Mon Allociné
Zero Theorem
Séances Bandes-annonces Casting Critiques spectateurs Critiques Presse Photos VOD
Zero Theorem
Date de sortie 25 juin 2014 (1h 47min)
Avec Christoph Waltz, David Thewlis, Mélanie Thierry plus
Genres Science fiction, Drame, Fantastique
Nationalités Américain, Britannique, Roumain, Français
Bande-annonce Ce film en VOD
Presse 2,5 27 critiques
Spectateurs 2,81209 notes dont 191 critiques

Synopsis et détails

Londres, dans un avenir proche. Les avancées technologiques ont placé le monde sous la surveillance d’une autorité invisible et toute-puissante : Management. Qohen Leth, génie de l’informatique, vit en reclus dans une chapelle abandonnée où il attend désespérément l’appel téléphonique qui lui apportera les réponses à toutes les questions qu’il se pose. Management le fait travailler sur un projet secret visant à décrypter le but de l’Existence – ou son absence de finalité – une bonne fois pour toutes. La solitude de Qohen est interrompue par les visites des émissaires de Management : Bob, le fils prodige de Management et Bainsley, une jeune femme mystérieuse qui tente de le séduire. Malgré toute sa science, ce n’est que lorsqu’il aura éprouvé la force du sentiment amoureux et du désir que Qohen pourra enfin comprendre le sens de la vie...

Titre original The Zero Theorem
Distributeur Wild Side Films / Le Pacte
Récompenses 4 nominations
Voir les infos techniques
Année de production 2013
Date de sortie DVD 29/10/2014
Date de sortie Blu-ray 29/10/2014
Type de film Long-métrage
Secrets de tournage 21 anecdotes
Box Office France 77 046 entrées
Budget -
Langues Anglais
Format production -
Couleur Couleur
Format audio -
Format de projection -
N° de Visa 135206

Séances

VOD

DVD et Blu-Ray

Pour visionner Zero Theorem en VOD, louez, achetez ou abonnez-vous à une offre de l'un des services suivants.
Zero Theorem
Définition standard
VF - VOSTFR
Disponible sur une Box Internet
Ce film en VOD
  • Louer (4.99 €)
  • Acheter (11.99 €)
  • Louer (4.99 €)
  • Louer (4.99 €)
Zero Theorem
Haute définition
VO - VF
Disponible sur une Box Internet
Ce film en VOD
  • Louer (5 €)
  • Louer (4 €)
Zero Theorem
Définition standard
VF - VOSTFR
Ce film en VOD
  • Acheter (10.99 €)
Voir toutes les offres VOD
Service proposé par
Zero Theorem (DVD)
Date de sortie : mercredi 29 octobre 2014
neuf à partir de 3.40 €
2 films cultes de Tery Gilliam : Zero Theorem + Brazil - Pack (DVD)
Date de sortie : mercredi 29 octobre 2014
neuf à partir de 14.11 €
2 films cultes de Tery Gilliam : Zero Theorem + Brazil - Pack (Blu-ray)
Date de sortie : mercredi 29 octobre 2014
neuf à partir de 17.64 €
Voir toutes les offres DVD-BR
<strong>Zero Theorem</strong> Bande-annonce VO 1:33

Interviews, making-of et extraits

Christoph Waltz revient sur son récent succès, après plus de trente ans de carrière 2:20
Christoph Waltz revient sur son récent succès, après plus de trente ans de carrière
8 284 vues
<strong>Fanzone</strong> N°223 - Justice League, Wonder Woman... Le calendrier DC ! 5:21
Fanzone N°223 - Justice League, Wonder Woman... Le calendrier DC !
53 139 vues
<strong>Top 5</strong> N°589 - Les métiers qui n'existent qu'au cinéma 2:31
Top 5 N°589 - Les métiers qui n'existent qu'au cinéma
35 920 vues

Acteurs et actrices

Christoph Waltz
Christoph Waltz
Rôle : Qohen Leth
David Thewlis
David Thewlis
Rôle : Joby
Mélanie Thierry
Mélanie Thierry
Rôle : Bainsley
Lucas Hedges
Lucas Hedges
Rôle : Bob
Casting complet et équipe technique

Critiques Presse

  • Charlie Hebdo
  • Culturebox - France Télévisions
  • TéléCinéObs
  • Le Parisien
  • 20 Minutes
  • L'Ecran Fantastique
  • Chronic'art.com
  • Metro
  • Direct Matin
  • Les Inrockuptibles
  • Première
  • TF1 News
  • Mad Movies
  • Le Monde
  • L'Ecran Fantastique
  • Studio Ciné Live
  • Le Journal du Dimanche
  • Les Fiches du Cinéma
  • L'Humanité
  • Positif
  • La Croix
  • aVoir-aLire.com
  • Le Dauphiné Libéré
  • Ouest France
  • GQ
  • Critikat.com
  • Télérama
27 articles de presse

Critiques Spectateurs

Flaw 70
Critique positive la plus utile

par Flaw 70, le 28/06/2014

4,0Très bien

Terry Gilliam est un réalisateur brillant qui aime à créer des univers fantaisistes qui demande une pleine attention de son... Lire la suite

Dandure
Critique négative la plus utile

par Dandure, le 28/06/2014

2,0Pas terrible

Attention, cet avis contient des spoilers tels que : Spoiler: dans le futur, fumer sans cigarette ne tue pas plus que le... Lire la suite

Toutes les critiques spectateurs
8% 15 critiques 20% 38 critiques 28% 53 critiques 29% 55 critiques 10% 19 critiques 6% 11 critiques
191 Critiques Spectateurs

Photos

23 Photos

Secrets de tournage

La théorie italienne

Zero Theorem a été sélectionné pour la compétition de la 70ème Mostra vénitienne. Il dut cependant laisser le Lion d'or à Sacro GRA, de Gianfranco Rosi et les Lions d'argent à Alexandro Avranas pour Miss Violence et Tsai Ming-liang pour Les Chiens errants. Il fut également présent, hors compétition, au festival international du film de Marrakech.

Délégation scribouillarde

Alors que le réalisateur Terry Gilliam s'est le plus souvent lui-même chargé d'écrire les scénarios de chacun de ses longs-métrages, Zero Theorem est l'oeuvre d'un illustre inconnu de la profession, Pat Rushin. Le fait est d'autant plus étonnant que le cinéaste rapproche son dernier film d'une autre dystopie qu'il réalisa en 1985, Brazil, dans laquelle il dépeignait l'aliénation de l'homme par la société qui l'entourait. Il a par la suite décrit Zero Theorem comme la version actuelle de l'idée qu'il se faisait de cette humanité sociale.
21 Secrets de tournage

Si vous aimez ce film, vous pourriez aimer ...

Voir plus de films similaires

Pour découvrir d'autres films : Les meilleurs films de l'année 2013, Les meilleurs films Science fiction, Meilleurs films Science fiction en 2013.

Commentaires

  • Clint Westwood

    Du très bon Gilliam !

  • nalbeuk33

    Alors ce qui est sur c'est que les acteurs sont geniaux (beau casting, Melanie Thierry qui m'a étonné d'ailleurs). Un monde coloré, bien creer, des personnages et scènes assez droles et marquantes.

    Bon après le scénario il vient tout droit de l'espace ça c'est sûr, j'arrive même pas à imaginer comment on peut imaginer une histoire comme ça ahah. Vers la fin personnellement j'ai eu un peu de mal. Les dernières scènes sont assez perturbantes j'ai eu du mal à trouver de la cohérance dans la fin de l'histoire, ça risque d'en rebuter plus d'un.
    Sinon pour moi ça reste quand même un bon film.

  • Maya Chocolat

    Ce film est vraiment étrange... on se demande ce qu'il s'est passé dans la tête du scénariste !! Mais de très bon acteur, ce film est très philosophique et émouvant, quelques apparitions de Matt Damon et Tilda Swinton assez surprenante mais c'est un assez bon film.

  • Maxime Bret

    j'ai toujours beaucoup de mal à cerner correctement l'idée générale de ce genre de film mais ton interprétation me plait énormément. si elle n'est pas vrai elle donne au moins (en tout cas pour moi) beaucoup de sens à l'oeuvre. tes exemples sont bon et j'avais remarqué les mêmes qui mont fait beaucoup cogiter. J'aurais aimé voir un plus grand débat autour de ton commentaire :)

  • PierreTwo

    merci pour ce commentaire, je crois que c'est le premier que qui me partage totalement en deux: 50/50
    ET je suis d'accord et j'avais même pas remarqué, leur quotidien est très ennuyeux..."ils travaillent"...donc comme pas mal d'emplois, c'est ennuyeux
    ET je suis pas d'accord, le film n'est pas ennuyeux rapidement...il a manqué de plus de moyens
    Ce film est une vraies attaque d'un certain monde du travail pourri.

  • PierreTwo

    Rachel McAdams est superbe en effet: son regard est touchant aussi. J'aime bcp ta citation d'un de mes bons souvenirs de cinema et son film avait fait la couverture du génial Starfix à l'époque, l'Arme fatale: Danny Glover " j'suis trop vieux pour ces conneries..."

  • MickDenfer

    Emouvant parfois mais ce n'est pas assez riche.

  • defleppard

    Ennuyeux rapidement, comme le quotidien de ces hommes......1 étoile et demie.....!!!!!!

  • rico L.

    ouch!je viens ici pour voir ce que vous pensez de ce film ,et je ne trouve pas 1 commentaire,court et simple,pas envie de me taper vos romans,ouvrez donc un forum :)

  • st?phane g.

    HS:"on écrit "la foi" et "le foie"...." ;-)

  • Shanea

    Mélanie thierry excellente *-*

  • alastor78

    Je trouve que c'est une vision intéressante mais je pense également que les interprétations de films basé sur l'idée que tous les personnages ne sont que des projections d'un seul et même être sont en général toujours trop limités (je pense au cinéma de David Lynch souvent "victime" de ce genre d'interprétations). Pourquoi limité? Parce que c'est la nature même d'un film ou d'un roman. Les personnages sortent tous vraissemblablement de l'imaginaire d'une personne ou d'un groupe de personne et sont par essences diverses projections de ce même esprit, de cette même vision du monde. Ce sont des discours qui se superposent et s'interposent. Voir les personnages de Zero Theorem comme un seul et même personnage c'est finalement commenter le processus de création artistique même. D'un point de vue narratif je ne crois pas que l'on est besoin de douter de la nature réel des personnages pour en arriver à la même conclusion lorsqu'on fait une analyse du film. Cela restera un retour au JE, une déconnection de la masse et un retour à l'Humain et à ce que cela signifie d'être humain.

  • alastor78

    C'est un paradoxe: Q se déconnecte de la machine en allant en lui à la recherche de son âme, mais pour accomplir ça il doit utiliser une machine et le dernier plan nous le montre appaisé, sur son île parfaite mais fausse. C'est un retour à l'innocence, une acceptation de son humanité et de cette capacité dont parle Bob à pouvoir croire à deux choses contraire à la fois: Q croit alors au théorème zéro et en même temps il a gardé la foie.

  • Badaask

    Quelqu'un peut m'expliquer la fin du film ? Votre interprétation ...

  • Fan-De-Minions!!

    Dommage qu'on l'oublie si vite ce film...

  • Jean-philippe N.

    -T'inquiète! c'est bien aussi de savoir qu'il y a des gens qui ont une vraie vie! Autre que de rester scotché (même par obligation) dans un fauteuil comme un moustique sur du papier tue-mouche.
    Après "Divergente", j'ai vu "Nos étoiles contraires" tjrs avec Shailen Machin. En soi, le sujet n'est pas mauvais, mais le traitement tire-larme doublé d'une romance à deux balles qui en est fait .. Mon Dieu! Le pire, c'est que çà plait... Rétrospectivement, quand je pense que l'un des 1ers films "d'amour" que je suis allé voir au Gaumont du BD de Strasbourg au Havre (et que toute la bourgeoisie locale allait regarder en rang serré!) était "Gorge profonde", çà me fait hurler de rire. Que la société change, que les mentalités évoluent, c'est sûrement une bonne chose, mais pour autant, je me demande lequel de ces deux films est le pire niveau impact sur l'inconscient collectif...
    -J'aimais bien aussi S. Johanson, quoique je l'ai tjrs trouvé assez inexpressive (j'aurai tendance à préférer Rachel McAdams, géniale dans "Morning glory" face à Harison Ford) mais depuis que je me suis supporté ses 4 derniers films (dont un ou elle n'apparait même pas, ce qui lui vaut un oscar, la blague!) mon intérêt s'est carrément refroidi. Le cinéma aussi évolue, mais cette évolution là ne me branche pas du tout. Les films doivent être divertissants (on ne va pas les voir pour forcément souffrir!) mais un peu de fond me parait indispensable. Quand ils sont trop creux ou trop alambiqués, perso, çà ne passe pas. Comme disait Danny Glover dans "L'arme fatale": j'suis trop vieux pour ces conneries...
    Un joli minois ne me suffit plus pour me faire passer une pilule comme un suppositoire. C'est une image!

  • PierreTwo

    désolé pour long délai entre réponses mais je m'organise mal et n'ai trouvé que le temps de rapide incursions dans Allociné mais en général bcp trop tard et je suis alors trop dans le coltard pour "bien" répondre . vraiment intéressant de savoir que certains membres d'Allociné ont bossé pendant 30 ans: cela ajoute du crédit à tes commentaires; "La compétitivité avant l'homme" tu connais donc.
    J'ai pas encore vu "Welcome to the jungle" mais j'ai vu qu'il est gratuit dans mon pass vidéo donc je l'ajoute à ma très longue liste de films en retard...déjà plein de DVDs à voir (même pas ouverts sur étagère). Sur le sujet (ou autour) "Ressources humaines" était bien aussi. "Riens du tout". "Une étrange affaire". J'ai pas vu "Le couperet" mais bcp me le conseille. "Coute que coute" aussi était bien

    Au sujet de tes films de sci fi récents: j'ai pas vu "Transcendance", une des pires bande annonces vues récemment, bien d'accord au sujet de "Divergente", j'ai eu un peu espoir mais très vite déchanté; il est victime de la Twilightisation rampante de bcp trop de films...love story très gnan-gnante aussi; par contre j'ai bien aimé "Lucy"!: débile sur le papier, la science et les faits détruisent le film, le montage au début avec les images de lions et de gazelles est vraiment lourdingue (pour un public Américain qui aurait pas compris la situation de Scarlett Johansson "PROIE" d'un escroc..."la-vie-est-une-jungle"...mais voilà j'adore Scarlett Joahnsson, la voir en gros plan, pour si longtemps m'a juste transporté, a débranché mon cerveau ;-) ;-), la scène aux urgences où elle téléphone à sa mère et se rappelle des souvenirs d'enfance est superbe; et puis j'aime bien le ton gamin de certaines scènes, l'amusement adolescent de Luc Besson (bien que j'essaye de ne pas trop penser aux info extra cinéma qui le concernent...)

  • Anurag H.

    Encore une œuvre incomprise du génie Terry Gilliam, qui sera acclamée par le grand nombre dans quelques années... Vision futuriste comme seul le cinéaste sait offrir, poésie macabre et absurde à la fois, ce délire onirique est une somptueuse réalisation portée par un casting au top. Des centaines d'analyses et d'interprétations possibles, n'est-ce pas ça le grand art ?

  • benizato

    Encore un OFNI de Terry Gilliam. Personnellement très fan de son univers, je n'ai pas été déçu par l'ambiance futuriste, loufoque et burlesque de ce Zero Theorem. Comme bien souvent avec Gilliam, rien est évident, rien ne s'impose au spectateur, il s'agit plutôt là d'une proposition qui laisse une grande part à l'interprétation subjective. J'ai personnellement perçu les pérégrinations schizophréniques du héro comme une critique virulente de la société de consommation ulta productiviste (thème assez réccurent chez Gilliam), et comme une ode au lacher-prise plutôt que de tenter desespérément de trouver un véritable sens logique à la vie. 4/5

  • Hippie C.

    Théorème zéro, que dire de ce petit bijou ?, le film
    est d’une complexité parfois agaçante, mais une fois les indices (qui sont
    beaucoup dans le film) joints ensemble, une fois la nature des personnages
    comprise et bien cernée, le film prend une autre dimension et ouvre la porte à
    de nombreuses interprétations, en effet il faut être très attentifs à chaque
    dialogue, à chaque discussion pour pouvoir bien comprendre le message livré par
    le réalisateur, dés le début on est plongé dans un univers Cyberpunk fascinant
    (extravagant même) rétro et ultra
    coloré, ce qui est une première dans le genre, la plupart des univers cyberpunk
    présentés dans l’histoire du cinéma SF sont des dystopies, sombre, lugubre, (
    Blade Runner, Total Récal, pour ne citer que ces deux là) montrant la technologie à un stade très
    avancée au point de devenir incontrôlable ( par conséquent nocive pour
    l’homme), le personnage principale et Cohen Leth, un homme de savoir, de
    science, soufrant de phobie sociale, cherchant la réponse à une question
    existentielle , quel est le sens de la vie ? d’où le titre du film (Théorème
    zéro = la vie est insensé), cependant il ignore qu’il est plongé lui même dans
    un délire schizophrénique, en effet tous les personnages présents tout au long
    du film ne sont que des facettes de la personnalité de Cohen, et quand ce
    dernier s’exprimait en disant « Nous » il faisait référence qu’à ses
    différentes personnalités, commençons par le début :

    1- Joby ( Le superviseur ) n’est d’autre que sa propre
    conscience, son seul ami ( Comme le lui dit Jobi lors d’une conversation )
    sachant que Mr Cohen est un homme solitaire qui vit cloitré dans sa maison, à
    la fin du film Joby viens même faire des reproches à Cohen ( Attention
    conscience on avait dit ) lui disant qu’il avait toutes les cartes pour avoir
    une vie superbe mais qu’il a tout gâché, qu’il a perdu son job à cause de lui,
    ( en effet Cohen perds son travail à la fin ), Joby l’appelle même par son vrai
    nom Cohen, (ce qui n’était pas arrivé
    tout au long du film, il l’appelait Queen ) auquel Cohen répond : Tu
    connais qui je suis alors.

    2- Management n’est d’autre que la part d’ombre de Cohen,
    les deux hommes sont des hommes de savoir, ( la première fois ou Cohen
    rencontre management, ce dernier tenait un livre) , Ils aspirent tous deux à la même chose, comprendre le sens
    de la vie,( d’ailleurs lors d’une scène, management change fréquemment de vêtements
    ce qui laisse à croire que le personnage n’est pas réel ) .

    3- Bob n’est d’autre que la représentation de Cohen étant
    jeune, un jeune de 15 ans doté d’une intelligence remarquable, qui vit cloitré
    et n’a d’intérêt que pour le savoir et la connaissance ( ça vous rappelle
    quelqu’un ?!! ), d’ailleurs dans une scène il explique même le théorème
    zéro à Cohen, évidant ? Venant d’un
    jeune de 15ans ? Non.

    4- Bainsley n’est d’autre que son fantasme, un modèle et un idéal à atteindre.

    La pluparts des personnages sont influencés par le monde qui
    entoure Cohen , Bainsley est une actrice pornographique d’un site qu’il fréquente,
    la plage paradisiaque ou il rencontrais Bainsley n’est d’autre que la
    projection de son subconscient ( La plage apparait à la fin dans la pub qui le poursuivait
    ), une fois que Cohen se rends compte de
    son état ( Que tous les personnages sont irréels ) une fois qu’il a cessé de dire « nous » pour dire « je »,
    tout bascule et les personnages sortent tour à tour de son esprit, D’ailleurs
    tout au long du film on nous montre aucun des personnages interagir avec une
    autre personne que Cohen ( Sauf entre eux
    ).

    Phrases clés dans le film :

    1- Dans une scène Bainsley explique à Cohen qu’elle préfère
    rester avec lui parce qu’il est seul, Cohen réponds : On a toujours été
    solitaire mais jamais seul, elle lui dit ensuite qu’il y un lien très fort
    entre eux et qu’ils sont connecté par une foule de puce.

    2- Joby explique à Cohen qu’il est son seul ami

    3- Bob explique à cohen que Bainsley, Joby et la psy ne sont
    que des instruments utilisés par Management et qu’ils ne sont pas réels.

    4- La psy explique à Cohen que le coup de fil n’était qu’une
    illusion et que la voix venait de son âme, à force de se questionner
    intérieurement.

    -Le film critique sévèrement une société de consommation (
    Les pubs incitant le citoyen à consommer plus ) une société ou toute notion de
    liberté de l’individualité est absente, ( La scène des panneaux de
    signalisation, interdiction de sourire, de dire bonjour ..), une société ou on pousse les travailleurs à l’extrême, les
    forçant d’atteindre des objectifs impossibles ( La voix agaçante qui répétait a
    Cohen que zéro doit être égale à 100), une société ou tout est surveillé au point de
    devenir obsessionnel, une critique de la technologie qui pousse son utilisateur
    à s’isoler ( Le costume de réalité virtuel de Cohen qui lui permet de réaliser
    ses désirs), le film est fortement influencé par l’œuvre de Orwel, ( La pub qui
    disait : Assez n’est jamais assez, fais penser au concept « Toujours
    plus » de Orwel), en effet le concept Big Brother est quasi présent tout au
    long du film, lors d’une scène on nous montre un homme sortant d’un sexe shop
    sur une civière, dans le film le sexe est condamné comme un crime, or Orwel
    dans 1984 présente le sexe comme l’ennemi du gouvernement.

    Je comprends que le film peut être interpréter de plusieurs
    façons différentes, cette analyse n’engage que moi, c’est l’interprétation que
    je me suis faite après un troisième visionnage, et qui à mon avis donne plus de
    sens au film. Le film surprend par son originalité et sa subtilité, Ce dernier soulève de nombreuses questions
    philosophiques, si vous êtes fans des films d’actions et de cascades, fuyez
    pauvres fous, ce film n’est pas fais pour vous, par contre si vous aimez faire
    travailler votre matière grise, foncez sans réfléchir, Hollywood produit que des films de franchise
    de super héros et ce genre de film est mis à coté ?!! Vraiment pathétique

  • Jean-philippe N.

    -Pourquoi as tu effacé ton com?
    -Exact: la critique dont tu donnes le lien est très pertinente.
    -Re-exact: le monde de l'entreprise dite "à l'américaine" est assez terrifiant. L'individu n'y a pas sa place. Sur un sujet connexe (les stages de motivations) j'avais bien aimé "Welcome to the jungle" (un pur nanar, cela dit!) avec JCVD dont l'humour bas du front et l'absurdité m'avait fait hurler de rire.
    -J'y pense: t'ai je dit que j'ai bossé pendant une trentaine d'années comme responsable commercial dans différentes enseignes de distribution, toutes leaders réputées? La compétitivité avant l'homme est l'un des thèmes que je connais assez bien. Et pour cause!
    Ceci dit, Gilliam m'a déçu car je connais les questions qu'il pose mais j'aurais aimé des réponses (au moins des pistes) aux choses que je ne maitrise/comprends pas. Cela dit (je sais: c'est un tic!) j'ai tout de même un peu honte de n'avoir mis que deux étoiles à ce film, surtout en ayant vu dans le même temps le morne "Transcendance", le très creux "Divergente" et le lamentable "Lucy". Entre autres. La faim (de connaissance) ne justifie pas toujours les moyens...

  • Doctor Nico

    Oui, les quelques sentiments négatifs que j'ai ressenti sont peut être dus au fait que je n'ai pas tout compris au film. Mais malgré tout, j'ai aimé le concept, les acteurs et la mise en scène de Gilliam, donc je lui redonnerais volontiers une seconde chance et peut être le redécouvrirais-je. Je ne fais peut être pas ça avec tous les films, mais là j'ai envie de creuser, pas que parce que c'est Gilliam, mais parce que j'ai le sentiment d'être passé à côté de quelque chose !

  • PierreTwo

    j'aime beaucoup votre approche très cinéphile, respectueuse et ouverte: cette idée de revoir un film n'est pas toujours facile à appliquer. Je l'ai revu avec plus de plaisir que la première fois: vu plein de détails et j'ai eu plus de temps pour ressentir la situation de ce pauvre Employé dans un système bien ingrat. Une blogueuse exprime cette hypothèse bien mieux que moi à http://marlasmovies.blogspot.f...

  • PierreTwo

    travaillant en entreprise j'ai vu ce film comme une attaque d'un certain monde du travail pourri: l'informatique envahissante, la visite médicale délirante, la productivité comme nouvelle déesse, le contrôle, les objectifs sans cesse plus hauts (ici, "trouvez le sens de la vie", rien que çà!), l'aspiration à des vacances en bord de mer avec son amoureuse; les soirées nulles entre "collègues"; une blogueuse le dit bien mieux que moi à
    http://marlasmovies.blogspot.f...
    (pour une des interprétations possible)
    je l'ai revu avec plus de plaisir que la première fois: vu plein de détails et j'ai eu plus de temps pour ressentir la situation de ce pauvre Stakhanov dans un système bien ingrat.

  • Jean-philippe N.

    C'est ce qui rend ce film décevant: on voit de belles images, de la dérision, on sent qu'il veut questionner le spectateur, mais il donne le même effet qu'un repas chez MacDo: on en sort gavé mais dix minutes après on a de nouveau faim...

  • -LaR?ponse-

    Ah oui c'est vrai, autre bon point du film que j'aurais pu soulever, c'est l'humour. C'est pas à se pisser de rire non plus mais certaines scènes sont plutôt amusantes, effectivement.

  • Jean-philippe N.

    On ne peut nier que Gilliam possède également un solide sens de l'humour quand d'autres réal ne montre que l'étendue de leur triste prétention. Ce ne sont pas les récents films de SF ("Under the skin", "Her", "Transcendance" pour ne citer que ceux là) qui arriveront à me faire changer d'avis...

  • Jean-philippe N.

    Il parait que plus on vieillit, donc plus on se rapproche d'une mort inéluctable, plus on aurait tendance à (vouloir) croire en Dieu, ou du moins de la vision réconfortante que l'on s'en fait histoire de se familiariser à l'idée du Grand Rien. A soixante quinze ans, Terry Gilliam ne semble pas échapper à la règle, car en mélangeant sa vision pessimiste du monde réel (qu'on ne pourra pas lui reprocher!) à ses questionnements plus ou moins fumeux sur le sens de la vie (qui suis-je, ou vais-je, à quoi sers-je, etc), il balade le spectateur fatalement avide de réponses dans un salmigondis d'images chics et chocs (en clair: kitsch) et de pensées abracadabrantesquement creuses car spéculatives. La difficulté de l'exercice consistant à mettre en images de façon compréhensible au plus grand nombre (nous sommes tous des demeurés aux yeux de quelqu'un!) un concept théorique et philosophique, certains réalisateurs y arrivent avec plus ou moins de bonheur en intégrant leurs propres solutions à leurs œuvres, d'autres n'ayant visiblement pas encore tranchés, nous laissent dans l'expectative la plus indifférente: "Tout çà pour çà?" Avec "The zero theorem", Terry Gilliam semble faire partie de ces derniers. Parfois, quand on a rien à dire (ou si peu), mieux vaut s'y prendre autrement...
    2/5

  • Valentino-DiCaprio

    J'ai pensé pareil que toi !

  • Gaetan D.

    esthétique magnifique, envolées lyriques intéressantes, avec hélas un final un peu plat (comme souvent avec Gilliam), et un aspect "théorie du chaos" un peu léger. Malgré tout il mérite d'être vu ne serait ce que pour son originalité, un scénario intéressant, et ses superbes jeux d'acteurs.

  • -LaR?ponse-

    Je viens de le voir et c'est du pur Gilliam dans toute sa splendeur... j'ai détesté, pour changer ! Tout comme il est absurde d'essayer de démontrer l'absurdité de la vie, il est absurde d'essayer de comprendre un film qui n'a aucun sens. A part ça, c'est magnifique esthétiquement. Si y'a bien un truc que j'apprécie chez Gilliam, c'est son sens de l'esthétique. Seul point positif du film selon moi.

  • sparowtony

    Très tenté de le voir, celui-là. Je vais vite me le mater.

  • Doctor Nico

    Un film complètement barré, auquel je n'ai pas tout compris, donc je ne mettrais pas de note pour le moment. Je le reverrais plus tard. J'aime beaucoup la filmo de Gilliam, aussi bien ses trucs barrés avec les Monty Pythons que L'armée des 12 singes, Brazil, Munchausen ou L'imaginarium, celui ci, je ne sais pas encore ou le situer.

    Visuellement splendide, des personnages loufoques, de l'humour, des dialogues bien barrés, une réflexion métaphysique de pacotille, et une intrigue peu claire, en tout cas pour moi. Donc avis plus ou moins positif, mais flou. Je donnerais un jugement plus clair au second visionnage.

  • La petite grenouille

    Je n'ai pas tout compris à ce film mais ce qui est sûr est qu'il est loin d'être mauvais. C'est juste trop philosophique pour moi mais je reconnais volontiers que c'est un film atypique avec une bonne qualité de mise en scène.

  • HiRoS

    Merci. Critique ici : http://www.senscritique.com/fi...

  • PierreTwo

    vous ne citez pas votre critique que j'invite ceux qui voient votre commentaire d'aller voir aussi. ça fait plaisir de voir que ce film fait son petit chemin et que au moins beaucoup le jugent sur pièce. Chacun y trouve au moins une partie à voir. Merci.

  • HiRoS

    Zero Theorem s'avère être un bon film, situé dans un univers fantasque incroyablement esthétique bien digne de Terry Gilliams mais qui se perd dans le dernier acte. Dommage, les réflexions du film et son scénario en faisaient presque un chef-d'oeuvre mais cette fin est un peu trop décevante.

  • PierreTwo

    merci. La scène de la party en effet est vraiment bien juste. Votre critique est très intéressante car vous avez un point de vue de mathématicienne et je ne savais pas si ce qu'on voyait à l'écran était bien trouvé ou pas (l'idée des cubes).

  • nicolas T.

    le début est assez curieux , et la seconde partie sublime . Un bon moment , les acteurs sont trés bons et la musique parfaite . A voir pour les amateurs de sf et d'univers personnels

  • fripon P.

    Un film intéressant, les acteurs sont très bon, et l'univers du film à la fois sombre et coloré dans un futur possible, j'ai bien aimé. Mais j'adore christoph Waltz, alors forcément, ça modifie mon jugement.

  • Anna L.

    Ma critique du film est disponible sur mon blog:

    http://caramiezone.blogspot.ca...

  • zvock083

    Après près de 4 ans d'absence Terry Gilliam est de retour avec ce film qui n'est clairement pas son meilleur mais c'est quand même pas mal. Un film comme d'habitude à l'univers particulier avec l'histoire d'un homme qui vit la plupart du temps reclus chez lui à la recherche du pourquoi de son existence et pour ça il travaille sur le "Theorem Zero" un genre de Tétris géant version mathématique censé expliquer le but du monde. La première partie du film est bonne c'est intriguant avec un esprit décalé que ça soit dans les décors ou costumes, il y a quelques bonnes idées mais tout ça s’estompe dans une deuxième partie bien trop classique avec les nombreux va et vient ce qui rend le tout brouillon. Il n'y a au final de réel enjeu et tout ça se termine sur quelque chose qui à mon sens est un peu bâclé heureusement qu'il y a de très bons acteurs comme Christoph Waltz ou encore la sublime Mélanie Thierry. 2,5/5

  • PierreTwo

    à voir sur grand écran. On ne sait pas quand (et si) on aura un autre Terry Gilliam. Même les déçus ont quand même trouvé des moments très drôles (que ce soit "la première demie heure" ou des scènes plus tardives...c'est déjà très bien et beaucoup plus que dans bien d'autres films pourtant bien plus distribués)

  • Marc Moc

    Hélas hélas, mille fois hélas. Si c'est toujours un pur plaisir que de rentrer dans un nouvel univers du Maître Gilliam, comme on enfilerait pour la première fois des chaussons moelleux... force est de constater qu'ici, ils commencent à nous gratter très vite. L'univers visuel est bien au rendez-vous, mais rapidement restreint à un seul espace (l'appartement-église, toujours filmé selon les mêmes angles. On se croirait dans un court métrage)... et que dire de la profondeur des personnages et de leurs dialogues (absents, ce qui fait mal quand on voit un aussi bon acteur que Waltz, qui n'est ici que l'ombre de lui-même)?
    L'humour de la première demi-heure (surtout provoquée par l'univers futuriste) s'estompe bien vite face à un terrible manque de rythme.
    On a droit également à "la comédienne française qui n'est là que pour sourire et se mettre à poil" (une Mélanie Thierry bien vide, qui oscille entre grâce et vulgarité au sein du même plan, juste suivant l'angle de la caméra).

    Quant à l'histoire... mes amis.
    Serait-ce exagéré que d'affirmer que Gilliam nous livre une resucée du superbe "Pi" de Aronofsky (à voir!)... mais dans une version totalement édulcorée?

    Si seulement c'était du nonsens assumé. Mais non... Pas d'enjeux réels, juste de la paranoïa guimauve, à l'image des objets fluos et plastok qui entourent les personnages. Pire, on a droit à une sorte de vague transfert paternel lourdingue sur la fin et même à des personnages totalement inutiles (les deux "flics" fédéraux).
    Gilliam se singe, Gilliam s'autoparodie mais en laissant tout s'effondrer dans la complaisance et l'ennui.
    Parfois, il vaudrait mieux écouter les producteurs, quand ils refusent de produire, plutôt que de s'acharner à réaliser un film avec tant de bouts de ficelles. :-(

  • Valentin G.

    Merci bien ! cette affiche est dispo sur google image, elle fait référence à une affiche de Brazil

  • tonycomicsgroupe

    un film relaxant et marrant! Tout à la terry Guilliam, je pensai être déçu mais dés les premières minutes je me suis marré ! On y retrouve une ambiance du film "Ulitmate Game", un style qui semble s’installe dans le cinéma moderne, directement inspiré de "Retour vers le futur 2". Superbe, poétique, attachant----> A étudier.

  • vincenzobino

    je partage votre critique à 80%, si ce n'est que je n'ai ressenti aucune longueur...

  • vincenzobino

    je pense que votre première proposition s'avère exacte. J'ai pour ma part adoré cette relecture de 1984 et Waltz est effectivement phénoménale.

  • Helretik

    Un film sympa qui souffre d'une fin bâclée et d'un début qui peine à faire entrer dans l'histoire. Je retiendrai néanmoins un très bon regard sur notre société des années 2010 et une tentative d'actualisation semi-réussie.
    3/5 parce que c'est du Terry Gilliam et qu'on en attend plus. Sinon, je n'aurais pas mit moins de 3.5/5.

    Les critiques sont injustifiées, surtout que ça reste au dessus d'une bonne quantité de films qu'on voit en ce moment. Malgré le fait qu'il y a une attente particulière pour ce film qui engendre une déception, c'est un bon film qui aurait juste mérité d'être plus développé.

  • PierreTwo

    merci el Duderino.
    Au moins vous êtes allé le voir vous-même pour forger votre propre avis. Règle d'Or.
    (j'aime bien votre blog aussi...si c'est pas secret, où et comment avez-vous trouvé cette super affiche différente des salles pour le très bon "9 Mois Ferme"? merci)

  • Valentin G.

    Un film qui, certes, contient des défauts, mais qui est assez efficace et injustement mal noté par les spectateurs et la presse.
    Venez voir ma critique sur mon blog :

  • PierreTwo

    à voir sur grand écran. Revisiter les œuvres après leur mort n'est pas très utile aux artistes: c'est maintenant qu'il est en salles.

  • Dat-Chicken-who-rules-the-worl

    Difficile de rentrer dedans mais un message très intéressant et une critique très acérée de notre société. 4/5

  • Dat-Chicken-who-rules-the-worl

    Ce film est loin d'être absurde !

  • marla-jane

    Pour une analyse détaillée des inspirations de Terry Gilliam pour Zero Theorem: http://marlasmovies.blogspot.f...

  • Odin062

    Presque, dans le nord de la France et ce n'est diffusé qu'à Lille ;)

  • OdyseeCinema

    Très bon film SF, un des meilleurs films 2014 depuis le début de l'année.
    voir le classement >

  • angelabassompierre

    comment ça? TU VIS EN NORMANDIE???

  • angelabassompierre

    drame surréaliste et rigolo, un peu guedin aussi, c'est comme si tout est déjanté.
    Dans le même monde que "armées des 12 singes " (vu avec d'autres copines, il ne m'avait pas plu du tout, et surtout pas la chanson d'henri salavador, clac plof comme ça), & de Tideland, c'était un monde fou mais j'avais trouvé plus prenant et crazy.
    Le héros, c'est tête à claques et il passe dans le monde de l'autre côté des caméras.
    il réside dans un ancien cloître.... bon enfant et sur un ton grinçant, c'est un choix pas mal pour la fête du ciné et se divertir seulement les commentaires de la salle, 4 fois, c'est quoi ce film? ils se demandent entre eux s'ils ont compris. c'est zéro imaginaire ceux qui disent ça....Terry Gilliam, lui a son genre. j'étais curieuse et je voulais voir jouer Mélanie Thierry.

  • 007bond

    Pour ceux et celles qui apprécient l'univers de ce doux/dingue : http://christianbalefan.over-b...

  • BrokenGenetics

    Je suis un grand fan de Monty Python, L'Armée des 12 singes et Las Vegas Parano. Cela dit, j'avoue ne pas avoir totalement compris Zero Theorem. Est-ce le souhait de Gilliam de laisser aux gens une liberté d'interprétation ou est-ce moi qui manque de neurones pour comprendre tous les messages cryptés, je ne saurai jamais. Néanmoins, il y a quelque chose dans cet univers orwellien de profondément fascinant et captivant, sans mentionner l'extraordinaire interprétation de Waltz (génial comme toujours).

  • COCOBAFA

    J'ai 1 peu apprécié 1 peu par snobisme
    Dommage rien n'est montré vraiment.
    Les intentions , les messages inactifs
    Pourtant j'aime l'absurde abyssal..,,,

  • PierreTwo

    fan-tas-tique article! merci
    j'avais oublié la scène du parc que vous avez trouvé "très drôle" avec "la multitude de panneaux d'interdiction."

  • PierreTwo

    merci pour votre critique dont j'aime l'idée que ce film sorte du lot:
    "Film atypique, déjanté visuellement (...) film ovni dans le flot des films sans enjeux de 2014. (...)un film qui sort des sentiers battus et qui soulève de vraies questions de société avec intelligence mais surtout beaucoup de créativité"

  • OdyseeCinema

    Un film déconcertant qui pose la question du sens de la vie avec beaucoup de créativité >>>http://odysseeducinema.wordpre...

  • Fatima N.

    Je ne l'ai pas encore regardé mais cela me rappelle 1984 .

  • Discogrizzly

    L'armée des 12 singes c'est un de mes films préféré mais là la bande annonce me dit pas trop...

  • lug10

    J'adore les films précédents de Terry Gilliams mais là c’était un supplice que de voir ce film. C'est horriblement long, on ne comprend où le film veut nous mener, ce n'est pas drôle, on se contente de regarder abrutit les scènes qui défilent sans trop réfléchir à l'instar du personnage principal, seule 5 min du film vers la fin nous donne une once d'explication. Bref un peu trop long pour 5 min d’intérêt. Je n'ai pas spécialement accroché.

  • PierreTwo

    un "miroir déformant et délirant de notre société" (critiques Spectateurs d'AlloCine, Sirob): c'est tout à fait ce que j'ai aimé dans plein de scénettes très drôles.
    Celles dans les rues me rappellent Blade Runner

  • PierreTwo

    je ne connaissais pas la Rubrique Box Office d'Allociné, merci.
    Mais pour l'instant je suis perdu car ses infos s'arrêtent à la semaine précédente donc avant la sortie du Terry Gilliam.

    Et encore ignorant de la science des Entrées de Film, je trouve çà pas mal 30 personnes dans la salle, car j'ai bien souvent partagé le plaisir de très bons films avec encore moins de personnes).
    Je continuerai à aller voir des "flops"...si on m'en laisse le temps ;-)

Voir les commentaires