Notez des films
Mon AlloCiné
    Vivement dimanche !
    note moyenne
    3,5
    564 notes dont 68 critiques
    répartition des 68 critiques par note
    11 critiques
    27 critiques
    22 critiques
    5 critiques
    2 critiques
    1 critique
    Votre avis sur Vivement dimanche ! ?

    68 critiques spectateurs

    Caine78
    Caine78

    Suivre son activité 798 abonnés Lire ses 5 023 critiques

    3,0
    Publiée le 21 novembre 2013
    Dernier film de François Truffaut, « Vivement dimanche ! » démarre fort. Rythmé, enjoué et balançant subtilement entre drame et comédie, ce surprenant polar se regarde avec plaisir, d'autant que le réalisateur lui a donné un cachet esthétique typiquement 50's de très élégante facture. Dommage toutefois que le charme s'estompe légèrement sur la durée, la faute peut-être à l'aspect très « léger » du divertissement, sans que l'ennui vienne pour autant se mêler à la fête. De plus, si certains moments sont moins savoureux, on se régale en revanche des scènes communes entre Fanny Ardant (drôle, dynamique, piquante) et Jean-Louis Trintignant (impeccable), dont les échanges parfois étonnants font constamment mouche. Manque éventuellement des seconds rôles plus marquants, et encore, ces derniers restent convenables. Bref, loin d'être la plus grande réussite de son auteur, l'œuvre n'en reste pas moins agréable, charmante et non sans quelques jolies idées : un (petit) chant du cygne pour un cinéaste incroyablement talentueux, fou de cinéma et de ses (magnifiques) actrices. Un modèle à suivre, quoi.
    Akamaru
    Akamaru

    Suivre son activité 563 abonnés Lire ses 4 294 critiques

    2,5
    Publiée le 8 février 2012
    Avec "Vivement dimanche!"(1983),qui est sa dernière oeuvre,François Truffaut avait clairement eu la volonté de rendre hommage à la comédie policière hollywoodienne d'antan,et en particulier à Alfred Hitchcock,son maître spirituel.Si le très beau noir et blanc du film suit cette logique,le ton prend un parti différent,puisqu'il est léger,désinvolte,anachronique certainement,mais avec cette envie de surprendre le spectateur,avec une fantaisie loufoque contagieuse.Un agent immobilier insondable est suspecté de 3 meurtres.Son attitude incite à la culpabilité,mais sa secrétaire,éprise secrètement de lui,fait tout pour l'innocenter en menant sa petite enquête.Jean-Louis Trintignant,sec,nerveux et râeux,et Fanny Ardant,pétillante,volubile,toujours en mouvement,forment un duo tout à fait complémentaire.Truffaut ne s'embarasse pas tellement de vraisemblance,car les ressorts de l'intrigue sont improbables.Il veut retrouver la naïveté de ces séries noires d'antan,où seul comptait la recherche du coupable,et l'alchimie du couple principal.Si le tout donne un film fourre-tout et décousu,il y a de quoi être charmé par le besoin désespéré de Truffaut de faire partager son amour du cinéma.
     Kurosawa
    Kurosawa

    Suivre son activité 237 abonnés Lire ses 365 critiques

    3,5
    Publiée le 28 décembre 2013
    J-L. Trintignant, F. Ardant et F. Truffaut: quand trois géants du cinéma français s'associent, il se passe forcément quelque chose. Et si "Vivement dimanche n'est pas un grand film, il a le mérite de renouveler l'enquête policière au cinéma. Mais comment? Cette fois, c'est la femme qui prend les devants et l'homme contraint de rester en retrait. Mais ce sont également ces quelques dialogues légers, enlevés, symboles de la poésie de Truffaut, lui-même plus que jamais digne représentant de la "Nouvelle Vague". Un solide scénario, une complicité évidente entre les deux acteurs principaux, et un charme naturel. Un film au rythme quelque peu inégal mais qui se distingue par une fraicheur certaine.
    cylon86
    cylon86

    Suivre son activité 483 abonnés Lire ses 2 992 critiques

    5,0
    Publiée le 5 novembre 2012
    Dernier film de Truffaut, "Vivement dimanche !" est comme les autres films du cinéaste. On y sent l'amour du cinéma, l'hommage aux films noirs de l'âge d'or hollywoodien (superbe utilisation du noir et blanc avec un très beau travail sur la lumière) et on y trouve des acteurs impeccables qui nous plongent au cœur de l'histoire. Ici c'est Fanny Ardant la star, la femme qui n'a rien à envier à Ava Gardner. Elle y est sublime, aussi bien dans son jeu que dans son physique qui correspond à merveille aux codes du genre. Jean-Louis Trintignant et une pléiade de seconds rôles viennent compléter le tableau, offrant une belle galerie de personnages pour ce film noir au scénario qui fait toujours mouche malgré quelques petites invraisemblances. Cela dit, le charme des interprètes et la passion du cinéaste viennent pallier ce petit défaut qui se fait vite oublier quand on est lancés dans l'histoire.
    CineRepertoire.free.fr
    CineRepertoire.free.fr

    Suivre son activité 87 abonnés Lire ses 997 critiques

    4,5
    Publiée le 18 novembre 2013
    Antoine de Baeque et Serge Toubiana, dans le livre qu'ils ont consacré à François Truffaut, racontent la genèse du film : c'est en visionnant les rushs de la dernière scène de La Femme d'à côté, au cours de laquelle Fanny Ardant était vêtue d'un imperméable beige, que François Truffaut remarqua combien sa compagne d'alors avait l'allure d'une héroïne de film noir. Il eut ainsi envie de trouver une "Série noire" à adapter, pour lui offrir le rôle principal. Ce sera The Long Saturday Night, de Charles Williams, qui deviendra Vivement Dimanche ! Comme l'explique François Guérif, qui a lui aussi écrit sur Truffaut, le cinéaste est revenu à la "Série noire", une fois de plus, après deux grands succès critiques (Le Dernier Métro et La Femme d'à côté), "comme si, à nouveau, il réalisait son film contre les précédents". Il faut entendre par là qu'un film dit "de genre", populaire, succède à des "films d'auteur" (de même que Tirez sur pianiste avait succédé aux 400 coups). Mais Truffaut, à cette époque, remettait sérieusement en cause la pertinence de la définition du cinéma d'auteur et la distinction effectuée avec les films de genre. Dans ce projet, ce qui a séduit le plus le réalisateur, c'est de confier l'enquête à une femme : "Pas une meurtrière, pas une femme-détective, mais une femme de tous les jours, une secrétaire, vaillante, déterminée à prouver l'innocence de son patron" (dossier de presse de Vivement dimanche !). Pour cela, il a quand même dû revoir la structure du roman de Charles Williams, avec l'aide de Suzanne Schiffman et de Jean Aurel. Truffaut voulait aussi tirer l'histoire policière vers la comédie, afin d'osciller entre Hitchcock et Hawks. Plus tard, il dira à Guérif : "Le film mêle deux genres. Le genre nocturne, pluvieux, avec ambiance Série noire, et la comédie américaine, et je ne suis pas sûr qu'on ait vu souvent ce mélange. Il n'est pas l'un ou l'autre, il est les deux à la fois." Dernier choix important : le noir et blanc s'est imposé à Truffaut avec évidence pour retrouver l'ambiance des films policiers américains d'autrefois. Mais il eut toutes les peines du monde à faire entendre ce point de vue aux producteurs (et notamment aux chaînes de télévision susceptibles de diffuser ensuite le film), habitués aux produits formatés en couleurs. Aujourd'hui, on se dit que tous ces choix étaient les bons, que ce film a une saveur particulière, entre hommage cinéphilique et inspiration très personnelle. Il est loin, certes, le temps de la Nouvelle Vague (ses principes et son style ont été peu à peu délaissés), mais Truffaut témoigne encore à cette époque d'une liberté de ton qui ne va pas sans jubilation. Une liberté de ton magnifiquement relayée par Fanny Ardant qui campe une délicieuse apprentie détective, très belle, très classe, et surtout malicieusement impertinente. L'enquête, menée sur un rythme enlevé, navigue entre sérieux et légèreté, toujours pleine d'esprit et de charme, entre jeu de dupes et jeu de séduction. Ce film est le vingt et unième et dernier de François Truffaut (il est mort en 1984). Jusqu'au bout, il sera resté fidèle à ses goûts, à sa sensibilité, à ses obsessions. Cet opus est un dernier clin d'oeil aux maîtres du cinéma qu'il a toujours défendus et un dernier clien d'oeil aux femmes, principales sources de son inspiration : des femmes actives, dont "les jambes sont des compas qui arpentent le globe terrestre en tous sens, lui donnant son équilibre et son harmonie". Ces jambes que contemplent à longueur de journée Julien Vercel (Jean-Louis Trintignant) depuis sa cachette en sous-sol, avec vue sur la rue, comme le faisait Bertrand Morane, autre alter ego de Truffaut, dans L'Homme qui aimait les femmes.
    keating
    keating

    Suivre son activité 40 abonnés Lire ses 497 critiques

    4,0
    Publiée le 24 février 2012
    "Vivement dimanche" est le dernier film de Truffaut. Il est certains cinéastes pourlesquels le dernier long métrage se présente comme ambitieux, spectaculaire, synthèse de toute une oeuvre. Et d'autres qui ont simplement voulu se faire plaisir en racontant une dernière histoire. C'est le cas de François Truffaut, qui nous propose un film à la fois léger et profond, à la fois intrigue policière et histoire d'amour. Il s'agit également, une dernière fois, de montrer toute sa passion pour les femmes. Dès le générique, sa caméra semble amoureuse de Fanny Ardant, filmant ses pas, sa façon de marcher très féminine. Arrive ensuite un meurtre, et un suspect idéal. L'intrigue policière est lancée. Et petit à petit, c'est l'intrigue amoureuse qui devance le reste. La relation entre les deux héros est très réussie. Un beau couple de cinéma. Fanny Ardant est très touchante en secrétaire amoureuse malgré l'ignorance totale de son patron. Et ce très beau rôle lui permet de montrer plusieurs facettes de son jeu (secrétaire, apprentie détective, actrice de théâtre, et bien entendu fille de joie!). Jean-Louis Trintignant excelle en anti héros et faux coupable dépassé par les événements. Le beau looser qui ne se rend pas compte de l'amour que lui porte sa fille. Il y a pas mal d'humour, par exemple lorsqu'il lui avoue qu'il préfère les blondes, en clin d'oeil aux précédentes muses de Truffaut! La mise en scène ne révolutionne aucunement le genre. Elle est volontairement retenue pour mettre en évidence l'histoire. Il y a quand même un travail d'hommage au film policier américain. Le noir et blanc rend à merveille cette nostalgie pour les thrillers d'antan. Il y a aussi de jolis clins d'oeil référencés. Ah, quand Trintignant est enfermé impuissant dans la cave, observant les jambes des passantes, pendant que Ardant prend tous les risques pour le sauver, difficile de ne pas revoir James Stewart et Grace Kelly dans Fenêtre Sur Court ! Je crois que François Truffaut voulait simplement revenir à ses premiers amours, et se faire plaisir en nous racontant une dernière histoire. Une belle histoire parmis les belles histoires qu'il a racontées aux spectateurs durant toute sa carrière. Et il le fait avec un plaisir tellement évident qu'il est très difficile de ne pas se laisser captiver et de prendre du plaisir nous aussi.
    anonyme
    Un visiteur
    4,0
    Publiée le 29 août 2013
    Rien à jeter dans ce dernier film du réalisateur, qui semble s'être beaucoup amusé sans trop se préoccuper de l'air du temps : noir et blanc, couple improbable, plans hitchcockiens, dialogues légers, insouciance de la Nouvelle Vague retrouvée après les pesants Dernier Métro et Chambre verte... On peut dire ce qu'on veut de Truffaut, caméra en main c'était loin d'être un manche : la réalisation et le montage sont excellents. Le couple formé par les excellents Trintignant et Fanny Ardant (rayonnante et très épanouie) n'est pas le moindre des atouts de ce vivement dimanche, qui, s'il n'est pas le plus profond film de Truffaut demeure l'un des plus agréables à regarder.
    Val_Cancun
    Val_Cancun

    Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 560 critiques

    3,5
    Publiée le 4 août 2015
    Dernier film de François Truffaut en 1983, cette comédie policière en noir & blanc est un hommage aux films américains des années 40 et 50, chéris par le réalisateur de la Nouvelle Vague. Celui-ci associe à cette occasion un couple d'acteurs devenus culte, J-L Trintignant et F Ardant, qui affichent dans ce film une complicité et un talent indémodables. L'intrigue policière est travaillée, peu avare en rebondissements, sans entrer non plus dans le panthéon du polar, mais elle est surtout merveilleusement sous-tendue par l'intrigue amoureuse entre notre apprentie détective ayant secrètement le béguin pour son bougon de patron, qui semble être le seul à ne pas succomber aux charmes de la grande Fanny... Objectivement, Vivement Dimanche a un peu vieilli, certaines scènes "d'action" en particulier font tâche dans le paysage ciné actuel, mais le film de Truffaut reste un standard de la comédie romantique et policière pour encore bien longtemps.
    Cécile HARISTOY
    Cécile HARISTOY

    Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 94 critiques

    2,5
    Publiée le 7 février 2012
    Si c'était l'oeuvre d'un jeune réalisateur débutant, "Vivement dimanche !" serait certainement jugé médiocre et bourré de défauts... de débutant (invraisemblance du scénario, intrigue bien mince, indices tombant tout cru dans la main de l'apprentie détective, accumulation de clichés...). Mais voilà, c'est François Truffaut qui tient la caméra, et ça change tout. Construit comme une série B des années 50, "Vivement dimanche !" rend un hommage appuyé au film noir américain. Fanny Ardant est superbement hitchcockienne dans la scène où, traquée et cachée, elle est le témoin silencieux du meutre de Louison. La photo noir et blanc, magnifique, dégage une ambiance délicieusement rétro : décor urbain, vieux cinéma avec ouvreuse, la nuit, la pluie, les jambes des femmes, LA femme... Avec ce dernier long-métrage, le réalisateur condensait l'essence même de son art si particulier. Résultat : une comédie policière attachante, à la fois sombre et légère, qui clot en rupture sa filmographie. On est loin des chefs-d'oeuvre tels que "La mariée était en noir", "La nuit américaine", "Le dernier métro" ou "La femme d'à côté", mais c'est artistiquement intéressant et agréablement divertissant.
    Estonius
    Estonius

    Suivre son activité 232 abonnés Lire ses 1 056 critiques

    5,0
    Publiée le 9 décembre 2012
    Le dernier Truffaut et c'est un chef d’œuvre. le choix du noir et blanc se veut justement un hommage aux films noirs américains et il est particulièrement réussi, la photo, les éclairages, le jeu des acteurs, voir jouer Jean-Louis Trintignant est un véritable plaisir tellement il est bon, quant à Fanny Ardant, elle est rayonnante. Et puis, il y a ces petits intermèdes de légèreté et d'humour qui nous rendent les personnages si proches, si vivants si réels. L'intrigue policière n'est que le fil conducteur du film, mais elle est bien menée, roublarde à souhait. Bref, un enchantement.
    Yannickcinéphile
    Yannickcinéphile

    Suivre son activité 227 abonnés Lire ses 1 413 critiques

    4,0
    Publiée le 11 août 2017
    Dernier film de François Truffaut, Vivement Dimanche ! est un polar noir très référencé, qui s’avère être un solide métrage, porté en grande partie par ses excellents acteurs. Ceux-ci sont en effet très bons, tant dans les seconds que dans les premiers rôles, et bien sûr la palme revient au très convaincant duo Ardant-Trintignant. Ceux-ci sont excellents, s’amusant visiblement beaucoup de leurs échanges savoureux, de leurs situations cocasses, et de cet hommage manifeste aux films noirs de jadis. Ardant est rayonnante par ailleurs ici, ce qui ne gâche rien. Les personnages ont du relief, et pour ainsi dire, Vivement Dimanche c’est d’excellents numéros d’acteurs dans de très bon rôles. Le scénario est maitrisé. Sur un canevas complexe, très imbriqué, Truffaut appose une narration fluide, alerte, non dénué par moment d’une touche d’humour, mais qui séduit surtout par son suspens. L’identité du tueur est bien préservée, et on n’est sûr de rien jusqu’à la fin. Vraiment très propre, le film est ludique, propose des dialogues aiguisés, et un final réussi, il n’y a pas grand-chose à critiquer dans ce métrage maitrisé, qui, comme je l’ai dit, ne lésine pas sur les références aux grands films noirs des années 40-50. Un homme qui bien sûr passe par la dimension visuelle. Noir et blanc caractéristique (assez élégant mais un peu terne tout de même pour son époque), décors (avec peu d’extérieurs et un style studio apparent), et mise en scène (les séquences des meurtres par exemple). Truffaut connaît ses classiques, et s’en empare manifestement pour signer un film qui paraîtra sans doute un peu impersonnel aux amateurs du réalisateur, par ce fait même. Mais ce n’est pas pour me déplaire. La bande son est dans la même veine, surlignant ce qui se passe à l’image, mais n’ayant pas grande personnalité. Vivement Dimanche ! est un film réussi, raffiné, référencé, porté par ses acteurs et par une enquête policière tortueuse mais très plaisante. Un bon dernier film pour le réalisateur. 4
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 1581 abonnés Lire ses 8 738 critiques

    4,0
    Publiée le 5 janvier 2014
    François Truffaut s'est essayè au polar dès son deuxième long-mètrage, "Tirez sur le pianiste", un hommage appuyè au film noir amèricain! Avant de mourir, il a tournè, de nouveau en noir et blanc, une ultime comèdie policière, "Vivement dimanche!" où Fanny Ardant y aide son patron Jean-Louis Trintignant à prouver son innocence dans une affaire de meurtre avec de savoureux moments! Condamnè à mourir jeune dont la mort en 1984 prit la dimension d'un deuil national, Truffaut signe une dernière oeuvre d'apparence classique mais sacrèment haletante et fantaisiste, mystèrieuse et fascinante, divertissante et dèconcertante! La paranoïa, le danger, la violence et la mort ètant des èlèments clès du film noir, le rire n'est pas prèdisposè au genre! Etonnamment, l'humour fait ici bon mènage et devient presque « un clichè » sous la forme de la secrètaire Fanny Ardant qui mène sa propre enquête! Au demeurant très bien photographiè par l'immense Nestor Almendros et rudement attachant au niveau de l'interprètation, "Vivement dimanche!" n'en demeure pas moins une rèussite entre faux indices et fausses pistes, avec en accompagnement la musique de Georges Delerue...
    gimliamideselfes
    gimliamideselfes

    Suivre son activité 943 abonnés Lire ses 2 637 critiques

    3,5
    Publiée le 11 avril 2019
    Tombé sur ce film par hasard je pensais voir une sorte de scènes de la vie conjugale vu l'affiche et en fait je me suis retrouvé face à un hommage à Hitchcock. Alors franchement ça me peine à le dire, mais clairement la mise en scène je ne la trouve pas au niveau. Beaucoup moins angoissante, beaucoup moins précise que chez tonton Alfred. Il y a bien un ou deux plans qui fonctionnent bien, notamment la fameuse scène où Fanny Ardant essaye d’apercevoir le tueur mais ne voit que son manteau, mais à côté on a des trucs assez ratés. Je pense au beau bordel qu'est la séquence sur l'affiche où Ardent lève une tour Eiffel miniature. Disons qu'il y avait moyen de rendre ça plus classe, plus flippant, plus marrant, mais qu'en fait c'est juste le bordel. Enfin bon... Mais j'ai pris beaucoup de plaisir à suivre cette histoire. J'ai apprécié le duo d'acteur, le fait de faire jouer Trintignant le rend quasiment au-dessus de tous soupçons, comme Fonda dans faux coupable et ça permet de croire à cette romance entre lui et Ardant. Je suis un peu moins convaincu par la fin et par quelques facilités scénaristiques (genre la caissière de cinéma, si c'est pas le plus heureux des hasards). Je trouve que tout ça se résout très vite, trop facilement. Cependant c'est plaisant, on est un peu dans petit cocon avec que des choses qu'on aime, des acteurs qu'on aime, un peu se suspens, un peu d'humour, un peu d'amour, tout ça est divinement agréable. Je ne dirais pas que c'est un grand film, mais ça donne le sourire. Le genre de film à regarder en famille en mangeant des madeleines. Un film confortable en somme.
    Plume231
    Plume231

    Suivre son activité 582 abonnés Lire ses 4 143 critiques

    4,0
    Publiée le 24 septembre 2010
    Le dernier film du grand François Truffaut est un très bel hommage au cinéma noir américain mais le tout avec une très agréable légèreté de ton. L'intrigue qui ne manque pas de rebondissements se suit sans le moindre déplaisir mais c'est surtout dans la description de ses deux personnages principaux et de leurs relations que le film trouve une partie de son très grand intérêt. Il permet au cinéaste de rendre une ultime fois de montrer son amour de la femme à travers sa dernière égérie Fanny Ardant, qui trouve son plus beau rôle avec celui de «La Femme d'à côté» mais dans une tonalité beaucoup moins grave. Jean-Louis Trintignant à ses côtés est impeccable et se trouve totalement à l'aise dans un registre inhabituel pour lui. Le noir et blanc de Nestor Almendros est bien contrasté et la musique de Georges Delerue infiniment plaisante. Une très belle conclusion de carrière pour un des plus grands cinéastes de tous les temps.
    Julien D
    Julien D

    Suivre son activité 366 abonnés Lire ses 3 097 critiques

    3,0
    Publiée le 7 février 2012
    Le tout dernier long-métrage réalisé par le maitre de la Nouvelle Vague est un vibrant hommage aux meilleurs films noirs américains. Bien que je ne la trouve pas captivante, je ne peux nier cette intrigue réunis tous les éléments des thrillers classiques hollywoodiens, que sa complexité et son suspense parviennent à se mêler parfaitement à un ton léger et qu’elle construite sur la base d’une mise en scène hitchcockienne, ce qui en fait incontestablement une référence dans le cinéma français. Les deux principaux personnages s’échangent de superbes dialogues pleins de non-dits et sont interprétés avec une aisance majestueuse.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top