Mon Allociné
Batman, le défi
Séances Bandes-annonces Casting Critiques spectateurs Critiques Presse Photos VOD
Blu-Ray, DVD Musique Secrets de tournage Box Office Récompenses Films similaires News
note moyenne
3,8 19275 notes dont 781 critiques
46% 356 critiques 30% 233 critiques 12% 95 critiques 8% 59 critiques 4% 31 critiques 1% 7 critiques

781 critiques spectateurs

Trier par
Critiques les plus récentes
  • Critiques les plus utiles
  • Par les membres ayant fait le plus de critiques
  • Par les membres ayant le plus d'abonnés
Attigus R. Rosh

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 78 critiques

4,0Très bien • Publiée le 10/04/2016

Batman le défi, tout comme son prédécesseur, est très réussi et transforme l'essai. L'univers gothique de Burton marche toujours aussi bien, les effets spéciaux et les scènes d'action sont au rendez-vous. Le scénario est plutôt intéressant même s'il est assez prédictible. Les plans du Pingouin sont moins maléfiques ou imprévisibles que ceux du Joker, mais reste efficace. Les touches d'humour sont bien amenés, notamment par le personnage du Pingouin (se distançant ainsi un peu de sa version dans les comics) afin de compenser l'absence du Joker. Le casting est excellent. Michael Keaton est toujours crédible en Batman / Bruce Wayne, Danny DeVito est à la fois drôle et effrayant en Pingouin Spoiler: (sa fin n'en est que plus décevante, il meurt un peu comme un merde). Michelle Pfeiffer est absolument sexy en femme fatale. Christopher Walken et Michael Gough sont également très bons. La musique de Danny Elfman est toujours aussi percutante, diffère suffisamment de celle du précédent volet pour être originale sans pour autant oublier le thème mythique de Batman. Un Batman réussi, dommage que la collaboration entre Warner Bros et Tim Burton s'arrête là pour laisser place aux deux navets qui suivront.

BD N.

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 37 critiques

5,0Chef-d'oeuvre • Publiée le 31/03/2016

Le meilleur de tous les films de Batman à mon goût. Un déluge de punch-lines, d'humour, de chorégraphies, de clins d'oeil cinématographiques, avec une esthétique impeccable.

Ricco93

Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 569 critiques

5,0Chef-d'oeuvre • Publiée le 29/03/2016

Le succès de Batman en 1989 (plus de 400 millions de dollars) permit à Tim Burton d’avoir les mains libres pour la suite, Batman : Le Défi. Ce dernier devient donc plus un film de Tim Burton qu’un film sur Batman. En effet, Burton laisse la part belle aux méchants en les modifiant profondément pour en faire des exclus. Cela se ressent surtout dans le personnage du Pingouin. Le personnage n’est plus un aristocrate surprotégé par sa mère mais un enfant difforme abandonné par ses parents et élevé dans les égouts. Il n’est plus juste méchant mais un être poussé vers le mal à cause de son exclusion, ce qui peut nous amener à avoir de la compréhension envers lui (d'autant plus que le fait qu'il ait 33 ans est sûrement une référence christique volontaire). L’émotion et l’aspect animal du personnage est parfaitement véhiculé par un Danny DeVito extraordinaire et par des maquillages extrêmement réussis. Catwoman, quant à elle, n’est plus une voleuse mais une secrétaire un peu gourde qui devient un être un peu surnaturel (elle possède neuf vies comme un chat) cherchant à se venger après que son patron ait tenté de la tuer. Elle revêt désormais un look SM qui transforme Michelle Pfeiffer (une belle actrice qui ne porte pas le sexe sur le visage comme le disait Alfred Hitchcock) en symbole sexuel hallucinant. Ce personnage ambigu (comme dans la BD, Bruce Wayne et elle sont attirés l’un vers l’autre malgré qu’elle puisse être classée chez les méchants) devient comme le Pingouin un être humain victime de rejet (elle est prise pour une idiote par tout le monde), ce qui la pousse à agir en dehors de la loi. La fracture entre le bien et le mal et entre l’homme et l’animal reste donc particulièrement ambigüe (surtout que Batman continue à ne pas hésiter à tuer ses adversaires) et c’est cette zone grise qui intéresse particulièrement Burton. Cela fait que Batman : Le Défi malgré ses nombreuses séquences d’action et ses cascades possède un aspect moins blockbuster que le précédent (ce qui poussera le studio à choisir Joel Schumacher et non plus Tim Burton pour les films suivants, beaucoup plus grand public mais nettement moins réussis). Burton apporte au film un look encore plus gothique (dus entre autres aux décors de Bo Welch et à la photographie teintée d’expressionnisme de Stefan Czapsky) totalement en adéquation avec son univers (le fait qu’un des méchants se nomme Max Shreck fait référence à l’acteur de Nosferatu le vampire de Friedrich Wilhelm Murnau, classique du cinéma expressionniste, genre parfaitement adapté à Burton), qui se moque du réalisme au profit de l’onirisme (les critiques envers certains aspects peu crédibles sont donc totalement hors sujet). La beauté de l’ensemble est renforcée par la splendide musique de Danny Elfman qui compose des morceaux pleins d’émotions (les thèmes de Catwoman et du Pingouin sont justes extraordinaires) : le compositeur signe là une de ses plus belles bandes originales. Après avoir signé Edward aux mains d’argent, Tim Burton, qui était alors dans sa période la plus intéressante et la plus personnelle, offre à nouveau un véritable chef-d’œuvre émouvant (notamment grâce à sa musique) et d’une grande beauté plastique qui est plus un film sur l’univers de Batman que réellement un film sur Batman. Cet acte d’auteur s’éloignant du film grand public provoqua hélas le choix du studio d’aller vers un univers plus familial avec Batman forever et Batman et Robin de Joel Schumacher.

alouet29

Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 672 critiques

4,0Très bien • Publiée le 26/03/2016

La patte de Tim Burton est vraiment génial, ùais ce qui fait le plus de ce film c'est clairement le trio formé du charismatique Michael Keaton (Batman / Bruce Wayne), de la superbe Michelle Pfeiffer (Catwoman) et de l'inégalable Danny DeVito (le pingouin). Le film est noir, profond, mouvementé avec quelques doses d'amour et d'humour. Cette alchimie marche bien.

ManoCornuta

Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 833 critiques

4,5Excellent • Publiée le 25/03/2016

On aurait pu craindre de voir Tim Burton se perdre en route, après un premier Batman très réussi. Et pourtant... ici, avec deux méchants pour le prix d'un et un scénario parfaitement ajusté, Burton nous offre un nouveau grand spectacle tout en noir et blanc et atmosphère glaciale. Michael Keaton est décidément impeccable sous la cape de l'homme chauve-souris, Michelle Pfeiffer est une Catwoman inoubliable et Danny De Vito totalement bluffant. Le spectacle est au rendez-vous et la mise en scène de Burton parfaitement adaptée à l'ambiance crépusculaire de l'histoire. Du grand art, peut-être un cran au-dessus de son aîné.

Geodaney

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 115 critiques

5,0Chef-d'oeuvre • Publiée le 24/03/2016

Fort du succès du premier épisode, Tim Burton accepte trois ans plus tard de réaliser Batman, le défi. Pour sa dernière contribution en tant que réalisateur pour la franchise, le cinéaste américain va monter d'un cran dans la qualité. Fort d'un univers sombre et gothique qu'il a installé dans le premier long-métrage, Tim Burton exacerbe encore l'esthétique froide de Gotham City et habille avec minutie chaque détail de son film. Alors que la prestation de Jack Nicholson en Joker tenait déjà de la performance, le réalisateur va frapper encore plus fort. Ce n'est plus un mais trois ennemis que la chauve-souris va devoir affronter. Lié pour d'obscures raisons, ce trio infernal va mener la vie dure à Batman en l'attaquant sur tous les fronts. Tandis que le milliardaire Max Schreck tente de s'approprier l'énergie que produit Gotham City, Catwoman et Le Pingouin poursuivent tous deux des objectifs bien distincts. Obsédée par la vengeance, Catwoman va tomber sous le charme de l'homme chauve-souris et entamer avec lui un dangereux jeu de séduction qui ne sera pas sans conséquences. Le Pingouin, abandonné par ses parents à cause de ses difformités, va tenter de s'élever dans la société et quitter les égouts dans lesquels il vit depuis plus de trente ans. Si Jack Nicholson avait quelque peu tendance à faire de l'ombre à Michael Keaton dans le premier volet, Michelle Pfeiffer et Danny DeVito éclipsent totalement celui qui devrait être le principal attrait du film. L'une des raisons de cette main-mise des "supervillains" réside dans le fait qu'ils ne sont pas maléfiques naturellement mais que leur choix de vie émane d'une conjoncture d’événements, une manne scénaristique qui permet à Tim Burton de dévoiler le passé obscur de ces deux ennemis redoutables. Si l'on retrouve quelques ressemblances entres les hommes de main du joker et ceux du Pingouin, on sent que le réalisateur d'Edward aux mains d'argent maîtrise parfaitement son univers singulier et apporte sa touche personnelle à celui imaginé par Bob Kane, s'autorisant des libertés que les lecteurs fidèles du comics n'apprécieront peut-être pas. Mais qu'importe puisque le déferlement visuel auquel nous sommes conviés nous en met plein la vue et multiplie les trouvailles visuelles et scénaristiques. Dans cet ordre d'idées, l'utilisation des pingouins pour prendre l'assaut de Gotham City ou pour emporter le corps sans vie d'Oswald Cobblepot donnent lieu à une très belle mise en scène qui démontrent tout le savoir-faire de Tim Burton. On peut également mentionner les différentes confrontations entre Catwoman et Batman où la sensualité de Michelle Pfeiffer contribue à susciter le désir entre les deux créatures de la nuit et fait rapidement oublier la superficialité de Kim Basinger. Il ne faut pas non plus oublier Christopher Walken dont la coupe de cheveux surréaliste contribue à semer le doute autour de son personnage aussi ambitieux que machiavélique. Du point de vue de l'ambiance, de la personnalisation de l'histoire, Batman, le défi est assurément le meilleur film à ce jour sur l'homme chauve-souris même si la vision de Christopher Nolan, moins illuminé mais tout aussi pertinente, fait honneur au personnage créé par Bob Kane.

Antony.M

Suivre son activité 79 abonnés Lire ses 504 critiques

5,0Chef-d'oeuvre • Publiée le 06/03/2016

Une Pure Merveille. Aprés un Premier Episode Mythique au succès colossal, le cinéaste Tim Burton met la barre encore plus haut avec ce Second Volet Plus Noir et Plus Mouvementer que le précédant. Grace a une Mise en Scène virtuose qui dispose d'une remarquable reconstitution de Gotham City en période hivernale dont l'ambiance Gothique et la Noirceur qui guettent sur la ville sont plus présent que jamais et qui est accompagnée d'une BO magistral de Danny Elfman qui fournit un travail de qualité en correspondant parfaitement au long métrage. Ensuite le Scénario est plus Audacieux et Captivant en parvenant a monter d'un cran les enjeux a travers un rythme parfaitement soutenue au cours duquel on ne s'ennuie jamais au cours des 2h00, ajouter a cela des Effets Spéciaux révolutionnaire ainsi que des Séquences D'Actions plus nombreuses qui se révèlent au passage plus Epique avec une note d'Humour Noire parsemé de Répliques Cultissimes ainsi qu'une note de Romance et de Poésie intelligemment intégré au film. Enfin le Casting est quand a lui Majestueux dont on retrouve avec joie l'excellent Michael Keaton qui endosse a nouveau le costume de Batman qui reste toujours Charismatique et Ténébreux tout en assurant avec nuance dans la peau de son alter égo le milliardaire Bruce Wayne qui voit la ville de Gotham City plus menacé que jamais qui cette fois de multiples Antagonistes plus menaçants et machiavélique qui possedent une psychologie trés appronfodies et fascinant qui donnent énormément du fil a retordre a notre homme chauve souris a commencer par le répugnant et intriguant Pingouin alias Oswald Cobblepot qui est merveilleusement interpréter par Danny De Vito dont on parvient malgré a éprouver un peu de pitié a ce Criminel Difforme qui possède un passé tragique, a ses cotés la séduisante et énigmatique Catwoman alias Selina Kyle qui fait une entrée fracassante en y apportant une relation pimenter et complexe dans la vie de notre justicier milliardaire sous les traits de la ravissante Michelle Pfeiffer qui excelle avec panache dans la peau cette Femme Chat dangereuse et imprévisible et pour combler le tout le troisième antagoniste est une belle ordure sous les traits du Businessman Max Shreck dont le comédien Christopher Walken y est excellent dans la peau de cet industriel lâche et sournois sans oublier les dévoues majordome Alfred et le Commissaire Gordon qui viennent prêter main forte a notre Justicier Masqué avec les performances sans fausse note et respectives de Michael Gough et Pat Hingle qui viennent enrichir cette belle distribution. En Conclusion, Batman Le Défi est une remarquable suite qui surpasse a tous les niveaux son prédécesseur en entrant au panthéon des meilleurs films de Super Héros dans l'histoire du Cinéma ainsi qu'aux rangs des Chefs D'Oeuvres les plus marquantes des années 90 et qui s'avére a la fois plus Sombre,Poétique,Spectaculaire et Intimiste qui rivalisent tout se complétant brillamment avec la mythique trilogie de Christopher Nolan qui est également a la hauteur de la mythologie Batman dont les amateurs du genre tout comme les réfractaires seront littéralement aux anges par ce énorme bijou cinématographique a redécouvrir d'urgence.

Kikito A.

Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 9 critiques

3,5Bien • Publiée le 13/02/2016

Bien que Burton ait retranscrit son univers comme il sait le faire, ce batman le défi est légèrement en deçà par rapport au film précédent. La faute à des mises en scène qui font pâle figure, toutes ou presque centrées sur Batman. Celui-ci est beaucoup naïf et tombe trop facilement dans les pièges du pingouin, qui est pour ma part un des vilains les plus profonds, chose qu'on ne sentira pas avec les prochains ( double face et l'homme mystère). Celui forme un beau duo avec Catwoman, qui aurait mérité d'être plus exploité. Dans l'ensemble, Burton réussit le défi de réaliser une suite digne de son premier film, sans tomber dans le piège de faire un film centré uniquement sur Batman, mais au contraire, en réalisant un film avec des personnages secondaires convainquants et indispensables

thxoptimizer

Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 1 009 critiques

3,5Bien • Publiée le 21/01/2016

Tout commence par un pur film de Tim Burton : tout est un peu meilleur que dans le premier opus et on sent qu'il a obtenu une bien plus grande liberté (artistique et budgétaire). Mais autant le personnage du Pingouin est bien amené, autant la -pourtant magnifique- Catwoman peine à prendre ses marques avec une psychologie de caractère dur à suivre dès le départ : la question non posée en pleine réunion, la phrase "Chéri je suis rentré! Ah j'oubliais je ne suis pas mariée!" et je ne parle pas de la suite. Ca ralentit en plus le film qui possède de nombreux temps morts et de très prometteur au début on devient un peu déçu par la suite...

Venavem

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 25 critiques

3,5Bien • Publiée le 14/01/2016

Pour le second Batman de Tim Burton on retrouve le même univers que le premier entre le réel et un monde presque de dessin-animé. La question que l'on peut se poser si on est pas familier avec l'univers de Batman est comment on peut faire d'un pingouin un méchant? Ici on peut dire merci à Danny DeVito qui rend ce Vilain abominablement pervers et difficile à regarder, en d'autres mots on regarde les pingouins d'un autre œil après ce film. L'histoire n'est guère différente des autres, on retrouve les mêmes règles avec un conflit entre un méchant tendant des pièges au héros. On en oubli l'apparition de Catwoman qui est bien une voleuse maligne et fine au contraire de celle des années 2000 jouée par Halie Berry. Voilà maintenant si vous aviez l'intention de vous faire toute la saga Batman des années 90 je vous conseil de vous arrêter à ce film auquel cas vous oublierez le goût des bons films!!!

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse