Mon AlloCiné
    Dragon Ball Z : Le père de Songoku
    Dragon Ball Z : Le père de Songoku
    Durée 0h 41min
    Avec Philippe Ariotti, Pierre Trabaud, Mark Lesser plus
    Genres Animation, Arts Martiaux
    Nationalité japonais
    Spectateurs
    4,2 247 notes dont 25 critiques
    noter :
    0.5
    1
    1.5
    2
    2.5
    3
    3.5
    4
    4.5
    5
    Envie de voir

    Synopsis et détails

    Nous sommes sur la planète Vegeta. Un guerrier de classe inférieure, Baddack, est un exemple. Ses missions sont toutes couronnées de succès. De plus, il a récemment eu un garçon. Mais il n'éprouve aucun amour pour lui car sa force de combat est seulement de deux unités, ce qui est très faible, même pour un nourrisson chez les Saïyens. Cet enfant porte le nom de Carot. Un jour, alors qu'il se reposait après avoir attaqué la planète Kanassa avec son équipe, il est frappé à la nuque par un survivant. Il lui annonce que le but n'était pas de le tuer mais de lui jeter un sort, la préconnaissance. Baddack est alors assailli de visions de la planète explosant, Freezer jouissant de sa victoire et celle d'un jeune garçon ressemblant à son fils. Il voit l'avenir de son enfant Carot, Sangoku, jusqu'à sa rencontre avec le tyran Freezer. Suite à la mort de ses compagnons, Baddack décide donc de l'affronter au cours d'un ultime face à face, au péril de sa vie, pour changer le destin de la planète Vegeta,
    Titre original

    Doragon bôru Z: Tatta hitori no saishuu kessen - Furiiza ni itonda Z senshi Kakarotto no chichi

    Distributeur -
    Voir les infos techniques
    Année de production 1992
    Date de sortie DVD -
    Date de sortie Blu-ray -
    Date de sortie VOD -
    Type de film Télefilm
    Secrets de tournage -
    Budget -
    Langues Japonais
    Format production -
    Couleur Couleur
    Format audio -
    Format de projection -
    N° de Visa -

    Acteurs et actrices

    Shô Hayami
    Shô Hayami
    Rôle : Zarbon (VO)
    Patrick Borg
    Rôle : Baddack
    Casting complet et équipe technique

    Critiques spectateurs

    Komestai
    Critique positive la plus utile

    par Komestai, le 25/01/2011

    5,0Chef-d'oeuvre
    Avec cet OAV "Le père de SonGoku", on effectue un petit tour à la genèse de DBZ. Le départ de Goku pour la Terre, le ...
    Lire la suite
    anonyme
    Critique négative la plus utile

    par anonyme le 26/08/2015

    1,0Très mauvais
    Le summum de la culture intellectuelle. Donner une bonne note à ce film totalement incompréhensible est totalement ...
    Toutes les critiques spectateurs
    36% (9 critiques)
    48% (12 critiques)
    8% (2 critiques)
    4% (1 critique)
    4% (1 critique)
    0% (0 critique)
    Votre avis sur Dragon Ball Z : Le père de Songoku ?
    25 Critiques Spectateurs

    Photo

    Dragon Ball Z : Le père de Songoku : Affiche

    Dernières news

    Films recommandés
    Dragon Ball GT : 100 ans après
    Dragon Ball GT : 100 ans après
    Dragon Ball Z : Attaque super warrior !
    Dragon Ball Z : Attaque super warrior !
    Dragon Ball Z : L'histoire de Trunks
    Dragon Ball Z : L'histoire de Trunks
    Dragon Ball Z : Cent mille guerriers de métal
    Dragon Ball Z : Cent mille guerriers de métal

    Si vous aimez ce film, vous pourriez aimer ...

    Voir plus de films similaires

    Commentaires

    • seiyar
      La seule et unique origin story sur le père de Goku, DB Minus c'est de la grosse purge.
    • predawolf
      Dragon Ball Z: Le père de Sangoku, ou, Baddack contre Freezer, ou encore Le père de Songoku, de son titre original Doragon Boru Zetto Tatta Hitori no Saishu Kessen Furiza ni Idonda Zetto Senshi Son Goku no Chichi?, traduction, Dragon Ball Z: Une ultime bataille en solitaire: le père du guerrier-Z Son Goku qui défia Freezer, littéralement,En gros c'est le bordel au niveau des titres faites votre choix !Ce dixième OAV dans sa sélection collection VHS est en réalité un téléfilm réalisé par Mitsuo Ashimoto, il est même l'un des premiers à avoir était fait, un épisode spécial sortie en 1990. Cet opus s'intègre dans la chronologie de la saga juste avant Dragon Ball, une sorte de préquel dynamisant. Servant de film de base à la série animé, toutefois, certains fan le considère non canon au manga.Personnellement, je m'en tape le coquillard de s'avoir si il est canon ou non mais il faut s'avoir que ce n'est pas le manga qui a inspiré le père de Goku mais l'inverse.En effet, cet OAV-téléfilm a été crée avant que Baddack n'apparaisse dans le manga officiel. Le créateur de la saga Dragon Ball, Akira Toriyama a tellement aimé le protagoniste Baddack et son background qu'il a décidé de l'intégrer dans son oeuvre en lui offrant une petite apparition de deux cases dans le manga représentant sa mort par le biais du souvenir de Freezer en voyant Son Goku. Ce qui pour le coup légitime totalement ce court-métrage.Centré sur les Saiyans et particulièrement sur Badack (également nommé Bardock ou même Bardack faite votre choix la aussi), père de feu Raditz et Goku au visage identique à l'exception d'une cicatrice sur la joue et d'un regard plus sévère, on aborde la genèse de Dragon Ball et plus particulièrement les origines concrètes de Goku via la fin de la planète Végéta. On expose donc par le biais de ce récit la base de tout à travers les yeux de Baddack.Présenté comme un fier et puissant Saiyan sans pitié aux ordres du tyran Freezer, Baddack et son unité composé de Toma, Sélipa, Totappo, et Pumbukin verrons le basculement de leurs ères sur la planète Kanassan lorsqu'un de ses habitants imposera le don de prévoyance à Baddack. C'est à partir de la qu'il verra l'avenir funeste de son peuple par la destruction de la main de Freezer, mais également le futur de son fils Goku qu'il renie. A ce moment là, une course contre la montre apparaîtra et il fera tout pour stopper le tyran.Baddack est un de mes personnages favori de la saga, il est un anti-héro tragique telle une figure romaine sacrifié.Personnage marquant au physique badass, il incarne un guerrier implacable pourvu d'une sensibilité qui frôle le néant et d'une pitié nulle. Il est la représentativité parfaite d'un Saiyan, pour autant, il est également honorable et fidèle envers les siens qu'il tient en haute estime. Il n'accorde aucune importance à son fils Goku alors bébé tant sa puissance est faible, appartenant à la caste inférieur de leur race. Le calvaire qu'il endure à travers ses pensés hantés par les visions du futur sont particulièrement bien retranscris et de manière apocalyptique.La séquence de la mort de son unité avec Toma qu'il tient dans ses bras juste avant de mourir est sublime. Une séquence triste et marquante servie d'une mise en scène parfaite dans laquelle Baddack essuie avec respect le visage mort de son ami avec un foulard blanc qui s'imbibe du sang de son camarade pour devenir rouge vif jusqu'à le nouer tel un bandeau autour de sa tête symbole de vengeance. Cet à ce moment la que la guerre est déclaré, seulement voilà le temps lui est horriblement compté c'est pourquoi dans la hâte il tentera de raisonner les siens pour s'unir fasse à Freezer avant la destruction préconisé, mais ce retrouvera finalement seul. Cet ainsi qu'il finira par mourir dans la bataille en grand guerrier et reconnaîtra au dernier moment son fils en le voyant affronter dans une de ses visions Freezer, la relève qui vengera les Saiyans. De son dernier sourire il criera adieu à son fils et fera de lui sa transmission de flambeau. Magnifique !Les autres personnages sont intéressant l'unité de Baddack à de l'allure bien que brièvement mis en avant, ce qui est dommage car ils auraient mérités plus de temps à l'écran, mais j'apprécie leurs design. L'on retrouve des antagonistes connu comme Zabon et Dodoria les généraux de Freezer qui malgré le bon en arrière d'une vingtaine d'année n'ont pas changé d'un poil. Certain protagoniste sont rajeunis comme Goku bébé, Végéta de même pas dix ans qui déjà envoie du lourd ainsi que son mentor Nappa pourvu d'une moumoute troublante. Je regrette énormément l'absence de Raditz qui aurait clairement mérité une apparition.L'intrigue bien que ficelé s'émousse de quelques facilités scénaristiques du malheureusement à sa courte durée de vie, néanmoins servie d'une belle mise en scène qui parvient à transmettre de l'émotion, beaucoup d'émotion.Les dessins ainsi que l’animation sont au top, la qualité et le colorie de l'image sont assez morose afin de coller avec cette ambiance de fin annoncé. L'action est très présente et livre un affrontement culte entre Baddack et les troupes de Freezer.Voir le héros se jeter à corps perdu dans la bataille fasse à des milliers de soldats est assez épique.La musique joue un rôle essentiel et livre même deux titres inédit spécialement conçu pour l'occasion avec Solid State Scouter et Hikari no tabi qui sont pas mal du tout. On retrouve également des pistes audio connu avec de belles envolés lyrique. La séquence ce passant juste après la mort de Baddack ou celui-ci s'adresse en pensé à son fils bébé Goku alors dans la capsule spatiale direction la Terre est magnifique dans l'utilisation de sa musique.Dans mes regrets je relève une durée de film trop courte pour un chapitre si important, ainsi que pas assez de personnage connu et essentiel à cet arc comme Raditz ou le Roi Végéta qui aurait pu être présent.Néanmoins il est nécessaire de s'avoir qu'après ce téléfilm dans la série animé est sortie un petit arc sur le Roi Végéta qui nous montre que finalement lui aussi avec son unité participait à la bataille contre Freezer au même moment ou Baddack tentait d'unir ses congénères contre le tyran juste avant l'arrivé de son vaisseau. Le Roi Végéta affrontera directement Freezer mais ce fera tuer. Cela apporte pour le coup plus de nuance à l'histoire, seulement voilà ceci ne fais partie que de l'animé et non du manga, ou il est juste dit par Freezer à Végéta qu'il a tué le Roi Végéta de ses mains juste avant la destruction de leurs planète. Mais cela ne vient en rien à contredire le sujet et peux donc être retenu comme tel.Petite Parenthèse:Ce qu'il y a d'ironique et de tout en nuance c'est que Freezer qui à terrassé Baddack sera vaincu par son fils Goku; tout comme le fait que Freezer qui à également tué le Roi Végéta ainsi que plus tard son fils le prince Végéta sera éliminé avec son père Cold par le petit fils du Roi Végéta et fils du prince je parle bien entendu de Trunks, ce qui pour le coup boucle la boucle. Les Saiyans peuvent à présent reposer en paix.CONCLUSION:Dragon Ball Z: Le Père de Sangoku est un OAV d'envergure et d'une importance cruciale pour tout fan de la saga car il est le préquel de cet univers et vient répondre à bon nombre de question. L'histoire ce compose tel une tragédie apocalyptique pleine d'émotion mettant en avant un personnage charismatique et d'envergure, Baddack! Malgré sa courte durée ce téléfilm regorge de surprise, d'affrontement dantesque et d'un design suivi d'une musique excellente. Un grand spectacle !
    • Chris8291
      Le plus émouvant de tous !!Le sacrifice de Baddack est juste superbe.. Alors que Freezer menace tous les Saïyans il parvient encore à sauver son fils ! Superbe.
    • rob777
      voila c'est celui la mon oav préféré,le plus émouvant avec l'histoire du pere de sangoku qui meurt a la fin avec tous les autres sayen pendant que sangoku file vers la terre dans sa capsule,se qui marque le prélude de dragon ball premier du nom,inoubliable pour moi le meilleur oav
    • Jojo7611
      Surement l'OAV le plus émouvant !!
    Voir les commentaires
    Back to Top