Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
À tout de suite
Note moyenne
4,6
31 titres de presse
  • Aden
  • aVoir-aLire.com
  • Cahiers du Cinéma
  • Chronic'art.com
  • Elle
  • Fluctuat.net
  • France Soir
  • Le Monde
  • Le Nouvel Observateur
  • Les Inrockuptibles
  • L'Humanité
  • Libération
  • MCinéma.com
  • Paris Match
  • Positif
  • Première
  • Rolling Stone
  • Studio Magazine
  • Synopsis
  • Zurban
  • Ciné Live
  • Le Figaro
  • Le Figaroscope
  • Le Point
  • L'Express
  • Ouest France
  • Score
  • Télé 7 Jours
  • TéléCinéObs
  • Télérama
  • Studio Magazine

Chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de AlloCiné, de 1 à 5 étoiles. Retrouvez plus d'infos sur notre page Revue de presse pour en savoir plus.

31 critiques presse

Aden

par Philippe Piazzo

Beau comme un souvenir qui transperce : un peu flou, parce qu'on va trop vite pour se fixer ; en noir et blanc parce que l'inconnu fait peur comme une ombre dans la nuit. (...) A tout de suite abandonne l'idée d'une forme de cinéma parfaite. Dans ce renoncement à polir l'objet, la maîtrise du cinéaste, et de tous ses collaborateurs, rejaillit d'autant mieux (...).

La critique complète est disponible sur le site Aden

aVoir-aLire.com

par Frédéric Mignard

Chapeau ! Dix-neuf ans après ses débuts, le très productif Benoît Jacquot nous offre l'un des meilleurs films de sa carrière. Touché par la grâce, il réalise une oeuvre confondante de jeunesse, un magnifique périple à travers les années 70.

Cahiers du Cinéma

par Mia Hansen-Love

On aurait tort de prendre A tout de suite pour un petit film, car il n'est en mineur que comme l'est une musique. (...) Le fait que le récit d'un déchirement si féminin serve la plus masculine des fictions n'est pas le moindre de ses charmes.

Chronic'art.com

par Vincent Malausa

Des films de Benoît Jacquot, A tout de suite est sans aucun doute l'un des plus étranges et les plus fascinants (...) A tout de suite est la radiographie saisissante d'un cinéma dont l'humilité l'empêche d'effacer trop fièrement une histoire (du genre, des figures qui s'y déploient) mais dont la puissance lui ouvre, paradoxalement, les portes d'un royaume aux puretés inexplorées.

La critique complète est disponible sur le site Chronic'art.com

Elle

par Elisabeth Quin

Une fois de plus l'exceptionnelle sensibilité de Benoît Jacquot s'exprime dans une histoire qui recèle tous les archétypes du film noir-intimiste-lyrique, mais s'en affranchit pour entrer directement dans le cerveau de sa protagoniste (...) Un voyage initiatique fiévreux dans sa forme et assez désespéré (...).

La critique complète est disponible sur le site Elle

Fluctuat.net

par Anne-Laure Bell

Terrienne et lumineuse, filmée entre ces deux extrêmes, Isild Le Besco est magnifique parce qu'elle est confondante de justesse, au coeur de ce personnage absolu qui n'autorise aucune retenue. (...) La facilité avec laquelle la caméra bouge autour des acteurs, le sentiment de simplicité qu'apporte le noir et blanc, allié au grain un peu épais de l'image, tout cela nous met en prise directe avec l'essence de ces personnages.

La critique complète est disponible sur le site Fluctuat.net

France Soir

par Alexandre Simon

Un road-movie saisissant (...). Caméra à l'épaule, Benoît Jacquot choisit la crudité, et non la romance. Isild Le Besco, antihéroïne égarée, est parfaite dans sa quête d'absolu.

Le Monde

par Jean-Luc Douin

Nimbé d'un noir et blanc qui rappelle la fébrilité authentique des premiers films de la Nouvelle Vague, la fureur de vivre d'A bout de souffle de Jean-Luc Godard (...) A tout de suite rappelle aussi tout ce que Benoît Jacquot, disciple de Fritz Lang, doit aux Contrebandiers de Moonfleet : une vision météorique du cinéma comme un art de faire surgir un paysage ténébreux dans une âme d'enfant.

La critique complète est disponible sur le site Le Monde

Le Nouvel Observateur

par Pascal Mérigeau

Le nouveau film de Benoît Jacquot est tout en brutalité et en douceur. (...) Le film touche juste, il est comme une parenthèse qui ne se refermerait jamais, comme une blessure. (...) Un film splendide.

La critique complète est disponible sur le site Le Nouvel Observateur

Les Inrockuptibles

par Amélie Dubois

Le spectateur, dépassé par les évènements, assiste à leur déroulement sans comprendre, plongé dans une réalité à la fois très concrète (...) et en même temps complètement insaisissable dans ce changement de décor permanent. L'étrangeté, presque fantastique, et la beauté du film sont dans ce paradoxe, cette contradiction du visible et de l'invisible qui rend le cinéma si passionnant.

La critique complète est disponible sur le site Les Inrockuptibles

L'Humanité

par Jean Roy

Une oeuvre contemporaine qui semble sortir de boîtes où elle aurait sommeillé trente ans intacte, miraculée et miraculeuse.

Libération

par Didier Peron

Un film qui fait écho, dix ans après, à la Fille seule qui relançait la carrière du cinéaste pour un sprint second souffle à perdre haleine qui depuis n'a pas faibli (...) La photo garelienne de Caroline Champetier, les notes de Tangerine Dream et la mise en scène au coutelas de Jacquot célèbrent l'adéquation absolue du couple d'acteurs, l'éphèbe Ouassini Embarek et l'amazone Isild Le Besco à la fébrilité du récit (...).

MCinéma.com

par Olivier Pélisson

Avec A tout de suite, Benoît Jacquot s'offre une parenthèse enchantée et un bain de jouvence. Tourné en noir et blanc et en numérique, cette course en avant procure un sentiment d'oppression et de libération au spectateur. (...) Entre fait divers et portrait intimiste, le film est un road movie géographique et intérieur captivant, filmé de Paris à Athènes au plus près d'une actrice.

Paris Match

par Alain Spira

Une ditribution sans failles. Benoît Jacquot signe ici un road-movie sombre et flamboyant (...). Un film à voir tout de suite.

Positif

par Fabien Baumann

Benoît Jacquot réussit le prodige de ne pas réaliser une reconstitution de 1975 mais de tourner, en 2004, un film de 1975. (...) Jacquot ne filme que l'écume de la vie, mais cette écume est la vie.

Première

par Sophie Grassin

Constamment inspiré. Constamment déchiré. Unique.

La critique complète est disponible sur le site Première

Rolling Stone

par Mathilde Lorit

Un film intense, inspiré d'une histoire vraie. (...) L'incroyable naturel des amants maudits, Isild Le Besco et Ouassini Embarek, n'a pas fini de jeter le trouble sur les écrans français.

Studio Magazine

par Thomas Baurez

Voir la critique sur www.studiomag.com

La critique complète est disponible sur le site Studio Magazine

Synopsis

par Valérie Ganne

Jacquot, qui signe là l'un de ses plus beaux films, fait évoluer ses acteurs dans un noir et blanc mystérieux et granuleux (...) Pas de discours (...), mais une héroïne littéralement consumée (...). Sec et frappant.

Zurban

par Claire Vassé

Illuminant les plans de sa liberté animale, Isild Le Besco entraîne son personnage dans un dénuement bouleversant et Jacquot prouve que la solitude des jeunes femmes lui réussit. La Fille seule (1995) était son plus beau film. A tout de suite vient se hisser à sa hauteur.

Ciné Live

par Emmanuel Cirrode

Voir la critique sur www.cinelive.fr

La critique complète est disponible sur le site Ciné Live

Le Figaro

par Dominique Borde

Voir la critique sur www.lefigaro.fr

Le Figaroscope

par Marie-Noëlle Tranchant

On peut lui reprocher quelques lenteurs complaisantes pour son interprète. Mais la mise en scène joue admirablement sur l'espace et le silence. Ou plutôt les silences, toujours différents, toujours captivants. Benoît Jacquot donne à ce bref petit récit, rêveur et nerveux, qui pourrait être irritant, une élégance farouche.

Le Point

par Olivier De Bruyn

Voir la critique sur www.lepoint.fr

La critique complète est disponible sur le site Le Point

L'Express

par Christophe Carrière

Voir la critique sur www.lexpress.fr

Ouest France

par La Rédaction

Entre urgence et lenteur, une cavale portée par le tonus de ses interprètes. En tout premier lieu Isild Le Besco sur laquelle la caméra s'attarde jusqu'à la complaisance. Plus que la reconstitution réaliste d'un fait divers, une esquisse de portrait en pointillés savamment installés, sur le chemin d'un voyage initiatique.

Score

par V. McKay

A tout de suite carbure à la DV instinctive. Idéal pour filmer au plus près l'éclosion d'une comédienne en très grande actrice. Isild Le Besco portant vaillamment ce film mi-jazz mi-blues sur ses épaules en Bonnie qui perd son Clyde.

La critique complète est disponible sur le site Score

Télé 7 Jours

par Gérard Lenne

Image joliment granuleuse, noir et blanc vérité, c'est un film de Benoît Jacquot (...) Isild Le Besco y tient ses promesses, avec éclat.

La critique complète est disponible sur le site Télé 7 Jours

TéléCinéObs

par Gilles Verdiani

Une histoire forte et authentique, une actrice incandescente qui bouffe la pellicule, une caméra magnétisée qui cueille toutes les émotions sur ce visage offert. (...) En privilégiant l'histoire d'amour et le strict point de vue de l'héroïne (...), Benoît Jacquot s'est peut-être privé d'un grand film noir -à moins qu'il n'ait réussi le premier film noir pour jeune fille. A vous de juger.

Télérama

par Aurélien Ferenczi

L'amour fou donne des ailes au personnage et à l'actrice, et ce beau spectacle est le coeur battant du film.

La critique complète est disponible sur le site Télérama

Studio Magazine

par Sophie Benamon

Voir la critique sur www.studiomag.com

La critique complète est disponible sur le site Studio Magazine
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top