Mon AlloCiné
    Le Convoyeur
    Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Le Convoyeur" et de son tournage !

    Un film "sur l'entreprise"

    Nicolas Boukhrief tenait à réaliser un film sur la vie en entreprise : "Une entreprise est une micro société, d'ailleurs la plupart des gens sont impliqués dans la vie de leur entreprise que dans leur propre vie. L'univers de la banque pourrait être tout aussi passionnant, avec ses rituels, sa hiérarchie, mais il n'y a pas la même notion de danger sous-jacent et je tenais aussi et surtout à tourner un film de suspense."

    Un premier film sur les convoyeurs

    Selon le réalisateur Nicolas Boukhrief, il est assez étonnant qu'aucun film n'ait jamais été consacré aux convoyeurs : "On s'est rendu compte que, chose assez incroyable, il n'y avait jamais eu de films sur les convoyeurs de fonds, alors que ce sont des ouvriers qui, pour un salaire de misère, transportent des millions ! Ils ont un flingue, ce sont de vrais personnages de film policier, et pourtant, à ma connaissance, leur univers n'a jamais été transposé sur grand écran. (...) Le côté inédit du sujet des convoyeurs apporte son énergie propre, notamment parce que le caractère du film tient autant du film social que du film noir."

    Une enquête pour le scénario

    En raison de l'opacité de ce milieu et de ses règles, en raison d'une certaine paranoïa, les scénaristes Nicolas Boukhrief et Eric Besnard ont fait appel à une journaliste. Celle-ci a mené son enquête, glanant des informations essentielles pour les deux écrivains, soucieux d'être fidèles aux réalités de ce métier : salaires, conditions de travail, mise en danger...

    Du karaté pour souder l'équipe

    Pour que l'équipe du film ait une vraie unité avant le début du tournage, Nicolas Boukhrief a tenu à ce que tous les acteurs partent ensemble une semaine, faire un stage de karaté. Seul le réalisateur et Albert Dupontel - dont le personnage instaure un déséquilibre au sein de cette équipe - n'ont pas participé à ce stage.

    Un rôle physique... et fragile

    Albert Dupontel trouve ici un rôle "musclé", pour lequel il s'est largement dépensé : "J'ai fait énormément de sport, afin de ne pas avoir à jouer la force, mais l'émotion. Manifestement, ce type a une tâche physique à faire, mais tout le jeu s'est situé au niveau de sa fragilité."
    Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
    • Joker (2019)
    • Ad Astra (2019)
    • Au nom de la terre (2019)
    • Gemini Man (2019)
    • Downton Abbey (2019)
    • Un jour de pluie à New York (2018)
    • Rambo: Last Blood (2019)
    • Deux Moi (2018)
    • J'irai où tu iras (2018)
    • La Vie scolaire (2018)
    • Maléfique : Le Pouvoir du Mal (2019)
    • Le Dindon (2018)
    • Ça : Chapitre 2 (2019)
    • Chambre 212 (2019)
    • Alice et le maire (2018)
    • Portrait de la jeune fille en feu (2018)
    • Donne-moi des ailes (2019)
    • Papicha (2019)
    • Sœurs d'armes (2018)
    • Ceux qui travaillent (2018)
    Back to Top