Mon Allociné
Only God Forgives
Séances Bandes-annonces Casting Critiques spectateurs Critiques Presse Photos VOD
Only God Forgives
Date de sortie 22 mai 2013 (1h 30min)
Avec Ryan Gosling, Kristin Scott Thomas, Vithaya Pansringarm plus
Genres Thriller, Drame
Nationalités Français, Danois, Américain
Bande-annonce Ce film en VOD
Presse 3,5 18 critiques
Spectateurs 2,37448 notes dont 1539 critiques

Synopsis et détails

Interdit aux moins de 12 ans avec avertissement
À Bangkok, Julian, qui a fui la justice américaine, dirige un club de boxe thaïlandaise servant de couverture à son trafic de drogue.
Sa mère, chef d’une vaste organisation criminelle, débarque des États-Unis afin de rapatrier le corps de son fils préféré, Billy : le frère de Julian vient en effet de se faire tuer pour avoir sauvagement massacré une jeune prostituée. Ivre de rage et de vengeance, elle exige de Julian la tête des meurtriers.
Julian devra alors affronter Chang, un étrange policier à la retraite, adulé par les autres flics …
Distributeur Wild Side Films / Le Pacte
Récompenses 9 nominations
Voir les infos techniques
Année de production 2013
Date de sortie DVD 02/10/2013
Date de sortie Blu-ray 02/10/2013
Type de film Long-métrage
Secrets de tournage 17 anecdotes
Budget 4 800 000 $
Langues Anglais, Thaï
Format production -
Couleur Couleur
Format audio -
Format de projection -
N° de Visa 136486

Séances

VOD

DVD et Blu-Ray

Pour visionner Only God Forgives en VOD, louez, achetez ou abonnez-vous à une offre de l'un des services suivants.
Only God Forgives
Définition standard
VF - VOST
Ce film en VOD
  • Louer (4.99 €)
Only God Forgives
Haute définition
VF - VOST
Ce film en VOD
  • Acheter (9.99 €)
  • Acheter (7.99 €)
Only God Forgives
Haute définition
VM
Disponible sur une Box Internet
Ce film en VOD
  • Louer (5 €)
Voir toutes les offres VOD
Service proposé par
Only God Forgives DVD (DVD)
Date de sortie : mercredi 2 octobre 2013
neuf à partir de 19.99 €
Only God Forgives DVD (DVD)
Date de sortie : mercredi 2 octobre 2013
neuf à partir de 17.99 €
Only God Forgives Combo Blu-Ray + DVD (Blu-ray)
Date de sortie : mercredi 2 octobre 2013
neuf à partir de 22.99 €
Voir toutes les offres DVD-BR

Interviews, making-of et extraits

<strong>Vithaya Pansringarm, Nicolas Winding Refn</strong> Interview 3: Only God Forgives 4:34
Vithaya Pansringarm, Nicolas Winding Refn Interview 3: Only God Forgives
1 752 vues
Nicolas Winding Refn : " Ma relation avec Ryan Gosling est plus intense " 2:30
Nicolas Winding Refn : " Ma relation avec Ryan Gosling est plus intense "
894 vues
<strong>La Minute</strong> N°1064 - Tuesday 13 March 2012 5:00
La Minute N°1064 - Tuesday 13 March 2012
673 266 vues
11 vidéos

Acteurs et actrices

Ryan Gosling
Ryan Gosling
Rôle : Julian
Kristin Scott Thomas
Kristin Scott Thomas
Rôle : Crystal
Vithaya Pansringarm
Vithaya Pansringarm
Rôle : Chang
Casting complet et équipe technique

Critiques Presse

  • Libération
  • Mad Movies
  • Positif
  • aVoir-aLire.com
  • Ecran Large
  • Télérama
  • 20 Minutes
  • Le Monde
  • TéléCinéObs
  • Les Inrockuptibles
  • Cahiers du Cinéma
  • Metro
  • L'Humanité
  • Les Fiches du Cinéma
  • L'Express
  • Studio Ciné Live
  • Ecran Large
  • Critikat.com
18 articles de presse

Critiques Spectateurs

benoitG80
Critique positive la plus utile

par benoitG80, le 23/05/2013

5,0Chef-d'oeuvre

"Only God Forgives" est un film dont on ne ressort pas indemne ! Rarement une telle violence contenue puis ensuite montrée... Lire la suite

kronikmovies
Critique négative la plus utile

par kronikmovies, le 22/05/2013

?Nul

Je viens de voir ce film...comment dire.. C'est embarrassant. Je tiens d'abord à préciser que j'aime beaucoup le travail... Lire la suite

Toutes les critiques spectateurs
9% 142 critiques 18% 278 critiques 14% 214 critiques 18% 276 critiques 17% 258 critiques 24% 371 critiques
1539 Critiques Spectateurs

Photos

28 Photos

Secrets de tournage

Des chiffres qui envoient du Refn

Only God Forgives est le neuvième long métrage de Nicolas Winding Refn, le huitième qu'il écrit lui-même (seul Drive ne l'avait pas été), et le troisième dans lequel il dirige Gordon Brown, après Bronson et Valhalla Rising.

Cannes 2013

Only God Forgives est présenté en compétition au Festival de Cannes 2013.
17 Secrets de tournage

Si vous aimez ce film, vous pourriez aimer ...

Voir plus de films similaires

Pour découvrir d'autres films : Les meilleurs films de l'année 2013, Les meilleurs films Thriller, Meilleurs films Thriller en 2013.

Commentaires

  • katherine chancellor

    je suis entièrement d'accord avec cet avis!!

  • katherine chancellor

    un super film, que je peux voir et revoir encore et encore...

  • Kariboom

    Finalement je l'ai vu. Et je ne regrette pas du tout. Je suis un fan du travail de Refn, dont j'ai vu Bronson et Valhala Rising (Drive c'est pour la fin), et au début, ce film m'a laissé perplexe. Déjà parce que la fin est strange mais surtout parceque, outre la ressemblance frappante avec Valhala Rising, Refn signe un film très voir trop personnel. Le problème selon moi de ce film, ce qui fait que ce film n'est pas aimé par la majorité en tout cas, c'est que Refn nous donne trop de Refn justement! Enchaîner OGF après VR c'est pas compliqué car c'est quasiment le même film. Mais enchaîner OGF après Drive qui est beaucoup plus ouvert au gens ben... Ça doit faire un choc! Après qui suit je pour en juger je ne l'ai pas vu mais si il est aussi grand public qu'on m'a dit alors ce qui ont commencé par Drive ont du être super déçu! C'est donc la où selon moi Refn s'est gouré.
    Pour en revenir au film lui même, je ne vait pas m'étaler car c'est exactement comme Valhala Rising. La B.O sublime, les travellings, l'ambiance, l'esthétique, bref du Refn comme on l'aime! Après m'être renseigner sur le véritable sens du film, j'ai décidé de lui accorder 4,5/5 et non 4/5 comme Valhala Rising car le sens est véritablement mystique et sublime quand on comprend tout. Je le conseille mais seulement au fan de Refn en particulier les fans de Valhala Rising. Vous ne serez pas déçu.

  • Kariboom

    Merci ma box, je ne le regarde pas aujourd'hui.

  • Kariboom

    Ce soir

  • Kariboom

    Il passe ce soir sur ciné+ frisson! Je le regarderais à la demande.

  • Kariboom

    Ok merci tu m'as convaincu, c'est vrai que le travail de Refn est excellent.

  • Kovu63

    Totalement d'accord ce film (que j'ai par ailleurs bien apprécié) à la particularité de sortir des sentiers battus et de ne pas se reposé sur les succès précédents (sagas ou films similaires)

  • Bastien A.

    C'est du Refn, on aime ou on déteste moi je suis fan de son travail et Only God Forgives correspond bien à sa patte : visuel renversant, ambiance très particulière, peu de dialogue tout fonctionne par la mise en scène et ça c'est fort : réussir à nous faire comprendre de nombreuses séquences sans une ligne de dialogue, cela prouve le talent du cinéaste même si on adhère ou pas vu l'étrangeté de l'oeuvre. Tu ajoutes à cel de l'ultra violence et tu obtiens un film de Refn ;)

  • Bastien A.

    2,2 par les spectateurs... Je peux comprendre que le film divise du fait de sa particularité mais après quand tu vois que Fast and Furious ou même Anabelle et autre navets de ce genre ont de meilleures notes... C'est alarmant.

  • Kariboom

    Je viens de voir Valhalla Rising et je voulais savoir, est ce que OGF lui ressemble?

  • Hamul

    Merci de la censure allo ciné, mais je reposte. Et hop, encore un gros bouffon qui pète plus haut que son ***
    T'as l'air d'avoir quelque chose à prouver, un petit complexe d'infériorité...
    Déjà, si tu ne veux pas passer pour un imbécile fini, évite les genres de raccourcis foireux du style "gamer = pas de culture ciné", parce que si tu connaissais un tant soit peu le jeu vidéo et le cinéma, tu réaliserais que ces deux médias partagent beaucoup plus qu'on peut l'imaginer...
    Ensuite, attaquer les autres sur un prétendu manque de culture, gratuitement et sans argument, ça laisse penser que tu n'est qu'un péteux étroit d'esprit, qui manque de confiance en lui et qui a besoin de se rassurer sur quelque chose (la culture). De là: soit tu es en effet cultivé, mais tout cette culture n'aura pas fait de toi une meilleure personne, soit tu es un ignorant qui reporte sur les autres ses propres manquements.
    Et un dernier conseil pour la route, ton avis n'est que ton petit avis d'individu anonyme et insignifiant pour tout autre personne passant sur ce site. Donc évite de paraître trop absolu lorsque tu juges, ça fait *** et pas franchement intéressant. N'oublie jamais que tu n'es que pas grand chose.

  • Hamul

    Un film incroyable. Une sorte de transe morbidement belle. Comme pour l'hypnose, ça marche que si l'on accepte de se laisser faire...

  • Methodkiller

    J'ai crée ma page Sens Critique les gens, dont 3 listes :

    - Meilleurs films de tous les temps

    - Films de Kung Fu favoris

    - Top 10 de 2014

    Si ça vous intéresse... !!

    ---> http://www.senscritique.com/Yu...

  • Hunter Arrow

    "Se regarde le nombril, tel un Nolan"... Déjà rien que cette phrase mérite d'être reprise. On peut donner des défauts à Nolan, mais si il y a bien un réalisateur qui est dans un constant soucis de permettre au plus grand nombre d'aborder ses thématiques personnelles grâce à un emballage grand public, c'est bien lui. C'est tout le propos de films tels que The Dark Knight, Inception et Interstellar et même que certains lui ch*ent à la tête sous ce prétexte donc voilà...

    Sinon, j'ai détesté Only God Forgives à sa sortie Il m'a fait vivre l'un de mes moments les plus douloureux dans une salle de cinéma... Pourtant aujourd'hui avec du recul je suis assez content de l'avoir vu. Non pas que je me suis mis à l'aimer en mode "hipster". Juste que Only God Forgives a le mérite d'être de ces films révélateurs, ceux qui te poussent à t'interroger sur tes limites dans ta cinéphilie et te permet de construire aussi cette dernière. Je l'ai haï mais pas comme je hais un produit vide et dénué d'intérêt tels qu'un Kick Ass 2 ou X-Men Origins. Non, Only God Forgives a vraiment touché là où ma subjectivité ne pouvait que prendre le pas et a déclenché chez moi une réaction. Et même si ce fut du rejet, je trouve qu'il a contribué à plus de bonnes choses que de mauvaises chez moi...

    Après je continue à penser que cela reste un film boursouflé d'une symbolique lourdingue, évoquant plus qu'il ne raconte et qu'il est dommage que le réalisateur ai estimé que le film devait être au service de sa prétention et non pas l'inverse.

  • Outburst

    Les personnes "non cinéphiles" se sont, en réalité, les personnes qui prennent de haut, ou jugent, d'autres personnes en fonction de leurs goûts pour tenter de s'élever au dessus de la masse, et de propager une soi-disante parole sacrée supposée savoir ce qu'est le "vrai cinéma" ou le "bon goût". Les personnes comme toi quoi. Aimer ou ne pas aimer tel ou tel film ne te confère en aucun cas un statut supérieur à d'autres personnes qui s'intéressent au cinéma, l'appréciation d'un film est forcément subjective, et relève d'énormément de facteurs à prendre en compte. Mais bon, vu ton niveau de réflexion, ton ouverture d'esprit limitée, et tes "arguments" qui ne mettent jamais en avant la moindre notion de cinéma, je ne m'étonne pas de voir que la subtilité d'un film comme celui-ci ait pu t'échapper. Laisse moi te dire que là, tu passe juste pour un gros crétin.

  • jugamera

    Entre Mullholand drive et ce film, il y a plusieurs galaxies.

  • jugamera

    Regarder dans le vide, tout le monde sait le faire. Même Marion Cotillard en serait capable.

  • jugamera

    Ce n'est pas de l'art, c'est de l'arnaque. Un peu comme cette histoire où tout le monde se met a genoux devant un tableau peint par un âne.

  • jugamera

    Pour apprécier ce film, il faut un gros background, avoir vu beaucoup de films et je ne crois pas qu'un jeune puisse apprécier ce film, si ce n'est pour se la péter, car il est vraiment lamentable. Je vois vraiment pas trop d'intérêt à ce film. Il y a rien à comprendre, beaucoup de gens ont quitté la salle, non pas parce qu'ils ne comprenaient pas, mais parce que le film est insupportable.

  • jugamera

    C'est pas en fixant 10 minutes un plan que l'on développe quelque chose. Il faudrait encore qu'il y ai un scénario ou un dialogue. Ce n'est qu'un film de posture, mais ça ne fait pas un film.

  • jugamera

    Au delà de son esthétique, le film est d'un vide abyssal et complétement idiot. A part permettre à certaines personnes non cinéphiles de se croire ou se faire passer comme tel, ce film est un navet. Un film d'auteur n'a pas pour but d'embêter le spectateur, il faut apporter quelque chose. Le genre de film typique ou le réalisateur se regarde le nombril tel un Nolan, et qui se fout complétement des spectateurs, ne pensant à aucun moment construire quelque chose de concret. Un film à la limite du diaporama, mais dans ce cas la on fait en sorte de travailler l'ambiance, d'apporter quelque chose.

  • Bastien A.

    Tout à fait d'accord mais il faut aussi comprendre ceux qui n'ont pas aimés, Refn a un cinéma très particulier, soit on aime ou on déteste. Moi je suis admiratif de son travail

  • Thomas F.

    La bande-son est pas mal du tout. Je lui attribue la note de 3.5 pour l'ambiance.

  • magyar57

    Enfin quelqu'un qui sait apprécier ce chef d'œuvre !!!

  • Shanea

    déception, même si j'adore le travail de Nicolas Winding Refn....

  • nalbeuk33

    "fanboys gamers sans cultutre ciné"... Ne pas aimer un réalisateur c'est une chose, aprés dire que ceux qui l'apprécient n'ont aucune culture ciné euh oui mais... non ahah

  • Henri Mesquida

    Je reprends juste une superbe critique analytique trouvé sur un site :"Ce film laisse sur une impression étrange, mêlée de déception et d’incompréhension. Une fin qui arrive trop brusquement, des personnages extrêmement énigmatiques, une ambiance malsaine et hallucinée. Et pourtant, c’est un film qui interroge, ne laisse pas indifférent et qui est, contrairement à ce que beaucoup affirment, profond et intelligent.

    Depuis que je l'ai vu, je n'arrête pas d'y penser. Et ça, c'est très bon signe. Ces longs couloirs obscurs et rouges. Cette Thaïlande mystique et fantasmée. Ces thèmes, ces personnages dingos, cette putain de musique. Refn, tu as bien réussi ton coup. Même Drive ne m'a pas tourmentée comme ça. Ce film est ensorcelant. Voilà, c'est dit.

    CRITIQUE BOURRÉE DE SPOILERS

    Qu'est-ce qu'Only God Forgives ?
    Un mélange d'Oedipe, de Lynch, de Macbeth et de rêve. Donc un film de taré.

    Comme dans Drive, l’ambiance est absolument incroyable. Le rouge domine la sublime photographie de Larry Smith, créant une atmosphère proche de l'enfer dantesque et sonnant comme une promesse du sang versé tout au long du film, les personnages étant tous animés par la vengeance. Mais le bleu - couleur souvent associée au songe - se mêle aussi au rouge. Le film a une atmosphère onirique, très proche de David Lynch. La réalité est au début du film pénétrée par les rêves violents de Julian. Et si tout le film n’était qu’un vaste songe ? La fin pourrait le laisser penser. En effet, le film se termine par une chanson du flic qui évoque une de ses rêveries. Indice du cinéaste ? Pure coïncidence ? Toute l’histoire est très peu crédible, d’une violence rare, imbibée de l’impuissance du « héros » principal. On pourrait donc tout à fait être dans un rêve du début à la fin, un rêve où toutes les pulsions de violence et les fantasmes du personnage se trouvent libérés. En tout cas, la musique et la photographie sont tout simplement jouissives. On a l’impression de vivre un rêve pendant une 1H30. Impression renforcée par la longueur de certaines scènes et par l'atmosphère nocturne.

    Tout le monde s’accorde à dire que Only God forgives est très réussi esthétiquement parlant mais que le fond est débile/incompréhensible/chiant et j’en passe. C’est vrai qu’entre Drive et celui là, on ne peut pas dire qu’on ait à faire avec des scénari de génie. L’histoire de OGF est extrêmement classique mais la mise en scène originale et incroyablement belle transcende cela. Certains trouveront OGF prétentieux. Le film a été hué à Cannes (de toute façon, de nos jours, on hue Malick, alors…. !). Mais non, j’ai trouvé le fond assez intéressant. C’est bourré de références mythologiques, voire même psychanalytiques. Cette famille, ce sont les Atrides, rien que ça. Une famille où règne l’inceste - la première scène entre le fils et sa mère laisse clairement à penser qu’il y a eu inceste ou qu’elle est en tout cas désirée, il n’y a qu’à voir la position de la mère par rapport à son fils…je ne vous fais pas un dessin -, le parricide et autres petits meurtres. La mère est une créature sortie tout droit des enfers, mélange d’américaine peroxydée ô combien vulgaire et de Lady Macbeth meurtrière et perverse. La relation entre le fils et sa mère est assez bizarre. Ils s’aiment, se détestent. Elle le laisse se faire tabasser par ce flic thaïlandais. Puis lui demande de la protéger. Quand Julian plonge sa main dans le ventre de sa mère, dans une scène particulièrement dérangeante, il y cherche son « origine », un lieu où il aimerait se recroqueviller, peut être. Nostalgie de la matrice maternelle, complexe d’Œdipe flagrant pendant 1H30, c'est ça, God only forgives. (et il y a un type qui se fait crever les yeux, TOUT LE FILM PARLE D'OEDIPE BON SANG!!!!)

    C’est aussi un film sur l’impuissance masculine. Finalement, Julian est une victime perpétuelle des évènements. Refn insiste énormément sur les mains de son personnages : mains baignées de sang (nouveau rappel de Macbeth?), mains coupées, mains liées. Il serre désespérément les poings, espérant pouvoir enfin devenir un homme. Il est aussi tout à fait impuissant sexuellement parlant. Cette idée semble hanter le cinéaste danois : c'était déjà le cas dans Drive où on restait au niveau d'un romantisme naif, où l'amour n'était pas consommé. Dans ces deux films, excitation il y a, mais jamais jouissance, si n'est par la violence. Refn s’amuse à jouer avec l’icône Gosling, puisque celui-ci se fait littéralement détruire le visage par le flic thaïlandais. Il n’a donc plus rien du sex symbol d'antan. On est très loin du preux chevalier de Drive, si ce n’est que le mutisme est le dénominateur commun des deux personnages. Mais bon, il a quand même de la compassion pour la fille de Chang qu'il épargne. Après le combat, il tombe les bras en croix et quelques minutes plus tard se retrouve assis dans le noir face à sa mère, le visage tuméfié et couvert de sang, il prend alors carrément des allures christiques. Paradoxes qui relèvent encore du rêve....!

    Le scénario a des allures classiques voire banales mais brasse des thèmes intéressants si on se penche un minimum sur les symboles véhiculés par le film. C’est long et contemplatif et surtout, on parle très peu là dedans. Le seul moyen d’expression des personnages est la violence. Mais ce qui est le plus intéressant dans Only God forgives est probablement le personnage du justicier vengeur et ultra violent, Chang. Véritable ange de la mort, il sort son sabre comme la faucheuse brandit sa faux : de dos, on ne voit même pas qu’il porte un sabre sur lui. Tout le film est hanté par des plans sur ce fameux sabre, comme en apesanteur, avec une musique bien angoissante (signe encore une fois qu’on se trouve bel et bien dans un rêve ?). Toujours habillé de noir, le visage impassible, Chang tue sans vergogne. Il symbolise à la fois la mort et une espèce de divinité. C’est peut être lui, le dieu évoqué par le titre du film. C'est surtout lui qui incarne la loi morale même si les punitions qu'il inflige sont ma foi un peu radicales. Ce personnage qui fait froid dans le dos est tourné en dérision de manière particulièrement originale par Refn puisqu’il le fait chanter dans un karaoké atrocement kitsch. Et des chansons cul cul la praline, s’il vous plaît. Cette façon de prendre à contre pied le type le plus flippant de l'histoire est vraiment jouissive. Chang est une créature issue d’un rêve, et peut-être aussi un père de substitution que Julian cherche à tuer (complexe d’Œdipe forever). L’acteur, totalement inconnu est tout à fait fascinant et signe la performance la plus intrigante du film.

    Soyons honnêtes : Only God forgives n’est pas le chef d’œuvre qu’on attendait tous. Il manque un petit quelque chose pour en faire un grand film. Néanmoins, la mise en scène est de toute beauté et Refn sait distiller du mystère, intriguer son spectateur. Il y a quelques scènes de génie : les rêves/cauchemars de Julian et le combat tant attendu entre les deux héros.

    En tout cas, je reste sur ma théorie. Ce film est un rêve de A à Z. Un rêve où le frère, tant jalousé, serait enfin mort et où Julian pourrait s’accaparer sa mère. Mais comme dans tous les rêves, le héros se retrouve renvoyé à ses propres incapacités et confronté à une violence terrible incarnée par Chang. Cela m'a semblé aussi bizarre, angoissant, long et étouffant qu'un songe."

  • Todd D.

    Une autre daube de Refn. Un réalisateur qui n'a que des fanboys gamers sans culture ciné

  • benizato

    Le rythme est lent, l'ambiance lourde, moite, à l'image du climat thaïlandais, mais une photographie superbe et une mise en scène parfois minimaliste, parfois quasi mystique, confère à cet OFNI qlqch d'impalpable, d'électrisant, qui vous scotche littéralement à l'écran. A noter la prestation exceptionnelle de Kristin Scott Thomas, totalement envoûtante en mère subversive, véritable mante religieuse... 4/5

  • matthias A.

    Totalement électrisant. Un petit ton en dessous du chef-d'oeuvre "Drive", mais quelle claque !

  • Lothbrok1994

    2,2 ... c'est abusé, ce film est un chef-d'oeuvre !!!

  • Miss-Tarantino

    Ce film est un chef d'oeuvre. Une vraie claque visuelle. Et un scénario qui nous tient sous tension du début à la fin.

  • laffargue s.

    Que dire sur only god forgives,tous à déjà été dit,
    J'aime son jeu de lumière,ce film ou le dialogue ne prends pas le dessus et te met dans une situation presque mal à l'aise,Nicolas winding refn est ce que est gaspard noe mais en danois.
    Je suis pas fan de kristin Scott Thomas,mais j'avoue elle ma bluffé dans le rôle d'une mère "tyrannique".
    Il y'a pas de comparaison avec drive,sauf peut être que les scènes de violences vont du moins violent au plus violent pour only god forgives et pour drive tous est le contraire de plus violent à moins violent.

  • Walter L.

    Comme l'as dit jodorowski enfin un réalisateur qui fait passer un maximum d'image et un minimum de dialogue

  • M?lanie M.

    Dis moi exactement ce que tu as compris du dénouement ? Pour voir si on a bien compris la même chose , car je me suis beaucoup retournée le cerveau , mais je dis ça car comparé à Place Beyond the pines , ou All good things , là pour moi je qualifie de subtil et profond !

  • scarface1972

    t'es bien choubidou mais là non le film m'a déçue.. je me suis ennuyée

  • romain m.

    Un film sur l'impuissance d'une grande puissance.

    (ndlr) "C’est un film sur l’impuissance. L’impuissance masculine." Ryan Gosling.

  • jean D.

    quel sérieux

  • Old Soul

    Wong Kar Wai n'est pas le seul à attacher de l'importance au visuel, d'autant plus que le travail esthétique n'a rien à voir avec du Wong Kar Wai dans OGF.
    Et puis je vois pas en quoi le film se veut intellectuel, c'est typiquement le genre de cinéma qui n'est justement pas intellectuel. Je veux dire OGF c'est du pure cinéma sensoriel et visuel, le fond est mis de côté au profit du ressenti. Et ça passe par cette ambiance malsaine et viscéral ainsi que la mise en scène froide et ultra esthétique que Refn modélise.

    Sinon le sexe et la violence "gratuite", sérieusement ça n'a aucun sens cette expression. J'aimerais savoir ce qu'il faut pour qu'une scène de ce type ne soit pas gratuite. Surtout que y'a pas (a mon souvenir) de sexe dans OGF, et la violence fait partie du cinéma de Refn, c'est un peu sa grande fascination.

  • Anthony T.

    2,2 c'est sévère...

  • Doctor Nico

    Sauf que les Chuck Norris sont bien plus rythmés !!

  • Doctor Nico

    Voilà pourquoi je ne comprend pas les avis positifs sur ce film. Pour moi l'histoire c'est le plus important dans un film. Pour moi ce film a autant d'intérêt qu'une pub pour un parfum. C'est joli, mais ça raconte rien.

  • Doctor Nico

    Au moins y'a un lien. Sur la page d'I Spit on your grave, ils avaient mis en suggestion un long métrage Barbie O__o

  • jerem49

    Putain de chef d'oeuvre... Le film est tellement envoûtant, je suis déçu de voir que l'opinion publique n'est pas de cet avis. Déçu de voir que ce film va tomber dans les "chef d'oeuvre incompris" parce que ce film est vraiment une pépite. Aussi bien visuellement qu'au niveau du scénario et du concept. Les couleurs, les lumières, les plans, les recherches d'ambiance et de décors sont sublimes. Un univers sombre et noir, un film brutal et tendu. La lenteur fortement critiquée ne m'a pas dérangé une seule seconde, le film ne pouvait être fait autrement sinon il perdait en suspens et en tension.
    La grande force de ce film finalement c'est qu'il est vraiment à part, jamais de mémoire je n'ai vu un film qui s'approchait de ça

  • sel2

    Exactement mais l'esthétique du film est géniale, il n'y a rien à dire.

  • Mike Corleone

    Après, chacun ses goûts. :)

  • Kbgotcin?

    2,2 en note spectateur c'est un peu abusée , certes le scénario c'est pas trop ça mais la mise en scène , elle , est d'une rare beauté .

  • sel2

    Je ne suis pas une groupie de Ryan Gosling et pourtant je ne suis pas entrée dans l'ambiance. Enfin je ne vais pas refaire ma critique, elle est en haut si tu veux voir mes motifs. Mais ej comprends que l'esthétisme du film t'est séduit, c'est la sa force. Son unique force peut être

  • sel2

    Ils ne sont absolument pas logiques.
    Après on peut voir la chose autrement : on a bien aimé Kristin Scott Thomas donc on veut la revoir

  • froclibre

    Donc on va voir un film pour les acteurs selon Allociné. Tu aimes Only God Forgives, ça veut dire que tu aimes Kristin Scott Thomas et tu aimeras Avant l'Hiver ? Ils sont pas très logique

  • sel2

    Oui je ne dois pas être aussi intelligent que ça, je ne plaisante pas vois la fin de ma critique plus haut j'admets que j'ai du loupé quelque chose.
    Je n'ai ni été séduite par Only God Forgives ni par Spring Breakers.

  • sel2

    ils se basent sur le casting ^^

  • sel2

    Lorsqu'on voit s'inscrire la mention " en compétition au festival de Cannes" on est en droit d'attendre un chef d'œuvre. Alors pourquoi sommes-nous encore déçu ?
    Le problème n'est pas en Ryan Gosling qui revête à nouveau un personnage lugubre et sombre. L'acteur de Drive, N'oublie jamais, The Place Beyound the Pines, Crazy Stupid Love, Gangster Squad n'a plus rien à prouver. Il nous tient à bout de bras malgré son mutisme. Un mutisme typique du film.
    En effet, ne vous attendez pas à des phrases légendaires : les dialogues sont bien souvent remplacés par des hallucinations. Mais le soucis de Only God forgives n'est pas dans son absence de dialogues. Il est dans son absence de scénario. Les 1h30 se résument en une phrase : une famille veut venger la mort de son frère. 1h30 qui passent doucement, doucement. Le film tourne vite en rond et se perd entraînant le spectateur dans sa chute.
    Preuve est faite, après 10minutes seulement, le réalisateur nous a déjà perdu. On ne connaît rien sur les personnages et dans les rues sombres de Thaïlande on voit apparaître un trentenaire sombre qui cherche une prostituée très jeune pour la massacre sans aucune raison. Le père de la victime apparaît vite appelé par un gang sorti de nul part, le gang lui offre une arme et l'occasion de se venger sur le meurtrier puis une fois la chose faite le chef du gang tue le papa parce qu'il prostitue ses filles....
    Ces 10minutes de bazar intense sont pourtant les plus compréhensibles du film. Les 1h20 qui vont suivre vont se partager entre sabre, tendance inceste de Thomas, humiliation de Ryan Gosling, vengeance par intermédiaire et chant. Ce méli mélo obscure n'éblouit personne.
    L'ambiance, les décors, les acteurs sont -en plus d'être cohérents- fascinants mais un film ne se tient pas que dans son esthétisme.
    La fin n'a de grandiose que sa prétention. Déception. Encore.
    Peut-être ai-je loupé la grande trame du film, l'intense message qu'on pouvait en sortir, sa morale implacable, sa force spirituelle ...peut-être. Je n'ai pas la stupidité de prétendre le contraire. En attendant, Only God Forgives ne reçoit mes deux étoiles que pour son esthétique et ses acteurs. Le reste a un arrière goût d'énorme gâchis.

  • gentilbordelais

    un film noir, violent et sans concession qui forcément peut déranger. mais la mise en scène esthétique (lumières, décors, silences, jeux de regards, postures figées ou lancinantes...) est envoutante. un thriller particulier que l'on ne peut oublier!

  • Marie-Pierre B.

    Chaque plan est incroyablement beau. Mais c est un "soit beau et tais toi. " bande son qui porte le film. Un OVNI, clairement je ne parle pas cette langue mais me suis laissée porter par l'atmosphère

  • Florian Malnoe

    Les groopies du films font de même envers ceux qui n'aiment pas ce film. Ils les font passés pour des gros idiots qui n'ont rien compris au film et le place comme un chef-d'oeuvre. Suffit de dire j'aime bien sans faire passer ceux qui n'ont pas aimé pour une ribambelle d'idiots qui n'ont pas saisit le sens et la portée du film. D'ailleurs tu te grille toi même dans tes propos en assimilant directement ceux qui n'aime pas à une incompréhension du film et tu veux essayer de nous donner la leçon après.. Si on n'aime pas on a forcément rien compris au film, argument et raccourcis basique et réducteur.

    Bref une remarque que l'on peut te sortir dans l'autre sens, monsieur ou madame à la mémoire selective. ;)

  • titikititi

    Un film contemplatif avec des
    personnages figés et aux réactions aberrantes. En dépit de qualités
    esthétiques indéniables, Only God Forgives demeure une déception.

    4/10

    http://marvelll.fr/critique-on......

  • Kiwi98

    Pour les jeux de couleurs je vois plus un coté métaphorique qu'un plagiat.

  • cad2507

    Nous n'avons décidément pas les mêmes valeurs, j'ai trouvé Cartel ou Spring Breakers franchement mauvais.

  • cad2507

    Kitano est dans un tout autre registre. Je trouvais que N Winding copiait Won Kar Wai quand il abuse des jeux de couleurs, mais la comparaison s'arrête là.

  • Kiwi98

    Et alors l'Asie ? Takeshi Kitano filme bien l'Asie lui aussi.

  • cad2507

    L'Asie, les décors et les couleurs. Mais en mille fois moins bien que Won Kar Wai !

  • Maxime Q.

    No God will ever forgive the man who made this movie.

  • Tyler_666

    Ou tu vois du Won Kar Wai ? Personnellement moi j'y vois un hommage au cinéma de Alejandro Jodorowsky à qui le film est dédié.

  • 7eme critique

    C'est dommage, ton héros vient pourtant de faire son film le plus subtil et le plus profond.

  • 7eme critique

    C'est exactement ça ! "Only god forgives" est le premier film qui a réussi à m'emmener une deuxième fois au cinéma tellement la magie opère à merveille ; et sur ces deux fois, de nombreuses personnes ont quitté la salle au bout de 20 minutes, s'attendant forcément à voir du "Drive 2"...

  • 7eme critique

    Merci, c'est en voyant ce genre de commentaire que je me sens moins seul.
    Ces 3 films sont de vraies pépites, tu as parlé pour moi ;)

  • cad2507

    Scott Thomas en Barbie ménopausée ridicule, Gosling en pseudo dur quasi muet et au charisme de bidet, des scènes gratuites de sexe et de violence dans des couleurs excessives bordel chinois. Bref, un film qui se veut intellectuel (imitation ratée de Von Kar Wai ?) et qui tombe totalement à plat.

  • El Wray

    Alors toi t'as rien d'un cinéphile. Le mec qui s'arrête au bout de 30 minutes pour poster un commentaire, MDR.

Voir les commentaires