Mon Allociné
Le Créateur
Séances Bandes-annonces Casting Critiques spectateurs Critiques Presse Photos VOD
Blu-Ray, DVD Musique Secrets de tournage Box Office Récompenses Films similaires News
Le Créateur
Date de sortie 21 août 2001 en DVD (1h 32min)
Avec Frédéric Constant, Laëtitia Lacroix, Marie Daëms plus
Genre Comédie
Nationalité Français
Bande annonce Ce film en VOD
Presse 3,5 10 critiques
Spectateurs 3,31242 notes dont 118 critiques

Synopsis et détails

Auteur à succès, Darius voit des affiches annonçant sa nouvelle pièce. Soudain pris de panique, il se rappelle qu'il a oublié de l'écrire...
Distributeur -
Récompense 1 nomination
Voir les infos techniques
Année de production 1999
Date de sortie DVD 21/08/2001
Date de sortie Blu-ray -
Type de film Long-métrage
Secrets de tournage 5 anecdotes
Budget -
Langues Français
Format production 35 mm
Couleur Couleur
Format audio Dolby SR
Format de projection 2.35 : 1 Cinemascope
N° de Visa 93942

Séances

VOD

DVD et Blu-Ray

Pour visionner Le Créateur en VOD, louez, achetez ou abonnez-vous à une offre de l'un des services suivants.
Le Créateur
Définition standard
VF
Ce film en VOD
  • Louer (3.99 €)
  • Acheter (7.99 €)
Voir toutes les offres VOD
Service proposé par
Le Créateur (DVD)
Date de sortie : mardi 21 août 2001
neuf à partir de 8.50 €

Acteurs et actrices

Frédéric Constant
Frédéric Constant
Rôle : le voisin en colère
Laëtitia Lacroix
Laëtitia Lacroix
Rôle : Angélique
Marie Daëms
Marie Daëms
Rôle : Odette
Yves Pignot
Yves Pignot
Rôle : Le père
Casting complet et équipe technique

Critiques Presse

  • Le Parisien
  • Télérama
  • Studio Magazine
  • Ciné Live
  • Chronic'art.com
  • Libération
  • Les Echos
  • Le Figaroscope
  • L'Express
  • Première
10 articles de presse

Critiques Spectateurs

C.d.M
Critique positive la plus utile

par C.d.M , le 12/04/2015

3,5Bien

J'aime pas Albert Dupontel mais j'adore sa mise en scène ! A chaque plan, on retrouve sa patte, à chaque scène, on jubile... Lire la suite

pfloyd1
Critique négative la plus utile

par pfloyd1, le 12/09/2015

1,0Très mauvais

Désolé, je n'ai pas accroché du tout, pourtant je suis fans de l'humour décalé , l'humour noir propre à Dupontel. Est ce... Lire la suite

Toutes les critiques spectateurs
31% 36 critiques 28% 33 critiques 14% 17 critiques 13% 15 critiques 11% 13 critiques 3% 4 critiques
118 Critiques Spectateurs

Photos

Secrets de tournage

Jean-Claude Thibaut, directeur de la photographie, à propos de son travail avec Albert Dupontel :

"Il voulait trouver un équivalent visuel à l'idée de Création. Ce qui signifiait pour lui quelque chose de dramatique, de dense, de sombre. Il ne souhaitait pas que le film soit éclairé comme une comédie légère. Nous nous sommes inspirés des tableaux d'un peintre danois, Hammershoï qui sont d'une intensité à la fois douce et dure. Ce que voulait Albert, c'est une image granuleuse mais qui laisse sa part au grand spectacle, d'où l'emploi du scope. Il est rare de pouvoir faire en France une comédie éclairée de manière assez sombre. Si Albert m'a laissé libre choix au niveau des couleurs, nous nous sommes tenus à son découpage qui était constitué d'un pavé deux fois gros comme le scénario et que nous avons appliqué à la lettre."

Un montage plus long que prévu...

Initialement, le montage ne devait durer que quatre mois. Trois mois supplémentaires ont été nécesaires. Scott Stevenson, chef monteur, en donne la raison :"Parce que Albert a décidé, ce en quoi je l'ai soutenu à 100 %, de se donner le temps de chercher les moyens de perfectionner son film, de remettre en question des choses qui avaient été tournées et ne pas se contenter de ce qui était déjà en boîte. Le film est le résultat d'un travail d'équilibriste entre les questions de fond, le traitement et l'humour pur d'Albert. Il fallait que les morceaux choisis collent artistiquement et aussi du point de vue de la longueur, qu'ils se calent sur les images tournées. Il a donc fallu laisser beaucoup de temps aux musiciens."
5 Secrets de tournage

Si vous aimez ce film, vous pourriez aimer ...

Voir plus de films similaires

Pour découvrir d'autres films : Les meilleurs films de l'année 1999, Les meilleurs films Comédie, Meilleurs films Comédie en 1999.

Commentaires

  • jibefilm

    KENAVO LES BOUZEUX !!!!!

  • guismo91

    Dupontel aaaaaaah Dupontel ... que j'aime ton univers que j'aime ton style que j'aime ta folie !! Merciiiiiiiii

  • Aliz56

    Film culte! déjanté comme j'aime! Dieu Dupontel que ta folie est bonne...

  • Dust-in-the-wind

    excellent film ! encore une fois Dupontel nous démontre son immense talent d'acteur .

  • Jean-philippe N.

    "Bernie", "Le créateur", "9 mois ferme", si il fallait n'en garder que trois, ce serait sans conteste ceux là. Dupontel devrait sans doute être enfermé au fond d'une cellule capitonnée, mais sa schizophrénie est tellement jouissive...
    4/5

  • michmonde

    Alors là, o.k...la folie burlesque de Dupontel est très bien représentée dans ce film.
    Je ne l'attendais pas à un tel niveau après "Bernie" qu'il dépasse largement sur le plan intellectuel et technique, je pense.
    Certaines corrélations avec Barton Fink, il est vrai, se remarquent, notament sur le thème général de la page blanche, pour synthétiser à mort, ou bien de la névrose de l'artiste privé de source d'inspiration, poussé, pour s'en procurer, à se rendre aux frontières de la schizophrénie, au mieux ou au pire, comme ici, a franchir les portes de l'acte répréhensible.
    Le film des frères cohen va, certes, beaucoup plus loin en terme d'univers allégorique surréaliste (on parle même de dilemme Faulknerien) mais je ne me risquerais pas à en faire la synthèse car, déjà, je n'ai pas lu Faulkner et je ne tiens pas à choper la migraine et d'encore me retrouver avec la tronche de disciple après qu'il ait appuyé sur le mauvais bouton de la machine.
    Pour faire court, je dirais simplement avec mes mots à moi, qu'à l'époque où je l'ai vu, il m'avait laissé sur le cul. Explicite, non ?
    Si ça te chante, en voilà une analyse aussi brillante qu'étourdissante : http://www.cadrage.net/films/b...

    Après, je me dois de te dire que je n'ai rien contre Dupontel, au contraire. Dans le panel des comiques de one-man-show, c'est probablement le seul qui m'a plu et étonné autant dans ses propres films que dans ses rôles à contre emploi comme dans "Le convoyeur", "2 jours à tuer" ou "Chrisalys". Je l'adore même dans les registres d'homme sinistre, inébranlable, cynique ou inquiétant. Sans renier son naturel humoristique, bien sûr, "Bernie" m'ayant bien fait marrer mais j'ai plus ciblé mes recherches sur ses rôles sérieux jusqu'à présent. T'inquiètes : je vais rectifier le tir.

    Je suis allé au-delà de mon ressentiment pour Bruel pour regarder "Le Prénom" et, au final, j'ai apprécié malgré le personnage de Berling un tantinet trop tatillon. Bien qu'il faille bien que quelqu'un soit exagérément à cheval sur les principes pour s'amuser à le provoquer et le faire sortir de ses gongs, ce qui me faisait moyennement sourire jusqu'a ce que l'on sorte enfin de la polémique Adolf et qu'enfin chacun en prenne pour son grade. Après "Une journée de merde" : une soirée de merde, en somme...
    enfin...beaucoup de talent de part et d'autres et quelques quiproquos vaudevillesques marrants et bien amenés.
    Et puis ça m'a fait prendre conscience que, autant ça m'irritait au début, autant je trouve maintenant que c'est un pur bonheur que ma copine ne soit guère encline aux discussions de fond...sinon, qu'est ce que je me prendrais...(?)

    O.k pour les comédies italiennes, justement je comptais m'y remettre a commencer par 2 ou 3 œuvres phares (sinon on n'en finit plus) de Mario Monicelli, Ettore Scola ou Dino Risi dont je n'ai rien vu d'autre, et il y a longtemps, que "Le Fanfaron", que j'avais adoré, bien que l'on ne puisse guère le considérer comme un simple film comique.
    Je vais tester "Au Nom du peuple italien", prochainement, maintenant que j'ai vu "Mystery road" que j'ai enfin réussi à choper (et en HD en plus)...
    Film superbe et réaliste, à la réalisation sobre. Un poil lancinant, certes, mais c'est un peu la caractéristique des films intelligents qui cherchent a divertir autrement que par des schémas grand public... cela dit, il ne m'a pas semblé long et m'a procuré un réel plaisir. Merci pour cette découverte.

    je me suis tapé "Les bas-fonds", cette nuit, qui est plus agréable que transcendant : un excellent Gabin, certes, mais une réalisation quelque peu claustrophobique avec beaucoup de décors de studio. En revanche, une direction d'acteur avec très peu de fausses notes mais je m'attendais à plus de scènes avec Louis Jouvet. Pour cela je vais directement me diriger vers des films où il tient le rôle principal car j'aime décidément beaucoup son aisance... on sent une capacité chez lui a embrasser à peu près n'importe quel registre... en tout cas, il crève l'écran, je trouve.
    Mais je dois d'abord me faire, là maintenant, "Les Diaboliques" qui est, parait-il, le chef-d'œuvre ultime de Clouzot. J'en salive presque d'avance...

    Bon, voilà, on se tient au courant, comme d'hab'... à moins que je n'en vienne à te refuser "toutes audiences" à la suite de "Bad Milo" mais je ne pense pas : quand on a tenu "Braindead" jusqu'à la fin, c'est qu'on est bien armé mentalement pour le frappadingue. Bien que, avec "Bad taste", ces trois là, je pense, me suffiront... pour très longtemps....

  • Jean-philippe N.

    Cela fait deux fois que tu évoques "une copine" donc dans un esprit de "rapprochement des espèces" (du genre: faites l'amour, pas la guerre) et cruellement conscient des problèmes de céphalées chroniques dont souffrent nos compagnes (ah! si j'avais fait médecine plutôt que commerce, j'aurais inventé l'aspirine donc dormi moins souvent dans le canapé), je te suggère de te procurer "Magic Mike" (2012) en vue d'une soirée au dénouement heureux. Et si çà ne suffit pas à l'amadouer, tu peux tenter en première partie de programme "Pride & prejudice" (2005) car de même que tous les chemins mènent à Rome, tenter de passer par le cœur de la belle n'est pas plus idiot qu'autre chose. Enfin, si la manœuvre ne fonctionne pas, tu pourras toujours te consoler avec "Coyote ugly" (2000) et la plastique de Piper Perabo... ou de John Goodman, c'est selon, ou bien "You instead" ("Rock'n love")(2011) dont l'intérêt en tant que romance est discutable, mais l'ambiance festival rock suffisamment sympa pour oublier le reste.
    Pour être honnête (si: c'est possible!) je tiens à préciser que niveau films musicaux, mes goûts vont davantage vers "Coal miner's daugter" (1980) découvert récemment, "A prairie home companion" (2006) de R. Altman, "Walk the line" (2005) autour de la country music, (Great balls of fire" (1989), "Hairspray" (2007) sur le rock&roll, "Rock star" (2007)(pourtant: Jennifer Aniston!), "Global heresy" (2001), "Rock of age" (2012) pour le rock plus "couillu" et en parlant de "couillu" l'un de mes préférés (en dehors de "Phantom of the paradise" de Brian de Palma) "Hedwig and the angry inch" (2001), sans conteste LE chef d'œuvre de John Cameron Mitchell. J'espère que tu as de bonnes enceintes, ces films ne supportent pas le son d'un pc portable ou même de HP médiocres.
    PS: Là encore, j'ai d'autres titres en stock à suggérer, d'intérêts divers hors historiques...

  • michmonde

    Hé bien, voilà une sacrée tartine de films musicaux qui me bottent pas mal pour la plupart bien que n'étant pas un grand fan de ce genre. J'en ai tout de même apprécié certains comme le fabuleux "The Rose" que tu dois connaitre, "Bird" ou les deux téléfilms "Tina" et "The Temptations". En tant que grand fan de soul music, la moindre des choses est de connaitre un peu l'histoire de la Motown. J'avais bien aimé "Le soliste" aussi, de ma période R. Downey Jr., avec un excellent Jamie Foxx comme toujours. Après, il serait peut-être interessant de voir ce que donne "Nowhere boy"...
    Bien sûr, en tant qu'adorateur de la musique classique, tu peux bien te douter que mes meilleurs biopics sont "Amadeus", "Ludwig Van B." (Pour moi, le génie incarné) puis, sans être très adepte de Marin Marais le splendide : "Tous les matins du monde"... je n'avais pas trop fouillé de ce coté là mais je vois qu'il y en a d'autres sur Shubert, Mahler et Vivaldi, moins connus évidemment. Je sais que tu n'es pas très piano mais je t'invite à écouter le miraculeux 1er mouvement de la pathétique de Beethoven magnifiquement interprété ici même si la prise de son laisse à désirer : https://www.youtube.com/watch?...

    Pour le matos je suis paré : le moniteur de mon ordi est une télé Philips de 102 cm branchée sur un ampli Sanyo et des baffles Jamo de 2 x 100 watt.
    On fait tout péter dans nos soirées beuveries avec ma copine, du moins jusqu'à ce que l'on se prennent le chou sur nos préférences aussi éloignées que nos goûts cinématographiques. Elle me gonfle en ce moment avec Pharell Williams, loin d'être le pire actuellement mais bon...un peu, ça va, quoi... et la dernière fois, elle a craqué après "Child in time", si c'est pas malheureux d'avoir si peu d'oreille... enfin... on a résolu le problème en ayant chacun sa chambre. Quand on sent qu'on va en venir au mains, elle part bouder dans son coin et force est de constater que le chacun-chez-soi, en définitive, résout mieux les problèmes que les grandes discussions.
    D'autant que nous sommes désormais bien aguerris au comme-si-rien-ne-s'était-passé.
    Je vais quand même essayer la thérapie de couple que tu me propose, sans doute préférable à celle de la mort-aux-rats.
    Que les femmes pourraient venir de Vénus et nous, de mars, me semble trop peu. Je résonnerais plutôt en termes galactiques et calculerais la distance qui nous séparent en milliards d'années lumières... bon, calmons nous...c'est un mal nécessaire, parait-il... n'empêche qu'une des phrases les plus misogynes que j'ai lu vient d'une femme : "Pourquoi dire du mal d'une femme ? Ne suffit-il pas de dire que c'est une femme ?"... et, allez, pour équilibrer la balance, une autre disait : "Un homme, c'est cet espèce de chose inutile qu'il y a au bout d'un pénis." Une sacrée salope celle là, autant c'est la même, va savoir...

    J'ai pas maté grand chose ces derniers temps mais, si tu ne l'as pas vu, je peux au moins te conseiller vivement, "Les diaboliques" de Clouzot : une perle absolue ! J'avais l'impression d'être devant un hitchcock des grands jours. Magistral !
    bon, allez, faut que je m'y remette... je me suis un peu laissé aller ces derniers temps, à la manière de Rivarol qui disait "Je n'ai pas une minute à moi, je me surmène de paresse." un connaisseur, apparemment, puisqu'il dit aussi "Rien n'est plus fatiguant que la paresse". Haa, j'adore les poètes...

  • Jean-philippe N.

    -Oups! Tu tapes là ou çà fait mal: je n'ai pas vu "The rose". Je l'ai trouvé mais pas en version gratuite. C'est un problème. J'ai rangé "The soloist" avec J. Foxx dans drame et "Ray" (2004) dans biopic musical catégorie chef d'œuvre. "Nowhere boy" dans biopic mais non musicaux: je fais une différence de classification, selon qu'il y ai de la musique ou non dans le film. Il existe aussi un biopic sur la secrétaire des Beatles, émouvant pour les nostalgiques du groupe mais dont le titre m'échappe: j'ai dû l'effacer car l'histoire de la créatrice du fan-club d'époque ne m'a pas semblé indispensable à conserver. Si tu aimes le piano et les pianistes réputés (ou supposés comme tels), tu n'as sans doute pas raté "Behind the candelabra" (2013) avec Michael Douglas et Matt Damon. En y réfléchissant, on y entend assez peu de piano mais ce biopic révèle quelques faces cachées de cet instrument: il peut être à queue. Pour rester sur le même sujet (qui n'est pas le piano) tu peux tenter "Velvet goldmine" (1998), un joli film, avec tout plein de zic mythique, sur une époque hélas révolue et avec un excellent casting trop long à écrire. Comment évoquer la "black music" sans citer "Soul men" (2008) et "Blac snake moan" (2006) les deux avec Samuel L. Jackson? Ce serait impardonnable.
    -Je vois que tu as bien assimilé la bonne vieille théorie "vivre à deux, c'est essayer de solutionner des problèmes qu'on aurait jamais eus seul". C'est tout à ton honneur!
    - Je terminerais mes suggestions du jour (mais avec encore beaucoup de munitions en réserve!) avec "The great magician" (2011) histoire de chinoiser un peu plus.
    PS: étant pour la paix des ménages, demandes à ton amie ce qu'elle aime comme genre de films, ce serait le diable si je n'arrivais pas à trouver qques curiosités qui fassent consensus...

  • michmonde

    Je ne peux guère parler cinéma en ce moment... je fais un "break" car j'ai quelques obligations matérielles...
    Des films pour ma copine Irène, c'est sympa d'y penser mais le consensus me semble mal barré : elle adore ce que je déteste et déteste même ce que je n'aime qu'un peu.
    Elle aime avant tout les histoires d'amour mièvres et sirupeuses. Pour ça, nul besoin d'aller bien loin : elle s'ingurgite des tas d'émission de télé-réalité merdiques style "Un mari idéal" ou un truc comme ça, je sais plus trop... et des séries à la con comme "Les mystères de l'amour" alors, nul doute, vu ton ouverture d'esprit, que tu serais capable de lui trouver quelque chose mais imagine qu'elle me dise :
    "Ouais, alors, comme c'est ton pote qui me le conseille, tu peux bien le regarder avec moi ?"
    Haaaaargh, non, pitié...à ce moment là, je préfère me barrer en Angola, en Ukraine ou en Albanie...

    Sinon, je me suis découvert un engouement pour Bill Murray. Avant hier, je me suis laissé tenter par "Un jour sans fin", j'ai bien rigolé... pourrais-tu m'en conseiller d'autres aussi bien ?

  • OriginalKaa

    Kenavo les bouseux !!

Voir les commentaires