, il se contente donc de mettre en scène une enquête plutôt classique qui suit un schéma scénaristique bien tracé : le policier enquêtant sur un meurtre, rencontre avec le tueur, machination et ultime face-à-face. Le spectateur ne peut donc que se laisser emporter par une histoire sans grande surprise et qui n’exploite pas le concept de l’insomnie comme il se doit, cette dernière ne semblant pas prendre une place importante dans les enjeux du long-métrage. Néanmoins, il faut reconnaître qu’Insomnia peut se vanter d’avoir des personnages bien écrits et de proposer des dialogues qui sonnent juste pour que le film soit suffisamment palpitant à suivre. Mais bien que Nolan n’ait pas pu améliorer le scénario, il a cependant su l’exploiter grâce à sa mise en scène. Il est vrai que le cinéaste a tenté un montage marchant sur les pas de Following et de Memento via quelques plans d’insert en guise de flashbacks, mais ces derniers sont trop peu présents et bien trop rapides pour qu’ils titillent suffisamment la curiosité du spectateur. Non, là où Nolan a voulu se concentrer pour qu’Insomnia ait fière allure, c’est par ses nombreux plans : panoramiques pour les paysages de l’Alaska (le côté spectaculaire) ou rapprochés quand le personnage de Will Dormer rentre en scène (le côté intimiste). À défaut d’impressionner avec le scénario, le cinéaste le fait soit en mettant plein la vue au spectateur soit en lui permettant de s’identifier au héros, et cela lui permet de capter l’attention de son public avec une très grande efficacité. D’autant plus qu’il s’amuse à user de jeux de lumière saisissant et de décors travaillés (plus sombres qu’à l’ordinaire) pour rendre les rayons du soleil aussi douloureux et déstabilisants afin de mettre en scène les rares moments d’insomnie du héros. Bien qu’il soit inférieur aux œuvres précédentes du réalisateur, Insomnia marque tout de même un tournant dans la filmographie de Christopher Nolan, étant donné qu’il se retrouve à la tête d’un projet dans lequel il doit diriger des acteurs de plus grande renommée. Ici, Nolan s’offre deux monstres hollywoodiens que sont Al Pacino et Robin Williams. Un casting bien plus prestigieux qu’il arrive à mener brillamment : Pacino se révèle être grandement impliqué dans la peau de son personnage tandis que Williams se délecte d’un rôle à contre-emploi (le tueur). Un face-à-face inattendu et diablement électrique sublimé par la mise en scène de Nolan et qui peut se montrer comme la seule raison pour que le spectateur s’attarde bien plus longuement sur cet Insomnia que sur un autre thriller. Première « fausse note » de Christopher Nolan qui signe donc ici un polar classique qui ne surprendra pas autant que Following et Memento. Mais même avec la situation d’un réalisateur devant faire ses preuves dans l’univers hollywoodien, Nolan est arrivé à livrer un thriller bien plus efficace que la moyenne du genre, proclamant haut et fort qu’il est un cinéaste au savoir-faire inépuisable. Si la Warner ne le lui a pas offert énormément de libertés sur Insomnia, elle lui a néanmoins permis de se faire connaître auprès d’un plus large public. Et vu la qualité de ce film, ce dernier ne peut que le remarquer !
    anonyme
    Un visiteur
    4,0
    Publiée le 26 janvier 2016
    Je m'attendais à un Nolan mineur avec Insomnia et je me suis finalement retrouvé devant un polar au cadre intéressant (l'Alaska), avec des acteurs géniaux, un scénario captivant et glauque... Derrière je trouve que la seconde partie du film s'essouffle un peu par rapport à la première, et que le personnage de Robin Williams, même s'il le joue bien, est au final trop en retrait, trop peu marquant et trop banal. Un polar à ne pas négliger par rapport au reste de la filmographie de Nolan.
    Arnaud R
    Arnaud R

    Suivre son activité 54 abonnés Lire ses 124 critiques

    4,0
    Publiée le 15 octobre 2015
    Un thriller intense et fortement psychologique qui fait s'affronter deux monstres sacrés au sommet. Sans être un chef d'oeuvre, Insomnia est un grand thriller démontrant les qualités de mise en scène de Nolan pour faire des films grands publics intelligents. Par la finesse de la tension de la psychologie des personnages et leur ambivalence, par la grandiosité des paysages d'Alaska qui magnifient la réalisation et l'action et par un scénario bien ficelé, Insomnia sort du lot et se regarde et reregarde sans jamais lasser.
    Victor D
    Victor D

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 216 critiques

    3,5
    Publiée le 10 octobre 2015
    Avant sa belle trilogie du "Dark Knight", Nolan sortait un remake d'un film norvégien. Le plus marquant de ce "Insomnia", ce sont bien sûr, ses acteurs ! Al Pacino et Robin Williams sont fantastiques, le premier dans un rôle fait sur-mesure, et le second, totalement à contre-emploi. Ces deux-là sont secondés par Hilary Swank entre "Boys don't cry" et "Million Dollar Baby". Cependant, le scénario, qui possède de bonnes idées, est, au final, très classique. Ensuite, la réalisation est efficace mais Nolan a fait bien mieux par la suite. Bref, un thriller efficace porté par des acteurs très bons mais qui manque d'originalité.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top