Mon AlloCiné
    Batman, le défi
    note moyenne
    3,8
    21660 notes dont 739 critiques
    41% (303 critiques)
    32% (240 critiques)
    14% (103 critiques)
    8% (59 critiques)
    4% (27 critiques)
    1% (7 critiques)
    Votre avis sur Batman, le défi ?

    739 critiques spectateurs

    .Jurassic
    .Jurassic

    Suivre son activité 89 abonnés Lire ses 19 critiques

    5,0
    Publiée le 25 juillet 2014
    Bon ben chef d’œuvre… La vache, je m’y attendais pas. Surtout venant de Tim Burton, un réalisateur que je trouve très inégal et qui n’a cessé de me décevoir ces dernières années. J’ai honte. C’est la deuxième fois que je vois ce film. La première, c’était quand j’étais gosse, à 8 ans. Je l’avais profondément détesté et j’ai alors jeté mon dévolu sur les deux chef d’œuvres de Joel Schumacher, dont « Batman & Robin » en particulier que je matais en boucle (non, vraiment). Puis, il y a peu, j’ai eu envie de visionner le premier grand film de l’homme chauve-souris « Batman ». J’en avais également des souvenirs assez moyens bien que vagues, et ce second visionnage m’a permis de découvrir que Tim Burton était un bonhomme sacrément couillu pour réussir à imposer une vision aussi loufoque et sombre du chevalier noir à un film destiné principalement aux enfants, ce qui m’a donc poussé à visionner le deuxième opus de la franchise, « Batman : Le Défi », que certains dressent comme étant le plus grand film de superhéros de l’histoire du cinéma. « HA ! HA ! HA ! » m’esclaffais-je, jamais Tim Burton ne pourrait surpasser la maîtrise du « Dark Knight » de Nolan ! Ben, ta gueule, prends-toi la quintessence du style burtonien dans les dents en ouverture. Une Gotham enneigée, sombre à l’esthétique magnifiquement gothique, dans la droite lignée de l’expressionnisme allemand des années 20, un bébé, dont on ne verra jamais le corps, enfermé dans une cage dévore un chat, dans une chambre d’hôtel à l’architecture étrange, ce qui pousse les parents du nouveau-né à le jeter dans les égouts. S’en suit un plan absolument dantesque où l’on voit le panier flotter jusqu’au bout d’un tunnel mystérieux, froid, porté par la musique exceptionnelle de Danny Elfman, aux mélodies surprenantes, mêlant plusieurs nouveaux thèmes aux allures de berceuses, mais marquées par ces chœurs étranges, presque effrayants. Une atmosphère malsaine, dérangeante, glaçante, envoûtante se dégageait de cette séquence. Bigre ! Dès lors, j’ai compris que je m’attaquais à du lourd. Et j’avais raison ! Le film ne s’essoufflera plus, enchaînera les scènes d’anthologie avec une virtuosité rare à en faire pâlir les réalisateurs de blockbusters actuels, Burton allant jusqu’au bout de sa démarche sans faire un faux pas. Que ce soit la naissance de Catwoman, la première rencontre entre les deux antagonistes, la scène du bal, la séquence finale… Chaque scène est mémorable et multiplie les trouvailles de mise en scène de génie. Je pense que ce qui m’a définitivement convaincu du génie de ce film, c’est la facilité avec laquelle Burton opère à une déconstruction du conte de fées. Tout au long du film, chaque personnage exprimera ses désirs, ses rêves, et tous ces rêves seront finalement déçus. La naïveté n’a pas sa place à Gotham, si l’on veut réussir, il faut agir durement. La première à en subir les conséquences, c’est la timide et maladroite Selina Kyle, se lamentant sur ses mésaventures amoureuses, espérant un brin de reconnaissance de la part de son employeur et habitant dans un appartement extravagant à la décoration enfantine. Ce qui la conduira inexorablement à la mort, puis à la résurrection, la transformant en femme sensuelle, objet de tous les vices, qui va alors détruire sa vie passée, en saccageant son appartement, déchirant ses peluches, repeignant de noir la peinture rose bonbon de son salon. Le puéril « Hello There » affiché dans sa chambre est désormais « Hell There ». Mais la métaphore ne s’arrête pas là. L’intelligence du film est aussi d’avoir intégré une intrigue politique à l’histoire. Le diabolique Max Shreck va s’allier Oswald Cobblepot, alias le Pingouin, désireux de vengeance sur la société qui l’a répudié. Ils vont alors mettre en scène une fable moderne du vilain petit canard (véhicule du Pingouin d’ailleurs) afin de jouer avec les sentiments des citoyens de Gotham dans l’optique que le Pingouin devienne maire de la ville. Mais l’issue sera malheureuse. Les desseins machiavéliques du Pingouin seront découverts, et il sera à nouveau exclu et contraint à se cacher dans les égouts de Gotham. On peut également citer la manière dont Bruce Wayne/Batman, idéaliste et naïf, se fera manipuler tour à tour par ses deux ennemis, ne pouvant les vaincre qu’en leur infligeant des coups de poignard dans le dos, le baiser mortel final (scène absolument magnifique), le destin tragique de chaque personnage, les deux méchants du film dont les surnoms de pingouin et de chatte sont assez naïfs… Ce qui ressort de cette idée finalement, c’est qu’à l’inverse du premier film, « Batman : Le Défi » n’est en rien un film pour enfants. Bien que gothique et sombre, « Batman » comportait un bon lot d’éléments insérés pour les enfants. Les gadgets fous de Batman, les blagues du Joker, ne le rendant pas « trop » antipathique, la romance entre Vicky Vale et Bruce Wayne, le journaliste rigolo Knox… Le film a une identité burtonnienne, mais l’on voit clairement que ses producteurs lui ont donné de nombreuses contraintes. Le succès de ce film a donc encouragé les patrons de la Warner à donner carte blanche à Tim Burton pour la réalisation du deuxième Batman. Je surinterprète peut-être mais j’ai vu ce film comme une mise en abîme de ce contexte de production. Alfred amenant Vicky Vale dans la Batcave sans l’autorisation de son maître ? Personnellement, j’avais trouvé ça bête. Bruce Wayne aussi, il le reproche à son majordome au milieu du film. Le fait que seuls les méchants mouraient dans le premier film (à l’exception d’une présentatrice télé mais dont le sourire cadavérique pourrait prêter à faire sourire les enfants) ? Ici, on veut tuer des enfants et quand quelqu’un exprime son désaccord, une belle abeille de métal dans le bide ! Ça c’est fait ! C’est fou de voir à quel point Burton est décomplexé dans ce film. Les sous-entendus sexuels, mêlés à des blagues de mauvais goût explicites parcourent le film du début à la fin, les personnages sont moralement douteux, Batman tue sans aucun complexe ses ennemis, il les brûle, les jette dans le vide, les explose, les écrase en Batmobile, les morts sont on ne peut plus malsaines… C’est un pur film d’auteur que nous livre Tim Burton, sa mise en scène est exceptionnelle et les symbolismes sur l’identité cachée prenant le dessus sur l’identité officielle sont ici beaucoup plus développés sans la lourdeur passagère du premier volet (Bruce qui dort la tête en bas tel une chauve-souris). On retiendra surtout cette scène du bal costumé où Bruce et Selina se vêtissent de leurs costumes de ville (je ne sais pas quoi dire, magnifique !). Le scénario du film est exceptionnellement écrit, parfaitement structuré, aux enjeux clairs, allant jusqu’au bout de chacune de ses idées, doté de personnages saisissants, mémorables, superbement interprétés. Je pense avoir rarement vu une équipe d’acteurs jouant de manière aussi cohérente avec le ton du film. Michael Keaton, Danny DeVito, Michelle Pfeiffer, Christopher Walken… Ils sont tous éblouissants. L’esthétique du film est bluffante, surpasse en tout point la pourtant très bonne direction artistique du premier volet, les décors enneigés apportant un supplément d’ « âme » à Gotham City. La bande originale est parfaite, accompagnant parfaitement chaque séquence et chaque scène du film avec la grande virtuosité qu’on connaît chez Danny Elfman. Il reprend et réadapte ses travaux sur le premier film pour rendre la musique encore plus saisissante de mystère et de souffle, notamment dans le climax final. Ce film est riche, de loin le meilleur film de son auteur à mon sens, et c’est sans frémir que j’accorde à « Batman : Le Défi » le statut de chef d’œuvre absolu du film de superhéros.
    jessica N
    jessica N

    Suivre son activité Lire ses 5 critiques

    4,0
    Publiée le 26 octobre 2014
    Ce film est l'un des meilleurs Batman pour moi les acteurs, la musique, les décors... sont juste fantastique ! Danny DeVito et Michelle Pfeiffer sont juste splendide dans leur rôle, je dis merci Tim Burton pour c'est 2 heures de pur bonheur :)
    MemoryCard64
    MemoryCard64

    Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 24 critiques

    2,5
    Publiée le 31 juillet 2014
    Après le succès du premier Batman, Tim Burton est rappelé pour tourner une suite (la seule de sa carrière à ce jour) qui n'arrivera pas à la hauteur du premier. Outre l'univers du réalisateur qui pourra déranger les fans de Batman, le film souffre principalement d'un gros problème de construction. Déjà c'est long, il aurait fallu couper quelques scènes pour alléger ensemble. Le début est laborieux, on alterne entre le Pingouin et Selina Kyle pendant assez longtemps, Batman servant uniquement à faire la transition entre les deux. Ce dernier ne fera que de la figuration, servant uniquement à développer Catwoman et à contrecarrer les plans du Pingouin. Le film souffre d'un manque de héros puisqu'il est difficile de s'identifier à une plante verte, une cinglée et un homme foncièrement méchant. On sent l'absence de Vicky Vale. Il faut aussi revenir sur Catwoman qui accumule deux petits défauts. Le film la laisse osciller entre le réalisme et le fantastique, ce qui ne colle pas avec l'univers développé. spoiler: Si la scène où elle est réveillée par les chats passe car elle est intime et symbolique, le cri qui fait exploser la serre et l'histoire des 9 vies sont beaucoup moins convaincants. Deuxièmement, elle ne se confronte pas assez à son patron spoiler: qui est quand même son opposant principal et son "meurtrier". C'est bien dommage. Malgré tout, le thème de l'animalité enfouie en chacun de nous marche, tout comme la critique concernant les gens embobinés par le baratin des politicards. Niveau de la réalisation, rien à redire, c'était la bonne époque de Burton. La musique est fantastique, mais c'est normal vu que c'est Danny Elfman aux commandes (la scène d'intro !). Je vous recommande le film si vous êtes ultra-fan du réal et/ou de Batman, sinon passez votre chemin.
    videoman29
    videoman29

    Suivre son activité 74 abonnés Lire ses 439 critiques

    4,5
    Publiée le 23 juin 2014
    L'univers gothique qui caractérise l'ensemble de l’œuvre de Tim Burton va comme un gant à Gotham City et à son « Batman », le constat est évident. Après un premier épisode très réussi en 1989, le réalisateur récidive trois ans plus tard avec « Batman le défi ». Michael Keaton se glisse une nouvelle fois dans l'armure noire et offre une superbe prestation, tout comme Michelle Pfeiffer, convaincante et sexy en « Catwoman ». Mais la palme revient incontestablement à Danny De Vito qui campe un super vilain absolument hallucinant. « Pingouin » est un des méchant les plus réussi de tous les temps, tant on prend plaisir à le détester. La réalisation de Tim Burton est à la hauteur de sa réputation, la qualité des décors et des effets spéciaux est surprenante même 20 ans après. Le scénario est quasiment parfait, bien plus profond et intelligent que les habituels films de super héros. Il faut absolument (re) découvrir ces deux adaptations qui n'ont vraiment rien à envier au « Dark knight » de Christopher Nolan.
    Raphaël B.
    Raphaël B.

    Suivre son activité Lire ses 7 critiques

    5,0
    Publiée le 5 septembre 2015
    bon film mais surtout très belle musique beaucoup d'émotion meilleur film de la saga
    Skipper Mike
    Skipper Mike

    Suivre son activité 51 abonnés Lire ses 588 critiques

    4,0
    Publiée le 13 juin 2014
    "Batman – Le Défi" s’inscrit dans la veine du premier volet, avec une approche très second degré du super-héros. Tim Burton creuse encore l’esthétique de Gotham pour atteindre une sorte de perfection dans les décors et les costumes. Le film est ainsi très beau à regarder et finalement assez drôle, puisqu’il ne se prend clairement pas au sérieux et émet beaucoup d’autodérision. Bien entendu, les personnages pâtissent de ce choix, les acteurs étant constamment dans l’excès et leurs répliques souvent à la frontière du ridicule (cf. les miaulements de Catwoman), mais cela participe aussi au charme du film et est cohérent avec son ambiance baroque. En définitive, "Batman – Le Défi" est une œuvre généreuse et réussie malgré quelques problèmes de rythme, et vaut le coup d’œil ne serait-ce que pour les performances de Christopher Walken et Danny DeVito. La façon dont ils sont représentés, c’est-à-dire comme des bêtes de foire imbues d‘elles-mêmes à la tête d’une ville monstrueuse, est parfaitement réjouissante.
    superalyan
    superalyan

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 92 critiques

    3,0
    Publiée le 12 juin 2014
    Pas mal mais en tant que suite de Batman il est assez mauvais
    Naguesh R
    Naguesh R

    Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 160 critiques

    4,5
    Publiée le 25 mai 2014
    Après un premier Batman désastreux,Tim Burton se ressaisie avec Batman le dé casting de choix,une musique digne du film,et des effets spéciaux plus ou moins ratés c'est ce qui fait e succès de cet opus.
    PartageTesScènes
    PartageTesScènes

    Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 18 critiques

    2,5
    Publiée le 12 avril 2014
    Contente de voir un Batman avec Catwoman, je peux dire que je suis un peu déçue par ce film. L'histoire est longue à commencer, des incohérences aux niveaux des personnages et je ne peux pas dire qu'il y a un super jeu des acteurs mais une fin qui laisse un certain suspense pour la suite !
    Chris46
    Chris46

    Suivre son activité 255 abonnés Lire ses 554 critiques

    4,0
    Publiée le 25 juillet 2016
    " Batman le défi " 2e volet de la saga " batman " . Batman ( mickael keaton ) continue sa lutte contre le crime a gotham city . Il devra faire face cette fois ci à la mystérieuse catwoman ( michelle pfeiffer ) bien décider a se venger de son patron l'infâme homme d'affaire max shreck ( christopher walken ) qui à essayer de la tuer . Il devra également faire face au pingouin ( Danny devito ) un être humain abandonner par ses parents quand il était bébé à cause de sa difformité qui le fait ressembler a un homme pingouin . Il a passer sa vie dans les égouts du zoo de gotham . Le pingouin qui en a marre d'être considérer comme un monstre par les habitants de gotham est determiner a sortir des égouts pour devenir quelqu'un d'important enfin respecter .il va utiliser des méthodes peu orthodoxes pour arriver coûte que coûte a ses fins . Batman tentera de contracarer ses plans ... Ce 2e opus de la saga " Batman " est très réussit . Cette 2ème adaptation sur grand écran de la célèbre b.d est encore plus réussit que le premier volet . Tim Burton c'est vraiment surpasser pour nous offrir un divertissement de grande qualité. Le casting est géniale . Mickael keaton est toujour bon dans son double rôle de Bruce Wayne / Batman . Mais le meilleur reste Danny devito excellent dans le rôle du pingouin qui vole preque la vedette a mickael keaton . Il joue a merveille le rôle de cette homme diforme ressemblant a un pingouin devenu haineux et aigri envers les hommes qui le rejette mais également très malin qui va mettre en œuvre un plan pour devenir quelqu'un d'important . Les maquillages pour lui donner l'aspect du pingouin sont très réussit . michelle pfeiffer est géniale également dans le rôle de la mystérieuse et déjanter catwoman déterminer a se venger de son patron qui a tenter de la tuer . Sans oublier Christopher Walker très bon dans le rôle de l'infâme homme d'affaire max shreck . La réalisation de tim Burton est toujour aussi magistral .Tim Burton met en scène l'univers de Batman de manière magistral en donnant a son film un ton sombre , gothique et fantastique absolument géniale grâce a de splendide décors et des costumes très réussit . L'ambiance sombre , gothique et fantastique du film est géniale . De plus il a eu la bonne idée de filmer gotham enneiger ce qui donne une ambiance encore plus énorme . On s'évade encore une fois avec grand plaisir dans l'univers de Batman superbement mise en scène par Tim Burton . L'humour est très présente . Les scènes d'actions sont très bien mener et divertissante . La musique de Danny elfman est toujour aussi excellente et elle colle toujour a merveille a l'ambiance du film . Un très bon divertissement . Sans hésitation ce second volet est le meilleur film de cette premiére saga " Batman " et l'une des meilleurs adaptation de Batman sur grand écran .
    nathbentura
    nathbentura

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 138 critiques

    4,0
    Publiée le 1 avril 2014
    Batman, le défi relève parfaitement le niveau de son prédécesseur, l'ambiance est à peu près la même, et on ne s'ennuie pas, même si l'inoubliable Joker de Nichoslson n'est plus présent, le Pingouin de l'excellent Danny DeVito et encore un formidable méchant. La présence également de Catwoman est géniale et Michelle Pfeiffer est juste la plus crédible de toutes les Catwomans, elle est bien meilleure qu'Anne Hataway, pour ne citer qu'elle, la bande originale de Danny Elfman est toujours aussi bonne et propre à son univers à lui et à Tim Burton. Le film est aussi bon que le premier même si le thème abordé n'est pas le même.
    Attila de Blois
    Attila de Blois

    Suivre son activité 123 abonnés Lire ses 1 628 critiques

    3,5
    Publiée le 18 mars 2014
    Trois ans après sa première adaptation cinematographique de Batman, Tim Burton récidive. Toujours avec le trés bon Michael Keaton pour incarner le chevalier de la nuit, "Batman, le défi" marque l'apparition du Pingouin et de Catwoman respectivement interprétés par Danny DeVito et Michelle Pfeiffer. Le scénario reste tout ce qu'il y a de plus classique mais le long métrage se différencie toutefois par un humour trés (trop?) prononcé et un style burtonien plus affirmé. Cependant, cette légèreté entache l'univers sombre et violent de Gotham City et "Batman, le défi" parait du coup moins mature que son prédécesseur. Si le film se trouve un bon cran en dessous de celui de 1989, cette suite n'en est pas moins des plus honorable.
    hpjvswzm5
    hpjvswzm5

    Suivre son activité 31 abonnés Lire ses 446 critiques

    4,0
    Publiée le 17 mars 2014
    J’avais vraiment bien aimé le premier Batman à l’époque, je trouvais que c’était assez grandiose, sombre, bien fichu, et cette suite, Burton toujours aux commandes, est dans la même lignée. Si on regarde toutes les adaptations de Batman à l’écran, je peux sans peine dire que ce dyptique est ma préférée. Simplement parce qu’on a eu trois réalisateurs qui s’y sont majoritairement attelés. Le premier est un bon cinéaste à qui il est arrivé de faire de super films, le second n’a pas grand-chose pour lui, et même en dehors de ses deux Batman sa filmographie reste bien triste, et le troisième est plutôt un arnaqueur, dont les tours rapportent beaucoup d’argent venant de pauvres s’étant fait avoir et qui n’a réalisé qu’un seul film à sauver sur trois consacrés au personnage. Comme on (qui est-ce, on ?) dit, il n’y a pas photo(graphie). Bref, cette suite est dans la lignée du précédent, et me rappelle à quel point les génériques introduisant les films de Burton m’ont toujours plu. Je me souviens surtout de ceux de Sleepy Hollow et de Sweeney Todd, qui étaient mystérieux, un peu glauques, donnaient envie de voir la suite. Ici, c’est pareil, si ce n’est que ça raconte très bien l’histoire du pingouin, nouvel ennemi apparaissant dans cet opus (encore qu’ennemi n’est peut-être pas le mot juste). La créature burtonienne c’est lui, il est rejeté et abandonné par cette humanité qui ne veut pas des monstres. C’est vraiment Edward (sauf que lui a des nageoires à la place des mains, et non des ciseaux). Sinon, rien à dire, c’est un diamant noir, sombre, presque désespéré, où pour une fois le méchant n’est pas le salaud de service cliché qui veut dominer le monde (bon il y a Max Shreck). C’est bien connu, plus le méchant est réussi et plus le film l’est. On aura beau reprocher à Burton de plus s’intéresser aux méchants qu’au gentil, il le fait très bien. C’est qu’on le prend en empathie ce pingouin. Encore une fois, la fin ressemble à une explosion symphonique très triste. Comme à la fin d’Edwardscissorhands, il y a une espèce de goût d’inachevé. Je veux dire par là qu’on devrait être « contents » de la mort des méchants, mais cette mort est plutôt amère. Ah et oui Pfeiffer est la meilleure Catwoman. J’aime bien Anne Hattaway mais bon, elle est associée à un film de nolan, alors… Bref, Durendal dira ce qu’il veut (ou plutôt se ridiculisera quand il veut), c’est un beau film. Ce qui par les temps qui courent, dans les blockbusters américains, est bien trop rare.
    Polterbrick
    Polterbrick

    Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 32 critiques

    5,0
    Publiée le 9 mars 2014
    Suite du premier Batman sorti en 1989 et également réalisé par Burton, Batman Returns fait honneur à son aîné tout en le surpassant en tout point. Exit le Joker, c’est désormais le Pingouin, magistralement incarné par Danny DeVito, qui terrorise les rues de Gotham. Comme dans le précédent film c’est ce personnage de méchant qui prend le pas sur les autres, un personnage composé dans la plus pure tradition burtonienne : délaissé par ses parents, rejeté par la société, en résulte un malheur profond le poussant à se réfugier dans la crime. Malgré sa cruauté, Burton à le don de nous attaché au bonhomme au point d’en éprouver de la compassion : spoiler: en témoigne la scène culte et déchirante de sa mort . A celui-ci vient se greffé un autre personnage qui n’est ni bon, ni mauvais : Catwoman, porté par une Michelle Pfeiffer féline et sensuelle à souhait. Batman, toujours interpréter par Michael Keaton, vient complété ce trio déjanté. Il est toutefois regrettable que celui-ci ne soit pas davantage mit en avant, au point qu’il en vient à être complètement effacé face au charisme de ces deux adversaires. L’ambiance propre aux films de Burton y est encore plus morbide que dans le premier opus et on se plait à admirer le formidable travail des décorateurs pour reconstruire un Gotham toujours plus gothique. En bref ce Batman est une excellente suite, un petit bijou plaisant, que l’on soit fan de Batman ou non.
    Benjamin A
    Benjamin A

    Suivre son activité 343 abonnés Lire ses 1 055 critiques

    4,5
    Publiée le 10 novembre 2014
    Trois ans après "Batman", Warner Bros confie le projet d'une suite à Tim Burton, d'abord réticent (surtout que la Warner voulait ajouter le personnage de Robin) mais qui accepta après avoir eu la certitude de bénéficier d'une totale liberté. Il met ici son héros face au Pingouin, monstre génétique abandonné lorsqu'il était bébé et vivant dans les égouts. À nouveau Tim Burton nous emmène dans son univers gothique et sombre et met en place une atmosphère adéquate et envoûtante. Dès le début, son esthétisme si particulier et macabre mais tellement génial prend le dessus et nous transporte dans ce Gotham sombre et expressionniste, sublimé par des décors grandiloquents, des costumes et maquillages adéquate ou quelques effets de style, donnant lieu à quelques magnifiques tableaux comme celui de ce Gotham enneigé. Mais la réussite du film tient tant au personnage toujours torturé de Bruce Wayne s'ennuyant dans son manoir mais prenant une tout autre dimension lorsqu'il devient Batman qu'aux autres personnages. Face à lui se dresse un Pingouin aussi affreux que revanchard et pathétique ainsi qu'un riche industriel manipulateur et véritable salaud. C'est aussi à travers le personnage ambigu de Catwoman que Burton rajoute une touche aussi romantique que sexy et sensuelle avec sa combinaison toute de cuir vêtu. Avec ses personnages, Burton dépasse le simple cadre du bien contre le mal et à travers les relations ambigu qu'ils entretiennent, dresse une guerre d’ego où l'image renvoyée est au centre des intentions (symbolisé par cette scène où Catwoman propose au Pingouin de faire de Batman ce qu'il déteste le plus, c'est-à-dire eux). Mais Burton dresse aussi un constat politique et écologique à travers le personnage de Christopher Walken, déversant ses déchets dans les égouts et dirigeant la ville d'une main de maître, qu'importe le maire. Qualité d'écriture au niveau des personnages mais aussi des relations qu'ils entretiennent ainsi que des dialogues et de l'histoire. Tim Burton nous emmène à travers ce Gotham enneigé que ce soit dans la ville ou sous la ville de manière parfois surprenante mais toujours passionnante et braquant en permanence sa caméra sur les protagonistes. Ils bénéficient tous d'excellentes interprétations, que ce soit Michael Keaton qui campe un justicier mis à mal ou les géniaux Danny DeVito et Michelle Pfeiffer qui, quitte à en faire trop, sont excellents et jouissifs. Christopher Walken est aussi génial dans la peau du salopard industriel. A noter l'excellente bande-originale de Danny Elfman qui vient magnifier l'ensemble. À mes yeux une suite qui dépasse le premier opus. Burton nous transporte à nouveau dans son Gotham si particulier en mettant en scène un quatuor de personnages qui reste aussi fascinant qu'inoubliable.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top