Mon AlloCiné
Hors jeu
note moyenne
3,6
154 notes dont 37 critiques
16% (6 critiques)
41% (15 critiques)
22% (8 critiques)
5% (2 critiques)
14% (5 critiques)
3% (1 critique)
Votre avis sur Hors jeu ?

37 critiques spectateurs

adraye

Suivre son activité Lire sa critique

0,5
Publiée le 13/12/2006
Très sincérement, et sans aucune volonté de nuire a la carriere de ce film, il se trouve qu'il n'a aucun intéret cinématographique. Pour résumer, son seul intéret est d'exister malgré la censure, le réalisateur ayant du braver les interdits de son pays pour le filmer. A part ca, rien de neuf, mise en scene inexistante, montage en temps réél (le film dure le temps du match, et dans l'ordre chronologique, pour pas trop se fatiguer pour le montage), acteurs amateurs sans saveurs (la plupart des filles surjoue, les flics sont risibles), et le principal intéret du film, soit le propos, n'atteind meme pas le niveau d'un quelconque numéro de ELLE ou Marie Clair spécial condition de la femme. En vérité, on n'y apprend rien de spécial, on s'ennuie ferme, et on se dit que récompenser autant un film juste parce qu il existe (ours d'argent a Berlin quand meme) c'est quand meme prendre les amateurs de (vrai) cinéma pour des débiles incultes. Bref, bonne continuation a Jafar, puisqu'il parait qu'il a du talent, mais qu'il arrete de le mettre en sourdine!
Louis Morel

Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 850 critiques

4,0
Publiée le 26/03/2012
Un film fort et passionnant. Quelques clichés déjà vus cependant. Un très bon Panahi !
sociable

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 160 critiques

2,0
Publiée le 09/12/2018
Un vrai reportage sur la condition de ces femmes nous aurait davantage captivés. Le film s'étire à n'en plus finir.
Attila de Blois

Suivre son activité 111 abonnés Lire ses 2 847 critiques

4,0
Publiée le 01/04/2017
Dans son pays, Jafar Panahi a la réputation d'un réalisateur subversif et ce n'est pas "Hors jeu" qui l'infirmera. Le cinéaste s'appuie sur un sport populaire, le football, pour exposer les inégalités entre les hommes et les femmes dans la société iranienne et critiquer certaines lois conservatrices et absurdes issues et protégées par le clergé. "Hors Jeu" nous raconte donc l'interdiction faite aux femmes de rentrer dans un stade pour assister à un match de foot sous pretexte qu'elles ne doivent pas se mélanger aux hommes. Bien entendu, le cadre sportif n'est qu'un exemple et ce dernier peut s'étendre à de nombreux autres domaines. En cinéaste engagé, Jafar Panahi dénonce aussi, en plus des inégalités, les fractures dans la société entre la société civile et militaire; entre les jeunes générations et les vieilles générations. Ainsi, Panahi nous montre l'évolution des mentalités dans son pays ; une évolution optimiste qui balaie les restes de la Révolution islamique. D'ailleurs, Panahi traite son sujet sous un angle humoristique mais dans un style quasi-documentaire. Petit point négatif : les acteurs, tous amateurs, sont d'un niveau inégal.
BeatJunky

Suivre son activité 48 abonnés Lire ses 1 916 critiques

3,5
Publiée le 19/03/2017
Belle surprise que ce petit film Iranien. Il montre d'une façon originale et avec 3 fois rien, les conditions de vie des femmes aujourd'hui en Iran. Grâce à ce petit moment significatif on l'on écoute quelques-unes d'entre elles imaginer ce qui se passe sur la pelouse du match Iran/Japon, on voit bien où elles en sont .... Elles n'ont toujours pas la chance de pouvoir profiter d'autant de libertés que les hommes comme pour ce match qu'on leur interdit de voir. L'interdiction pour elles de voir cet événement sportif n'est que le reflet de leur condition de vie aujourd'hui. Original et instructif. "Hors Jeu" est une belle façon de dénoncer l'absurdité de certaines lois soi-disant faites pour les protéger....
mael H.

Suivre son activité Lire sa critique

4,0
Publiée le 16/06/2016
J'ai trouvé le film plutôt intéressant, L'intrigue m'a tenu en haleine durant tout le film, Mais j'ai trouve que le film n’était, à mon goût, pas assez moderne même si c'est normal venant d'un film qui se passe dans un pays pauvre comme l'Iran, J'ai trouvé aussi comme point négatif que l'on ne parle pas assez du passé des personnages, J'aurai aimé que ce soit un peu plus approfondi. Comme point positif, j'ai trouvé que la touche comique du film était bien amenée et que ce n’était pas surjoué. Du coup cela n'enlevait pas de crédibilité au film. Ce film nous permet de voir comment cela fonctionne voir les différences en Iran sur la place et les droits des femmes.
Cluny

Suivre son activité 45 abonnés Lire ses 593 critiques

4,0
Publiée le 14/10/2012
J'ai deux passions, le cinéma et le football : deux raisons pour adorer ce film qui montre -entre autre- à la fois l'universalité du soccer et celle du cinéma, après le déliceux conte tibétain "La Coupe", qui racontait les difficultés rencontrées par des moines bouddhistes réfugiés dans le nord de l'Inde pour regarder le France-Brésil du 12 juillet 1998. Jafar Panahi a décidé de tourner le film comme un documentaire, quasiment en temps réel, et en utilisant de nombreux plans tournés lors de ce match. Afin d'accentuer le côté cinéma vérité, il a fait appel à des comédiens amateurs, ce qui se sent parfois un peu trop. Ainsi, nous suivons les tribulations de deux cars de supporteurs, avec dans l'un d'eux une jeune fille en jogging, casquette et maquillage aux couleurs nationales. Dès cet instant, des hommes la reconnaissent, mais aucun ne s'en offusque, sauf un vendeur de billets à la sauvette qui passera outre ses scrupules pour lui vendre le précieux sésame deux fois plus cher... Quand elle est arrêtée, elle retrouvent quatre autres filles avec chacune des caractères particuliers. Elles sont gardées non pas par des policiers ou des pasdarans, mais par des appelés qui viennent de la campagne. Panahi joue d'ailleurs de cette opposition, montrant que le décalage n'est pas essentiellement entre hommes et femmes, mais aussi entre Téhéranaises et provinciaux, et plus encore entre deux classes, les jeunes femmes étant à la fois cultivées et aisées, comme le montre le prix qu'elles peuvent payer et leurs téléphones portables (en ce moment, il n'est pas un film que je vois, de quelque continent qu'il soit, où le téléphone mobile n'apporte des rebondissements narratifs...). Les filles ont la langue bien pendue, et une dialectique redoutable : elles retournent sans effort le cerveau de leurs pauvres geoliers. Il faut dire que les contradictions ne manquent pas dans la théorie officielle, et l'échange entre une détenue et le sergent est assez jubilatoire, quand en réponse à son argument justifiant cette interdiction par la nécessité de protéger les femmes des grossièretés proférées par les hommes, elles lui rétorquent que si les Japonaises ont le droit d'assister au match Japon-Iran, c'est parce qu'elles ne comprennent pas les injures iraniennes ! Et les soldats eux-mêmes ne savent comment justifier le fait que les supportrices bahreïnis aient été autorisées à assister au match, certes cachées dans des tribunes vitrées. Jafar Panahi a choisi le canal de la parabole : en nous racontant cette histoire, il parle aussi de bien d'autres choses concernant la place des femmes dans une société basée sur l'empêchement, et la fragilité de l'idéologie dominante. C'est pourquoi il adopte un ton souvent humoristique, comme quand un soldat accompagne une des filles aux toilettes, la camouflant derrière un masque confectionné à la va-vite avec un poster d'Ali Karimi. Et puis, ce qui rend ce film aussi attachant, c'est que ces filles sont des vraies supportrices, avec leur mauvaise foi, leurs jugements à l'emporte-pièce dès que la défense cafouille, leurs débats tactiques sur le 4-4-2 ou le 4-3-3. Et leur explosion de joie au moment du but et à l'annonce de la fin du match synonyme de qualification fait écho à notre propre bonheur certains soirs de 1998 ou de 2006... Il y a aussi, furtivement, quelques moments plus graves : quand une des filles se couvre de son tchador pour s'adresser au père de sa copine, ou quand dans la liesse, une autre pleure en pensant à son ami tué dans un mouvement de foule lors du match Iran-Japon. Mais Panahi ne s'appesantit pas sur ces moments, préférant vite retourner à la légèreté propre au conte, jusqu'au dénouement heureux et consensuel. Reste maintenant à souhaiter que les Iraniens puissent voir ce film toujours interdit par le régime. http://www.critiquesclunysiennes.com/
betty63

Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 412 critiques

4,0
Publiée le 19/07/2012
Le sujet du film est très original et très bien développé. Ce monde de femmes hors jeu du monde masculin est très bien raconté ; j'ai été agréablement surprise par ce film et les approches plus ou moins faciles de ces femmes fans de foot avec des militaires à cheval sur le protocole, l'Islam, les ordres et leur nature humaine. Bravo !
Gaby Versluys

Suivre son activité 31 abonnés Lire ses 19 critiques

3,5
Publiée le 09/05/2012
Très pertinant, et beaucoup moins sombre que la majorité des films de J. Panahi. Le film est à la limite du documentaire. Les personnages sont attachants, et la cause est captivante.
Jonathan J.

Suivre son activité 26 abonnés Lire ses 166 critiques

3,0
Publiée le 17/04/2012
Filmé à la limite du documentaire. Les propos et la manière dont ils sont abordés relèvent aussi plus du documentaire que du film . On est plus en présence d'un état des lieux / critique de la société Iranienne et de ses contradictions entre poids des coutumes et espoirs d'une jeunesse.
Rik13

Suivre son activité 15 abonnés Lire ses 648 critiques

3,0
Publiée le 14/03/2012
En Iran, les femmes sont interdites d'entrée dans les stades de football. A travers ce film au scénario un peu court, Jafar Panahi aborde avec humour et dérision un sujet grave, la liberté et l'émancipation de la femme en Iran. Tentant de pénétrer dans un stade de foot lors d'un match Iran-Bahrein, qualificatif pour la Coupe du Monde, un groupe de jeunes femmes est intercepté par les forces de l'ordre chargées de la sécurité. Les jeunes iraniennes sont alors parquées à l'extérieur du stade en haut des tribunes. Surveillées de près par de jeunes militaires, elles vont vivre le match sans le voir, tout en parlementant et échangeant avec les soldats. La narration, qui se déroule quasiment en temps réel, tient la route malgré l'étroitesse du scénario. "Hors jeu", à travers ce récit, montre bien l'obscurantisme des lois iraniennes en ce qui concerne la liberté des femmes. Des interdictions qui conduisent à des situations ubuesques, comme celles décrites avec réalisme et fantaisie dans ce long métrage.
UnPseudoEnRandom

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 30 critiques

3,0
Publiée le 12/02/2012
Je tire mon chapeau à Jafar Panahi d'avoir eu l'audace de réaliser un film engagé de manière totalement illégale (à l'aide d'une fausse équipe de tournage pour masquer la sienne) en adaptant en temps réel son scénario au match Bahreïn-Iran. A travers Hors Jeu il pointe du doigt les injustices qui ont lieu envers les femmes en Iran comme par exemple le fait qu'elles n'aient pas le droit d'assister aux match de foot pour des raisons totalement idiotes dénoncées à travers des situations comiques ou encore l'incompétence des militaires qui s'occupent de la sécurité du match. Militaires qui vont petit à petit commencer à se lier d'amitié avec les jeunes filles et vivre pleinement la qualification de leur équipe en coupe du monde. Peut-être pas le film Iranien le plus marquant mais qui vaut le coup pour son propos et ce qu'il dénonce.
kinophil

Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 250 critiques

3,0
Publiée le 07/09/2011
A Téhéran, quelques jeunes filles veulent assister au match de foot opposant l’Iran au Bahreïn, qualificatif pour le Mondial 2006, mais l’accès du stade est interdit aux femmes. Elles s’habillent en garçon, voire en militaire mais elles sont repérées et empêchées d’aller dans les tribunes. Film sur l’absurde et l’arbitraire de la situation des femmes en Iran, (dialogue de sourd entre une fille arrêtée et son gardien militaire) .Traité avec humour et dérision avec quelques scènes mémorables comme celle où une fille veut aller aux toilettes (forcément pour hommes). N’évite pas quelques répétitions pour tenir dans le dispositif de la durée d’un match de foot, mais film sympathique, tonique, où l’absurde est d’autant plus apparent qu’il est traité par la dérision et l’humour.
devlin6994

Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 1 087 critiques

4,5
Publiée le 23/07/2011
Je suis loin de les avoir tous vus, mais hormis quelques exceptions, les films iraniens qui nous parviennent sont globalement d'une grande qualité. "Hors jeu" en est un exemple parfait. Sur le fond, le film est passionnant, d'autant plus que Panahi a dû adapter son scénario en fonction du résultat du match de foot opposant l'Iran à Bahreïn. Cela a des conséquences (positives) sur la forme du film : de nombreuses scènes ont été tournées le jour même du match, avec ce qu'on imagine de réactivité de la part de Panahi, de son équipe et des acteurs amateurs (tous extraordinaires). "Hors jeu" est également une preuve supplémentaire (en fallait-il encore ?) de la stimulation, bien involontaire, qu'inspire une dictature à l'égard des artistes qui la combattent. Peut-être que si Panahi avait un jour la possibilité de faire un film librement, ce serait un échec et cela n'intéresserait personne. Ce qui est sûr, c'est que c'est actuellement un grand cinéaste de la lutte contre les régimes autoritaires. Car, mine de rien, faire un film féministe autour du foot, il fallait le faire...
Maqroll

Suivre son activité 70 abonnés Lire ses 1 123 critiques

4,0
Publiée le 08/06/2011
Un huis clos singulier en marge du match qualificatif pour la Coupe du Monde 2006 en Allemagne où l’Iran rencontre le Bahrein dans une partie décisive. Elles sont quelques filles qui ont voulu assister au match malgré la loi islamiste en se déguisant en garçon. Arrêtées par les militaires, elles sont parquées comme du bétail et ne peuvent que saisir des bribes de la rencontre. Des rapports curieux se tissent alors entre les prisonnières et leurs gardiens. Un film original et puissant de Jafar Panahi, cinéaste iranien déjà auteur de quelques perles (Sang et or par exemple), actuellement incarcéré par le régime de Téhéran pour avoir osé défier la tyrannie des fous de Dieu… Toute l’absurdité de la situation et du sort fait aux femmes, qui n’ont pas le droit d’assister à des matchs de football pour des raisons que plus personne ne connaît, est exposée ici avec simplicité et efficacité. C’est vrai qu’il manque ce brin de poésie qui éclaire souvent l’œuvre de Panahi mais tel quel, ce film édifiant est remarquablement pensé et construit.
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top