Mon Allociné
Catimini
Séances Bandes-annonces Casting Critiques spectateurs Critiques Presse Photos VOD
Blu-Ray, DVD Musique Secrets de tournage Box Office Récompenses Films similaires News
Catimini
Date de sortie inconnue (1h 51min)
Avec Emilie Bierre, Roger Larue
Genre Drame
Nationalité Canadien
Presse ? 0 critique
Spectateurs 3,414 notes dont 5 critiques

Synopsis et détails

Distributeur -
Récompenses 1 prix et 1 nomination
Voir les infos techniques
Année de production 2012
Date de sortie DVD -
Date de sortie Blu-ray -
Type de film Long-métrage
Secrets de tournage -
Budget -
Langues Français
Format production -
Couleur Couleur
Format audio -
Format de projection -
N° de Visa -

Acteurs et actrices

Casting complet et équipe technique

Critiques Spectateurs

UChar
Critique positive la plus utile

par UChar, le 28/01/2014

5,0Chef-d'oeuvre

Film émouvant qui tire une partie de l'essence même de la vie des enfants en famille d’accueil... Les moments de silences... Lire la suite

lorenzo fly
Critique négative la plus utile

par lorenzo fly, le 20/12/2013

2,0Pas terrible

Un film intéressant, tendre sans coup d'éclat qui se laisse regarder simplement mais qui tombe néanmoins parfois dans l'ennui!! Lire la suite

Toutes les critiques spectateurs
20% 1 critique 20% 1 critique 40% 2 critiques 20% 1 critique 0% 0 critique 0% 0 critique
5 Critiques Spectateurs

Si vous aimez ce film, vous pourriez aimer ...

Voir plus de films similaires

Pour découvrir d'autres films : Les meilleurs films de l'année 2012, Les meilleurs films Drame, Meilleurs films Drame en 2012.

Commentaires

  • ponnyponnytomtom

    Avec un peux plus de recherche vous auriez bcp plus de renseignement sur ce tres beau filmm !

  • LycyW

    Un film subtil mais puissant qui nous accroche de la première à la dernière image. Réussit à éviter à la fois le sentimentalisme et les accusations faciles, pour nous amener plutôt à voir les choses du point de vue des enfants balotés, déménagés ou enfermés d’un endroit à l’autre. On vit leurs attachements, leurs séparations, les mille et unes ruptures qui forment leur vie quotidienne. Aucun des adultes n’est vraiment méchant, mais aucun n’est vraiment gentil non plus. Tout le monde fait semblant de se soucier des fillettes, mais personne ne s’en occupe vraiment. Et on finit par comprendre que les quatre petites filles que nous montre le film n’en forment finalement qu’une: l’enfant de l’indifférence, de l’abandon, de l’oubli. Un film d’autant plus bouleversant, qu’il ne nous joue jamais du violon et nous laisse seul – comme ses jeunes personnages – à essayer de comprendre l’incompréhensible: notre indifférence à ces enfants que nous prétendons aimer, mais que nous ne cessons pas d’abandonner.

  • Hcar1

    Si le monde de l'enfance est celui de l'innocence, il est aussi soumis à son lot de turpitudes ou de blessures physiques et/ou morales. Second film de Nathalie Saint-Pierre, Catimini nous plonge dans cet univers parfois impitoyable où les silences et la rébellion ne sont que le fruit d'un passé chargé. Et pour nouer une discrète empathie envers ses 4 personnages, chacun à un âge bien étudié, Saint-Pierre impose une cadence impassible, rigoureusement paisible. L'histoire ou plutôt les histoires gagnent dès lors en authenticité. Et avec ses quatre portraits de filles, de 6 à 18 ans, comme autant d'instantanés des pans d'une vie, la réalisatrice ne se limite pas à une évocation insipide. Catimini, c'est du cinéma d'auteur loin d'être clinquant mais définitivement distingué.

    La petite Cathy arrive dans sa nouvelle famille d'accueil. Enfant renfermée, un peu sauvageonne, elle va partager sa chambre avec 3 autres jeunes filles, dont Keyla. Cette dernière est renvoyée dans un foyer où elle fait la connaissance de Mégane. Elle, c'est la rebelle et ne se laisse pas marcher sur les pieds. Enfin, il y a Manu, jeune femme, qui gagne enfin son indépendance...

    Catimini rappelle avec une froideur troublante que les foyers et autres familles d'accueil, ne sont pas toujours synonymes d'enrichissement personnel. Si la démonstration de Nathalie Saint-Pierre n'est pas parfaite (finalement, la perversité humaine est une donnée connue, de même que personne n'est à l'abri du malheur), son long-métrage, qui représente plus qu'il n'accuse, consent à 'révéler' une réalité taboue. Techniquement le film est réussi, le montage est souvent excellent. 3,5/5

Voir les commentaires