Notez des films
Mon AlloCiné
    Katalin Varga
    Bande-annonce Katalin Varga
    7 octobre 2009 / 1h 24min / Drame
    De Peter Strickland
    Avec Hilda Peter, Norbert Tankó, László Mátray
    Nationalité roumain
    Bande-annonce Ce film en VOD
    Presse
    3,3 18 critiques
    Spectateurs
    3,1 37 notes dont 11 critiques
    noter :
    0.5
    1
    1.5
    2
    2.5
    3
    3.5
    4
    4.5
    5
    Envie de voir

    Synopsis et détails

    Il suffit d'une indiscrétion pour jeter sur le pavé Katalin Varga et son fils Orban. Reniée par son époux et montrée du doigt dans le village, la jeune femme s'enfuit avec lui en charette et s'engage dans un périple incertain. Voilà onze ans que Katalin n'a pas repris les routes de Transylvanie. Elle n'a pourtant rien oublié. Au fil du trajet, les paysages se font inquiétants et les autochtones plus méfiants. Mais Katalin s'entête parce qu'au bout du voyage l'attendent un passé et la possibilité de Rédemption.

    Distributeur Memento Films Distribution
    Récompenses 2 prix et 8 nominations
    Voir les infos techniques
    Année de production 2008
    Date de sortie DVD -
    Date de sortie Blu-ray -
    Date de sortie VOD 18/03/2017
    Type de film Long-métrage
    Secrets de tournage 8 anecdotes
    Budget -
    Langues Hongrois, Roumain
    Format production -
    Couleur Couleur
    Format audio -
    Format de projection -
    N° de Visa -

    Regarder ce film

    En VOD
    Location à partir de (2,99 €)
    Voir toutes les offres VOD
    Service proposé par

    Bande-annonce

    Katalin Varga Bande-annonce VO 1:57
    Katalin Varga Bande-annonce VO
    23 162 vues

    Acteurs et actrices

    Hilda Peter
    Rôle : Katalin Varga
    Norbert Tankó
    Rôle : Orbán Varga
    László Mátray
    Rôle : Zsigmond Varga
    Roberto Giacomello
    Rôle : Gergely
    Casting complet et équipe technique

    Critiques Presse

    • Dvdrama
    • La Croix
    • Le Figaroscope
    • Le Nouvel Observateur
    • Le Point
    • Les Inrockuptibles
    • Metro
    • Positif
    • Brazil
    • Cahiers du Cinéma
    • Le Monde
    • L'Express
    • Paris Match
    • Première
    • TéléCinéObs
    • Télérama
    • Libération
    • Studio Ciné Live

    Chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de AlloCiné, de 1 à 5 étoiles. Retrouvez plus d'infos sur notre page Revue de presse pour en savoir plus.

    18 articles de presse

    Critiques Spectateurs

    Vareche
    Vareche

    Suivre son activité 29 abonnés Lire ses 186 critiques

    5,0
    Publiée le 10 octobre 2009
    Voilà un film qui en impose. Surprise, il est réalisé par un anglais dont les références en la matière se tiennent bien. Le film est bouillant, la matière choisie est traitée avec un sens de la narration remarquable. Le film assume sa brutalité et sa raideur, dont il tire une forme ramassée rare dans le cinéma d'aujourd'hui. Malgrés des conventions toujours aussi bien assumés (beauté de l'héroïne, pardon et vengeance, lumière ...
    Lire plus
    jfharo
    jfharo

    Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 1 232 critiques

    0,5
    Publiée le 12 octobre 2009
    Un film âpre et glauque qui malheureusement s'enlise dans du n'importe quoi .
    🎬 RENGER 📼
    🎬 RENGER 📼

    Suivre son activité 1787 abonnés Lire ses 5 471 critiques

    0,5
    Publiée le 22 octobre 2009
    Une oeuvre contemplative, inutilement longue, trop longue (!) et extrêmement lente. Composée par de très beaux plans, ainsi qu’une bande son étudiée et en adéquation avec le film. Mais, il y a un bémol, on s’ennui à mourir ! Mise en scène sous tranquillisant, Peter Strickland préfère perdre le spectateur dès les 20 premières minutes plutôt que de le maintenir en éveil. Une belle perte de temps en sommes !
    anonyme
    Un visiteur
    4,0
    Publiée le 27 novembre 2012
    Une femme comme tant d'autres. La voilà qui erre entre plaines et prairies, son enfant à ses côtés. Qui est-elle ? Quelle est son histoire ? Quels sont ses secrets ? D'où lui vient ce regard éteint, sa démarche tendue ? Où va-t-elle ?
    11 Critiques Spectateurs

    Photos

    Secrets de tournage

    Une production difficile

    Il a fallu quatre ans à Peter Strickland pour finaliser son film. Il explique les obstacles qu'il a rencontré : " En 2001, jai hérité de 30 000 euros après le décès de mon oncle. J'ai cru que cela suffirait à financer mon premier film, alors qu'il aurait fallu 200 000 euros pour tourner en Roumanie. J'ai donc préféré attendre un moment plus propice. La pré production a finalement commencé en avril 2004, le tournage s'est très bien passé mai... Lire plus

    Le choix de la comédienne

    Pour le rôle principal, Peter Strickland a engagé Hilda Peter , une actrice alors totalement inconnue du public. Le cinéaste explique que c'est un choix totalement délibéré de sa part. D'abord parce qu'il n'avait pas les moyens de se payer une star, et que de toute façon, même s'il en avait eu les moyens nécessaires, il aurait quand même engagé une actrice inconnue. Pour lui, c'est un parfait moyen pour surprendre le spectateur et d'attiser sa c... Lire plus

    L'utilisation du hors champ

    Toute la violence du film est suggérer en hors champs. En effet, Peter Strickland est covaincu que " montrer le moins a un plus grand impact. C'est une manière de rendre le spectateur responsable, de l'obliger à être actif. " Le cinéaste s'est rendu compte que les paroles peuvent avoir un pouvoir plus effrayant que les images grâce à une expérience personnelle : " Je me souviens que dans les années 90, l'éclatement de l'ancienne Yo... Lire plus
    8 Secrets de tournage

    Dernières news

    Des 1ères séances en famille
    NEWS - Box Office
    mercredi 7 octobre 2009

    Si vous aimez ce film, vous pourriez aimer ...

    Voir plus de films similaires

    Pour découvrir d'autres films : Les meilleurs films de l'année 2008, Les meilleurs films Drame, Meilleurs films Drame en 2008.

    Commentaires

    • SyphX-
      "Odyssée sombre et héroïque, magique et universelle, dont la trame s’inscrit dans le schéma du triptyque primaire : secret, vengeance et justice" ★★★★★★★★★☆ Lire la suite sur LE BLOG DU CINÉMA :
    • Nelly M.
      Une musique pareille est d'ordinaire réservée à la plongée dans les abysses ou dans les forêts peuplées de vampires : on est saisi mais le quotidien s'intercale avec son côté rassurant, une femme se retrouve dans une charrette avec son fiston vers une destination annoncée comme périlleuse. Elle emporte son téléphone portable... Bien regarder mère et fils de dos derrière le cheval, le fichu bleu effiloché qui tremblote... La caméra tressaute au rythme de la carriole, mais peut aussi se reculer très loin de l'action pour ressurgir en contrebas là où on ne l'attendait pas du tout... Ainsi, on déménage en douce du noir complet vers une ouverture ensoleillée, un fouillis abstrait se change en herbe au fil de l'eau. Curieux angles sur les visages où ombre et lumière sont présentes en même temps à égalité pour déguster un bon fromage de chèvre... Soudain, frottements se changeant en clarines pour terminer en chansons qu'on croirait fredonnées par des elfes ou autres farfadets. Le fantastique amalgamé au quotidien... Nombreux tableaux à flanc de colline avec brouillard blanc, le réalisateur-scénariste (un citadin anglais), entretient l'étrangeté sans jamais perdre son fil narratif (les phares de cette voiture occupée à traquer). Fréquentes coupures, rythme alerte, on attend le branle-bas comme dans un western... Rappel de "la petite voix" intérieure de chacun dans les pires moments, les pressentiments, quand les jambes ne portent plus... Une puissan
    • Nelly M.
      Une musique pareille est d'ordinaire réservée à la plongée dans les abysses ou dans les forêts peuplées de vampires : on est saisi mais le quotidien s'intercale avec son côté rassurant, une femme se retrouve dans une charrette avec son fiston vers une destination annoncée comme périlleuse. Elle emporte son téléphone portable... Bien regarder mère et fils de dos derrière le cheval, le fichu bleu effiloché qui tremblote... La caméra tressaute au rythme de la carriole, mais peut aussi se reculer très loin de l'action pour ressurgir en contrebas là où on ne l'attendait pas du tout... Ainsi, on déménage en douce du noir complet vers une ouverture ensoleillée, un fouillis abstrait se change en herbe au fil de l'eau. Curieux angles sur les visages où ombre et lumière sont présentes en même temps à égalité pour déguster un bon fromage de chèvre... Soudain, frottements se changeant en clarines pour terminer en chansons qu'on croirait fredonnées par des elfes ou autres farfadets. Le fantastique amalgamé au quotidien... Nombreux tableaux à flanc de colline avec brouillard blanc, le réalisateur-scénariste (un citadin anglais), entretient l'étrangeté sans jamais perdre son fil narratif (les phares de cette voiture occupée à traquer). Fréquentes coupures, rythme alerte, on attend le branle-bas comme dans un western... Rappel de "la petite voix" intérieure de chacun dans les pires moments, les pressentiments, quand les jambes ne portent plus... Une puissante évocation de l'escalade des vengeances entretenue par le collectif !
    Voir les commentaires
    Back to Top