Mon AlloCiné
House by the River
House by the River
Date de sortie 22 mai 2007 en DVD (1h 22min)
Avec Louis Hayward, Jane Wyatt, Leslie Kimmell plus
Genres Policier, Drame
Nationalité américain
Ce film en VOD
noter :
0.5
1
1.5
2
2.5
3
3.5
4
4.5
5
Envie de voir

Synopsis et détails

Stephen Byrne est un écrivain raté. Pendant que sa femme est absente, il tente de violer leur domestique, mais celle-ci se débat tellement qu'il finit par l'étrangler. John, le frère de Stephen, arrive à ce moment précis dans la maison et à la demande de ce dernier, aide à cacher le corps. Lorsque la police retrouve la dépouille dans le fleuve, tous les soupçons portent vers John...
Distributeur Théâtre du Temple
Voir les infos techniques
Année de production 1950
Date de sortie DVD 22/05/2007
Date de sortie Blu-ray 26/11/2018
Date de sortie VOD 13/03/2013
Type de film Long-métrage
Secrets de tournage -
Budget -
Langues Anglais
Format production -
Couleur N&B
Format audio -
Format de projection -
N° de Visa -

Regarder ce film

En VOD
CANALPLAY
à partir de (7.99 €)
à partir de (3.99 €)
Louer
à partir de (3.99 €)
Voir toutes les offres VOD
Service proposé par
En DVD BLU-RAY
House by the River Combo Blu-ray DVD
House by the River Combo Blu-ray DVD (Blu-ray)
neuf à partir de 14.99 €
Voir toutes les offres DVD BLU-RAY

Acteurs et actrices

Louis Hayward
Rôle : Stephen Byrne
Jane Wyatt
Rôle : Marjorie Byrne
Leslie Kimmell
Rôle : M. Gaunt
Lee Bowman
Rôle : John Byrne
Casting complet et équipe technique

Photo

Films recommandés
La Vipère
La Vipère
Docteur Jekyll et Mister Hyde
Docteur Jekyll et Mister Hyde
Le Violent
Le Violent
Les Yeux noirs
Les Yeux noirs

Si vous aimez ce film, vous pourriez aimer ...

Voir plus de films similaires

Pour découvrir d'autres films : Les meilleurs films de l'année 1950, Les meilleurs films Policier, Meilleurs films Policier en 1950.

Commentaires

  • Nelly M.
    A partir de "The House by the River", publié en 1921 par Allan Patrick Herbert. romancier anglais. La rivière, personnage capital filmé avec d'inquiétants remous, cette carcasse d'animal qui flotte au ras de la maison, une vieille qui tique en voyant une plus jeune quémander une salle de bain fiable... des indices que l'élément liquide va être brassé et rebrassé... La jeune employée jouant de son sex-appeal est le premier piège. Son sourire, sa descente d'escalier d'une démarche lascive n'ont rien de la vierge adolescente. Eh bien Fritz Lang déjoue la déduction qui démange, il préfère qu'elle ne veuille pas ! De bienveillant juste émoustillé suivant du regard la silhouette féminine qui va au bain, le maître de maison reçoit un énième refus d'édition. Un seul plan montre que c'est le coup de massue. Il fait quelques pas dans l'ombre de sa maison, aperçoit sur des marches cette femme éclairée... Et c'est l'élan irrépressible. L'implication du frère, le silence à l'épouse de retour répétant la descente d'escalier... On voit se profiler d'inquiétantes dérives... Ce Stephen Byrne (qu'on devine en ronron conjugal) s'avère le pire patachon qui soit... Son égo démesuré lui barre l'inspiration (pas fortiche pour un écrivain !), il vire au parfait abruti au point de créer par ses manigances le dérapage ultime. Superbe film de Lang ! Bien plus d'écho aujourd'hui qu'à sa sortie étasunienne des années cinquante, ça ne fait pas du tout "vieux"... Un scénario simple, linéaire, des acteurs inconnus mais qui jouent comme des stars ! Une photo en noir et blanc, nette, parlante à la manière des dessins animés. On sent encore la proximité du muet. De remarquables moments (buée du miroir, plongée sur la bonde de la baignoire, eau noire et menaçante de la rivière !). Petit budget et grands effets sur le spectateur avec trois fois rien !
  • michmonde
    Un film de Lang qui peut engendrer des avis mitigés tant il s'éloigne de ses chef-d'œuvres muets mais, malgré quelques facilités et un acteur principal manquant d'une certaine retenue, il contient assez d'atouts pour que l'on puisse le considérer comme un bon film noir... autant dans sa beauté formelle et son atmosphère pesante que dans ses éléments de fond plus riches de sens que ce que la simplicité du scénario laisserait à penser.Essentiel, bien sûr, si l'on est un inconditionnel du Maître...
Voir les commentaires
Back to Top