Mon AlloCiné
    12 hommes en colère
    note moyenne
    4,5
    11227 notes dont 723 critiques
    61% (443 critiques)
    31% (224 critiques)
    6% (42 critiques)
    2% (12 critiques)
    0% (1 critique)
    0% (1 critique)
    Votre avis sur 12 hommes en colère ?

    723 critiques spectateurs

    wesleybodin
    wesleybodin

    Suivre son activité 207 abonnés Lire ses 3 864 critiques

    4,0
    Publiée le 21 mars 2009
    Un film intense desservis par un casting époustouflant qui tient toutes ses promesses. Henry Fonda est comme d'habitude magistral devant comme derrière la caméra. La réalisation est quasi parfaite avec de nombreux plans séquences tous plus réussit les uns que les autres. Les dialogues sont captivant et l'ambiance parfaite. Sachant que la totalité du film se situe dans une seule et même salle, le défi était osé mais le résultat est puissant. L'histoire en elle-même n'a rien d'exceptionnelle mais la manière d'exposer les faits est remarquable. Une certaine claustrophobie tant physique que psychologique s'installe peu à peu, procurant une sensation d'enfermement saisissante. 12 angry men est également une réflexion profonde sur la justice : il ne la remet pas en cause, il évoque tout simplement les faits en les remaniant, les manipulant à sa guise. Le résultat est époustouflant. Sydney Lumet, pour son premier film, réalise un véritable chef-d'oeuvre qui n'a pas prit une ride. Un grand moment de cinéma.
    Florian Malnoe
    Florian Malnoe

    Suivre son activité 55 abonnés Lire ses 288 critiques

    5,0
    Publiée le 31 août 2015
    Un huis-clos judiciaire efficace et redoutable d'efficacité. J'ai vraiment été bluffé par la maitrise qui ressort de ce film. Je ne m'attendais vraiment pas à ça. Sidney Lumet arrive à passionner pendant plus d'une heure et demi devant une bande de jurés débattant sur l'innocence d'un suspect. Et ce qui frappe dans cette œuvre, ce qui me la rend aussi convaincante et immersive, c'est la précision atteinte par l'interprétation sans faille des acteurs ainsi que celle des dialogues ici diablement bien travaillés. Tout cela parait crédible, on y croit, on est prit dedans du début à la fin. En partie aussi et surtout, parce que ce brillant script, simple mais jamais simpliste, ne souffre d'aucun temps mort et que le rythme est géré comme une horlogerie suisse. Les enjeux sont d'autant plus forts quand on sait d'ailleurs que la peine de mort pour les mineurs était encore en vigueur à l'époque. A part ça la tension distillée par la mise en scène, avec ce climat caniculaire orageux et suffocant, ou les plans de plus en plus rapprochés des protagonistes, fait d'ailleurs bien son effet. Mais dans tout ça Lumet, même s'il ne prend jamais parti pour le suspect en ne révélant pas la vraie vérité quant à son éventuelle innocence (même si de mon point de vu il nous dit implicitement que le jeune est innocent en démontant une à une les charges contre ce dernier) ne fait pas que nous montrer une histoire judiciaire parmi tant d'autres, il nous pond aussi une véritable dénonciation, en mettant en exergue la désinvolture d'un jury et le fait qu'une personnalité peut conditionner un jugement, et remise en cause de toute une institution comme il l'a fait par la suite avec "Serpico". Et le résultat est irréprochable pour moi. Même si la prévisibilité du truc quant à l'aboutissement de la concertation peut gêner le suspense (tout cela se déroule comme on se l'attend au fur et à mesure de l'avancée du débat), pour ma part je ne lui en tiendrait même pas rigueur. D'ailleurs concernant cette fin je trouve ça bien de ne pas appuyer lourdement sur une ambiguité malvenue quant au gosse comme il coutume de faire dans les films de genre contemporains (même si elle reste présente), je n'était plus habitué à ça.
    ConFucAmuS
    ConFucAmuS

    Suivre son activité 166 abonnés Lire ses 333 critiques

    5,0
    Publiée le 8 septembre 2017
    Autant le dire tout de suite: rares sont les films a être suffisamment forts pour traverser les âges sans rien perdre de leur puissance. 12 Hommes en colère est de ceux-là. Pour sa première réalisation, Sidney Lumet fait preuve d'une maitrise incroyable, chose qui ne se démentira pas dans sa filmographie (qui compte Un après-midi de chien, Serpico ou 7H58 ce samedi-là). Nous sommes invités à la table autour de laquelle douze jurés vont devoir décider de la culpabilité d'un jeune homme. Pour onze d'entre eux, l'affaire est réglée. Mais le douzième a des doutes. Une nuit pour décider du sort d'autrui, c'est court. Mais pour ébranler les certitudes, c'est bien assez long. Et Sidney Lumet profite de chaque minute pour disséquer les turpitudes des uns, les préjugés des autres, tout en invitant ces jurés (et nous, par extension) à l'humilité, donc à l'humanité. Chaque point de dissension fera l'objet de débats animés. Le moindre détail a son importance, pour peu qu'il modifie la perception de l'ensemble. L'atmosphère devient suffocante, l'étau se resserre peu à peu sur les esprits, et pourtant je ne sortirai de cette pièce pour rien au monde. La précision et la fluidité de sa réalisation, la distribution tranchante (Henry Fonda, dans l'un de ses plus beaux rôles) et sa dimension anthropologique dévastatrice. Si Douze Hommes en colère est intemporel, est ce parce qu'il a un coup d'avance ou parce que nous en avons un de retard? Peut-être les deux à la fois. Mais c'est surtout parce qu'il reste un chef-d'œuvre absolu.
    DanielOceanAndCo
    DanielOceanAndCo

    Suivre son activité 349 abonnés Lire ses 2 397 critiques

    5,0
    Publiée le 22 octobre 2016
    J'avais déjà vu le remake télévisé de "Douze hommes en colère" avec Jack Lemmon et Tony Danza que j'avais beaucoup aimé, donc la vision de l'oeuvre originale ne fut pas une si grande surprise d'un point de vue scénaristique (les deux scénarii étant identiques à la réplique près!!), cela dit, le film bouleverse grâce au talent d'Henry Fonda, incroyable dans le rôle de cet homme qui se bat pour une juste cause et la mise en scène de Sidney Lumet, au plus près des personnages, est tout simplement remarquable car il évite tous les pièges du huis-clos avec beaucoup de maîtrise. Passionnant!!
    Flavien Poncet
    Flavien Poncet

    Suivre son activité 145 abonnés Lire ses 1 023 critiques

    2,5
    Publiée le 13 juin 2009
    Considéré par bons nombres de classement comme l’un des meilleurs films américains, «12 angry men» (USA, 1957) de Sidney Lumet tient sa réussite de ses ressorts narratifs, exemplairement servis par la mise en scène. Pour assujettir sa réalisation au scénario qui le précède, Lumet pourrait être considéré comme un modeste metteur en scène ou un honorable narrateur. Vieille rengaine auteuriste qui oublie volontiers que la direction d’acteurs dans ce film compte autant que son découpage du temps et de l’espace. Douze jurés masculins se retrouvent coincés dans une salle pour délibérer sur la culpabilité d’un homme. Onze sont persuadés de sa criminalité, un seul va à l’encontre. Afin que le jugement soit valable, tous les jurés doivent s’accorder. Dès ce postulat, le spectateur usager de récits semblables se doute fortement que progressivement tous vont basculer du côté de la minorité. Lumet s’engage en une heure et demie à renverser les avis de tous les jurés. Le fil narratif, pas vraiment unique, provient de la pièce de théâtre que le film adapte. Pourtant Lumet apporte un véritable soin du cinéma, est motivé par un sincère désir de cinéma. Dans son premier film de cinéma, Lumet use des moyens techniques pour transcrire la lourdeur des situations et la tension entre les personnages. La valeur des plans, leur durée et leur mouvement participent à faire de ce huis-clos une bataille des volontés. Renfermé dans un seul espace, qu’on ne quittera qu’en conclusion, le film est pourtant traversé d’ouvertures sur la psychologie des personnages. Le symptôme le plus patent de la virtuosité narrative de Lumet apparaît lorsqu’en fin, deux des jurés s’avouent leur prénom. Je ne m’étais même pas interrogé sur leur nom, ce par quoi chacun est personnalisé d’habitude. Ne pas avoir donné de nom à ses protagonistes est aussi une envie de Lumet de formuler l’anonymat qui fonde en droit le dispositif démocratique. La démocratie, voilà en fin la figure que caractérise «12 angry men».
    Cathedrale
    Cathedrale

    Suivre son activité 72 abonnés Lire ses 166 critiques

    4,5
    Publiée le 4 février 2012
    La bêt(is)e humaine n'épargne personne. Du mec farceur pas très futé au diplômé en blablaterie, du mec sans coeur en passant par l'homme chez qui suinte le respect, tous la cajolent, l'idolâtrent et la possèdent. Il suffit qu'un type, un seul, doté d'un peu de bon sens et d'humanité ne lève pas sa main coupable lors du vote sacré, pour que se dérègle et s'emballe la machine des conventions. L'ennui et la paresse se roulent des pelles, à cheval sur une chaise bancale, grinçants à chaque coup de langue; le pragmatisme agace, la vieillesse grimace et peine à laisser place à la Vérité. 12 hommes perdus autour d'une table allumée, 12 homo sapiens en proie au doute. On ne plaisante pas avec la vie, surtout lorsqu'il est question d'une mise à mort.. Lumet l'a bien compris, et signe un 8 clos épatant, étouffant sur la CONdition humaine et ses schémas idiots, qu'il s'amuse à nous dessiner de manière sarcastique, intelligente, si bien que l'on se prend au jeu...
    fade_away
    fade_away

    Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 115 critiques

    5,0
    Publiée le 20 février 2007
    c'est un bon film même si l'intrigue paraît parfois artificielle ( un jury qui ne comment à réfléchir qu'au dernier moment ) et même si certains des acteurs ne sont pas talentueux.
    Twiss-ty
    Twiss-ty

    Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 14 critiques

    5,0
    Publiée le 1 mai 2012
    La difficile tache de condamné qui met en colère douze hommes est simplement un délice grandiose pour les yeux. Une merveille !
    Ashitaka3
    Ashitaka3

    Suivre son activité 53 abonnés Lire ses 854 critiques

    5,0
    Publiée le 13 mai 2014
    Ce film à dialogues est un huit clos superbement maîtrisé tant par sa mise en scène que par ses répliques travaillées. Les personnages sont très efficaces et on ne s'ennuie jamais. Sûrement un chef d’œuvre du cinéma, car l'apothéose est très bien ressentie à la fin. C'est absolument remarquable.
    Shékiinä .
    Shékiinä .

    Suivre son activité 31 abonnés Lire ses 613 critiques

    3,0
    Publiée le 13 octobre 2012
    Je vois des commentaires du style ''chef-d’œuvre'',''film magistral'', mais pour ma part je ne trouve pas qu'il mérite autant d'éloges ; faut pas pousser. Ce huit clos théâtral bien qu'il soit saisissant de bout en bout, il reste quand même très prévisible et trop bavard. Et que dire de cette fin bâclée ? C'est frustrant, je m'attendais à avoir des réponses et connaître un peu mieux en détail cette affaire restée sous silence, car on ne nous dit pas grand chose au final. J'ai été sur ma faim, ce film est un grand point d'interrogation, trop de choses sont laissées en suspend (petit budget, faute de moyens sans doute ?). Malgré tout il y a des points positifs : les plans et la façon de filmer sont impeccables. Il y a une atmosphère oppressante. Lumet film ces visages de près, ces personnages dont la psychologie est assez travaillée durant 1h30, renforçant encore plus la tension et ce sentiment d’étouffement (ils suent, l'orage éclate, il se fait tard et ils sont tous à bout de nerf). La force de 12 hommes en colère réside surtout dans les dialogues (percutants) et le jeu des acteurs (tous excellent, particulièrement Henry Fonda qui crève l'écran). En dépit du petit espace, en dépit que ce soit tourné dans la même pièce, on ne voit pas le temps passé ; il y a un bon rythme et un suspense jouissif. Une démonstration d'intelligence qui démontre qu'on devrait plus souvent mettre nos préjugés de coté et essayé de comprendre l'homme avant de le juger hâtivement, et parfois à tort.
    Kaza Nova
    Kaza Nova

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 39 critiques

    5,0
    Publiée le 28 mai 2013
    Film culte et extraordinaire, dont la trame dramatique repose exclusivement sur les dialogues et le jeu d'acteur. D'où un niveau d'exigence particulièrement élevé à ce niveau. Le talent des 12 protagonistes, Fonda en tête, leur permet de relever le défi avec brio. Si vous désirez voir un film différent de ce que vous regardez habituellement, un film qui élève l'âme avec peu de moyens sans pour autant verser dans l'expérimentalisme (rien de plus traditionnel que la construction de ce film), vous pouvez foncer. La trame peut sembler ennuyeuse, le film peut paraître réservé à une élite. Mais vous serez vous même surpris d'être ainsi scotché à l'écran, pour suivre le débat enflammé entre 12 hommes que tout séparait avant qu'ils ne se rencontrent pour juger le cas d'un adolescent suspecté d'assassinat.
    Kloden
    Kloden

    Suivre son activité 61 abonnés Lire ses 617 critiques

    4,5
    Publiée le 11 avril 2013
    12 hommes en colère est un chef-d'oeuvre, de ceux qui sont à tel point impérissables qu'ils vous marquent encore 55 ans après leur sortie. Un pitch en béton, d'excellents acteurs, des dialogues au cordeau : on tient là à n'en pas douter l'un des meilleurs films de Sydney Lumet ou au tout cas l'un des tout meilleurs huit clos de l'histoire du ciné. Côté mise en scène, c'est en tout point admirable : Lumet esquive à merveille le piège d'une caméra statique par un magnifique jeu de déplacement des comédiens. La caméra passe d'homme en homme au même rythme que la parole, les mouvements sont cadrés sur les sentiments et l'état psychique de chacun, et le tout entraîne un formidable dynamisme. L'écriture est remarquable, la morale appréciable, le sujet toujours d'actualité. Une magnifique réflexion sur la responsabilité, la distanciation vis à vis d'autrui au moment de prendre une décision, le rejet des préjugés, l'humilité, ou plus simplement sur notre système judiciaire. Bref, plus qu'un classique, voici un chef-d'oeuvre en bonne et due forme.
    -Bat(e)man-
    -Bat(e)man-

    Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 299 critiques

    3,0
    Publiée le 7 novembre 2012
    Douze hommes en colère est un classique du thriller judiciaire intelligent mais pas pour autant un chef d'oeuvre. Ce film met donc en scène un huit-clos où des jurés débâtent sur la culpabilité d'un homme, pour prouver ou non son innocence. Le scénario reste convenable mais le traitement des 12 jurés est inégale certains se rallient on ne sait trop pourquoi tandis que d'autres se révèlent inexistants. Bien que cette inégalité soit lié à la prestance d'Henry Fonda à l'écran, il n'empêche que l'on ne sort pas convaincu du nombre de jurés tant on a l'impression que seul Henry Fonda compte avec une entrée en scène déconcertante. Reste que se prestation est magistrale et qu'elle supporte à elle seule le poids du film. La réalisation est aussi très bonne grâce à la retranscription d'un huit-clos qui enferme le spectateur dans une seule pièce. Mais cette pièce est habilement rendu vivante grâce à la chaleur, la pluie ou encore le sentiment d'enfermement qui s'en dégage. Les dialogues sont très bon et critique avec justesse un problème de société, mais là encore on a l'impression qu' henry fonda est le seul à parler dans d'interminable tirade qui ne laisse peut de paroles aux autres membres du jury. Mais attardons nous sur la fin spoiler: qui est certainement le pire raccourci scénaristique du film. Après le consentement du dernier juré, ils quittent le palais de justice et c'est tout. Ainsi, on ne sait pas ce qu'il s'est passé, même pas un plan de la salle d'audience. Cette fin montre à quelle point Sidney Lumet a travaillé la partie huit-clos à sa manière et sans tenir compte de la suite. Ce film reste un classique mais n'atteint pas le chef d'oeuvre tant ces erreurs gênent et agacent.
    Jon "Scarecrow" Crane
    Jon "Scarecrow" Crane

    Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 11 critiques

    5,0
    Publiée le 4 septembre 2014
    Ce gracieux plaidoyer signe le coup de maître ultime de Sidney Lumet. Cette double dénonciation spectaculairement mise en scène, nous tient à notre fauteuil par une succession de plans-séquence regroupant douze hommes au tour d'une table cherchant à expédier au plus vite une affaire prise par dessus la jambe. Douze personnages au caractère différent, en rien caricaturaux, qui feront valoir leurs arguments pour chercher à conclure cette situation. Accusateur, ou plutôt révélateur de la stupidité humaine, « 12 hommes en colère » s'attarde sur l'état d'esprit de ses protagonistes en appuyant sur leurs dire et leurs expressions. Cette assemblée se divise en deux groupes distincts, d'un côté la défense et de l'autre l'opposition - Dans le premier on retrouve l'unique membre qui voudrait débattre sur le sujet, jugeant dur d'envoyer un homme à la mort sans y avoir préalablement discuté, et dans le deuxième ceux voulant terminer précipitamment pour retrouver leur confort quotidiens suivi par d'autres personnes influençables optant pour la majorité car leur nature les pousse à agir ainsi. Le manichéisme est ici absent, au fur et à mesure que la discussion avance, elle prend une dimension plus complexe et objective, où chaque personnage expose son opinion, rattachant une part de son vécu à son ressenti, abordant des préjugés, des arguments infondés ou faisant preuve d'une obstination sans borne pour certaine de leurs convictions. La thématique de ce film est de montrer la compétence de personnes venant de divers milieux sociaux, à régler un conflit purement oral de manière raisonné, qui ici, servira à force de persévérance et de suppositions contraires ou de preuves tangibles à éclaircir des zones d'ombres qui forceront les membres de l'opposition à se rétracter un par un. Les personnages aux réactions singulières et spontanées, se verront déstabilisés par de simples spéculations, qui en voyant qu'en prenant du recul leurs arguments ne sont que le produit d'une réaction intérieure. « 12 hommes en colère » dispose de dialogues soigneusement travaillé, rendant ce simple conflit d'intérêt emportant, où chaque protagoniste reflète au mieux une part d'humanité à la quelle chacun peut s'y identifier. Ce tour de table choque pour mieux raisonner, entaille puis continue à creuser une plaie grande ouverte afin de critiquer des comportements insensés. Si je ne m'étalerai pas d'avantage, voilà tout de même un échantillon de ce qu'il est possible de faire avec du talent à travers un scénario pouvant paraître si basique. Sidney Lumet à exploiter tout le potentiel d'une justice se voulant impitoyable si elle n'est examiner comme il le faudrait, créant à travers elle une chaîne de personnages complets accentuant la richesse de l'histoire pour mieux promouvoir ce qui semblerait être, un des meilleurs films de l'histoire du cinéma.
    reymi586
    reymi586

    Suivre son activité 144 abonnés Lire ses 2 102 critiques

    5,0
    Publiée le 6 février 2017
    Un film incroyable qui n'a pas pris une ride ! On est tenu en haleine de début à la fin devant ce huit clos admirablement mis en scène par Sydney Lumet. Un authentique chef d'œuvre mené par le très grand Henry Fonda.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top