Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
Alien, le huitième passager
note moyenne
4,3
30658 notes dont 1463 critiques
55% (804 critiques)
31% (454 critiques)
7% (97 critiques)
4% (62 critiques)
3% (39 critiques)
0% (7 critiques)
Votre avis sur Alien, le huitième passager ?

1463 critiques spectateurs

Galoupiotte
Galoupiotte

Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 92 critiques

5,0
Probablement le plus beau film qu'il m'ait été donner de regarder. Tout est parfait, la réalisation, l'histoire, le suspence, l'ambiance, le monstre, les rebondissements, les acteurs, le montage, la musique. Bref le plaisir avec un grand P
Benjamin A
Benjamin A

Suivre son activité 317 abonnés Lire ses 1 899 critiques

5,0
Ils sont sept humains à bord du Nostromo, vaisseau spatial voguant tranquillement vers la terre jusqu'à ce qu'un signal de détresse en provenant d'une planète habitée ne les réveille. Alors qu'ils s'y rendent, ils ne devront pas oublier que dans l'espace, personne ne les entendra crier... Dès le début Ridley Scott nous transporte au côté des protagonistes à bord du Nostromo, les yeux scotchés à l'écran, oubliant tout ce qui nous entoure et que l'on est devant un film. Il nous fait ressentir toutes les émotions par lesquelles passent les membres de l'équipage commençant par être intrigués avant de peu à peu faire monter la tension avec un cœur palpitant de plus en plus fort et des pics de sueurs froides atteints lorsque le huitième passager nous à rejoint à bord du vaisseau. Rarement et même jamais un film ne m'aura provoqué autant de frissons que celui-là. La manière dont Scott dirige son récit est brillante. Il prend le temps pour présenter les protagonistes puis mettre en place une atmosphère prenante de bout en bout, toujours sombre et crade, d'abord intrigante puis incroyablement angoissante, claustrophobe, frissonnante et cauchemardesque. Toutes les directions prises par Scott sont ingénieuses, que ce soit dans sa façon de faire monter la tension, de mettre en place l'évolution de l'Alien dans le vaisseau et la façon dont va réagir l'équipage ou encore de jouer avec le suspense de telle manière. Les membres de l'équipage sont pour la plupart assez crades et surtout Scott montre des parts de faiblesses à chacun d'eux et il met peu à peu en scène le huitième passager, symbole de la perfection et capable de s'adapter à n'importe quel environnement, attendant intelligemment sa proie. Scott laisse beaucoup d’ambiguïté sur le monstre, en expliquant peu à son sujet. Il met en scène la fragilité humaine, ses peurs (notamment celle de l'inconnu), des doutes et sa façon de réagir face au danger mais c'est aussi l'humain avec sa maîtrise de la technologie face à un élément naturel qu'il est incapable de maîtriser et même de comprendre. Seul l'instinct de survie le plus primitif et l'abandon de l'aide technologique peut leur donner une chance. Que ce soit lorsqu'il nous met dans la peau des protagonistes ou non, Scott montre une brillante maîtrise derrière la caméra. Chaque plan et mouvement sont savamment pensés, que ce soit ses plans séquences permettant une immersion totale ou ceux de l'Alien qui s'avère peu montré, laissant chacune de ses apparitions se faire encore plus horrifiques, à l'image du premier mort, véritable modèle du genre. C'est aussi par sa façon d'utiliser le vaisseau que Ridley Scott brille. Il use de son espace pour emmener l'intrigue à différents endroits et séparer ou rapprocher l'équipage de l'alien, il les emmène dans les salles informatiques, de repas (pour une scène que je ne suis pas près d'oublier), les conduits d'aérations ou encore le vaisseau de secours. C'est en effet par son vaisseau et l'inventivité ainsi que la richesse du monde créé que "Alien" est une totale réussite. Et que dire de la façon dont ils sont représentés à travers une reconstitution et des décors prodigieux. C'est souvent sombre et toujours, extérieurs ou intérieurs, d'un réalisme résistant à toute épreuve, notamment celle du temps, bien au contraire même. Usant de décors glacials pour l'intérieur, souvent adéquat avec l'Alien, ses créations permettent de rendre l'atmosphère encore plus prenante et horrifique ainsi que de nous faire pleinement participer à l'expédition. La représentation de l'Alien est terrifiante à souhait et inoubliable avec ses doubles mâchoires d'aciers, sans être dans l'exagération et la façon dont il est représenté, à travers divers maquettes et costumes est bluffante de réalisme. Bénéficiant d'un très bon casting avec entre autre Harry Dean Stanton ou John Hurt, Ridley Scott dirige de belles manières tous les interprètes et notamment Sigourney Weaver. Ils font très bien ressentir à leur personnage la peur, l'angoisse, le soupçons et le doute. Si le film est autant une réussite c'est en partie grâce à son ambiance qui s'avère très bien accompagnée par la partition de Jerry Goldsmith. Un film magnifique, à l'image de l'Alien symbole de la perfection que ce soit dans son atmosphère, ses décors, ses acteurs, sa qualité visuelle, sa richesse, sa mise en scène ou sa réalisation. Ridley Scott nous emmène à bord du Nostromo pour 117 minutes inoubliables, effrayante, angoissante et intense.
Cineb[rec]
Cineb[rec]

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 41 critiques

4,0
Mercredi 10 mai 2017 sort le nouvel opus d’Alien, à savoir Alien Covenant. Grâce aux cinémas UGC nous avons pu suivre la rétrospective du premier épisode, Alien, le huitième passager… Nous sommes à bord d’un vaisseau spatial en direction de la Terre, mais en cours de route, le vaisseau reçoit un signal d’origine inconnue, d’une planète également inconnue. Nos sept protagonistes vont alors faire escale sur cette planète, et ramener malgré eux, un huitième passager. Les choses vont commencer à se compliquer pour le retour sur Terre. Au niveau du jeu d’acteur, les émotions sont parfaitement retransmises. On peut lire la détresse dans le visage des passagers. La bande son instaure une ambiance sombre et lugubre, aidée par le huis clos du vaisseau qui donne l’impression qu’on ne peut pas fuir l’alien. Les effets spéciaux ne sont pas exceptionnels, mais acceptables pour l’époque. Si le dynamisme est lent au début, laissant le temps au film d’introduire le concept, il s’accélère à partir du moment où l’élément déclencheur fait surface, laissant le spectateur dans un parcours haletant, entre suspens et tension. Le scénario reste simple : un alien qui doit tuer les passagers pour survivre, mais il est efficace grâce à Ridley Scott qui le réalise à merveille. Il ne restera plus qu’a visionner les prochains opus pour être prêt avant le 10 mai. Dites nous en commentaire si vous voulez une critique de chaque film de la saga Alien ; On se retrouve tout à l’heure pour la critique de Life : origine inconnue, un film qui s’inspire fortement d’Alien, le huitième passager.
Bagou.J
Bagou.J

Suivre son activité 97 abonnés Lire ses 130 critiques

5,0
Alien, le huitième passager est le premier volet de l'une des plus grande saga fantastique du cinéma. Ce film de 1979 est signé de main de maître par Ridley Scott,qui avec un petit budget à fais juste de l'incroyable .Je dirais s'en trop de difficulté que c' est l'une des plus grande fiction horrifique existante à ce jour ,et j'ajoute que sa créature est juste la plus effroyable existante,quoique certaines peuvent la valoir (The Thing,,The Blob ..) ,mais en tout cas elle fais partie du top 3 .L'un des atouts certain de cet oeuvre et qu'il nous plonge direct dans une ambiance oppressante et angoissante, une atmosphère glaçante, en bref dans un univers tout ce qu'il y a de plus glauque . Rarement une simple ambiance ma autant dérangé et fais frissonné . La raison à tout ce mal être nous la devons aux génies de Obannon (le scénariste) et de son cinéaste Ridley pour avoir su faire passer avec tant de crédibilité autant de frisson . Un point intelligent vient sans doute de toute son action qui est situé dans un vaisseau tout ce qu'il y a de plus étroit et obscur avec ses aération des plus angoissante, une sacrée dose de claustrophobie vous attend ^^. A présent je vais en venir au point le plus formidable et terrifiant du long métrage , ""sa créature"" .Cet Alien et tout ce qu'il y a de plus affreux , tout dans son être est repoussant et tout ce qu'il y a de plus malsain mais aussi de fascinant .Mais ou sont il allez chercher une telle idée ,vraiment la bravo . Car en plus du fait que la créature soit hideuse , sont cycle de vie et des plus inventive et créative qui soit .On croirait qu'elle existe vraiment tant tout ce tient avec crédibilité . Heureusement pour nous que c'est que de la science fiction et non la réalité .spoiler: La scène ou le pauvre gars pendant le repas à l'alien qui lui sort de l'abdomen ma marquer à vie .A l'époque sur le moment je me suis dit avec effrois devant cette scène "What the Fuck !!!". Alien le huitième passager aura fais connaître au monde entier le nom de son réalisateur Ridley Scott ainsi que son héroine l'actrice Sigourney Weaver et bien entendu son monstre , et sera devenu au final une production au conséquence surprenante qui aura su pénétré tel un cauchemar dans la mémoire de chacun . Coté acteur la aussi je dit respect , vu que l'ensemble du casting tient presque du novice et quand on voit l'efficacité de leur jeu et l'impact dont ils ont fais preuve au cinéma , on ne peux que reconnaître qu'ils ont superbement gérés le coup . Mais le ponpon revient surtout à celle qui aura fait des merveilles ,je parle bien sur de la superbe Sigourney Weaver . Quel talent , elle fait vraiment partie de mes actrices préféré grâce notamment à ce rôle qu'elle aura su développer de bout en bout .Enfin une femme sort des convention habituel des incarnation féminin pour proposer un rôle badass et fort .Elle est captivante et incroyablement charismatique.Pour le reste de l'équipage est solidement interprété par une ribanbelle d'acteur tout ce qu'il y a de plus novice (respect). Tom Skerrit est bon dans le rôle du capitaine Dallas,je le trouve même assez charismatique .Veronica Cartwright(Lambert) et vraiment géniale car je trouve qu'elle incarne sa peur avec beaucoup de crédibilité.Le duo assez sincère et comique de Harry Stanton et Yaphet Kotto est super bien amené. L'ambiance doit certes beaucoup au vaisseau Nostromo mais aussi à la musique de Jerry Goldsmith ,qui est certes peu présente mais stridente et efficace. Une bo assez discrète qui amène beaucoup sur le coté horrifique et donne une ambiance tout ce qu'il y a de plus oppressant .Toute fois ce premier opus n'est pas exempt de défaut , comme le manque d'émotion entre les différent membres d'équipage qui sont certes superbement bien incarnés mais essentiellement rustre et froid. CONCLUSION:Bien que Alien le huitième passagers possède quelques petit défaut ,je ne peux le qualifié que de Chef d'oeuvre , grâce à ses nombreuses qualités . Merci à Ridley Scott pour tout ces cauchemar qu'il nous aura donner et un immense respect pour tant d'inventivité et de génie pour Mr Obannon , et que dire de Sygourney Weaver si ce n'est qu'elle est parfaite . Ce chef d'oeuvre est un exemple pour le cinéma fantastique et un véritable pilier . Indéniablement un 5/5 Chef d'oeuvre !
x-worley
x-worley

Suivre son activité 92 abonnés Lire ses 340 critiques

4,0
L'un des meilleurs films de sf. Ridley Scott adopte un rythme volontairement lent, la mise en scéne est très maitrisèe, très envoûtante. D'ailleurs la clé de la réussite c'est que, l'alien en lui-même reste pour la plupart du temps caché, et c'est ça qui donne cette atmosphère si effrayante. Bref pour moi c'est le meilleur film de Scott(et une référence du genre). C'est ultra efficace!
Le cinéphile
Le cinéphile

Suivre son activité 82 abonnés Lire ses 1 969 critiques

5,0
Alien est certainement un des plus grands films d'horreur de tous les temps. Par son rythme parfait, son esthétique dark, le design de l'Alien qui atteint la perfection, tout droit sorti d'un cauchemar sexuel et malsain, l'œuvre de Ridley Scott est fédératrice. Un métrage immense, une pépite de la science fiction moderne, anxiogène et fascinante, intrigante et oppressante, dans l'espace personne ne vous entend crier. https://m.facebook.com/la7emecritique/
Nico Delpo
Nico Delpo

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 164 critiques

4,5
dans le genre suspense science-fiction il n'y a jamais eu mieux !
Knight Walker
Knight Walker

Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 125 critiques

5,0
Pour son arrivée en scène avec seulement son deuxième film, Ridley Scott plonge dans la science-fiction en infligeant une claque aussi monumental qu'inoubliable. Une aventure spatiale qui traverse les années magnifiquement bien où tout est pensée de façon surprenante et ingénieuse, les décors, le design de l'alien et surtout, le fait de nous tenir en haleine avec une seule créature. Qui aurait pu deviner qu'avec une telle simplicité scénaristique, la facilité monstrueuse qu'un réalisateur parvient à redresser l'ensemble sans aucun mal serait crédible ? Autant dire que cette oeuvre novatrice, ne porte aucune autre marque de fabrique que celle de Scott, tellement elle n'est pas ou, peut-être très peu inspirée d'autres productions. En revanche ce qui est certain, c'est que cet ''Alien'' est un véritable bond en avant dans l'histoire de la SF. Une oeuvre intelligente, qui n'abuse pas de son statut pour se cacher derrière une surenchère d'effets spéciaux et de trucages manuels, un minimum nécessaire utilisé dans un but unique afin de ne jamais tomber dans l'excès ou la superficialité. Tout est admirablement mis en scène avec un rythme sachant poser ses bases suivi d'une fluidité incroyable que peu de films de notre époque peuvent se vanter de posséder. ''Alien'' c'est aussi un équipage mémorable, dirigée par une Sigourney Weaver devenue une véritable icône dans son personnage. En finalité, Le huitième passager est le premier opus d'une saga d'anthologie, une oeuvre maintenant ancrée dans l'histoire du cinéma sous le rang de classique et de référence en terme de Sf, au même titre que Blade Runner qui suivra peu de temps après.
Polterbrick
Polterbrick

Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 79 critiques

5,0
Premier film de la saga Alien réalisé par Ridley Scott, tout juste auréolé du succès de son premier long métrage, Alien est un formidable huis clos nous narrant le combat pour sa survie d’un groupe d’êtres humains face à une mystérieuse créature extraterrestre. On se retrouve plonger dans une ambiance angoissante, une atmosphère glaçante, un univers de science fiction glauque à des kilomètres de ce que l’on a put voir dans un Star Wars. Malgré un début lent mais nécessaire pour mettre en place le décor, l’histoire prend de l’ampleur à partir de la mort de la première victime (qui soit dit en passant est des plus mémorable). La mise en scène maîtrisée de Scott maintient une tension palpable renforcée par le fait que l’on ne voit que très rarement l’Alien, assez toutefois pour admirer son design des plus réussi et terrifiant. Pour finir parlons de la superbe Sigourney Weaver excellente, au même titre que les autres seconds rôles : les différents personnages sont assez peu attachants au départ mais on finit par se prendre d’affection pour ces malheureux au fur et à mesure que le nombre de victimes grandit. Ridley Scott nous prouve avec ce film qu’il est un grand réalisateur en signant un chef d’œuvre, un monument de la science fiction.
Movies97
Movies97

Suivre son activité 103 abonnés Lire ses 471 critiques

5,0
OUUFFFF, je ne sais pas par où commencer, il y a tellement de choses à dire dessus ! Alien, le Huitième Passager, c'est le meilleur film de Ridley Scott et c'est l'uns des 5 meilleurs films de science-fiction au monde ! 34 ans, et dire que ce film a déjà 34 ans ! 34 ans et il n'a pas pris une ride ! Ce classique de 1979 est le plus Grand film horrifique des années 70 avec l'Exorciste ; Halloween, La Nuit des Masques ; Massacre à la Tronçonneuse et Carrie au bal du Diable ! Malgré son âge, ce huis clos est encore aujourd'hui assez flippant (je n'arrive pas à croire que je flippe devant un film que je connais par cœur). En effet, il y a une réelle atmosphère glauque, sombre et terrifiante ! Récompensé par l'Oscars des Meilleurs effets visuels en 1980 face à quatre autres long-métrages, les effets-spéciaux sont hallucinants : spoiler: la scène où Dallas, Lambert et Kane explorent l'épave du vaisseau extraterrestre et y découvrent une créature humanoïde fossilisée est juste énorme ! Lors de cette scène, la créature est bien faite et les décors de l'intérieur du vaisseau sont impressionnantes. Une autre scène qui m'a marquée et qui à sans doute a marquée tout le monde, spoiler: c'est la séquence où le Chestburster s'éjecte de la cage thoracique de Kane. Très très gore, surprenante parce qu'on ne s'y attend pas et explicite (Scott à pris beaucoup de risques avec cette scène, elle est très violente et choque encore aujourd'hui). Le casting est excellents : Sigourney Weaver qui incarne le Lieutenant Ellen L. Ripley est parfaite ! Ça aurait été une erreur de confié comme prévu le rôle à un homme car personne n'aurait pu faire mieux que Sigourney Weaver ! Elle est énormément crédible ! Son personnage est (malgré son fort caractère) très attachant. Il y a quatre autres acteurs que j'ai adoré dans ce long-métrage, ce-sont Tom Skerritt, John Hurt, Ian Holm et Veronica Cartwright. Yaphet Kotto et Harry Dean Stanton jouent biens aux aussi (en réalité, tout le monde joue bien dans ce film). La bande originale est devenue culte (la musique du début, lorsque le film commence correspond bien aux thèmes). Concernant l'univers, même si ce dernier est plus développer et répond à beaucoup de nos questions dans Aliens, le Retour de James Cameron, Ridley Scott et ses collègues ont vraiment crées un univers culte (monstre, androïde, héroïne ect...). De toute façon, Le Huitième Passager, c'est le début d'un univers marquant dans la science-fiction. L'histoire n'est pas ennuyante, il n'y a aucunes logueurs (ce-sont 1h 56min qui passent vites) et le script est bien ficelé. L’esthétique du monstre est assez réaliste, H. R. Giger a fait du bon boulot ! Bref, si il y a un film qui a mérité sa ressortie en version director's cut, c'est bien celui-ci. Alien, un chef-œuvre, un film culte jusqu'à sa phrase d'accroche : "In space no one can hear you scream".
Chevalier Noir
Chevalier Noir

Suivre son activité 164 abonnés Lire ses 348 critiques

5,0
Alien, le Huitième Passager de Ridley Scott, qui en était à son deuxième film seulement, signe déjà un de ses chef d’œuvre mais aussi et surtout une œuvre majeur du cinéma de science-fiction que des milliers de générations découvriront encore, tellement ce film est marquant par son suspense, son monstre et ses acteurs. Alien, le Huitième Passager est un de ces nombreux films à voir au moins une fois dans sa vie. Le vaisseau commercial Nostromo et son équipage composé de sept personnes, cinq hommes et deux femmes, rentrent sur Terre avec une cargaison de minerai. Mais un jour le vaisseau reçoit un appel de détresse d’une mystérieuse planète déserte et est forcé de faire un arrêt. Trois personnes de l’équipage décident de sortir explorer la planète où ils découvrent un immense vaisseau avec son pilote mort depuis des années. L’officier Kane en exploration de l’épave sera agressé par une forme de vie inconnue, une sorte d’arachnide, contenue dans des œufs. De retour au vaisseau, la créature se détache du visage de Kane, mais lors d’un dîner avec l’équipage il est pris de convulsions violentes et sa cage thoracique explose laissant s’échapper un corps étranger vivant, qui se faufilent dans les sombres couloirs du Nostromo. Comme je le disais Alien, le Huitième Passager est un film qu’il faut avoir vu au moins une fois dans sa vie rien que pour le statut de film culte. Le film de Ridley Scott qui est sortie en 1979, donc après le phénomène de La Guerre des Etoiles sortie en 1977 de Georges Lucas, est un film de science-fiction avec un monstre de l’espace terrifiant pour adulte. Scott transforme son film de SF en un long-métrage d’horreur/épouvante intense et angoissant avec comme attraction principale l’Alien. Ce qui est intéressant de constater dans ce film, c’est que la créature créée par H.R. Giger, n’est que très peu montrée dans le film, on ne la voit jamais en entier et c’est ça qui est intéressant c’est que le réalisateur ne joue pas la carte de l’horreur extrême en montrant le plus possible son monstre pour terrifier les spectateurs. Non. Ridley Scott utilise de manière intelligente sa créature en ne la montrant que par petits moments et cela rend le film encore plus angoissant car le spectateur se pose sans relâche la question de où est les monstre? Scott joue sur le suspense en ne montrant pas le monstre mais aussi avec les couloirs noirs du vaisseau qui prennent une place importante dans le film, l’Alien se déplace dans les conduites d’aération ce qui transforme le Nostromo en une sorte de labyrinthe et l’Alien serait son Minotaure, merci pour cette idée Monsieur Bobine, où il chasse chaque membres de l’équipage. L’angoisse du film est maintenue grâce à la réalisation de Scott en filmant de manière lente son film de SF, en gardant des couleurs sombre, les couloirs deviennent des pièges tout comme les conduites d’aération avec la scène où Tom Skerritt chasse l’Alien dans un suspense angoissant intense jusqu’à la vision de la créature qui nous fait sursauter, la lumière est utilisée de façon à rendre le film terrifiant, la scène où les lumières blanche qui clignote se reflètent sur le visage de Sigourney Weaver est tout simplement terrible, et aussi et surtout la créature qui possède un design terrifiant, sa bouche qui bave, sa longue tête, sa queue, son corps noirs….bref Scott a mis en scène un des monstres les plus terrifiants du Septième Art ou peut-être même LE plus terrifiant. Et ce qu’on remarque c’est que le héros du film n’est pas un homme mais une femme, enfin un peut de changement où la moitié des films de science-fiction ou d’action ont des hommes comme héros principale et bien là Ripley sera plus forte que le monstre de l’espace et réussira à s’en débarrasser lors d‘une scène géniale en petite culotte, une héroïne majeur de la SF. Sigourney Weaver tient là son rôle le plus culte, elle possède sa franchise comme beaucoup d’acteurs (Harrison Ford, Robert Downey Jr., Arnold Schwarzenegger, Bruce Willis…) et est une des rares actrices à en avoir une. Le seul point négatif que j’ai pus relever de ce film c’est que la première demi heure est un peu trop longue et lente, le film ne démarre que lorsque l’équipage commence l’exploration de la planète mais sinon nous avons là un grand film. Ridley Scott réalise un chef d’œuvre du genre qui a tout de même reçu l’Oscar des Meilleurs effets spéciaux visuel. Alien, le Huitième Passager restera un des plus grands films de science-fiction du cinéma et lorgne entre horreur et SF de manière intelligente, ce film est un huit clos intense à déconseiller aux claustrophobes. Un chef d’œuvre culte. « Dans l’espace, personne ne vous entend crier. ».
sparowtony
sparowtony

Suivre son activité 188 abonnés Lire ses 148 critiques

5,0
Dans les chef d'oeuvres intemporels de la sf, beaucoup citent "2001 l'odyssée de l'espace". D'autres vous citeront "Blade Runner". Mais il y a aussi un film sorti en 1979 qui est régulièrement cité. Un succès surprise, qui lancera une saga encore en activité aujourd'hui. 2ème film de Ridley Scott, ce premier volet de la saga "Alien" est un grand film. Tant de choses y sont éblouissantes qu'il est difficile de les lister. "Alien le huitième passager", c'est tout simplement un des chef d'oeuvre de Scott, réalisé avec des moyens pas loin d'être ridicules. Ce qui rend la réussite de ce film encore plus impressionnante. Déjà, il est nécessaire de parler de l'ambiance, absolument unique. Grâce à la direction artistique, phénoménale: l'intérieur du Nostromo est saisissant de réalisme. Les couloirs sombres et crasseux, les salles de vies blanches et propres. Même l'extérieur est convaincant. Peut-être un peu too-much de sa grandeur, le vaisseau-cargo n'en reste pas moins impressionnant et convaincant. Les plans ou on le voit dans l'espace ont d'ailleurs à peine vieilli. L'ambiance est unique aussi grâce à la musique de Jerry Goldsmith, magistrale. Une bo discrète, qui instaure parfaitement une ambiance glauque, voir même mystique. Les rares fois ou la musique se permet d'être un peu plus forte, elle est inoubliable. spoiler: Je citerais le moment ou le vaisseau arrive à LV-426 (morceau qui sera repris dans "Prometheus" pendant un court moment) ou le moment ou Dallas est dans les couloirs, à la poursuite du mythique xénomorphe. Ambiance unique aussi grâce à (évidemment) la réalisation grandiose de Scott. Aucun plan, aucune situation n'est mise au hasard. Tout dans ce film sert sa symbolique (principalement le viol). Mes moments favoris sont vers la fin, spoiler: ou Ripley est seule dans le Nostromo et essaye de s'enfuir. J'y ai à chaque fois l'impression que Scott enchaine les plans magistraux, nous donnant par ailleurs une véritable leçon de mise en scène. spoiler: J'ai encore en tête le passage ou Ripley croise le xénomorphe en essayant d'aller à la navette. Le jeu de lumière y est saisissant, le suspense intact. Plus de 30 ans après, l'ambiance du film est toujours aussi claustrophobique et effrayante. Et les scènes chocs restent toujours des scènes chocs. spoiler: La scène ou le xénomorphe sort de Kane reste encore hallucinante. Tout comme la scène de la mort de Brett (le regard de Jones, inoubliable). Mais aussi ma préférée, la mort de Parker et Lambert. Les cris de Lambert se faisant tuer (voir violer ?) me glacent encore le sang. Ce qui est fort dans les 20 dernières minutes, c'est qu'il n'y a quasiment plus aucune musique, juste un silence glaçant. La caméra suit Ripley, effrayée, dans les couloirs. Un peu de fumée, et le tour est joué: encore aujourd'hui, l'immersion est totale. Et je ne parle pas du climax dans la navette. C'est certainement le meilleur moment du film. A la fois celui le plus silencieux et le plus sexy (Sigourney en petite tenue) mais surtout le plus symbolique et explicite. Rien n'est gratuit là-dedans. Avant de parler des acteurs, il faut que je parle de la créature la plus fascinante de l'histoire du cinéma. Avec Sigourney Weaver, la révélation de ce film reste le xénomorphe. Créature à la fois hideuse et magnifique sortie de l'imagination de H.R Giger (R.I.P), le xénomorphe effraye et surtout fascine. Sans compter les géniales trouvailles sur la conception de la créature et son cycle: tout ce qui concerne le facehugger, le sang acide, l'alien qui sort du ventre...c'est simple: une mythologie incroyable se crée là. Le magistral dialogue de Ash sur la créature reste dans les mémoires et la met en valeur de manière sublime: "J'admire sa pureté. Un survivant qui n'est pas souillé par la conscience, le remords ou les illusions de la moralité". Je pense que tout est dit. A noter aussi l'excellent travail qu'a fait Giger pour le Derelict, inoubliable vaisseau. L'intérieur reste encore aujourd'hui original et tout aussi fascinant que le xénomorphe lui-même. En témoigne le niveau inférieur du vaisseau ou descend Kane (là ou il y a les oeufs). C'est mystérieux et ça donne envie d'explorer davantage cet endroit. La photographie du film est très belle et rend honneur aux décors, que ce soit le Nostromo ou le Derelict. Quand au casting, je ne pense rien apprendre à personne en disant qu'il est génial. L'équipage, en plus d'être assez attachant (Parker et Brett sont amusants) est solidement interprété. Tom Skerrit est tout ce qu'il y a de plus charismatique dans le rôle du capitaine Dallas, Yaphet Kotto et Harry Dean Stanton forment un bon duo auquel on croit, Veronica Cartwright est parfaite en Lambert. Marrant quand on sait qu'à l'époque, le casting était inconnu. John Hurt est tout aussi bon (spoiler: il restera comme la première victime historique du chestbuster) et on a un Ian Holm totalement possédé par son rôle de Ash.spoiler: Froid comme un androide, il est totalement génial. Et bien sur, il y a la sublime, l'inégalable, l'unique Sigourney Weaver, qui restera dans mes actrices préférées ! Cette beauté, ce charisme, cette badassitude (oui, j'invente) ! Elle est désormais indissociable de Ellen Ripley (l'un des meilleurs, si ce n'est le meilleur personnage féminin de l'histoire du cinéma) et c'est compréhensible. Dire qu'elle est magistrale dans ce rôle est un euphémisme tant je la trouve à chaque fois parfaite (et ça compte pour les autres épisodes). Une autre chose très plaisante dans ce film, c'est le scénario. En apparence simple (un survival dans l'espace), il comporte beaucoup de choses intéressantes. Evidemment, il y a la symbolique, présente partout dans le film (en adéquation avec les plans de Scott). Mais il y a aussi des rebondissements, spoiler: dont la vraie nature de Ash. Le fait que ce soit un androide, c'est une révélation somme toute inattendue et cohérente. L'élément qui m'a le plus plu dans ce scénar reste le suspense, et notamment cette question qui turlupine pendant une bonne partie du film: spoiler: mais qui est le héros ? Scott nous montre l'équipage évoluer sans en montrer un plus qu'un autre. Et on est dans le flou total un bon moment, ne sachant pas qui va mourir et dans quel ordre. C'est seulement au fil du film que l'on découvre que notre héros (héroine, en l'occurrence), c'est Ellen Ripley. Simple, mais ingénieux ! Bref, que dire d'autre concernant ce chef d'oeuvre ? Je pense que je ne peux que conseiller ce classique de la science-fiction à ceux qui ne l'ont pas vu. 35 ans après, le film reste intact. A voir absolument !
jimmyc
jimmyc

Suivre son activité 99 abonnés Lire ses 132 critiques

5,0
Il y a dans ce film une certaine poésie loin de l 'univers aseptisé du 2001 de Stanley kubrick.. C’est à Ridley Scott, dont le premier film, Les Duellistes, avait remporté le prix de la meilleure première œuvre au Festival de Cannes (en 1977), que fut finalement confié la réalisation de Alien, après que l’on eut songé à des réalisateurs plus confirmés (dont Robert Aldrich et Peter Yates)....les différents plans, dont le tout premier sur le mystérieux vaisseau, sont aussi sombres, torturés et inquiétants que superbes ; leur cachet artistique est indéniable.L’impact du film sur le plan esthétique et émotionnel lui doit énormément Quand on songe qu’il tourna Blade Runner juste après Alien, on réalise que le metteur en scène a démarré sa carrière de façon proprement ahurissante, en signant tour à tour trois œuvres majeures....enfin Alien est de loin le meilleur de la saga .....
Roy Batty
Roy Batty

Suivre son activité 72 abonnés Lire ses 215 critiques

5,0
Dans un futur éloigné, "Alien" met aux prises les sept membres d'équipage du Nostromo, un vaisseau spatial, avec une créature terrifiante qu'ils ont récupéré sur une planète sans vie... Ridley Scott a frappé un grand coup avec son premier film américain (co-financé par les britanniques). Il ne pensait certainement pas, avant de le tourner, qu'"Alien" deviendrait vite culte, terrifierait le monde entier avec un monstre d’anthologie et engendrerait trois suites, un prequel et deux films dérivés ! Mais il faut dire que tous les éléments étaient réunis pour aller dans ce sens : l’espace, qui a toujours fasciné beaucoup de monde; le huis-clos étouffant dans le Nostromo; la découverte d’un vaisseau mystérieux sur une planète qui ne l’est pas moins; la naissance de la première action woman du cinéma; des effets spéciaux excellents pour l'époque; une musique angoissante du grand Jerry Goldsmith… Sans oublier les prestigieux acteurs présents dans le film, qui viennent compléter ce beau tableau : Sigourney Weaver (parfaite), John Hurt, Tom Skerritt, Harry Dean Stanton, Ian Holm… Selon moi, "Alien" est le meilleur film de Ridley Scott après "Blade Runner" (dire qu'il les a enchaîné !) et un des chefs-d’œuvre de la science-fiction.
Olmo
Olmo

Suivre son activité 29 abonnés Lire ses 72 critiques

5,0
Il faut commencer par dire que la director's cut est conseillée. Pas réellement supérieure mais allégée au niveau du rythme et doté de quelques scènettes supplémentaires intéressantes. Apres un magnifique générique signé Saul Bass, le film débute sur des sons d'ordinateurs dans un environnement mécanique et métallique plus glacial que l'espace traversé par le vaisseau Nostromo. Les personnages, peu attachants parviennent petit à petit à s'individualiser, et laissent paraitre une nouvelle forme de héros, l'héroïne. Mais le véritable héros du film est autre part, c'est bien l'Alien. Incarnation d'un mal inconnu qui vient gangrener l'équipage du vaisseau spatial après une escale dangereuse sur LV426, petit caillou perdu dans l'espace à des années lumières de la Terre. Le peu d'apparition du monstre le rends d'autant plus terrifiant, Scott joue avec le spectateur, en multipliant les hors champs le laissant libre d'imaginer lui même , ainsi que les allées et venues de la caméra dans les couloirs labyrinthique du vaisseau. Car si le Nostromo est un labyrinthe, l'Alien en est bien le minotor. Aujourd'hui on pourrait trouver le film prévisible, voir superficiel dans ses péripéties, mais le film de Ridley Scott n'a rien perdu de sa maitrise des tensions, car si on sait ce qui va se passer, on ne sait ni quand ni comment. L'univers biomécanique d'Alien à la fois repoussant et fascinant, nous renvoi à d'autres possibilité de lecture que celui des peurs primales de l'humain. Parce que dans l'espace, personne ne vous entendra crier, ou presque.
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top