Mon AlloCiné
Le Poison
note moyenne
4,2
261 notes dont 49 critiques
37% (18 critiques)
31% (15 critiques)
27% (13 critiques)
6% (3 critiques)
0% (0 critique)
0% (0 critique)
Votre avis sur Le Poison ?

49 critiques spectateurs

puce6386

Suivre son activité 377 abonnés Lire ses 1 074 critiques

3,5Bien
Publiée le 07/06/2014

Un film de Billy Wilder qui, entre dépendance, obsession, folie, déchéance, dresse le portrait à la fois dramatique et ironique d’un homme alcoolique. Le réalisateur ne déroge pas à la règle et nous présente une mise en scène et une photographie brillantes. Ray Milland, quant à lui, livre une superbe performance. Cependant, le scénario peine à nous captiver, il trouve vite ses limites et tourne en rond. Une réalisation qui reste correcte mais qui ne s’avère clairement pas aussi intense que "Boulevard du Crépuscule" ou "Assurance sur la Mort" !

Espace-Critique.fr

Suivre son activité 35 abonnés Lire ses 220 critiques

3,5Bien
Publiée le 29/07/2018

Quatre oscars en 1946 pour ce film assez intéressant à regarder. D'abord parce qu'il fait penser au néoréalisme italien par son mélange de noirceur et de réalisme. Ensuite parce qu'il a un intérêt quasi-documentaire dans sa manière de décortiquer les mécanismes psychologiques de l'alcoolisme. Enfin parce que les amateurs de cinéma des années 40 y trouveront leur compte: flashbacks, jeux d'ombre et de lumière, musique grandiloquente... Le seul ennui, c'est qu'on passe les trois quarts du film à vouloir le contraire de ce que veut le héros, ce qui empêche d'adhérer complètement à l'histoire (mais pas d'apprécier le film).

Mathias L

Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 321 critiques

4,5Excellent
Publiée le 12/08/2013

Le poison est parfait en plus de ne pas avoir pris une ride. Ray Milland est génial, il joue à la perfection les périodes de manque et jusqu'ou ça peut mener. Le réalisateur ainsi que Milland ont bossé pour rendre crédible l'état d'esprit triste et dépressif propre aux drogués, ça a très bien marché. The Lost Weekend est novateur, essentiel, intemporel, dénonciateur mais juste. Il émouvant avec notamment une fin à la hauteur de l'oeuvre.

gimliamideselfes

Suivre son activité 840 abonnés Lire ses 3 618 critiques

4,0Très bien
Publiée le 16/06/2015

Eh ben ! C'était pas mal, pas mal du tout ! Je ne reviendrai pas sur la fin qui est assez nulle tout le monde en conviendra et je pense que ce n'est pas lié au type de fin choisie mais bien au traitement de cette fin, on aurait pu faire ça de manière quelque peu plus subtile. Enfin tout le film n'est guère subtil, c'est un film sur l'alcoolisme qui va vraiment au fond des choses et qui n'hésite pas à en rajouter peut-être un peu... mais ça marche... et ça marche même très bien ! Pourquoi ça marche bien ? Ben parce que Wilder est à la mise en scène ! Que c'est très bien joué ! Du coup ce personnage non seulement j'y crois mais en plus j'éprouve de l'empathie pour ce gars. J'ai envie qu'il s'en sorte, qu'il fasse le bon choix, qu'il arrive à devenir un auteur connu, qu'il soit aimé par sa fiancée, que tout s'arrange... En gros ce type est un parfait connard à cause de la boisson, mais on le comprend, la mise en scène arrive à nous faire ressentir l'effet du manque d'alcool (sans tomber dans des effets visuels immondes) alors forcément on est empathique et ça c'est beau... réussir à faire qu'un type qui est un connard soit aussi attachant. En tous cas c'est rare de réussir à le faire aussi bien. Vraiment il y a juste cette fin en demi-teinte qui m'a déçue, sinon tout le reste est excellent. J'aime beaucoup sa fiancée qui refuse d'abandonner je trouve ça extrêmement touchant parce que c'est beau une femme aussi dévouée, aussi aimante... Un film réellement puissant !

Daniel C.

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 3 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 17/09/2015

Film à thèse qui dénonce les méfaits de l'alcoolisme. L'ensemble n'est pas mauvais mais on peut trouver qu'il manque un peu de nervosité, est parfois bavard (scènes avec le barman), et qu'il manque d'effets susceptibles de relancer l'action. On pourrait avoir l'impression que tout tourne un peu en rond mais c'est pour mieux nous immerger dans l'obsession maladive du personnage. Et il y a de très bons passages où la patte de Wilder fait mouche : la scène introductive avec la bouteille sous la fenêtre, l'opéra, l'évasion de l'hôpital, la scène du vol du sac à main au restaurant.

Benjamin A

Suivre son activité 296 abonnés Lire ses 1 897 critiques

4,5Excellent
Publiée le 01/03/2014

« Le poison » ou «The Lost Week End » de Billy Wilder fait partie de ses deux films à avoir été palme d’or et meilleur film au festival des oscars. Il nous fait suivre la déchéance de Don, qui malgré l’aide depuis six années de son frère et de sa petite amie, est alcoolique. C’est une véritable descente aux enfers, filmée de manière très réaliste par Wilder et comme il le fait si bien, il dépeint un fait social, de manières dures, réalistes et poignantes. L'écriture est de grande qualités, que ce soit à travers le scénario ou les personnages. Le coté dramatique et révélateur sur l’alcool est grandement réussi et surtout il arrive à le rendre poignant et frappant, à l'image de la scène de l’opéra, révélateur de la détresse et du problème de Don où l’on voit ses hallucinations en pleine représentation (tout comme une des dernières scènes dans son appartement où il est en proie à des hallucinations morbides). Wilder frappe là où ça fait mal, déjà sur l'addiction puis sur la folie où cette fois-ci, c'est la scène de l'hopital qui devient marquante tant elle réalisé de manière froide, dure et réaliste. Sa mise en scène est superbe et il est techniquement au sommet, les jeux d’ombres et de lumières sont très bien faits, (notamment dans l’hôpital). La photographie en noir et blanc est superbe. Et tout en subtilité, Billy Wilder arrive à glisser quelques touches d’humours noirs et cyniques. Dans le rôle principal Ray Milland est parfait, il accumulera meilleur acteur aux oscars et prix d'interprétation à Cannes. On retrouve bien la folie de son personnage à travers son interprétation. Les seconds rôles sont impeccables, à commencer par Jane Wyman qui joue la petite amie de Don. Décidément Wilder nous montre une fois de plus sa maitrise du cinéma et ce dans divers genres, il a signé des grands films noirs, comédie ou encore drame et c’est une grande œuvre qu'il nous livre avec "The Lost Week-end", cruelle, réaliste et poignante. 70 ans après sa sortie, ses propos sont encore pertinent et le film marquent et inoubliable.

NusaDua

Suivre son activité 32 abonnés Lire ses 1 448 critiques

4,5Excellent
Publiée le 28/12/2013

Le long week-end de déchéance et d'alcoolisme d'un écrivain déprimé, magistralement interprété par Ray Milland. Une descente aux enfers sans concession, et dont le sujet sensible et plus que jamais d'actualité trouvera forcément son écho parmi les innombrables témoins et victimes du "poison". Mis en scène avec sobriété et précision, dotée de plusieurs passages saisissants, cette descente aux enfers d'un personnage au demeurant sympathique s’achève en apothéose. Une oeuvre majeure de Billy Wilder qui fut couronnée de succès et qui demeure l'un des rares films récompensés à la fois aux Oscars et à Cannes : en un mot, indispensable !

Shephard69

Suivre son activité 62 abonnés Lire ses 1 768 critiques

4,5Excellent
Publiée le 20/11/2013

Abordé sur un ton ironique, une œuvre qui vise particulièrement juste et qui tape assez durement sur un sujet très sensible et encore plein de tabou : l'alcoolisme. Même si la mise en scène comporte quelques longueurs un peu lourdes, on a là un grand film plein d'empathie mais où on ne juge pas le protagoniste magnifiquement interprété par un Ray Milland absolument stupéfiant.

yayo

Suivre son activité 27 abonnés Lire ses 1 225 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 02/07/2013

Quand on lit le synopsis du film on se dit "mouais" c'est pas bien folichon tout ça. Et puis quand on voit que c'est Billy Wilder qui est au commande et que le film a reçu 4 oscars et que c'est un des rares à cumuler avec un prix à Cannes, cela pique notre curiosité. Eh bien quelle leçon ce film! Surtout à l'époque, traiter le thème difficile de l'alcoolisme avec tant de brio, d'inventivité dans la mise en scène quel tour de force. Il faut bien évidemment pas oublié l'acteur principal vraiment très très bon dans son rôle de névrosé.

Maqroll

Suivre son activité 70 abonnés Lire ses 1 122 critiques

4,0Très bien
Publiée le 17/04/2010

Un film puissant, à l’atmosphère lourde, aux images torturées pour retracer le week-end d’un homme presque perdu, sur le point de sombrer dans le vertige de la vie et qui pense n’avoir d’autre recours que l’alcool. Ray Milland est très juste dans la composition de ce paumé sympathique, sauvé in extremis par l’amour et l’entêtement d’une jolie femme… et surtout par le code Hays qui impose à ce moment-là une fin heureuse et moralisante pour tout film américain ! Voilà donc déjà une première réserve pour ce film de Billy Wilder, sa deuxième vraie réussite en fait (après Assurance sur la mort). L’autre réserve est à faire au niveau de la description un peu trop caricaturale de ce qu’on appelle encore aujourd'hui « l’alcoolisme », terme qui ne veut pas dire grand-chose si on ne prend pas la peine d’aller voir d’un peu plus près ce qu’il recouvre. Mais trois étoiles bien méritées (comme les oscars que le film a ramassés à la pelle) pour les qualités cinématographiques de ce « Lost Week-end », pour reprendre le titre original, bien plus évocateur et moins racoleur que le titre français.

Caine78

Suivre son activité 692 abonnés Lire ses 7 057 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 20/10/2008

Encore une immense réussite signée Billy Wilder, qui avant Le Jour du vin et des roses, signait le premier grand film sur l'alcoolisme. Une longue et lente descente aux enfers brillamment filmé par le réalisateur, qui signe trouver des idées de mise en scène toutes les cinq minutes tant sa réalisation est brillante, soignée et créative. De plus, l'ensemble est soutenu par des dialogues superbement écrits, et un scénario remarquable, dense et extrêmement bien construit. Ray Milland est bouleversant dans son role d'alcoolique maladif, et renforce bien la détresse et tout l'aspect pathétique de son personnage, d'autant plus quer l'atmosphère est formidablement rendue, noire et brumeuse au possible. Et même si on pourra discuter un peu de la fin, pas totalement crédible, cette dernière ne gache en rien la qualité exceptionnelle de ce film pendant 90 minutes. Une grande oeuvre.

AMCHI

Suivre son activité 190 abonnés Lire ses 5 528 critiques

2,5Moyen
Publiée le 15/07/2013

Un Wilder plutôt réputé qui obtenu de nombreux prix mais qui personnellement ne pas m'a pas enthousiasmé. J'ai bien aimé lé début qui par moment fait penser à un suspense mais passer un certain moment je dois avouer que l'histoire de Le Poison malgré un sujet fort ne m'a pas passionné des masses, Ray Milland joue bien sans que j'ai eu non plus l'impression d'avoir une prestation époustouflante (peut-être du au fait que je ne suis pas particulièrement un admirateur de cet acteur), Jane Wyman est un peu nunuche. Le Poison comme le dit une autre critique n'est pas un mauvais film mais seulement un film qui ne m'a pas particulièrement engoué et bien qu'en soi Le Poison n'a pas vieilli, il est quand même peu percutant pour un spectateur de notre époque.

Cinéphiles 44

Suivre son activité 115 abonnés Lire ses 2 088 critiques

4,5Excellent
Publiée le 23/02/2018

En 1945, Billy Wilder bouleverse les codes cinématographiques en évoquant l’alcoolisme, un sujet tabou à Hollywood. Le thème n’est pas seulement abordé, il s’agit du point central du film Le Poison. Plus tentante et cruelle que la plus belle des femmes, la bouteille est la plus grande dépendance de Don. Cet écrivain est brisé de l’intérieur et rate tous les points clés de sa vie. Le scénario est loin d’être complexe, la victime plonge et replonge dans le mauvais démon et se remémore son passé de dépendant. Traité avec vivacité avec un Ray Milland étonnant, Le Poison explore toutes les options psychologiques de l’alcoolique avec une légèreté qui déconcerte et stupéfait ! D'autres critiques sur notre page Facebook : Cinéphiles 44 et notre site cinephiles44.com

Yves G.

Suivre son activité 217 abonnés Lire ses 1 363 critiques

3,5Bien
Publiée le 04/02/2018

Écrivain raté, paralysé par l'angoisse de la feuille blanche, Don Burnam est alcoolique depuis six ans. Son frère et sa fiancée, d'un dévouement exemplaire, veulent l'emmener en week-end à la campagne. Mais Don parvient à échapper à leur vigilance. Il a tôt fait de dépenser les gages que son frère avait prévus pour la femme de ménage. Pour se procurer à boire, il supplie un barman, emprunte de l'argent à une amie, vole le sac à main d'une cliente d'un restaurant. Il finit même par mettre en gage sa machine à écrire. Abruti d'alcool, il chute dans l'escalier et se retrouve dans un hôpital psychiatrique en proie à une crise de delirium tremens. "The Lost Weekend" fut à sa sortie en 1946 un triomphe : quatre Oscars (meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur scénario, meilleur acteur masculin), la Palme d'Or et le prix d'interprétation masculine à Cannes. Aucun film depuis lors sinon "Marty" en 1955 ne réussit plus le doublé Palme d'Or - Oscar. Rien n'annonçait un tel triomphe. Billy Wilder - qui venait certes de tourner Assurance sur la mort - n'était pas encore l'immense réalisateur de "Boulevard du Crépuscule", "Certains l'aiment chaud" et "La Garçonnière". Ray Milland n'avait pas la célébrité d'un Gary Cooper ou d'un James Stewart. Surtout, le thème de l'alcoolisme flirtait avec la censure. Pour satisfaire au code Hays, Billy Wilder dut modifier la fin du roman et lui substituer un happy end convenu - qui n'est pas ce que le film a de meilleur. Le Poison n'en reste pas moins un chef d’œuvre. Unité de temps (tout se déroule l'espace d'un week-end), de lieu (New York écrasé par la chaleur de l'été), d'action (la quête d'alcool sans cesse recommencée). Il est étonnant que le thème de l'addiction à l'alcool et de la désintoxication, si prégnant en littérature (on pense à Bukowski ou Burroughs), soit resté largement inexploré au cinéma. On pense à "L'Homme au bras d'or" (1955) de Preminger et, plus près de nous, à "Shame" (2011) de McQueen - qui ne traitait pas de l'addiction à l'alcool mais au sexe. On pense de ce côté-ci de l'Atlantique au "Dernier pour la route" (2009) avec François Cluzet et Mélanie Thierry, l'adaptation du roman autobiographique de Hervé Chabalier, qui avait plongé dans l'alcool et avait non sans mal réussi à en revenir.

Criticman17

Suivre son activité Lire ses 32 critiques

3,5Bien
Publiée le 27/01/2018

C'est un film qui montre le côté dévastateur de l'alcool à travers un personnage qui n'arrive pas à s'en sortir. L'amour d'une femme va surmonter ce fléau qu'est l’alcoolisme.et contribuer à faire de ce film, un film important et utile.

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top