Mon AlloCiné
Ecrit sur du vent
Bandes-annonces Casting Critiques spectateurs Critiques presse Photos VOD Blu-Ray, DVD
Musique Secrets de tournage Box Office Récompenses Films similaires News
note moyenne
4,0
208 notes dont 41 critiques
27% 11 critiques
34% 14 critiques
27% 11 critiques
12% 5 critiques
0% 0 critique
0% 0 critique

41 critiques spectateurs

Trier par
Critiques les plus utiles
TTNOUGAT

Suivre son activité 131 abonnés Lire ses 2 056 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
• Publiée le 16/08/2014

Les mélo de Sirk sont uniques, ils portent sa griffe indélébile. La première demie heure est peu intéressante, la deuxième commence à s'animer et la troisième emporte toutes les réserves. Il ne reste qu'un cinéma magnifique qui nous comble de plaisir. Sa mise en scène est constamment belle avec des moments de grâce. A cet égard la séquence qui a été imaginée pour décrire les circonstance de la crise cardiaque du vieux chef du clan est exemplaire, elle est cent pour cent imaginaire mais qui d'autre que Sirk justement aurait pu la créer telle qu'elle nous est montrée? C'est là une des occasions les plus évidentes pour expliquer ce qu'est un grand réalisateur aux personnes qui n'arrivent pas à en parler. Pour tout le reste, comme souvent chez Sirk mais pas toujours, la forme l'emporte tellement sur le fond qu'il faut en faire abstraction. Dans '' Ecrit sur du vent'' Dorothy Malone nous y aide beaucoup par son jeu souvent aux limites du paroxysme. Cette actrice doit aimer se faire détester du public mais ici elle est bien punie. Qui peut oublier le plan final qui la laisse brisée devant un derrick dont Sirk n'a pas cherché bien au contraire à dissimuler le coté freudien?

douggystyle

Suivre son activité 318 abonnés Lire ses 3 456 critiques

4,0Très bien
• Publiée le 04/02/2014

Maitre incontesté du mélodrame pendant l’âge d’or hollywoodien, Douglas Sirk signe avec Ecrit sur du vent son long-métrage le plus passionnant et une splendide fresque sur les dessous tabous du rêve américain en caractérisant ses deux principaux personnages, un fils et une fille de magnat texan du pétrole, par leur addiction, respectivement à l’alcool et au sexe. D’ailleurs ses deux antihéros sont si brillamment interprétés par Robert Stack et Dorothy Malone qu’ils en viennent à voler la vedette à la splendide Lauren Bacall et à Rock Hudson. L‘usage outrancier du technicolor fait certes mal vieillir le film mais il en accentue les caractères lyrique et romanesque. Certaines scènes (à commencer par celle de la mort du père) sont tout simplement mémorables, et forment un ensemble d’une intensité émotionnelle remarquable même si on peut regretter qu’il s’achève par un happy-end en totale rupture de ton avec tout ce qui a pu le précéder.

Paris Texas

Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 1 351 critiques

3,5Bien
• Publiée le 20/06/2013

Un mélodrame lyrique et poignant qui traite des rapports tordus entre l'amour, le pouvoir et l'argent.

Samuel  S.

Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 499 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
• Publiée le 24/11/2012

Un véritable chef-d’œuvre du cinéma américain. Une réalisation éblouissante et somptueuse portée par des acteurs de légende au sommet de leur talent. A conserver !

tomPSGcinema

Suivre son activité 94 abonnés Lire ses 2 551 critiques

3,5Bien
• Publiée le 19/09/2010

Douglas Sirk réalise en 1956 avec " Ecrit sur du Vent ", un mélodrame émotionnellement très riche et qui s'inscrit comme l'un des meilleurs du genre qui aura été tourné durant cette époque. Si le film est aussi réussi, c'est en grande partie grâce évidemment à une mise en scène raffinée, mais aussi grâce à la superbe interprétation du casting. En tête d'affiche, l'acteur Robert Stack, qui est vraiment au centre de l'intrigue, s'avère particulièrement brillant dans le rôle de Kyle Hadley, un homme qui finira par se détruire par le biais de l'alcool. Lauren Bacall, de son côté, s'avère bien touchante dans le rôle de sa femme, tandis que que Rock Hudson interprète d'une belle manière la rôle de son meilleur ami, alors que Dorothy Malone nous propose une excellente prestation dans le rôle d'une nymphomane. D'ailleurs sa performance lui vaudra un oscar du meilleur second rôle féminin, qui sera d'ailleurs le seul que le film recevra, malgré ces deux autres nominations. Précisons également une magnifique photographie en Technicolor de Russell Metty et une partition musicale bien mélancolique de Frank Skinner, et le tout fait que l'on se trouve devant un mélodrame américain à ne pas rater.

Touka Speed

Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 271 critiques

4,0Très bien
• Publiée le 24/06/2005

Malgré un scénario bien mince et désuet. Une réalisation soigneuse, de très beaux décors. Un jeu d'acteurs merveilleux. Je ne l'avais jamais vu, j'ai passé un bon moment.

selenie

Suivre son activité 280 abonnés Lire ses 4 187 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
• Publiée le 15/08/2016

Quintessence du mélodrame ce film est signé du réalisateur qui a donné ses lettres de noblesse au genre, en nous montrant notamment la face cachée l'American Way of Life. L'intelligence de Sirk est d'éviter toute censure dans un style coloré façon carte postale dans la forme tout en contraste avec la vacuité humaine. Les acteurs sont sublimes pour un scénario qui offre souvent des scènes sous tension (sexuelle ou non !) avec quelques unes qui nous hantent encore comme le danse frénétiques et funestes de Marylee Hadley (Malone). Un grand film assurémment.

http://www.selenie.fr/2016/08/ecrit-sur-du-vent-1956-de-douglas-sirk.html

platinoch

Suivre son activité 32 abonnés Lire ses 321 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
• Publiée le 19/05/2016

Par une mise en scène extrêmement soignée et complexe, reposant en grande partie sur un habile jeu de miroirs (les personnages hors cadres qui apparaissent dans un reflet de miroir ou sur une photographie, ou encore, la dernière scène où Marylee se retrouve prisonnière de sa condition, dans la même posture que le portrait de son père qui trône derrière elle), ainsi que sur un quatuor d’acteurs formidables (Robert Stack et Dorothy Malone notamment), le cinéaste porte une fois encore un regard très critique et sans concession sur l’American Way of life. Et finit sur un constat amer et rare dans le cinéma de cette époque : non seulement l’argent ne fait pas le bonheur, mais la cupidité conduit les hommes à leur propre perte. Assurément l’un des plus grands films de Douglas Dirk.

http://www.toile-et-moi.fr/2016/05/ecrit-sur-du-vent.html

Yves G.

Suivre son activité 110 abonnés Lire ses 872 critiques

3,0Pas mal
• Publiée le 19/02/2016

La filmothèque du Quartier Latin ressort un vieux film de Douglas Sirk, pour les aficionados de Todd Haynes dont l’œuvre, notamment son Carol, est inspirée du grand maître. Écrit sur du vent n’est pas le meilleur film de Douglas Sirk, mais il n’en est pas moins représentatif de son œuvre. Un riche magnat, fils à papa (Robert Stack qui n’avait pas encore joué Eliot Ness)‎. Une sœur nymphomane (Dorothy Malone qui remporta pour ce rôle l’Oscar de la Meilleure Actrice dans un second rôle )‎. Une épouse vertueuse qui réussit à le guérir de son alcoolisme (Lauren Bacall majestueuse évidemment). Un ami d’enfance protecteur amoureux de l’épouse – mais s’interdisant par loyauté de lui déclarer sa flamme – et adulé par la sœur (Rock Hudson qu’on ne regarde plus sans penser à sa fin tragique). C’est Dallas vingt ans avant l’heure. Avec ce goût qu’avaient les drames américains des années 50 pour les situations paroxystiques.‎ Qu’on pense à Un tramway nommé Désir, Tant qu’il y aura des hommes, La Chatte sur un toit brûlant, Soudain l’été dernier, Géant ou À l’est d’Eden, ces films ont leur lot de personnages alcooliques, nymphomanes, impuissants ou franchement cinglés qui entretiennent avec le sexe une relation passablement compliquée. Était-ce une caractéristique de l’Amérique de Eisenhower ? Ou plutôt une forme de transgression par rapport à la morale sévère de cette époque ? Robert Stack et Dorothy Malone incarnent de tels personnages. Leur jeu outrancier est à la fois terriblement démodé et absolument jubilatoire‎. Par comparaison Ruck Hudson et Lauren Bacall sont bien fades.

cyclo86

Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 121 critiques

3,0Pas mal
• Publiée le 05/02/2016

Un Sirk en petite forme : sans doute le moins bon de ses mélos flamboyants des années 50. Il faut dire que les personnages sont assez peu intéressants, en dehors du Rock Hudson en amoureux transi. Très au-dessus quand même du "Carol" de Todd Haynes sur un sujet presque voisin (amour entre gens de conditions sociales différentes)...

Les meilleurs films de tous les temps
Back to Top