Notez des films
Mon AlloCiné
    Reds
    note moyenne
    3,8
    205 notes dont 30 critiques
    répartition des 30 critiques par note
    6 critiques
    9 critiques
    9 critiques
    4 critiques
    2 critiques
    0 critique
    Votre avis sur Reds ?

    30 critiques spectateurs

    Fêtons le cinéma
    Fêtons le cinéma

    Suivre son activité 142 abonnés Lire ses 1 111 critiques

    3,5
    Publiée le 2 juillet 2019
    Reds brosse un portrait fort pertinent de la figure de John Reed, militant communiste et journaliste actif dans la révolution russe de 1917, et fait cohabiter de manière équilibrée la vie d’artiste – c’est-à-dire celle d’un écrivain et essayiste engagé dans une puissante réflexion sur la notion de société et de vivre-ensemble –, la vie d’homme et la vie de révolutionnaire engagé dans la marche présente de l’Histoire en train de s’écrire. Warren Beatty parvient à mêler ces trois facettes avec élégance, prend trois heures pour reconstruire les liens tant politiques que sensibles aptes à revivifier le personnage. Inutile de dire que ces trois heures passent lentement, et que le passage de la sphère intime peu à peu contaminée à l’espace public, s’il déconcerte au début, finit par agacer, la faute à un dispositif programmé pour se répéter ad vitam aeternam. Notons d’ailleurs que le réalisateur n’hésite pas à sacraliser Reed au point de le peindre tel un Messie à la peau rouge : la bonhomie de Beatty, ici acteur et réalisateur, lénifie les âpretés que son personnage exigeait pourtant. L’interruption du récit par des interviews des véritables protagonistes ajoute à cette impression d’œuvre-propagande qui, néanmoins, a la justesse de renvoyer aux deux pays en présence leurs propres relents totalitaires et belliqueux. Reds aurait gagné en efficacité s’il avait su dégager sa figure de l’écrasant contexte dans lequel elle évolue pour mieux le faire naître de ses actions. À l’instar de Reed et du film lui-même, nous manquons de souffle.
    Tayop
    Tayop

    Suivre son activité 38 abonnés Lire ses 1 576 critiques

    3,0
    Publiée le 11 février 2019
    Une farouche reconstitution et une réalisation engagée de la part de Warren Beatty, très bien entouré par Diane Keaton. Tous deux enthousiastes face à la révolution d'octobre. Argumentée d'interviews, de différents intervenants de l'époque, cette structure renforce l'émancipation du couple et leur trajectoire, de façon pertinente. Cette structure surplombe l'ensemble du récit, finalement peu pertinent face à cette approche et à son traitement.
    Bertie Quincampoix
    Bertie Quincampoix

    Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 1 048 critiques

    3,0
    Publiée le 12 décembre 2017
    En 1981 sortait ce film entièrement porté par Warren Beatty – il en est le réalisateur, le producteur et l'acteur principal – qui raconte l'histoire de John Reed, journaliste américain communiste célèbre pour son livre Dix jours qui ébranlèrent le monde sur la révolution russe de 1917, et de sa femme Louise Bryant, écrivaine féministe. Fresque historique qui dépeint la communauté anarcho-libertaire du début du XXème siècle aux États-Unis, ce long-métrage de 3h revient sur la fascination exercée sur Reed de la prise de pouvoir par les bolcheviks – il sera lui-même enterré en 1920 à Moscou – mais aussi sur les désillusions engendrées par un système qui s'imposera rapidement comme très bureaucratique. Le film s'intéresse aussi beaucoup (trop ?) à l'histoire d'amour complexe vécue par les deux protagonistes. Originalité du projet, des témoins ayant réellement fréquentés Reed et Bryant s'expriment sur un fond noir tout au long de cette reconstitution historique un brin poussive.
    CH1218
    CH1218

    Suivre son activité 40 abonnés Lire ses 1 675 critiques

    3,0
    Publiée le 5 décembre 2017
    Unique américain a être enterré au nécropole du mur du Kremlin, John "Jack" Reed est un journaliste et militant de gauche, témoin avec son épouse Louise Bryant de la révolution bolchévique d‘Octobre de 1917, dont il commentera les événements dans son fameux ouvrage «dix jours qui ébranlèrent le monde». Peu abordé au cinéma, le sujet de « Reds » est captivant mais Warren Beatty insiste trop longuement sur la romance entre les personnages principaux, ce qui n’a comme effet que de prolonger inutilement sa fresque rouge (plus de 3 heures quand même), anesthésiant pour le coup son côté épique. Partageant l’affiche avec les excellents Diane Keaton, Jack Nicholson - dans le rôle du dramaturge Eugène O’Neill - et Maureen Stapleton, l’acteur a vu son travail derrière la caméra récompensé par un Oscar dont il faut reconnaître effectivement les qualités.
    In Ciné Veritas
    In Ciné Veritas

    Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 659 critiques

    2,0
    Publiée le 13 décembre 2017
    Dans son biopic du couple formé par les journalistes militants John Reed (Warren Beatty, acteur) et Louise Bryant (Diane Keaton), Warren Beatty, réalisateur, insère en plans fixes des témoignages anonymes contemporains face caméra et sur fond noir. L’identité de ces témoins n’est révélée que dans le générique de fin sans que la nature de leur lien avec les deux protagonistes ne soit indiquée. D’un intérêt variable et manquant de contextualisation, ces témoignages viennent interrompre la narration et, pour certains, empiéter sur la partie biopic de Reds. Critique complète sur incineveritasblog.wordpress.com
    Eselce
    Eselce

    Suivre son activité 316 abonnés Lire ses 4 071 critiques

    2,0
    Publiée le 20 juillet 2016
    Beaucoup de longueurs, trop. Le sujet est intéressant l'accroche est pénible pour le spectateur. Journalisme politique, c'est compliqué à traiter. Ca l'est encore plus lorsqu'il n'y a pas de scène forte, pas d'humour, pas ou peu d'actions. Finalement, on oublie où le film veut nous mener. 3 heures... Une digestion difficile malgré la bonne volonté de ses acteurs principaux.
    anne f.
    anne f.

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 30 critiques

    4,5
    Publiée le 7 mars 2016
    Un film monumental ! Le tourbillon de l'Histoire (la Révolution Russe) et une passion sublime entre deux intellectuels libertaires et communistes... J. Reed, journaliste (Warren Beatty) et Louise (Diane Keaton), écrivaine libertaire tiraillée entre ses idées et la conception fusionnelle et "bourgeoise" d'une vie à deux... Jane Fonda était pressentie pour le film, c'est Diane Keaton qui incarne le rôle, formidable, juste, sensible ! Malgré la longueur, on ne s'ennuit (presque) jamais (peut-être pendant les longues diatribes et délibérations du Kommintern où on croise Lenine, Zinoviev)... En second rôle, J. Nicholson est également parfait! C'est formidablement fait... Un vrai film culte !
    Cine vu
    Cine vu

    Suivre son activité 106 abonnés Lire ses 580 critiques

    3,0
    Publiée le 1 mars 2016
    La vie de John Reed : l’amour plus fort que le communisme L’erreur du Communisme a été de nier l’Homme au soi-disant bénéfice du collectif, du bien commun; ce qui est malheureusement devenu l’idée unique. Parce que les hommes sont différents et que même différents ils peuvent porter une idée commune. Le pire fut Staline. Mais revenons à Jack Reed. Souvent présenté comme le « premier communiste américain ». Qu’est-ce qui a poussé Warren Beatty à s’attacher aux pas historiques de ce John Reed que tout le monde ou presque a oublié en 1982, date de sortie du film? Nous sommes au début du siècle dernier, John Reed est un jeune journaliste avec des convictions, de gauche. Il rencontre Louise Bryant, femme libre, elle aussi dotée de convictions; et ce film est tout autant son histoire, que celle du héros Rouge, d’un parti communisme américain qui ne finira, presque, par ne jamais existé. Le film est épique, romantique, et fait la part belle à ses deux acteurs. Bien mené, bien photographié, avec des costumes et des décors à l’unisson, le film nous emporte à la suite de la vie tourmentée de ces deux-là, elle: femme amoureuse dans le tourbillon de cet homme, lui dépassé à terme par ses convictions, détournées. Warren Beatty et Diane Keaton sont très bien. Que ne la célèbre t-on pas plus souvent cette comédienne, égérie de Woody Allen -avant qu’il ne sombre pour des poupées- déjà vibrante dans « Le Parrain ». Elle est ici dévouée au romantisme et à la ténacité, comme la comédienne intelligente qu’elle est. A noter la belle présence de Jack Nicholson en Eugene O’Neill (le dramaturge). »
    Ricco92
    Ricco92

    Suivre son activité 77 abonnés Lire ses 1 202 critiques

    3,5
    Publiée le 3 mars 2015
    Film a l'ampleur rappelant celle des derniers films de David Lean, Reds revient sur la vie de John Reed, auteur des Dix jours qui ébranlèrent le monde (adapté au cinéma dans le classique Octobre de Sergueï Mikhaïlovitch Eisenstein) et seul américain enterré au Kremlin. Warren Beatty signe ainsi un film décrivant la naissance du communisme aux États-Unis (et oui, ça existe !) mais aussi la création de l'URSS. Cet aspect historique est mis en parallèle avec l'histoire d'amour entre Reed et Louise Bryant, son épouse. Cette romance fait d'ailleurs passer l'aspect historique au second plan dans la première partie du film : cela empêche parfois de réellement comprendre les dissensions politiques au sein de la Gauche américaine. C'est, avec sa durée, le seul réel reproche que l'on peut véritablement faire à ce second film de Warren Beatty. Ce cinéaste, comme le font souvent les acteurs-réalisateurs, offre à ses comédiens de belles prestations : nous avons le plaisir de voir à l'écran de très grands acteurs comme Warren Beatty (bien sûr), Diane Keaton, Jack Nicholson, ou Gene Hackman au meilleur de leurs formes. De plus, Beatty a eu l'intéressante idée de mettre en parallèle son histoire avec des interviews des témoins de l'époque. Reds est donc un bon film qui permet surtout de découvrir une aspect peu connu de l'histoire mondiale du Communisme.
    cylon86
    cylon86

    Suivre son activité 1047 abonnés Lire ses 4 430 critiques

    4,0
    Publiée le 18 mai 2014
    Warren Beatty en a refusé des projets pour se consacrer à celui-ci qui lui tenait à cœur : celui de l'évocation de la vie de John Reed, journaliste américain qui a vécu et participé de l'intérieur à la révolution russe de 1917. D'une vie bien remplie, Beatty en tire un film d'un peu plus de trois heures et qui se révèle passionnant. Il faut dire que derrière ou devant la caméra, il est parfaitement à l'aise et il trouve d'ailleurs avec John Reed l'un de ses meilleurs rôles. Passionné, engagé politiquement mais avec ses contradictions et son amour pour sa femme, Beatty est impeccable. Diane Keaton, qui joue sa femme, la féministe Louise Bryant, fait des merveilles dans un rôle assez touchant et livre l'une des performances les plus complexes de sa carrière. Face à ce couple vedette, une bonne pléiade de seconds rôles se succède (dont Jack Nicholson, très sobre) et viennent densifier l'intrigue du film, parfois un peu dure à suivre mais brillamment orchestrée par un scénario intelligent et une mise en scène irréprochable.
    ghyom
    ghyom

    Suivre son activité 59 abonnés Lire ses 150 critiques

    4,0
    Publiée le 28 mars 2014
    Reds n'est pas un film de propagande, c'est un film sur un propagandiste. Mais un propagandiste idéaliste. Or un propagandiste idéaliste ne peut que finir déçu. C'est là toute la force de ce film que d'assister à la fin tragique d'un homme en même temps que de ses idéaux. C'est une vision particulièrement noire et cynique. Warren Beatty nous conte donc l'histoire de John Reed et Louise Bryant, journalistes qui couvrirent la révolution russe en 1917. Cela commence par leur rencontre et comme une histoire d'amour assez classique avec son enthousiasme initiale puis sa confrontation à la réalité et les problèmes qui s'en suivent. John Reed côtoie déjà à l'époque les intellectuels socialistes américain et Louise Bryant n'y trouve pas vraiment sa place. Après quelques péripéties dans leur relation ils se retrouvent à Petrograd au moment de la révolution bolchévique. John Reed en écrira un livre "Dix jours qui ébranlèrent le monde" qui lui vaudront reconnaissance en Russie et au près des sympathisants communistes américains et lui permettra de devenir un leader politique. Se rendant en Russie pour obtenir le soutien officiel de son parti. Dès lors empêché de repartir, on suivra en parallèle son destin et le voyage de Louise pour le rejoindre. Absolument pas manichéen le film dénonce aussi bien le comportement du gouvernement américain que celui du PC américain puis celui du PC russe. A ce titre, une scène entre particulièrement en résonance avec notre actualité et fait froid dans le dos. Alors qu'il fait un discours pour le PC russe dans un pays du Moyen-Orient et devant les vivats de la foule, John Reed se tourne vers son traducteur et lui demande ce qu'il se passe. Le traducteur répond alors que la foule est enthousiasmée par son appel à la guerre sainte contre les infidèles occidentaux. Le regard halluciné de John Reed suffit alors à comprendre que son discours a été détourné. Très bien interprétés par Warren Beatty et Diane Keaton, on est également heureux d'y croiser l'excellent Jack Nicholson dont, personnellement, j'aurais aimé qu'il ait un rôle plus important dans cette histoire tant le discours cynique de son personnage donne du relief à l'idéalisme (aux idéalismes devrais-je dire) des 2 héros. L'idée d'utiliser des témoignages comme pour un documentaire est très intéressant. Ces témoignages servent d'ellipses dans le film en clôturant la scène ou en ouvrant la suivante mais cet usage est peut être trop systématique. Je regrette également quelques scènes à mon sens peu utiles. En conclusion, Reds est une grande fresque passionnante mêlant amour et politique, sans longueur mais qui aurait peut être pu gagner encore en efficacité. Un très bon film : 4/5.
    Benjamin A
    Benjamin A

    Suivre son activité 416 abonnés Lire ses 1 901 critiques

    5,0
    Publiée le 20 octobre 2014
    Aujourd'hui, John Reed est l'unique Américain enterré sur la place rouge dans la nécropole du mur du Kremlin. D'ailleurs Lénine a lui-même signé la préface de son livre "Dix jours qui ébranlèrent le monde" où il revient sur la révolution bolchevique de 1917 qu'il a vécu sur place. Né le 22 octobre 1887, ce journaliste américain a œuvré contre la guerre et surtout pour les ouvriers, défendant le système soviétique aux USA et œuvrant pour le communisme. Il a aussi été marié à l'écrivaine féministe Louise Bryant. "Reds" revient sur sa vie de manière romancée et se concentrant sur la période située entre l'entrée en guerre des USA en 1917 et la mort de Reed. De manière générale, "Reds" revient sur une période et sur des thèmes très peu traités par le cinéma américain à savoir la révolution bolchevique ainsi que sa vision sur le territoire américain. Warren Beatty endosse les casquettes de réalisateur, acteur principal, producteur et coscénariste. À travers cette longue fresque, Warren Beatty nous passionne et nous plonge dans la vie de John Reed entre ses idéaux, sa vision du monde et de la vie, ses relations et son amour. Warren Beatty propose un regard sur les radicaux américains du XXème siècle et une certaine fascination pour la mise en place de la révolution bolchevique ainsi que la fondation de l'URSS. Il s'attarde sur l'espoir d'un changement et d'une autre vision que le système capitaliste américain. Mettant en scène les conflits politique et idéologique des USA de ce début de siècle, il s’intéresse aussi sur la vision "américaine", là où "communiste" est une insulte, comme en témoigne cette scène de procès avec Louise Bryant. Mais Beatty insiste aussi dans la dernière partie du film sur la dérive du système bureaucratique mis en place après la révolution en Russie. Pour mettre en scène son récit, Warren Beatty a l'ambition de jouer sur plusieurs tableaux en même temps. Tout en étant une longue fresque, il s'attarde sur l'aspect politique du film, tout en donnant de l'importance à sa vie sentimentale et en y ajoutant quelques témoignages donnant un côté documentaire au film. Et Beatty la maîtrise à merveille, sachant alterner entre le combat de Reed, sa relation avec Louise ainsi que les témoignages qui sont bien gérés, intéressants et ne cassant par le rythme du récit. Il s'appuie effectivement sur une grande richesse d'écriture que ce soit au niveau de la vie de John Reed ou des personnages qu'il met en scène. Ils sont tous intéressants et psychologiquement étudiés, et notamment le couple principal qu'il rend attachant, tout comme la relation qu'ils entretiennent, fragilement intense et bouleversante. Il place Reed et Bryant face à la vie et les choix qui en découlent, leur laissant la possibilité de vivre ensemble ou de garder leur liberté et de vivre dans le feu de l'action, conscient de participer à des événements importants et uniques avec toujours cette peur de "manquer le train". Mais c'est aussi à travers les personnages secondaires qu'il donne de la consistance à son récit et notamment l'écrivain cynique Engene O'neill ou le communiste américain Max Eastman. On ne s'ennuie pas une seule seconde durant les 184 minutes du film. Beatty retranscrit très bien toute la richesse et les enjeux du récit, les rendant tour à tour passionnant, poignant, profondément émouvant et intelligent. Toujours avec un souci de réalisme, il prend le temps de développer les personnages, de mettre en place plusieurs scènes intimistes mais ô combien intéressante et traitée avec justesse et de se concentrer sur ce qui l’intéresse. Visuellement "Reds" est superbe et ce grâce à une belle photographie ainsi qu'à une excellente reconstitution, que ce soit les intérieurs où Beatty a le souci du détail ou les extérieurs et notamment en Russie ou lorsque le couple principal est chez l'écrivain au bord de la plage. Devant la caméra, Beatty, lui-même militant de gauche, donne une certaine consistance à son personnage et a eu l'excellente idée de confier le rôle de Louise Bryant à la superbe Diane Keaton, ici de toute beauté et superbe dans le rôle de cette intellectuelle féministe. Jack Nicholson, Stuart Richman, Paul Sorvino ou encore Gene Hackman complètent un casting sans fausse note. Véritable ode à la liberté politique et de pensée, "Reds" revient sur un épisode méconnu de l'histoire américaine. Tout en justesse et subtilité, Warren Beatty signe un récit aussi intelligent que bouleversant autour des convictions d'un homme à vouloir changer un système qu'il considère comme défectueux tout en le plaçant face à la vie et les dilemmes qui en découlent, notamment ceux sentimentaux.
    philippecalland
    philippecalland

    Suivre son activité Lire ses 2 critiques

    1,5
    Publiée le 12 février 2014
    Ils sont forts ces gens d'Hollywood. Comment raconter la vie d'un communiste idéaliste sans parler du communisme ni même de la révolution Russe ? Warren Beatty y arrive très bien. Il raconte une histoire d'amour avec quelques scènes édulcorées d'histoire en prétendant faire un biopic alors que rien des combats menés par cet idéaliste aux USA n'est sérieusement abordé. Le film est en définitive assez ennuyeux pour ceux qui auraient voulu voir une page de l'histoire du monde ou la vie d'un idéaliste. Mais si vous voulez voir une histoire d'amour Hollywoodienne qui dure 3 longues heures, pourquoi pas ...
    AMCHI
    AMCHI

    Suivre son activité 1513 abonnés Lire ses 5 483 critiques

    3,0
    Publiée le 26 septembre 2013
    L'acteur Warren Beatty se lance avec Reds dans un projet ambition et en plus d'interpréter le personnage principal du film il passe aussi derrière la caméra (ce n'est pas son premier film en tant que réalisateur), c'est un biopic sur un communiste Américain ayant réellement existé et étant le seul de sa nationalité à être enterré au Kremlin. Reds est un film intéressant, un bon voire un beau film mais juste un film intéressant alors qu'il aurait du être passionnant à regarder, nous emporter voire nous transcender pourtant la mise en scène est de qualité mais l'ensemble est un peu froid, manque d'émotion et surtout d'âme. C'est un peu trop carré par moment et Warren Beatty n'évite pas certaines longueurs (plusieurs passages de Reds sont souvent sans intérêt) mais surtout il consacre trop de temps à l'histoire d'amour au détriment de la partie la plus intéressante à mon avis du film, celle ou Reds se trouve en Russie face à la révolution bolchévique. Par contre Reds nous permet de découvrir une partie de l'histoire américaine plutôt méconnue et le communisme a eu aussi ses adeptes là-bas mais ce sont aussi des moments un peu bavard mais cela permet des dialogues assez savoureux ou fusionnent des idées, on a aussi l'intervention de véritables personnages de l'époque sous forme d'interview style documentaire (pas inintéressant et apportant une touche d'authenticité mais n'étant pas non plus indispensable). Niveau interprétation Diane Keaton et Jack Nicholson sont excellents, Warren Beatty dans la peau de Jack Reed est bon sans nous livrer une prestation impressionnante. Reds n'est pas un film raté mais passant un peu à côté de son sujet.
    L'homme le plus classe du monde
    L'homme le plus classe du monde

    Suivre son activité 241 abonnés Lire ses 450 critiques

    3,0
    Publiée le 1 août 2013
    La révolution russe est un sujet très peu abordé par le cinéma, et spécialement par le cinéma américain, pour des raisons que l'on comprend aisément. C'est ce qui rend "Reds" particulièrement intéressant. Le sujet est traité de manière objective et détaillé. Malheureusement, tout n'est pas si rose (ou rouge ! Hahaha). Warren Beatty a parfois tendance à s'égarer un peu dans des digressions sans intérêt qui rallonge inutilement la durée du film. Il semble hésiter constamment entre la fresque historique et la romance. Cette dernière étant d'ailleurs un peu trop présente à mes yeux.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top