Batman, le défi
  • Séances
  • Bandes-annonces
  • Casting
  • Critiques
    • Critiques Presse
    • Critiques Spectateurs
  • Photos
  • DVD, VOD
  • Musique
  • Le saviez-vous ?
Note moyenne :   3,8 pour 17 329 notes dont 749 critiques  | 
  • 339 critiques     45%
  • 225 critiques     30%
  • 89 critiques     12%
  • 56 critiques     7%
  • 30 critiques     4%
  • 8 critiques     1%

749 critiques spectateurs

Trier par 
Les plus récentes
  • Critiques les plus utiles
  • Les membres ayant fait le plus de critiques
  • Membres ayant le plus d'abonnés
Anthony.L

2 abonnés | Lire ses 69 critiques |

   5 - Chef d'oeuvre

Après le succès du premier épisode Batman, Tim Burton remet le couvert avec le deuxième épisode Batman le Défi. Batman, après avoir vaincu le Joker, le super héros va devoir faire face au Pingouin voulant devenir maire de la ville de Gotham et affronter également Catwoman. Tout comme le premier volet, l’atmosphère du film ainsi que les décors sont tout aussi magnifiques, on retrouve un Gotham très sombre. Le long métrage se passe durant la période de Noel ce qui sublime encore plus le film et lui donne vraiment un cachet gothique. Michael Keaton est toujours aussi bon dans le rôle de Batman, Danny De Vito est très convaincant dans le rôle du Pingouin et Michelle Pfeiffer est toute aussi bonne dans le costume de Catwoman. Le scénario est correct, Batman est confronté à deux de ces ennemis les plus dangereux, les scènes d’action sont efficaces. Batman le Défi est tout aussi bon que le premier volet avec une ambiance exceptionnelle, les deux méchants sont charismatiques et la performance de Michael Keaton est toujours aussi bonne dans le rôle du super héros. Un très grand film.

remy d.

5 abonnés | Lire ses 376 critiques |

   4 - Très bien

Le deuxième volet de Batman par Tim Burton est une magnifique adaptation. Le chevalier noir est toujours coincé entre sa vie en tant que Bruce Wayne et son côté sombre de justicier. Danny De Vitto est sublimement génial dans le rôle du pingouin et Michelle Pfeiffer plus que miaou. si vous ne l'avez jamais vu faite le. Ce film reste incontournable dans le genre.


StarLord528

8 abonnés | Lire ses 106 critiques |

   4 - Très bien

Une très bonne suite de Batman, certes moins bon que le précédent, mais une réalisation impeccable et un Michael Keaton toujours aussi parfait en Batman. Michelle Pfeiffer est vraiment excellente en Catwoman et Danny deVito est impressionnant en Pingouin.

-BartMan-

10 abonnés | Lire ses 158 critiques |

   4.5 - Excellent

Batman Returns, je dis ça car je préfère de très loin l’appellation originale du film, est sur certains points supérieur au classique qui le précède. L'ambiance est à son apogée, le style graphique est une œuvre d'art des films de super-héros, la musique est plus magique et magnifique que le premier film, sans parler de la performance des acteurs. Michael Keaton livre un Bruce Wayne plus sérieux et déterminé que le précédent, Michelle Pfeiffer est l'une des actrice des plus mémorables en super-héroïne féline (malgré le costume qui a assez vieillit, elle met encore un pied de nez à Anne Hathaway dans TDKR..). Bref, ce film c'est Batman, ce film à une présence folle, une âme indescriptible qui ressort de la poésie et de la passion. Seul bémol, le choix du Pingouin, un excellent Danny DeVito mais un personnage pas vraiment mémorable et indispensable, le Joker par Nicholson était dix fois plus transcendant. Enfin bon, d'autres détails kitchs tout de même: l'armée de Pingouin explosive par exemple, j'ai trouvé sa drôle mais déplacé quand même, ça aurait du être intégré chez Schumacher... Très bon film, un poil supérieur au premier lui même réalisé par Burton, il va plus loin et livre un film sombre et glacial, une ambiance tellement excellente que les deux heures du film passe comme un éclair. Sans contexte, un des meilleurs films de Tim Burton que je ne me lasse pas de revoir à chaque fois, lui au moins à une ''âme profonde''.

The Jurassic Critic

68 abonnés | Lire ses 19 critiques |

   5 - Chef d'oeuvre

Bon ben chef d’œuvre… La vache, je m’y attendais pas. Surtout venant de Tim Burton, un réalisateur que je trouve très inégal et qui n’a cessé de me décevoir ces dernières années. J’ai honte. C’est la deuxième fois que je vois ce film. La première, c’était quand j’étais gosse, à 8 ans. Je l’avais profondément détesté et j’ai alors jeté mon dévolu sur les deux chef d’œuvres de Joel Schumacher, dont « Batman & Robin » en particulier que je matais en boucle (non, vraiment). Puis, il y a peu, j’ai eu envie de visionner le premier grand film de l’homme chauve-souris « Batman ». J’en avais également des souvenirs assez moyens bien que vagues, et ce second visionnage m’a permis de découvrir que Tim Burton était un bonhomme sacrément couillu pour réussir à imposer une vision aussi loufoque et sombre du chevalier noir à un film destiné principalement aux enfants, ce qui m’a donc poussé à visionner le deuxième opus de la franchise, « Batman : Le Défi », que certains dressent comme étant le plus grand film de superhéros de l’histoire du cinéma. « HA ! HA ! HA ! » m’esclaffais-je, jamais Tim Burton ne pourrait surpasser la maîtrise du « Dark Knight » de Nolan ! Ben, ta gueule, prends-toi la quintessence du style burtonien dans les dents en ouverture. Une Gotham enneigée, sombre à l’esthétique magnifiquement gothique, dans la droite lignée de l’expressionnisme allemand des années 20, un bébé, dont on ne verra jamais le corps, enfermé dans une cage dévore un chat, dans une chambre d’hôtel à l’architecture étrange, ce qui pousse les parents du nouveau-né à le jeter dans les égouts. S’en suit un plan absolument dantesque où l’on voit le panier flotter jusqu’au bout d’un tunnel mystérieux, froid, porté par la musique exceptionnelle de Danny Elfman, aux mélodies surprenantes, mêlant plusieurs nouveaux thèmes aux allures de berceuses, mais marquées par ces chœurs étranges, presque effrayants. Une atmosphère malsaine, dérangeante, glaçante, envoûtante se dégageait de cette séquence. Bigre ! Dès lors, j’ai compris que je m’attaquais à du lourd. Et j’avais raison ! Le film ne s’essoufflera plus, enchaînera les scènes d’anthologie avec une virtuosité rare à en faire pâlir les réalisateurs de blockbusters actuels, Burton allant jusqu’au bout de sa démarche sans faire un faux pas. Que ce soit la naissance de Catwoman, la première rencontre entre les deux antagonistes, la scène du bal, la séquence finale… Chaque scène est mémorable et multiplie les trouvailles de mise en scène de génie. Je pense que ce qui m’a définitivement convaincu du génie de ce film, c’est la facilité avec laquelle Burton opère à une déconstruction du conte de fées. Tout au long du film, chaque personnage exprimera ses désirs, ses rêves, et tous ces rêves seront finalement déçus. La naïveté n’a pas sa place à Gotham, si l’on veut réussir, il faut agir durement. La première à en subir les conséquences, c’est la timide et maladroite Selina Kyle, se lamentant sur ses mésaventures amoureuses, espérant un brin de reconnaissance de la part de son employeur et habitant dans un appartement extravagant à la décoration enfantine. Ce qui la conduira inexorablement à la mort, puis à la résurrection, la transformant en femme sensuelle, objet de tous les vices, qui va alors détruire sa vie passée, en saccageant son appartement, déchirant ses peluches, repeignant de noir la peinture rose bonbon de son salon. Le puéril « Hello There » affiché dans sa chambre est désormais « Hell There ». Mais la métaphore ne s’arrête pas là. L’intelligence du film est aussi d’avoir intégré une intrigue politique à l’histoire. Le diabolique Max Shreck va s’allier Oswald Cobblepot, alias le Pingouin, désireux de vengeance sur la société qui l’a répudié. Ils vont alors mettre en scène une fable moderne du vilain petit canard (véhicule du Pingouin d’ailleurs) afin de jouer avec les sentiments des citoyens de Gotham dans l’optique que le Pingouin devienne maire de la ville. Mais l’issue sera malheureuse. Les desseins machiavéliques du Pingouin seront découverts, et il sera à nouveau exclu et contraint à se cacher dans les égouts de Gotham. On peut également citer la manière dont Bruce Wayne/Batman, idéaliste et naïf, se fera manipuler tour à tour par ses deux ennemis, ne pouvant les vaincre qu’en leur infligeant des coups de poignard dans le dos, le baiser mortel final (scène absolument magnifique), le destin tragique de chaque personnage, les deux méchants du film dont les surnoms de pingouin et de chatte sont assez naïfs… Ce qui ressort de cette idée finalement, c’est qu’à l’inverse du premier film, « Batman : Le Défi » n’est en rien un film pour enfants. Bien que gothique et sombre, « Batman » comportait un bon lot d’éléments insérés pour les enfants. Les gadgets fous de Batman, les blagues du Joker, ne le rendant pas « trop » antipathique, la romance entre Vicky Vale et Bruce Wayne, le journaliste rigolo Knox… Le film a une identité burtonnienne, mais l’on voit clairement que ses producteurs lui ont donné de nombreuses contraintes. Le succès de ce film a donc encouragé les patrons de la Warner à donner carte blanche à Tim Burton pour la réalisation du deuxième Batman. Je surinterprète peut-être mais j’ai vu ce film comme une mise en abîme de ce contexte de production. Alfred amenant Vicky Vale dans la Batcave sans l’autorisation de son maître ? Personnellement, j’avais trouvé ça bête. Bruce Wayne aussi, il le reproche à son majordome au milieu du film. Le fait que seuls les méchants mouraient dans le premier film (à l’exception d’une présentatrice télé mais dont le sourire cadavérique pourrait prêter à faire sourire les enfants) ? Ici, on veut tuer des enfants et quand quelqu’un exprime son désaccord, une belle abeille de métal dans le bide ! Ça c’est fait ! C’est fou de voir à quel point Burton est décomplexé dans ce film. Les sous-entendus sexuels, mêlés à des blagues de mauvais goût explicites parcourent le film du début à la fin, les personnages sont moralement douteux, Batman tue sans aucun complexe ses ennemis, il les brûle, les jette dans le vide, les explose, les écrase en Batmobile, les morts sont on ne peut plus malsaines… C’est un pur film d’auteur que nous livre Tim Burton, sa mise en scène est exceptionnelle et les symbolismes sur l’identité cachée prenant le dessus sur l’identité officielle sont ici beaucoup plus développés sans la lourdeur passagère du premier volet (Bruce qui dort la tête en bas tel une chauve-souris). On retiendra surtout cette scène du bal costumé où Bruce et Selina se vêtissent de leurs costumes de ville (je ne sais pas quoi dire, magnifique !). Le scénario du film est exceptionnellement écrit, parfaitement structuré, aux enjeux clairs, allant jusqu’au bout de chacune de ses idées, doté de personnages saisissants, mémorables, superbement interprétés. Je pense avoir rarement vu une équipe d’acteurs jouant de manière aussi cohérente avec le ton du film. Michael Keaton, Danny DeVito, Michelle Pfeiffer, Christopher Walken… Ils sont tous éblouissants. L’esthétique du film est bluffante, surpasse en tout point la pourtant très bonne direction artistique du premier volet, les décors enneigés apportant un supplément d’ « âme » à Gotham City. La bande originale est parfaite, accompagnant parfaitement chaque séquence et chaque scène du film avec la grande virtuosité qu’on connaît chez Danny Elfman. Il reprend et réadapte ses travaux sur le premier film pour rendre la musique encore plus saisissante de mystère et de souffle, notamment dans le climax final. Ce film est riche, de loin le meilleur film de son auteur à mon sens, et c’est sans frémir que j’accorde à « Batman : Le Défi » le statut de chef d’œuvre absolu du film de superhéros.

MemoryCard64

1 abonné | Lire ses 28 critiques |

   2.5 - Moyen

Après le succès du premier Batman, Tim Burton est rappelé pour tourner une suite (la seule de sa carrière à ce jour) qui n'arrivera pas à la hauteur du premier. Outre l'univers du réalisateur qui pourra déranger les fans de Batman, le film souffre principalement d'un gros problème de construction. Déjà c'est long, il aurait fallu couper quelques scènes pour alléger ensemble. Le début est laborieux, on alterne entre le Pingouin et Selina Kyle pendant assez longtemps, Batman servant uniquement à faire la transition entre les deux. Ce dernier ne fera que de la figuration, servant uniquement à développer Catwoman et à contrecarrer les plans du Pingouin. Le film souffre d'un manque de héros puisqu'il est difficile de s'identifier à une plante verte, une cinglée et un homme foncièrement méchant. On sent l'absence de Vicky Vale. Il faut aussi revenir sur Catwoman qui accumule deux petits défauts. Le film la laisse osciller entre le réalisme et le fantastique, ce qui ne colle pas avec l'univers développé. Spoiler : Si la scène où elle est réveillée par les chats passe car elle est intime et symbolique, le cri qui fait exploser la serre et l'histoire des 9 vies sont beaucoup moins convaincants. Deuxièmement, elle ne se confronte pas assez à son patron Spoiler : qui est quand même son opposant principal et son "meurtrier". C'est bien dommage. Malgré tout, le thème de l'animalité enfouie en chacun de nous marche, tout comme la critique concernant les gens embobinés par le baratin des politicards. Niveau de la réalisation, rien à redire, c'était la bonne époque de Burton. La musique est fantastique, mais c'est normal vu que c'est Danny Elfman aux commandes (la scène d'intro !). Je vous recommande le film si vous êtes ultra-fan du réal et/ou de Batman, sinon passez votre chemin.

videoman29

6 abonnés | Lire ses 470 critiques |

   4.5 - Excellent

L'univers gothique qui caractérise l'ensemble de l’œuvre de Tim Burton va comme un gant à Gotham City et à son « Batman », le constat est évident. Après un premier épisode très réussi en 1989, le réalisateur récidive trois ans plus tard avec « Batman le défi ». Michael Keaton se glisse une nouvelle fois dans l'armure noire et offre une superbe prestation, tout comme Michelle Pfeiffer, convaincante et sexy en « Catwoman ». Mais la palme revient incontestablement à Danny De Vito qui campe un super vilain absolument hallucinant. « Pingouin » est un des méchant les plus réussi de tous les temps, tant on prend plaisir à le détester. La réalisation de Tim Burton est à la hauteur de sa réputation, la qualité des décors et des effets spéciaux est surprenante même 20 ans après. Le scénario est quasiment parfait, bien plus profond et intelligent que les habituels films de super héros. Il faut absolument (re) découvrir ces deux adaptations qui n'ont vraiment rien à envier au « Dark knight » de Christopher Nolan.

http://videomanfaitsoncinema.blogspot.fr

MartinDupont

6 abonnés | Lire ses 10 critiques |

   5 - Chef d'oeuvre

Les Films des Super-Héros Après Athènes, Constantinople, Le Caire, Rome, Venise ,Amsterdam, Londres, Calcutta et Venise, New York s'impose d'être, la ville mondiale et mythique des grandeurs, ou flottent les gratte-ciels divins, le progrès, l'argent et la comédie humaine d'un certain regard fantasmagorique du 20-21ème siècle. L’indissociable scénario manichéen de l'archétype traumatisé égocentrique face aux miraculeux pouvoirs étranges ou géniaux, d'une lourde responsabilité à son destin, aux prises grandissant d'un mal à trait, à une peinture de tous les critiques de l'humanité de notre époque : psychiatrie, pour clown psychotique fou furieux, Médecine, technologie et droit pour scientifique et avocats schizophrènes déchus, ou encore bien d'autres individus volubiles dans le musée des horreurs comme par exemple, l'anthropomorphisme ou les menaces surnaturelles de/des galaxie(s). Récits psychologiques de fantaisies poétiques superbes et terribles, profondément modernes dans la tradition des grecs, s’inscrivent dans les sondes de l'esprit humain, à imaginer les limites de notre existence.

Raphaël B.

0 abonné | Lire ses 7 critiques |

   4 - Très bien

bon film mais surtout très belle musique beaucoup d'émotion meilleur film de la saga

Skipper Mike

22 abonnés | Lire ses 643 critiques |

   4 - Très bien

"Batman – Le Défi" s’inscrit dans la veine du premier volet, avec une approche très second degré du super-héros. Tim Burton creuse encore l’esthétique de Gotham pour atteindre une sorte de perfection dans les décors et les costumes. Le film est ainsi très beau à regarder et finalement assez drôle, puisqu’il ne se prend clairement pas au sérieux et émet beaucoup d’autodérision. Bien entendu, les personnages pâtissent de ce choix, les acteurs étant constamment dans l’excès et leurs répliques souvent à la frontière du ridicule (cf. les miaulements de Catwoman), mais cela participe aussi au charme du film et est cohérent avec son ambiance baroque. En définitive, "Batman – Le Défi" est une œuvre généreuse et réussie malgré quelques problèmes de rythme, et vaut le coup d’œil ne serait-ce que pour les performances de Christopher Walken et Danny DeVito. La façon dont ils sont représentés, c’est-à-dire comme des bêtes de foire imbues d‘elles-mêmes à la tête d’une ville monstrueuse, est parfaitement réjouissante.

Précédente Suivante

Donnez votre avis sur ce film

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Vidéos liées à ce film
Batman, le défi Bande-annonce VO
3 174 vues
Batman, le défi Bande-annonce VF
13 073 vues
Un court métrage d'animation pour les 75 ans de Batman
118 957 vues
Playlists
5 vidéos
LA SHORT PAUSE #15 - 5 courts métrages à déguster
5 vidéos
LA SHORT PAUSE #14 - 5 courts métrages à déguster
5 vidéos
LA SHORT PAUSE spéciale Batman - 5 courts métrages à déguster
Toutes les playlists
Tous les meilleurs films au ciné