Mon AlloCiné
    La Mort aux trousses
    note moyenne
    4,3
    11943 notes dont 407 critiques
    48% (195 critiques)
    37% (150 critiques)
    7% (29 critiques)
    6% (24 critiques)
    1% (5 critiques)
    1% (4 critiques)
    Votre avis sur La Mort aux trousses ?

    407 critiques spectateurs

    Luc G.
    Luc G.

    Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 2 critiques

    3,5
    Publiée le 2 décembre 2017
    Par sa manière cartoonesque de naviguer sur une trame potentiellement dramatique, Alfred Hitchcock utilise le cinéma comme un jeu dont il est le maître. Sa présence à l’écran le temps d’un plan vient nous le rappeler. La mort aux trousses ne déroge pas de cet univers ludique. Les effets spéciaux rudimentaires et le jeu caricatural des acteurs nous amène parfois sur la paroi du ridicule, mais au final, c’est ce qui rend son cinéma si unique. Le Mont Rushmore reproduit en studio ne confond personne. La séquence dans laquelle Cary Grant conduit en état d’ivresse est un numéro de grimaces assez vertigineux. Pas étonnant que Grant se soit demandé tout au long du tournage dans quel genre de galère il s’était embarqué, lui qui avait pris la décision de prendre sa retraite avant de céder aux demandes répétées du vénérable réalisateur. On dit qu’après la première projection, l’interprète de Roger Thornhill était à genoux devant Hitchcock pour le remercier de lui avoir proposé un si beau personnage. Dans son rôle d’agent double, Eva Marie Saint est dans le registre; clichée mais assumée. Les scènes de baisers entre les deux protagonistes sont plutôt malhabiles, mais cela ne les empêche pas de s’amouracher l’un de l’autre et de passer aux choses sérieuses comme le suggère le plan final, alors qu’un un train pénètre dans un tunnel. Comme pour la plupart des films d’Hitchcock, le spectateur sort de La mort aux trousses amusé et sans regret.
    ChroniqueMécanique
    ChroniqueMécanique

    Suivre son activité 254 abonnés Lire ses 211 critiques

    4,0
    Publiée le 26 novembre 2011
    Bon c'est vrai, plus de 50 ans après sa sortie, "La mort aux trousses" a quelque peu vieilli. De légères longueurs plombent une seconde partie moins réussie que la première heure et demi, le film virant un peu trop dans le romanesque hollywoodien à l'eau de rose, et trainant des pieds pour arriver à une conclusion un peu attendue. Mais excepté ce petit aspect un peu ringard à nos yeux aujourd'hui, l'un des (nombreux) chefs-d’œuvre du maitre du suspense (même si il ne s'agit pas là de mon favori) a juste pris de belles rides avec l'âge mais n'a pas fané. Comme à son habitude, Hitchcock met en scène une histoire délicieusement folle, où il manipule son auditoire avec une habileté monstrueuse, et met la grande classe de Cary Grant à rude épreuve dans un scénario qui multiplie à vitesse grand V fausses pistes et rebondissements. A ce niveau, la première partie de ce long-métrage est une réussite totale, symbolisée par un générique d'ouverture avant-gardiste. Pris pour un homme qu'il n'est pas, ce publicitaire à la vie bien rangée va se mettre à la recherche, afin de se blanchir du complot dans lequel il se retrouve englué, d'un homme qui n'existe pas. Sur sa route, ce personnage atypique du héros américain croisera (évidemment) une troublante femme fatale incarnée par Eva Marie Saint, et une horde d'ennemis d’État sans scrupules menée par James Mason et Martin Landau... Le tout est agrémenté de répliques parfaitement écrites qui rythme la chose, d'une bande-son tellement dantesque qu'elle devient un personnage à part entière, et d'un humour noir on ne peut plus féroce. Bon c'est vrai, "La mort aux trousses" est sorti il y a plus de 50 ans. Et c'est pour ça qu'en le voyant aujourd'hui on comprend la réputation intemporelle et méritée de ce film culte et de son réalisateur hors-pair. Retrouvez mes critiques avec photos et anecdotes sur mon blog cinéma : http://soldatguignol.blogs.allocine.fr/ Merci !
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 1502 abonnés Lire ses 8 646 critiques

    5,0
    Publiée le 5 mars 2008
    Sans aucun doute l'oeuvre la plus folle d'Alfred Hitchcock dans une histoire totalement rocambolesque avec des scènes lègendaires qui s'enchaînent frènètiquement, plus mèmorables les unes que les autres. "North by Northwest" multiplie avec un humour fèroce les rebondissements, les poursuites et les fausses pistes! Partant d'un scènario solide d'Ernest Lehman, le film nous transporte aisèment dans une grande variètè de lieux! Eclatante à tout points de vue, cette pure merveille d'invention et d'intelligence (servie par l'excellente B.O de Bernard Herrmann) donne à ce joyau quelques magistrales sèquences à suspense! Gary Grant, perdu en rase campagne, attaquè par un avion pulvèrisant des insecticides ou la fuite sur les falaises du Mont Rushmore avec la très distinguèe Eva-Marie Saint...Les images appartiennent au panthèon du 7èem art! Que dire de plus si ce n'est que ce film est mythique et que Sir Hitchcock aiguise admirablement le scalpel du suspense en titillant nos nerfs comme jamais...
    Benjamin A
    Benjamin A

    Suivre son activité 336 abonnés Lire ses 1 055 critiques

    4,5
    Publiée le 20 mai 2017
    J'ai beau commencer à le connaitre par cœur mais revoir North by northwest représente toujours un grand plaisir, Hitchcock étant alors dans sa période la plus prolifique. C'est suite à Vertigo qu'il se lance dans la réalisation de celui-ci, changeant radicalement de style et proposant une synthèse d'une bonne partie de ses thèmes de prédilection et de sa façon de faire. C'est en effet autour du thème de l'homme ordinaire et innocent qui va se retrouver au coeur d'une histoire qui le dépasse totalement, qu'il a maintes fois usée dans sa carrière (I Confess, The Wrong Man, Saboteur, The 39 Steps etc), qu'il axe North by northwest. Ici c'est Cary Grant, l'un de ses acteurs fétiches, qui va se retrouver au cœur d'une sombre affaire d'agents infiltrés et d'espionnage. Encore une fois, il trouve le moyen de ne pas lasser et de se réinventer via ses propres thématiques. L'idée de départ est ingénieuse et intéressante et, tout le long du film, il nous entraîne dans de nombreuses péripéties tout en gardant une grande part de mystère sur les enjeux et les personnages. Si j'ai une si haute estime d'Hitchcock, c'est notamment pour son efficacité ainsi que sa capacité à faire simple, sans esbroufe et en allant d'un point A à un point B sans grands détournements. Ici il rythme son film par des péripéties toutes bien trouvées et ingénieuses ainsi que des dialogues, comme l'intrigue, merveilleusement ficelés. Dès les premières secondes il rentre dans le vif du sujet et met en place une atmosphère de soupçons qui ne va que s'accentuer plus on avance dans le récit. Le maître du suspense, portant toujours aussi bien ce sobriquet, garde l'angle de Cary Grant et donc faisant en sorte que le spectateur soit dans la même situation que lui, c'est-à-dire constamment en danger, dépassé par les événements mais cherchant à en connaitre les raisons. Tout le long haletant et passionnant, il ne nous laisse guère de répit et enchaîne les séquences toutes plus spectaculaires les unes que les autres, que ce soit celle de l'avion ou le final sur le Mont Rushmore. D'ailleurs, et pour cette dernière collaboration, Cary Grant est juste extraordinaire et ce qu'il soit bourré, incompris ou pourchassé. Il arrive à en même temps retranscrire l'incompréhension mais aussi la légèreté et le charme de son personnage, sachant détendre l'atmosphère à certains moments et c'est un vrai régal, alors que face à lui les autres acteurs sont eux aussi impeccables, tant James Mason et Martin Landau en méchant élégants et inquiétants que la belle Eva Marie Saint. La construction du récit, autre force du cinéma d'Hitchcock, est là aussi remarquable, notamment dans sa façon créer une forte tension et de faire apparaître, ou disparaître, les protagonistes autour de Cary Grant. La reconstitution est un autre des points forts du film et Hitchcock nous gratifie de quelques plans dont il a le secret, notamment lorsqu'ils seront à bord du train. Et enfin Hitchcock bénéficie à nouveau de l'excellente bande-originale de Bernard Herrmann, collant à merveille avec les images et l'ambiance du film. Tout simplement du grand cinéma et un spectacle de haut niveau. Efficace, extrêmement bien ficelé et construit avec un enchaînement de scènes d'anthologies et de formidables acteurs, North by northwest ne nous laisse guère de répit et Hitchcock orchestre un cocktail d'action, d'aventure et d'humour aussi haletant que passionnant.
    Akamaru
    Akamaru

    Suivre son activité 550 abonnés Lire ses 4 294 critiques

    4,5
    Publiée le 7 décembre 2012
    On est en 1959.Alfred Hitchcock crée le film d'action avec "La mort aux trousses".Pas moins.Chaque longue séquence se veut autonome,organisée comme un ballet,et déroule un suspense excitant.Admirable.Le film me rappelle "Bons baisers de Russie" et l'esprit des premiers James Bond en général.Dans ce contexte de la guerre froide,il est vite arrivé de confondre un espion avec un homme lambda.C'est exactement ce qui arrive à un publiciste overbooké,dont la vie déja trépidante,bascule dans la paranoïa et la fuite.Une course-poursuite s'engage entre lui,le gouvernement américain et des tueurs à la solde des communistes.Très bonne idée de scénar'.On s'éclate en compagnie de Cary Grant,toujours aussi classe et élégant à 55 ans.On cherche avec lui la vérité peu glorieuse,et partageons son acharnement à sauver sa peau puis celle d'une jeune femme rencontrée à bord d'un train."La mort aux trousses" demeure culte pour les scènes de l'avion dans les champs de maïs et l'escalade finale sur le Mont Rushmore.Une manière de penser très innovante à l'époque.Pas une ride,et une nouvelle leçon du maître du suspense.
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 5 janvier 2013
    Voici l'un des films les mieux réussis et des plus remarquables d'Alfred Hitchcock. Il n'a pas été désigné comme le maître du suspense pour rien. La mort aux trousses en est l'un des plus illustres exemples. Il est, à mon avis, un film parfait, parfaitement écrit, réalisé et, bien sûr, superbement joué que nous avons rarement l'occasion de voir. C'est l'un des films les plus célèbres dans l'industrie cinématographique américaine ayant fait appel à des effets visuels et à une scénographie très élaborée pour l'époque. Ce qui peut nous apparaître dérisoire au 21ème siècle ne l'était pas en 1959. Pour preuve, n'ayant pu obtenir les autorisations nécessaires du gouvernement américain, pour filmer des scènes dans le bâtiment des Nations Unies ou sur le mont Rushmore, il a fait reproduire des ensembles complets en studio. Cary Grant, plus habitué aux rôles comiques, apporte sa touche amusante, dans son rôle de publicitaire naïf. A ses côtés, Eva Marie Saint interprète la fausse et habile maîtresse d'un chef d'une organisation secrète campé par l'un des plus beaux méchants du cinéma US, en la personne de James Mason. Il est fidèlement secondé par son zélé secrétaire magnifiquement joué par Martin Landau, dont le regard bleu acier colle impeccablement à la froideur du personnage. En revanche, le rôle de la mère du publicitaire, exécuté par Jessie Royce me semble inutile et niais. Mis à part cette petite réserve, ce thriller est un monument du cinéma d'outre Atlantique.
    Mosse.
    Mosse.

    Suivre son activité 67 abonnés Lire ses 445 critiques

    4,5
    Publiée le 22 juillet 2010
    Alors que je m'étais préparé à 'l'Evrest du cinéma', à la perfection Made in Hitchcock, je me suis 'simplement' retrouvé devant une histoire magnifiquement bien ficelée, rodée, écrite et réalisée. Eh bien c'est tout simplement parfait. Il n'y a pas d'autre mot. Il n'y a absolument aucune faille, l'intrigue est mystérieuse et intéressante, les acteurs splendides ( le couple Cary Grant/Eva Marie Saint est un des meilleur que le cinéma ait connu ), les dialogues merveilleusement bien écrits,... Mais je m'attendais à autre chose après avoir vu "Psychose" qui m'a tout de même énormément marqué, lorsque l'on me dit que ce film est le meilleur d'Hitchcock, qu'il est le préféré de tous, qu'il est LE meilleur, je ne suis pas spécialement d'accord. Effectivement ( je me répète, je sais, mais c'est parce que le seul mot qui me vient en tête quand je pense à ce film c'est : 'parfait' ), le film est Parfait, mais il n'y a pas la petite chose en plus que j'attendais, et d'un côté j'en suis un peu déçu. Mais bon je ne vais pas gâcher mon bonheur, Hitchcock nous a une fois de plus offert une leçon de cinéma estampillée de scènes cultes ( la scène sur le Mont Rushmore ou celle avec l'avion-semeur dans les champs ) qui restera en bonne place dans ma vidéothèque!
    elbandito
    elbandito

    Suivre son activité 202 abonnés Lire ses 610 critiques

    5,0
    Publiée le 12 avril 2013
    Chef d’œuvre sur fond d’espionnage qui mêle tous les thèmes chers à Hitchcock : l’inconnu pris pour cible par erreur, les relations familiales et amoureuses, et les nombreuses scènes spectaculaires dont le morceau de bravoure final, véritable sommet de suspense. Le thème du faux coupable est ici porté à son point de perfection et d’abstraction. Roger O. Tornhill est pris pour un espion nommé Kaplan par une bande de tueurs. Il parvient à leur échapper mais se retrouve accusé d’un meurtre dont il est innocent. Notre héros malgré lui part à la recherche du seul qui pourrait l’innocenter, le vrai Kaplan... qui n’existe pas. Au sommet de son art, Hitchcock construit les bases du film d’action contemporain.
    Marc L
    Marc L

    Suivre son activité 224 abonnés Lire ses 419 critiques

    5,0
    Publiée le 22 juin 2014
    Un film d'espionnage remarquable d'Alfred Hitchcock, qui nous propose une histoire passionnante et très bien ficelée, basée sur un simple malentendu. Les interprétations sont tout simplement parfaites avec, en point d'orgue, celle de Cary Grant, drôle et élégant. Une réalisation riche, rythmée et novatrice, qui dégage une ambiance captivante et imprévisible. 20/20
    Estonius
    Estonius

    Suivre son activité 224 abonnés Lire ses 1 030 critiques

    5,0
    Publiée le 22 décembre 2012
    Une merveille ! On ne voit pas passer les 2 h 10 que dure le film tellement l'action est intense et qu'on est pris par le déroulement de l'histoire. Certaines scènes marquent la mémoire à jamais (la scène avec l'avion, la désescalade du Mont Rushmore). Si Carry Grant à un rôle à sa mesure, la prestation sulfureuse de la très jolie Eva Marie Saint est magistrale. La perfection hitchcockienne est au rendez-vous (cadrages, éclairages, beautés des plans), la musique de Bernard Hermann colle à l'action, bref un grand moment de cinéma dont on regrettera juste le dénouement final (qui a été imposé à Hitchcock). En revanche le tout dernier plan, métaphorique à souhait, fallait oser, chapeau !
    GyzmoCA
    GyzmoCA

    Suivre son activité 19 abonnés Lire ses 284 critiques

    4,5
    Publiée le 1 novembre 2018
    Hitchcock rate son bus (apparition au tout début) mais pas son film. Cary Grant est l'archétype de l’élégance et de l'humour fin. Hitchcock utilise les Mouvements de caméra pour créer le suspense et l action . Sa direction des acteurs montre dans chaque scène des acteurs habités. Le suspense est présent dans chaque scène et sera comme un étalon pour les films d espionnage et d action suivants. Concernant le scénario, au bout de 5mn , le thriller se lance sans temps d attente. Une homme ordinaire est pris dans la tourmente des espions. Tout le monde veut sa mort , il est seul. Puis la blonde d Hitchcock arriva ... froide, glaçante et enivrante à la fois . A noter que le maitre du suspense exploite souvent dans ce film les Plans du dessus (Comme à la sortie des Nations Unis ou sur l'attaque de l'Avion) pour montrer que tout se resserre sur le personnage malgré une immensité. Hitchcock livre deux scènes qui resteront dans les annales du cinéma : 1 - La scène mythique avec l attaque de l’avion dans les champs de maïs est devenue culte et représente bien le film ainsi que le désarroi du héros devant les attaques. 2 - La scène au mont Rushmore est mémorable amenant les personnages autour des grandes têtes. D’ailleurs le premier titre du scénario était « l’homme dans le nez de Lincoln ». C est avec ce film qu Hitchcock est devenu le maître du suspense pour l’éternité et a inspiré de nombreux films derrière . Anecdote : la scène extérieure au nations unis prise sans autorisation et filmé en public réel.
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 7 février 2012
    La Mort aux trousses est un chef-d'oeuvre vraiment absolu de l'histoire du cinéma étasunien et d'ailleurs du cinéma tout court . Il s'agit en effet là d'un long-métrage où perfection et merveille sont au rendez-vous . Pour commencer , le synopsis suffit à lui seul à nous convaincre à découvrir ou à redécouvrir ce classique du septième art avec l'histoire de ce publicitaire élégant et distingué qu'est Roger Thornhill qui se retrouve entraîné dans un quiproquo assez invraisemblable lorsqu'il est confondu avec un type nommé Kaplan . Et de là , va se développer une intrigue d'autant plus complexe quand Thornhill bien décidé à prouver qu'il n'est pas Kaplan , va se mettre à la recherche de celui-ci , se retrouvera accusé d'un meurtre qu'il n'a évidement pas commis et rencontrera la charmante Eve Kendrall , une jolie et intrigante jeune femme . Alfred Hitchcock a su avec ce film , mettre en scène toute cette tension qui fait la particularité de son cinéma : l'énonciation où il pose l'intrigue , l'élément déclencheur qui va bouleverser les choses , le paroxysme du suspense puis le dénouement . Ici , tout est extraordinaire à commencer par les acteurs : Cary Grant est effectivement incroyablement talentueux dans ce film faisant passer son personnage par toutes sortes d'émotions ( tantôt drôle , tantôt vaillant , tantôt tragique ... ) ; Eva Marie Saint en blonde hitchockienne fatale est également excellente . Il est aussi vraiment agréable ( et c'est un euphémisme ! ) de voir la participation du grand James Mason et celle de l'exceptionnelle Jessie Royce Landis , parfaite dans le rôle de la mère du protagoniste . La Mort aux trousses à la musique sublime composée par le grand Bernard Herrmann est aussi un film fort aux multiples scènes devenues cultes maintenant ( spoiler: l'incroyable scène de l'attaque par un avion de Thornhill dans un lieu désert mais surtout la superbe scène de la poursuite au Mont Rushmore , des moments terriblement bien filmées et éclairées _ comme la majorité du long-métrage d'ailleurs ! ) . En conclusion , c'est un film prodige et virtuose à voir et à revoir .
    Ricco92
    Ricco92

    Suivre son activité 58 abonnés Lire ses 327 critiques

    5,0
    Publiée le 30 mars 2014
    La Mort aux trousses est l'aboutissement des multiples films d'espionnage d'Hitchcock où un homme ordinaire se retrouve accusé d'un crime qu'il n'a pas commis (Les 39 marches, Correspondant 17, Cinquième colonne...). Ce film est également une parenthèse de légèreté dans la période la plus sombre du cinéaste (chronologiquement, il se situe tout de même entre Sueurs froides et Psychose). Ce film ne serait donc qu'un simple divertissement si tout ne touchait à la perfection. Ainsi, Cary Grant apporte l'humour et la classe qui le caractérise à ce personnage de publicitaire dépassé par les évènements. Il serait d'ailleurs intéressant de s'imaginer quel aurait été le traitement de l'histoire si elle avait été interprétée par James Stewart (qui souhaitait le rôle et qui aurait sûrement entrainé le film vers un aspect plus tragique). Eva Marie Saint est parfaite dans son rôle de blonde hitchcockienne qui comme souvent chez le cinéaste est plus maligne et manipulatrice que le héros masculin. Elle réussit ainsi l'exploit de mélanger classe et puissance sexuelle sans que l'un prenne le pas sur l'autre. Le reste du casting est également un régal en particulier James Mason, Martin Landau, Leo G. Carroll et Jessie Royce Landis, parfaite et hilarante dans le rôle de la mère BCBG typique du cinéaste anglais. Le scénario est palpitant de bout en bout et enchaine les péripéties sans temps mort. Il est un matériel parfait pour laisser Hitchcock s'amuser en tant que cinéaste. Il enchaine les séquences purement cinématographiques dont la plus célèbre est la fameuse poursuite avec l'avion. Celle-ci est véritablement mémorable car elle prend le contre-pied des habituelles scènes de suspense (elle se passe en plein jour, par beau temps, dans un lieu désertique, sans musique angoissante...). Chaque séquence apparait donc donc comme une leçon de cinéma. Le générique de Saul Bass est, quant à lui, réussi même s'il n'est pas aussi marquant que ceux de Sueurs froides ou de Psychose (pour ce qui est des films d'Hitchcock car il en réalisera d'autrse très mémorables notamment pour Martin Scorsese). Enfin, Bernard Herrmann nous offre une de ses partitions les plus réussies. Le compositeur apporte réellement une force supplémentaire à l’œuvre du cinéaste avec qui il constitue une des associations cinéaste/compositeur les plus marquantes du septième art. Il est d'ailleurs intéressant de noter qu'après leur séparation, due à la partition rejetée du Rideau déchiré, le cinéaste n'atteindra plus jamais le niveau de qualité qui fut celui de la période Herrmann. Filmé dans des années 50 où le maitre du suspense enchainait les chefs-d’œuvre (L’inconnu du Nord-express, Fenêtre sur cour, L'homme qui en savait trop, Sueurs froides...), La Mort aux trousses représente donc la quintessence même du style de films qu'Hitchcock avait inauguré avec Les 39 marches. Il ne reviendra d'ailleurs jamais à ce type de longs métrages ayant sûrement estimé avoir atteint la perfection dans ce genre. Suite à cette grosse machine, le cinéaste réalisera une petite production qui se révélera son plus gros succès et une révolution pour le film à suspense : Psychose.
    EricDebarnot
    EricDebarnot

    Suivre son activité 126 abonnés Lire ses 910 critiques

    5,0
    Publiée le 18 juin 2013
    Le superbe travail de restauration / digitalisation effectué pour cette édition en Blu-ray de "la Mort aux Trousses", LE thriller moderne originel, matrice des futurs James Bond ou, plus clairement encore, Jason Bourne, a une conséquence inattendue : celle de rendre excitante à nouveau la dernière partie du film, celle de la maison dans les bois et du (quasi) final sur le Mont Rushmore, deux scènes qui m'avaient jusqu'à présent toujours semblé en deçà de ce qui avait précédé (l'introduction paranoïaque et fantaisiste, la drague dans le train, la sublime scène de l'avion, la vente aux enchères). Est-ce une question d'esthétique - il y a une indéniable beauté graphique dans les lignes de fuite architecturales de la maison, comme dans la progression empêchée des personnages sur la paroi verticale mais rainurée de la célèbre montagne - ou de stylisation conceptuelle, certes moins spectaculairement exécutée ici que dans le reste du film, mais toujours opérante ? La perfection absolue de la "Mort aux Trousses", sa modernité inépuisable - puisque Hitch y anticipe de manière visionnaire l'angoisse, puis la révolte, de l'individu menacé de nullité (le fameux "O" qui ne veut rien dire, mais véhicule le message salvateur sur la boite d'allumettes) par une société fort occupée à se jouer de lui, à le transformer en simulacre absolu -, son anticipation d'un cinéma à venir, aussi ludique que "synthétique", mais également chargé de signes abstraits (encore une fois, l'hypothèse De Palmaienne) jaillissent avec une vivacité renouvelée dans cette "nouvelle version". Magnifique !
    Benoit R
    Benoit R

    Suivre son activité 347 abonnés Lire ses 5 435 critiques

    5,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    Mais quel film ! Seul Hitchcock arrive à nous procurer ce genre de sensations dès les toutes premières secondes ! On entre dans le vif du sujet, dès le début, on se passionne pour ce personnage principal, qui, manque de chance, lui arrive que des malheurs. Un scénario et une mise en scène qui pour l’époque (1959) sont époustouflantes. Hitchcock multiplie les fausses pistes, rajoute quelques touches d’humour, des courses poursuites alléchantes, des mystères, des énigmes, des rebondissements, il ne nous laisse pas une minute de repos ! ! Et quel acteur, ce Cary Grant, un cinquantenaire aux yeux bleus et qui, physiquement, serait du même gabarie que George Clooney. Au programme : des scènes qui avec le temps sont devenues cultes, avec notamment celle du Mont Rushmore ou la cultissime scène de l’avion, dont on ne se lasse pas. Un film porté par sa réalisation, mais grâce aussi à ces acteurs, comme l’était son film suivant : Psychose avec Anthony Perkins et Vera Miles. La mort aux trousses, un film de légende où l’on retrouve toujours cette fameuse musique, si prenante, et toujours composée par Bernard Herrmann. Le "maître du suspense" se surpasse, nous surprend de films en films ou plutôt d’oeuvres en oeuvres, jamais déçu, mais toujours fière d’avoir pu découvrir un film comme celui-ci.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top