Mon Allociné
Hannah Arendt
Séances Bandes-annonces Casting Critiques spectateurs Critiques Presse Photos VOD
Hannah Arendt
Date de sortie 24 avril 2013 (1h 53min)
Avec Barbara Sukowa, Axel Milberg, Janet McTeer plus
Genres Biopic, Drame
Nationalités Allemand, Français
Voir la bande annonce Voir ce film en VOD
Presse 3,5 20 critiques
Spectateurs 3,71032 notes dont 169 critiques

Synopsis et détails

1961
La philosophe juive allemande Hannah Arendt est envoyée à Jérusalem par le New Yorker pour couvrir le procès d’Adolf Eichmann, responsable de la déportation de millions de juifs.
Les articles qu’elle publie et sa théorie de “La banalité du mal” déclenchent une controverse sans précédent.
Son obstination et l’exigence de sa pensée se heurtent à l’incompréhension de ses proches et provoquent son isolement.
Distributeur Sophie Dulac Distribution
Récompenses 3 prix et 2 nominations
Voir les infos techniques
Année de production 2012
Date de sortie DVD 20/05/2014
Date de sortie Blu-ray -
Type de film Long-métrage
Secrets de tournage 12 anecdotes
Box Office France 347 067 entrées
Budget -
Langues Allemand
Format production -
Couleur Couleur et N&B
Format audio -
Format de projection -
N° de Visa 131295

Séances

VOD

DVD et Blu-Ray

Pour visionner Hannah Arendt en VOD, louez, achetez ou abonnez-vous à une offre de l'un des services suivants.
Hannah Arendt
Définition standard
VO - VF
Voir ce film en VOD
  • Louer
Hannah Arendt
Haute définition
VO
Voir ce film en VOD
  • Louer (4.99 €)
  • Louer (3.99 €)
  • Acheter (9.99 €)
  • Acheter (7.99 €)
Hannah Arendt
Haute définition
VF
Voir ce film en VOD
  • Louer (3.99 €)
  • Louer (2.99 €)
  • Acheter (7.99 €)
  • Acheter (9.99 €)
Voir toutes les offres VOD
Service proposé par
Hannah Arendt (DVD)
Date de sortie : mardi 20 mai 2014
neuf à partir de 14.99 €
Hannah Arendt (DVD)
Date de sortie : mardi 1 octobre 2013
neuf à partir de 28.90 €
<strong>Hannah Arendt</strong> Bande-annonce VO 2:17

Acteurs et actrices

Barbara Sukowa
Rôle : Hannah Arendt
Axel Milberg
Rôle : Heinrich Blücher
Janet McTeer
Rôle : Mary McCarthy
Julia Jentsch
Rôle : Lotte Köhler
Casting complet et équipe technique

Critiques Presse

  • Paris Match
  • Positif
  • Marianne
  • aVoir-aLire.com
  • Libération
  • Le Parisien
  • Le Monde
  • TéléCinéObs
  • Elle
  • Télé 7 Jours
  • La Croix
  • Les Fiches du Cinéma
  • Les Inrockuptibles
  • Télérama
  • L'Express
  • 20 Minutes
  • Critikat.com
  • Studio Ciné Live
  • Cahiers du Cinéma
  • Première
20 articles de presse

Critiques Spectateurs

ninilechat
Critique positive la plus utile

par ninilechat, le 29/04/2013

4,0Très bien

J'ai vu ce film passionnant le jour de sa sortie, irradiant une semaine riche en nanars {Je pense aux malheureux jeunots... Lire la suite

Hed
Critique négative la plus utile

par Hed, le 28/04/2013

3,0Pas mal

Le thème est évidemment passionnant, la responsabilité individuelle dans un système totalitaire conduisant à l'horreur absolue.... Lire la suite

Toutes les critiques spectateurs
4% 6 critiques 43% 73 critiques 34% 57 critiques 14% 24 critiques 4% 6 critiques 2% 3 critiques
169 Critiques Spectateurs

Photos

11 Photos

Secrets de tournage

Hannah Arendt en quelques mots

Hannah Arendt, née en 1906 et décédée en 1975, était une philosophe juive allemande, qui a notamment eu pour professeurs Edmund Husserl et Martin Heidegger. Suite aux événements du début des années 1940, elle a émigré vers les États-Unis. Sa pensée philosophique se décline autour de problématiques telles que la révolution, le totalitarisme, la culture ou la modernité, éléments qui régissent le fonctionnement en société. Elle est notamment connue pour son étude sur ce qu'elle a elle-même qualifié de "banalité du mal", concept qui ressort de son rapport sur le procès du criminel de guerre nazi Adolf Eichmann. Le procès, qui s'est déroulé en 1961, est par ailleurs le moment sur lequel se focalise le film : "Le film se concentre sur les quatre années tumultueuses pendant lesquelles les vies d’Hannah Arendt et d’Adolf Eichmann se sont croisées, l’impact historique et les répercussions émotionnelles de cette expérience", précise la réalisatrice Margarethe Von Trotta.

Arendt et la banalité du mal

La "banalité du mal" est un concept inventé et développé par Hannah Arendt dans le rapport qu'elle a réalisé à partir du procès Eichmann, auquel elle a assisté en 1961 à Jérusalem. Cette notion, à l'époque, a créé la polémique, certains analystes l'ayant interprétée comme une justification des atrocités commises par l'officier nazi. Or, ce que la philosophe a voulu exprimer par cette idée, c'est que Eichmann était un homme terriblement banal, qui a commis toutes ces atrocités par devoir et obéissance envers le régime nazi, sans se poser de questions. En rien, cette approche ne cherche à excuser l'abomination de ces actes : "chercher à comprendre ne signifie par pardonner" (cf. Hannah Arendt dans le film).
12 Secrets de tournage

Si vous aimez ce film, vous pourriez aimer ...

Voir plus de films similaires
Commentaires
  • tilos

    comment passer a cote de la marque Von Trotta-Sukowa?
    ce serait un peché de cinéphile engagé!

  • Christoblog

    Très bonne soirée si vous allez voir ce film. Ma critique en googlant "Christoblog Arendt".

  • brouceli

    Pas mal, mais pas assez de poursuites de voitures. C'est aussi un peu pauvre en scènes de
    karaté. Sinon, c'est bien.

  • ioannites

    L' histoire nous rappelle que l' être humain, loin d'être parfait, atteint des sommets de cruauté avec une intelligence, certes raffinée, mais très négative. Face à ces événements de la deuxième guerre mondiale, doit-on répondre aux provocations nazi avec la même bassesse? C'est la philosophie qui répond à ces questions. Hannah Arendt, fidèle à sa propre vocation est restée à la quête de la vérité, même si son attitude gênait les conventions de sa société. Le film retrace bien ce parcours, mais quelques maladresses sont bien gênantes et les dialogues n'atteignent pas toujours l' essentiel de la philosophie de Hannah

  • tedsifflera3fois

    Contre l’indifférence et la soumission à l’autorité, le film suit le combat d’une femme brillante et indépendante, et se fait le témoin d’une pensée qui se forme, qui s’affirme, qui jamais ne se ferme. Ma critique en googlant : "ted sifflera 3 fois hannah arendt".

  • angelabassompierre

    s'il fait un million d'entrées, j'irai le voir, là..... entre liste de schindler, la rafle, elle s'appelait sarah, ils veulent nous faire pleurer tout le temps..... ?

  • Firewalker

    Ca n'a vraiment rien à voir avec tous ces films. je ne vais pas dire c'est l'inverse car ce n'est bien sur pas une partie de rigolade mais on est dans la réflexion et vraiment à des lustres d'une volonté de faire pleurer dans les chaumières. Avec ce sujet toujours délicat à traiter la voix de la philosophe est entendue et respectée que l'on soit pour ou contre son point de vue. La mise en scène montre clairement le bouleversement que va provoquer sa thèse dans sa propre communauté et son courage pour affronter ses paires.

  • claude21

    Ce film est indispensable. Il est simple d'accès et donne envie d'en savoir plus.
    La banalisation du mal fut une vraie découverte en France où sous l'impulsion du régime gaulliste on nous a rebattu les oreilles sur le fait que tous les Français étaient des résistants. Or patout des petits fonctionnaires zêlés ont favorisè le Nazisme en se pliant aux ordres sans beaucoup réfléchir et en ayant que la volonté de se faire bien voir afin de monter dans la hiérachie comme ce fut le cas d'Eichmann.
    Il faut voir ce film qui fait beaucoup réfléchir

  • leRelais

    Le film est tourné en langue anglaise et allemande.

  • Victore V.

    j ai vue se film hier au cinéma je l ai trouver très bien mais il est long
    alors le scenario est compliquer mais en versions original très
    bien alors aller le voir au cinéma ces un film génial

  • elriad

    Un film fort, admirablement porté par Barbara Sukowa, pour nous faire découvrir cette philosophe juive allemande debout contre tous pour défendre ses idées. Des idées qui nous placent, nous spectateurs dans un état de réflexion, sommes-nous d'accord ou non avec l'idée qu'un homme seul ne peut être jugé coupable d'une machinerie de guerre aussi terrible que la solution finale de la seconde guerre mondiale, orchestrée par les nazis? Personnellement, je ne partage pas les idées de cette femme mais l'analyse est brillante et le rôle d'une philosophe est accompli...A chacun de porter sa réflexion....

  • Jean-philippe N.

    c'est pas faux, mais vu le succès du film, on attend un remake Hollywoodien avec Miley Cyrus dans le rôle d'Hannah Arendt et Justin Bieber dans celui de son premier amour, le prof nazifiant. Le film commencerait avec la capture du méchant par l'équipe des expendables au complet et finirait avec l'évasion dudit méchant grâce à Vin Diesel et ses potes dans de grosses bagnoles.
    J'en salive d'avance...

  • Henri Mesquida

    Cinéma très académique mais c'est si bon de réfléchir à partir d'un matériau intelligent.

  • Aspro

    Il ya quelque chose peut-être d'un peu maniéré dans le film de Margarethe von Trotta sur Hannah Arendt et ses expériences dans les années 1960 sur l'écriture de son rapport iconique sur le procès d'Adolf Eichmann à Jérusalem.
    À certains moments, en fait, ça semble comme une pièce radiophonique avec des images. Mais pour tout cela, c'est un film intéressant sur les idées, et comment elles peuvent être explosives.
    Arendt, jouée par Barbara Sukowa, est représenté comme étant commandée par le New Yorker d'écrire sur le procès. Le résultat fut son célèbre "la banalité du mal»: son épiphanie en réalisant que Eichmann n'était pas un monstre effrayant, mais un petit et pathétique scribouillard.
    Pour Arendt, c'est dans cette médiocrité minable et insidieuse , emblématique d'une nation d'administrateurs effectuant docilement la Shoah ou residait le vrai mal.
    Mais pour beaucoup dans les cercles juifs, ses remarques sur la collaboration juive perçue dans le ghetto de Varsovie ont provoqués du ressentiment et son association avec le philosophe et nazi Martin Heidegger n'a pas été oublié. Il s'agit d'une production formelle et pédagogique, mais néanmoins intéressante. 3/5

  • quetedugraal

    Le sujet est tellement vaste qu'il ne peut qu'être effleuré dans un film aussi bon soit-il. Néanmoins il y une sacrée matière à réflexion. A chacun de cogiter sur ce qui aurait pu être un thème du bac philo.

  • plutis

    Un film sur la nature du mal, ça change... Seulement le sujet est effleuré, mais bon on apprend l'importance de la pensée et puis on a confirmation que le mal peut être fait par des personnes obtus, bornées à faire "leur travail" comme on en retrouve un peu partout et surtout dans les bureaux.

  • Badaask

    Sur l'affiche on dirait Anne Roumanoff ...

  • L'envol?e C.

    Un film intense, découvrez ce que L'Envolée Culturelle, le journal en ligne associatif et étudiant de la culture http://www.lenvoleeculturelle....

Voir les commentaires