Notez des films
Mon AlloCiné
    Jurassic Park
    note moyenne
    4,2
    55471 notes dont 1782 critiques
    répartition des 1782 critiques par note
    869 critiques
    599 critiques
    192 critiques
    88 critiques
    21 critiques
    13 critiques
    Votre avis sur Jurassic Park ?

    1782 critiques spectateurs

    L'Otaku Sensei
    L'Otaku Sensei

    Suivre son activité 211 abonnés Lire ses 226 critiques

    4,5
    Publiée le 22 août 2016
    Spielberg m'ayant offert un savoureux et féerique retour en enfance avec son dernier film en date, le BGG, ça m'a donné envie de me replonger dans sa filmographie. Pour ne rien cacher, je ne suis pas je l'avoue un grand connaisseur de sa filmographie. De lui je n'ai vu jusqu'à présent qu'E.T, les Gremlins, la saga Indiana Jones et Hook: la revanche du capitaine crochet. C'est donc très tardivement, avec 23 ans de retard que je me décide enfin à tester cette légende vivante du 7ème art qu'est l'incontournable Jurassic Park, ce film dont on m'a si longuement parlé depuis des années...et je ne fus pas déçu le moins de monde de la visite, ça vaut 1000 fois le détour !! Les critiques ne mentent pas, ce film mérite largement sa réputation de film culte ! Jurassic Park, film culte des années 1990 et véritable chef d'oeuvre de l'ère "Spielbergienne" nous propose une histoire incroyable, celle d'un homme du nom de John Hammond, qui, suite à la découverte d'un moustique prisonnier dans la roche, parvient à utiliser le sang de l'insecte pour créer des clones de...dinosaures de toutes espèces. A la tête de sa compagnie, le milliardaire décide d'utiliser ses clones en temps qu'attraction touristique en créant un parc sur une île voisine du Costa Rica. Afin de finaliser les détails avant l'ouverture du parc, Hammond demande alors l'aide d'un archéologue et d'une paléontologue-biologiste. Mais la visite touristique va rapidement tourner au cauchemars lorsq'une violente tempête tropicale s'abat sur l'île...au même moment ou l'un des informaticien pirate le système et vole les oeufs du laboratoire, laissant l'équipe au beau milieu du parc ou les dinos font la loi. Voilà pour le pitch global dans les détails. Quelle idée de génie mais quelle idée !^^ ressuciter les dinosaures, ces créatures disparues il y a des dizaines de millions d'années et qui nourrissent l'imaginaire des hommes. Réussir à imaginer ce que ça donnerais les hommes vivaient à la même époque qu'eux ...^^ L'histoire est super bien pensée, les thématiques qui y sont véhiculées défient les l'impossible et les lois de la science, on a droit à un blockbuster qui ne se contente pas de nous balancer non seulement des scènes d'un spectaculaire inouïe (pour l'époque) mais qui en plus se montre très intelligent. Personnellement, bien que je connaissais la nature du film depuis longtemps, je ne m'étais jamais posé la question à savoir quel tour de passe passe ils allaient nous sortir pour expliquer la résurrection des dinosaures mais en fin de compte la réponse est très pertinente; tout est une question d'adn. Avant même que le film commence on sait déjà que ça va être du lourd et le visionnage ne fera que le confirmer. Même si à mon goût les 40 premières minutes du film sont un peu trop longues et quelques peu ennuyeuses en explications et cours de science (qui se révéleront quand même utiles pour notre compréhension du fonctionnement du parc), une fois que la visite touristique se transforme en véritable mission de survie, le rythme et la tension s'accélère et on enchaîne les scènes d'action, de courses poursuite, de fuites toutes plus spectaculaires les unes que les autres. Les dinosaures ont été super bien modéliser, franchement chapeau ! A ce niveau là on constate vraiment une révolution et une avancée extraordinaire dans l'univers des effets spéciaux ! Le film possède un écosystème et une faune jurassic très riche (bien qu'à mon goût le film en est un peu avare, j'aurais souhaité en voir encore bien plus), des T-Rex, des tricératops, des vélociraptors ect, qui plus est bénéficient d'une excellente animation et paraissent on ne peu plus vrais à nos yeux, c'est bluffant ! Les acteurs jouent bien, mention spéciales aux 2 enfants qui ont assurés, sans parler de l'accompagnement de J.William à la musique qui fait comme d'hab un super boulot. Voilà tout, Jurassic Park, plus de 20 après sa sortie reste et restera un chef doeuvre intemporel, je ne met pas 5/5 à cause du 1/3 un peu trop poussé en longueur et un univers qui m'a paru encore un peu trop sous exploité par rapport au potentiel de départ mais la visite de ce parc vaut tout l'or du monde ! Un classique à voir au moins une fois PS: les graphismes sont encore largement potables.
    Clémence D.
    Clémence D.

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 15 critiques

    5,0
    Publiée le 27 mai 2013
    Ok c'est un vieux film, ok il n'a pas été fait pour la 3D, ok les dinosaures sont faits comme il y a 20 ans... et alors?! Ce film est toujours aussi bons à regarder! On l'aime parce qu'il nous rappelle la période de Noel, quand ils passent la trilogie à la télé trois fois en un mois. On l'aime parce qu'il a superbement bien vieilli, que les ordinateurs et les téléphones datent, mais les dinosaures et les décors semblent aussi vrais que nature. On l'aime pour la musique qui donne des frissons. Et on le redécouvre sur grand écran et on aime avoir peur à nouveau, être complètement plongé dans l'univers de Spielberg, avoir la véritable impression qu'on arrive sur l'île et qu'on visite Jurassic Park. On le connait par cœur, mais on frissonne quand même et qu'est-ce que c'est bon!
    Chuck Carrey
    Chuck Carrey

    Suivre son activité 224 abonnés Lire ses 576 critiques

    5,0
    Publiée le 8 juillet 2015
    En 1993, Steven Spielberg était déjà habitué aux succès et à être numéro 1 au box-office. Il avait notamment déjà réalisé les 3 premiers "Indiana Jones" et "E.T : l'Extra-Terrestre". Cette année là encore, il marqua les esprits avec "Jurassic Park". Ce qui est vraiment remarquable avec les films du cinéaste américain, c'est qu'ils ne vieillissent pas, ou très peu. Suffit de regarder "Les Dents de la mer" ou "Les Aventuriers de l'arche perdue" pour se rendre compte à quel point ces films sont intemporels. "Jurassic Park" en fait parti, ce film n'a quasiment pas vieillis en plus de 20 ans. Cela se voit surtout avec les effets spéciaux incroyables qui n'ont quasiment pas pris une seule ride. C'est stupéfiant de voir à quel point ils se conservent au fil du temps. Certes, on fait mieux de nos jours mais si on compare ce film avec d'autres sortis la même année, et même plusieurs années plus tard, le long-métrage de Spielberg reste le plus abouti à ce niveau. De plus, le réalisateur de "Minority Report" a la bonne idée de favoriser au maximum l'utilisation d'animatroniques qui donnent au film un côté bien plus réaliste et crédible que n'importe quelle image de synthèse. Les dinosaures font tout simplement vrais et c'est en grande partie ce qui procure tant de magie au film. Cependant, le rendu spectaculaire n'est pas le seul point fort du film. On peut mentionner déjà son scénario, écrit par David Koepp et Michael Crichton (également auteur du roman dont est tiré le film), qui parvient à rendre plausible cette histoire de "renaissance" des dinosaures. Ensuite, comment ne pas parler du véritable suspens qui ressort du long-métrage ? Contrairement aux autres opus de la saga qui suivirent, celui-ci a de quoi faire vraiment frissonner. Comme dans "Les Dents de la mer", Spielberg construit parfaitement son suspens, cachant ses monstres au début pour leur donner un aspect mystérieux et ainsi rendre leurs apparitions encore plus impressionnantes. La célèbre séquence de la première apparition du T-Rex, sortant de son enclos, n'est pas culte pour rien. Encore aujourd'hui, elle reste grandiose, surtout grâce à la mise en scène du cinéaste qui, avec un simple plan sur un verre d'eau qui tremble, vient de créer l'une des scènes les plus mémorables du cinéma. Ce qui est génial également avec ce film, c'est que même si de nos jours il a toujours cette aura de film à suspens, il parvient encore à émerveiller et faire rêver. Car parmi les scènes à tensions comme celle dans la cuisine avec les vélociraptors, on trouve aussi des scènes absolument magiques qui feront ressortir l'âme d'enfant de chaque spectateur. Voir les brachiosaures venir manger dans l'arbre où se cache les protagonistes, quasiment dans le creux de leurs mains, est toujours aussi beau. D'autant plus que c'est dans ces scènes que l'on retrouve de petites touches d'humour qui participent à l'émerveillement. Les acteurs Sam Neill, Laura Dern et Jeff Goldblum sont tous les trois parfaits, sans oublier les enfants joués par Joseph Mazzelo et Ariana Richards. Pour finir, comme si ça ne suffisait pas, la magnifique bande originale composée par John Williams nous accompagne dans ce voyage. Le film lui doit bien sûr beaucoup, elle est d'ailleurs aussi culte que lui maintenant. Steven Spielberg avait marqué toute une génération avec un requin en 1975, cette fois-ci il en marqua une autre avec des dinosaures. Il venait alors de créer un monument du septième art qui continue encore aujourd'hui à faire rêver.
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 25 août 2014
    En 1993, Steven Spielberg ne réalise pas simplement l'un de ses plus grands films, il réalise l'un des plus grands films de tous les temps, un film culte. "Jurassic Park", datant quand même de presque vingt ans n'a pas pris une ride, les effets spéciaux qui étaient révolutionnaires pour l'époque sont toujours aussi impressionnants aujourd'hui et John Williams signe ici l'une des plus belles compositions de l'histoire du cinéma, les acteurs sont tous excellents dans leurs rôles et à chaque fois que je le revois, je ressens la même sensation, ce frisson que l'on a quand on vient de voir un film absolument génial. Abordant des thèmes forts, le principal étant le contrôle de l'homme sur la nature, "Jurassic Park" a marqué des générations et continue de marquer aujourd'hui. Je dirais que "Jurassic Park" fait partie de ces films que chaque personne doit avoir vu au moins une fois dans sa vie, et même si le film contient des faux raccords assez drôles aujourd'hui et quelques erreurs scénaristiques, il n'en reste pas moins un film génial, qui a révolutionné les images de synthèses et qui a amplement mérité aujourd'hui son statut de film classique.
    Chris46
    Chris46

    Suivre son activité 306 abonnés Lire ses 978 critiques

    4,5
    Publiée le 1 septembre 2018
    " Jurassic Park " premier volet de la saga culte " Jurassic Park " . C’est l'histoire d'un milliardaire megallo nommer Jonh Hammond ( Richard Attenborough ) qui a réussit a ressusciter grâce a la science des dinosaures qu'il veut exposer dans un parc d'attraction situer sur une ile . il decide d'inviter le temps d'un week end des spécialistes des dinosaures ( Jeff Goldblum , Laura Dern et Sam Neil ) pour qu'ils teste le parc . Mais le contrôle du parc va finir par lui échapper et les dinosaures vont très vite devenir les maitre des lieux . Ils vont alors s'engager dans une véritable lutte pour leur survie ... On ne présente plus " Jurassic Park “ ce film culte de Steven Spielberg qui fut une véritable claque et une vrai révolution lors de sa sortie en salle en 1993 . Ce film est un excellent blockbuster qui a marquer les années 90 . L’histoire adapter d'un roman de Michael Crichton est originale et très prenante avec ce milliardaire mégallo qui a réussit a réscussité des dinosaures qu'ils veut exposer dans un parc d'attraction mais donc le contrôle du parc va finir par lui échapper avec les dinosaures qui vont devenir les maitres des lieux . Les gens qui se trouvent dans le parc vont alors être confronter à ses terribles dinosaures et ils vont s'engager dans une veritable lutte pour leur survie au cour d'une folle aventure et sa va être explosif et tendu ce qui va donner lieu à son lot de suspense , d'action , d’aventure , de frayeur et de tension le tout saupoudrer d'une bonne touche d'humour . Le film est un superbe film fantastique d’aventure très prenant et divertissant qui allie très bien suspense , action , aventure , frayeur , tension et humour . Un film qui contient des scènes spectaculaires spoiler: ( l'attaque du T-Rex ) effrayante spoiler: ( l’attaque des raptors dans la cuisine ) et merveilleuse spoiler: ( la découverte du brachiausaure ) le tout saupoudrer d’une dose d'humour très agréable grâce nottament a quelques répliques cultes hilarantes spoiler: ( “ y’a quoi la dedans ? King Kong ? “ , est ce que par hasard vous aviez prévu d’avoir des dinosaures dans votre parc à dinosaures ? “ , “ ça sa sera au programme de la visite ? “ , “ n’oublier pas de me rappeller de remercier Jonh pour ce charmant week end “ , “ Jonh quand les pirates des Caraïbes se détraque les pirates ne bouffent pas les touristes “ , “ dieu crée les dinosaures , dieu détruit les dinosaures , dieu crée l’homme , l’homme détruit dieu , l’homme crée les dinosaures . Les dinosaures mange l’homme et la femme hérite de la terre “ , “ J’ai dépenser sans compter “ , “ bienvenue à Jurassic Park “ ... ) . La mise en scène de Steven Spielberg est extraordinaire . Il a ressuscité tout une pléiade de dinosaures en chair et en os très réaliste grâce a de superbes effets spéciaux très révolutionnaire a l'époque . Un mélange d'animatronic et d'image de synthèses . Le résultat est bluffant . C'était la première fois qu'on voyait des dinosaures aussi réaliste au cinéma . Le film fit entrer les effets spéciaux dans une nouvelle ère celle des images de synthèses et des effets spéciaux numériques déjà amorcer par le film “ Terminator 2 “ deux ans plus tôt . Même plus de 20 ans après les effets spéciaux n'on pratiquement pas viellit . La musique de jonh Williams est magistrale et définitivement culte . La musique colle parfaitement à l'ambiance du film et nous emporte littéralement créant une véritable magie nottament quand ils arrive sur l'île avec la musique en fond c'est juste magique ou au moment où ils découvre le brachiausaure . le casting est excellent avec de très bons acteurs avec nottament Jeff Goldblum hilarant dans le rôle du professeur Malcolm , Laura Dern et Sam Neil qui incarne des personnages solides confronté a des dinosaures féroces . Les décors sont très réussit et donne vie de manière magistral à ce gigantesque parc . Les paysages sur l'île ou se trouve le parc sont magnifique et très dépaysant . On s'évade avec grand plaisir dans ce superbe parc situer sur cette magnifique ile . Steven Spielberg a réussit a créer une ambiance à la fois magique ( lors de la découverte des dinosaures nottament ) et effrayante ( quand le parc devient incontrôlable ) . Il sait également gérer le suspense et faire grimper la tension comme personne . Le film connu un immense succès planétaire à sa sortie ( plus de 6,5 millions d'entrées en France ) . Il fut pendant 5 ans le plus grand succès de l'histoire du cinéma avant d'être détrôner par “ Titanic “ de James Cameron . Ce film fut le point de départ de la célèbre saga " Jurassic Park “ qui compte actuellement 5 films ( " Jurassic Park " , " Le Monde Perdu , Jurassic Park " , " Jurassic Park 3 " , " Jurassic World “ et " Jurassic World , Fallen kingdom " ) . Un film CULTE .
    MaCultureGeek
    MaCultureGeek

    Suivre son activité 848 abonnés Lire ses 1 224 critiques

    4,5
    Publiée le 19 juillet 2014
    Jurassic Park est un film original, novateur et mondialement reconnu. Qui n'en a jamais entendu parler, ou qui n'a jamais entendu le nom de Steven Spielberg à la télé, sur le net, ou dans une bribe de conversation? Peu de gens, je pense. Et c'est d'ailleurs parce que Steven Spielberg est un fan du King Kong de 1933 qu'il a réalisé ce film, voulant se faire lui même son propre King Kong. Remplacez Jurassic Park par l'île du gorille géant, les dinosaures par King Kong, les explorateurs par des cinéastes et d'autres explorateurs, ajoutez y une histoire d'amour entre deux espèces, et vous aurez ce long-métrage plutôt jouissif et extrêmement bien réalisé. Et justement, le fait que Steven Spielberg dise lui même que son film est largement moins culte que le King Kong d'origine démontre la modestie du réalisateur et l'amour qu'il porte à cette oeuvre culte de 1933. Maintenant, penchons nous plus en profondeur sur Jurassic Park. Au premier coup d'oeil, et lorsque les premières scènes se déroulent devant nos yeux, on se croirait devant un film d'aventures plutôt banal, qui ne sortirait pas des normes. Mais cette pensée, c'est avant d'être arrivé à ce lieu que l'on ne peut qu'observer en étant émerveillé, Jurassic Park, qui donne le titre au film. Les premiers dinosaures apparaissent, et le spectateur restera bouche bée en proliférant divers mots de satisfaction et d'enchantement, tout en étant comblé du spectacle qui lui est présenté. C'est entièrement incroyable : voila un rêve de gosse qui se réalise : voir de mes propres yeux de vrais dinosaures, en chair et en os, bien qu'ici ils ne soient pas réellement. Ce film est une énorme illusion; il vous montrera tous ces dinosaures durant un peu plus de deux heures et vous fera croire jusqu'à la fin que ces monstres sont vraiment en face de vous, et que ce vous voyez n'est pas fait d'effets spéciaux et de numériques. Non, ici, devant votre écran, vous vous croirez revenu au temps du jurassique, et non dans votre salon ou dans votre chambre. Et cela, cette impression féérique, c'est tout simplement monstrueusement réussi. Les effets spéciaux sont tellement bien faits, à un tel point grandiose, que pour un film ayant cet âge, il est tout de même assez incroyable d'être arrivé à un tel niveau de réalisme. Bon, bien sur, je ne parle pas des dinosaures robots qui ont été créé pour le film, car vous le verrez par vous même, surtout pour la première apparition monstrueuse du T-Rex, le dinosaure que tout le monde voulait voir, et qui met tant de temps à montrer le bout de son museau. Et elle est aussi là, la force de Jurassic Park : lorsqu'on veut voir certains dinosaures, Spielberg ne nous les montre pas, et préfère nous laisser mariner et attendre, à l'image de la découverte en voiture du parc. La première apparition du T-Rex est donc surement l'une des scènes les plus marquantes qu'il m'ait été donné de voir au cinéma, et je pense m'en souvenir pour plusieurs années encore. Le cri de l'animal est puissant, saisissant et bon pour vous casser les oreilles. Est-ce que les T-Rex criaient comme cela, je n'en sais rien, mais qu'est-ce que cela rend bien, au cinéma! Comme je l'ai écrit plus haut, les acteurs sont tous excellents et aussi bons les uns que les autres, bien que j'ai une légère préférence pour Jeff Goldblum, héros de La Mouche et second rôle de L'invasion des profanateurs de sépulture, le remake de 78. L'ironie et le talent d'interprétation de cet homme sont équivalents, et c'est celui qui procure le plus de sourires, via ses phrases ironiques, parfois cyniques, et ses "je vous l'avez dit" sans réellement les prononcer. Voila un excellent divertissement qui ravira les plus petits comme les plus grands et vous émerveillera sans réel problèmes. Finalement, Steven Spielberg n'est pas Steven Spielberg pour rien!
    Sylvain. V
    Sylvain. V

    Suivre son activité 90 abonnés Lire ses 372 critiques

    5,0
    Publiée le 14 juin 2015
    Un premier volet réussi, doté d'une mise en scène épique. Jurassic Park est un chef d'œuvre ! Une mise en scène correcte, des effets spéciaux stupéfiant et des scènes d'actions époustouflantes. Du jamais vu ! Un scénario original, doté d'une ingéniosité sans précédente. Un casting surchargés, des acteurs au top. Steven Spielberg réalise un film effrayant et exaltant. Ce premier volet est une merveille d'adaptation, une franche réussite. Bien garnis d'un humour noir, très noir. Splendide ! 5/5 *****
    Emilie M.
    Emilie M.

    Suivre son activité 27 abonnés Lire ses 5 critiques

    5,0
    Publiée le 4 mai 2013
    Jurassic Park 3D, de Steven Spielberg Le monde perdu de Jurassic Park n'aura jamais été aussi proche ! Une véritable redécouverte notamment grâce à un son clair et puissant, et une 3D irréprochable. J'avais quelques appréhensions concernant celle-ci, comment la 3D peut-elle avoir un bon rendu sur un film qui date de 20 ans et qui, par conséquent, n'a pas été filmé avec les caméras adéquates à la 3D, à savoir les Imax ? Franchement je vous le dis, ne vous posez plus cette question le rendu est impeccable, le film paraît renaître sous nos yeux. L'ayant vu et revu lors de mes jeunes années (eh oui on a quasiment le même âge ce film et moi !) cette expérience a été une totale immersion dans ce monde perdu. Pourtant, même en le connaissant par cœur, on tremble sur les vibrations de l'eau (culte), les cris du T-Rex, des vélociraptors, des hommes aussi ! Tout est intensifié, tout paraît plus vivant. La scène de l'apparition du T-Rex qui attaque les enfants dans la voiture avec la vitre donne vraiment des frissons, le son est clair, l'image est nette et la 3D ajoute une dimension encore plus réelle et palpable au film. Enfin, la musique de John Williams, tout simplement magnifique, vous replonge dans la nostalgie la plus profonde comme lors du premier visionnage, Jurassic Park n'aura jamais été aussi vivant. "Avec ce parc, je voulais créer quelque chose qui ne soit pas une illusion. Quelque chose qu'ils puissent voir et toucher", avec la 3D, le rêve de John Hammond est devenu réalité.
    Chevalier du cinéma
    Chevalier du cinéma

    Suivre son activité 183 abonnés Lire ses 338 critiques

    5,0
    Publiée le 20 juin 2015
    Sorti en 1993, Jurassic Park, ambitieux film d’aventure et de science-fiction réalisé par le maître absolu du blockbuster hollywoodien, j’ai nommé monsieur Steven Spielberg, fut à l’époque de sa sortie bien plus qu’une grosse claque pour les spectateurs et critiques du monde entier. Jurassic Park inaugura en effet une nouvelle page dans l’ère du blockbuster hollywoodien, celle des films à gros budget truffés d’effets spéciaux numériques innovants de plus en plus impressionnants. Ce long-métrage fut donc une véritable révolution technologique et devint rapidement une œuvre culte car (re)donnant vie pour la première fois sur grand écran à ces grands animaux disparus de la Terre depuis des millions d’années : les dinosaures. Ne pas réveiller le chat qui dort… C’est ce que le milliardaire John Hammond aurait dû se rappeler avant de se lancer dans le clonage de dinosaures. C’est en effet à partir d’une goutte de sang absorbée par un moustique fossilisé et d’ADN de grenouille, que John Hammond et son équipe de scientifiques ont réussi à faire renaître une dizaine d’espèce de dinosaures sur une île au large du Costa Rica. Le milliardaire espère ainsi enfin concrétiser son rêve : ouvrir un grand parc d’attraction zoologique où les visiteurs pourront observer en chair et en os ces créatures disparus depuis des millions d’années. Mais pour rendre valide son parc et rassurer ses investisseurs sur la sécurité des lieux, Hammond invite alors les paléontologues Alan Grant et Ellie Sattler, le mathématicien Ian Malcolm et l’avocat chargé de représenter ses investisseurs, pour qu’ils découvrent son œuvre et s’assurent de son bon fonctionnement. Mais la visite tournera rapidement au cauchemar à cause de la cupidité et de la malveillance de l’informaticien Dennis Nedry et des dinosaures les seuls maîtres de l’île. Evènement cinématographique mondial lors de sa sortie en salle en 1993, Jurassic Park du grand réalisateur Steven Spielberg fut un immense succès planétaire pour l’époque avec plus de 900 millions de dollars de recettes mondiales faisant ainsi de ce film d’action/aventure teinté de science-fiction le plus gros succès de l’Histoire du cinéma avant qu’il ne soit battu par Titanic de James Cameron cinq ans plus tard. Après une ressortie en 3D pour son vingtième anniversaire, le film de Steven Spielberg passa enfin la barre symbolique du milliard de dollars de recette mondiale et se classe depuis à la dix-septième place dans le classement des 21 films ayant franchi le milliard de recette. Pas mal pour des animaux disparus il y a 65 millions d’années. Jurassic Park c’est donc le film qui permis au monde entier de voir s’animer de la manière la plus réaliste possible des animaux tels que les Velociraptors, le Tyrannosaure Rex ou encore des Brachiosaures. Le film donnait vie à un rêve de gosse, celui de voir des hommes confrontés à des dinosaures dans un parc d’attraction zoologique futuriste et rien que pour ça on peut dire merci à Steven Spielberg. Le père des dinosaures au cinéma c’est lui, Steven Spielberg, qui, après avoir tourné des films avec un grand requin blanc, des extraterrestres ou un camion assassin, s’attaquait à ces monstres géants qui auront fasciné bon nombre de scientifiques et de chercheurs. A la base de ce blockbuster il y a bien sûr Michael Crichton, auteur du roman éponyme paru en 1990, et aussi Steven Spielberg qui découvrit le concept du livre en 1989. De nombreux studios se proposèrent alors d’acquérir les droits d’adaptation du livre au cinéma et à la fin de ce combat de négociations, Universal Studios obtiendra les droits d’adaptation et le projet Jurassic Park tombera entre les mains talentueuses de Spielberg. Mais à l’époque, le papa d’Indiana Jones qui venait de finir le tournage de Hook ou la Revanche du Capitaine Crochet, voulait se lancer dans la réalisation de ce qui sera son film le plus personnel de sa filmographie, La Liste de Schindler, ce que le patron d’Universal accepta mais à une condition : qu’il réalise d’abord Jurassic Park. Et c’est ainsi que le monde du Septième Art et les spectateurs du monde entier purent voir pour la première fois dans un des plus célèbres blockbusters de l’Histoire, des dinosaures reprendre vie et d’une manière fort impressionnante. Steven Spielberg est indéniablement le roi de l’entertainment et l’un des inventeurs avec Georges Lucas notamment, de l’industrie du blockbuster que nous connaissons aujourd’hui. Après un thriller d’horreur aquatique, Les Dents de la Mer, considéré par ailleurs comme le premier blockbuster du cinéma, une trilogie d’aventure spectaculaire sous le nom de son héros Indiana Jones, le metteur en scène poussait encore plus loin le cinéma de divertissement en donnant vie à un rêve de gosse avec ce Jurassic Park, véritable objet de divertissement mais pas seulement. Car oui le film est peuplé d’un bestiaire dément : Tyrannosaure-Rex, Velociraptors, Brachiosaures, Tricératops ou encore Dilophausores, de morceaux de bravoure d’anthologie comme lorsque le T-Rex sort de son enclot et s’en prend à nos héros, les affrontements avec les Raptors qui sont entrés dans l’Histoire du film d’aventure ou encore des scènes de dialogues et d’émotion comme celle où Alan Grant et Ellie Sattler découvre pour la première fois les dinosaures du parc sous la réplique mythique de Richard Attenborough : « Bienvenue à Jurassic Park. » et également sous la musique inoubliable de John Williams, que l’on retrouve dans chaque film de la saga, même dans Jurassic World, quatrième opus sortit 22 ans après celui-ci. Jurassic Park est donc entré dans la culture populaire, a réussi à installer les dinosaures comme stars du cinéma et rois du box-office mondial et est surtout entré dans l’Histoire du cinéma pour ses effets spéciaux innovants pour l’époque mélangeant animation numérique et animatroniques sidérants de réalisme ce qui valut au film trois Oscars : Meilleurs effets visuels, Meilleur son et Meilleur montage sonore. De quoi marquer encore plus de son empreinte (de géant) le cinéma tout entier. Mais hormis l’aspect divertissant, le film de Steven Spielberg est également riche en réflexions sur les dérives scientifiques et génétiques, et lance un débat intéressant sur le fait de faire revivre ou non des animaux disparus il y a 65 millions d’années. Le film parle aussi de l’enfance et du fait d’être parent, un thème cher à Steven Spielberg qui le fait très souvent intervenir dans sa filmographie que ce soit dans E.T. L’Extraterrestre, A.I. Intelligence Artificielle, Indiana Jones et la Dernière Croisade, La Guerre des Mondes ou encore Hook ou la Revanche du Capitaine Crochet. Le film parle donc d’une manière très intéressante du clonage et de la création d’espèce disparus mais surtout de la rencontre entre l’Homme et le dinosaure qui est selon les protagonistes principaux, et surtout d’après Ian Malcolm, vouée à l’échec. L’Homme ne peut vivre avec de tels animaux quand il veut les contrôler et les utiliser comme des attractions destinées à faire de l’argent, animaux qui sont surtout animés par un instinct de chasse et de liberté. La nature est donc très importante dans le discours du film, c’est elle qui doit décider ou non de faire disparaître une espèce comme les dinosaures, ce n’est pas à l’Homme de les faire revivre en sachant que le monde à changer, ces animaux ne sont plus fait pour vivre sur cette planète car ils ont eu leur temps, comme nous qui disparaitront un jour ou l’autre. L’évolution et le temps ont eu raison des dinosaures qui ont disparus, pourquoi l’Homme retournerait-il vers un lointain passé ? Alors oui il y a des éléments qui légitimeraient cette « résurrection » de ces animaux comme le fait de pouvoir les étudier dans un environnement sauvage, d’étudier leurs comportements et de découvrir de nouveaux aspects dans leur mode de vie, dans leur alimentation et aussi une éventuelle communication entre eux, puisque les films de la saga Jurassic Park mettent beaucoup en avant le thème de la communication entre les dinosaures. Le film possède donc d’intéressantes réflexions sur des sujets où l’Homme se prend pour Dieu en ressuscitant des espèces disparus il y a des millions d’années et aussi sur les thèmes de l’évolution de la science et de ses dérives génétiques. Après, un autre élément du film contribue une fois de plus à sa qualité indéniable qu’est son impeccable casting rassemblant Sam Neill, Laura Dern, Jeff Goldblum, Richard Attenborough, Samuel L. Jackson, B.D. Wong, Joseph Mazzello, Ariana Richards et Wayne Knight, tous très appliqués dans leur personnage. Accompagné d’une bande-originale mythique ainsi que par des scènes d’action spectaculaires mettant en scène des dinosaures plus vrais que nature face à des humains totalement dépassé par la puissance et l’intelligence de ces animaux, Jurassic Park de Steven Spielberg est tout simplement une grande œuvre cinématographique qui fit date dans l’Histoire du cinéma au moment de sa sortie et qui continue encore aujourd’hui de fasciner les spectateurs du monde entier. On va le dire pour que ce soit clair, Jurassic Park est tout bonnement un classique du blockbuster d’aventure.
    Alex Jaeger
    Alex Jaeger

    Suivre son activité 96 abonnés Lire ses 8 critiques

    5,0
    Publiée le 10 juillet 2014
    Jurassic Park, LE film avec lequel j'ai grandis ! L'attaque du T-Rex fait partie des scènes les plus culte de l'histoire du cinéma ! Plus de 20ans après sa sortie ce film reste exceptionnel, les dinosaures sont impressionnants de réalisme, les personnages sont géniaux et les musiques sont magnifiques ! Un grand film qui vie hors du temps, merci Spielberg !
    TTNOUGAT
    TTNOUGAT

    Suivre son activité 283 abonnés Lire ses 2 523 critiques

    5,0
    Publiée le 26 juillet 2013
    Vingt ans plus tard, Jurassic Park n’a pas pris une ride et demeure le phénomène cinématographique qu’il fut en 1993. Bien sur ,on peut lui trouver de multiples défauts et aller même jusqu’à mépriser ce genre de spectacle mais c’est de ne pas reconnaître au cinéma son plus grand mérite: être un art populaire quelque soient les époques. Le scénario est superbe avec la peur qui s’installe en nous avant mêmeque le générique commence, Spielberg est un des maîtres de ce genre de films et à aucun moment nous ne serons déçus; de plus notre attention ne faiblira jamais, les temps plus calmes gagnant en beauté ce qu’ils perdent en actions. C’est tout juste si nous ne sommes pas autant étonnés que les paléontologues lorsque nous découvrons les immenses dinosaures herbivores...A ce moment précis en 1993, le cinéma fantastique prenait un tour nouveau et la 3D d’aujourd’hui n’ajoute pas grand chose, c’est juste un choix qui s’offre pour certains.
    Raw Moon Show
    Raw Moon Show

    Suivre son activité 88 abonnés Lire ses 803 critiques

    3,5
    Publiée le 16 juillet 2014
    Jurassic Park, ce sont ces vacances dans une station balnéaire qui tournent au drame (les Dents de la Mer), ce sont ces jeux du cirque où l'on éparpille façon puzzle et avec un plaisir non feint des êtres à notre image mais qui n'en sont pas moins des robots (AI)... Il faut revenir à l'essence du projet de Jurassic Park. Evidemment ce qui botte Steven Spielberg c'est d'abord de montrer le génie humain dans sa toute puissance qui naît d'une capacité d'émerveillement folle doublée d'une volonté indestructible pour se doter des moyens permettant d'atteindre ses objectifs... Evidemment que la volonté de faire revivre des dinosaures part toujours d'un élan beau et grand, d'une démarche enthousiaste et créative... Mais Spielberg s'intéresse plus encore au revers de la médaille, au grain de sable qui enraye la machine, l'homme dépassé par ses propres "créatures" (la bombe H comme ici les Dinosaures ou ailleurs Frankenstein...). La petite voix maligne de Hal dans 2001 prend alors le contrôle et murmure à l'oreille du vénal, du faible, de l'adulte ayant tué l'enfant qu'il fut, ayant perdu toute capacité à s'émerveiller..."Qu'attends-tu ? Voilà un nouveau et juteux Business Model à faire fructifier !". Jurassic Park est un blockbuster fabuleusement efficace, qui transporte et effraye tout à la fois, mais il ne sacrifie à aucune facilité dès lors qu'il met des enfants (comme on les tremperait dans l'huile pour en faire des escargots tout chauds) face au plus grand danger qui soit (une bête affamée et ne s'embarrassant pas de questions philosophiques) et pas qu'une seule fois (les cuisines, la voiture)... C'est un fait ! L'innocence préservée, l'enfance immaculée sont des thèmes qui traversent toute l'oeuvre du grand Spielberg. Ici comme ailleurs !
    Emmanuel D.
    Emmanuel D.

    Suivre son activité 46 abonnés Lire ses 726 critiques

    3,5
    Publiée le 4 juin 2015
    Parmi les plus célèbres des films d'aventure, Jurassic Park est un des grands classiques du genre de Steven Spielberg après sa trilogie Indiana Jones (j'ai d'ailleurs toujours cru que c'est Harrison Ford qui jouait le docteur Grant !). Le film se passe dans un grand parc à thème où le milliardaire John Hammond et son équipe ont fait renaître plusieurs espèces de dinosaures à partir d'une goutte de sang d'un moustique fossilisé. Même à l'époque, on se doutait bien que l'homme ne parviendrait pas à maîtriser cet ancêtre de plusieurs dizaines de millions d'année (des réflexions intéressantes sont d'ailleurs faites à ce sujet lors de plusieurs dialogues du film) : c'est donc sans surprise qu'ils parviennent à s'échapper, tout n'étant donc plus que question de survie pour les personnages. spoiler: L'informaticien Dennis Nedry, qui a éteint le système de sécurité à des fins personnelles, ne tarde d'ailleurs pas à en faire les frais alors qu'il se retrouve face à un dilophosaurus pas aussi mignon qu'il en a l'air. Le docteur Grant, alors agacé par la curiosité des enfants au début du film, se retrouve vite à devoir les protéger en pleine nuit et sous la pluie (histoire que les choses soient vraiment compliquées à fond !). Son côté professionnel permet de faire comprendre aux enfants et aux spectateurs que si le T-Rex suscite son acuité visuelle par les mouvements, les vélociraptors sont finalement les plus dangereux à cause de leur petite taille permettant de se faufiler facilement, de leur grande rapidité et de leur ruse en attaquant à plusieurs : la scène de fin où les enfants se cachent dans les cuisines pour leur échapper reste une des plus réussies. La peur mais surtout la fascination que les enfants ont pour les dinosaures se voient aussi à leur réveil dans l'arbre, quand un brachiosaure vient manger des feuilles tout près d'eux. Il en est de même pour le tricératops affaibli, dont chacun s'approche sans peur et avec beaucoup de compassion. Spielberg avait bien réussi son marketing en produisant le superbe dessin animé Le Petit Dinosaure et la vallée der merveilles quelques années plus tôt, de façon à ce que les enfants s'intéressent à ces créatures et à ce qu'ils puissent ensuite s'identifier aux enfants du films. Si la réalisation a forcément un peu vieilli, elle a pu être impressionnante à l'époque et le film se regarde toujours bien aujourd'hui en dépit de quelques longueurs. Il faut croire que la fin a su inspirer le premier jeu Resident Evil spoiler: pour sa fuite en hélicoptère après avoir survécu à la catastrophe. Jurassic Park a d'ailleurs été adapté en jeux vidéo sur de nombreuses consoles, dont une version Super Nintendo en vue de haut fort plaisante où il faut retrouver des œufs disséminés dans le parc en prenant gardes aux prédateurs qui rôdent un peu partout (on y retrouve même les gallimimus qui courent en troupe). Un grand classique de l'aventure !
    lhomme-grenouille
    lhomme-grenouille

    Suivre son activité 1877 abonnés Lire ses 3 124 critiques

    5,0
    Publiée le 3 janvier 2014
    Avec Spielberg c’est du tout ou rien, et avec ce genre de film, le réalisateur américain nous offre souvent du rien. Pourtant que nenni avec ce "Jurassic Park". Plus je le vois ce film, plus je l’apprécie. Bien évidemment on pourrait saluer la remarquable performance visuelle pour l’époque. Si les effets numériques ont un petit peu vieilli, les animatroniques restent encore remarquables de qualité. Mais bon, le talent de Spielberg ne s’arrête vraiment pas là. Je trouve qu’avec ce film il a su à la fois synthétisé son côté « émerveillement » qu’on retrouve dans ses « rencontre du 3e type » et « E.T. », tout en sachant réinvestir son talent pour créer de la tension et de l’angoisse, typique de ses « Dents de la mer ». Parmi les grands moments, la scène dans l’enclos du T-Rex fait pour moi clairement partie des moments cultes du cinéma mondial. Non, franchement, il n’y a pas à dire, ce "Jurassic Park", c’est vraiment un monument…
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 18 mai 2015
    Il va m'être très difficile de parler de ce film car c'est sans doute mon film favori, et je pense qu'il sera bel et bien impossible de prendre du recul par rapport à ce que je ressens. Jurassic Park. 1991, un certain Steven Spielberg est au cœur des attentions avec plusieurs chefs d'œuvres à son actif, je cite en vrac : Duel, E.T., Hook, la trilogie Indiana Jones ou encore Les Dents De La Mer. C'est donc tous avec impatience qu'on attend son film adapté d'un roman de Michael Crichton souvent best seller. 1993, le film sort au cinéma et c'est déjà un succès mondial (l'un des plus grands de tout les temps). Le film a gagné les trois Oscar du cinéma pour lesquels il était nommé : Oscar des meilleurs effets visuels, Oscar du meilleur son, Oscar du meilleur mixage de son. Steven Spielberg aura tenu son record pendant quelques années, puisque, même si le film avait récolté 915 millions de $ (pour 63 millions de $ de budget), il ne fera pas le poids face au 1,8 milliard de $ de Titanic. Comme quoi ce film n'est pas une petite production, et que son nom à fait couler de l'encre. Et moi dans tout ça ? Vous vous en doutez sans doute un peu, mais je suis un fan inconditionné de ce film. Déjà je vais vous dire que j'adore rien que le concept du film : vouloir re-créer des dinosaures à partir de leurs ADN cristallisé dans du l'ambre. Dit comme ça cela parait ridicule, voire carrément absurde, mais au fil du film on se rend compte que c'est un scénario tout à fait original. L'histoire s'étend sur plusieurs plans : découverte, merveilleux et terreur ! Découverte : la première partie du film. C'est le moment que je trouve le plus long, mais de loin le plus essentiel au film. Sa fonction est de mettre en place le cadre, et on se rend compte que ça marche. Le côté merveilleux : on explore l'île, on voit comment fonctionne le parc, les gentils dinos... Une partie très intéressante et passionnante. Spielberg y intègre un cadre idyllique pour mettre le spectateur en bonne condition. Dernière partie, terreur : passé la 105ème minute (je suis très précis), le film prend une tournure plus qu'inattendue car franchement c'est la partie que je préfère le plus dans le film. Magique, superbe, prenant, magnifique... Je pourrais continuer comme ça des heures ! Cette partie joue un rôle très important car elle instaure un sentiment d'insécurité et de peur vis-à-vis à ce qu'on y voit. Le parc se retourne contre ses visiteurs et c'est pas jolie à voir. Il fallait de l'ambition pour faire un tel film, Spielberg et Crichton ont réussi ! Vous l'aurez compris, le scénario est l'un des piliers de la base du film. Cette dernière se verra renforcée par plusieurs éléments importants. Tout d'abord les effets spéciaux. Là par contre je maudis quiconque me dira que ce film est obsolète voir vieillot ! Les effets spéciaux sont tout simplement bluffant ! Pour l'époque, un tel niveau n'a jamais été vu ! Réalisé par la société du génie Stan Winston, les effets spéciaux sont entièrement réalisés à l'ordinateur, une véritable prouesse pour l'époque. Je saluerai aussi Stan Winston qui est aujourd'hui décédé, mais qui à beaucoup travaillé pour arriver à mêler les dinosaures robotisés avec des dinosaures entièrement fait en synthèses. D'ailleurs ses autres créations ne sont pas inconnues (les concepts du Predator, de l'Alien ou encore du Termiantor c'est lui !). Donc un autre poids imposant de ce film, c'est ses effets spéciaux qu'on peut qualifier de révolutionnaires. Un autre point très important de ce film : le casting. Franchement, des acteurs plus ou moins connus pour l'époque, mais aujourd'hui se sont de véritables vedettes ! Les personnages principaux d'abord. Alan Grant, le fameux Indiana Jones chasseur de fossiles de dinosaures, interprété par Sam Neill, un acteur très talentueux et bourré de qualités que Spielberg a su exploiter. Ian Malcolm, le mathématicien un brin loufoque avec sa théorie du chaos, mais avec un fond très noble, joué par Jeff Goldblum, rien à dire puisque son personnage lui va comme une gant. La jeune Laura Dern est quant à elle ravissante en Elie Sattler. Le doyen du groupe, Richard Attenborough se voit octroyer le rôle du prestigieux John Hammond. Un tel acteur ça vaut de l'or ! Les personnages secondaires sont tous très bien joués, Samuel L. Jackson signe ici un rôle très effacé certes mais quand même important. Joseph Mazzello et Ariana Richards s'en sortent tous les deux très bien dans leurs rôles respectifs. J'allais conclure en oubliant de parler de la plus importante des choses du film, je veux parler du véritable attroupement de stars que comporte le film : les dinosaures. On commence d'abord par voir des Brachiosaures (modélisés à l'ordinateur), magnifique. L'une des scènes les plus emblématique du film. S'en suis une rencontre avec un Tricératops, pour une machine entièrement robotisée, on dirait un vrai ! Puis s'en suis une rencontre, sans doute la plus importante de tout le film : le T-Rex. La scène de son apparition m'a toujours, et me fera toujours stresser. Franchement la scène de son rugissement, la destruction des voitures, la course-poursuite... Culte ! Et puis arrive un dinosaure "ré-inventé" si je puis dire le Dilophosaure (qui comporte la collerette ainsi qu'un jet d'acide, sauf que cette collerette sert de parade à la saison des amours, et il ne crache pas d'acide). Les voici les petites stars en herbe : les Vélociraptors. Que dire ! Ils sont tous splendides, et le fait de mêler effets spéciaux et animatronics (sans oublier la raptor suit) est une idée renversante. Une telle qualité ne sera jamais égalée. Et enfin, pour terminer (ouf !) un autre truc qui est souvent oublié : les bandes-originales. Ici, ce sont de véritables perles sonore que nous offrent le compositeur John Wiliams. Magnifique, car on arrive à nous transmettre une véritable émotion à travers cette musique. Le morceau de piano, et celui à la trompette ! Quel régal pour mes oreilles. Une telle qualité sera, pour moi, jamais dépassé, mais égalé plusieurs fois. Voilà, donc vous l'aurez compris ce film traversera les âges sans le moindre problème car selon-moi les dinosaures auront toujours des fans. Jurassic Park restera sans doute comme le tournant majeur du cinéma, basculant ainsi vers les effets spéciaux numériques. Un film culte, tout un univers splendide et bien construit, une référence cinématographique. Sans hésiter : Culte, culte et re-culte ! Jusqu'au bout c'est le film de ma vie et jamais (au grand jamais) je laisserai un autre film prendre sa place. Merci Steven Spielberg pour m'avoir fait rêver toutes ses années. Jurassic Park, plus de 20 ans de vie commune, et je compte bien ne pas en rester là !
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top